Navigation – Plan du site

Rapports à la nature, modes d’habiter et ingénierie écologique :les zones humides artificielles comme symboles de l’écologisation de l’action environnementale

How far constructed wetlands are symbolic of ecologic ways of acting?
Marion Amalric
p. 181-201

Résumés

Dans le domaine de la géographie environnementale, une démarche ancrée et participative analyse les rapports à la nature d’habitants, de décideurs et de concepteurs de zones de rejet végétalisées implantées dans deux communes de la moitié Sud de la France. Les systèmes de représentations dominants réifient tantôt la nature (telle un outil, un objet ou un standard technique et commercial), tantôt l’utilisent comme justification de l’action publique (argument esthétique, d’agrément, voire de « verdissement » des politiques). Ces conceptions sont en décalage avec les modes d’habiter des riverains des zones humides, pour qui la nature n’est pas idéalisée mais plutôt, dans ce cas, une innovation technique qui répondrait à des besoins écologiques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2020.

Plan

1. La géographie pour répondre aux enjeux environnementaux contemporains : étude des systèmes dominants et des modes d’habiter
1.1. Du bio-mimétisme à la tentation du “greenwashing” : l’éco-ingénierie du traitement des eaux usées
1.2. Pour une géographie sociale environnementale : l’approche phénoménologique de la nature
1.3. Modes d’habiter et rapports à la nature : vers une hybridation
2. Une approche « ancrée » de l’environnement en géographie : une démarche de terrain appliquée à l’ordinaire
2.1. Étude de cas : deux communes « ordinaires »
2.2. Une méthode ancrée et qualitative
3. Les représentations sociales de la nature : entre réification et justification ?
3.1 La « nature » réifiée
3.1.1. La « nature » comme outil
3.1.2. La « nature » comme objet
3.1.3. La « nature » comme standard
3.2. La nature comme justification
3.2.1. La « nature » comme cadre de vie
3.2.2. La « nature » comme alibi
4. Répercussion des représentations de la nature sur les modes d’habiter : quels fonctionnements territoriaux ?
4.1. Rapports à la nature et modes d’habiter : le quiproquo entre usagers et décideurs
4.2. Systèmes de représentations dominants et dominés
4.2.1. La nature réifiée, vision techniciste dominante du mode d’action environnemental
4.2.2. La nature comme justification, symbole de l’écologisation des politiques
Conclusion

Aperçu du texte

La question du renouveau des regards portés par la géographie sur la nature, objet de ce numéro du BAGF, questionne les effets territoriaux de l’apparition d’outils ou de dispositifs « écologiques » innovants dans le champ de la gestion de l’eau. Pour ce faire, la géographe cherche un positionnement théorique et méthodologique qui prenne en compte les débats sur « le grand partage » entre humains et non-humains [Latour 2004] et ceux sur les relations que les sociétés occidentales entretiennent avec la « nature » [Chartier & Rodary 2016, Choné & al. 2016, Descola & Pálsson 1996, Robic 1996]. Du point de vue théorique, la notion de « modes d’habiter » décrypte les effets sur les territoires des rapports complexes que les sociétés entretiennent avec l’environnement, notamment en prenant en compte les représentations et les pratiques [Debarbieux 1995, Di Méo 1998]. Du point de vue méthodologique, la démarche par « théorie ancrée » [Strauss & Corbin 2004, Glaser & Strauss 2010] p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Amalric, « Rapports à la nature, modes d’habiter et ingénierie écologique :les zones humides artificielles comme symboles de l’écologisation de l’action environnementale », Bulletin de l’association de géographes français, 96-2 | 2019, 181-201.

Référence électronique

Marion Amalric, « Rapports à la nature, modes d’habiter et ingénierie écologique :les zones humides artificielles comme symboles de l’écologisation de l’action environnementale », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-2 | 2019, mis en ligne le 10 octobre 2020, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/bagf/4852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.4852

Haut de page

Auteur

Marion Amalric

Maîtresse de conférences, Université de Tours, UMR CITERES 7324 CNRS, 33 allée Ferdinand de Lesseps, 37000 Tours – Courriel : marion.amalric[at]univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals