Navigation – Plan du site

Nature et agriculture : représentations croisées et contingence des temps

Nature and farming: crossed representations and time contingency
Sandrine Petit
p. 217-230

Résumés

Les natures sont socialement constituées. Dans une perspective de géographie de l’environnement, cet article aborde deux formes d’interprétation des relations entre Homme et nature : les représentations et l’anticipation du futur. Comment des agriculteurs se représentent-ils les objets de nature définis par d’autres comme lac, rivières et bassins versants ? Différemment. Le rapport des agriculteurs à la nature est singulier. Leur regard et leurs représentations se forgent à travers des actes et des pratiques matérielles. Mais le temps modifie ces représentations. Le changement climatique vient bousculer les représentations établies de la nature. Il amène à envisager l’avenir en rupture avec le passé, c’est-à-dire pour le géographe trouver des méthodes pour aborder le futur. A la frontière entre recherche et action, l’imagination du futur peut être un ressort pour penser de manière renouvelée les relations entre les groupes sociaux et la nature.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2020.

Plan

1. Démarche méthodologique : entretiens qualitatifs et translation dans le temps
2. Représentations de l’eau par les agriculteurs
2.1. Un lac contre-nature versus un bassin versant naturel
2.2. Un réseau d’eau hybride aux circulations naturelles et artificielles
2.3. Synthèse des 2 cas : l’eau domestiquée et des aménagements contre-nature
3. Des relations à la nature contingentes des temps
3.1. Du passé au futur
3.2. L’imagination créative de situations futures
Conclusion

Aperçu du texte

Dans le dictionnaire de la géographie de Pierre George et Fernand Verger [1970-1996], la nature ne fait pas partie des entrées. Par contre, le terme environnement est appliqué « à l’observation des effets des activités humaines de tous ordres sur leur entourage ». Il est question des dommages provoqués par les activités humaines, comme les pollutions. Les auteurs soulignent le sens nouveau pris par l’écologie dans les années 1970 : un mode de réflexion sur l’aménagement du territoire qui cherche à comprendre comment peuvent s’organiser et se modifier les relations entre la nature, les citoyens et la société industrielle. Dans le dictionnaire plus récent de Jacques Lévy et Michel Lussault [2003], la nature est une construction sociale ; elle est l’incorporation des processus physiques et biologiques par la société. Dans les représentations collectives des années 1980, la « nature » est souvent la « campagne » [Mathieu & Jollivet 1989].

Agriculture et nature se trouvent liées à traver...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Petit, « Nature et agriculture : représentations croisées et contingence des temps », Bulletin de l’association de géographes français, 96-2 | 2019, 217-230.

Référence électronique

Sandrine Petit, « Nature et agriculture : représentations croisées et contingence des temps », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-2 | 2019, mis en ligne le 10 octobre 2020, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/bagf/4918 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.4918

Haut de page

Auteur

Sandrine Petit

Géographe, ingénieure de recherche à l’Inra, CESAER, AgroSup Dijon, INRA, Univ. Bourgogne Franche-Comté, F-21000 Dijon, France, 26 boulevard Dr Petitjean BP87999 21079 Dijon Cedex – Courriel : sandrine.petit[at]inra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals