Navigation – Plan du site

De la banalisation de l’extraordinaire. La résidence secondaire du « pareil au même »

From extraodinary to the banal: secondary residences in imagination and reality
Philippe Bachimon
p. 568-581

Résumés

Cet article se propose d’aborder de manière synthétique la question du visible et de l’invisible dans ce qui constitue la résidence secondaire. Ou plus exactement d’étudier cette dernière en concomitance avec la résidence principale, comme deux polarités d’une même habitabilité basée sur un dédoublement fait de complémentarités, mais aussi de superpositions, d’intersections... L’autre résidence a une personnalité que nous allons détailler qui ne serait qu’en apparence celle qui vient en second. Elle entre ouvertement dans un principe de vases communicants avec la première selon un principe de sérialité et de requalification. Mais entre les deux l’alternance n’est qu’une figure de style. Le système résidentiel binaire qui en découle relèverait en fait d’une utopie résidentielle ubiquiste (le fait de pouvoir vivre en deux lieux simultanément) plutôt que d’une alternative. Il en résulte une forme invisible de réalités augmentée et diminuée mais aussi des formes hyper-visibles allant du pastiche au kitsch hyperréalistes. L’habiter qui en résulte serait un entre deux fondamental, relevant d’une logique floue du flottement et de l’interstice. L’auteur de cet article s’appuie sur ses multiples études de terrains réalisées en France (Cerdagne, Luberon…) et ailleurs (Polynésie Française, Maroc, Vietnam, Népal…).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

1. La part de visible
2. La part d’invisible
3. L’utopie ubiquitaire
Conclusion

Aperçu du texte

1. La part de visible

Le visible de la résidence secondaire, souligné par tous les observateurs et aussi par les habitants des lieux où elle est fortement implantée, consiste d’abord en ses volets clos. Soit l’évidence d’une mise en décor (qui parfois s’apparente au façadisme si une phase de restauration intense est intervenue) fantomatique car la résidence secondaire en tout premier n’apparaît pas habitée tellement elle l’est extraordinairement. Selon le point de vue ce phénomène est qualifié (au sens de « disqualifié » d’ailleurs) de vacuum [Bachimon 2013], tandis qu’au regard de la vie des stations où elles sont omniprésentes c’est le potentiel de nuitées « gâchées » par le faible taux d’occupation qui fait débat et l’on qualifie de lits froids l’hébergement que recèlent ces logements dont les propriétaires absentéistes sont moins visibles que leurs biens. L’invisible, l’envers du décor de cette scène vide hors saison, serait a priori ce qui se cache derrière ces façades aux volet...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bachimon, « De la banalisation de l’extraordinaire. La résidence secondaire du « pareil au même » », Bulletin de l’association de géographes français, 95-4 | 2018, 568-581.

Référence électronique

Philippe Bachimon, « De la banalisation de l’extraordinaire. La résidence secondaire du « pareil au même » », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 95-4 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bagf/4161 ; DOI : 10.4000/bagf.4161

Haut de page

Auteur

Philippe Bachimon

Professeur de géographie à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, membre de l’UMR 228 Espace-Dev (IRD) et membre associé à Pacte (CNRS) – Courriel : philippe.bachimon[at]univ-avignon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals