Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96-4Les « jeunes ruraux » : forces de...

Les « jeunes ruraux » : forces de proposition ou d’action ? Le cas des jeunes investis au MRJC

Rural youth : forces of proposal or action ? The case of young people invested in the MRJC
Robin Diaz et Hélène Chauveau
p. 568-584

Résumés

Les jeunes sont une préoccupation constante en milieu rural : les "garder", les attirer, les contrôler, "faire pour eux", "faire à leur place", "aider à faire"... mais plus rarement les écouter et encore moins "faire avec", les "laisser faire" ou leur permettre de faire tout court. Les questionnements actuels sur l’engagement, le développement local et leurs mutations traversent notamment les réseaux d’éducation populaire qui sont composés de ce public. Il en est ainsi de l’association Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne (MRJC) qui observe et accompagne ces changements, et surtout développe une réflexion sur la spécificité de l’engagement et du rapport au développement quand on vit dans la ruralité, et quand on a entre 13 et 30 ans. D’abord par le souci d’inclure les jeunes ruraux dans l’ensemble des politiques et pas seulement les "politiques jeunesses". Ensuite parce que par la construction d’une culture de l’engagement et de l’action locale et la mise en place de projets très variés, cette association crée les conditions d’implication des jeunes dans les territoires, non comme proposants mais agissants. L’article rappellera dans un premier temps la place des jeunes dans les espaces ruraux et quelques jalons de l’association MRJC. Il s’agira ensuite d’explorer les ressorts qui mènent à l’engagement et leurs enjeux éducatifs et pédagogiques, à travers notamment les espaces de sociabilité et de mixité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

  • 1 Dans cet article nous utilisons les guillemets à la française (« - ») pour renvoyer à des discours (...)
  • 2 Voir les débats autour de cette définition, notamment dans le numéro de la revue POUR « Initiatives (...)
  • 3 Voir par exemple Durupt M.-J. (1963), Les mouvements d’action catholique, facteurs d’évolution du m (...)

1Les « jeunes »1 ne sont pas seulement l’« avenir des territoires ». Ils sont présents et actifs comme les autres habitants sur les territoires. Nous entendons par « jeunes » la population qui a franchi le seuil de l’adolescence, mais n’a pas dépassé la trentaine, et qui est considérée par le reste de la population, dite adulte, comme encore en formation et en recherche tant dans le domaine professionnel, que dans la sphère familiale ou intime2. Mais ce que l’on appelle « jeunes » varie selon les époques et les espaces, ainsi que selon les contextes d’énonciation et la nature des énonciateurs [Gambino 2008]. Ici nous choisissons le point de vue de l’association d’éducation populaire depuis laquelle nous parlons, à savoir le Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne (MRJC) dont une des spécificités majeures est d’être exclusivement "composée, gérée et animée par des jeunes de 13 à 30 ans" (extrait du dernier Rapport d’Orientation du mouvement, 2014). Ce mouvement qui est né en 1929 dans la mouvance de l’action catholique sous le nom de JAC, Jeunesse Agricole Catholique offrait une branche rurale à ses homologues urbains de la Jeunesse Ouvrière Catholique (JOC) et de la Jeunesse Étudiante Catholique (JEC). Fondé par des prêtres et paroissiens soucieux d’émancipation sociale et de formation par les pairs, la vision de la jeunesse qui y a cours est celle d’adolescents et de jeunes adultes qui ont envie de dynamiser leurs territoires, mais n’en ont pas toujours les moyens à cause, notamment, de la position sociale de leur catégorie juvénile. De nombreuses études existent sur ce mouvement et ses évolutions et ce n’est pas le lieu ici de les reprendre3.

  • 4 Voir le rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE) (écrire en toutes lettres à (...)
  • 5 59 % des jeunes ruraux.ales ont un emploi (contre 49 % des jeunes urbain.e.s), le taux de chômage d (...)
  • 6 Le bénévolat est plus fréquent chez les jeunes des milieux ruraux que chez les jeunes qui vivent da (...)

2Aujourd’hui en milieu rural, la majorité des acteurs, politiques, institutionnels, associatifs, économiques même se préoccupent, au moins dans les discours, de cette catégorie. Or, si les campagnes ont souffert de la centralisation des services et activités dans les villes, qui amène beaucoup de jeunes à les quitter au moins pour un temps, les milieux ruraux sont aussi perçus comme une opportunité par beaucoup d’entre eux. Une enquête récente menée par le MRJC montre un sentiment globalement très positif des jeunes à l’égard de la campagne (92 % ont une vision positive de la campagne, dont 44 % très positive) [Richez 2010]. Mais cette vision positive n’empêche pas que les jeunes ruraux soient confrontés à de nombreuses difficultés et inégalités par rapport aux jeunes citadins4. Les jeunes ruraux s’orientent davantage après la classe de 3ème vers la voie professionnelle et font en moyenne des études supérieures plus courtes. Ils entrent plus tôt sur le marché du travail et y sont plus précaires5. Les problèmes d’accès à la mobilité, aux médias, aux soins, aux services publics sont récurrents et persistants, voire augmentent. Un des atouts de cette jeunesse est son engagement, puisque le bénévolat est plus fréquent chez les jeunes ruraux6 et que le secteur associatif y connaît une forte vitalité qui ne se dément pas.

3L’enjeu de l’engagement des jeunes dans la société semble être un des axes forts de la politique jeunesse du gouvernement actuel qui, en 2019, a mis en place la phase de préfiguration du nouveau Service National Universel (SNU), proposition hybride entre service militaire et service civique. Le retour d’un dispositif obligatoire visant à faire découvrir l’engagement dans la société à des jeunes de 16 ans vient interroger les associations d’éducation populaire sur les leviers et le sens de celui-ci autant que sur la vision de la jeunesse aujourd’hui. En milieu rural comme en milieu urbain, ce sont donc les modèles d’engagement et d’investissement citoyen qui sont aujourd’hui interrogés. Comment naît l’envie de s’engager ? Quels espaces, quels acteurs et quels leviers sont clés dans ces processus ? Quelle est la spécificité de l’engagement des jeunes en milieu rural en général et dans un mouvement en particulier ?

4Dans cet article nous allons voir comment une association d’éducation populaire, en l’occurrence le MRJC, influe sur la ruralité par les modes d’engagements dont sont porteurs les jeunes qui la composent, en nous plaçant délibérément depuis l’intérieur de ce mouvement. Nous décrirons également l’initiative originale de tiers-lieux portée ces dernières années par ce mouvement, laquelle cristallise, selon nous, des tendances importantes de la ruralité actuelle : les Fabriques du Monde Rural.

1. Être jeune en rural et être jeune au MRJC

1.1. Les jeunes : un groupe difficile à cerner

5Les travaux conduits sur les jeunes ruraux en France soulignent avant tout leur diversité qui, au-delà d’une diversité d’âges et de situations sociales, reflète celle des ruralités et des modes d’habiter ce rural, des façons d’y vivre et de s’y projeter. La typologie des pratiques et représentations des jeunes dans les espaces de faible densité élaborée par Mélanie Gambino autour de plusieurs items en témoigne (Tabl.1) [Gambino 2008]. Nous présenterons toute d’abord les trois types de jeunes ainsi retenus pour évoquer ensuite la réception de cette typologie par une partie des militant.e.s du MRJC lors d’un séminaire de recherche mené en janvier 2019.

Tableau 1 – Simplification de la typologie des jeunes ruraux proposée par M. Gambino, 2008

Type 1

Type 2

Type 3

Profil

- Moins scolarisés

- Plus précaires, plus jeunes

- Classe moyenne

- En études

- Plus vieux

- Mieux diplômés

Relation à la ville

Séparation, différenciation

Complémentarité

Singularisation

Présence locale

Très visible

Moins visible

Circonscrite

Pratiques

Centrées sur le local

Sur le mode du passage

Valorisation des attributs

Type de représentation

Piège

Refuge

Cadre de vie

Manque, éloignement

Espace en plein essor

Chance, autonomie

Mode d’habiter

RESTER

PARTIR ET REVENIR

S’INSTALLER

La proximité

L’alternance

L’ancrage

Territorialité

Locale

Discrète

Existentielle

Rationalité

Reproductrice

Instrumentale

Réflexive

  • Type 1 : Les caractéristiques des modes d’habiter et des représentations des jeunes du type 1 conduisent certains adultes qui les côtoient à désapprouver leur passivité. Ces jeunes, qui souhaitent souvent rester entre eux, mènent peu d’actions « visibles » et évoluent en groupe pour renforcer les liens entre eux. Ils participent peu à la vie locale et, quand ils le font, leurs actions passent inaperçues parce qu’elles prennent la forme de protestations. Ces jeunes reprochent aux adultes de ne pas les considérer, de ne rien faire pour eux et d’avoir un regard parfois condescendant lorsqu’ils prennent la parole. Ils visent avant tout une intégration locale et une insertion sur le marché du travail qui leur donnera les moyens d’accéder à l’indépendance et à l’autonomie, c’est-à-dire à « devenir adulte » rapidement. La rationalité dominante chez eux est une rationalité « reproductrice » : ils gèrent leur mode de vie, fondé sur la proximité spatiale et sociale ; rester est une nécessité et un choix que beaucoup vivent bien. Rester constitue une action, car cela permet de consolider le territoire qu’ils souhaitent. Leur participation à la vie locale est de rester, de reproduire les caractéristiques existantes et d’animer simplement le territoire à travers leur vie quotidienne.

  • Type 2 : Ce sont ceux qui disent "En ville, les jeunes passent leur temps comme nous, ni plus ni moins" "On est pareil", "Quand je rentrais, j’étais contente, je retrouvais ma chambre. Parce que le studio, merci, ce n’est pas génial". Les représentations des jeunes de ce type et leurs pratiques ont mis en évidence qu’ils étaient dans « l’avoir ». Ils veulent avoir la qualité de vie et leur famille avec eux, tout comme avoir des pratiques plus diversifiées. Leurs pratiques sont orientées par et vers la consommation, de biens, de temps et d’espaces et ils agissent en fonction de cela. Pour ce faire, ils ont besoin de ressources financières, et orientent leur mode d’habiter suivant une rationalité économique. Ils justifient le départ en ville par des raisons économiques : "Mon frère, il est en ville parce qu’il veut de l’argent. Lui, il veut un bon salaire". Ils sont dans le mode de l’alternance entre villes et campagnes.

  • Type 3 : Les jeunes correspondant au troisième type sont très attachés à la ruralité en tant que mode de vie différencié. Pour eux, si « être rural » est difficile à décrire et à affirmer, cela relève à la fois d’une croyance en un style de vie et d’un état d’esprit : se sentir rural ne signifie pas ne pas être moderne, mais avoir un rapport sélectif au progrès et notamment un rapport d’indépendance aux nouvelles technologies. Dans ce mode d’habiter, les jeunes sont guidés par leurs choix et leurs envies et non par la nécessité qui caractérise davantage les jeunes ayant les modes d’habiter précédents. Ce sont aussi des jeunes qui veulent trouver leur propre voie et qui ne placent pas les signes conventionnels de réussite (salaires, carrière, statut social) au premier plan de ce qui constitue le fait d’accomplir et de réussir leur vie. La qualité de vie, hors travail, représente donc une motivation importante qui structure leur mode d’habiter. Ils choisissent d’élaborer un projet de vie pour affirmer leur indépendance et pour consolider leur autonomie. Leurs représentations et leurs pratiques ont mis en évidence qu’ils sont dans « l’être ». Leur rationalité est en effet avant tout identitaire car elle repose sur la réalisation personnelle, la volonté de fonder une famille et la construction d’un projet de vie original, ils affectionnent l’espace rural car ils y voient notamment la possibilité d’y être différent.

Figure 1 – Dessin de "Soizik" lors de la présentation de M. Gambino par H. Chauveau au Stage Recherche du MRJC en janvier 2019

Figure 1 – Dessin de "Soizik" lors de la présentation de M. Gambino par H. Chauveau au Stage Recherche du MRJC en janvier 2019

6Ces trois types présentent des pratiques, des représentations, des projets de vies et des valeurs très différentes, qui sont pourtant tous ceux de jeunes vivant dans les espaces ruraux. Bertrand Coly et Danièle Even, rapporteurs du Conseil Economique, Social et Environnemental constatent cette même diversité mais notent également chez ces jeunes un très fréquent et fort attachement à leur territoire, et le fait que les jeunes des zones rurales ont plus qu’en ville confiance dans les relations de proximité [Coly & Even 2017]. En fonction de ces types de jeunes ruraux, peut-on établir quel profil de jeune s’engage dans un mouvement d’éducation populaire comme le MRJC ?

1.2. Être jeune au MRJC

7Nous avons posé la question lors d’un événement rassemblant une centaine de jeunes (le "Stage Recherche" annuel du mouvement) en janvier 2019 après une présentation de la typologie de Mélanie Gambino. Le type 1 est extrêmement minoritaire, même si beaucoup expliquent que c’était leur cas étant plus jeunes, avant de connaître la ville. Ce type pourrait être celui qui existait aux origines de la JAC (nom du MRJC avant 1961), si tant est que la typologie ait alors été pertinente. La JAC représentait alors 350 000 jeunes agriculteurs, et se positionnait comme un mouvement de masse dans de nombreuses campagnes françaises. A la fin des années 1960, après Vatican II et Mai 68, le profil des membres du MRJC se diversifie. Si les agriculteurs restent majoritaires, le mouvement intègre de nouveaux jeunes « ruraux ». Le MRJC devient dès lors moins un mouvement de masse de jeunes agriculteurs qu’un mouvement de formation de jeunes ruraux. Parallèlement, il affirme l’importance de la formation politique. Ainsi sont développés au sein du MRJC des séjours, des échanges internationaux, la pédagogie de projet et le lien au développement des territoires. Les profils des jeunes du MRJC n’a cessé depuis d’évoluer : beaucoup passent par une phase étudiante ou professionnelle en ville avant de revenir en milieu rural, sur leur territoire d’origine ou ailleurs. Aujourd’hui, les militants se projettent plutôt dans le type 2 (pour ceux qui constatent que leur quotidien est d’alterner ville et campagne), et le type 3, qui représente pour les jeunes du mouvement un certain idéal. Ce sont ceux qui envisagent de retourner vivre en milieu rural une fois leurs études terminées, une fois le bon lieu trouvé, une fois le bon projet élaboré. Pour eux, le rural est un espace des possibles, un espace à la singularité réelle et à sauvegarder ou à valoriser. Le MRJC vise, par la formation et la responsabilisation, à transmettre cette représentation du monde rural à des jeunes qui ne le conscientisaient pas nécessairement ainsi, mais qui en deviennent les ambassadeurs en actes.

8Les membres du mouvement sont conscients que cette sur-représentation des types 2 et 3 est une forme de biais comme le précise, en 2018, l’ancienne présidente par intérim du MRJC, Aline Coutarel, lors de son audition au CESE sur l’éducation populaire : "Le MRJC reste une association où nous ne touchons pas les personnes les plus précaires en milieu rural, nous restons sur une classe moyenne des jeunes ruraux, mais nous réussissons à rejoindre des jeunes par l’Église, qui est un acteur qui travaille souvent avec des personnes en très grande difficulté, mais aussi par des personnes qui vont nous contacter, des gens qui vont nous rejoindre parce que c’est leur copain ou leur copine qui est au MRJC". Elle explique également que le mouvement conduit une réflexion pour sortir de l’entre-soi : "Nous travaillons sur les tarifications des séjours pour qu’il n’y ait pas de barrières pour que les jeunes puissent venir en camp. La mobilisation passe par une présence sur les territoires. La relation humaine est ce qui nous permet de rejoindre des jeunes. J’avais une jeune dans une équipe qui était en famille d’accueil, qui avait trouvé au MRJC une nouvelle famille stable. Des jeunes effacé.e.s dans leurs familles, que l’on découvre au début, qui ne prennent pas la parole, qui sont présents tout le temps mais qui ne vont jamais prendre la parole, et qui au bout d’un, deux, trois ans, vont prendre des responsabilités importantes et prendre leur place. […] Nous ne sommes pas exemplaires sur le sujet mais nous tentons le mieux possible d’accompagner le plus de jeunes possibles avec nos moyens." [Coutarel, Audition devant le CESE, 2018]

9Ainsi, l’une des évolutions du MRJC, et partant de sa conception de l’engagement des jeunes en milieu rural, est de compter moins de jeunes plus ou moins captifs de ces espaces – mais qui s’y investissaient et en devenaient des leaders au temps de la JAC – et plus de jeunes sensibilisés à la singularité du rural et qui y reviennent ensuite par choix délibéré, avec une vision inclusive et alternative [Godet 2014].

102. L’engagement des jeunes : quelles significations ?

11L’approche du MRJC dans le champ des politiques jeunesse est celle d’un mouvement qui propose un parcours d’engagement complet et une montée en responsabilité rapide à contre-courant de bon nombre d’approches de politiques publiques centrées sur la proposition d’activités et/ou d’encadrement de cette même jeunesse.

2.1. Des politiques publiques en décalage

12Ruraux, et jeunes, c’est ce qui peut s’appeler cumuler les « handicaps », en tous cas en termes de prise en compte par les politiques publiques. Si les ruraux en général se sentent souvent « les oubliés » des politiques c’est encore plus le cas quand on a entre 13 et 30 ans en l’absence de politiques d’insertion professionnelle, d’accès à la culture ou aux études, d’accès à la santé ou encore à la mobilité. Les politiques dites « de jeunesse » se limitent souvent dans les faits à la petite enfance, alors qu’est en jeu l’insertion socio-professionnelle des jeunes [Coly & Even 2017].

13Pour comprendre comment les jeunes ruraux sont considérés par les politiques publiques, nous avons repris la typologie établie en 2009 par Jean-Claude Richez et revisitée par Olivier David [David 2010]. Il s’agit de catégoriser différentes formes de politiques publiques selon les "figures de jeunes" qui les sous-tendent. En effet, les modalités d’élaboration de l’action publique locale sont complexes et multiples, souvent guidées par des représentations sur la jeunesse. Jean-Claude Richez a proposé une grille d’analyse élaborée autour de six référentiels distincts, synthétisés dans le tableau ci-dessous (Tabl. 2) :

Tableau 2 – Référentiels des politiques publiques de la jeunesse, Jean-Claude Richez (2009)

Intitulé du référentiel

Type de représentation

Modalités d’action

Familiariste

Les jeunes sont des mineurs, incapables sur le plan juridique, déresponsabilisés et sans droits

Renvoi des jeunes à leur famille

Contrôle social

Les jeunes sont un danger

Surveillance voire punition

Prévention spécialisée

Insertion économique et sociale

Le jeune est un problème, il présente des déficits personnels (échec, inadaptation)

Traitement individuel des carences. Traitement social

Educatif

La jeunesse n’est qu’une question d’éducation

Il n’existe pas d’espace éducatif en dehors de l’école et du service public d’éducation

Développement local

Le jeune est une ressource, un potentiel

Développer des politiques territoriales de qualité pour offrir aux jeunes des services de qualité

Autonomie

Le jeune est considéré comme un acteur impliqué dans la construction de son parcours

Accompagnement des initiatives des jeunes. Démarche de responsabilisation

Instances de participation

  • 7 Socialement incapables et sans aucun droit de citoyenneté, soumis à l’autorité des parents. Les seu (...)
  • 8 Les actions mises en place s’inscrivent alors dans une perspective préventive ou coercitive.

14Olivier David propose de combiner ces référentiels pour mieux comprendre leurs liens. La conception familialiste se rapproche ainsi du référentiel "éducatif" car dans les deux cas, les enfants et les jeunes sont considérés comme "mineurs"7. Les référentiels "contrôle social" et "insertion économique et sociale" partent d’une conception du jeune comme étant un problème, voire un danger8. Les deux derniers référentiels, plus récents, s’associent aussi assez logiquement. Dans ce cas, la posture des acteurs est plus progressiste, et place les jeunes au centre de la démarche : ces derniers y sont considérés comme une ressource et un potentiel pour le développement social et territorial, l’idée étant de les impliquer directement et d’accompagner leurs initiatives.

15Cette réflexion confirme le poids des jugements de valeur et des points de vue sur les modes d’action retenus par les pouvoirs publics ou tout autre type d’intervenant. Il est intéressant de noter qu’en outre, seul le référentiel "autonomie" permet de dépasser un éclatement des politiques locales entre différents secteurs (temps libre, sport, culture…), pour appréhender les jeunes dans leur globalité. Enfin, il faut noter qu’aucune place n’est faite aux jeunes dans les politiques publiques autres que les « politiques jeunesse » et parfois celles sur la culture et le sport, alors que les autres domaines, touchent aussi les jeunes sur les territoires.

2.2. Le MRJC : une association qui vise à l’engagement

16Au MRJC la nécessité de prise en compte des jeunes dans toutes les politiques publiques, et pas seulement dans les politiques dites « de jeunesse », est centrale. La question est d’inclure le public de l’éducation populaire dans toutes les instances de responsabilités : quand on est une association qui travaille avec des personnes en handicap, des jeunes, des personnes en situation de pauvreté, l’objectif est de mettre ces personnes en responsabilité. Le principe de l’éducation populaire est qu’elle ne peut se faire sans les personnes qui vivent elles-mêmes les situations. Pour de nombreuses organisations, il n’est pas possible que tous les responsables, du national au local, fassent partie de ce public mais qu’une partie soit responsable est indispensable ; le MRJC s’y efforce, avec les avantages et les inconvénients que cela implique (en termes de turn-over et de manque de formation par exemple). Cela nourrit en profondeur et au quotidien la prise en compte des jeunes en tant qu’acteurs des territoires. Les jeunes investis au MRJC le sont de fait, car ils mènent des projets concrets localement, participent aux assemblées ou conseils de jeunes, interpellent leurs élus, font leurs propres diagnostics de territoire. En effet, le MRJC intervient localement autour de nombreuses thématiques sur les territoires (agriculture, culture, sport, citoyenneté, religion, social, environnement, mobilité) et les enjeux, multiples, sont ceux que soulèvent les collectifs de jeunes en partant de l’analyse de leur quotidien et de leur espace de vie. L’objectif même d’un mouvement d’éducation populaire est de faire que ces enjeux soient partagés, discutés, analysés et que, collectivement, se développe un pouvoir d’agir permettant, à différents échelons, de faire évoluer un cadre de vie.

17Le point de départ de la mise en mouvement est donc profondément ancré dans le quotidien des jeunes. Les espaces proposés leur permettent de venir avec leurs questionnements et difficultés pour les partager avec d’autres, les comprendre, puis inventer et construire peu à peu des propositions qui se détachent des seules problématiques personnelles pour tendre vers une dimension d’intérêt général. Le « jeune » pour le MRJC n’est donc pas seulement une ressource, un public ou quelqu’un à qui on propose, mais un acteur capable de penser, de proposer, de mettre en place et d’aller construire avec d’autres des projets qui s’intègrent à la fois sur un territoire et dans une analyse de la société de mouvement. La construction des assemblées générales départementales montre, par exemple, la volonté des responsables locaux d’amener l’ensemble des autres jeunes à prendre leur place, à se projeter sur l’année, à partager l’analyse de leur territoire de vie, à structurer l’activité autour de thématiques communes et à maîtriser les rouages de son association. Il s’agit pour chacun et chacune de très vite avoir une prise sur le MRJC, de ne pas considérer le mouvement comme un support de prestations jeunesse, mais comme un outil d’émancipation et de transformation appropriable et dans lequel il a un pouvoir de décision.

18Souvent, le parcours d’engagement débute et s’adosse à l’expérience du projet collectif. C’est par la mise en place d’une action concrète que va se dérouler le fil de la prise de responsabilité : responsabilité vis-à-vis du groupe porteur de l’action, vis-à-vis de son bon déroulement, logistique, humain et financier, responsabilité vis-à-vis du conseil d’administration local. Tout l’enjeu pour le mouvement est alors de concilier les contraintes de la méthodologie de projet avec le cadre du bénévolat, du manque d’expérience et de l’apprentissage pas à pas, afin que la pression de la responsabilité ne prenne pas le dessus sur le plaisir de se retrouver et d’agir, ainsi que sur la conviction et les aspects militants qui sous-tendent ces actions.

19Une des clés est la pédagogie. Le point de départ du mouvement est profondément ancré dans le quotidien des jeunes puisque les propositions faites laissent la place au questionnement collectif à partir du vécu, du quotidien et des difficultés du groupe de jeunes. Le MRJC propose ensuite une grille de lecture de la société, renouvelée tous les sept ans, une posture, des outils et des espaces au sein desquels comprendre et agir. Le parcours d’engagement prend vraiment corps à partir du moment où le jeune vit l’expérience du projet collectif sur son territoire. C’est à partir de de ce moment qu’est travaillée, conscientisée, analysée et relue la prise de responsabilité. Le MRJC veut faire passer les jeunes à l’action sur leurs territoires, mais aussi qu’ils soient en mesure de comprendre et de défendre leur action, son sens et son impact. C’est en cela notamment que l’analyse des enjeux globaux de la ruralité et ceux, spécifiques du territoire, est primordiale et implique des étapes d’enquête, de diagnostic, de rencontres avec d’autres acteurs et actrices du territoire. Le pouvoir d’agir, la conscience politique tout comme l’insertion sociale et un certain amour de la ruralité y sont développés.

20La "montée en responsabilité" est par ailleurs nécessairement très rapide dans un mouvement au sein duquel les mandats individuels durent trois ans. Les jeunes sont "interpellés" par leurs pairs pour candidater à une responsabilité au sein d’un conseil d’administration. Ce fonctionnement permet d’oser des parcours et des prises de responsabilités importantes assez jeune. La pédagogie du MRJC à 13 comme à 30 ans, reste celle d’un mouvement qui fait sans cesse des allers-retours entre faire et penser, entre les idées et l’action. Le voir-juger-agir-relire n’est pas un escalier, mais une boucle qui s’alimente perpétuellement. C’est ce qui permet à chaque génération de s’approprier et de redéfinir le projet de l’association tous les sept ans lors de la réécriture des Orientations.

3. L’expérience des Fabriques du Monde Rural

3.1. Le contexte

21Dans un monde rural où l’interconnaissance locale n’est plus une évidence, les espaces d’interaction des jeunes sont multiples et en partie délocalisés ou dématérialisés. Or, la proposition du MRJC est souvent peu visible, passant par des réseaux, par des rencontres chez les particuliers ou dans de petites salles paroissiales, dans un milieu où les termes d’« éducation populaire » ou d’ « action catholique » sont moins évocateurs qu’il y a vingt ans. Les acteurs éducatifs se sont multipliés, avec une dimension concurrentielle grandissante et alimentée par l’ouverture de marchés publics pour le secteur associatif. Les ressources allouées aux associations se tarissent et les modes de subvention se complexifient depuis le début des années 2000 avec l’entrée en vigueur de la Loi Organique relative aux Lois de Finances (LOLF). Par ailleurs, une performance est attendue des associations dans la mise en œuvre de leurs projets. Dans le secteur « jeunesse, éducation populaire » se développe donc une ingénierie nouvelle, et qui tend à faire évoluer les propositions afin de répondre à ces nouvelles exigences.

22Dans ce contexte, le MRJC a fait le choix de tenir une ligne politique le situant, à la fois à l’intérieur d’un système institutionnalisé de co-construction des politiques publiques, et en marge dans un rôle de contestation et de résistance, avec une volonté d’être le « poil à gratter » d’espaces de représentations où les positions des uns et des autres sont souvent lissées. Le Rapport d’Orientation 2014-2021 du MRJC est révélateur : « Nous ne voyons pas notre résistance comme un front qui ferait barrage et nous figerait sur place. Nous vivons notre résistance comme un élan créateur ». Conscient de la précarité de cette place, constatant les difficultés financières grandissantes et que sa base militante est fragilisée, le MRJC a entamé une réflexion afin de redéployer une partie de son patrimoine pour investir dans des projets structurants en milieu rural et qui permettent de proposer de nouvelles possibilités d’engagement des jeunes. C’est de ces réflexions et à la suite de nombreuses rencontres, visites et débats, qu’a germé l’idée du projet de Fabriques du Monde Rural. Les Fabriques sont des "tiers-lieux " [Pineau 2018, Liefooghe 2018] à la fois support de l’activité traditionnelle du mouvement (les projets de jeunes) et sont une porte d’entrée pour tous les acteurs d’un territoire (en proposant par exemple des espaces de co-working, cafés associatifs fablab, lieux d’hébergement d’activités associatives économiques ou de loisir).

23La proposition de Fabriques du Monde Rural a été votée en 2013 et après un long travail de diagnostic, d’allers-retours entre les territoires, les conseils d’administrations locaux et nationaux, de prospection, d’études, quatre collectifs finissent par concrétiser des projets dans des territoires aux ruralités très différentes :

  • Dans le centre-bourg d’Ansauvillers (Oise picarde) ;

  • Dans le hameau de Thioles (Revermont, Ain) ;

  • Dans une maison en pierre avec gîte et parcelle de forêt (Forêt de Belleville, Creuse) ;

  • Dans une ancienne Maison Familiale Rurale à Combeaufontaine (Val de Saône, Haute-Saône).

24Figure 2 – Activités à la Fabrique du Monde Rural de Combeaufontaine

Dans le sens de lecture : inauguration de l’entrée principale ; plantation du tilleul des 90 ans du mouvement ; réunion de bureau local ; COPIL de mai 2018

Source : photos : MRJC Haute-Saône, 2018-2019

3.2. La mise en œuvre du projet

25Ce choix n’a rien d’évident pour un mouvement reposant sur des décennies de pratiques plutôt éphémères, fondées sur la formation des jeunes responsables par la pédagogie de projet, plutôt que sur leur impact direct sur les territoires. Le MRJC est un mouvement qui permet de se tester pour mieux apprendre, de pouvoir se tromper et surtout de laisser à chaque génération de responsables le pouvoir de faire ses choix politiques. Investir dans le projet de Fabriques c’était accepter, d’une part d’expérimenter un format bouleversant la culture associative, et d’autre part, de faire un choix de mouvement pour des projets ultra-localisés. Une question s’est donc posée au mouvement : le MRJC doit-il faire des "maisons en pierre" pour continuer à pouvoir faire des "maisons en carton" ? Les activités prévues sont multiples et complémentaires : hébergement, espace de travail collaboratif, café associatif, salle polyvalente, lieu de concert, jardin expérimental, cuisine, pressage de pommes, logements-passerelles pour des jeunes, point info énergie… Ce sont avant tout des lieux supports à des activités et des projets locaux.

26Ces projets sont co-portés par un collectif local composé et animé de jeunes responsables du MRJC ainsi que d’habitants « adultes » (c’est à dire les plus de 30 ans dans le vocabulaire associatif du MRJC) et par l’instance nationale du MRJC. Un système de gouvernance est réfléchi permettant aux structures de perdurer tout en composant avec le turn-over important des responsables du MRJC, du local au national. Le coportage garantit un ancrage local du projet, tout en laissant l’instance nationale garante et pilote des investissements de l’association ainsi que de la dynamique globale. Une à deux fois par an des « séminaires Fabriques » sont proposés afin de faire se rencontrer, se former et échanger les collectifs porteurs de projets de Fabriques. Cette logique de double échelle doit permettre de construire un parcours d’engagement au sein des Fabriques à la fois dans une dimension très locale en prise aux enjeux spécifiques d’un territoire et en s’ouvrant à un projet plus large, invitant au voyage et à la rencontre avec des jeunes d’autres horizons. Chaque Fabrique est en outre libre de s’auto-déterminer dans la mise en place de sa gouvernance. Par exemple à Combeaufontaine en Haute-Saône un système avec plusieurs degrés et natures d’engagement a été pensé pour répondre au manque de bénévoles sur le secteur et afin que chacun puisse trouver sa place :

Figure 3 – Exemple du système de gouvernance actuellement en place à la Fabrique du Monde Rural

Figure 3 – Exemple du système de gouvernance actuellement en place à la Fabrique du Monde Rural

Source : réal : B. Paulin, 2019

27Les Fabriques changent les pratiques du MRJC. L’animation de ce projet relève de l’animation d’un projet de territoire intergénérationnel et réunissant une grande diversité de partenaires (financiers comme d’action). Il affirme la place des jeunes comme acteurs des politiques publiques et pas seulement comme des consommateurs des politiques publiques. Enfin, ce projet des Fabriques implique une grande vigilance sur les questions de transmission. L’aspect « droit à l’erreur » y a moins sa place que dans d’autres projets du MRJC.

28La question s’est posée du type de sociabilité souhaitée dans ces espaces. Le sociologue Benoît Coquard, à l’occasion d’un séminaire national du MRJC organisé en 2018, a traité des espaces de sociabilité en rural. Si le grand public et les médias affirment qu’il n’y a plus d’espaces de sociabilité tels que le café, la mairie, la poste, le marché, dans les villages, il constate, en tant que chercheur, que les espaces de sociabilité se sont en fait déplacés, des espaces publics aux sphères privée comme les caves, salons, fêtes dans les granges…. Pour les Fabriques, l’enjeu est de mettre en œuvre un entre-deux : un espace qui soit à la fois un lieu où les gens ont un pouvoir d’agir, une liberté de créer, mais aussi un lieu qui accompagne, qui met en lien des gens qui se côtoient sans se fréquenter. Ces tiers-lieux imaginés par le MRJC n’ont pas pour vocation d’être des pépinières d’entreprises innovantes où l’on accompagne le projet de chacun. Ce sont des espaces où l’on suscite les conditions de la rencontre entre des acteurs et visiteurs qui ne se connaissent pas et où ils vont devoir apprendre à réinvestir un petit commun (la Fabrique) pour mieux réinvestir un commun plus vaste (leur territoire).

29Pour cela, les membres du MRJC ont l’intuition que ce ne sont pas tant les idéaux qui rassemblent les personnes, mais l’action collective. C’est par le faire, par le plaisir de se retrouver, de faire un chantier, comme cela est proposé dans les séjours d’été par exemple, que les individus et les groupes se lient. Le partage de valeurs vient dans un second temps. Ainsi, après un été d’activités et de séjours à la Fabrique de Combeaufontaine, Benjamin Paulin, 26 ans, permanent local, originaire du territoire, affirme à la rentrée 2019 : "la Fabrique est immense et en perpétuel chantier. Il faut mettre en place des procédures pour que chacun s’y retrouve très vite et puisse prendre des initiatives… mais il ne faut pas que ça ait l’air trop rangé ou trop carré pour qu’on puisse se sentir à l’aise et oser". Quant à Gabriel, bénévole sur le festival La Voie des Colporteurs (partenaire de la Fabrique du Revermont dans l’Ain), il était venu pour donner un coup de main et a découvert le lieu : "J’ai vécu un truc qui m’a dépassé. Il s’est créé pendant ce festival et sur ce lieu, quelque chose de fort et qui est venu me poser mille questions sur ma vie et sur les rapports humains. Ce n’est que le début". Permettre à chacun de prendre sa place est au fond le cœur de métier d’un mouvement d’animateurs et d’animatrices comme le MRJC. Le faire en partant du concret et du quotidien tout en mettant en place les conditions de la rencontre qui amène à la conscientisation et à la politisation du quotidien est au cœur de l’intuition des mouvements d’éducation populaire. Les Fabriques sont ce support par lequel les jeunes du MRJC souhaitent que les jeunes et moins jeunes mettent, s’ils le souhaitent, le doigt dans l’engrenage de l’engagement associatif.

Conclusion : Les jeunes, force de proposition ou d’action ?

30Les ruralités sont aujourd’hui résolument un des lieux de l’innovation sociale, où l’expérimentation du faire ensemble, où la réflexion sur un désirable commun se produit et s’ancre. La place des jeunes en milieu rural est centrale, et elle grandit à mesure qu’ils se forment (souvent en ville, parfois aussi par l’action associative), qu’ils s’affirment et qu’ils attachent par choix leurs projets de vie dans ces espaces. De plus en plus ils trouvent dans les villages, les hameaux et les petites villes un champ de proposition et d’action ailleurs contraint ou plus difficile d’accès. Ils y trouvent aussi des réseaux constitués, des habitudes, des obstacles avec lesquels ils apprennent à composer. Les autres habitants proposent ou se joignent aux dynamiques impulsées et il s’agit alors d’innover, pour fabriquer de nouveaux répertoires d’action. La majorité des jeunes nés en rural continuent de quitter définitivement ou périodiquement ces espaces vécus comme ingrats pour certaines activités, mais beaucoup reviennent, ou arrivent des villes, avec une autre représentation de ces territoires en tête, d’autres bagages, d’autres envies. Ils doivent aussi s’appréhender les uns les autres car la catégorie de « jeunes ruraux » ne reflète aucune réalité monolithique et leur diversité rend à la fois difficile et fascinante la nécessité de les accompagner.

31Alors les « jeunes ruraux » sont-ils forces de proposition ou d’action ? Ils proposent souvent, ne sont pas toujours écoutés et compris. Ils agissent parfois quand ils en ont la latitude. L’ambition de certaines associations, dont le MRJC est particulièrement emblématique mais pas unique est de réunir ces deux forces. Une bonne proposition est celle qui naît des personnes agissantes, et une action qui consiste à mettre en œuvre ce que d’autres ont pensé est souvent contre-productive, surtout si l’on souhaite faire de l’éducation populaire. C’est pourquoi il semble nécessaire que les acteurs – notamment associatifs – soient encouragés à organiser dans la ruralité des espaces où se construisent à la fois la force de proposition et d’action des jeunes. Les organisations émergeant de la société civile ont leur part de travail à faire pour accompagner les processus afin de structurer les forces qui s’expriment. Comme beaucoup d’autres structures, ce sont les territoires de plus forte ruralité où le MRJC a aujourd’hui le plus de difficultés à s’inscrire ou à perdurer, faute de moyens humains et financiers, faute de perspectives d’installation pour les jeunes, faute de réseau. D’où l’importance d’entretenir le pari fait sur ce que certains considèrent comme des déserts, pour y maintenir une vie sociale et citoyenne, pour les jeunes et tous les autres, et pour y développer des innovations sociales singulières.

Haut de page

Bibliographie

Amsellem-Mainguy, Y. (2019) avec la collaboration de S-G Voisin – « Les filles du coin. » Enquête sur les jeunes femmes en milieu rural. Sociabilités dans l’espace local rural populaire, INJEP Notes & rapports/rapport d’étude, 188 p.

Colet, J.-F. (2002), Itinéraires de militants et militantes jacistes (1936-1967), mémoire de maîtrise d’histoire sous la dir. de Gérard Cholvy, Université Paul-Valéry-Montpellier III, 466 p.

Coly, B. & Even, M. (2017) – Place des jeunes dans les territoires ruraux, Rapport du CESE, 198 p.

David, O. (2010) – Le temps libre des enfants et des jeunes à l’épreuve des contextes territoriaux : les pratiques sociales, l’offre de services, les politiques locales, Université de Rennes, vol 2, 328 p.

Durupt M.-J. (1963) – Les mouvements d’action catholique, facteurs d’évolution du mouvement rural, thèse de 3e cycle sous la dir. de René Rémond, multigraphié, FNSP, Paris, 414p. et 204 feuillets.

Gambino, M. (2008) – Vivre dans les espaces ruraux de faible densité de population : pratiques et représentations des jeunes dans le Périgord vert (France) et le Rural Galway (Irlande), Université Toulouse le Mirail - Toulouse II, pp. 195 à 289

Galland, O. & Lambert, Y. (1993) – Les jeunes ruraux, Paris, Inra, L’Harmattan, 253 p.

Garcia, L. (2012) – Parcours artistiques et culturels de jeunes habitant(e)s dans les perspectives et les enjeux des dynamiques rurales, en Pays Midi-Quercy, Thèse de sociologie, Toulouse 2 Le Mirail, 407 p.

Guilloteau, C.-H. (1986) – MRJC, école d’apprentissage du pouvoir social, mémoire de maîtrise de l’Institut des sciences sociales, Paris, 304 p.

Godet, J. (2014), « Des mobilités spatiales des jeunes ruraux à la remise en question de l’injonction à la mobilité : trajectoire et contributions du Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne », Pour, 2014/3 (n° 223), pp. 183 -189

Hervieu, B. (1971) – La JAC et le MRJC, une brève étude historique, MRJC, Paris, 1971, 48 p.

Liefooghe, C. (2018) – « Le tiers-lieu, objet transitionnel pour un monde en transformation », L’Observatoire, vol. 52, n° 2, pp. 9-11

Mrjc (2007) – Accueillir les jeunes en milieu rural. Pour des territoires solidaires. Cahiers de l’action n° 10

Mrjc (2014) – Rapport d’Orientation 2014-2021, 24p.

Pineau J. (2018) – « Les tiers-lieux et les cafés associatifs, laboratoires des territoires ruraux », Nectart, vol. 7, n° 2, pp. 100-109

Revue POUR (2011) – Initiatives des jeunes dans les espaces ruraux, n° 211, 203 p.

Renahy, N. (2005) – Les gars du coin : enquête sur une jeunesse rurale, Paris, éditions La Découverte, 284 p.

Richez, J.-C. (2010) – Jeunes ruraux : travaux et références, Injep, 5 p.

Rieutort, L. & Thomasson, C. (2016) – « Quels sentiments d’appartenances pour les jeunes ruraux : réflexion à partir d’enquêtes dans les Combrailles auvergnates », Pour , n° 228, pp. 95-104

Haut de page

Notes

1 Dans cet article nous utilisons les guillemets à la française (« - ») pour renvoyer à des discours génériques politiques ou médiatiques sur des catégories que nous abordons ici de manière critique. Les guillemets à l'anglaise ("-") sont utilisés pour les citations.

2 Voir les débats autour de cette définition, notamment dans le numéro de la revue POUR « Initiatives des jeunes dans les espaces ruraux n°211 » de septembre 2011 ou Galland, O. et Lambert Y., 1993.

3 Voir par exemple Durupt M.-J. (1963), Les mouvements d’action catholique, facteurs d’évolution du mouvement rural, thèse de 3e cycle sous la dir. de René Rémond, multigraphié, FNSP, Paris ; Guilloteau C.-H. (1986), MRJC, école d’apprentissage du pouvoir social, mémoire de maîtrise de l’Institut des sciences sociales, Paris ; Hervieu B. (1971), La JAC et le MRJC, une brève étude historique, MRJC, Paris, 1971 ; Colet J.-F. (2002), Itinéraires de militants et militantes jacistes (1936-1967), mémoire de maîtrise d’histoire sous la dir. de Gérard Cholvy, Université Paul-Valéry-Montpellier III

4 Voir le rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE) (écrire en toutes lettres à la première occurrence avec sigle entre parenthèses), de B. Coly et D. Even, Place des jeunes dans les territoires ruraux, 2017.

5 59 % des jeunes ruraux.ales ont un emploi (contre 49 % des jeunes urbain.e.s), le taux de chômage des jeunes entre 18 et 24 ans domicilié.e.s dans les cantons ruraux très peu denses atteint 25,1 %, contre 27,1 % en zones urbaines. Pourtant, 24,4 % des jeunes de 18-24 ans domicilié.e.s dans les espaces ruraux très peu denses ne sont ni en emploi, ni en formation, contre 20,8 % des jeunes urbain.e.s. (chiffres du CREDOC, 2017)

6 Le bénévolat est plus fréquent chez les jeunes des milieux ruraux que chez les jeunes qui vivent dans des villes de plus de 5000 habitant.e.s ou dans des grandes agglomérations urbaines : 18 % en zone rurale contre 13 % en zone urbaine [Coly & Even 2017].

7 Socialement incapables et sans aucun droit de citoyenneté, soumis à l’autorité des parents. Les seules réponses apportées sont donc de nature éducative, pour élever les enfants et les préparer à leurs « futures responsabilités », dans un cadre très centré sur l’école. Dans ce cas, les politiques locales renvoient les problèmes éducatifs et sociaux vers la famille seule et limiteront le développement de services en dehors de l’école.

8 Les actions mises en place s’inscrivent alors dans une perspective préventive ou coercitive.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Dessin de "Soizik" lors de la présentation de M. Gambino par H. Chauveau au Stage Recherche du MRJC en janvier 2019
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/5877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Dans le sens de lecture : inauguration de l’entrée principale ; plantation du tilleul des 90 ans du mouvement ; réunion de bureau local ; COPIL de mai 2018
Crédits Source : photos : MRJC Haute-Saône, 2018-2019
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/5877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 3 – Exemple du système de gouvernance actuellement en place à la Fabrique du Monde Rural
Crédits Source : réal : B. Paulin, 2019
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/5877/img-3.png
Fichier image/png, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robin Diaz et Hélène Chauveau, « Les « jeunes ruraux » : forces de proposition ou d’action ? Le cas des jeunes investis au MRJC »Bulletin de l’association de géographes français, 96-4 | 2019, 568-584.

Référence électronique

Robin Diaz et Hélène Chauveau, « Les « jeunes ruraux » : forces de proposition ou d’action ? Le cas des jeunes investis au MRJC »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-4 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/bagf/5877 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.5877

Haut de page

Auteurs

Robin Diaz

Historien, trésorier permanent national du MRJC – Courriel : r.diaz[at]mrjc.org

Hélène Chauveau

Géographe, chercheuse associée au Laboratoire d’Études Rurales, animatrice permanente départementale au MRJC – Courriel : helenechauveau6[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search