Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96-4Les campagnes périurbaines face a...

Les campagnes périurbaines face au vieillissement en France métropolitaine

Periurban countrysides and ageing in metropolitan France
Claire Aragau
p. 555-567

Résumés

La question du vieillissement, sujet crucial pour les sociétés des pays anciennement industrialisés, recouvre une réalité contrastée selon les contextes spatiaux. A priori en France les espaces de la périurbanisation, associés à un mode de vie actif rythmé par les migrations pendulaires, semblent peu à même de répondre à cette problématique du vieillir. Pourtant ces espaces y voient une partie de leurs retraités y faire ancrage : entre un pavillonnaire et une mobilité automobile dominants, quelle place alors pour les aînés ? L’article discute les effets de contrainte mais aussi le libre choix au regard d’un certain nombre d’aménités et des réponses des politiques publiques pour comprendre comment s’opèrent les arbitrages individuels et collectifs autour de la question du logement, des déplacements et des services à un âge où les modes d’habiter se transforment.

Haut de page

Texte intégral

1Parmi les difficultés soulevées à propos des dynamiques de développement des espaces ruraux, le vieillissement est régulièrement évoqué. Il est généralement mentionné comme un indicateur de déprise, de manque d’attractivité tandis que progressivement la recherche et des acteurs de la société civile tentent d’en faire un levier de développement local [Plan 2018]. Or tous les espaces ruraux ne se ressemblent pas, certains échappent à cette première grille de lecture de la déprise et participent a contrario de la catégorie des campagnes vivantes [Rieutort 2009] : c’est notamment le cas des campagnes des aires urbaines, soit les campagnes périurbaines. En dépit d’un dynamisme démographique certain, ces espaces sont toutefois confrontés avec une acuité toute particulière à la question du vieillissement parce que le phénomène, relativement récent, présente une intensité nouvelle : les baby-boomers qui ont nourri le périurbain des années 1970-80 sont devenus aujourd’hui pour partie des papy-boomers du pavillonnaire rural.

  • 1 Les éléments d’analyse et les verbatim présents dans l’article proviennent d’un corpus d’une centai (...)

2A partir de données statistiques et d’enquêtes compréhensives conduites dans le périurbain1 de métropoles françaises, l’article interroge les dynamiques d’une ruralité périurbaine par le prisme du vieillissement. Le rural périurbain partage avec l’ensemble des espaces ruraux des problématiques communes autour de la place des services et des équipements, de la manière de les penser et les repenser, autour également de la captivité de cette classe d’âge en lien avec les difficultés de desserte et d’accessibilité. Mais le vieillissement offre une clé de lecture particulièrement efficace des nouvelles ruralités [Rieutort 2012] qui se définissent en périurbain : il participe de la reconfiguration des mobilités quotidiennes et résidentielles dans les aires métropolitaines en faveur de la proximité. Le vieillissement invite en outre à relire les temporalités d’espaces a priori principalement soumis au rythme des migrations pendulaires [Rougé & Aragau 2018]. Il questionne encore la toute puissance du modèle pavillonnaire.

3Après avoir présenté des trajectoires de vieillissement des espaces ruraux de la périurbanisation et examiné des processus d’ancrage dans ces campagnes, l’article revient sur le village-dortoir potentiellement devenu espace ressource au point d’intégrer une dynamique plus gratifiante de ville-campagne. Le propos s’achève sur la capacité du vieillissement à réinventer le rural métropolitain, élus et politiques publiques se mettant au diapason d’une demande citoyenne pas toujours anticipée.

1. Le périurbain pris dans des processus de vieillissement

1.1. Vieillir dans la périphérie des villes : mais à la ville ou à la campagne ?

  • 2 Fiche d’analyse de l’Observatoire des Territoires, Le vieillissement de la population et ses enjeux (...)

4Si la population française vieillit, il est des secteurs géographiques dans lesquels cette évolution est particulièrement marquée. Ainsi l’Observatoire des Territoires2 propose en 2017 une typologie dans laquelle se distinguent nettement les couronnes métropolitaines ; si elles présentent en 2013 des volumes certes moins importants que dans des espaces ruraux hors des aires urbaines, elles connaissent en revanche une croissance importante du nombre de personnes âgées entre 1990 et 2013. En effet dans ces espaces de la périurbanisation se joue un phénomène nouveau : un renversement de leur image – au départ ceux-ci étaient quasi exclusivement associés aux actifs soumis au rythme des navettes pendulaires ce qui n’est désormais plus le cas – également un bouleversement de leur fonctionnement - logements, mobilités et services largement inadaptés à la transformation du profil des habitants des lieux.

  • 3 Conformément à la définition de l’INSEE, les communes multipolarisées, peuvent être rurales (moins (...)

5Les tableaux 1a et 1b révèlent un autre paramètre, celui de l’évolution distincte entre communes rurales et urbaines d’un périurbain soumis de surcroît à des effets de contexte variés selon que l’on se trouve dans une grande, moyenne ou petite aire urbaine. En 2011 le périurbain comptait 33 % de la population des plus de 65 ans quand en 2016, il en regroupe désormais 37 %. Si la proportion de personnes âgées est plus importante dans les communes urbaines que rurales, ces dernières enregistrent la plus forte croissance des + de 65 ans passant pour les communes rurales des grands pôles urbains de 14, 7 % en 2011 à 17, 2 % en 2016 (+ 2,5 points) et pour les communes rurales multipolarisées3 de ces mêmes pôles de 16,8 % à 19 % (+ 2, 2 points). Dans les aires urbaines des grands pôles, les communes urbaines montrent une hausse légèrement inférieure, respectivement de 2,3 (communes urbaines) et 2 points (communes urbaines multipolarisées). Les grands pôles ont la caractéristique d’être marqués par des processus de périurbanisation anciens inscrits dans leurs périphéries rurales par le biais de vastes opérations de lotissements ; elles sont aujourd’hui le lieu de résidence d’un grand nombre de périurbains ou néo-ruraux des années 1970 qui ont avancé en âge.

6En revanche, alors que les grands pôles urbains ont vu leur périurbanisation amorcer un ralentissement (effets d’une réglementation plus contraignante et d’une densification à l’intérieur des agglomérations), celle-ci a plus récemment touché les pôles moyens ce qui contribue à limiter le vieillissement de leurs périphéries rurales rajeunies par des lotissements relativement récents (PLU moins contraignants pour favoriser l’arrivée de nouveaux habitants). Ce n’est pas le cas des communes urbaines de la périphérie de ces mêmes pôles qui vieillissent de manière importante (+ 3,4 points) ; elles peinent à garder leurs jeunes ménages en raison d’un parc de logement peu attractif et rejoignent en cela les difficultés rencontrées par certaines petites villes. Quant aux communes périurbaines rurales des petits pôles, celles-ci connaissent une évolution rapide et importante de leur vieillissement (+ 3,1 points entre 2011 et 2016) qui les rapprochent du profil des espaces soumis à une certaine déprise démographique ; ces éléments de contexte pèsent également sur les communes urbaines de la périphérie de ces petits pôles qui enregistrent une proportion de personnes âgées parmi les plus importantes dès 2011 (+ de 19 %).

Tableau 1a – Les 65 ans et plus dans les campagnes périurbaines en 2011

Communes rurales

Communes urbaines

Communes des couronnes périurbaines…

Nombre de communes

Part des plus de 65 ans en 2011

Nombre de communes

Part des plus de 65 ans en 2011

des grands pôles

10339

14,7 %

1418

15,8 %

communes multi. des grands pôles

3391

16,8 %

371

18,9 %

des moyens pôles

738

17,5 %

15

19,8 %

des petits pôles

565

19,9 %

3

19,9 %

multipolarisées (autres)

6377

19,8 %

209

20,9 %

Total périurbain

21410

16,4 %

2016

16,8 %

Définition des communes rurales/urbaines autour du seuil de 2000 hab sur la population communale 2011

Données INSEE 2011 sur la géographie 2019

Tableau 1b – Les 65 ans et plus dans les campagnes périurbaines en 2016

Communes rurales

Communes urbaines

Communes des couronnes périurbaines…

Nombre de communes

Part des plus de 65 ans en 2016

Nombre de communes

Part des plus de 65 ans en 2016

des grands pôles

10247

17,2 %

1510

18,1 %

communes multi. des grands pôles

3380

19,0 %

382

20,9 %

des moyens pôles

737

20,3 %

16

23,2 %

des petits pôles

565

23,0 %

3

20,5 %

multipolarisées (autres)

6374

22,1 %

212

22,7 %

Total périurbain

21303

18,8 %

2123

19,0 %

Définition des communes rurales/urbaines autour du seuil de 2000 hab sur la population communale 2016

Données INSEE 2016 sur la géographie 2019

7Ces éléments de cadrage statistique identifient plusieurs dynamiques dans le vieillissement du périurbain : un vieillissement général des couronnes périurbaines en France métropolitaine qui se répercute plus fortement dans les communes rurales des grandes aires urbaines (communes rurales et rurales multipolarisées) que dans les communes rurales des aires moyennes qui ont connu des formes de périurbanisation plus tardives avec encore de relativement jeunes ménages. Le vieillissement du rural des petites aires urbaines relève quant à lui de situations régionales marquées par une faible attractivité économique dans cette période intercensitaire.

1.2. S’installer ou faire ancrage dans le rural des villes

8Les campagnes périurbaines suivent un processus de vieillissement que connaît le pays mais elles occupent une place particulière en tant qu’espace de résidence des plus de 65 ans ; elles sont tout à la fois un lieu d’ancrage pour celles et ceux qui y ont vécu durant leur période d’activité [Morel-Brochet & Aragau 2013] et un lieu d’accueil pour des retraités « nouveaux arrivants » qui en perçoivent des éléments d’aménités entre ville et campagne.

9L’ancrage dans le périurbain [Berroir & al. 2017] est un phénomène désormais connu et documenté par la recherche [Berger & al. 2019]. L’attachement à un territoire vécu de longue date joue dans la connaissance fine des ressorts du local au point de permettre un dépassement de tout ce qui pourrait apparaître comme des contraintes- ainsi le tout automobile et un logement plus tellement adapté au vieillir. Cet enracinement est porté par la présence familiale avec notamment celle des enfants installés dans l’aire urbaine, dans l’agglomération ou dans une commune périurbaine alentours, les réinstallations de ces enfants du premier périurbain dans un périurbain proche étant de plus en plus observées [Aragau & al. 2016]. Le renoncement au départ au moment du passage à la retraite est également nourri par une inscription dans le tissu associatif local qui prend le relais d’une vie sociale recomposée après la vie professionnelle et d’une mobilité individuelle qui se complexifie en arrivant dans le 4e âge [Berger & al. 2010].

10« Tout près de Paris, des enfants, mais à la campagne – ici c’est un très bon compromis – il y a tout – le train pour aller à Paris, tout ce qu’il faut sur place et puis Mantes n’est pas loin en voiture et c’est une vraie ville ». (Retraités Bréval 78, 1 839 hab en 2016) [Berger & al. 2008 p.132] ; « La ville ça ne m’attire pas comme on a tout à côté, on ne ressent pas le besoin » (Retraitée Vigoulet-Auzil 31, 904 hab en 2017) [Berger & al. 2008 p.100]

11Si les études sur le vieillissement des périurbains en périurbain sont relativement nombreuses, il n’en est pas de même du phénomène d’accueil de retraités nouveaux venus qui peut surprendre et peine à intégrer les analyses des observateurs. Plusieurs éléments explicatifs peuvent être avancés mais on retrouve des logiques d’apprivoisement. Situées sur la route des vacances ou des longs week-end, ces campagnes de bords de ville ont été traversées par d’ex-citadins qui ont fini par les choisir comme espace résidentiel après leur vie active. La découverte a été progressive avec l’identification d’agréments apparus au fil des pérégrinations et parfois d’escales contraintes par des embouteillages. Se rapprocher des enfants résidant en périurbain est un paramètre supplémentaire qui peut déclencher une installation. Des éléments de discours en ce sens sont relevés sur tous les terrains d’étude, tout autant du côté des Parisiens que des Aixois ou des Toulousains [Berger & al. 2008]. Les témoignages se rejoignent sur l’évocation de paysages ruraux mêlés à des proximités urbaines de tailles variées - la petite bourgade offrant des commodités faciles d’accès - et sur la proximité malgré tout à un grand pôle que l’on peut rejoindre aisément en voiture ou en transport en commun.

12« On habitait à Clamart en appartement. Quand on partait en week-end en Normandie, on passait par la vallée de la Mauldre pour éviter les bouchons de Jouars-Pontchartrain. On a voulu acheter un pavillon et quitter la ville pour la retraite ; mon mari ne souhaitait ni retourner dans le Berry dont il était originaire ni en Normandie ; le climat ne lui plaît pas. Lorsqu’on passait par là, le coin entre Maule et Beynes nous plaisait beaucoup. On s’est renseignés sur la vie associative de la commune de Beynes ; la proximité des commerces de la place Saint-Martin, de la gare et la présence du centre culturel de la Barbacane ont joué en faveur de Beynes. On a choisi ce lieu de résidence pour pouvoir y rester jusqu’à la fin de nos jours. J’étais infirmière surveillante à l’hôpital Stell de Rueil, je sais ce que c’est de vieillir et de vieillir seul chez soi, j’en ai vu. Maman est restée 5 ans chez nous ; elle tournait entre ses trois enfants, mais elle aimait être chez nous. Je suis au courant des problèmes des personnes âgées ; ici, nous aurons tout ce qu’il nous faut en rez-de-chaussée, cuisine, chambre, salle de bain ». (Retraités Beynes 78, 7 662 hab en 2017).

13« Notre fils était instituteur à Villeneuve-Tolosane (...) et on a pu avoir le terrain juste derrière chez lui, ce qui fait que nous avons vendu après à Toulouse et nous sommes venus construire, nous sommes arrivés en 1993-94 ». (Retraités Villeneuve-Tolosane 31, 9 720 en 2017) [Berger & al. 2008 p.91]

14Ces ambiances urbaines empreintes de ruralité ou ces campagnes dotées d’un certain confort urbain se présentent à celles et ceux qui les traversent comme des espaces d’accueil possible pour y vieillir. Cette image est pour le moins surprenante tant le périurbain a été longtemps compris et conçu pour de jeunes ménages souvent bi-motorisés, logés dans des pavillons avec jardin exigeants en entretien, des ménages en capacité également d’intégrer des difficultés d’accessibilité aux zones d’emploi et aux services : toutes contraintes a priori peu compatibles avec l’avancée en âge.

2. Du village-dortoir à la ville-campagne : une lecture de la ruralité en périurbain par le vieillissement

2.1. Le village, le bourg, « l’émiettement urbain » comme ressource

15Avec les années les mobilités se resserrent dans un espace-temps qui doit être sécurisant, là où les conditions de circulation et de stationnement sont connues et relativement aisées à rebours d’un trafic congestionné et difficile. Les bourgs ou petites villes du périurbain bénéficient pleinement de ce contexte renouvelé. Lourdement touchées par des fermetures de commerces et peinant à supporter la concurrence des hypermarchés jusqu’aux années 2000, ces petites centralités connaissent depuis un regain de dynamisme auquel participent largement les retraités. Souvent anciens chefs-lieux de canton, ces dernières ont oeuvré au fonctionnement et à la vitalité d’une ruralité qui a été bouleversée, parfois éteinte par les premières années de la périurbanisation [Berger & al. 2014] ; elles s’imposent comme des traces reconnues et revendiquées d’une ruralité qui connaît une trajectoire nouvelle dans un espace métropolitain élargi intégrant des campagnes urbaines [IAU 2017].

16« Cela fait au moins 10 mois que nous ne sommes pas allés à Auchan ; nous allons au marché le jeudi et le dimanche, sinon place Saint-Martin et au G20 ; on veut faire marcher le commerce local ». (Retraités, Beynes 78, 7 662 hab en 2017)

17« La première chose que je fais le matin, c’est que je vais faire les courses, le pain bien sûr, on a déjà pris le petit-déjeuner. Après on part à Intermarché et après une fois par semaine on va à Carrefour mais c’est trop grand, on va à Leclerc, c’est même plus près » (retraitée, Pinsaguel 31,2 771 en 2017) [Berger & al. 2008 p. 104]

18Le village ou le bourg-centre deviennent ressources de proximité (Figure 1), autour de l’activité commerciale, médicale et associative. Ils refont polarité à différents moments de la semaine, les jours de marché notamment et certains services misent sur la présence des anciens pour être maintenus ou transformés. L’actualité fait d’ailleurs état de la baisse du chiffre d’affaires des hypermarchés : un modèle désormais fragilisé si bien que les grandes enseignes infléchissent leur stratégie en faveur de leurs moyennes et petites surfaces [Essers 2020] qui ont précisément la préférence des retraités (Figure 2). Ces derniers participent ainsi du renouvellement du profil des consommateurs et des modes de consommation.

Figure 1 : Le périurbain aux heures creuses ou le réveil des espaces publics par les retraités. La fréquentation des centres-bourgs

Figure 1 : Le périurbain aux heures creuses ou le réveil des espaces publics par les retraités. La fréquentation des centres-bourgs

Pris en semaine, 16h, le centre-bourg de Thoiry (78).

Source : Cliché C. Aragau

Figure 2 : Le périurbain aux heures creuses ou le réveil des espaces publics par les retraités. La fréquentation des moyennes surfaces

Figure 2 : Le périurbain aux heures creuses ou le réveil des espaces publics par les retraités. La fréquentation des moyennes surfaces

Pris en semaine, 11h30, parking du supermarché G20 à Beynes (78). Pavillonnaire en arrière-plan

Source : Cliché C. Aragau

  • 4 Céline Loudier-Malgouyres et Perrine Michon ont réalisé un court-métrage qui a été primé lors du co (...)

19Sans être abandonnée la zone commerciale, privilégiée durant la période d’activité, reste une référence mais davantage pour des achats-loisirs que pour l’immédiatement utile et le nourricier. Elle appartient au paysage urbain des retraités du rural, un paysage qu’on pourrait qualifier de kaléidoscope puisqu’il pioche autant du côté du bourg que de celui des entrées de ville des agglomérations, les marchés comme les centres commerciaux faisant office d’espaces publics4 et autorisant la flânerie [Berroir 2017].

20Le périurbain présente d’une certaine manière une sorte d’élasticité urbaine que les retraités modèlent au gré de leurs besoins, de leur capacité de déplacement ; dans un rural métropolitain, la diversité et la densité de ces relais urbains sont autant de freins aux situations de captivité.

2.2 .De nouvelles temporalités dans les espaces de la périurbanisation

21Le périurbain des navetteurs connaît un autre tempo lorsque les retraités font vivre en journée ces espaces qualifiés de cités-dortoirs. Ils viennent faire vivre des lieux désertés aux heures de travail ; s’y installe une ruralité des heures creuses – une nouvelle ruralité – qui revendique un rythme plus lent [Quiroga 2015] mais non moins essentiel au fonctionnement des territoires (Figure 3).

Figure 3 : Le périurbain aux heures creuses ou le réveil des espaces publics par les retraités. Un périurbain-loisir en journée

Figure 3 : Le périurbain aux heures creuses ou le réveil des espaces publics par les retraités. Un périurbain-loisir en journée

Pris en semaine, 15h30, boulodrome entre pavillonnaire et parcellaire agricole à Thoiry (78)

Source : Cliché C.Aragau

22Des commerces s’animent tout comme des équipements publics mais encore les chemins ruraux à nouveau arpentés par des promeneurs en journée. Dans le périurbain de Toulouse c’est ainsi la forêt de Bouconne qui est investie en journée ; et les chemins désertés des paysages de la grande culture sont à nouveau empruntés, balisés et aménagés pour recevoir les randonneurs. Ce sont aussi des fermes ouvertes au public pour la cueillette ou la vente directe ; elles font centralité en pleine semaine et participent de l’épaississement du réseau d’approvisionnement alimentaire dans le rural métropolitain (Figure 4).

23« Durant ma période d’activité, je remplissais le caddy à Auchan et depuis que je suis à la retraite j’ai découvert des fermes dans le secteur qui vendent des produits bio ou de saison. J’ai le temps d’y aller, dans la journée et en semaine. » (Retraitée, Saint-Germain-de-la-Grange 78, 1 869 en 2017)

Figure 4 : Le périurbain aux heures creuses ou le réveil des espaces publics par les retraités. La fréquentation des fermes et cueillettes

Figure 4 : Le périurbain aux heures creuses ou le réveil des espaces publics par les retraités. La fréquentation des fermes et cueillettes

Pris en semaine, 15heures, cueillette de Jumeauville (78)

Source : Cliché C.Aragau

24Cette présence au quotidien insuffle une vitalité nouvelle à des espaces dont la population a été longtemps considérée comme étant en transit entre lieu de travail et lieu de résidence, entre période d’activité et celle de la retraite envisagée à l’origine vers un ailleurs.

3. Le vieillissement : question de société/levier pour réinventer le rural métropolitain

3.1. Le parc de logement se heurte à la question du vieillissement

25Le logement compte parmi les difficultés les plus importantes associées au vieillir et ceci à différents points de vue. D’abord la typologie du pavillonnaire, composé de plusieurs pièces et notamment de plusieurs chambres souvent sur 2 niveaux, semble vite inadapté à la configuration de ménages vieillissant, comptant, avec le veuvage, bien souvent une seule personne. La taille de ces logements représente en outre un coût d’entretien important, en réparation et dépenses énergétique [Jouffe 2014] ; pourtant l’attachement à ce lieu d’habitation est un frein au départ, parfois annoncé et sans cesse repoussé. Ce logement figure autant l’investissement d’une vie que le lieu de retrouvailles pour les rendez-vous familiaux.

26Face aux contraintes pré-citées, des stratégies individuelles se mettent en place, telles que l’occupation uniquement du rez-de-chaussée quitte à lui apporter un confort supplémentaire ou à l’agrandir par le biais d’une véranda. Rester au domicile c’est aussi garder un patrimoine que l’on entretient dans la mesure du possible pour lui garder sa valeur, sentimentale mais aussi monétaire dans l’idée d’une transmission. C’est aussi prolonger un projet entamé à deux, lui donner vie au-delà du veuvage.

27« La maison, c’est pour mon fils, c’est un patrimoine. Quand il viendra il décidera… Il a dit qu’il viendrait, il l’a dit Je ne sais pas ce qu’il décidera, moi, ma mère, je m’en suis occupée, elle est morte à 82 ans ». (Retraitée, Bouc-Bel-Air 13,14 654 hab. en 2017) [Berger & al. p. 116]

28« Le jour où nous en aurons besoin, nous aménagerons le bureau en chambre à coucher. Elle sera jointe à la salle d’eau. Tout sera sur le même niveau ». (Retraités, Beynes 78, 7 662 hab. en 2017).

29Les élus ont une autre lecture de cette problématique du logement en contexte périurbain : le pavillonnaire correspond à de grands logements souvent immobilisés par des personnes âgées et seules alors qu’en zone tendue, la question du logement est cruciale. De nombreuses familles avec enfants peinent à accéder à ce segment du parc. Pour répondre en partie à cette difficulté, la loi SRU de 2000, en invitant à la densification, a incité à la réalisation de logements collectifs, notamment des logements sociaux dans des communes qui en étaient dépourvues à la périphérie des grandes villes : nombre de communes rurales ont été concernées par ces opérations [Fonticelli 2018]. Pour couper court à certaines polémiques nourries par la crainte des résidents de voir arriver dans leurs communes des populations défavorisées issues des grands ensembles, les maires ont rapidement adapté leur discours parlant de logement intermédiaire plus que collectif et social. Surtout ils ont visé en premier lieu des formes de ménages et des classes d’âge plutôt que des catégories sociales : des personnes âgées, de très jeunes actifs mais aussi des couples séparés. Ainsi le vieillir a été l’occasion de repenser une nouvelle offre, même si à l’arrivée elle n’est pas forcément saisie par les ménages attendus eu égard aux arguments exposés précédemment sur l’attachement au domicile. Il n’empêche que le parc se renouvelle, tantôt sous forme d’opérations neuves, d’autres fois par le biais de réhabilitation d’anciens corps de ferme en petits logements.

3.2. Le vieillissement comme source d’innovation dans les espaces ruraux périurbains

30Dès lors que l’on considère le vieillissement comme une ressource [Plan 2018] et pas uniquement comme un poids dans le développement des territoires, un regard différent est porté sur les leviers qu’il peut procurer.

31Après le logement, la mobilité est une autre problématique majeure en matière de vieillissement et dans le contexte des communes rurales périurbaines elle est immédiatement confrontée à la dépendance automobile et à la difficulté de penser ces espaces comme marchables [Schmitz 2008]. C’est pourtant pour répondre à cette demande de plus en plus pressante que les municipalités ont mis en place des services de transport à la demande : certains jours de la semaine en particulier pour rallier des marchés et par la même occasion des centres-bourgs dans lesquels il est possible de concilier un rendez-vous médical par exemple. Il s’avère que ce type de transport pensé souvent en priorité pour les personnes âgées sert aussi un tout autre public, des jeunes, des femmes non véhiculées en journée, autant de captifs [Rougé 2009] du rural. Ainsi en 2012, la Communauté de Communes du Gâtinais Val de Loing (Seine-et-Marne) a-t-elle organisé un service de transport à la demande afin d’améliorer la mobilité des personnes isolées ou non motorisées habitant sur son territoire, et plus particulièrement dans les communes rurales.

32Une autre dimension intéressante est celle des mobilités douces et en particulier de la marche considérée comme relativement absente des espaces périurbains. Elle est pourtant au cœur des déplacements des retraités, pour des questions pratiques (difficulté à être véhiculés) ou de santé (recommandations médicales). Ces mobilités bousculent les référentiels en périurbain et invitent à recoudre des tissus urbains composites, fragmentés entre le vieux bourg et les lotissements (Figures 5 et 6). Des continuités vertes sont balisées, des venelles et des berges aménagées pour relier les différents quartiers ou hameaux aux centralités commerciales ; ponctuées de banc et d’éclairage elles invitent aux déplacements et finissent par être empruntées par l’ensemble des publics. Elles sont l’occasion d’offrir de nouveaux espaces publics là où ils apparaissaient relativement absents en dehors de la place de la mairie ou de l’église.

Figure 5- La marche des retraités : réactiver les coutures urbaines et les espaces publics. Les berges pour accompagner des continuités douces

Figure 5- La marche des retraités : réactiver les coutures urbaines et les espaces publics. Les berges pour accompagner des continuités douces

Pris en semaine, 12h, à Beynes (78) le long de la Mauldre

Source : Cliché C.Aragau

Figure 6- La marche des retraités : réactiver les coutures urbaines et les espaces publics. Les sentes entre les lotissements

Figure 6- La marche des retraités : réactiver les coutures urbaines et les espaces publics. Les sentes entre les lotissements

Pris en semaine, 16h, à Thoiry (78) entre école et lotissement

33Source : Cliché C.Aragau

34Les déplacements des seniors se font dans un rayon de plus en plus resserré à partir du domicile au fur et à mesure de l’avancée en âge et les commerces qui se réinventent dans le rural périurbain intègrent cette réalité. Ainsi en est-il des épiceries multi-services dont la clientèle est largement constituée de captifs non véhiculés ou de résidents qui soutiennent presque de façon militante les services de proximité. La présence d’une clientèle âgée compte dans les arbitrages pour développer de la part de la collectivité locale ce type de commerce. Un article de la presse local souligne à propos de la boulangerie qui a été installée en 2015 dans le village de Richebourg dans les Yvelines le rôle de locomotive pour tirer une dynamique locale.

« Ce commerce est une bénédiction, il a changé la vie des 1 600 habitants du village », lance ce mercredi Bernadette Courty, la maire de Richebourg en accueillant Pierre Bédier et Patrick Devedjian, les présidents des conseils départementaux des Yvelines et des Hauts-de-Seine dans la boulangerie de la commune. Les élus se sont rendus dans l’établissement mais aussi chez un céréalier de Tilly, dans le cadre d’une visite sur le thème de la ruralité. L’objectif était de faire découvrir au président du département voisin les dispositifs lancés dans les Yvelines dans le but de rompre l’isolement mais aussi de maintenir l’activité agricole… Chaque jour, environ trois cents clients y achètent leur pain. Afin de permettre au plus grand nombre de venir, l’amplitude d’ouverture est très large : de 7 heures à 20 heures. C’est un coup double puisque l’implantation a eu des effets positifs pour les deux céréaliers de Richebourg, ainsi que pour l’ensemble des infrastructures locales. « On travaille en circuit court, la farine du fournil provient de leur blé », indique le patron du Moulin de Cherisy (Eure-et-Loir), le fournisseur. « La boulangerie alimente en pain les 5 établissements médicaux sociaux de la commune et la cantine scolaire, ajoute Bernadette Courty. Grâce à elle, un marché de plein air a même été créé le samedi matin sur la place, en bordure de la D 983 ».

35Source : Yves Fossey, Le Parisien, 15 juin 2007. « Richebourg : la boulangerie ressuscite le village ». http://www.leparisien.fr/​yvelines-78/​richebourg-78550/​richebourg-la-boulangerie-ressuscite-village-15-06-2017-7054671.php

36Les retraités sont en outre une force vive pour le fonctionnement d’une nouvelle offre commerciale telle que les épiceries solidaires qui reposent sur le bénévolat. L’épicerie participative l’Epi C’Tout créée en 2017 par deux habitants de Beynes et Jouars-Pontchartrain dans les Yvelines repose sur le bénévolat de ses adhérents qui s’engagent à donner 2 heures de leur temps chaque mois pour faire fonctionner la boutique.

Conclusion

37Les campagnes urbaines connaissent un basculement démographique faisant la part belle aux retraités alors qu’elles ont nourri pendant près de 30 ans la jeunesse d’un périurbain en pleine croissance, des années 1970 à la fin des années 1990.

  • 5 Le RFVAA s’est réuni à Ambérieu-en-Bugey le 17 septembre 2019 autour du thème « Mettre en œuvre la (...)

38Ce renouvellement démographique a été l’occasion de retrouver et d’affirmer une ruralité qui avait été mise en sommeil par des rythmes journaliers imposés par des pôles d’emploi éloignés déconnectant les populations de leur commune de résidence. Le passage à la retraite est créateur de lien avec le territoire à la faveur de mobilités de proximité faisant renaître des services, et partant des sociabilités. Cet ancrage occasionne la mise en valeur de ressources locales, qu’il s’agisse de nouveaux points d’approvisionnement alimentaire mais encore participe du dessin d’autres morphologies périurbaines qui empruntent à celles du rural : apparition « d’alter » lieux pour des services réinventés, renouvellement du parc de logement, valorisation de continuités douces dont le réseau s’étoffe. Si côté ville le vieillissement gagne en reconnaissance avec le Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés (RFVAA), association affiliée au réseau mondial des villes et communautés amies des aînés de l’Organisation Mondiale de la Santé, côté campagne les valorisations sont plus timides, raison pour laquelle des acteurs du rural souhaitent que des petites villes soient également associées et sollicitées dans le cadre du RFVAA5.

39L’article met en exergue ce qui change, des transformations observées là où le vieillissement est envisagé sous l’angle du développement local. Mais il ne faut pas s’y méprendre : bon nombre de communes rurales ne peuvent s’engager dans ces logiques et peinent à faire de ce vieillissement une ressource. L’isolement pavillonnaire existe bel et bien, tout comme les difficultés à entretenir un tel logement mais là où les maires se sont saisis du sujet, la vie locale en a été transformée au point d’attirer des populations jeunes dont les attentes rejoignent celles des aînés en termes de qualité de vie et que le rural proche des villes paraît en capacité d’offrir.

Haut de page

Bibliographie

Aragau, C., Didier-Fèvre, C. & Rougé, L. (2016) – « Les enfants : une pièce maîtresse du puzzle périurbain », Les Annales de la Recherche Urbaine, La ville des enfants et des adolescents, n° 111, pp. 43-57

Bacconnier S. & Thouzellier C., (2011) – « Vieillir en maison individuelle dans les espaces périurbains toulousains », Sud-Ouest Européen, n° 31, pp. 29-42.

Berger, M., Aragau, C. & Rougé, L., (2014) – « Vers une maturité des territoires périurbains ? », EchoGéo, n° 27, mis en ligne le 02 avril 2014. URL : https://journals.openedition.org/echogeo/13683

Berger, M., Aragau, C. & Rougé L. (2019) – « Mobilités et Immobilités des périurbains franciliens : effets de genre, effets de classe, effets de générations ? », in S. Louargant (dir.), Mobilités : toutes et tous égaux ? St Martin d’Hères, UGA Editions, pp. 19-42.

Berger, M., Rougé, L., Thomann, S. & Thouzellier, C., (2010) – « Vieillir en pavillon : mobilités et ancrages des personnes âgées dans les espaces périurbains d’aires métropolitaines (Toulouse, Paris, Marseille) », Espace populations sociétés, n° 2010-1, pp. 53-67, https://journals.openedition.org/eps/3912

Berger, M., Rougé, L., Thomann, S. & Thouzellier, C. (2008) – Vieillir en pavillon : mobilités et immobilités des personnes âgées dans l’espace périurbain, rapport PUCA, 226 p. http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/IMG/pdf/rapport-vieillir-en-pavillon-personnes-agees2008.pdf

Berroir, S., Delage, M., Fleury, A. & al. (2017) – « Mobilité au quotidien et ancrage local dans les espaces périurbains », Annales de géographie, 2017/1 (N° 713), pp. 31-55.

Essers, J. (2020) – Approvisionnements et mobilités alimentaires des périurbains des périurbains de l’Ouest franciliens : étude d’une ruralité métropolitaine, thèse de doctorat, Université Paris Nanterre, 452 p.

Fonticelli, C. (2018) – Construire des immeubles au royaume des maisons. La densification des bourgs périurbains franciliens par le logement collectif : modalités, intérêts et limites, thèse de doctorat, Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, 524 p.

Fleury, A. (2018) – « Les périurbains et leurs espaces publics : enquête sur les franges nord de la métropole parisienne », Cybergeo : European Journal of Geography, Espace, Société, Territoire, document 841, https://journals.openedition.org/cybergeo/28914 ;

Iau (2017) – « Vivre dans les campagnes urbaines d’Ile-de-France », Actes du séminaire du 10 mars 2017 ENS-IAU, https://www.iau-idf.fr/fileadmin/NewEtudes/Etude_1415/Actes_IAU_ENS_10-03.pdf

Jouffe, Y. & Belton-Chevallier L. (2014) – « Triple étau sur les ménages périurbains : la crise énergétique reformulée ». ASRDLF2014 - 51ème colloque de l’Association de Science Régionale de Langue Française : Métropolisation, cohésion et performances : quels futurs pour nos territoires ? Juillet 2014, Champs-sur-Marne, 8 p., https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01205478/document

Lord, S. (2010) – « Vieillir en banlieue pavillonnaire au Québec : entre choix résidentiels et contraintes », in J.-Y. Authier, C. Bonvalet & J.-P. Lévy (dir.), Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Presses universitaires de Lyon, pp. 249-270.

Mettetal, L. (2009) – « Les pratiques énergétiques des ménages du périurbain », IAU note rapide, n° 492, https://www.institutparisregion.fr/fileadmin/NewEtudes/Etude_638/NR_492_web.pdf

Morel-Brochet, A. & Aragau, C. (2013) – « Rester ou quitter sa maison : l’ancrage résidentiel périurbain à l’épreuve du vieillissement », in M. Membrado & A. Rouyer (eds), Habiter et vieillir. Vers de nouvelles demeures, Toulouse, ERES, pp. 105-119.

Plan, O. (coord.) (2018) – Vieillir actifs à la campagne, POUR, n° 233, 246 p.

Quiroga, P. (2015) – « Lenteur et immobilité, un potentiel pour les personnes âgées pauvres de Recife (Bresil) ? », Carnets de géographes [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 24 janvier 2020, https://journals.openedition.org/cdg/297 

Rieutort, L. (2009) – « Dynamiques rurales françaises et re-territorialisation de l’agriculture », L’Information géographique, vol. 73, n° 1, pp. 30-48.

Rieutort, L. (2012) – « Du rural aux nouvelles ruralités », Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 59, pp. 43-52.

Rougé, L. (2014) – « Les ressources de l’espace périurbain dans la reconfiguration des modes de vie à la retraite : l’exemple de l’Ouest francilien », Norois, n° 232, pp. 53-66.

Rougé, L. (2009) – « L’installation périurbaine entre risque de captivité et opportunités d’autonomisation », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 5 | 2009, https://journals.openedition.org/articulo/1440

Rougé, L. & Aragau, C. (2019) – « Appropriations, partages et fabrications de l’espace public : vers un périurbain plus convivialiste ? », La revue du MAUSS, La possibilité d’une ville conviviale, n° 54, pp. 307-321.

Schmitz, S. (2008) – « Du new urbanism au new ruralism : un débat en cours sur de nouvelles visions de l’avenir des campagnes aux Etats-Unis », Géocarrefour, vol. 83, n° 4, pp. 331-336, https://journals.openedition.org/geocarrefour/7088

Thomann, S. (2009) – « Stratifications générationnelles au sein d’espaces périurbains : une opportunité du « vivre ensemble » ?, Articulo – Journal of Urban Research, n° 5 | 2009, Online since 25 April 2010, connection on 22 January 2013. http://articulo.revues.org/1403

Haut de page

Notes

1 Les éléments d’analyse et les verbatim présents dans l’article proviennent d’un corpus d’une centaine d’entretiens compréhensifs conduits dans le cadre de différents contrats PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture) relatifs à la périurbanisation et touchant de manière plus ou moins directe la question du vieillissement : 2006-2008 « Vieillir en pavillon : mobilités et immobilités des personnes âgées dans l’espace périurbain » (Paris-Aix-Toulouse), 2010-2012 Les « pôles secondaires » dans la réorganisation des mobilités : maturité et durabilité des espaces périurbains ? », 2012-2014 « Les territoires périurbains : de l’hybridation à l’intensité ? » Les verbatim issus du rapport de synthèse de la recherche de 2006- 2008 sont référencés avec le numéro de la page du rapport figurant en bibliographie. Les verbatim sans référence de pagination n’apparaissent pas dans le rapport ; ils sont directement extraits des bases de données des différentes recherches.

2 Fiche d’analyse de l’Observatoire des Territoires, Le vieillissement de la population et ses enjeux, CGET, 2017, 18 p., https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/observatoire-des-territoires/sites/default/files/Fiche-OT- vieillissement_population_0.pdf

3 Conformément à la définition de l’INSEE, les communes multipolarisées, peuvent être rurales (moins de 2000 habitants) ou urbaines (plus de 2000 habitants). Les « communes multipolarisées des grandes aires urbaines » sont les communes dont au moins 40 % des actifs occupés résidents travaillent dans plusieurs grandes aires urbaines, sans atteindre ce seuil avec une seule d'entre elles, et qui forment avec elles un ensemble d'un seul tenant.

4 Céline Loudier-Malgouyres et Perrine Michon ont réalisé un court-métrage qui a été primé lors du concours vidéo Archi'Court organisé en 2014 par le CAUE de la Haute-Garonne sur le thème « Voisiner, mode d'emploi », https://www.les-caue-occitanie.fr/video-podcast/archicourt-2014-voisinages-publics-periurbains

5 Le RFVAA s’est réuni à Ambérieu-en-Bugey le 17 septembre 2019 autour du thème « Mettre en œuvre la démarche Villes amies des aînés dans les communes petites et moyennes : spécificités et atouts. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le périurbain aux heures creuses ou le réveil des espaces publics par les retraités. La fréquentation des centres-bourgs
Légende Pris en semaine, 16h, le centre-bourg de Thoiry (78).
Crédits Source : Cliché C. Aragau
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/5852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 2 : Le périurbain aux heures creuses ou le réveil des espaces publics par les retraités. La fréquentation des moyennes surfaces
Légende Pris en semaine, 11h30, parking du supermarché G20 à Beynes (78). Pavillonnaire en arrière-plan
Crédits Source : Cliché C. Aragau
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/5852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Figure 3 : Le périurbain aux heures creuses ou le réveil des espaces publics par les retraités. Un périurbain-loisir en journée
Légende Pris en semaine, 15h30, boulodrome entre pavillonnaire et parcellaire agricole à Thoiry (78)
Crédits Source : Cliché C.Aragau
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/5852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 4 : Le périurbain aux heures creuses ou le réveil des espaces publics par les retraités. La fréquentation des fermes et cueillettes
Légende Pris en semaine, 15heures, cueillette de Jumeauville (78)
Crédits Source : Cliché C.Aragau
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/5852/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 5- La marche des retraités : réactiver les coutures urbaines et les espaces publics. Les berges pour accompagner des continuités douces
Légende Pris en semaine, 12h, à Beynes (78) le long de la Mauldre
Crédits Source : Cliché C.Aragau
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/5852/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Figure 6- La marche des retraités : réactiver les coutures urbaines et les espaces publics. Les sentes entre les lotissements
Légende Pris en semaine, 16h, à Thoiry (78) entre école et lotissement
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/5852/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Aragau, « Les campagnes périurbaines face au vieillissement en France métropolitaine »Bulletin de l’association de géographes français, 96-4 | 2019, 555-567 .

Référence électronique

Claire Aragau, « Les campagnes périurbaines face au vieillissement en France métropolitaine »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-4 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 07 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/bagf/5852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.5852

Haut de page

Auteur

Claire Aragau

Maître de Conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire Mosaïques UMR LAVUE 72 18 CNRS – Courriel : Claire.aragau[at]parisnanterre.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search