Navigation – Plan du site

Les corridors ferroviaires eurasiatiques : quelle stratégie russe ?

Eurasian transport corridors: russian interests and strategy
David Teurtrie
p. 421-436

Résumés

Sous l’URSS déjà, Moscou avait tenté de positionner le territoire soviétique comme une solution alternative à la voie maritime pour les liaisons Europe-Asie. Aussi, quand Pékin lance son projet de nouvelles routes de la soie, la Russie adopte une attitude ambivalente. Officiellement Moscou apprécie d’être associé à cette initiative, espérant pouvoir profiter de retombées économiques positives. Mais dans le même temps, la Russie craint de possibles conséquences négatives en termes de souveraineté ou de perte d’influence auprès de ses voisins. Elle tente d’orienter les projets chinois dans un sens qui lui soit favorable. Pour ce faire, Moscou dispose de plusieurs atouts : la Russie est le seul pays qui dispose d’une frontière commune à la fois avec la Chine et l’Union Européenne. De plus, elle dispose d’infrastructures ferroviaires opérationnelles contrairement à toutes les autres routes potentielles. Enfin, après des années d’attentisme, Moscou a entrepris de moderniser ses infrastructures et élabore une stratégie autonome dans la mise en place de liaisons eurasiatiques : corridor Nord-Sud vers l’Inde, projets de liaisons avec le Japon et la Corée. Ainsi, une véritable stratégie russe se dessine qui, quoique plus discrète que dans le domaine énergétique, n’en est pas moins porteuse d’importants enjeux géopolitiques et géoéconomiques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

1. Corridors eurasiatiques : le rôle précurseur de la Russie
2. Les « nouvelles routes de la soie » ou le contournement de la Russie ?
3. Liaisons Chine-Europe : réaffirmation du rôle central de la Russie
4. L’élaboration d’une stratégie russe autonome
Conclusion

Aperçu du texte

La Russie est à l’origine des premiers corridors ferroviaires eurasiatiques : construits à partir de la fin du XIXe siècle, ils continuent de structurer en bonne partie les réseaux de transports de l’Eurasie contemporaine. Or, les nouvelles routes de la soie impulsées par Pékin semblent devoir remettre en cause une forme de monopole russe sur les liaisons continentales entre l’Europe et l’Asie. En effet, l’un des aspects les plus ambitieux du projet chinois, en rupture avec la dimension très majoritairement maritime du commerce mondial, est de développer les échanges économiques continentaux au travers de plusieurs grands corridors eurasiatiques avec deux objectifs principaux : construire et structurer un réseau de transport centré sur le territoire chinois et relier la Chine à l’Europe par voie terrestre. La mise en place de corridors terrestres entre les deux principaux pôles économiques mondiaux (l’Europe et l’Asie orientale) est un enjeu majeur pour la Russie et son positionneme...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Teurtrie, « Les corridors ferroviaires eurasiatiques : quelle stratégie russe ? »Bulletin de l’association de géographes français, 96-3 | 2019, 421-436.

Référence électronique

David Teurtrie, « Les corridors ferroviaires eurasiatiques : quelle stratégie russe ? »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-3 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/bagf/5457 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.5457

Haut de page

Auteur

David Teurtrie

Docteur en géographie, Coordinateur de l’université franco-géorgienne, chercheur associé au Centre de Recherches Europes Eurasie (INALCO). – Courriel : david.teurtrie[at]inalco.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals