Navigation – Plan du site

Repenser la nature sauvage avec la géographie animale

Rethinking wilderness with animal geography
Philippe Sierra, Guillaume Marchand et Farid Benhammou
p. 202-216

Résumés

Au cours des vingt dernières années, on a assisté dans la géographie anglo-saxonne et secondairement chez les géographes français à l’essor d’une géographie animale, ou, plus justement, d’une géographie des animaux non humains. Se saisir pleinement de l’étude géographique des animaux, délaissée tant par les tenants de la géographie physique, souvent désarmés intellectuellement pour les étudier, que par ceux de la géographie humaine, souvent nombreux à rejeter les considérations environnementales pour des raisons épistémologiques (ce serait déterministe) ou idéologiques (écolo-scepticisme, « humanisme »), a ouvert la voie en fait à de nouvelles approches d’une géographie réconciliée. Ce faisant, l’approche des animaux permet de revisiter les notions de territoire, d’Habiter, de repenser les méthodes de la cartographie animale utilisées par les biologistes/éthologues et aussi de poser des questions éthiques et politiques sur notre rapport à l’environnement mais surtout aux autres. En décentrant le regard des finalités strictement humaines vers les relations humains-non humains, voire en permettant d’appréhender le point de vue animal, cette branche en constitution permet aussi de repenser l’objet « nature », à la fois en dépassant la dichotomie nature/culture déjà dénoncée mais aussi en posant de manière explicite la question de nos définitions de ces termes, et en particulier de la notion de « nature sauvage », que l’on entendra ici comme celle qui n’est pas domestiquée.
Dans un premier temps, il s’agira donc de faire le point sur les apports épistémologiques de la géographie animale à l’approche des environnements « naturels » (quels auteurs ? quel environnement considéré ? quelle « nature » déduite ?). Nous montrerons comment ces nouvelles approches doivent conduire à réviser notre regard de géographe sur la « nature ». Pour cela nous nous appuierons sur la question de la gestion d’espèces sauvages en nous appuyant sur le cas de l’Ibis sacré dans l’Ouest français.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2020.

Plan

Introduction
1. Les questions animales en géographie
1.1. Une apparition récente des questions animales dans la géographie française
1.2. Le tournant animal en géographie
2. La géographie animale, outil pour mieux penser la « nature sauvage »
2.1. La géographie animale permet de repenser les approches humaines de la nature
2.2. Inclure les territorialités dans les approches de la nature
3. Gestion des animaux, lecture de la « nature sauvage », le cas révélateur de l’Ibis sacré
3.1. L’Ibis sacré une espèce à éradiquer d’Europe
3.2.… Du fait d’une argumentation orientée ignorant toute réflexion spatiale et territoriale
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Ce numéro consacré aux rapports entre les géographes et la « nature » est l’occasion de revenir sur un objet qui a été largement mésestimé. Alors que la « nature abiotique » a, quoique l’on en dise, été la source d’inspiration d’un courant très riche de la géographie française [Broc 2010], les travaux de géographes sur les animaux sont encore peu considérés. Cela fait pourtant maintenant une quinzaine d’années que certains d’entre eux ont pris le « tournant animal » et proposent des réflexions sur l’approche spatiale et territoriale de ces « marginaux » des sciences humaines et sociales. Cette prise en compte qui a été difficile apparaît aujourd’hui plus que nécessaire et a même pu avoir un écho élargi à travers le Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges 2017 consacré aux « territoires humains, mondes animaux ». En effet, on comprend aujourd’hui qu’ignorer les animaux (nous emploierons ce terme pour désigner en fait les animaux non-humains), c’est re...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Sierra, Guillaume Marchand et Farid Benhammou, « Repenser la nature sauvage avec la géographie animale », Bulletin de l’association de géographes français, 96-2 | 2019, 202-216.

Référence électronique

Philippe Sierra, Guillaume Marchand et Farid Benhammou, « Repenser la nature sauvage avec la géographie animale », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-2 | 2019, mis en ligne le 10 octobre 2020, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/bagf/4886 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.4886

Haut de page

Auteurs

Philippe Sierra

Professeur de géographie en CPGE aux lycées Fermat et Saint Sernin de Toulouse – Courriel : phsierra[at]yahoo.com

Guillaume Marchand

Docteur en géographie – Courriel : gaelmarch56[at]gmail.com

Farid Benhammou

Chercheur associé au Laboratoire Ruralités (Université de Poitiers) et Professeur de géographie en CPGE au lycée Camille Guérin de Poitiers – Courriel : fbenhammou2002[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals