Navigation – Plan du site

Ensauvagement et ré-ensauvagement de l’Europe : controverse et postures scientifiques

Toward a wilder europe: controversy and scientific positions
Régis Barraud, Vincent Andreu-Boussut, Céline Chadenas, Claire Portal et Sylvain Guyot
p. 301-318

Résumés

Depuis une vingtaine d’années, le rewilding, pratique hétérodoxe de conservation de la nature apparue en Amérique du Nord, se développe en Europe. Il s’agit d’engager un ré-ensauvagement des milieux qui – après des interventions initiales parfois fortes (telle que la réintroduction d’espèces) – sont destinés à évoluer sans contrôle. Cette volonté de ré-ensauvagement est renforcée par le contexte d’ensauvagement qui caractérise de nombreux espaces agropastoraux marginaux. Le rewilding et les discours qui le portent bousculent les principes de gestion patrimoniale de la nature et donnent lieu à une controverse sociotechnique. Cet article propose un état de l’art sur le rewilding en Europe et donne des clés d’analyse de la controverse. Il met en évidence la diversité des postures scientifiques qui participent à l’orientation du débat (accompagnement, approches critiques). De manière complémentaire, nous proposons de centrer l’analyse sur les effets sociaux et spatiaux des initiatives de ré-ensauvagement.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2020.

Plan

Introduction
1. Le rewilding et sa promotion à l’échelle européenne
1.1. Proposition radicale ou mot valise ?
1.1.1. Les versions radicales du rewilding
1.1.2. Le rewilding comme modalité de restauration écologique ?
1.2. Le Mouvement de promotion de la Nature Sauvage en Europe (MNSE)
1.2.1. Temporalité et acteurs
1.2.2. Les chantiers sémantiques, cartographiques et discursifs du MNSE
1.2.3. Les espaces de l’ensauvagement et du ré-ensauvagement en Europe
2. La controverse du rewilding en Europe
2.1. L’affrontement de deux conceptions de la conservation de la nature
2.1.1. La gestion des patrimoines naturels et paysagers : un pilotage de la biodiversité
2.1.2. Naturalité, fonctionnalité, autonomie, spontanéité : principes étendards d’une nature « décolonisée »
2.2. Les positionnements scientifiques vis-à-vis du rewilding
2.2.1. Les postures d’accompagnement
2.2.2 Les postures critiques autour du MNSE
2.2.3 Les dissensions au sein du MNSE
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

En Europe, plusieurs réseaux d’acteurs de la conservation revendiquent le dépassement des pratiques de conservation fondées sur la référence patrimoniale à des paysages culturels. Ainsi, un véritable mouvement européen de promotion de la nature sauvage en Europe s’est constitué sur le terreau de premières initiatives ponctuelles, à l’instar de celles engagées en Europe centrale et en Europe de l’Est le long de l’ancien Rideau de Fer, ou dans les Abruzzes en Italie dès le début des années 1980 [Martin & al. 2008, Génot 2014]. Ce premier marquage diffus a laissé place, depuis une vingtaine d’années, à la mise en œuvre de campagnes militantes et de projets plus globaux structurés à l’échelle européenne. L’objectif de ce que l’on désignera ci-après « Mouvement de promotion de la Nature Sauvage en Europe » (MNSE) est double. Premièrement, il s’agit de faire émerger en Europe une nouvelle culture de la nature qui valoriserait l’esthétique et les attributs du sauvage (spontanéi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Barraud, Vincent Andreu-Boussut, Céline Chadenas, Claire Portal et Sylvain Guyot, « Ensauvagement et ré-ensauvagement de l’Europe : controverse et postures scientifiques »Bulletin de l’association de géographes français, 96-2 | 2019, 301-318.

Référence électronique

Régis Barraud, Vincent Andreu-Boussut, Céline Chadenas, Claire Portal et Sylvain Guyot, « Ensauvagement et ré-ensauvagement de l’Europe : controverse et postures scientifiques »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-2 | 2019, mis en ligne le 10 octobre 2020, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/bagf/5141 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.5141

Haut de page

Auteurs

Régis Barraud

Maître de conférences en géographie à l’Université de Poitiers, laboratoire Ruralités, EA 2252, MSHS bât A5, 5, rue Théodore Lefebvre - TSA 81118 86073 Poitiers Cedex 9 – Courriel : regis.barraud[at]univ-poitiers.fr

Vincent Andreu-Boussut

Maître de conférences en géographie à Le Mans Université, laboratoire ESO Le Mans, UMR 6590 CNRS, Faculté des Lettres, Langues & Sciences Humaines, Bâtiment MSH Le Mans, Avenue Olivier Messiaen, 72085, Le Mans Cedex 9 – Courriel : vincent.andreu-bousut[at]univ-lemans.fr

Céline Chadenas

Maître de conférences en géographie à l’Université de Nantes, laboratoire LETG-Nantes, UMR 6554 CNRS, Université de Nantes, Campus Tertre, BP 81227, 44312 Nantes Cedex 3 – Courriel : celine.chadenas[at]univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Claire Portal

Maître de Conférences, Université de Poitiers, Laboratoire Ruralités, EA 2252 – Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, bâtiment A5, 5, rue Théodore Lefebvre, TSA 81 118, 86073 Poitiers Cedex 9 – Courriel : claire.portal[at]univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Sylvain Guyot

Professeur en géographie, Passages, UMR 5319 Maison des Suds, 12, esplanade des Antilles 33607 Pessac Cedex – Courriel : sylvain.guyot[at]u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals