Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96-4La pauvreté en rural ; quels acte...

La pauvreté en rural ; quels acteurs, quelles actions pour quels projets ?L’exemple de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Poverty in rural areas ; which actors, which actions for which projects ? The example of the Auvergne-Rhône-Alpes Region
Claire Delfosse, Mathilde Ferrand, Geneviève Ganivet et Patrick Grimault
p. 688-711

Résumés

Dans un contexte où les phénomènes de pauvreté et de précarité en milieu rural sont évoqués de manière croissante, l’hétérogénéité des espaces ruraux constitue une entrave à leur prise en charge. Or, certaines difficultés apparaissent comme spécifiques à la ruralité. Les conditions de déplacement qui renforcent les difficultés et freinent l’accès aux droits, le logement ou la forte interconnaissance sont autant d’éléments qui invitent à reconsidérer la façon de penser les modes d’intervention dans les espaces ruraux. Face à la complexité des formes de pauvreté, les actions visant à améliorer les situations des personnes qui vivent la pauvreté sont diverses et mobilisent une grande diversité d’acteurs aux périmètres d’intervention variables. Afin de s’adapter aux spécificités de leur territoire, les acteurs qui œuvrent sur ces questions expérimentent des politiques plus « territorialisées » et plus « collaboratives », souvent à l’échelle des intercommunalités. Des démarches innovantes émergent. Même si quelques « territoires » et dispositifs intègrent la lutte contre la pauvreté à des projets de développement local, ils demeurent encore rares.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Des travaux associant acteurs et chercheurs essaient de la cerner, comme le numéro de la revue Pour (...)
  • 2 Des travaux de sociologues comme ceux de Alexandre Pagès font référence [2004] et plus récemment ce (...)
  • 3 Emmanuelle Bonerandi-Richard a travaillé sur la pauvreté dans le département de l’Ain [Bonerandi-Ri (...)
  • 4 La MRIE est née en 1992 d’une conjonction de volontés d’associations luttant contre la pauvreté, de (...)

1Faute d’indicateurs suffisants à l’échelle communale, les personnes pauvres vivant en milieu rural sont peu visibles dans les statistiques publiques [Poulot & Legouy 2019, p. 44]. Longtemps considérée comme « invisible », « masquée » [Maclouf 1986], la pauvreté en milieu rural aujourd’hui n’est plus un tabou1. Les sociologues2 et les géographes3 en soulignent la complexité. Celle-ci tient à l’évolution de notre société, à l’hétérogénéité des espaces ruraux et à la diversification des situations de pauvreté vécues en milieu rural [Abjean 2015]. Dans ce contexte, sa prise en charge à l’échelle des territoires interroge les études rurales et les structures en appui au développement local. Or, comme le souligne Annaïg Abjean directrice de la Mission Régionale d’Information sur l’Exclusion (MRIE)4, il y a un « hiatus, ou du moins une ignorance mutuelle, entre les acteurs du développement local rural privilégiant une démarche d’entrée territoriale, et les acteurs relevant du champ de l’action sociale, optant pour une démarche en direction des individus pour combler leurs difficultés » [Abjean 2015].

2Pourtant des démarches émergent qui visent à combler ce hiatus. Elles participent des innovations qui sont portées en milieu rural en termes de politiques publiques et par les acteurs ruraux. C’est ce que nous souhaitons étudier dans cet article. Celui-ci ne vise pas à définir la pauvreté rurale, ni à la mesurer, mais à saisir qui s’en empare sur les territoires et à savoir si elle est intégrée à des projets territoriaux.

  • 5 Cette collaboration a abouti à plusieurs actions dont des journées d’échange à l’échelle de la régi (...)

3Cet article est le fruit d’un travail exploratoire que nous avons mené dans la région Auvergne-Rhône-Alpes en lien avec la MRIE et Cap rural, centre de ressources sur les pratiques et les métiers du développement local et animateur du réseau rural Auvergne-Rhône-Alpes5. Dans un premier temps nous reviendrons sur les formes que prend la pauvreté en milieu rural dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, puis nous verrons quelles politiques et dispositifs innovants peuvent être mis en œuvre par les acteurs publics notamment, avant de considérer deux exemples qui nous ont paru innovants car croisant action sociale et développement local.

1. La complexité de la pauvreté en milieu rural

4La pauvreté illustre et résulte à la fois des évolutions socio-économiques des espaces ruraux et de ses représentations (comme espace plus accueillant où il est plus facile de se « débrouiller »). Il convient donc de préciser les contours de ce que peut être la précarité-pauvreté en milieu rural : comment elle s’inscrit dans l’espace, quelles catégories de population elle concerne et si elle revêt des spécificités en milieu rural.

1.1. Une pauvreté aux multiples visages concernant différents types d’espaces ruraux

5La répartition de la pauvreté dans la région Auvergne-Rhône-Alpes est complexe comme le montre la carte communale élaborée par la MRIE, en 2016, dont la classification a été opérée à partir de 17 indicateurs rendant compte de la situation socio-économique des habitants des communes (démographie, revenus, logement, emploi) (carte n° 1).

Carte 1 – Une classification socio-économique pour les communes d’Auvergne-Rhône-Alpes – Étude de la Mission Régionale d’Information sur l’Exclusion (MRIE)

Carte 1 – Une classification socio-économique pour les communes d’Auvergne-Rhône-Alpes – Étude de la Mission Régionale d’Information sur l’Exclusion (MRIE)

Source : [Perrier, Zambeau, MRIE, 2016] d’après [INSEE, 2012]

  • 6 Introduction du Plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. Feuille de route régi (...)

6Certes à l’échelle de la région, la répartition de la pauvreté apparaît simple comme le souligne le plan de lutte régional contre la pauvreté de 2017 qui désigne les départements ruraux comme les plus touchés par la pauvreté : l’Allier, l’Ardèche, le Cantal, la Drôme (taux supérieurs à 14,8 %)6. La carte de la MRIE confirme cette répartition : hormis les centres des pôles urbains, les phénomènes de pauvreté sont davantage présents au fur et à mesure que l’on s’éloigne des pôles. La carte distingue ce qui est désormais dénommé comme l’hyper-ruralité et les « marges » [Depraz 2017] : marges régionales, mais aussi marges des moyennes montagne. Ainsi le Cantal dont la densité de population est très faible pâtit d’une sur-représentation de la pauvreté, notamment des personnes âgées d’autant que le faible coût du logement conduit aussi à l’arrivée de nouveaux habitants précaires. À l’inverse, dans d’autres territoires, comme le sud de la Drôme, le coût de l’immobilier est élevé, mais ce territoire, porteur de rêves, attire des personnes aux situations diverses (outre des personnes aisées, des personnes précaires). Il s’agit d’un territoire touristique, ce qui constitue une chance pour le développement, mais qui a aussi des effets négatifs, car cela bloque l’offre de logements sur le territoire : le coût des logements est élevé alors que l’emploi est en majeure partie saisonnier, ce qui génère des situations de forte précarité.

7La répartition spatiale de la pauvreté revêt de surcroît des dimensions différentes au sein même des marges. La graduation des métropoles aux espaces les plus éloignés ne signifie pas qu’il n’y a pas de précarité rurale à proximité des métropoles ou dans les départements où le taux de pauvreté est plus faible. Dans l’Ain, un département « riche » et qui est fortement attractif démographiquement, les inégalités et les disparités territoriales s’accroissent. Certes la pauvreté est plus présente dans les villes du département, mais elle l’est aussi dans les campagnes ; et ressortent également des espaces ruraux industriels en difficulté comme la vallée de l’Albarine ou les environs d’Oyonnax et de Nantua. La précarité concerne donc l’ensemble des espaces ruraux régionaux, y compris les territoires ruraux que l’on a tendance à considérer comme « gentrifiés » ou que l’on considère comme « riches ». La saisonnalité des emplois entraîne de la précarité dans plusieurs espaces ruraux comme le sud de la Drôme, l’Ardèche et dans les départements savoyards, où pourtant la proportion de personnes en situation de précarité est faible.

  • 7 Le Centre d’Information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) de la Loire a mené une ét (...)
  • 8 Voir l’étude de la MRIE consacrée aux mode de garde des familles monoparentales en situation de pau (...)

8Si la pauvreté est diffuse et touche toutes sortes d’espaces dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, elle affecte également toutes les catégories d’âge : des personnes âgées, des jeunes, comme le souligne le rapport du Conseil économique, social et environnemental sur les jeunes en milieu rural [Even & Coly 2017], et des actifs précaires ou en recherche d’emploi. Elle concerne aussi bien des ménages que des personnes isolées et des familles monoparentales, les femmes seules étant particulièrement fragiles en milieu rural7. Cela tient aux particularités de l’emploi féminin et à l’importance du temps partiel. Ainsi, dans la communauté d’agglomération Loire-Forez, territoire majoritairement rural et pour partie situé en zone de moyenne montagne, entre Saint-Etienne et Roanne, une enquête a montré que 41 % des femmes actives travaillent à temps partiel. A l’emploi s’ajoutent les difficultés de garde des enfants8.

9La MRIE distingue plusieurs profils de pauvreté dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. La première catégorie est celle des agriculteurs en difficulté : des retraités, des agriculteurs endettés, sans oublier des ouvriers agricoles. On pourrait ajouter des agriculteurs hors cadre familial qui n’ont pas encore sécurisé leur système de production et leur installation. La deuxième concerne des familles qui s’installent en milieu rural. En effet, l’espace rural est attractif pour de nouveaux habitants aux faibles revenus ; ils y acquièrent des maisons et des terrains à bâtir peu chers mais ces ménages se précarisent souvent car ils sous-estiment les coûts liés aux déplacements, ainsi que ceux des travaux d’amélioration du bâti ancien. Ils sont aussi touchés par le surendettement. D’autres, déjà précarisés, viennent en milieu rural à la « recherche d’un introuvable eldorado rural ». Ainsi de nouveaux habitants « précaires » sont attirés, comme dans le nord du département de l’Ardèche, par des annonces de maisons en location à 200 € ou 300 € sur internet ; se fiant uniquement aux annonces déposées en ligne, ils se retrouvent parfois dans des maisons insalubres [Bocquet 2016]. Ces nouveaux habitants se rendent compte qu’au-delà du cadre de vie agréable, la vie à la campagne est difficile et certains repartent comme l’explique un acteur du Cantal : « l’offre de logement, très détendue attire aussi des populations à faible revenu, qui s’en vont du fait des difficultés d’accès aux services et de mobilité, mais qui sont remplacés par des personnes du même type » (Entretien Cantal). Ces mouvements permettent difficilement d’identifier ces populations précaires, ainsi que leurs difficultés ; parfois, ils se replient dans les centres-bourgs, qui tendent aussi à se précariser.

10Enfin, l’étude de la MRIE identifie une nouvelle catégorie de population précaire en forte hausse, les « errants » qui sont « des jeunes célibataires en couple, dont les situations sont fréquemment évoquées dans le Diois, l’Ardèche, la Loire » [Abjean 2015]. Il y a notamment ceux qui fuient la ville pensant qu’il est plus facile de vivre en autarcie à la campagne, l’espace rural faisant ainsi figure d’espace refuge, « un milieu vu comme amortissant les crises » [H. Tallon dans Transrural-Initiatives 2019].

11Les personnes en situation de précarité dans les espaces ruraux sont donc diverses, comme leur importance suivant les différents espaces ruraux régionaux. Ainsi la pauvreté rurale est difficile à détecter d’autant plus qu’elle est diffuse et n’entre pas toujours dans les statistiques.

1.2. Des problématiques spécifiques à la ruralité ?

12Malgré cette diversité, certaines problématiques de pauvreté apparaissent comme spécifiques à la ruralité, comme « l’éloignement et la dispersion géographique », « un parc de logement ancien, dégradé et inadapté », « une valeur travail forte », ainsi qu’une « solidarité naturelle qui s’étiole face à un isolement social de plus en plus important » [De Sousa 2010].

  • 9 Les acteurs de terrain constatent l’augmentation de comportements à risque comme la conduite sans p (...)

13En milieu rural, les conditions de déplacement renforcent les difficultés et freinent l’accès aux aides, dans un contexte de recul des services et de faiblesse, voire de quasi-absence des transports publics : « les gens arrivent car les loyers coûtent moins cher, mais ils sont éloignés de tout, donc ils n’ont pas accès aux services. Avant il y avait beaucoup de permanences. […] Il y avait des permanences qui se faisaient au plus près des usagers, à présent toutes les permanences se sont recentrées sur Bourg, il n’y a plus grand-chose sur les sites » déclare la secrétaire médico-sociale d’un point accueil solidarité de l’Ain. Les auteurs du rapport sur les jeunes en milieu rural soulignent que la moindre densité d’implantation des agences locales de pôle emploi « complique leur accessibilité pour les jeunes ruraux qui ne disposent pas d’un véhicule et notamment une voiture ou hésitent à l’utiliser en raison des coûts induits » [Even & Coly 2017]. En effet, en milieu rural avoir une voiture s’avère indispensable ; l’usage de la voiture conditionne notamment l’obtention d’un emploi. Les entreprises d’insertion comme les jardins de Cocagne se heurtent elles-mêmes à cette difficulté. Les problèmes de mobilité ont des répercussions importantes sur les jeunes ruraux pour leur formation (et l’apprentissage) et leur accès à l’emploi [Bocquet 2016, Even & Coly 2017]. L’importance du permis de conduire et de la voiture individuelle contraint même des habitants du rural à déménager [Bocquet 2016]9 Pour les personnes qui n’ont pas de véhicule personnel, l’isolement est très important et l’éloignement devient vite une source de difficultés, y compris pour la vie quotidienne, l’accès à l’alimentation, aux soins. Et lorsque les ménages défavorisés possèdent une voiture, ils doivent restreindre leur mobilité car ce mode de transport occasionne des coûts importants. Ils évitent tout déplacement superflu, comme par exemple pour les loisirs des enfants et certains soins médicaux [Bocquet 2016]. Aussi leur territoire vécu se restreint-il.

14Les contraintes liées à la mobilité affectent différemment les personnes suivant l’âge, ainsi qu’entre populations rurales « traditionnelles » et nouvelles populations [Berthod-Wurmser & al., 2009]. Dans le canton de Noirétable (un canton de moyenne montagne de la Loire) étudié par la MRIE les habitants s’organisent entre eux pour se déplacer, en monnayant parfois ce service mais cette solution suppose une forte intégration locale. La référente de la Mission locale précise, par ailleurs, que les jeunes ayant grandi en milieu rural ont l’habitude, qu’ils trouvent des solutions pour se rendre à leurs rendez-vous, alors que les jeunes « néo-ruraux » n’ont pas cette aisance : « ils n’ont pas les réflexes de la ruralité. Leurs déplacements sont freinés et demandent beaucoup plus d’énergie ». [Boukacem-Hennouni & al. 2015].

  • 10 Source : Etude sur l’habitat précaire en Drôme réalisée par Dominique Bornes, Jean-François Juvin e (...)

15L’isolement est encore plus important pour les personnes habitant dans un hameau isolé et c’est souvent là que les personnes en situation de précarité trouvent des logements car ils sont moins chers [Amsellem-Mainguy 2019]. Le logement devient ainsi un facteur de fragilisation des habitants précaires du rural. L’habitat rural se caractérise par le poids de la maison individuelle, la faiblesse du logement locatif et plus encore du logement social ; c’est un bâti qui, certes s’est renouvelé, mais dont une partie importante est ancienne et parfois vétuste. La faiblesse des revenus des habitants de ces logements fait qu’ils ne peuvent investir dans la rénovation de leur habitat qui se dégrade et qui est souvent énergivore. Un rapport de l’Agence nationale d’amélioration de l’habitat évalue à 50 % les logements ruraux éligibles aux aides pour la rénovation. Environ 20 000 logements étaient considérés comme indignes en 2015 dans les départements de la Drôme et de l’Ardèche. Mais là encore, les difficultés liées au logement sont peu visibles : un rapport souligne que, dans la Drôme, si des logements indignes sont plus nombreux en ville, une proportion est supérieure dans certains secteurs ruraux, notamment l’Est et le Sud-Est du département10.

16Une autre caractéristique de la pauvreté en milieu rural tient au poids de l’interconnaissance. Les acteurs locaux constatent que de nombreuses personnes taisent leurs difficultés jusqu’à ce qu’elles ne puissent plus faire autrement que d’en parler. La prise de contact avec un travailleur social n’est pas facile : « Je préfère me débrouiller par moi-même. Oh mais j’ai mis longtemps à aller voir l’assistante sociale, car moi je n’aime pas ça du tout, mais du tout », déclare ainsi l’un des bénéficiaires de l’aide alimentaire en milieu rural. Certaines personnes en situation de pauvreté ont recours aux amis plus qu’aux institutions, par méconnaissance et parfois aussi par méfiance et peur du contrôle social [Tallon, in Transrural-initiatives 2019]. En effet, lorsqu’elles se retrouvent dans une situation délicate, ces populations ne bénéficient pas de la relative protection qu’assure l’anonymat des villes [Pagès 2001] ; l’interconnaissance accentue la visibilité sociale et génère une stigmatisation. Comme l’indique une assistante sociale, des jugements hâtifs peuvent être plus facilement portés, dans les territoires où les habitants ont « accès à l’image de l’autre ».

17Pourtant, une des représentations persistantes autour du milieu rural est celle de la solidarité, de l’entraide. Si elle existe toujours, elle est ambivalente : « filet protecteur lié aux solidarités locales d’un côté, de stigmatisation des ‘ marginaux’ et de traitement inégal des nouveaux venus de l’autre » [Berthod-Wurmser & al. 2009, p 63]. Une assistante sociale du département de l’Ain en témoigne : « Et puis moi je vois même les petits jeunes qui viennent s’installer, s’ils n’ont pas le permis de conduire, ils sont isolés. Ce n’est pas les gens qui vont frapper à leur porte en disant ‘est-ce que vous avez besoin de quelque chose’, à la limite des voisins. Je pense qu’il y aurait beaucoup à faire dans ce sens-là, mais ce n’est pas si simple que ça. C’est compliqué comme dans toutes les petites communes ». L’isolement de certains ménages ruraux, l’invisibilité fréquente de la pauvreté, évoqués à la fois par les travailleurs sociaux et des bénévoles, associatifs nécessitent une vigilance « multi-acteurs ». Outre les voisins, d’autres personnes facilitent la prise de contact des familles avec un professionnel, comme un facteur ou une sage-femme : « elle va nous parler de la situation mais elle va faire en sorte de leur parler de la permanence, de l’assistante sociale, si elle voit qu’ils ne sont pas venus elle va leur en reparler. Elle va faire tout ce travail là pour essayer de les orienter vers nous » (Assistante sociale).

18Pour les sociologues, l’importance de la valeur travail dans les sociétés rurales peut aussi favoriser l’invisibilité de la pauvreté, elle conduit à « un effacement de ceux qui n’ont pas de travail » et qui ainsi se retrouvent en marge, voire exclus [Even & Coly 2017]. Il reste que le non recours peut aussi être volontaire pour ceux qui cherchent en l’espace rural un espace refuge face aux institutions sociales.

2. Acteurs et politiques contre la pauvreté en rural : des innovations sectorielles en recherche de territorialisation

19Face à la complexité des formes de pauvreté, les actions visant à améliorer la situation des personnes en situation de pauvreté-précarité sont multiples et elles mobilisent une grande diversité d’acteurs. Afin de mieux s’adapter aux spécificités de l’espace rural, ils expérimentent des politiques plus « territorialisées », plus « collaboratives » et plus « inclusives ».

2.1. Une multiplicité d’acteurs prenant en charge la « pauvreté » : une prise en charge difficile ?

  • 11 Les principaux acteurs institutionnels sont l’État, les organismes de sécurité sociale comme la Mut (...)
  • 12 A Noirétable, l’ADMR propose une livraison de repas et un service de transport à la demande qui s’a (...)

20Le contexte français des politiques publiques11 avec sa multiplicité d’institutions aux compétences et aux contours différents rend malaisée la prise en charge globale de la pauvreté-précarité. Le milieu rural s’illustre par une approche sectorielle particulière au monde agricole. La Mutualité sociale agricole est un organisme de premier plan qui intervient pour les agriculteurs et leurs ayant droits, les ouvriers agricoles ainsi que les retraités de l’agriculture. Son rôle peut être perçu comme ambigu car elle est une collectrice intransigeante de cotisations sociales, tout en redistribuant des prestations et développant, suivant la volonté de son conseil d’administration, des actions sociales spécifiques. A côté de cet organisme social, des associations ont été créées par des agriculteurs dans une démarche de solidarité avec leurs « pairs » en difficulté. Elles changent la représentation sociale de ces agriculteurs en donnant une visibilité et une dimension collective à des situations vécues individuellement de façon culpabilisante et en réinterrogeant les modèles de développement agricole. Aux acteurs institutionnels s’ajoutent de nombreux acteurs associatifs, comme le réseau d’Aide à Domicile en Milieu Rural (ADMR) dont le rôle est fondamental12. Les entreprises d’insertion sont également présentes : on peut citer Les Jardins de cocagne, nombreux dans la région comme à Boën dans la Loire ou à proximité de Romans. Les associations caritives interviennent enfin, même si elles sont moins présentes qu’en ville, tout comme des acteurs de l’éducation populaire.

21Les périmètres d’action locale, qu’elle relève des services de l’État, des conseils départementaux ou des associations, varient fortement. Cette situation rend souvent complexe le recours aux droits et la concertation entre acteurs. Par ailleurs, les acteurs sociaux sont eux aussi confrontés aux distances.

22L’échelle la plus souvent « mobilisée » est celle des communes qui sont tenues à peu d’obligations dans le domaine social. Selon leur taille, leur degré d’investissement et les types d’action diffèrent, les communes de moins de 500 habitants développant peu d’actions sociales [Havette & al., 2014]. Selon les enquêtes menées par Emmanuelle Bonerandi auprès des maires de l’Ain [Bonerandi 2013], très peu sont enclins à admettre la présence d’habitants fragilisés dans leur commune. Cela se traduit au niveau national par le faible nombre de communes rurales réalisant une analyse des besoins sociaux (ABS) : 11 % des communes de plus de 1500 habitants l’ont mis en œuvre alors que 76 % les communes de plus de 30 000 habitants l’ont fait [Abdouni 2018]. Elles disposent de surcroît de moyens financiers et humains limités et les Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS) notamment doivent composer avec de faibles budgets [Pagès 2013]. Néanmoins, l’implication des élus ruraux dans l’action sociale demeure une composante forte : ils jouent un rôle de vigilance, contactent les assistantes sociales et incitent les personnes en situation de pauvreté à recourir aux aides. Constatant que seulement trois demandes d’aide alimentaire étaient adressées à leur commune par an, alors que de nombreuses de personnes y vivaient sous le seuil de pauvreté, les élus du CCAS d’une commune de l’agglomération de Bourg-en-Bresse ont pris l’initiative de publier dans le bulletin municipal une rubrique pour apprendre aux habitants à calculer leur « reste à vivre ». L’objectif de cette démarche était d’inciter les ménages concernés à venir solliciter le CCAS. Ils ont également mis en place une distribution d’aide alimentaire en urgence : « On récupère les denrées à la banque alimentaire pour les personnes en difficulté qui viennent nous voir, on fournit des colis d’urgence. […] On a mis ça en place car généralement les personnes qui sont en difficulté viennent à la mairie au dernier moment et quand c’est la catastrophe. Comme ça elles peuvent repartir directement avec des denrées » (Membre de CCAS).

  • 13 L’étude menée par l’Assemblée des communautés de France (AdCF) note que si 80% des intercommunalité (...)

23L’échelle intercommunale s’affirme toutefois comme l’échelle pertinente. Des Centres intercommunaux d’action sociale (CIAS) sont créés et renforcent l’action des CCAS. C’est le cas de la Communauté de Communes du Val de Drôme où une salariée du CIAS appuie les maires et les représentants des CCAS dans leurs actions. Si, sous l’impulsion de la Loi NOTRe, une part importante des communes rurales ont transféré tout ou partie de leur compétence « action sociale » à l’échelon intercommunal [Havette & al. 2014], les actions en direction des populations en situation de précarité ont rarement été prioritaires. Les actions s’y concentrent essentiellement sur l’enfance et les personnes âgées13.

24Parallèlement à la question des échelles d’intervention, la nécessité de se rapprocher des ruraux, ainsi que d’optimiser les dispositifs, amène de nouvelles réflexions sur la façon d’agir pour lutter contre la précarité. Les acteurs publics repensent leurs modes opératoires ; ils essaient de s’adapter aux spécificités des territoires ruraux et aux problèmes d’accessibilité. A l’échelle locale, ils tentent de se coordonner, y compris avec les associations et les collectifs d’habitants. Ils sont vecteurs d’innovations organisationnelles et territoriales.

2.2. Améliorer l’accessibilité et la proximité

  • 14 Introduction du Plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. Feuille de route régi (...)
  • 15 Site Internet du Conseil départemental de la Haute-Loire.
  • 16 Leur développement date de 2014 alors qu’elles sont sous la tutelle du ministère de l’Égalité des t (...)
  • 17 Ce dispositif est remplacé depuis peu par une nouvelle offre « France service ».

25Pour pallier l’éloignement des services et les difficultés de mobilité en milieu rural, les innovations visent à améliorer l’accessibilité. Le plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale de la région Auvergne-Rhône-Alpes (2017-2018), promeut notamment deux actions en direction des espaces ruraux : l’une dans le canton des Boutières sur le nord du plateau ardéchois, l’autre dans l’Ardèche méridionale ave la création d’un centre de ressources itinérant autour du logement. Dans ce dernier cas il s’agit d’« aller vers et prévenir les expulsions locatives en mobilisant le réseau des travailleurs sociaux pour informer, orienter, accompagner les personnes, garantir l’accès aux droits des personnes en difficultés et apporter des réponses à toute personne connaissant des difficultés liées au logement principalement »14. Les conseils départementaux tendent également à plus de proximité : le département de la Haute-Loire, revendique le renforcement de la présence des services sur les territoires pour répondre aux besoins de la population15. Le directeur du Pôle solidarité du Conseil départemental du Cantal explique, quant à lui, que ses services travaillent « sur la proximité, le maillage du territoire » [Transrural-Initiatives 2019]. La politique de « l’aller vers » suppose une meilleure concertation entre acteurs et cela dans les mêmes lieux. Aussi le directeur du Pôle solidarité continue-t-il « Nous travaillons sur l’accueil social inconditionnel avec un réseau intégré d’acteurs sur les territoires ». Cette volonté rencontre celle de l’État qui a créé en 2000 les Maisons de services au public (MSAP)16 « pour répondre aux besoins des citoyens éloignés des opérateurs publics ». Les MSAP concentrent en un même lieu plusieurs services de l’État et l’une de leurs missions consiste à accompagner les personnes dans l’usage du numérique de plusieurs services (pôle emploi, CAF, MSA, CPAM, Caisse d’assurance retraite, GRDF et la Poste). Pour aller au-devant des habitants de l’espace rural, elles peuvent être multi-sites, itinérantes ou adossées à des lieux de vie locaux (centres médico-sociaux, offices du tourisme, médiathèques, espaces de co-working, etc.). Même si les MSAP sont dans la continuité des actions mises en œuvre pour limiter le recul des services publics, elles répondent à une vraie demande dans les territoires ruraux, notamment pour réduire la fracture numérique17. Le directeur du Pôle solidarité du Conseil départemental du Cantal les considère aussi comme un relai en direction des assistantes sociales du département [Transrural-Initiatives 2019].

26Dans les départements ruraux de l’Ardèche et de la Drôme, les acteurs de l’insertion ont constaté par ailleurs les difficultés de mobilité rencontrées par les personnes qu’ils accompagnaient pour se rendre à leur emploi, formation, stage ou recherche d’emploi. Ils ont créé en 2000 une association Mobilité 07-26 qui a mis à disposition 60 mobylettes en Ardèche, puis a ouvert 5 auto-écoles associatives, développé le prêt de voitures et mis en place des ateliers mobilité, des diagnostics mobilité et conduite. Aujourd’hui, cette association accompagne 600 personnes : elle agit à la fois sur les freins physiques et psychologiques à la mobilité. Depuis 2015, elle a obtenu le label Plateforme mobilité insertion et est insérée dans le réseau Mob In qui regroupe les acteurs des territoires œuvrant pour la mobilité. Des dispositifs semblables se multiplient dans d’autres départements comme celui de Cantal-Mouv.

2.3. Pauvreté et alimentation en milieu rural, de nouvelles expérimentations

27Constatant la présence de « zones blanches » pour l’accès à l’aide alimentaire, la Fédération Française des Banques Alimentaires et la Fondation Avril18 ont mis à disposition un guide visant à « stimuler la création de projets locaux innovants adaptés aux besoins et contraintes des populations précaires du monde rural »19. La Croix Rouge, dans le cadre de son programme nommé « Mobilité nationale », a mis à disposition de ses unités locales rurales ou périurbaines quelques camions itinérants. Celle du bassin burgien, établie à Bourg-en-Bresse, a pu bénéficier d’un camion ; il ne sillonne pas les routes du territoire mais s’installe chaque semaine dans une commune située à 9 km de Bourg-en-Bresse. La Croix-Rouge, qui délivre des colis alimentaires dans cinq communes de l’espace rural burgien (trois antennes locales et le service mobile), est la seule structure qui permette aux habitants éloignés de la ville centre de bénéficier d’une aide plus accessible.

  • 20 Des épiceries sociales et solidaires itinérantes mises en place en Ardèche notamment ont dû s’arrêt (...)

28Par ailleurs, la banque alimentaire de l’Ain finance un « camion cuisine », qui propose des ateliers culinaires animés par une diététicienne. Ce camion permet « d’aller dans ces zones un peu perdues pour se rapprocher des bénéficiaires parce que beaucoup ne peuvent pas se déplacer » comme l’explique le président de la banque alimentaire. Le camion est ainsi « complémentaire aux associations urbaines qui font la même chose en ville. Là on va dans les bourgades un peu plus éloignées du département pour essayer de se rapprocher de cette problématique rurale ». Ce dispositif permet de faire de la prévention pour la santé ; il vise aussi « à apprendre à se nourrir correctement avec un tout petit budget » et avec les aliments provenant de l’aide alimentaire. Comme il s’agit « de faire de la cuisine » dans ce camion, les participants partagent leurs expériences ; le camion valorise le savoir-faire des personnes et contribue à l’amélioration de l’estime des soi des femmes qui participent aux ateliers. Enfin, n’étant pas aussi stigmatisant qu’un lieu de diffusion de l’aide alimentaire, il permet d’aller à la rencontre de ménages n’osant pas demander de l’aide. Cette action est doublement innovante : parce qu’elle est itinérante et va au-devant de populations rurales et parce que l’approche ne se présente pas sous forme d’assistance. Néanmoins faute de financements suffisants, le camion itinérant ne fonctionne pas aussi souvent que prévu. Il en est souvent ainsi de l’itinérance autour de l’aide alimentaire en milieu rural20.

29D’autres initiatives se développent. Les jardins partagés sont de plus en plus nombreux en milieu rural, dans les bourgs-centres et les petites villes maillant les espaces ruraux. Les jardins partagés sont portés par diverses associations ; les collectivités territoriales participent aussi de ces actions qui s’adressent souvent, mais pas seulement, aux personnes en situation de précarité. Il s’agit là encore de « faire ». Les jardins sont des lieux importants de sociabilité et d’échanges. D’autres innovations, souvent portées par des collectifs d’habitants comme les épiceries et les associatifs, peuvent soutenir les populations en situation de précarité, tout en leur permettant de retrouver du lien social. On peut citer également les actions autour du glanage et de la lutte contre le gaspillage alimentaire.

30Les procédures territorialisées comme les Projets Alimentaires Territoriaux (PAT), impulsés par la Ministère de l’Agriculture peuvent également agir en faveur d’une meilleure alimentation pour les habitants en situation de précarité. Jusqu’alors les PAT étaient peu nombreux en milieu rural et les actions menées en faveur des personnes en situation de précarité encore moins. Toutefois, les PAT, qui commencent à se développer à l’échelle des territoires ruraux, s’attachent à prendre en compte les questions de pauvreté-précarité.

2.4. « Territorialiser » les politiques pour s’adapter au « local » ?

31Comme le notent les auteurs du rapport « Intercommunalité et développement social », « la territorialisation des politiques sociales s’est aujourd’hui imposée comme un mot d’ordre général, sans que chacun en précise toujours sa définition. Caisses de protection sociale, départements, grandes intercommunalités, tous veulent « territorialiser » leurs politiques sociales » [Cauret & Chéraut 2015]. Cette approche se traduit par la mise en place de « contrats locaux » pour différentes procédures de l’État, avec un éventuel accompagnement des conseils départementaux et des intercommunalités. Ces « contrats locaux » relèvent de plusieurs domaines qui concernent les personnes en situation de précarité. Selon l’Agence Régionale de Santé (ARS), les contrats locaux de santé21 doivent s’appuyer sur la réalisation de diagnostics locaux, la mutualisation de moyens et la construction de partenariats dans la durée entre les acteurs d’un territoire « afin de réduire les inégalités sociales et territoriales en matière de santé et de développer une offre de proximité »22. La Convention Territoriale Globale de la CAF (CTG), dont l’objectif est de structurer les interventions autour d’un projet social de territoire en initiant des dynamiques de concertation, participe également de la politique de territorialisation. Selon le vice-président de l’agglomération de Loire-Forez, territoire signataire d’une CTG, cette contractualisation permet de mieux apprécier les besoins prioritaires. Dans ce cas, les conseils départementaux sont associés à ces contrats : pour tendre vers plus de transversalité, différents contrats peuvent être signés sur une même intercommunalité, comme l’illustre le projet de croiser, dans le département de l’Allier, un CTG avec la politique des Contrats territoriaux d’éducation aux arts et à la culture, portés par la Direction régionale aux Arts et à la Culture (DRAC). Les départements, eux aussi, tendent à privilégier la contractualisation avec l’échelon infra-départemental, « pour sortir de la logique de guichet » et aller « au-delà d’une réponse à un besoin particulier » [Transrural-Initiatives 2019]

32Ces formes de contractualisation constituent des formes d’innovation, même si elles rencontrent des critiques : les territoires n’y seraient perçus « que comme des espaces de mise en œuvre, comme supports de « dispositifs » normés, sans en attendre une réelle co-production de politiques » [Cauret & Chéreau 2015]. Les situations paraissent très hétérogènes car il existe aussi des dispositifs qui veulent favoriser la concertation avec différents acteurs afin de répondre aux difficultés d’un public et d’une thématique identifiées en amont. Après avoir constaté l’importance du travail à temps partiel féminin, le CIDFF de la Loire a entrepris d’aider les employeurs à conclure des partenariats pour combiner les emplois existants avec d’autres temps partiels féminins. Ainsi anime-t-il en collaboration avec deux sites de proximité de la Communauté d’agglomération Loire-Forez, des ateliers d’aide à la recherche d’emploi destinés plus particulièrement aux salariées à temps partiel. Cette action s’accompagne d’une mise en réseaux : « On travaille beaucoup sur l’ancrage du territoire. Les personnes connaissent le territoire. On les aide à se remettre dans ces réseaux » (Directrice CIDFF Loire). Ce projet joue sur la spécificité du territoire et valorise les compétences « localisées » des habitantes ; il crée une dynamique collective en mobilisant des relais locaux comme les associations Familles rurales.

  • 23 Cette association mobilise de l’ingénierie, des artisans, son réseau de bénévoles et apporte la gar (...)
  • 24 La fédération Soliha regroupe deux fédérations nationales qui œuvrent depuis 1924 contre l’habitat (...)

33Une action menée par la MSA vise également à faire collaborer différents acteurs et à aller au-delà d’une aide financière. Depuis cinq ans, la MSA Ardèche-Drôme-Loire, en partenariat avec l’association les Compagnons bâtisseurs Rhône-Alpes23, propose un accompagnement à l’auto-réhabilitation. Elle fait intervenir l’Agence nationale de l’habitat et les collectivités dans le financement des projets et l’association Soliah24 pour la réalisation de diagnostics. Cette aide s’adresse à des agriculteurs propriétaires occupants ayant besoin de rénover leur logement parfois très dégradé. Pour Audrey Morot, chargée de mission habitat à la MSA Ardèche-Drôme-Loire, « participer à la réhabilitation permet aux paysans de mieux accepter l’aide apportée, de rencontrer des artisans et bénévoles, de reprendre confiance » [Transrural-Initiatives 2019], ainsi que d’acquérir des savoir-faire qu’ils pourront réutiliser. Ces actions transforment les « bénéficiaires d’aide » en acteurs ; elles valorisent leurs propres ressources ainsi que leur ancrage territorial.

  • 25 Site Internet des TZCLD.

34Dans le même état d’esprit, les Territoires Zéro-Chômeurs de Longue Durée (TZCLD) initiés par ATD-Quart-Monde s’attache paradoxalement à faire du chômage une ressource pour les territoires. Ce dispositif est totalement territorialisé : il repose sur les besoins du « territoire » et, plus encore, il est construit avec les acteurs du territoire. Les activités portées par les Entreprises à But d’emploi (EBE) sont complémentaires à l’économie locale, ou sont nouvelles et innovantes25. Parmi les dix territoires expérimentaux la moitié sont situés en milieu rural : pour le TZCLD de la ville de Thiers, le Parc naturel régional voisin a conduit un diagnostic sur les besoins des habitants du territoire en termes de services et a mobilisé des fonds leader pour soutenir la candidature TZCLD.

35Il reste que les acteurs du développement local et rural prennent difficilement en charge la question de la pauvreté. Les élus hésitent à évoquer la pauvreté et la précarité craignant de donner une image négative de leur territoire ; la question est même éludée dans des diagnostics territoriaux comme ceux présentés dans les SCOT « ruraux ». Il convient donc de s’interroger sur l’efficacité des actions sociales « territorialisées » et à l’évidence, elles pâtissent du manque d’articulation avec la politique de développement local. La journée co-organisée par Cap rural, la MRIE et le laboratoire d’études rurales dans la région Auvergne Rhône-Alpes, en 2019, montre que ce croisement commence seulement à s’esquisser. Nous en analyserons quelques exemples.

3. Elaborer des politiques plus globales sur la pauvreté rurale : croiser politiques de développement local et action sociale

36« La montée des phénomènes de pauvreté et d’exclusion dans les zones rurales et périurbaines est un facteur de mobilisation très forte des élus locaux confrontés à des demandes nouvelles » écrivent les auteurs du rapport de l’AdCF qui ajoutent qu’ils « estiment que le niveau local est le plus réactif pour répondre aux besoin de leurs territoires dans ce domaine » [Cauret & Chéraut 2015]. Ainsi, à la logique des publics « s’oppose de plus en plus une logique territoriale ». Celle-ci peut prendre plusieurs formes, être plus ou moins complète, mais constitue en soi une forme d’innovation.

3.1 .L’Espace Social et Culturel du Diois (ESCD), une posture d’animateur du territoire, une prise en compte des questions de pauvreté.

Carte 2 – L’Espace Social et Culturel du Diois, des actions à l’échelle de l’intercommunalité

Carte 2 – L’Espace Social et Culturel du Diois, des actions à l’échelle de l’intercommunalité
  • 26 La communauté de communes rassemble 50 communes et compte 11.500 habitants. Le territoire est vaste (...)
  • 27 En 2016, le taux de pauvreté de l’intercommunalité était de 21,6%, soit environ 6 points de plus qu (...)

37Souvent au cœur des actions en direction de la pauvreté-précarité, conventionnés avec les CAF, les centres socio-culturels jouent un rôle non négligeable dans les espaces ruraux. Celui du Diois intervient dans la communauté de communes du Diois, au territoire rural et montagnard de très faible densité (9 habitants au km2) et où les distances-temps sont vite très importantes26. Ce territoire est parallèlement attractif et a fait l’objet de plusieurs vagues de migrations de néo-ruraux depuis les années 1970. Toutefois, le taux de chômage, la forte proportion de contrats de travail à temps partiel, les difficultés de mobilité ou encore les prix élevés des logements en raison de l’attrait touristique sont autant d’éléments facteurs de précarité et d’isolement27.

38Issu d’une Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) créée en 1974 à Die, l’ESCD a une histoire particulière. La première vague de néo-ruraux des années 1970 a été rejointe par la vague des années 1990, qui souhaitait, outre des animations socio-culturelles, trouver des solutions de garde pour les enfants, avoir des réponses sur les questions de parentalité, car « le territoire foisonne et a plein de projets » (Directeur ESCD). Aussi la MJC se transforme en centre social : la nouvelle structure s’appelle Espace social et culturel « car les porteurs ne souhaitaient pas être connotés aide sociale et être trop institutionnels » (Directeur ESCD).

39Le rôle de l’ESCD sur le territoire ne cesse de se renforcer et il devient un interlocuteur clef de la communauté de communes. Il emploie 24 salariés (13 équivalents temps plein) et ses actions concernent un grand nombre de domaines : l’accueil tout public, la jeunesse, la mobilité, le logement et les actions en faveur des personnes âgées. Il essaie aussi de remédier au recul des services, car le dernier diagnostic mené par l’ESCD a montré que la principale préoccupation des habitants était l’éloignement des services publics. Ainsi l’association propose-t-elle des solutions de garde d’enfants qui facilitent l’activité professionnelle des parents. Elle mène aussi un grand nombre d’actions en direction des personnes âgées. Elle a des espaces-relais dans différentes communes et a mis en place un centre social itinérant, Car’ambule qui se déplace dans les quatre cantons du territoire. Ce dernier est équipé d’ordinateurs, d’une imprimante et de documentations, mis à disposition des habitants. Cette démarche s’inscrit dans les politiques territoriales mises en place par l’État, la CAF et le Conseil départemental de la Drôme si bien que l’ESCD assure la coordination des lieux d’action sociale du territoire dans le cadre de la CTG du Dois. L’ESCD collabore également avec la MSAP. Ainsi comme le résume le directeur de l’ESCD « on travaille pour que l’on puisse tout simplement continuer à vivre sur le territoire ».

  • 28 Structure d’échange de services et de coopération (garde d’enfants, bricolage, covoiturage, cours.. (...)

40L’ESCD agit sur la pauvreté en accompagnant des collectifs d’habitants ou des associations. Il soutient tous les nouveaux systèmes qui permettent d’avoir accès à des services non monétaires : c’est le cas d’un SEL, celui de l’Accorderie28 du Diois qui comprend 500 adhérents, d’une ressourcerie, ou d’un projet d’achats groupés qui vise à faciliter l’accès de tous à des produits alimentaires de qualité. Si ces projets ne s’adressent pas à une population en particulier, ils favorisent la lutte contre la pauvreté et l’exclusion. L’ESCD accompagne une association de jardins solidaires (Les jardins nourriciers), qui a remis en culture 9000 m2 de terres. Cette association compte quatre salariés et 150 bénévoles qui bénéficient des produits qu’ils cultivent.

41Enfin l’ESCD se rapproche de Cap rural et des acteurs du développement local, ce qui ne peut qu’enrichir ses actions en faveur du territoire. Ainsi l’ESCD joue-t-il un rôle de médiateur entre habitants et élus, entre dispositifs institutionnels et initiatives citoyennes. Si l’idée de travailler sur un territoire intercommunal « ancien », de mêler animation et actions en direction de la précarité est un élément moteur et innovant, les caractéristiques du Diois partagé entre populations très riche et très pauvre, entre une ville centre et de petites communes rurales peuvent toutefois fragiliser cette dynamique.

3.2. La lutte contre la pauvreté, armature d’un projet de territoire : l’exemple de la Vallée de l’Albarine

42Des espaces ruraux ou des communautés d’agglomération largement rurales ont mis la pauvreté au cœur de leur projet territorial car celle-ci est particulièrement prégnante et ne peut être cachée. C’est le cas de la Communauté de communes de la Vallée de l’Albarine dans l’Ain qui mène une politique multidimensionnelle de lutte contre la pauvreté depuis 2015. Cette intercommunalité de 12 communes constitue un des territoires les plus pauvres de l’ancienne région Rhône-Alpes. De tradition textile, la vallée de l’Albarine a perdu l’essentiel de ses emplois depuis 1980 ; le Bugey, territoire de moyenne montagne, relativement enclavé, n’a pas de pôle urbain important et sa ville centre Saint-Rambert-en-Bugey ne cesse de perdre des habitants. En dehors de la vallée qui concentre l’essentiel des habitants, la communauté de communes compte de très petites communes (entre 100 et 150 habitants).

Carte 3 – L’ancienne Communauté de communes de la Vallée de l’Albarine, un territoire au sud du département de l’Ain

Carte 3 – L’ancienne Communauté de communes de la Vallée de l’Albarine, un territoire au sud du département de l’Ain

43S’il ne se situait pas dans l’espace rural, tous les indicateurs sociaux de ce territoire le rendraient éligible à la politique de la ville. Le taux de chômage y est élevé ; celui des familles monoparentales est supérieur à la moyenne départementale, tout comme celui du travail à temps partiel ; l’accès à la formation y est limité. Le taux de décrochage scolaire est élevé et l’orientation des jeunes y est peu ambitieuse ; ces derniers éprouvent, par ailleurs, des difficultés majeures de mobilité. La communauté de communes se caractérise également par un déficit de services et l’accès aux informations et aux droits y est difficile. Le bâti, marqué par la vétusté et la vacance, est source de précarité énergétique et renforce l’image négative du territoire. Pourtant l’augmentation de la pression foncière dans la plaine de l’Ain voisine et dans la banlieue lyonnaise proche, y amène de nouveaux ménages attirés par le faible prix des loyers et de l’immobilier. La longueur et le coût des déplacements domicile-travail liés à l’éloignement des pôles d’emploi (plaine de l’Ain, métropole lyonnaise) viennent alors renforcent la précarité des nouveaux habitants.

  • 29 Il comprenait quatre axes : habitat et urbanisme (démolition de logements dégradés du parc privé, a (...)

44Face à cette situation, l’intercommunalité a mis en place un Plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, dans le cadre du contrat de territoire signé avec l’État en 2016. Il a permis de créer une dynamique partenariale qui intègre de nombreux acteurs (État, conseil départemental, Caisse des dépôts et consignations, ARS, CAF, Pôle Emploi, MSA, Caisse Primaire d’Assurance Maladie de l’Ain, Éducation Nationale, Pôle emploi,…), sur le modèle des contrats de ville29. Cette mobilisation lui a permis d’obtenir plusieurs dispositifs territoriaux dont une MSAP. Portée par le Centre socio-culturel de Saint-Rambert, identifié comme lieu ressource par les habitants et qui n’est pas un lieu stigmatisant, la MSAP tient ses permanences à la bibliothèque d’une petite commune de la montagne, Tenay. L’accès à l’éducation et à la culture étant une priorité de la présidente de la communauté de communes, une CTEAC a été signée avec l’État et d’autres partenaires. Cette dynamique a renforcé l’accès à la culture dans le territoire, notamment pour les jeunes.

45Le nouveau dessin des intercommunalités imposé par la loi NOTRe aurait pu remettre en cause cette dynamique. En 2017, La Communauté de communes a fusionné avec deux autres intercommunalités aux caractéristiques sociales, économiques et spatiales tout à fait différentes : la Plaine de l’Ain (la plus riche du département de l’Ain) et Rhône-Chartreuse de Portes. L’intercommunalité compte désormais 53 communes et plus de 76.000 habitants. Pourtant, les axes et actions du contrat de territoire ont été repris dans le contrat de ruralité signé par la nouvelle intercommunalité en juillet 2017. Ce dernier a pour objectif de « maintenir et conforter les dynamiques du cœur de la Plaine de l’Ain, en y arrimant durablement les secteurs ruraux et le piémont du Bugey ». Il reprend des actions d’investissement et d’animation dans les secteurs de la culture, de l’insertion/emploi/formation, de la santé, des services/numérique/mobilité et cela notamment en direction des publics les plus fragilisés.

46L’exemple de la Vallée de l’Albarine illustre une dynamique semblable à celle des « quartiers » de la politique de la ville. Cet exemple est unique en France, même si la nouvelle intercommunalité recompose le périmètre et peut amener à redéfinir les priorités.

47Ces deux exemples témoignent d’une volonté d’appréhender la question de la pauvreté dans une approche de développement local. Dans le cas de l’ESCD engagé dans l’animation de la vie locale et plus spécifiquement dans le développement du « pouvoir d’agir » des habitants, l’importance des situations de précarité ne peut être ignorée. La structure adapte ses actions aux besoins du territoire ; les difficultés de mobilité ou d’accès aux droits spécifiques aux situations de pauvreté mais pas exclusivement en font partie. L’exemple de la Vallée de l’Albarine illustre, quant à lui, une situation où l’intercommunalité a défini la lutte contre la pauvreté comme l’axe central de sa politique qu’elle a décliné dans différents domaines par l’intermédiaire d’un contrat de territoire puis d’un contrat de ruralité. Ces deux exemples ont en commun une situation où le taux de pauvreté est tel qu’il était difficile de ne pas prendre en charge cette question.

Conclusion 

48L’hétérogénéité des espaces ruraux et la relative méconnaissance des phénomènes de pauvreté rurale constituent une entrave à sa prise en charge. Les actions visant à améliorer la situation des personnes en situation de pauvreté-précarité sont multiples et mobilisent une grande diversité d’acteurs. Ainsi ces actions ne sont pas toujours visibles ou lisibles, voire coordonnées. Alors qu’aucun dispositif semblable à celui de la politique de la ville n’a été conçu pour le milieu rural, la territorialisation apparaît comme une solution, sans répondre toutefois pleinement aux besoins. Des démarches innovantes émergent comme celles qui font appel à l’itinérance. En revanche celles où la lutte contre la pauvreté est intégrée dans un projet de développement local sont encore rares. Cependant, les liens entre acteurs sociaux et acteurs territoriaux, entre travail social et développement local s’esquissent et sont porteurs d’innovations comme peut l’illustrer la procédure Zéro Chômeurs. L’organisation de journées sur la pauvreté rurale, réunissant structures en charge de l’action sociale et acteurs du développement local, comme celles qui ont lieu dans la région Auvergne-Rhône-Alpes est une réponse innovante à la faible interconnaissance des uns des autres et un préalable à la mise en place d’actions plus efficaces.

Haut de page

Bibliographie

Abdouni, S. (2018) – « Une commune sur six a réalisé une analyse des besoins sociaux sur son territoire », DREES, Etudes et résultats, 1078.

Abjean, A. & al. (2014) – « Modes de gardes des familles monoparentales en situation de pauvreté », Les Dossiers de la MRIE, 60 p.

Abjean, A. (2015) – « Pauvretés en milieu rural : retours sur les premiers travaux de la mission régionale d’information sur l’exclusion », Pour, n° 225, pp. 191-196.

Amsellem-Mainguy, Y. & Voisin, S.G. (2019) – « Les filles du coin » Enquête sur les jeunes femmes en milieu rural. Sociabilités dans l’espace local rural populaire, INJEP Notes et rapports, n° 2019/7, 188 p.

Andrieu, E. & al. (2005) – « L’alimentation comme dimension spécifique de la pauvreté. Approches croisées de la consommation alimentaire des populations défavorisées », Les Travaux de l’observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, pp. 247-277.

Berthod-Wurmser, M. & al. (2009) – Pauvreté, précarité, solidarité en milieu rural, Paris, Inspection générale des affaires sociales (Igas) et Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER), 218 p.

Bocquet, E. (2016) – « Précarité et territoires ruraux – l’exemple du territoire Val’eyrieux et du Pays de Lamastre au Nord de l’Ardèche », Dossier 2016, Les dossiers de la MRIE, pp. 320-323.

Bonerandi-Richard, E. (2010) – Pauvreté et précarité dans l’Ain : état des lieux 2010, Bourg-en-Bresse, Musnier-Gilbert Editions, 174 p.

Boulineau, E. & Bonerandi-Richard, E. (2014) – La pauvreté en Europe. Une approche géographique, Rennes, 267 p.

Boukacem-Hennouni, K. & al. (2015) – « Les enjeux de pauvreté en milieu rural : l’exemple de Noirétable », Dossier 2016, Les dossiers de la MRIE, pp. 312 -319

Cauret, L. & Chéreau, A. (2015) – « Intercommunalité et développement social », Assemblée des Communautés de France, Paris, 49 p.

Coquard, B (2019) – Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin, Paris, La Découverte, 216 p.

Depraz, S. (2017) – « Penser les marges en France : l’exemple des territoires de « l’hyper-ruralité » », Bulletin de l’AGF, vol. 94, n° 3, pp. 385-399, https://journals.openedition.org/bagf/2086

De Sousa, A. (2010) – « La pauvreté en milieu rural », POUR, vol. 2, n° 205-206, pp. 7-11.

Even, Y. (2011) – « Les formes de l’intervention sociale en milieu rural », POUR, vol. 1, n° 208, pp. 147-151.

Even, D. et Coly, B. (2017), Place des jeunes dans les territoires ruraux, Rapport du CESE, 194 p.

Ferrand, M. (2017) – Difficultés d’accès à l’alimentation et stratégies d’adaptation des ruraux en situation de pauvreté ; enjeux, acteurs et pistes de la réflexion. Etude sur la Communauté d’Agglomération du Bassin de Bourg-en-Bresse, Département de Géographie, Université Lumière Lyon 2, 99 p.

Fourny, M.-C. (2018) – « Introduction générale », in Montagnes en mouvements. Dynamiques territoriales et innovation sociale, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, pp. 7-16

Havette, S. & al. (2014) – « L’action sociale facultative des communes et des intercommunalités », Solidarité Santé. Etudes statistiques, n° 56, 29 p.

Lyet, P., Lambert, G. & Valle M. (2010) – « De la fragilité à la réclusion et de l’assistance au développement territorial. Diversité et territorialité de la pauvreté et de l’exclusion et des réponses sociales en milieu rural en Bourgogne », Pensée plurielle, vol. 3, n° 25, pp. 9-25.

Maclouf, P. (1986) – La pauvreté en milieu rural, Actes du colloque de Toulouse, Paris, ARF/L’Harmattan, 329 p.

Pagès, A. (2004) – La pauvreté en milieu rural, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 199 p.

Pagès, A. (2013) – « L’intervention sociale en milieu rural », Informations sociales, vol. 5, n° 179, pp. 136-143.

Poulot M. & Legouy F. (2019) – Les espaces ruraux en France, CNRS Editions, La Documentation photographique, 64 p.

Roche, A. (2016) – Des vies des pauvres, les classes populaires dans le monde rural, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 340 p.

Tallon, H. (2015) – « Pauvreté et précarité dans les espaces ruraux : quelle voie pour une lecture géographique du phénomène ? » 52e colloque de l’ASRDLF, Territoires méditerranéens, agriculture, alimentation et villes, Montpellier, 16 p.

Haut de page

Notes

1 Des travaux associant acteurs et chercheurs essaient de la cerner, comme le numéro de la revue Pour consacré à « Précarités et marginalités en milieu rural » [Mialocq, Hochedez, Poirier & alii 2015].

2 Des travaux de sociologues comme ceux de Alexandre Pagès font référence [2004] et plus récemment ceux de Benoît Coquard sur une catégorie particulière de population rurale, les jeunes des espaces ruraux « en déclin » [Coquard 2019]. Pour la région Auvergne Rhône-Alpes on peut aussi citer l’ouvrage d’Agnès Roche [Roche, 2016], ainsi que le rapport de l’INJEP sur : « Les filles du coin » Enquête sur les jeunes femmes en milieu rural. Sociabilités dans l’espace local rural populaire [Amsellem-Mainguy 2019].

3 Emmanuelle Bonerandi-Richard a travaillé sur la pauvreté dans le département de l’Ain [Bonerandi-Richard, 2010] et sur la Thiérache. Ses travaux ont été repris dans l’ouvrage d’Emmanuelle Boulineau et Emmanuelle Bonerandi-Richard, La pauvreté en Europe. Une approche géographique, Rennes, 2014, 267 p. Plus récemment, on peut citer les travaux d’Hélène Tallon [Tallon 2015].

4 La MRIE est née en 1992 d’une conjonction de volontés d’associations luttant contre la pauvreté, de partenaires sociaux, et d’institution « qui partageaient la même aspiration : comprendre mieux les situations de pauvreté/précarité dans la région Rhône-Alpes pour être en capacité d’agir » [Abjean 2015]

5 Cette collaboration a abouti à plusieurs actions dont des journées d’échange à l’échelle de la région et le projet de thèse de Mathilde Ferrand portant sur « Pauvreté et alimentation en milieu rural ». La journée a donné lieu à la publication d’un dossier spécial dans d’un dossier « Agir contre la pauvreté dans les territoires ruraux », dans la revue Transrural Initiatives n°473, mars-avril 2019 et les interventions de la première journée sont disponibles sur le site Internet de Cap Rural. Un questionnaire a été administré aux personnes présentes lors de cette journée et nous avons mené des entretiens complémentaires. Cet article repose également sur la réalisation de deux mémoires de master : celui d’Emilie Bocquet : « Précarité et mobilité sur le territoire rural des communautés de communes du Pays de Lamastre et du Val’eyrieux » [Bocquet 2016] et celui de Mathilde Ferrand sur pauvreté et alimentation en milieu rural. [Ferrand 2017].

6 Introduction du Plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. Feuille de route régionale. Auvergne-Rhône-Alpes 2017-2018, 69 p.

http://auvergne-rhone-alpes.drdjscs.gouv.fr/sites/auvergne-rhone-alpes.drdjscs.gouv.fr/IMG/pdf/ ara_feuille_de_route_pplis__2017-18.pdf

7 Le Centre d’Information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) de la Loire a mené une étude sur la précarisation des femmes qui montre qu’elles sont davantage concernées par des situations de pauvreté en milieu rural que dans les villes.

8 Voir l’étude de la MRIE consacrée aux mode de garde des familles monoparentales en situation de pauvreté [Abjean 2014] ainsi que dans le rapport sur les filles du coin [Amsellem-Mainguy 2019].

9 Les acteurs de terrain constatent l’augmentation de comportements à risque comme la conduite sans permis ou sans assurance en milieu rural [Boukacem-Hennouni 2015].

10 Source : Etude sur l’habitat précaire en Drôme réalisée par Dominique Bornes, Jean-François Juvin et Marianne Beck, Soliha 26.

11 Les principaux acteurs institutionnels sont l’État, les organismes de sécurité sociale comme la Mutualité sociale agricole (MSA) et la Caisse d’allocation familiale CAF, ainsi que les conseils départementaux, sans oublier les communes. Les services de l’État sont nombreux à intervenir sur les questions de pauvreté, on peut citer les missions locales pour l’emploi, les missions jeunes, ainsi que des services relevant des politiques du logement, des transports, de la culture, ....

12 A Noirétable, l’ADMR propose une livraison de repas et un service de transport à la demande qui s’adresse aux personnes âgées et apporte ainsi un soutien aux retraités en situation de pauvreté [Boukacem-Hennouni 2015]

13 L’étude menée par l’Assemblée des communautés de France (AdCF) note que si 80% des intercommunalités interviennent dans le domaine de l’action sociale fin 2014, le secteur de la petite enfance est le plus souvent investi (66% des intercommunalités), suivi par l’action en faveur de la jeunesse et de la famille (58%) [Cauret & Chéraut 2015].

14 Introduction du Plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. Feuille de route régionale. Auvergne-Rhône- Alpes 2017-2018, 69 p. http://auvergne-rhone-alpes.drdjscs.gouv.fr/sites/auvergne-rhone- alpes.drdjscs.gouv.fr/IMG/pdf/ara_feuille_de_route_pplis__2017-18.pdf

15 Site Internet du Conseil départemental de la Haute-Loire.

16 Leur développement date de 2014 alors qu’elles sont sous la tutelle du ministère de l’Égalité des territoires. Ainsi en 2018 on compte plus de 1300 MSAP dont 1200 dans l’espace rural. Environ 600 sont portées par une collectivité, 200 par une association et 500 par la poste (« MSAP : le risque d’une annonce de façade », 36000 communes, n°366 juin 2019, pp. 5-6).

17 Ce dispositif est remplacé depuis peu par une nouvelle offre « France service ».

18 La fondation Avril a été créée par le monde agricole et reconnue d’utilité publique en 2014. http://www.fondationavril.org/

19 Source : https://www.banquealimentaire.org/sites/default/files/2018-10/BA_GuidePratique_BD.pdf

20 Des épiceries sociales et solidaires itinérantes mises en place en Ardèche notamment ont dû s’arrêter, il y a quelques années.

21 Les contrats locaux de santé ont été créés en 2009. Le Contrat local de santé se fonde sur une définition de la "santé globale" selon la définition de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Il intègre des thématiques aussi variées que la prévention, l'accès aux soins, la santé/environnement, tenant compte de facteurs tels que la précarité et la restriction à la mobilité. https://www.auvergne-rhone-alpes.ars.sante.fr/contrats-locaux-de-sante-cls-0

22 https://www.auvergne-rhone-alpes.ars.sante.fr/contrats-locaux-de-sante-cls-0

23 Cette association mobilise de l’ingénierie, des artisans, son réseau de bénévoles et apporte la garantie décennale.

24 La fédération Soliha regroupe deux fédérations nationales qui œuvrent depuis 1924 contre l’habitat indigne. Voir son site Internet.

25 Site Internet des TZCLD.

26 La communauté de communes rassemble 50 communes et compte 11.500 habitants. Le territoire est vaste et couvre 20% du département de la Drôme.

27 En 2016, le taux de pauvreté de l’intercommunalité était de 21,6%, soit environ 6 points de plus que celui du département de la Drôme à la même date et 9 points de plus que le taux de pauvreté de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

28 Structure d’échange de services et de coopération (garde d’enfants, bricolage, covoiturage, cours...) visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion en renforçant les solidarités (www.accorderie.fr).

29 Il comprenait quatre axes : habitat et urbanisme (démolition de logements dégradés du parc privé, amélioration du parc public et privé, amélioration des espaces publics et paysagers, mise en valeur des atouts du territoire et lutte contre la précarité énergétique); emploi-insertion-formation (repérer les freins et aider les personnes dans leur insertion professionnelle, développer des contacts avec les entreprises et organismes de formation, développer un accès à distance aux services), l’accès aux droits (mobiliser les organismes pour l’obtention du RSA, de la CMU, etc., lutter contre la fracture numérique, favoriser l’accès aux soins et à la santé avec un travail en réseau de partenaires), éducation et parentalité

(retrouver la confiance des familles envers les institutions et développer l’information jeunesse sur toutes les thématiques concernant les jeunes).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Une classification socio-économique pour les communes d’Auvergne-Rhône-Alpes – Étude de la Mission Régionale d’Information sur l’Exclusion (MRIE)
Crédits Source : [Perrier, Zambeau, MRIE, 2016] d’après [INSEE, 2012]
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/6171/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Carte 2 – L’Espace Social et Culturel du Diois, des actions à l’échelle de l’intercommunalité
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/6171/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Carte 3 – L’ancienne Communauté de communes de la Vallée de l’Albarine, un territoire au sud du département de l’Ain
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/6171/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Delfosse, Mathilde Ferrand, Geneviève Ganivet et Patrick Grimault, « La pauvreté en rural ; quels acteurs, quelles actions pour quels projets ?L’exemple de la région Auvergne-Rhône-Alpes »Bulletin de l’association de géographes français, 96-4 | 2019, 688-711.

Référence électronique

Claire Delfosse, Mathilde Ferrand, Geneviève Ganivet et Patrick Grimault, « La pauvreté en rural ; quels acteurs, quelles actions pour quels projets ?L’exemple de la région Auvergne-Rhône-Alpes »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 96-4 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 25 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/bagf/6171 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.6171

Haut de page

Auteurs

Claire Delfosse

Professeur Université Lyon2/Laboratoire d’Etudes rurales – Courriel : claire.delfosse[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Mathilde Ferrand

Doctorante Laboratoire d’Etudes rurales

Geneviève Ganivet

Chargée de mission Formations sur les métiers et les pratiques du développement rural – Courriel : ingenieriedeformation[at]caprural.org 

Patrick Grimault

Chargé de mission Mises en réseaux et sujets émergents – Courriel : reseaux.emergence[at]caprural.org

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search