Navigation – Plan du site

La relation continentale eurasiatique dans la longue durée : de la « Route de la Soie » aux « nouvelles Routes de la soie » et aux « corridors »

The eurasian continental relationship in the long duration : from the « Silk Road » to the « new Silk Roads » and corridors
Michel Bruneau
p. 388-404

Résumés

Les liaisons marchandes et culturelles entre l’Europe et l’Extrême-Orient ont existé depuis l’Antiquité romaine et han, au cœur du continent eurasiatique le long de routes qu’on a appelé à la fin du XIXe siècle « Route de la soie ». L’expansion de l’empire russe puis de l’URSS, peuplant la Sibérie, a créé une première forme de couloir ou corridor le long des voies ferrées transcontinentales du Transsibérien. En Asie orientale, le Japon après la Seconde Guerre mondiale a impulsé la création d’un corridor maritime jusqu’aux détroits de Malacca, devenu un axe de développement et de croissance économique majeur. La forte croissance économique chinoise depuis les années 1980 a rencontré celle des Nouveaux Pays Industriels d’Asie du Sud-Est impulsée par le Japon, aboutissant à l’apparition de corridors dans la Région du Grand Mékong et à leur conceptualisation en Asie. Le projet des « nouvelles Routes de la soie », continentales et maritime, est une systématisation et une extension par la Chine, à une échelle continentale eurasiatique puis mondiale, de ces phénomènes.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

1. Les routes entre l’Europe et l’Asie de l’Antiquité au Moyen-Âge : communautés religieuses et marchands
2. Les « Routes de la soie » : la Chine et l’Asie centrale
3. La colonisation de la Sibérie et l’aménagement d’axes de transports : les voies ferrées transcontinentales
4. Les « nouvelles Routes de la soie », un projet chinois de longue durée 
5. Le concept de couloir ou de corridor
6. Les processus d’intégration transnationaux des corridors entre Chine et Asie du Sud-Est
7. Les corridors de l’Asie du Nord-Est et le projet d’un corridor économique sino-russo-mongol
Conclusion : de la stratégie eurasiatique à la stratégie mondiale de la Chine

Aperçu du texte

Si aujourd’hui la relation continentale Chine-Europe, de la « nouvelle Route de la soie » ferroviaire et routière, passe par la voie des steppes, du Gansu, Nord Xinjiang, Kazakhstan, Russie, Pologne etc., il n’en a pas été toujours de même. De l’Antiquité au XVIIIe siècle, c’est la voie méridionale par les oasis du Sud du Xinjiang, les vallées du Syr et de l’Amou Daria, le Khorezm et l’Iran jusqu’en Syrie et Asie Mineure qui a été privilégiée. Elle a mis en relations la Chine avec les empires indo-iraniens (achéménide, parthe, sassanide, moghol) et méditerranéens (empire romain, byzantin, khalifat omeyyade, abbasside, empire ottoman) des sociétés sédentaires et urbaines.

La voie du Nord, des steppes, était aux mains des sociétés nomades turco-mongoles avant la conquête russe. Assez troublée et instable, cette voie des steppes n’a fonctionné qu’assez brièvement, entre les XIIe et XIVe siècles, lorsque l’empire mongol de Gengis Khan et de ses successeurs a unifié et pacifié cet espace....

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bruneau, « La relation continentale eurasiatique dans la longue durée : de la « Route de la Soie » aux « nouvelles Routes de la soie » et aux « corridors » »Bulletin de l’association de géographes français, 96-3 | 2019, 388-404.

Référence électronique

Michel Bruneau, « La relation continentale eurasiatique dans la longue durée : de la « Route de la Soie » aux « nouvelles Routes de la soie » et aux « corridors » »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-3 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/bagf/5332 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.5332

Haut de page

Auteur

Michel Bruneau

Directeur de Recherche émérite au CNRS, CNRS-Bordeaux – Courriel : michel.bruneau7[at]wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals