Navigation – Plan du site

Faire-corridor : le corridor comme agencement politico-réticulaire

Réflexions à partir du système suisse de franchissement alpin
Making : corridor as political-reticular layout. Reflections based on the swiss alpine crossing system
Kevin Sutton
p. 375-387

Résumés

La notion de corridor peut être entendue comme un objet ou un concept. Cet article propose de centrer la réflexion, à partir d’une entrée actorielle, sur les intentionnalités organisationnelles et organisatrices qui conduisent à appréhender la notion de corridor comme un agencement politico-réticulaire. Il n’y a effectivement pas de corridor en soi, ce qui invite à questionner le « faire-corridor ». L’analyse du système ferroviaire suisse de franchissement alpin permet de revenir sur les fondements politiques qui donnent à voir une pensée du corridor fondée sur la redondance et la répartition, et non la concentration. La dialectique réticularisation du système/axialisation des services n’est qu’en apparence paradoxale. Les dynamiques de l’organisation axiale des services de transport combiné révèlent la façon dont les opérateurs ferroviaires, dans un contexte de libéralisation, s’approprient les fonctionnalités d’un système fondé sur la connectivité. Faire-corridor, dans le cas étudié, est ainsi une autre façon de faire réseau, à partir d’une dialectique réticularité/nodalité.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

1. Faire-corridor par la connectivité : un processus de réticularisation
2. Réticularisation d’un système et axialisation des services ferroviaires : un paradoxe ?
3. Le faire-corridor, une intelligence territoriale
Conclusion

Aperçu du texte

La notion de « corridor », en géographie des transports, est utilisée pour rendre compte à la fois d’une concentration linéaire de flux et d’infrastructures (le corridor comme objet) et d’une vision organisatrice du territoire (le corridor comme concept) [Libourel 2015, p. 60]. Considérer le corridor comme un objet conduit à privilégier l’approche par les manifestations matérielles et circulatoires, considérant alors un corridor comme un « couloir de circulation déterminé par la configuration physique de l’espace traversé et difficilement évitable » [Bavoux & al. 2005]. Cette approche définit le corridor comme un espace circulatoire relevant d’un état de fait, déterminé par une configuration physique. Les dimensions actorielles et intentionnelles ne sont alors pas fondamentales, le corridor n’étant qu’un couloir physique singulier en raison de l’accumulation performative d’infrastructures et de flux. Les travaux de Debrie [Debrie 2010, Debrie & Comtois 2010] proposent de considérer ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kevin Sutton, « Faire-corridor : le corridor comme agencement politico-réticulaire »Bulletin de l’association de géographes français, 96-3 | 2019, 375-387.

Référence électronique

Kevin Sutton, « Faire-corridor : le corridor comme agencement politico-réticulaire »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-3 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/bagf/5280 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.5280

Haut de page

Auteur

Kevin Sutton

Maître de conférences de géographie, Université Grenoble Alpes, CNRS, Sciences Po Grenoble, PACTE, 38000 Grenoble – Courriel : kevin.sutton[at]univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals