Navigation – Plan du site

La trame noire, un indicateur de la place de la nature dans l’aménagement du territoire

Pratiques et motivations des communes de la Métropole européenne de Lille
The trame noire, an indicator of the place of nature in land use planning. Practices and motivations of the municipalities of the Lille european Metropolis
Magalie Franchomme, Christelle Hinnewinkel et Samuel Challéat
p. 161-180

Résumés

Les nuisances de l’éclairage artificiel nocturne que ce soit sur la qualité du ciel nocturne, la biodiversité ou la santé humaine sont aujourd’hui connues. La création d’une trame noire, sur le modèle de la trame verte et bleue, peut apparaître comme un outil pertinent pour répondre aux enjeux de la transition énergétique et écologique. Depuis quelques années, de nombreuses communes françaises expérimentent la modification de l’éclairage public. Toutefois, l’efficience de ces actions dans les milieux fortement impactés par les sources d’éclairage artificiel peut être soulevée. Au travers d’un partenariat fort liant recherche et institutions publiques, le projet TRAMENOIRE étudie les enjeux écologiques et sociaux de la mise en place d’un réseau écologique nocturne dans la Métropole européenne de Lille (MEL). À partir d’une enquête menée auprès des communes de la MEL, nous analysons les pratiques et les motivations des acteurs de l’éclairage public. Ces dernières nous éclairent indirectement sur le processus d’acceptabilité sociale de tels projets et de la transition.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2020.

Plan

Introduction
1. De l’éclairage urbain à l’environnement nocturne : un renouvellement des approches de la lumière artificielle nocturne par les sciences du territoire
1.1. Les études sur l’éclairage urbain, ou la lumière artificielle comme aménité urbaine
1.2. Les études sur la pollution lumineuse, ou la lumière artificielle nocturne comme pression anthropique sur l’environnement
1.3. La trame noire comme levier évident de la protection de l’environnement nocturne
2. Un programme de recherche action visant le développement d’une trame noire dans la métropole lilloise
2.1. TRAMENOIRE : un projet couplant deux approches disciplinaires
2.2. La question de l’acceptabilité sociale : une volonté forte des acteurs locaux
2.3. Comprendre les pratiques des communes de la MEL : construction de l’enquête
3. Résultats de l’enquête : émergence de préoccupations environnementales dans les pratiques d’éclairage public
3.1. Les pratiques les plus répandues au sein des communes de la MEL
3.2. Deux pratiques ambitieuses : éclairage à la demande et extinction de l’éclairage
3.3. La réduction de la pollution lumineuse encore peu mobilisée dans les justifications et la communication des communes
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Émergeant dans les discussions du Grenelle de l’environnement et de la politique trame verte et bleue initiée en 2007, la notion de trame noire s’est depuis largement diffusée, et en corollaire la prise en compte de la pollution lumineuse par les acteurs de l’aménagement du territoire. La nuit et la lumière artificielle en tant qu’objets de recherche ont été initialement abordées par les géographes sous l’angle de la sécurisation des lieux, des biens et des personnes et sous celui des temporalités urbaines, de l’esthétisme ou du festif. Ces travaux traduisent la relation complexe que les sociétés entretiennent avec la nuit et l’environnement nocturne, et ce besoin constant de prolonger les activités humaines au-delà de la tombée du jour. Nonobstant, les nuisances induites par l’éclairage artificiel nocturne sont dénoncées depuis les années 1970-1980. Ce constat a contribué au renouvellement de la recherche en géographie, en modifiant le regard que les géographes portent ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magalie Franchomme, Christelle Hinnewinkel et Samuel Challéat, « La trame noire, un indicateur de la place de la nature dans l’aménagement du territoire  », Bulletin de l’association de géographes français, 96-2 | 2019, 161-180.

Référence électronique

Magalie Franchomme, Christelle Hinnewinkel et Samuel Challéat, « La trame noire, un indicateur de la place de la nature dans l’aménagement du territoire  », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-2 | 2019, mis en ligne le 10 octobre 2020, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/bagf/4764 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.4764

Haut de page

Auteurs

Magalie Franchomme

Maître de conférences de géographie, Univ. Lille, Univ. Littoral Côte d’Opale, EA 4477 - TVES - Territoires Villes Environnement & Société, F-59000 Lille, France – Courriel : magalie.franchomme[at]univ-lille.fr

Christelle Hinnewinkel

Maître de conférences de géographie, Univ. Lille, Univ. Littoral Côte d’Opale, EA 4477 - TVES - Territoires Villes Environnement & Société, F-59000 Lille, France – Courriel : christelle.hinnewinkel[at]univ-lille.fr

Samuel Challéat

Chercheur indépendant en géographie à l’Université Toulouse 2 - Jean Jaurès, UMR CNRS 5602 GEODE, Maison de la Recherche, Université de Toulouse 2 - Jean Jaurès 5 allée Antonio Machado, 31058 Toulouse Cedex 9 | Collectif RENOIR – Courriel : samuel.challeat[at]univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals