Navigation – Plan du site

Tourisme de l’ordinaire et mise en ordre des espaces et des pratiques ? Réflexion à partir du cas des quartiers nord de Marseille

Ordinary tourism, the setting up and arrangement of public spaces and the sorting out of practices - Marseilles’ northern districts
Isabelle Lefort et Yannick Hascoët
p. 582-594

Résumés

Le passage du « commun » à l’ordinaire souligne à la fois des tendances en termes d’espaces, de chronologies mais également de valeurs sociales. En même temps, ce glissement dans la qualification signe aussi le passage d’une reconnaissance et d’une valorisation au plus près du grain singulier et contemporain des individus. Le champ des pratiques touristiques et patrimoniales est de ce point de vue riche en questionnements, tant il se caractérise crescendo par des propositions visant à découvrir ce qui pourrait faire l’ordinaire de chacun-e. Toutefois, quel est plus précisément cet ordinaire ? Pour qui et dans quelle mesure l’objet et le lieu visés ou visités relèvent-t-il de l’ordinaire ? C’est à ces questions que cherche à répondre cet article à l’aval, d’un terrain doctoral passé mais encore périodiquement investigué et chroniqué, d’un tourisme dit de l’ordinaire : les quartiers nord de Marseille.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

1. Les quartiers nord et Hôtel du Nord
2. Les ordinaires des quartiers nord de Marseille
Conclusion

Aperçu du texte

Il est assez loisible d’interpréter l’histoire du tourisme comme une succession de rapatriements de lieux et de pratiques, initialement qualifiés d’extraordinaires, sur le registre de l’ordinaire. Corrélativement, c’est bien cette idée d’une banalisation du tourisme et de ses espaces dont Michel Lussault [Lussault 2007] rend compte en qualifiant le tourisme de « genre commun ». Il entendait ainsi souligner une communauté de pratiques, d’aménagements et d’arrangements des lieux, dont les similarités permettent d’appréhender aussi bien des reproductions d’agencement spatial, que des processus de capitalisations de compétences [Lévy & Lussault 2013] ou de normalisation des pratiques et d’habitus [Thévenot 2006]. Or, la situation contemporaine donne à voir un processus symétriquement inverse, qui n’irait plus de l’extraordinaire vers l’ordinaire, mais au contraire, de l’ordinaire à l’extraordinaire, à tel point qu’un tourisme du même nom émerge crescendo, manifestant une nouvelle monéti...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Lefort et Yannick Hascoët, « Tourisme de l’ordinaire et mise en ordre des espaces et des pratiques ? Réflexion à partir du cas des quartiers nord de Marseille », Bulletin de l’association de géographes français, 95-4 | 2018, 582-594.

Référence électronique

Isabelle Lefort et Yannick Hascoët, « Tourisme de l’ordinaire et mise en ordre des espaces et des pratiques ? Réflexion à partir du cas des quartiers nord de Marseille », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 95-4 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bagf/4202 ; DOI : 10.4000/bagf.4202

Haut de page

Auteurs

Isabelle Lefort

Professeur, EVS – IRG, UFR Temps et Territoires, Université Lyon – Courriel : isabelle.lefort[at]univ-lyon2.fr

Yannick Hascoët

Maître de Conférences en Géographie, Avignon Université. Membre de l’UMR Espace-Dev – Courriel : yannick.hascoet[at]univ-avignon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals