Navigation – Plan du site

Menaces sur les forêts vietnamiennes : guerre, pratiques post-guerre et plantations

Threats on vietnamese forests : war, post-war practices and plantations
Amélie Robert
p. 5-20

Résumés

Le Viêt Nam fait aujourd’hui partie des rares pays de la zone intertropicale dont les forêts progressent. Pourtant, au cours du XXe siècle, elles ont été confrontées à de profondes menaces, entraînant leur recul, parmi lesquelles la guerre. Celle-ci y est souvent évoquée comme une cause majeure de déboisements, aux conséquences irrémédiables. Pour autant, la guerre est-elle la seule menace qu’ont subie les forêts vietnamiennes ? Les résultats présentés proviennent de recherches doctorales, qui se sont intéressées aux dynamiques paysagères et à leurs facteurs pratiques et politiques dans une province du Centre-Viêt Nam, Thùa Thien Huê. Il en ressort que la guerre a certes pu concourir au recul des forêts mais celui-ci s’est en fait surtout accéléré après-guerre, sous le poids des pratiques civiles. Depuis les années 1990, la tendance s’est inversée, sous l’impulsion des autorités, qui ont encouragé les plantations : la superficie forestière progresse. Pour autant, ces plantations par espèces à croissance rapide peuvent aussi représenter une nouvelle menace pour la reconquête des forêts, même si elles présentent des avantages environnementaux autant qu’économiques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2020.

Plan

Introduction
1. Les impacts de la guerre sur les forêts
2. L’accélération du recul forestier après-guerre
3. Les forêts plantées : une nouvelle menace ?
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Au regard des données de la Banque mondiale, le Viêt Nam serait un des rares pays de la zone intertropicale à voir sa superficie forestière progresser : le taux de boisement serait passé de 28,8 % à 47,6 % de la superficie nationale totale entre 1990 et 2015. La progression paraît impressionnante mais il convient de manier ces estimations avec précaution [Robert 2011] car les forêts sont au cœur d’enjeux et, sous ce terme, ont pu être incluses, par le passé du moins, des formations végétales qui n’en étaient pas, telles « la forêt où domine le bambou » [De Koninck 1997] ou des plantations d’hévéas : il faut « se méfier des données et chiffres issus uniquement de la voie officielle » [Mellac 2000] ; les données disponibles au Viêt Nam sont « souvent peu fiables » [De Koninck 1997]. Pour autant, la progression de la superficie forestière n’en est pas moins réelle aujourd’hui mais elle fait suite à une longue période de régression : au cours du XXe siècle, les forêts ont ét...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie Robert, « Menaces sur les forêts vietnamiennes : guerre, pratiques post-guerre et plantations  », Bulletin de l’association de géographes français, 96-1 | 2019, 5-20.

Référence électronique

Amélie Robert, « Menaces sur les forêts vietnamiennes : guerre, pratiques post-guerre et plantations  », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-1 | 2019, mis en ligne le 15 mai 2020, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bagf/4432 ; DOI : 10.4000/bagf.4432

Haut de page

Auteur

Amélie Robert

Enseignante contractuelle en géographie à l’Université de Tours, chercheur associé de l’UMR CITERES, MSH Val de Loire - Bureau 253 - 33 allée F. de Lesseps - BP 60449 - 37204 Tours Cedex 3 – Courriel : amelie.robert[at]univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals