Navigation – Plan du site

La forêt en Ceinture verte d’Île-de-France : un patrimoine paysager métropolitain à la flore peu diversifiée

Forests in the Île-de-France’s green belt: a metropolitan landscape heritage with low plant diversity
Fabien Roussel
p. 50-67

Résumés

Situé entre 10 et 30 kilomètres de Paris, l’espace de la Ceinture verte francilienne est composé au quart d’espaces boisés. Ces espaces sont surtout des massifs forestiers étendus, gérés par l’Office National des Forêts (ONF) : massifs de Montmorency, de Sénart, de Notre-Dame ou encore de Saint-Germain. Ces massifs ont peu subi l’étalement urbain depuis le XVIIIe siècle comme en atteste leur emprise sur la carte de Cassini. Face aux attentes environnementales des habitants et des pouvoirs publics à l’échelle métropolitaine (le Grand Paris), il devient pertinent de s’interroger notamment sur la biodiversité végétale qui les caractérise.
Cet article s’appuie sur une étude paysagère et botanique des forêts publiques de Montmorency et de la vallée de Chevreuse en regard des petits boisements isolés, privés, parfois abandonnés, des alentours de ces mêmes secteurs. Alors même que la forêt constitue toujours un cadre de « nature » idéal dans l’esprit des citadins, comme en atteste une série d’enquêtes menée en forêt de Montmorency, les milieux forestiers fréquentés offrent une diversité floristique assez réduite en comparaison des petits bois délaissés. C’est bien le paysage qui guide la patrimonialisation environnementale des forêts en Ceinture verte

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2020.

Plan

Introduction
1. Permanence de la couverture forestière et des attentes citadines en Ceinture verte
1.1. Une occupation du sol stable dans le temps
1.2. Un cadre de « nature » pour les citadins
2. Une flore peu diversifiée
3. La forêt, un instrument de valorisation des territoires
3.1. Un traitement des forêts domaniales en réponse aux attentes citadines
3.2. Le reboisement au secours de la réintégration métropolitaine de la plaine de Pierrelaye-Bessancourt
Conclusion 

Aperçu du texte

Introduction

L’espace de la Ceinture verte s’étend sur une vingtaine de kilomètres autour de l’agglomération parisienne. Pensé par le Conseil régional d’Île-de-France au début des années 1980 à la suite de premières réflexions engagées dans les années 1970, le projet n’a jamais pris de dimension réglementaire et n’a pas eu les effets escomptés sur la limitation de l’étalement urbain [Roussel 2016]. Ces environs de l’agglomération continuent d’être un espace fragmenté, mixte où les espaces bâtis se mêlent à des espaces agricoles et végétalisés divers et variés [Flegeau & Roussel 2017]. Les espaces boisés y occupent cependant près d’un quart de l’espace (Figure 1). Les grands massifs forestiers y ont une place importante, gérés par l’Office National des Forêts (ONF) quand d’autres relèvent d’un statut régional, ou correspondent à un statut privé. Les grands massifs régionaux de Fontainebleau, de Rambouillet sont installés dans des contextes environnants à dominante rurale, au-delà de 3...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Roussel, « La forêt en Ceinture verte d’Île-de-France : un patrimoine paysager métropolitain à la flore peu diversifiée », Bulletin de l’association de géographes français, 96-1 | 2019, 50-67.

Référence électronique

Fabien Roussel, « La forêt en Ceinture verte d’Île-de-France : un patrimoine paysager métropolitain à la flore peu diversifiée », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-1 | 2019, mis en ligne le 15 mai 2020, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bagf/4560 ; DOI : 10.4000/bagf.4560

Haut de page

Auteur

Fabien Roussel

Maître de conférences en géographie, Université d’Artois, Faculté Histoire, Géographie, Patrimoine, 9 rue du Temple, BP10665, 62030 Arras Cedex (France) – Courriel : fabien.roussel[at]univ-artois.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals