Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96-2Repenser la nature sauvage avec l...

Repenser la nature sauvage avec la géographie animale

Rethinking wilderness with animal geography
Philippe Sierra, Guillaume Marchand et Farid Benhammou
p. 202-216

Résumés

Au cours des vingt dernières années, on a assisté dans la géographie anglo-saxonne et secondairement chez les géographes français à l’essor d’une géographie animale, ou, plus justement, d’une géographie des animaux non humains. Se saisir pleinement de l’étude géographique des animaux, délaissée tant par les tenants de la géographie physique, souvent désarmés intellectuellement pour les étudier, que par ceux de la géographie humaine, souvent nombreux à rejeter les considérations environnementales pour des raisons épistémologiques (ce serait déterministe) ou idéologiques (écolo-scepticisme, « humanisme »), a ouvert la voie en fait à de nouvelles approches d’une géographie réconciliée. Ce faisant, l’approche des animaux permet de revisiter les notions de territoire, d’Habiter, de repenser les méthodes de la cartographie animale utilisées par les biologistes/éthologues et aussi de poser des questions éthiques et politiques sur notre rapport à l’environnement mais surtout aux autres. En décentrant le regard des finalités strictement humaines vers les relations humains-non humains, voire en permettant d’appréhender le point de vue animal, cette branche en constitution permet aussi de repenser l’objet « nature », à la fois en dépassant la dichotomie nature/culture déjà dénoncée mais aussi en posant de manière explicite la question de nos définitions de ces termes, et en particulier de la notion de « nature sauvage », que l’on entendra ici comme celle qui n’est pas domestiquée.
Dans un premier temps, il s’agira donc de faire le point sur les apports épistémologiques de la géographie animale à l’approche des environnements « naturels » (quels auteurs ? quel environnement considéré ? quelle « nature » déduite ?). Nous montrerons comment ces nouvelles approches doivent conduire à réviser notre regard de géographe sur la « nature ». Pour cela nous nous appuierons sur la question de la gestion d’espèces sauvages en nous appuyant sur le cas de l’Ibis sacré dans l’Ouest français.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 On peut considérer ici que les espèces sauvages sont celles qui sont majoritairement livrées à elle (...)

1Ce numéro consacré aux rapports entre les géographes et la « nature » est l’occasion de revenir sur un objet qui a été largement mésestimé. Alors que la « nature abiotique » a, quoique l’on en dise, été la source d’inspiration d’un courant très riche de la géographie française [Broc 2010], les travaux de géographes sur les animaux sont encore peu considérés. Cela fait pourtant maintenant une quinzaine d’années que certains d’entre eux ont pris le « tournant animal » et proposent des réflexions sur l’approche spatiale et territoriale de ces « marginaux » des sciences humaines et sociales. Cette prise en compte qui a été difficile apparaît aujourd’hui plus que nécessaire et a même pu avoir un écho élargi à travers le Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges 2017 consacré aux « territoires humains, mondes animaux ». En effet, on comprend aujourd’hui qu’ignorer les animaux (nous emploierons ce terme pour désigner en fait les animaux non-humains), c’est renoncer à comprendre la territorialisation, ce phénomène d’appropriation des espaces par des groupes humains qui a toujours conduit à l’éviction ou à la domination d’autres humains mais aussi d’animaux, cette appropriation des espaces qui a toujours conduit à l’éviction ou à la domination d’autres humains mais aussi de non-humains. C’est également oublier que la plupart des échanges économiques alimentaires ont des incidences directes ou indirectes sur les animaux, par la transformation de leur habitat, leur reproduction, leur élimination et leur commercialisation. Enfin, ce serait ignorer l’une des composantes de l’Habiter, ce rapport que nous avons à notre espace, notamment « naturel ». Du côté des questions animales, ignorer la géographie, c’est perdre de vue des clés de compréhension fondamentales quant à la répartition et la diffusion des animaux non-humains, mais surtout à la différenciation de leur appréhension d’un territoire à l’autre. Ce faisant, l’approche des animaux, est bien une voie nécessaire pour comprendre la « nature sauvage », c’est-à-dire celle qui n’est pas domestiquée et que l’on peut même retrouver dans les territoires les plus anthropisés, sans qu’elle soit présente par la volonté humaine (c’est le cas des animaux commensaux qui peuplent nos habitations, parcs et jardins)1. Au regard de tous ces éléments, nous proposons dans un premier temps, une brève rétrospective de la prise en compte de l’animal au sein de la géographie et, dans un second moment, une réflexion sur les questions posées par l’animal à cette discipline en les inscrivant dans la perspective de la lecture de la nature. L’étude de cas de l’Ibis sacré, cet « Africain indésirable » dans l’Ouest de la France, est symptomatique des modes de gestion de la faune et des conceptions de ce que doit être une bonne « nature sauvage ».

1. Les questions animales en géographie

1.1. Une apparition récente des questions animales dans la géographie française

  • 2 Humboldt A., Bonpland A. (1805)- Essai sur la géographie des plantes, Paris, Levrault et cie.
  • 3 Ainsi, dans les réflexions sur l’épistémologie de la géographie, seul Camille Vallaux, dans un peti (...)

2L’étude de la géographie des animaux faisait pleinement partie du programme tel que défini par Paul Vidal de la Blache au tournant des XIXème et XXème siècle [Benhammou & Sierra 2017]. Mais, alors qu’Alexandre de Humboldt, avec sa géographie des plantes2, est considéré à juste titre comme un précurseur dont se revendiquent les géographes, Charles Darwin et son étude des pinsons sont largement ignorés3. Au final, dès 1909, Emmanuel de Martonne dans son magistral Traité de géographie physique ne peut que regretter le faible intérêt des géographes français pour l’étude géographique des animaux, même si les différents auteurs s’inquiètent tous au début du vingtième siècle des disparitions d’espèces du fait de la chasse ou de la pêche excessives. Ce sont donc des naturalistes qui rédigent les premières synthèses de géographie animale, la biogéographie restant focalisée presque exclusivement sur l’étude de la végétation et la géographie humaine ne s’intéressant qu’aux animaux d’élevage comme une composante (ou un produit) des sociétés humaines.

  • 4 Il s’agit des manuels d’Elhai (1968), Braque (1987), Rougerie (1988).

3De Martonne mandate le zoologue et biogéographe Marcel Prenant pour combler les lacunes d’une zoogéographie. La greffe de sa géographie animale [Prenant 1933] ne prend pas, probablement en raison de la provenance des sciences naturelles de ce professeur de la Sorbonne, de l’originalité d’un travail ne correspondant pas à la « mode » des travaux de géographie des années 1930 ou bien encore en raison des opinions politiques de son auteur, longtemps haut cadre du Parti communiste français. Cette zoogéographie s’inscrit aussi dans la lignée classique du Britannique Alfred R. Wallace, naturaliste et géographe, co-inventeur de la théorie de la sélection naturelle avec Charles Darwin et du premier auteur important sur la géographie zoologiste, le naturaliste français, Édouard-Louis Trouessart [1890, 1922]. Alors que le Traité de de Martonne (quatre éditions de 1909 à 1927) se focalisait davantage sur les contraintes du milieu, M. Prenant propose, dans le cadre d’une démarche rigoureuse fondée sur des données statistiques, une ambitieuse synthèse sur les aires de répartition. L’humain n’est pas absent du propos, mais il tarde à apparaître, ses mentions ne s’articulant pas assez avec cette géographie animale. Par exemple, les prémices de l’ouvrage ne sont pas marquées par la place particulière de l’humain dans la nature, il n’apparaît explicitement qu’à partir de la deuxième partie portant sur la distribution des animaux, de manière assez secondaire et souvent implicite comme lorsqu’il évoque « la modification sous nos yeux d’aires d’extension de certaines espèces ». Il en est ainsi de l’expansion du rat surmulot ou de l’expansion de certains insectes parasites, notamment en lien avec le développement des circuits commerciaux au XVIIIème et XIXème qu’il évoque à peine bien après. Sans émettre de jugement de valeur, il parle néanmoins de la réduction d’aires de certains animaux (baleine, éléphant, lion, loup, ours…), résultat des pratiques d’exploitation ou d’éradication humaine. En fin d’ouvrage, un passage de quelques pages seulement est consacré à l’impact humain sur la modification du milieu. Au final, ce travail est intéressant pour montrer les approches scientifiques de l’époque, dominées par un naturalisme se voulant rigoureux mais aussi pour les manques, qui sont néanmoins des esquisses, concernant les relations humains/animaux au sens société/milieu (ou environnement). Par la suite, les manuels de géographie physique et notamment de biogéographie4, n’accordent qu’une portion congrue aux animaux, ce qui reflète une recherche focalisée sur les formes de relief, les dynamiques érosives et les formations végétales.

4Progressivement, la légitimité de la géographie physique est remise en cause par de nombreux géographes français qui souhaitent inscrire la géographie dans le seul champ des sciences sociales. Jacques Levy et Michel Lussault [2003], par exemple, la réduisent à une analyse de l’espace des sociétés, sociétés humaines bien sûr, l’étude des composantes non anthropiques du globe terrestre et donc des animaux n’entre plus dans le champ de la géographie telle qu’ils la définissent. L’étude des dynamiques environnementales, dans laquelle aurait dû être englobée la question animale, est alors institutionnellement complexe tant géographie physique et géographie humaine se sont chacune spécialisée d’où la difficulté pour fonder une véritable géographie environnementale [Gunnell 2008, Broc 2010, Chartier & al. 2016]. Pourtant, des travaux, parfois anciens, tentent de refonder une géographie de l’environnement entre nature et société mais peinent à sortir d’une audience limitée ou tardent à prendre leur ampleur dans les années 2000 [Bertrand 2002, Arnould & Simon 2007, entre autres]. Dans tous les cas, l’animal y est absent.

5Le paradoxe est donc que les animaux retrouvent leur place au sein de la géographie française par sa branche humaine. Trois textes fondateurs peuvent être relevés. Le premier est le livre de Nathalie Blanc publié en 1999, les Animaux et la Ville. Concentrant son étude sur les chats et les blattes, elle montre le rapport des citadins, à leurs concitoyens, à leur environnement urbain et somme toute à la « nature ». Le chat, animal domestique, est parfois vu comme un symbole de la nature en ville quand la blatte est perçue négativement et non-naturelle. Le deuxième est le numéro spécial de la revue Espaces et Sociétés sur la place de l’animal coordonné par Jean-François Staszak (2002). Ce numéro est rédigé principalement par des anthropologues et sociologues, qui font néanmoins le choix d’approcher les relations humains-animaux à travers un prisme spatial. C’est le cas notamment d’Isabelle Mauz qui y développe le concept de « juste place » des animaux, concept qui sera ensuite largement repris par les géographes français s’intéressant aux rapports aux animaux sauvages. Elle estime que cette « juste place » est bien sûr une construction sociale, qui repose sur les représentations collectives concernant tant les animaux que l’espace dans lequel ils se trouvent à un moment donné. Dans ce même numéro, Nathalie Blanc et Marianne Cohen plaident en faveur d’une pleine incorporation des animaux dans le champ disciplinaire, ceux-ci apparaissant à la fois comme des vecteurs de requalification des espaces, des éléments permettant de mesurer le rapport à l’autre mais aussi des indicateurs du fonctionnement biophysique des milieux et des relations entre les humains et leur environnement. À travers cet article, elles posent les jalons épistémologiques synthétisant les grandes pistes qui seront empruntées par les géographes français des animaux.

6Une troisième publication mérite d’être soulignée : celle en 2004, du Paysage animal de Xavier de Planhol, un ouvrage qui aborde sous un angle de zoogéographie historique l’évolution dans le temps et dans l’espace des rapports entre sociétés humaines et grande faune. Cette publication isolée dans la production géographique de cette période est divisée en trois parties, la première insistant sur l’ampleur de la destruction de diverses espèces animales, la seconde revenant sur les espèces ayant bénéficié directement ou indirectement de l’avancée de l’écoumène (espèces commensales, domestiques ou ensauvagées), puis, la dernière, évoquant la géographie des actions humaines et construisant une rétrospective régionalisée des rapports à la faune sous ses différents aspects (prédation, domestication, protection). De Planhol pose de manière particulièrement nette le fait que la constitution des territoires humains s’est réalisée par l’éviction de nombreuses espèces et la domestication de quelques-unes, c’est d’ailleurs ce qui le conduit à justifier l’élimination des grands fauves qui n’auraient pas selon lui leur place au sein des espaces conquis par les hommes. En promouvant des stratégies de conservation pour certaines espèces mais en appelant à la lutte contre d’autres, en critiquant les approches écologistes considérées comme naïves tout en faisant preuve d’un optimisme plutôt dangereux (l’auteur considère que l’ère des grandes extinctions est derrière nous), cet ouvrage ne manque pas de déstabiliser par son point de vue naturaliste très caricatural. Il est non seulement totalement anthropocentré mais assume et revendique la primatie et la domination de l’espèce humaine sur toutes les autres…

1.2. Le tournant animal en géographie

7Le tournant animal au sein de la géographie française n’est pourtant véritablement sensible que depuis une petite douzaine d’années [Benhammou 2016]. Les années 2005-2010 voient la publication de quelques thèses de géographie consacrées aux rapports entre sociétés humaines et animaux sauvages. Coralie Mounet sur la gestion de la faune sauvage à travers les cas du loup et du sanglier pose la question du « vivre ensemble ». Farid Benhammou propose une géopolitique de l’environnement à partir du retour ou de la réintroduction des grands prédateurs (loup et ours brun). Jean Estebanez, quant à lui, propose d’étudier les parcs zoologiques comme des dispositifs spatiaux, c’est-à-dire que l’agencement physique et matériel de ces lieux est fonction d’un certain nombre d’idées partagées sur ce qu’est l’humain, l’animal ou l’exotique. Dès lors, divers chercheurs se lancent dans des recherches impliquant les animaux, tandis que d’autres incorporent les questions animales dans leurs réflexions. Guillaume Marchand développe ainsi la question des conflits humains/animaux, qui permet de reposer les enjeux de la protection de l’environnement [Marchand 2016]. C’est ce que fait également Eric Glon [2009], qui à partir de l’exemple des oiseaux sauvages, critique les politiques de conservation visant à séparer l’homme des animaux, la clé d’une responsabilisation des premiers vis-à-vis des seconds se situant au contraire dans la proximité et la réactivation de liens.

8Ce tournant animal pris par la géographie française ne peut cependant être considéré isolément. Il s’inscrit dans un vaste mouvement touchant l’ensemble des sciences humaines et sociales et reste à la traîne comparé à la production anglophone. En effet, du côté anglo-saxon, on a en effet assisté à un très riche développement de la géographie animale comme l’a montré le géographe anglais Henry Buller dans son état de l’art en trois parties publié dans la revue Progress in Human Geography. Celui-ci en s’appuyant sur des centaines de références a du reste rappelé deux spécificités à l’étude des animaux qui ouvrent des voies encore peu explorées en France. La première est que les animaux sont des acteurs de l’espace, qu’ils sont eux-mêmes « géographes » [Buller 2015]. La seconde est qu’il n’y aurait pas de géographie animale sans considération éthique [Buller 2016]. Ainsi, la géographie animale anglo-saxonne partage un certain nombre de points communs avec son homologue française, toutefois, les réflexions sur les approches non-représentationnelles et critiques y sont plus poussées. Dans le premier domaine, il s’agit de ne plus considérer l’animal comme un simple révélateur des dynamiques socio-spatiales mais de s’intéresser à ce que certains auteurs comme Jamie Lorimer et Krithika Srinivasan [2013] nomment les espaces bestiaux (beastly places) en recentrant son discours sur la corporéité, l’écologie et l’expérience vécue des animaux mais aussi en leur reconnaissant un rôle au sein des sociétés humaines. Le livre de Sarah Whatmore, Hybrid Geographies, publié en 2002 est illustratif de cette nouvelle manière de faire de la géographie animale. Lorsque cette auteure s’intéresse aux réseaux sociaux, techniques et spatiaux visant à approvisionner les arènes de la Rome antique en « bêtes féroces » pour les venationes à partir de l’exemple des félins, elle cherche à retracer le parcours de ces animaux de façon très précise et reconstituer leur expérience sensorielle (présence/absence de lumière, privations, violences, sensations dans la cage de transport) à chaque étape (capture, transport, attente dans le vivarium de l’arène, entrée dans celle-ci). Dans le second domaine, les géographes anglo-saxons se sont rapidement positionnés dans une analyse critique du rapport des sociétés à l’animal, soit en mettant en parallèle les discriminations faites aux marginaux humains (les gays, les étrangers, les minorités ethniques…) et les animaux [Elder & al. 1998], soit en cherchant à dénoncer ouvertement les violences qui leur sont faites et les mécanismes sociaux, politiques et idéologiques qui les soutiennent [Gillespie & Collard 2015].

2. La géographie animale, outil pour mieux penser la « nature sauvage »

2.1. La géographie animale permet de repenser les approches humaines de la nature

9Au vu de ce qui a été exposé précédemment, il est clair que l’une des préoccupations majeures des géographes s’intéressant aux animaux est bien le rapport à la nature, prise dans son acception générale. Les géographes français s’intéressant aux animaux s’inscrivent pleinement dans la critique de la dichotomie homme/nature issue de la modernité et du monde occidental, ils ont à cœur de souligner l’hybridation profonde entre activités humaines et naturelles et invitent très souvent à dépasser le clivage géographie physique/géographie humaine qui a marqué la géographie au cours du vingtième siècle. En ce qui concerne l’hybridation nature/culture, les réflexions sont nombreuses, par exemple, Coralie Mounet [2010] démontre que les liens sociaux au sein d’un territoire possèdent une dimension naturelle, les animaux pouvant créer, défaire ou réagencer ses liens via leur présence ou la réalisation de certaines actions. Les travaux sur les animaux en ville [Blanc 2000, Estebanez 2017, Berthier & al. 2017] rappellent que l’espace urbain n’est pas seulement minéral, ni le produit/théâtre exclusif de dynamiques socio-économiques et politiques, il est également façonné et peuplé par des animaux non-humains appartenant à diverses catégories (domestiques, ensauvagés, commensaux, sauvages). Cette volonté de dépasser le clivage entre nature et culture poursuit des objectifs différents en fonction des sensibilités des auteurs. Certains s’en servent pour justifier une remise en cause du statut et du traitement actuel des animaux dans certaines sociétés humaines, d’autres l’utilisent pour critiquer les politiques de conservation de la nature (voir les considérations d’Eric Glon citées précédemment) ou encore certaines postures animalistes. Sur ce dernier point, Jean Gardin, Jean Estebanez et Sophie Moreau [2018] évoquent la « bipolarité » des abolitionnistes, un courant de pensée en éthique animale visant à l’exclusion de toute utilisation de l’animal et tout contact avec lui : alors que ses partisans évoquent une continuité entre l’homme et l’animal et nient l’existence d’une frontière ontologique entre eux, ils prônent néanmoins une séparation physique du monde humain et du monde animal. Si les différentes théories sur l’hybridité mobilisées par les géographes (celles, entre autres, de Bruno Latour, Donna Harraway ou Dominique Lestel) ont un intérêt certain pour repenser les frontières entre nature et culture, Catherine Johnston [2008] nous met toutefois en garde contre des dérives possibles si elles sont interprétées de façon trop hâtive : en considérant que nature et culture ne forment qu’un, en observant l’animal essentiellement avec des clés de lecture humaines ou en l’étudiant seulement lorsqu’il participe à des processus anthropiques, on risque quelque part de nier son essence, ses nécessités biologiques, sociales ou écologiques. Si nature et culture signifient la même chose, ont la même valeur et sont interchangeables, rien ne nous oblige à vouloir essayer de conserver le maximum d’espèces animales dans leur habitat naturel autant les remplacer par des robots ou se cantonner à leur observation dans des zoos (classiques ou virtuels) !

2.2. Inclure les territorialités dans les approches de la nature

  • 5 Ainsi lors du FIG 2017, le terme « mondes animaux » est venu remplacer celui de « territoires anima (...)

10Parmi les concepts revisités par les géographies animales, celui de territoire peut-être particulièrement fécond pour renouveler les approches de la « nature sauvage ». Le territoire, généralement défini comme un espace approprié, n’a longtemps été envisagé que dans une dimension politique, puis culturelle, pourtant, l’appropriation de l’espace ou territorialisation ne saurait être limitée à son versant humain [Goeury & Sierra 2016]. Peter Haggett, l’un des chefs de file de la Nouvelle Géographie, partait d’ailleurs du principe que : « pour comprendre la manière (…) dont nous organisons notre territoire, nous devons commencer par regarder au-delà de la barrière des espèces le comportement territorial plus simple des autres animaux » [Haggett 1983, p. 464]. Car si beaucoup rejettent la notion de « territoires animaux »5, estimant que le terme « territoire » implique une dimension identitaire proprement humaine [Bortolamiol & al. 2017], d’un point de vue épistémologique, il faut bien reconnaître que l’appropriation d’un espace se fait par des marquages, des évitements, des rapports de force que l’on retrouve chez de nombreuses espèces animales, et qui par conséquent peuvent être étudiés avec les méthodes des sciences géographiques. De plus, l’emprise humaine sur la planète est telle, que nos pratiques spatiales influent également sur les territorialités animales. Coralie Mounet [2007] évoque ainsi le cas des sangliers dans la région du Valbonnais. Ceux-ci ont trouvé refuge dans le parc national des Écrins afin d’échapper durant la journée à la pression cynégétique et mener leurs raids de nuit sur les espaces de culture voisins. On voit d’ailleurs comment la « nature sauvage » qui s’installe dans les villes n’occupe pas que les friches mais aussi les parties de l’espace non véritablement appropriées par l’homme mais établies à des fins utilitaires ou esthétiques, comme les réseaux souterrains ou les arbres… Nous avons ainsi, même dans les espaces les plus humanisés, des territorialités animales qui se superposent ou se juxtaposent à celles humaines, ce qui peut être source de tensions quand leurs marques sont considérées comme des nuisances. Dans les espaces moins anthropisés, l’intérêt porté aux territorialités animales par les géographes est néanmoins resté réduit, soulignons néanmoins, en France, les travaux de Sarah Bortolamiol (2014) sur les interactions humains-chimpanzés-forêt. L’un des enjeux ici est d’accroître la participation des géographes dans les réflexions sur les dynamiques des espaces de nature et sur les besoins spatiaux des animaux. Dans ce domaine une plus grande collaboration avec les éthologues et les écologues est souhaitable, les géographes pouvant aider à l’appréhension du cadre territorial humain qui englobe ses espaces naturels et d’analyser de façon fine l’impact des sociétés et activités humaines sur les territorialités animales. Dans le premier domaine, les géographes animaliers ont déjà démontré la pertinence d’une analyse multiscalaire des enjeux territoriaux liés aux problématiques environnementales, que ce soit F. Benhammou via ses travaux sur la géopolitique animale ou encore G. Marchand et sa grille de lecture pour l’analyse des conflits humains-animaux [Marchand 2013] ; les autres géographes n’étant pas en reste, notamment ceux qui s’inscrivent dans la political ecology. Au sujet des conflits autour des grands prédateurs en France, F. Benhammou, par exemple, rappelle que ceux-ci sont exacerbés par une contradiction entre enjeux environnementaux nationaux et européens (la préservation de la biodiversité) et enjeux régionaux ou locaux (la défense d’un pastoralisme déjà fragilisé sur le plan économique) ainsi que par la confrontation d’acteurs territoriaux aux représentations et opinions diverses quant à la façon d’occuper et de valoriser l’espace. Dans le second domaine, cette fine appréhension des territorialités humaines et animales et de leur enchevêtrement peut permettre de contribuer à la diplomatie animale proposée par B. Morizot [2014], autrement dit à la recherche des formes négociées de cohabitation avec la faune sauvage en lieu et place des méthodes zootechniques actuelles qui favorisent un contrôle létal à l’efficacité aujourd’hui largement remise en cause. Derrière ces réflexions, c’est bien à la manière de penser la « nature sauvage » et de la gérer spatialement que les apports des grilles de lecture géographiques et géopolitiques apparaissent les plus sensibles, en remettant en cause la vision technicienne d’écosystèmes en équilibre qu’il s’agirait de restaurer.

3. Gestion des animaux, lecture de la « nature sauvage », le cas révélateur de l’Ibis sacré

11Nous donnerons ici un exemple d’une approche géographique et géopolitique de la gestion des animaux afin de montrer à quel point elle est riche. En effet, que ce soit dans les espaces urbains ou dans les espaces naturels protégés, les gestionnaires de l’espace pratiquent des politiques visant à introduire, protéger, réguler ou éradiquer des espèces animales avec en général un discours très fort sur l’espace considéré.

3.1. L’Ibis sacré une espèce à éradiquer d’Europe

  • 6 Données ONCFS, 2018.
  • 7 La base de données DAISIE (acronyme du très alarmant « Delivering alien invasive species in Europe (...)

12Le cas de la gestion de l’Ibis sacré (Theskiornis aethiopicus) dans l’Ouest de la France est exemplaire de la difficulté à intégrer la mobilité des dynamiques naturelles et le caractère hybride des écosystèmes contemporains [Benhamou & Sierra 2017]. Si ce majestueux échassier, associé à l’Égypte antique (le Dieu Thôt), a disparu de la vallée du Nil dès le dix-neuvième siècle, il s’est par contre établi dans certaines régions littorales d’Europe, notamment dans l’Ouest de la France. En effet, dans les années 1990, l’espèce s’est diffusée à partir d’individus échappés du parc zoologique de Branféré (Morbihan) au point de connaître une croissance rapide de ses effectifs au début des années 2000. Suite à la mobilisation d’écologistes locaux s’inquiétant de l’établissement nouveau de cet échassier parmi des colonies d’autres oiseaux protégés, une expertise a conduit les autorités publiques à mettre en place une politique d’éradication. Celle-ci s’est traduite par l’élimination de plusieurs milliers d’individus, la population étant estimée en 2018 à 160 couples contre 1700 en 20066. Considéré comme une « espèce exotique envahissante », l’Ibis sacré a été classé en 2009 dans la liste des 100 espèces invasives les plus dangereuses d’Europe (DAISIE)7 puisque présentant une menace grave avec notamment des faits de « prédation sur plusieurs espèces menacées » et depuis le Règlement de la Commission Européenne de 2016, les États membres doivent agir contre cet oiseau.

3.2.… Du fait d’une argumentation orientée ignorant toute réflexion spatiale et territoriale

13Pourtant, toute l’argumentation repose sur une expertise à charge [Clergeau & al. 2005], rédigée rapidement, qui n’a pas démontré de nuisances réelles de l’Ibis sacré tant sur les activités humaines que sur les écosystèmes. L’idée d’éradication est justifiée au nom du « principe de précaution » qui « vaut à lui seul la réponse aux questions que beaucoup se posent au sujet de la présence de l’Ibis ». Bref, c’est parce qu’il s’agirait d’une espèce allochtone originaire d’Afrique qu’il conviendrait d’en préserver les écosystèmes européens qu’elle pourrait déséquilibrer. D’ailleurs, le lobbying pour l’éradication de cette espèce avait été mené par l’association écologiste « Bretagne vivante » qui écrivait ainsi : « si rien n’est entrepris, l’Ibis sacré fera partie de notre faune comme le ragondin » [Thomas 2016]. Le fait qu’en 2013 une étude scientifique montre que le régime alimentaire des Ibis sacré était constitué essentiellement de l’écrevisse de Louisiane [Marion 2013], une espèce invasive jusqu’alors sans prédateur, n’a pas conduit à infléchir la politique menée, alors même que ces résultats de recherche sur plusieurs années ont montré la faiblesse ou l’absence d’un impact négatif de l’Ibis sur l’avifaune déjà présente lors de son arrivée.

  • 8 Un phénomène du reste naturel que l’on observe ponctuellement de la part de beaucoup d’échassiers
  • 9 L’information a circulé sur les réseaux sociaux de militants écologistes à partir d’un tweet du gar (...)
  • 10 Témoignage recueilli par le biologiste Loïc Marion et cité lors du colloque « Sales bêtes ! Mauvais (...)

14Au-delà des questions posées sur les modalités de la gestion de la faune sauvage, ce véritable massacre ornithologique rappelle l’intérêt d’une analyse géographique et géopolitique des questions animales. En effet, les quelques cas rapportés de prédation d’œufs par les Ibis8, n’ont pas été contextualisés pour des raisons géopolitiques. Le premier cas en 2006 concernait une colonie de Guifette noire, qui s’était retrouvée exondée du fait de prélèvement d’eau plus important par les agriculteurs. Or la gestion du lac de Grand-lieu dépend des bonnes relations avec les agriculteurs en amont, qu’il fallait donc éviter de mettre en cause dans un rapport public. De même, à Noirmoutier l’information surexploitée9 de l’attaque d’œufs de Sterne caugek en 2004 n’avait pas fait mention d’une attaque de renard qui avait décimé la colonie quelques jours plus tôt. Il ne fallait pas nuire à la « réputation » des renards dans le contexte d’une réserve naturelle accusée de les abriter par des chasseurs et riverains souhaitant y organiser des battues10.

15L’allochtonie doit également être remise en place dans un contexte de transformations continues des milieux et de la faune. Si on prend le cas des grands oiseaux protégés à Grand-lieu, ils s’y sont établis au cours du vingtième siècle. Le Héron cendré est présent à partir de 1914, la Spatule blanche depuis 1973 et la Grande aigrette ne l’est que depuis 1994… Ainsi, toutes ces espèces auraient pu être considérées comme allochtones par rapport au milieu considéré ! L’allochtonie soulignée par les opposants à la présence de l’Ibis doit donc être recherchée à une autre échelle, celle des espaces continentaux. Ainsi, l’Ibis sacré se voit reprocher son origine africaine et son introduction par l’homme. Or, là encore, cette analyse est très contestable : l’Europe et l’Afrique du Nord appartiennent à la même région zoogéographique (le paléarctique ouest) car les frontières politiques n’ont aucun sens pour les oiseaux ! Ainsi, une réflexion géographique impliquant les échelles de temps et d’espace est une nécessité pour mieux cerner le terme « d’allochtone » qui n’a que peu de sens écologiquement parlant dans le contexte de milieux qui évoluent. De même, le regard sur la dynamique des milieux considérés permet de comprendre le caractère anthropisé de ceux-ci. Ainsi, pour reprendre l’exemple de Grand-lieu, même s’il s’agit du plus grand lac français d’origine naturelle, sa dynamique hydrologique dépend des aménagements agricoles alentour.

Conclusion

16On comprend ici qu’une approche géographique des questions animales permet de déconstruire certaines représentations, comme l’idée d’écosystème en équilibre stationnaire dont la faune n’évoluerait pas et qui serait nécessairement déséquilibré lors de l’implantation d’une nouvelle espèce. En effet, en introduisant l’approche des échelles de temps et d’espaces, elle montre que les écosystèmes évoluent dans le cadre de dynamiques à la fois naturelles et anthropiques, qu’il convient de prendre en compte dans les politiques environnementales. De plus, en réfléchissant aux rivalités qui peuvent s’exprimer localement entre différents acteurs du territoire, elle permet de repenser nos politiques de gestion de l’environnement.

17Plus globalement, ces questionnements ont, comme nous l’avons montré, pu être posés grâce à des géographes travaillant en géographie humaine qui ont réhabilité l’étude des animaux sauvages en géographie, ouvrant vers une géographie de l’environnement capable d’embrasser pleinement et conjointement les problématiques sociétales et environnementales en questionnant des catégories « modernes » telle que la nature/la culture mais aussi beaucoup d’autres (le rural/l’urbain ; le domestique/le sauvage, le politique/le scientifique…).

18De nouvelles voies sont ainsi ouvertes pour l’étude de la « nature » à travers les approches territoriales des animaux. Il s’agit de parvenir à intégrer leur « point de vue », leurs nécessités biologiques, sociales ou écologiques selon un angle davantage spatialisé. De telles approches devraient ouvrir sur une géographie pouvant contribuer significativement aux débats sur les éthiques environnementales et animales, deux domaines encore délaissés au sein de la communauté géographique française, mais essentiels à l’heure où les questions écologiques sont au cœur de l’agenda politique.

Haut de page

Bibliographie

Arnould, P. & Simon, L. (2007) – Géographie de l’environnement, Paris, Belin, coll. Atouts géographie, 303 p.

Benhammou, F. (2007) - Crier au loup pour avoir la peau de l’ours. Une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France, Thèse de doctorat en géographie, Paris, AgroParisTech-ENGREF, 638 p. + annexes

Benhammou, F. (2016) - « Une histoire contemporaine de la géographie française de l’animal », in D. Chartier & al., Manifeste pour une géographie environnementale, Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), pp. 141-164.

Benhammou, F. & Sierra, P. (2017) – « Epistémologie de la géographie des animaux en France : de la biogéographie à la géopolitique », Historiens et Géographes, n° 439, numéro spécial FIG : Territoires humains, mondes animaux (coord. F. Benhammou & P. Sierra), pp. 44-49. 

Benhammou, F. & Sierra, P. (2017) – « Un Africain indésirable, l’Ibis sacré. Analyse géopolitique d’un massacre », Historiens et Géographes, n° 439, numéro spécial FIG : Territoires humains, mondes animaux (coord. F. Benhammou & P. Sierra), pp. 96-99. 

Berthier, A., Clergeau, P. & Raymond, R. (2017) – « De la belle exotique à la belle invasive : Perceptions et appréciations de la Perruche à collier (Psittacula krameri) dans la métropole parisienne », Annales de Géographie, n° 716, pp. 408-434.

Bertrand, Cl. & Bertrand, G. (2002) – Une géographie traversière : l’environnement entre territoires et temporalités, Paris, Editions Arguments, 311 p.

Blanc, N. & Cohen, M. (2002) – « L’animal, une figure de la géographie contemporaine », Espaces et Sociétés, n° 110-111, pp. 25-40. 

Blanc, N. (2000) – Les Animaux et la ville, Paris, Odile Jacob, 232 p.

Bortolamiol, S., Raymond, R. & Simon, L. (2017) – « Territoires des humains et territoires des animaux : éléments de réflexions pour une géographie animale », Annales de géographie, n° 716, pp. 387-407. 

Bortolamiol, S. (2014) – Interactions hommes-chimpanzés-forêt. Approche spatiale et territoriale de la répartition des chimpanzés, des perceptions locales et de la gestion de la biodiversité (Sebitoli, parc national de Kibale, Ouganda), Thèse de doctorat de Géographie, Paris, Université Paris Diderot, 353 p. 

Boussin, L. (2006) – Société et animal : contrôler la grande faune sauvage. L’exemple du chevreuil dans le département de la Haute-Vienne, Thèse de doctorat en géographie, Université de Limoges, 435 p. 

Braque, R. (1987) – Biogéographie des continents, Paris, Masson, 470 p.

Broc, N. (2010) - Une histoire de la géographie physique en France, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 2 vol. , 716 p.

Buard, E., (2013) – Dynamiques des interactions espèces–espace. Mise en relation des pratiques de déplacement des populations d’herbivores et de l’évolution de l’occupation du sol dans le parc de Hwange (Zimbabwe), thèse de doctorat en géographieUniversité Paris 1, 393 p. 

Buller, H. (2015) – « Animal geographies II: methods », Progress in Human Geography, vol. 39, n° 3, pp. 374-384. 

Buller, H. (2016) - « Animal geographies III: ethics », Progress in Human Geography, vol. 40, no 3, pp. 422-430

Chanvallon, S. (2013) – « Les relations humains/animaux », Carnets de géographes, n° 5, https://journals.openedition.org/cdg/1057

Chartier, D. & Rodary, E. (2016) – Manifeste pour une géographie environnementale, Paris, Presses de Sciences Po, 440 p.

Clergeau, P., Yesou, P. & Chadenas, C. (2005) – Ibis sacré. Etat actuel et impacts potentiels des populations introduites en France métropolitaine, Rapport INRA-ONCFS, 53 p., www.oncfs.gouv.fr/IMG/pdf/ibis_INRA_ONCFS.pdf

De martonne, E. (1909) – Traité de Géographie physique, Paris, Armand Colin, 1909-1955.

Elder, G., Wolch, J. & Emel, J. (1998) – « Le Pratique Sauvage: Race, place, and the human-animal divide », in J. Wolch & J. Emel (dir), Animal geographies: Place, politics, and identity in the nature-culture borderlands, Londres, Verso, pp. 72-90.

Elhai, H. (1968) – Biogéographie, Paris, Armand Colin, 406 p.

Estebanez, J. (2010) – Les zoos comme dispositif spatial : pour une géographie culturelle de l’animalité, thèse de doctorat en Géographie, 2010, Université Paris 7 Diderot, 411 p.

Estebanez, J. (2014) « Des animaux-objets ? », Géographie et Cultures, n° 91-92, pp. 125-152, https://journals.openedition.org/gc/3364.

Estebanez, J. (2017) - « Qu’est-ce que la géographie humanimale ? », Historiens et Géographes, n° 439, numéro spécial FIG : Territoires humains, mondes animaux (coord. F. Benhammou & P. Sierra), pp. 49-51

Gardin, J., Estebanez, J. & Moreau, S. (2018) – « Comme la biche tétanisée dans les phares de la bagnole », Justice Spatiale, n° 12, octobre 2018, https://www.jssj.org/article/comme-la-biche-tetanisee-dans-les-phares-de-la-bagnole-la-justice-spatiale-et-les-animaux/

Glon, E. (2009) – « Faut-il prendre les canards sauvages pour des enfants du Bon Dieu ? », Géographie et Cultures, n° 69, pp. 43-58, https://journals.openedition.org/gc/3557

Goeury, D. & Sierra, P. (2016) – Introduction à l’analyse des territoires, Paris, A. Colin, 224 p. 

Gunnell, Y. (2009) – Écologie et sociétés, Paris, Armand Colin, coll. U, 418 p.

Haggett, P. (1983) – Geography: a modern synthesis, New York, Harper & Row, Publishers, 3d edition, 464 p. 

Johnston, C. (2008) – « Beyond the clearing: Towards a dwelt animal geography », Progress in Human Geography, vol. 32, n° 5, pp. 633–649.

Levy, J. & Lussault, M. (coord.), (2003) – Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1033 p.

Lorimer, J. & Srinivasan, K. (2013) – « Animal geographies », in N.C. Johnson, R. Schein & J. Winders (eds). The Wiley-Blackwell Companion to Cultural Geography, Oxford, John Wiley & Sons, pp. 332-342. 

Lynn, W.S. (1998), « Animals, ethics and geography ». in J. Wolch & J. Emel (eds), Animal Geographies: Place, Politics and Identity in the Nature-Culture Borderlands. Londres, Verso, pp. 280–298. 

Marchand, G. (2013) – « Les conflits hommes/animaux sauvages sous le regard de la géographie : cadre territorial, perceptions et dimension spatiale », Carnets de Géographes, n° 5, « Où sont les animaux, pour une géographie humanimale pp. 1-14, https://journals.openedition.org/cdg/1070.

Marchand, G. (2016) – « Analyse de la dimension spatiale des conflits homme/faune sauvage dans la réserve de développement durable de la rivière Uatumã (Amazonas, Brésil) », Cybergeo : European Journal of Geography, n° 792, https://journals.openedition.org/cybergeo/27807.

Marion, L. (2013) – « Is the sacred ibis a real threat to biodiversity? Long term study of its diet in non-native areas compared to native areas », CR Biol, vol. 336, n° 4, pp. 207-220.

Mauz, I. (2002) – « Les conceptions de la juste place des animaux dans les Alpes françaises », Espaces et sociétés, n° 110-111, 2002, pp. 129-145. 

Morizot, B. (2014) – « Les diplomates. Cohabiter avec un prédateur sauvage à l’anthropocène », Revue Semestrielle du Droit Animalier, n° 2014-1, pp. 295-333

Mounet, C. (2007) - Les Territoires de l’imprévisible. Conflits, controverses et « vivre ensemble » autour de la gestion de la faune sauvage. Le cas du loup et du sanglier dans les Alpes françaises, thèse de doctorat en géographie, Grenoble, Université Joseph-Fourier, 564 p. 

Planhol, X. de (2004) – Le Paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoogéographie historique, Paris, Fayard, 1127 p.

Prenant, M. (1933a) - Géographie des animaux, Paris, A. Colin, 199 p.

Prenant, M. (1933b) – La Vie, l’évolution des espèces et le marxisme, Paris, Bureau d’Éditions, 32 p.

Rougerie, G. (1988) – Géographie de la biosphère, Paris, Armand Colin, 288 p.

Staszak, J.-F. (dir.) (2002) – « La place de l’animal. Présentation », Espaces et Sociétés, n° 110-111, pp. 19-24

Trouessart, E. L. (1890) – La géographie zoologique, Paris, J.B. Baillère, 338 p.

Trouessart, E. L. (1922) – La distribution géographique des animaux, Paris, G. Doin, 332 p.

Haut de page

Notes

1 On peut considérer ici que les espèces sauvages sont celles qui sont majoritairement livrées à elles-mêmes pour la réalisation des activités qui composent leur existence (recherche de nourriture, défense du territoire, recherche de partenaires sexuels), même si elles utilisent parfois des ressources d’origine humaine (habitant villes ou champs, se nourrissant de productions humaines, etc…).

2 Humboldt A., Bonpland A. (1805)- Essai sur la géographie des plantes, Paris, Levrault et cie.

3 Ainsi, dans les réflexions sur l’épistémologie de la géographie, seul Camille Vallaux, dans un petit ouvrage paru en 1925 intitulé les sciences géographiques (ed. Alcan), évoque Darwin comme précurseur du raisonnement géographique.

4 Il s’agit des manuels d’Elhai (1968), Braque (1987), Rougerie (1988).

5 Ainsi lors du FIG 2017, le terme « mondes animaux » est venu remplacer celui de « territoires animaux » initialement proposé.

6 Données ONCFS, 2018.

7 La base de données DAISIE (acronyme du très alarmant « Delivering alien invasive species in Europe ») recense les « espèces invasives » en Europe.

8 Un phénomène du reste naturel que l’on observe ponctuellement de la part de beaucoup d’échassiers

9 L’information a circulé sur les réseaux sociaux de militants écologistes à partir d’un tweet du garde de la réserve naturelle de Mullemberg de Noirmoutier.

10 Témoignage recueilli par le biologiste Loïc Marion et cité lors du colloque « Sales bêtes ! Mauvaises herbes ! » AHPNE (Association pour l’Histoire de la Protection de la Nature et de l’Environnement), 31 janvier – 1er février 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Sierra, Guillaume Marchand et Farid Benhammou, « Repenser la nature sauvage avec la géographie animale »Bulletin de l’association de géographes français, 96-2 | 2019, 202-216.

Référence électronique

Philippe Sierra, Guillaume Marchand et Farid Benhammou, « Repenser la nature sauvage avec la géographie animale »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-2 | 2019, mis en ligne le 10 octobre 2020, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bagf/4886 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.4886

Haut de page

Auteurs

Philippe Sierra

Professeur de géographie en CPGE aux lycées Fermat et Saint Sernin de Toulouse – Courriel : phsierra[at]yahoo.com

Guillaume Marchand

Docteur en géographie – Courriel : gaelmarch56[at]gmail.com

Farid Benhammou

Chercheur associé au Laboratoire Ruralités (Université de Poitiers) et Professeur de géographie en CPGE au lycée Camille Guérin de Poitiers – Courriel : fbenhammou2002[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search