Navigation – Plan du site

Le retour du naturel : regards insulaires à partir de l’archipel des Galapagos et des petites îles de Méditerranée

Return to nature: an insight into the Galapagos archipelago and the small Mediterranean islands
Orianne Crouteix et Josselin Guyot-Téphany
p. 282-300

Résumés

La géographie s’est construite par la multiplication d’approches épistémologiques, ce qui a conduit à une scission entre géographie physique et humaine au milieu du XXè siècle. Cette histoire est retracée en insistant sur les relations entre géographie, sciences naturelles et politiques de conservation à l’aune de l’insularité ; les îles ayant occupé une place centrale dans la construction de ces savoirs et l’élaboration de ces politiques. La persistance du discours naturaliste dans les politiques environnementales est précisée malgré l’apparition du mouvement intégrateur caractéristique du développement durable. Ensuite, par une étude comparative de deux terrains - l’archipel des Galapagos et les petites îles de Méditerranée – est décrite la (re)mobilisation de ce discours par des acteurs scientifiques et politiques. Enfin, la longue immersion des auteurs dans les milieux naturalistes et leur participation à des projets opérationnels, pointent les limites de l’intégration de la géographie comme sciences humaines pour dépasser le modèle conservationniste, alors que cette discipline apparaît l’une des plus à même de construire une voie alternative au naturalisme.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2020.

Plan

1. Géographie, nature et insularité
1.1. Environnementalisme précoce et géographie : l’intégration manquée
1.2. Biogéographie insulaire : entre universalité et particularisme des îles
1.3 Les contradictions des politiques environnementales contemporaines : entre intégration et retour aux barrières
2. Le retour en force du naturel : étude comparative de projets de conservation en domaine insulaire
2.1. Les Galapagos et les petites îles de Méditerranée : lieux de (re)mobilisation du naturalisme
2.1.1. Les Galapagos : un archipel prisonnier des représentations naturalistes
2.1.2. Les petites îles de Méditerranée : application d’un discours naturaliste par les acteurs de la coopération internationale
2.2. Retour sur nos expériences de géographes dans ces milieux de la conservation
2.2.1. Brève histoire du département des sciences sociales de la Fondation Charles Darwin aux Galapagos
2.2.2. La difficile intégration de nouvelles représentations dans une structure opérationnelle : l’Initiative PIM
Conclusion

Aperçu du texte

Depuis une vingtaine d’années, la nature fait son grand retour en géographie. L’irruption des problématiques environnementales re-problématise et réarticule les différents champs de la géographie physique tout en constituant un nouvel objet d’étude pour les spécialistes de géographie humaine, concourant ainsi à l’émergence rapide de la « nouvelle géographie de l’environnement » [Lévy & Lussault 2003]. Marquée par le sceau de la diversité, cette nouvelle ramification disciplinaire se caractérise toutefois par la volonté commune de rompre avec les approches strictement positivistes pour appréhender la nature comme un construit social, une nouvelle entrée pour l’étude de l’espace et des sociétés [Arnould & Glon 2005]. De par leur ancrage territorial, les espaces protégés ont retenu toute l’attention des géographes de l’environnement. Beaucoup ont dénoncé l’idéologie naturaliste sous-jacente à l’essor de ces territoires et son anachronisme à l’heure du développement durable [Depraz 2008...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Orianne Crouteix et Josselin Guyot-Téphany, « Le retour du naturel : regards insulaires à partir de l’archipel des Galapagos et des petites îles de Méditerranée », Bulletin de l’association de géographes français, 96-2 | 2019, 282-300.

Référence électronique

Orianne Crouteix et Josselin Guyot-Téphany, « Le retour du naturel : regards insulaires à partir de l’archipel des Galapagos et des petites îles de Méditerranée », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-2 | 2019, mis en ligne le 10 octobre 2020, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/bagf/5105 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.5105

Haut de page

Auteurs

Orianne Crouteix

Doctorante, Université de Limoges, GEOLAB UMR 6042 CNRS – Courriel : orianne.crouteix[at]etu.unilim.fr

Josselin Guyot-Téphany

Doctorant, Université de Limoges, GEOLAB UMR 6042 CNRS – Courriel : josselin.guyot[at]etu.unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals