Navigation – Plan du site
2. Analyses

Le temps de l’engagement, enjeux et développement d’une géographie appliquée (1970-1980)

The era of commitment, issues and development of applied geography, 1970-1980
Solène Gaudin
p. 111-125

Résumés

L’orientation des géographes en direction de l’action et des applications a donné lieu à des réticences affirmées et à de nombreux débats. Le développement de la géographie appliquée dans les années 1970 correspond à la fin d’une polémique et coïncide avec une diversification des fonctions et des contraintes – d’enseignement notamment – de la géographie universitaire. La géographie appliquée se développe et s’institutionnalise durant les deux décennies suivantes, jusqu’à la multiplication, dans les années 1990, de géographies sous contrat. Mais les années 1970 marquent encore les hésitations et les tâtonnements devant une bifurcation de la discipline, des finalités pratiques des travaux, mais aussi de la structuration de la formation. Portés par des géographes engagés, la géographie appliquée va représenter, durant cette période, l’ancrage et les paradoxes de l’implication de la discipline dans le débat social et les questions d’aménagement et de planification qui lui sont liés.

Haut de page

Texte intégral

1Si, historiquement, des géographes se sont illustrés en donnant ponctuellement des prolongements pratiques à leurs réflexions - comme Emmanuel de Martonne lors de la conférence de paix en 1918 ou Albert Demangeon à propos du « Déclin de l’Europe » en 1920 notamment -, le développement de la géographie appliquée en France fut tardif. C’est à partir des années 1930, dans un contexte lié aux prémices de la crise économique dans les territoires industrialisés du nord de l’Europe et sous l’influence des travaux de Laurence Dudley Stamp, ou d’Omer Tulippe, que les premières études de géographie appliquée apparaissent sous la direction de précurseurs (Raoul Blanchard, André Cailleux, Jean Tricart, etc.), parfois aux marges de l’institution. Parmi eux, Michel Phlipponneau fait figure de référence. Ardent militant d’une géographie pragmatique et malgré de vives réticences de la part de la communauté scientifique, il consacre à partir des années 1950 une large partie de sa carrière universitaire et de ses travaux à promouvoir ce qu’il considère comme « l’épanouissement même de la géographie » [Phlipponneau 1952]. Ce faisant, le développement de recherches appliquées est à l’origine d’une des plus sévères et « vieilles querelles » [Lussault 1999] de la discipline. Un « grand débat » [Claval 1998] dont les années 1970 semblent marquer la fin, comme en témoigne, dès la décennie suivante, la multiplication des études et l’institutionnalisation progressive de la pratique. Ainsi, l’histoire du développement de la géographie appliquée en France est-elle généralement bornée d’une part par ces débuts difficiles et, d’autre part, par le temps de sa reconnaissance institutionnelle symboliquement marquée par la création d’une chaire de géographie appliquée à la Sorbonne à la fin des années 1960. Selon ce découpage chronologique, les années 1970, période d’hésitations mais aussi de tâtonnements, restent en grande partie occultées. Il s’agit pourtant d’une décennie extrêmement riche quant à la diversité des approches et des questionnements soulevés par les hésitations d’une profession à se tourner vers l’action.

2Poser la focale sur ces années permet de questionner les raisons du consensus qui se dégage concernant la géographie appliquée au sein de la communauté universitaire. En ce sens, l’École française de géographie rattrape-t-elle son retard et/ou se conforme-t-elle aux évolutions internationales ? Et comment, pour répondre aux attentes de la société, la discipline se réorganise-t-elle au lendemain des évènements de Mai 68 ? Il s’agit ainsi de comprendre les difficultés comme les motivations rencontrées par ces partisans et initiateurs, ou comment, dans les années 1970, les « défroqués » l’ont emporté !

3L’article revient tout d’abord sur les raisons du consensus qui s’instaure autour de la géographie appliquée dans les années 1970, puis il présente les tâtonnements et les rodages de ces expertises géographiques portées par un contexte international favorable. Dans un dernier temps, nous proposons de revenir sur le parcours d’un des pères de la géographie appliquée en France, M. Phlipponneau, en observant plus particulièrement le glissement qui s’est opéré durant cette période, du géographe pragmatique vers l’acteur engagé et impliqué dans l’action politique et dont la carrière reflète les paradoxes et les ambiguïtés de l’affirmation de la géographie appliquée.

1. Les années 1970 et la Géographie Appliquée : Fin d’une polémique, début des « années noires »

4« Recherches géographiques orientées en vue d’applications pratiques » selon Antoine Bailly (1998), la géographie appliquée se définit par son orientation pratique, utilitaire ce qui peut également conduire à s’interroger sur l’usage qui peut être fait d’une « géographie à la demande » [Brunet 1992, p. 238]. Face à la nécessité d’une évolution des cadres, du positionnement, mais également des débouchés de la discipline, la géographie appliquée va connaître un succès croissant dans les années 1970, dépassant les clivages déontologiques et épistémologiques du milieu du XXème siècle.

1.1. La nécessité de l’utilité

5Le terme de « géographie appliquée » est une transcription de l’Applied geography, employé probablement pour la première fois par le géographe français Pierre Foncin en 1874 et quelques années plus tard par le géographe britannique A.J. Hebertson, vers 1890, concernant alors les rapports que la géographie entretient avec le monde des affaires. L’expression est reprise par L. Dudley Stamp en Grande-Bretagne lorsque les applications vont s’y multiplier avec la planification et surtout la mise en place du land utilization survey en 1948. Elle va alors s’imposer progressivement dans l’ensemble du monde anglophone et plus tardivement au sein des géographes français. Depuis l’Entre-deux-guerres, la communauté des géographes universitaires français s’est de plus en plus désintéressée des productions étrangères et les échanges internationaux entre chercheurs sont restés modestes. Il s’agissait davantage d’aller à l’étranger mettre en pratique les méthodes de l’école classique française que de procéder à des échanges de pratiques et d’études. Cette situation peut s’expliquer par ce qu’A. Meynier (1969) appelle « l’oliganthropie » de la discipline : peu nombreux et absorbés par les tâches de formation des futurs enseignants, les universitaires se seraient trouvés « cantonnés dans la fonction classique de reproduction scolaire au moment même où la corporation s’ouvrait à une autre perspective pragmatique » [Robic 1996, p. 52]. Mais le choix de l’étude concrète et la faible part accordée aux travaux théoriques participent à cantonner la géographie française à l’exercice bien rodé de la monographie régionale. De plus, la relation historique qu’entretient la géographie avec l’histoire en France a contribué à cette pudeur de la pratique. La formation alors dispensée ne prépare pas réellement les géographes à la dimension prospective qu’implique la géographie appliquée. L’exercice n’est ainsi guère favorable aux débats concernant les transformations sociales que connaît alors la France, ce que les étudiants ne manqueront pas de critiquer ouvertement en 1968.

6L’engagement des géographes vers les applications répond ainsi aux souhaits de la discipline de sortir du carcan académique et de répondre aux questions posées par les profondes transformations sociales et économiques des années 1960-1970. Cette évolution est datée et intervient à une époque qui exprime « dans ce souci d’applications toute l’influence de la finalité productiviste des sociétés contemporaines et du désir de mieux contrôler l’aménagement des espaces physiques et humains » [Bailly 1991, p. 312]. Et ce, même si « les multiples aspects de la géographie appliquée sont aussi anciens que la géographie elle-même » [Phlipponneau 1999]. Ce n’est pas la mise en œuvre de la géographie appliquée qui est nouvelle mais le fait que pendant environ cinquante ans en France les géographes aient été réticents face à toute préoccupation utilitaire qui est une parenthèse dans l’histoire de la géographie. De fait, les travaux de géographie appliquée n’adoptent pas une méthodologie radicalement différente, mais se présentent comme le prolongement, sous forme d’applications pratiques, de travaux géographiques à finalité scientifique et pouvant donner lieu à des applications.

7Le développement de la géographie appliquée coïncide ainsi avec la « libéralisation progressive de la science géographique des contraintes scolaires » [Broggio 1997, p. 297]. La question de la formation des étudiants conditionne fortement les axes de recherche et d’étude de la géographie universitaire tant l’enseignement secondaire représente alors le débouché quasi exclusif des géographes. Or, le nombre d’étudiants en géographie s’accroît plus vite que le nombre de postes offerts par l’enseignement secondaire d’autant que les géographes laissent échapper, au bénéfice des économistes, des sociologues et des politistes l’initiation de la jeunesse aux problèmes du monde contemporain. Parallèlement, le nombre de thèses de troisième cycle progresse, mais à un rythme et selon des objectifs qui ne compensent pas la réduction des postes aux concours de l’enseignement. Une prospection de l’Intergéo Bulletin permet d’avoir une vue d’ensemble de ces productions. Le nombre de thèses soutenues passe de 46 en 1969, à 56 en 1970, puis 74 l’année suivante jusqu’à atteindre 140 soutenances en 1979.

8Pour les partisans de la géographie appliquée il est donc primordial d’ouvrir de nouveaux débouchés aux étudiants, d’autant que la majorité des postes administratifs de premier plan pour lesquels des compétences géographiques peuvent être requises (planification, gestion du territoire, urbanisme,…) ont été pourvus par des diplômés d’autres formations universitaires, issus notamment de grandes écoles où l’esprit de corps exacerbé ne facilite pas l’intégration de géographes. Cette préoccupation en direction de la « professionnalisation » des étudiants en géographie est d’autant plus marquée chez une génération d’enseignants aux origines modestes, sensibles et soucieux de développer tant la discipline que de l’ouvrir aux catégories populaires. L’avenir de ces classes nombreuses d’après-guerre est un argument supplémentaire pour les partisans et précurseurs de la géographie appliquée en France comme J. Tricart et M. Phlipponneau, qui voient tous les deux dans cette orientation la perspective de débouchés à grande échelle.

9Cependant, malgré ces perspectives, « plusieurs géographes [pensent] (…) que ce n’est pas à l’emploi de s’adapter aux postulants, mais aux postulants à ne s’engager dans une voie que s’ils sont assurés des débouchés professionnels » [Meynier 1969, p. 186]. L’argument des partisans de la géographie appliquée selon lequel il faut offrir des débouchés aux jeunes qui, au début des années 1970, du fait du baby boom et de la démocratisation de l’enseignement, arrivent plus nombreux à l’université, ne fait pas encore consensus.

1.2. La fin d’une controverse

10Certains géographes auront des mots sévères pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme un risque pour la géographie. Ainsi, Maurice Le Lannou préconisait de « renoncer notamment à la morphologie, ce dilettantisme, et à la géographie appliquée, ce leurre. » [1949, cité par A. Meynier 1969, p. 204]. Un des reproches récurrents adressés aux praticiens de la géographie appliquée concerne la déontologie de la discipline : en s’engageant dans la pratique, le géographe ne va-t-il pas perdre ce qui est un des caractères les plus forts de sa position, l’objectivité du scientifique-expert. Peut-on rester, dans le cadre de travaux géographiques demandés par des utilisateurs, capable de conduire les recherches avec la même rigueur, la même indépendance d’esprit que celle qui prévaut dans le cas de la recherche pure ?

11L’une des oppositions les plus vives sera celle manifestée par Pierre George : « On n’a pas à faire d’application, c’est du travail de journaliste » conclua-t-il en 1955 lors de la soutenance de thèse de M. Phlipponneau ajoutant que « le géographe n’a pas à prévoir l’avenir », le privant ainsi de l’unanimité pour la mention « très honorable » ce qui valut à son auteur de ne pas être immédiatement nommé maître de conférences à Rennes et de ne pas voir sa thèse analysée dans les Annales de Géographie.

12A travers différentes publications, Pierre George va tenter de démontrer [George 1961, 1964 , 1970] l’incompatibilité entre la recherche fondamentale, ses exigences, sa rationalité d’une part et les inévitables contraintes et incertitudes qui accompagnent des activités pratiques. Ainsi, pour lui, « l’opposition entre la recherche pure (…) et la recherche appliquée (…) procède d’une appréciation subjective et « conditionnée » de la réalité du travail scientifique » [George 1961, p. 338]. La critique porte également sur la compétence du géographe. En se présentant comme agent de synthèse, spécialiste des plans d’organisation régionale, ou de l’organisation de réseaux de services, le géographe tend à se substituer à des spécialistes revendiquant, selon ses détracteurs, un « postulat de compétence et d’omniscience » [George 1961, p. 339].

13Et le différend se retrouve au niveau de la formation. La géographie appliquée exigerait des spécialisations telles que le jeune géographe risquerait de perdre contact avec le socle de la culture géographique pour ne devenir qu’un praticien adapté à la demande du marché, une sorte de « géocrate, asservi à une discipline froidement technicienne […] qui s’occupe de tout avec une égale incompétence » [George 1964, p. 9] !

14Yves Lacoste quant à lui dénonce une « géographie d’état-major » qui servirait d’alibi au pouvoir et aux dirigeants, sans que les géographes aient la possibilité de contester et d’exercer véritablement un contrôle même s’il reconnaît dans son ouvrage majeur, La géographie cela sert d’abord à faire la guerre [Lacoste 1976], que le développement de la géographie appliquée est inéluctable. Reflets de ces ambiguïtés, d’autres géographes initient des vocables proches tels, la « géographie volontaire » de Jean Labasse, la « géographie applicable » de Jacqueline Beaujeu-Garnier ou encore la « géographie impliquée » d’Armand Frémont.

15Après deux décennies de vives oppositions, les années 1970 marquent la fin de la polémique entourant la géographie appliquée. P. George lui-même a en effet proposé de lui substituer une « géographie active » dans laquelle « la recherche contemplative est révolue » [George 1964] et qui se révèlera assez proche sur le fond des ambitions de la géographie appliquée. Mais l’inflexion intervient au début des années 1970, à travers la question de la prospective en reconnaissant que « l’on peut regretter la place excessive tenue par les recherches qui procédent d’un certain passéisme. Sans peut-être parler de géographie du futur,il faut bien souhaiter que les géographes regardent l’avenir » [George 1975, p. 62]. Il va jusqu’à reconnaître que le côté prospectif est l’aspect commun existant entre géographie active et géographie appliquée précisant que toutes deux poursuivent un même but : « faire de la géographie un guide pour l’aménagement et la protection du territoire considéré soit comme espace à utiliser à des fins précises, soit comme espace à protéger contre les processus destructeurs » [George 1975]. Mais c’est aussi du fait d’une contestation croissante des choix d’aménagement et d’investissment [Broggio 1997] qu’un consensus apparait quant à la place et à la sollicitation de l’expertise géographique dans les politiques d’aménagement.

16En développant le côté pragmatique de la discipline, les tenants de la géographie appliquée vont contribuer à donner un second souffle à une géographie classique, une science « ankylosée » [Phlipponneau 1960 , p. 70] alors étouffée par ses missions de formation pour l’enseignement dans un contexte de fortes mutations économiques, politiques, sociales et spatiales.

2. Tâtonnements et rodages de l’expertise géographique

17Parallèlement à ces positions, les géographes français vont être de plus en plus nombreux à s’engager dans des applications dans le cadre de démarches « plurielles », souvent portées sur la scène internationale. L’affirmation de la géographie appliquée en France se réalise donc dans le courant des années 1970 par un double mouvement, provenant de l’extérieur, par l’impulsion de partenariats noués avec des collègues étrangers, et nationalement par la dynamique de petites équipes très ancrées dans les problématiques d’aménagement local.

2.1. Institutionnalisation de la Géographie appliquée au sein de l’UGI et de l’école de géographie française

18L’Union Géographique Internationale (UGI) va constituer un véritable foyer d’impulsion et de diffusion de la géographie appliquée, permettant de réunir des expériences variées et constituant un laboratoire ouvert et reconnu de la conduite de ces travaux. Dès le congrès de Lisbonne de 1949, Jean Gottmann préside déjà une commission de planification régionale et en 1956, lors du congrès de Rio, J. Tricart devient président d’une commission de géomorphologie appliquée qui sera reconduite jusqu’en 1968. La tenue des congrès et colloques internationaux est l’occasion de nouer de fructueux contacts avec les représentants des géographies étrangères. Ainsi, L’UGI crée une section spécifique pour le congrès de Stockholm en 1960 qui débouchera sur la constitution d’une petite équipe de géographes motivés par cette orientation de leur discipline, et noyau de la future commission de géographie appliquée. On y retrouve ainsi des géographes de tous horizons comme l’américain P. Nash, le soviétique V. Sotchava, le tchèque M. Strida, ou encore l’indien M. Shafi. Cette densité des contacts internationaux est manifestement une des marques de l’impulsion de la géographie appliquée et elle s’explique par le fait que la France accusait un réel retard dans ce domaine [Broggio 1997]. La référence à la pratique étrangère était certainement un moyen de contourner ou de surmonter les réticences voire les oppositions d’une partie des géographes français. C’est donc sur la scène internationale que s’ancrent les travaux et les réflexions autour de la géographie appliquée, contribuant à structurer de l’extérieur le réseau français encore embryonnaire à la fin des années 1960.

19La commission de géographie appliquée au sein de l’UGI va fonctionner de 1964 à 1976 pour être ensuite remplacée par un groupe de travail. M. Phlipponneau assura la présidence de cette commission de 1968 - après la disparition du professeur belge O. Tulippe - jusqu’en 1976 et conserva la présidence du groupe de travail jusqu’en 1980. Les thèmes des divers colloques de la commission indiquent les directions de recherche qu’elle se fixe. Ainsi, le premier colloque de Prague en 1965 va faire l’inventaire des pratiques dans le monde : « La géographie appliquée dans le monde ». Il sera l’occasion pour les participants - soixante et une personnes disposant de données concernant vingt-huit pays - de découvrir la diversité des travaux hors de leur pays d’origine et/ou d’étude. Dans les faits, il s’agit essentiellement pour les participants des pays occidentaux, de découvrir la pratique des pays d’Europe de l’Est.

20Après 1968, « à la période des inventaires nationaux succède celle des approfondissements sur les méthodes et de la recherche de nouveaux thèmes » [Phlipponneau 1999]. Différents travaux et questionnements opérationnels sont présentés, par exemple autour des modes d’utilisation du sol et l’alimentation dans les zones tropicales à New Delhi et Aligarh en 1968 ou de géographie et perspectives à long terme à Rennes en 1971 qui, du 15 au 22 juillet réunit cinquante deux géographes de vingt pays avec un voyage d’étude de huit jours montrant les réalisations concrètes de travaux de géographie appliquée en Bretagne. Ainsi cette commission n’a-t-elle pas fonctionné comme un organe unificateur des pratiques de géographie appliquée mais plutôt comme un moyen de découverte de la diversité des pratiques et une réflexion sur les perspectives de la démarche.

21L’UGI et en particulier sa commission de géographie appliquée vont jouer un rôle considérable dans la reconnaissance de la place des applications dans la géographie. Mais si la géographie appliquée connaît une reconnaissance à l’échelle internationale, les réseaux nationaux et particulièrement français demeurent dispersés et jusque dans les années 1970, « la formation des étudiants à la géographie [appliquée] s[est]e fait[e] sur le tas » [Phlipponneau 1999, p. 35].

2.2. En France, une progressive institutionnalisation

22Durant cette période, l’université française connaît une profonde restructuration de son organisation et de ses sites. Les géographes sensibles aux nouvelles orientations pratiques ont déjà tenté de structurer localement des unités de recherche comme Jean Tricart qui, dès 1956, crée un laboratoire de géomorphologie appliquée à Strasbourg – à l’origine de la « licence libre » permettant aux étudiants une spécialisation en direction des applications dès les premiers cycles – ou bien par des travaux conduits à titre individuel comme Philippe Pinchemel qui réalise une étude sur les niveaux optima des villes du Nord Pas de Calais, tout en incitant des étudiants à y participer.

23L’institutionnalisation progressive de la géographie appliquée au sein des universités françaises prend ainsi la forme d’initiatives variées, selon les sensibilités des géographes locaux. Il a bien existé des tentatives plus globales, comme en 1958, où les facultés de lettres sont autorisées à décerner un diplôme d’expert-géographe, mais sans grand succès à l’époque. En 1971, un sondage indique l’ancrage de ces démarches dans la sphère universitaire, avec 27 des 31 départements de géographie questionnés qui ont réalisé des travaux sous contrats [Phlipponneau 1999]. Cette progression a cependant des difficultés à se transposer au niveau de l’enseignement et à structurer l’offre de formation.

24Un peu en marge du département de Géographie, une Association bretonne de géographie appliquée (ABGA) est créée à Rennes au début des années 1960. Les recherches qui y sont conduites portent sur la planification régionale et donnent lieu à des publications subventionnées par les utilisateurs (Chambres de commerce, Directions régionales des Postes et Télécommunication ou des services agricoles notamment, CELIB, etc.). Elle accueille des étudiants en stage et leur permet de compléter leur formation académique en participant à des travaux commandités et à des expertises de terrain. A Caen, c’est sous la direction de M. Journaux que s’organise le Centre de géographie appliquée qui poursuit la formation de stagiaires intégrés dans le laboratoire et chargés d’effectuer des missions pour les collectivités. Celui-ci travaille en collaboration avec l’Association Normande d’Economie Rurale et procède à différentes études et enquêtes destinées aux structures d’aménagement. Des universitaires prennent également des fonctions auprès d’organisme régionaux, Y. Babonaux devient ainsi au début des années 1970 coordinateur d’une vaste enquête lancée par le Centre Interdisciplinaire d’Etudes Urbaines (CIEU) sur les petites villes. Ces initiatives débouchent à Tours sur la création d’un Institut subventionné par la DATAR et autorisé à délivrer un diplôme de technicien supérieur qui « permettra [ainsi] à un certain nombre de jeunes gens de trouver une situation dans les entreprises publiques et privées » [Fenelon 1970, p. 171]. L’Institut de Géographie de Nantes initie quant à lui, au début de la décennie et à destination des étudiants en deuxième cycle, un certificat incluant un module d’initiation à la géographie appliquée assuré par M. Vigarié. L’ouverture d’une faculté des Lettres et des Sciences Humaines à Limoges (précédemment rattaché à l’Institut de Géographie de Poitiers) et souffrant à ses début d’un déficit d’enseignants titulaires engage également des travaux en cette direction.

25Le succès de ces formations encourage la diversification des parcours et des spécialités, et ce malgré des contraintes et des coûts élevés d’organisation qui incitent le ministère à en limiter le nombre. A la fin des années 1970, on observe un véritable essor des formations professionnalisantes dans le cadre de licences et maîtrises d’aménagement, de Maîtrises des Sciences et techniques (MST) créées en 1971, ou de DESS. Témoin de cette diffusion à un public de plus en plus nombreux, la publication d’un manuel de géographie appliquée à destination des étudiants souhaitant s’orienter vers des carrières administratives, juridiques ou techniques [Bernard & al. 1978].

3. Des applications à l’implication : retour sur l’engagement de M. Phlipponneau dans les affaires de son temps

26Alors que la géographie appliquée a pénétré les sphères institutionnelles, certains géographes s’engagent dans l’action, y compris politique [Gaudin 2006] pour faire valoir ce qu’ils revendiquent comme l’aboutissement de l’expertise géographique. Comme René Dugrand, Claude Saunier et d’autres, M. Phlipponneau décide de dépasser le cadre académique et devient, dans les années 1970, un acteur politique régional de premier plan. Son action reste au demeurant marquée par sa formation et attachée à une certaine conception de l’espace et de l’analyse géographique qu’il entend défendre et appliquer.

3.1. Le géographe animateur de l’éveil régional et « du combat »

27C’est sur le terrain d’une région dont l’identité culturelle reste forte mais dont l’avenir économique et social semble gravement menacé que M. Phlipponneau va s’engager. La Bretagne n’a pas su ou pas pu s’inscrire dans l’élan de la révolution industrielle et, au lendemain de la Seconde guerre mondiale, son économie est exsangue. Région périphérique, « extrême ouest » comme la qualifia alors Michel Debré, la Bretagne a le sentiment d’être « à l’abandon » [Martray 1972]. Son déclin économique et démographique apparaît irrémédiable avec une population qui, pour une large part n’a d’autre espoir que le rêve ou l’exil à l’image de Quem, le héros du livre d’Edouard Ollivro [Ollivro 2003]. Pour Michel Phlipponneau, la région constitue le cadre le mieux adapté aux recherches de géographie appliquée au point que l’on a pu assimiler parfois géographie appliquée et planification régionale.

28Son action traduit une double conviction : d’une part, celle de l’existence de fortes potentialités régionales, notamment une main d’œuvre jeune et abondante et, d’autre part, la croyance des capacités du géographe-expert à participer au renouveau de la Bretagne pour « rendre le souhaitable possible » (1970), programme esquissé à travers un « ouvrage explosif » [Meynier 1971] et qui contribuera autant à la notoriété universitaire que publique de son auteur : Debout Bretagne !

29L’engagement politique de M. Phlipponneau fait suite à sa participation active dès les années 1950 au CELIB puis à l’élaboration du premier plan d’équipement de la Bretagne pour lequel trente-quatre rapports sont rédigés en quelques semaines sur tous les aspects de l’économie bretonne. De 1961 à 1967, au sein du CELIB, Michel Phlipponneau préside la commission d’expansion économique chargée d’analyser les problèmes, d’imaginer et de mettre au point des solutions, d’élaborer des programmes en faveur du développement régional. C’est au regard se son analyse de géographe qu’il souhaite intervenir dans la régulation des déséquilibres territoriaux qu’il considère comme injustes et « dangereux ». Selon lui, ceux-ci sont le fait d’une trop grande centralisation des hommes et des activités entraînant des concentrations excessives notamment au profit de la région parisienne. Le rôle du géographe est alors de révéler ces dysfonctionnements et, à partir du diagnostic qu’il en établit, de proposer des moyens pour y remédier. Car « ne rien dire lorsque l’on sait, c’est en fait approuver » [Phlipponneau 1999, p. 71], ce qui conduit M. Phlipponneau à considérer que « la solution du problème breton est bien d’ordre politique » [Phlipponneau 1970].

Tableau n° 1 – Un croisement entre géographie appliquée et géographie impliquée dans la carrière de M. Phlipponneau dans les années 1970

Publications

Vie politique

1970- Debout Bretagne !

1971, Entrée au Parti socialiste

1972Le Joint Français

1972, Création du BREIS, (Bureau Régional d’Etude et d’Information Socialiste) ; Président de la FGDS (Fédération de la gauche démocrate et socialiste)

1973, Conseiller général Ille et Vilaine

1976Changer la vie, changer la ville

1977 – Conseiller régional (Bretagne), maire adjoint de Rennes chargé de l’urbanisme de Rennes, président du district, Président SEMAEB, société HLM, société des eaux

  • 1 L’UNR et les Républicains indépendants remportent 14 des 25 sièges à pourvoir dans les quatre dépar (...)

30Les résultats des élections législatives de 1962 qui ont vu le triomphe des gaullistes y compris en Bretagne1 sont ainsi à l’origine de son engagement et d’une scission avec les responsables du CELIB de l’époque. Ces nouveaux parlementaires inconditionnels du pouvoir central sont peu enclins à s’engager dans une action régionale et « le C.E.L.I.B. a toujours du prestige mais le syndicalisme agricole ayant été judicieusement calmé, il n’a plus de forces » [Collectif Skol Vrezh 1983, p. 192]. Lorsque M. Phlipponneau réclame alors une vigoureuse condamnation de la politique régionale du gouvernement par le C.E.L.I.B., il n’est pas suivi, il dénonce alors « la trahison des notables » (1964) qui engagera l’expert à basculer en direction de la scène politique.

3.2. Responsabilités et engagement politique de M. Phlipponneau : politisation des débats scientifiques et prise de position politique

31C’est sans doute au niveau du débat concernant la ville de Rennes que l’engagement et le changement de statut de M. Phlipponneau seront les plus significatifs. Plus de dix ans après l’assemblée générale du C.E.L.I.B. de Brest où il prônait l’abandon de l’apolitisme dans la défense des intérêts de la Bretagne, M. Phlipponneau, à la veille des élections municipales de 1977, publie un ouvrage révélateur non seulement du sens qu’il donne à son action mais également de l’analyse qu’il fait de la situation locale et régionale et des conceptions de « nouvelle gouvernance » qu’il défend. Changer la vie, changer la ville (1976) est un manifeste politique destiné à un usage pré-électoral. « Cet ouvrage a une finalité politique bien précise » écrit-il tout en revendiquant une qualité d’acteur sans renoncer à son statut d’expert. Cette œuvre « n’apporte-t-elle pas une orientation nouvelle à la géographie, dans la mesure où elle souligne le rôle fondamental exercé par le pouvoir municipal dans l’évolution de l’organisme urbain » [Phlipponneau 1976 , p. 15]. Abandonnant ainsi cet « apolitisme très politisé » dont parle J.-P. Gaudin pour qualifier la posture de certains géographes dans les années 1960, M. Phlipponneau assure sa double fonction de géographe-citoyen tirant les enseignements de l’impasse politique où s’était retrouvé le C.E.L.I.B. Il fut ainsi candidat aux élections législatives de 1967, 1968 et 1973, élu conseiller général de Rennes de 1973 à 1985, conseiller régional de 1977 à 1986 et il devient le premier adjoint au maire de Rennes chargé de l’urbanisme et président du Conseil du district de Rennes de 1977 à 1989.

32Dans son engagement, M. Phlipponneau propose la mise en place d’un « gouvernement municipal » dont l’objectif de fait ne soit plus la concentration et la puissance (« l’impérialisme rennais ») mais un pouvoir municipal de « caractère autogestionnaire ». « Ville dominante sur l’espace breton, Rennes est beaucoup plus une ville dominée par des firmes extérieures qui absorbent les entreprises locales et implantent des dépôts et des usines pour exploiter le marché régional et une main d’œuvre docile et bon marché » écrit François Mitterrand en 1976 dans la préface du livre de M. Phlipponneau Changer la vie, changer la ville. Dans cette analyse de Rennes, ville dominée, le géographe met ses compétences au service de l’acteur et de l’action politique. L’étude des choix de la municipalité d’Henri Fréville donne lieu à un examen sévère des orientations retenues et de leurs effets, remettant en cause le fondement idéologique des choix opérés, conduisant la ville à devenir « la tête de pont du grand capitalisme en Bretagne ». Ainsi, à partir d’une étude de la morphologie urbaine de Rennes soulignant l’ampleur des changements que la ville a connu au cours des quatre mandats de la municipalité H. Fréville, il souligne combien « Rennes a effectivement changé de visage plus rapidement et plus profondément que beaucoup de villes françaises d’importance comparable » [Phlipponneau 1976, p. 151] et questionne : « Mais pour qui, au profit de qui ? ». Selon lui, la réponse se situe à plusieurs niveaux. D’abord pour une clientèle électorale représentant une partie de la bourgeoisie commerçante et les « jeunes technocrates, loyaux serviteurs du néo-capitalisme », ceux qui s’identifient à la « société libérale avancée » des années soixante-dix. Ensuite et davantage, pour répondre aux intérêts du « capitalisme extérieur » dont la ville a besoin pour assurer sa croissance et son développement. « C’est directement à partir de Rennes et sans autres relais que le capitalisme extérieur étend son emprise sur le territoire breton » [Phlipponneau 1976, p. 58]. L’aménagement de la ville, sa morphologie ne sont donc pas l’expression de la recherche de la satisfaction des habitants mais la traduction urbaine des intérêts des firmes capitalistes ; la ville est « dominée » par des intérêts extérieurs d’autant que l’on assiste à un phénomène d’absorption d’entreprises rennaises par des firmes extérieures, comme ce fut le cas par exemple de l’imprimerie Oberthur en 1969.

33Face à ces évolutions qui font de Rennes une ville dominante pour la région mais dominée par des intérêts économiques puissants pour sa population, Michel Phlipponneau propose un autre modèle de ville et de gouvernance inspiré de l’exemple de la ville de Grenoble et de la municipalité d’Hubert Dubedout. Une transformation qui passe par une révolution municipale c’est à dire un changement de majorité municipale aux élections de 1977. La victoire de la liste de gauche aux élections municipales de 1977 sur le thème « Changeons Rennes ensemble » va donner l’occasion à M. Phlipponneau et son équipe d’essayer de traduire ces orientations dans les faits. M. Phlipponneau sera en charge de la politique d’aménagement et d’urbanisme de la ville et de l’agglomération pendant douze ans. La politique urbaine qu’il met en place se fonde alors sur « la maîtrise de la croissance de l’agglomération, la révision du schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme (SDAU) » et le développement d’un habitat populaire de qualité. Les perspectives démographiques du SDAU sont ramenées de 550 000 à environ 400 000 (ce qui ne rend plus nécessaire les deux villes nouvelles de 80 à 90 000 habitants prévues au Nord-Est et au Sud-Ouest de l’agglomération), « la population de la ville de Rennes, limitée à 200 000 n’était plus exposée à la politique du bourrage » [Phlipponneau 2001]. Des choix d’aménagement qui vont ainsi parfois à contre-courant des tendances majoritaires de la période, notamment en limitant les grands projets d’urbanisme (commercial) sur dalle, ou encore en préservant le centre historique de la ville et les deux pavillons Martenot.

34Le rôle joué par M. Phlipponneau, guidé par des considérations géographiques, est tout à la fois emprunt de classicisme lorsqu’il considère l’intérêt d’un développement régional équilibré et d’un géographe « homme de synthèse » capable d’orchestrer entre les différents champs de l’aménagement, et de modernité en esquissant une théorie de la gouvernance urbaine, attachée à ses prises de positions politiques, et qui sera largement reprise et étoffée par la suite. Qu’a apporté l’acteur au géographe et réciproquement ? La certitude que le dépassement du champ disciplinaire et académique permet une reconnaissance de l’expertise géographique et d’apporter la preuve de l’intérêt de la participation de la géographie et des sciences sociales dans le débat public. Le pragmatisme de M. Phlipponneau l’a également conduit à différents revirements, au sein même de sa famille politique, reflet des ambiguïtés d’un parcours universitaire et politique dont les thèses scientifiques nourrissaient un engagement partisan en même temps qu’elles en étaient l’expression, sans que l’on puisse toujours en identifier clairement les ressorts respectifs [Gaudin 2011].

Conclusion

35Les années 1970 constituent une période de transition pour la géographie appliquée en France. Parmi les précurseurs, c’est aussi le temps de l’engagement citoyen dont l’implication de M. Phlipponneau dans la vie publique et politique est représentative. La difficile structuration de la formation amorce ce faisant les transformations qui marqueront durablement la configuration du panorama de l’enseignement supérieur et des pratiques d’expertise, au point de s’interroger sur la trop large réussite de cette orientation. Les étudiants en géographie ne se tournent plus aujourd’hui que pour une minorité d’entre eux vers les concours de l’enseignement. Rappelant la formule d’Emile Durkheim, Raymond Aron écrivait que : « la sociologie ne vaudrait pas une heure de peine si elle n’aidait à résoudre les problèmes sociaux » [Aron 1962], et ceci passe sans doute tant part l’expertise pratique que par son enseignement.

Haut de page

Bibliographie

Aron, R. (1962) – Dix-huit leçons sur la société industrielle, Paris, Idées/Gallimard, 378 p.

Bailly, A. (1991) – Les concepts de la géographie humaine, Paris, A. Colin, 333 p.

Bailly, A. & Beguin, H. (1998) – Introduction à la géographie humaine, Paris, A. Colin, 216 p.

Bernard, H. & al. (1978) – Initiation à la géographie appliquée, Paris, Masson, 190 p.

Broggio, C. (1997) – « Géographie appliquée et géographes professionnels : la fin de « l’exception » française ? », in R. Knafou, L’Etat de la Géographie. Autoscopie d’une science, Paris, Mappemonde, Ed. Belin, pp. 298-313

Brunet, R. & al. (1992) – Les mots de la Géographie, dictionnaire critique, Montpellier, Reclus-La Documentation française, 3e édition (2005), 518 p.

Claval, P. (1998) – Histoire de la Géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan, 543 p.

Collectif Skol Vrezh (1983) – La Bretagne au XXe siècle. Histoire de la Bretagne et des Pays celtiques de 1914 à nos jours, Tome 5, Morlaix, Skol Vrezh, 288 p.

Fenelon, P. (1970) – « Chronique de l’Institut du Val de Loire », Norois, n° 65, janvier-mars, pp. 169-172

Gaudin, S. (2006) – « De l’action du géographe au géographe acteur, réflexions autour du parcours d’un géographe pragmatique : Michel Phlipponneau », Ecole itinérante de géographie sociale, L’espace social : méthodes et outils, objets et éthique(s) » Rennes 6-7-8 septembre 2006, URL : http://eegeosociale.free.fr/IMG/pdf/GaudinActeurs.pdf

Gaudin, S. (2011) – « Michel Phlipponneau, citoyen géographe. Réflexions autour du parcours d’un géographe pragmatique », Place Publique, Revue d’urbanisme et d’architecture de Rennes, n° 3, Janvier 2011, pp. 123-128

George, P. (1961) – « Existe-t-il une géographie appliquée ? », Annales de Géographie, LXIX, 1961, pp. 337-346

George, P. (1964) – La géographie active, Paris, PUF, 394 p.

George, P. (1970) – Les méthodes de la géographie, Paris, PUF, « Que sais-je ? », n° 1398, 128 p.

Lacoste, Y. (1976) – La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, Paris, Maspéro, 187 p.

Lussault, M. (1999) – « Reconstruire le bureau (pour en finir avec le spatialisme) », in C. Chivallon, P. Rouet & M, Samers, Discours scientifiques et contextes culturels. Géographies françaises et britanniques à l’épreuve post-modene, Talence, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, pp. 225-251

Martray, J. (1972) – « C.E.L.I.B : La troisième étape », Armor magazine, n° 33, septembre 1972, pp. 9-14

Meynier, A. (1969) – Histoire de la pensée géographique en France, Paris, PUF, 224p.

Ollivro, E. (2003) – Les vieux chevaux tirent leurs chaînes, Plancoët, Ed. Diabase, 240 p.

Phlipponneau, M. (2001) – Deux révolutions municipales, Rennes 1977-2001 : entretiens avec un nouveau Rennais, Rennes, Presses de l’Imprimerie Riault, 104p.

Phlipponneau, M. (1999) – La géographie appliquée. Du géographe universitaire au géographe professionnel, PUR, Rennes, 299 p.

Phlipponneau, M. (1976) – Changer la vie, changer la ville. Rennes 1977, La Baule, Breiz, Ar Baol, 375p.

Phlipponneau, M. (1970) – Debout Bretagne !, Saint-Brieuc, Presses Universitaires de Bretagne, 530 p.

Phlipponneau, M. (1960) – Géographie et action. Introduction à la géographie appliquée, Paris, A. Colin, 227 p.

Phlipponneau, M. (1952) – « Géographie régionale et géographie appliquée », in 50° anniversaire du laboratoire de géographie (1902-1952), volume jubilaire, pp. 105-118

Robic, M-C. (1996) – « Des vertus de la chair à la tentation de l’action », in P. Claval & A-L. Sanguin (dir.), La géographie française à l’époque classique 1918-1968, Paris, L’Harmattan, pp. 27-58

Haut de page

Notes

1 L’UNR et les Républicains indépendants remportent 14 des 25 sièges à pourvoir dans les quatre départements de la Bretagne administrative et même 20 sur 33 si on y ajoute la Loire-Atlantique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Solène Gaudin, « Le temps de l’engagement, enjeux et développement d’une géographie appliquée (1970-1980) », Bulletin de l’association de géographes français, 92-1 | 2015, 111-125.

Référence électronique

Solène Gaudin, « Le temps de l’engagement, enjeux et développement d’une géographie appliquée (1970-1980) », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 92-1 | 2015, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/512 ; DOI : 10.4000/bagf.512

Haut de page

Auteur

Solène Gaudin

Maître de conférences en Géographie, Département Géographie – Université Rennes 2 – Laboratoire ESO-Rennes – UMR CNRS ESO 6590 – Place du recteur Henri Le Moal – 35 043 RENNES Cedex – Courriel : solene.gaudin[at]uhb.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals