Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97-1/2Cent ans (et plus) de terrain en ...

Cent ans (et plus) de terrain en géographie

100 Years - and more - on the Field for Geographers
Denis Wolff
p. 38-47

Résumés

Depuis la fin du XIXe siècle, les géographes français vont sur le terrain. Comment le perçoivent-ils ? Comment le pratiquent-ils ? S’il constitue un élément permanent de la géographie, sa conception, qui s’est singulièrement transformée, est révélatrice de l’évolution de la discipline. Après l’éclatement de la géographie dans les années 1970, d’aucuns le remettent en question. Il reste cependant très présent et, malgré ses multiples acceptions, sa conception actuelle est significative d’une discipline devenue pleinement une science sociale.

Haut de page

Texte intégral

1« On appelle terrain, en géologie, un ensemble de couches constituant l’écorce terrestre » peut-on lire dans le dictionnaire de Demangeon en 1907. En 1970, la définition du terrain est voisine dans celui de Pierre George : « Terme général désignant tout ensemble de roches qui affleure à la surface du globe et constitue un relief. » En revanche, en 2003, Anne Volvey a une approche bien différente : « Le terrain est une entité spatio-temporelle et une instance épistémique où se manifeste l’attitude empirique d’un chercheur dans sa tentative d’établissement de faits scientifiques. »

2On passe ainsi d’une acception géologique, où on ne dit rien du travail des géographes sur le terrain, à une entité, voire un concept où la posture du géographe est centrale. Au delà des dictionnaires, on passe d’une pratique de terrain, revendiquée par Vidal et ses élèves, « géographes de plein vent », « géographes aux pieds crottés », à un objet complexe.

3On se propose d’étudier successivement deux moments de cette histoire : un âge d’or du terrain (selon Bernard Elissalde, 2004) à l’époque de Vidal de la Blache et de ses élèves, puis une remise en question dans les années 1970... le terrain étant toujours largement pratiqué.

1. « Un âge d’or du terrain » ?

  • 1 L'expression « géographie moderne », maintes fois employée par les élèves de Vidal de la Blache, es (...)

4Au début du XIXe siècle, une hiérarchie entre les agents de terrain, explorateurs ou voyageurs de circonstance, et les savants de cabinet, censés recouper et synthétiser les informations de ces voyageurs. Mais, à la fin de ce siècle, en France, les géographes modernes1 entendent aller directement sur le terrain. Ils s’inspirent en partie des géologues et des botanistes.

5Lors de la naissance de l’AGF, en 1920, la pratique du terrain en géographie est instituée. Selon Jean Dresch, son fondateur, Emmanuel de Martonne « était essentiellement un homme de terrain, un observateur remarquable, à toutes les échelles de terrain. (...) Le terrain était pour lui sa méthode fondamentale » [Pinchemel & Tissier 1979]. On connaît aussi la réputation de Jean Brunhes [Musée Albert Kahn 1993]. A contrario, les géographes qui ne peuvent aller sur le terrain, tels ceux qui rédigent les volumes de la Géographie universelle sur des contrées lointaines, le regrettent amèrement.

6Mais comment connaître une expérience de terrain ? On dispose certes des photographies et croquis publiés ; de plus, les descriptions laissent souvent penser que les géographes ont vu les lieux dont ils parlent. Mais on dispose de peu de témoignages. On sait que les géographes avaient tous un carnet de terrain. Ces carnets offrent des informations passionnantes : des croquis, l’emploi du temps de la journée, l’itinéraire suivi, des impressions « à chaud », des réflexions plus diverses... Si ceux de Vidal de la Blache ont été retrouvés par Marie-Claire Robic, l’un d’entre eux ayant été récemment publié [Vidal de la Blache 2019], de nombreux carnets d’autres géographes sont hélas perdus…

1.1. Géographiser seul sur le terrain

7Géographiser est un néologisme utilisé par Jules Sion pour décrire le travail des géographes sur le terrain. Ceux-ci sont le plus souvent seuls. Les voyages, soigneusement préparés, fatigants, se font essentiellement à pied. Deux types de lieux sont privilégiés : les panoramas (comme sur une carte) et une vue au ras du sol, près des maisons, des champs et des habitants, ce qui permet de déceler les formes morphologiques de détail et les modes de vie. Les géographes commencent par bien délimiter leurs régions d’étude en parcourant leur périphérie. Puis ils cherchent à comprendre la formation du relief. La géomorphologie les intéresse prioritairement pour la plupart. Ils reprennent les théories de William Morris Davis, contrairement aux géologues [Giusti 2004] et interprètent les paysages au travers de ses théories. Ils aiment étudier les surfaces d’érosion dans les massifs anciens. Au delà, ils cherchent à comprendre le modelé : des polémiques peuvent naître, comme celle entre Emmanuel de Martonne et Raoul Blanchard sur le rôle des glaciers.

8Enfin, ils cherchent à connaître les modes de vie en questionnant les notables (notamment les instituteurs), mais aussi les paysans... Raoul Blanchard expose ainsi ses souvenirs de terrain en Flandre : « Je m’étais fabriqué un questionnaire qui était d’ailleurs beaucoup trop détaillé ; à l’épreuve, je le simplifiai et l’adaptai à l’usage des particularités flamandes. » [Blanchard 1963]. Après son premier voyage en Limousin en 1906, Albert Demangeon élabore un questionnaire long et précis destiné essentiellement aux maîtres d’école. Grâce aux résultats obtenus, il publie des statistiques locales sur le nombre, la répartition et la profession des émigrants de la Montagne limousine ainsi qu’une carte avec les limites de la Montagne limousine « tracées après enquête sur les lieux » [Demangeon 1911]. Son questionnaire est jugé digne d’intérêt puisqu’il est publié par les Annales de Géographie [Demangeon 1909]. Les géographes sont nombreux à y avoir recours en l’adaptant pour leur région : Max. Sorre dans le Languedoc [Sorre 1909], Raoul Blanchard dans les Alpes [Blanchard 1913], Philippe Arbos dans les Alpes et en Auvergne [Arbos 1922, 1929].

9Le travail sur le terrain et le rapport au terrain sont différents lorsqu’on étudie non plus une région, mais un pays, voire plusieurs. Ainsi, les rédacteurs de la Géographie universelle ne peuvent parcourir l’ensemble des contrées étudiées ! Albert Demangeon expose sa pratique et le sens du terrain dans une lettre écrite en Irlande à son épouse le 10 août 1909 : « Ici, je cherche à parcourir le plus de pays possible pour pénétrer les différents aspects de la nature et de la vie. (…) Malheureusement, je ne puis m’arrêter pour étudier à loisir quelques points : il me faudrait des mois pour cela. Ainsi, à Dublin, à Bennettsbridge, j’ai pu voir certaines choses à mon aise ; mais, à ce train là, il faudrait trois mois ; je ne puis avoir la prétention de descendre dans les détails. Il me suffira d’avoir parcouru et regardé le pays pour y localiser les faits que j’apprendrai par ailleurs. Au contraire, en Limousin, je suis guidé par mes propres recherches ; j’ai mon temps ; je vais où je veux, non talonné par la nécessité d’un coup d’oeil vaste et de haut. » Il s’agit donc d’une pratique de terrain a minima : mieux vaut découvrir rapidement que pas du tout. Mais voir par soi-même est jugé indispensable et permet de mieux comprendre les lectures effectuées dans les bibliothèques parisiennes, même si cette vision est sommaire. Il s’agit en quelque sorte, d’une réassurance par rapport à un savoir livresque [Wolff 2013].

10Cela dit, même si la région étudiée est peu étendue, il ne faut pas s’imaginer que les géographes découvrent tout sur place. Pour mener à bien leurs travaux, ils consultent beaucoup d’ouvrages. Leurs archives le prouvent : dans celles de Demangeon, à la Bibliothèque Mazarine, il y a beaucoup plus de notes livresques que de notes de terrain [Wolff 2018]. La complémentarité des deux approches apparaît dans beaucoup de monographies régionales, notamment dans les thèses. L’observation directe permet de saisir le rôle du terrain et les lectures éclairent sur l’histoire de cette relation entre le sol et les habitants. Ainsi, les géographes modernes associent une recherche de terrain et un travail de cabinet, que ce soit en bibliothèque ou dans les archives.

1.2. Une pratique collective : expliquer le terrain

11La pratique du terrain ne se réduit pas à une recherche individuelle. On est également à l’époque d’expériences collectives sous la forme d’excursions. À l’initiative d’Emmanuel de Martonne et, sans doute, de Vidal de la Blache, les géographes mettent en place, à partir de 1905, des excursions interuniversitaires [Wolff 2001]. Enseignant alors à l’université de Rennes, Emmanuel de Martonne organise d’ailleurs la première, en Bretagne [De Martonne 1906] ; puis il y en a une chaque année – en général à la Pentecôte – dans une région différente. L’organisateur y présente soit la région de son université, soit son terrain de thèse (avec quelques exceptions…). Les étudiants avancés – deux ou trois par université – et leurs professeurs sont invités à y participer, les frais étant couverts par le ministère de l’Instruction publique et les universités. Ces excursions interuniversitaires ont pour but de familiariser les géographes avec des régions éloignées de celles qu’ils connaissent. On institue ainsi une pratique collective de terrain qui vise aussi à donner un regard unifié, voire une interprétation commune [Robic 2010]. Cela dit, le nombre souvent élevé de participants nuit à la qualité de la transmission du savoir et rend difficile la discussion collective [Wolff 2005].

12Par ailleurs, il existe une période d’apprentissage pour les étudiants géographes. Cet apprentissage passe par des pratiques d’enseignement, y compris sur le terrain. Les professeurs d’université entreprennent donc de nombreuses excursions avec leurs étudiants. Le but est pédagogique ; il s’agit de leur apprendre à découvrir, à voir. L’étude du terrain fait explicitement partie de leur formation. Raoul Blanchard, qui enseigne à Grenoble, organise des excursions un dimanche sur deux, quelque soit le temps, et une de plusieurs jours en juin. Elles sont également des occasions d’échanges entre les étudiants et leur professeur ; la qualité et la cordialité de ces échanges s’explique en partie par la proximité que confère le terrain. Comme le rappelle Blanchard dans ses souvenirs, « à la fin de la course, toute la bande envahissait un bistrot ; on buvait un vin chaud, on chantait et tout le monde rentrait d’excellente humeur. » [Blanchard 1963]. Les étudiants gardent un souvenir ému de ces excursions, notamment ceux qui, devenus soldats pendant la guerre de 1914-1918 [Ginsburger 2010], combattent parfois sur le même « terrain » que celui qu’ils ont arpenté en temps de paix, comme ceux qui sont mobilisés en 1939-1940 [Wolff 2020].

13Enfin, le rapport au terrain n’est pas immuable pendant cet « âge d’or du terrain ». Il y a plusieurs générations de géographes [Berdoulay, 1981, Robic, 1993]. Ainsi, dans les années trente, les géographes étudient des régions souvent moins vastes (le Comtat, les plateaux du Jura central, les Pyrénées Atlantiques orientales, la Grande Chartreuse et le Vercors...) et les sujets des thèses sont plus variés (Marseille, gare du Nord...).

2. Le terrain remis en question, mais toujours largement pratiqué…

14La remise en question du terrain se profile dès les années 1960, mais elle est plus marquée à partir des années 1970. Elle va de pair avec les nouveaux questionnements des géographes.

2.1. Le terrain, enjeu de polémiques

15Sur le plan scientifique, le terrain est fortement discuté par les « nouveaux » géographes (pour reprendre l’expression de Paul Claval) à la fois comme cadre et pratique de recherche. Ils critiquent notamment le fait de s’attacher à une région dont on cherche l’originalité et de ne s’intéresser qu’aux phénomènes particuliers. La géographie classique leur apparaît donc comme une discipline idiographique, bonasse et sans intérêt pour reprendre les termes d’Yves Lacoste.

16Ces nouveaux géographes changent de paradigme. Ils cherchent à comprendre l’organisation de l’espace, à établir ses règles d’organisation, bref à faire de la géographie une discipline nomothétique, à l’instar des autres sciences sociales. Pour eux, la géographie est clairement une science sociale, et non une discipline de synthèse. Le terrain ne correspond alors qu’au territoire étudié... De plus, les géographes se servent de nouveaux outils éloignés du terrain : télédétection, statistiques d’autant plus utilisées que l’informatique permet de traiter rapidement des masses de données considérables...

17Cela dit, on ne saurait négliger le plan politique. En 1976, éclate une polémique entre Maurice Le Lannou (70 ans) et Christian Grataloup et Jacques Lévy qui ont à peu près 25 ans. Le professeur, inquiet sur l’avenir de sa discipline, écrit une tribune dans Le Monde, où il critique vivement les écrits de ses élèves, publiés notamment dans une nouvelle revue, EspacesTemps : « Selon les « futurs maîtres », « il faut d’abord débarrasser la géographie de toutes les définitions que les siècles en ont données. Ainsi de cette croyance à « l’importance magique du terrain », si répandue chez les vieux géographes qu’ils déclaraient essentiel d’aimer la boue et d’être toujours bien chaussé. La course sur le terrain, qui conduit au « pointillisme visuel », donne une succession d’images, rien de plus. À ceux qui prétendent prendre une vue globale, il est répondu que le paysage n’est lui-même qu’un assemblage contingent, sans arguments propres à nourrir une science, capable seulement de satisfaire notre « croyance magique » (...) dans l’intuitif et l’empirique. » [Le Lannou 1976]. Dans leur réponse, Christian Grataloup et Jacques Lévy [1976] parlent peu du terrain mais critiquent plutôt les notions de région et de paysage, « notions centrales de la géographe traditionnelle (...) [qui] volent en éclat. » Selon eux, « la seule géographie possible, c’est la science de l’espace social, de la dimension sociale de la société. L’espace ne peut pas être considéré en soi ; il n’est pas un cadre à remplir, mais une forme d’existence de la réalité. (...) Une étude objective de l’espace des hommes est possible, se donnant pour objet de construire la théorie de cet espace. »

18À propos de cette polémique, Michel Sivignon note à juste titre que l’opposition [de Le Lannou] « est politique et non pas épistémologique. » [Sivignon 2011]. Sivignon précise : « Jacques Lévy aussi bien que Christian Grataloup se placent d’un point de vue marxiste. Le Lannou ne supporte pas cette position ni le scientisme qui la sous-tend, ni les tics de vocabulaire qui l’accompagnent. C’est là que son ironie s’exerce. Il voit aussi, dans l’impertinence de ces jeunes gens qui ne se tiennent pas à leur place, une conséquence des idées de mai 1968 contre lesquelles il a montré une opposition déterminée. » En revanche, sur le plan épistémologique, à propos de la place de la géographie physique ou de la division régionale, il se trouve passablement en accord avec les textes qu’il combat. Il trouve « dans ces outrances une part de vérité ». Parle-t-on de la région, il estime que le procès qui lui est fait n’est pas dépourvu de « pertinence ». »

19La position d’Yves Lacoste est aussi largement politique. Après son pamphlet, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre [Lacoste 1976], il consacre un numéro de la revue Hérodote au paysage (1977), puis deux au terrain (1977, 1978) ; ils sont intitulés plus exactement L’enquête et le terrain. Yann Calbérac les a analysés [Calbérac 2012]. Lacoste reprend un grand nombre de thèmes de son pamphlet. Mais, s’il ne cesse de critiquer la géographie classique, institutionnelle, il ne remet absolument pas en cause le terrain. Sur ce point, un article de Bernard Kayser enfonce le clou. Il définit une éthique du chercheur qui doit être engagé auprès des populations dont il parle. Il ne doit pas les dominer mais partager leurs combats [Kayser 1978].

20Finalement, en ces années 1970, les positions par rapport au terrain sont diverses. Certains géographes réfléchissent à l’organisation de l’espace en ne travaillent qu’à partir de statistiques qu’ils ne confectionnent pas (par exemple, celles de l’INSEE) ; certains élaborent et/ou utilisent des SIG (Systèmes d’Information Géographique) ; pour eux, le terrain n’existe pas plus que le paysage. À l’inverse, d’autres demeurent dans une position traditionnelle, très classique, notamment en géographie physique ; ceux qui la défendent ne participent pas aux polémiques ; elle est alors bien représentée à l’AGF, notamment par son secrétaire général puis président Jean Demangeot ; le livre que Christian Daudel lui consacre s’intitule précisément Jean Demangeot, géographe de terrain [Daudel 2008]. Entre ces deux extrêmes, multiples sont les positions... Dans l’espace vécu d’Armand Frémont [Frémont 1976], le terrain est avant tout les gens qui l’habitent mais il ne s’y réduit pas.

21Dans les années 1990, les positions des géographes demeurent très variées. On est surpris par l’approche vague et plutôt classique de Roger Brunet dans son dictionnaire : « Morceau de terre, mais avec de nombreux sens différents. » [Brunet 1992]. On l’est aussi quand on voit la variété des approches du terrain dans la Géographie universelle éditée entre 1990 et 1996 parfois au sein d’un même volume : ainsi, dans le deuxième, le terrain semble lointain dans les pages sur la France contrairement à celles consacrées à la Grèce.

2.2. Le retour du terrain, mais quel terrain ?

22Les réflexions autour du terrain sont nombreuses entre 2008 et 2013, autour de la thèse de Yann Calbérac soutenue en 2010. En 2008, un colloque intitulé Les dimensions du terrain en géographie. À travers l’espace de la méthode est organisé à Arras et plusieurs revues publient des numéros spéciaux consacrés au terrain : le BAGF en 2007, L’Information géographique en 2008, les Annales de géographie en 2012 (les articles reprenant certaines communications du colloque d’Arras) et Belgéo, revue belge de géographie, en 2013. Cette même année Paul Claval s’interroge sur le rôle du terrain en géographie.

23Les approches actuelles du terrain sont très variées, comme le montre la diversité des thèmes retenus pour le colloque d’Arras (1. Géographie de la méthode de terrain – 2. Le géographe de/au terrain – 3. Histoire ou historicisation des pratiques et du statut du terrain – 4. Récits de terrain – 5. Elaboration théorique de la question du terrain en géographie – 6. Rapport avec les autres « disciplines » de terrain).

24Par ailleurs, le terrain reste toujours très présent dans l’enseignement supérieur : presque toutes les universités proposent des stages de terrain pour les étudiants géographes et des professeurs s’interrogent sur cet « enseignement » [Zrinscak 2010, Vergnaud & Le Gall 2017]. Par ailleurs, la revue Feuilles de Géographie consacre un numéro spécial à cette question en 2019, les articles reflétant le plus souvent des expériences concrètes.

25Enfin, le terrain demeure aussi très présent dans la pratique et les écrits des géographes. Ainsi, quand Pascal Clerc se trouve à São Paulo pour participer à un semi-marathon, le géographe, qui sommeille en lui, décrit dans son blog Géographies buissonnières une expérience de terrain [Clerc 2019].

Conclusion

26Le terrain pose toujours problème... Isabelle Lefort écrit à juste titre en 2012 qu’il est « l’Arlésienne des géographes ». La conception du terrain, l’idée que l’on s’en fait est très différente selon les époques. La perception que les géographes se font du terrain est révélatrice de l’évolution de la discipline. En 1920, les élèves de Vidal pratiquent une géographie naturaliste, où la pratique du terrain est reine. On les imagine, au sens littéral du terme prendre une poignée de terre, tel Louis Poirier (le futur Julien Gracq, 1974) quand Emmanuel de Martonne lui fait découvrir les « marnes vertes ». À partir des années 1970, les multiples conceptions du terrain vont de pair avec l’éclatement de la discipline. Aujourd’hui, malgré les multiples acceptions, la conception du terrain est significative d’une discipline devenue pleinement une science sociale.

27Et en même temps, le terrain est un élément permanent de la géographie. Au début du 20ème siècle comme au 21ème, les congrès internationaux de géographie et bon nombre de colloques proposent une, voire plusieurs journées d’excursion, de découverte de terrain. Finalement, ce terrain serait-il au coeur de l’évolution de la géographie ? Et serait-il même un élément majeur de l’évolution de la discipline ?

Haut de page

Bibliographie

Arbos, Ph. (1922) – « Questionnaires pour l’étude de la vie pastorale en montagne », Revue de Géographie Alpine, vol. 10, n° 3, pp. 489-494, https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1922_num_10_3_1737

Arbos, Ph. (1929) – « Questionnaire d’enquête géographique, [destiné à l’exploration de l’Auvergne] », Revue d’Auvergne, tome 43, pp. 11-18.

Berdoulay, V. (1981) – La formation de l’Ecole française de géographie (1870-1914), Paris, Bibliothèque nationale, CTHS, Mémoires de la section de géographie n° 11, 245 p.

Blanchard, R. (1913) – « Questionnaire d’enquêtes géographiques en montagne », Recueil des travaux de l’Institut de géographie alpine, [Revue de Géographie Alpine], vol. 1, n° 1, pp. 85-90, https://www.persee.fr/doc/rga_0249-6178_1913_num_1_1_5572

Blanchard, R. (1963) - Je découvre l’Université. Douai, Lille, Grenoble, Paris, Fayard, 215 p.

Brunet, R. & al. (1992) – Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, Montpellier, Reclus, Paris, Documentation française, 470 p.

Calberac, Y. (2010) – Terrains de géographes, géographes de terrain : Communauté et imaginaire disciplinaires au miroir des pratiques de terrain des géographes français du XXe siècle. Lyon, thèse de doctorat Lyon 2, dir. I. Lefort. http://www.theses.fr/2010LYO20110

Calbérac, Y. (2012) – « Hérodote (1977-4 et 1978-1), l’enquête et le terrain », Carnets de géographes, n° 4, https://journals.openedition.org/cdg/1013

Claval, P. (2013) – « Le rôle du terrain en géographie. Des épistémologies de la curiosité à celles du désir », Confins, n° 17, https://journals.openedition.org/confins/8373

Clerc, P. (2019) – « Les couvertures grises », Géographies buissonnières, 18 septembre, https://geobuis.hypotheses.org/906

Daudel, C. (2008) – Jean Demangeot, géographe de terrain, Paris, L’Harmattan, 350 p.

De Martonne, E. (1906) – « La première excursion géographique interuniversitaire », Annales de Géographie, n° 79, pp. 70-71, https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1906_num_15_79_5041

Demangeon, A. (1907) – Dictionnaire-manuel illustré de géographie, Paris, Armand Colin, 870 p.

Demangeon, A. (1909) – « Enquêtes régionales. Type de questionnaire », Annales de Géographie, n° 97, pp. 78-81, https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1909_num_18_97_6753

Demangeon, A. (1911) – « La Montagne dans le Limousin. Etude de géographie humaine », Annales de géographie, n° 112, pp. 316-337, https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1911_num112_7316

Feuilles de Géographie (2019) - « Expériences de terrain et pratiques d’enseignement hors-les-murs en géographie », septembre, https://feuilles-de-geographie.parisnanterre.fr/2019/09/13/numero-special-experiences-de-terrain-et-pratiques-denseignement-hors-les-murs-en-geographie

Elissalde, B. (2004) – « Terrain », Hypergeo, http://www.hypergeo.eu/spip.php?article94

FrémonT, A. (1976) – La Région, espace vécu, Paris, Flammarion, 223 p.

George, P. (1970) – Dictionnaire de la géographie, Paris, PUF, 448 p.

Giusti, C. (2004) – « Géologues et géographes français face à la théorie davisienne (1896-1909) : retour sur « l’intrusion » de la géomorphologie dans la géographie », Géomorphologie, vol. 10, n° 3, pp. 241-254, https://www.persee.fr/doc/morfo_1266-5304_2004_num_10_3_1221

Ginsburger, N. (2010) – « La guerre, la plus terrible des érosions ». Cultures de guerre et géographes universitaires, Allemagne-France-Etats-Unis (1914-1921), Nanterre, Thèse de doctorat, Université Paris 10, 1682 p.

Gracq, J. (1974) – Lettrines 2, Paris, José Corti, 1974, pp. 149-150 (réédition, Paris, Gallimard, La Pléiade, tome II, 1995, p. 342).

Grataloup, C. & Levy, J. (1976) – « Des géographes pour une autre géographie », Le Monde, 14-15 mars.

Kayser, B. (1978) – « Sans enquête, pas de droit à la parole ! », Hérodote, n° 9, janvier-mars, p. 6-18.

Lacoste, Y. (1976) - La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, Paris, Maspéro, 187 p.

Lefort, I. (2012) – « Le terrain : l’Arlésienne des géographes », Annales de Géographie, n° 687-688, pp. 468-486, https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2012-5-page-468.htm

Le Lannou, M. (1976) – « Des géographes contre la géographie », Le Monde, 8-9 février.

Musée Albert Kahn (1993) – Jean Brunhes. Autour du monde, regards d’un géographe/regards de la géographie, Boulogne, 347 p.

Pinchemel, P. & Tissier, J.-L. (1979) – Jean Dresch, un géographe des déserts et des hommes, vidéogramme, Saint-Cloud, ENS.

Robic, M.-C. (1993) – « La creación de los Annales de Géographie (1891). Estrategia universitaria y geografia humana », Documents d’anàlisi geogràfica, n° 2, pp. 47-64, https://ddd.uab.cat/record/17214

Robic, M.-C. (2010) – « L’ici et l’ailleurs. L’invention du géographe de plein vent », in N. Ortega Cantero, J. García Álvarez & M. Mollá Ruiz-Gómez, Lenguajes y visiones del paisaje y del territorio. Langages et visions du paysage et du territoire. Languages and visons of landscape and territory, Universidad Carlos III de Madrid, UAM Ediciones, Asociacion de Geografos Espanoles, Grupe de trabajo de Historia del Pensamiento Geografico, pp. 277-288.

Sivignon, M. (2011) – « Maurice Le Lannou (1906-1992) », in Ph. Pinchemel, M.-C. Robic & J.-L. Tissier, Deux siècles de géographie française. Une anthologie, Paris, CTHS, pp. 324-325.

Sorre, M. (1909) – « Monographies communales », Bulletin de la Société languedocienne de géographie, t. 23, pp. 297-307.

Vergnaud, C. & Le Gall, J. (2017) – « Le stage de terrain : que transmet-on en tant qu’enseignant-chercheur ? », Carnets de géographes, n° 10, http://journals.openedition.org/cdg/1206

Vidal De La Blache, P. (2019) – Carnet 9, Allemagne et Varia, présentation par M.-C. Robic & J.-L. Tissier, Paris, éd. Macula, 204 p.

Volvey, A. (2003) – « Terrain », in J. Lévy & M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, pp. 904-906

Wolff, D. (2001) – « À travers les correspondances : l’envers ou l’enfer de l’excursion... », in G. Baudelle, M.-V. Ozouf-Marignier & M.-C. Robic, Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Chapitre 22, pp. 329-342.

Wolff, D. (2005) – Albert Demangeon (1872-1940). De l’école communale à la chaire en Sorbonne, l’itinéraire d’un géographe moderne, Thèse (dir. M.-C. Robic), Université de Paris I, 865 p.

Wolff, D. (2013) – « La pratique de terrain d’un géographe moderne, Albert Demangeon (1872-1940) », Belgeo, n° 2013-2, http://journals.openedition.org/belgeo/10791

Wolff, D. (2018) – « Du terrain à l’œuvre : le travail d’un géographe polyvalent », in N. Ginsburger, P. Latour, M._C_ Robic, Y. Sordet & D. Wolff, Un géographe de plein vent. Albert Demangeon (1872-1940), Paris, Bibliothèque Mazarine, Editions des Cendres, pp. 55-75.

Wolff, D. (2020, à paraître) – « Subir le présent, œuvrer pour le futur : Albert Demangeon, ses collègues et ses disciples dans la tourmente (1939-1940) », in N. Ginsburger, M.-C. Robic & J.-L. Tissier (dir.), Géographes français dans la Seconde Guerre mondiale, Paris, Editions de la Sorbonne.

Zrinscak, G. (2010) – « Enseigner le terrain en géographie », L’Information Géographique, vol. 74, n° 1, pp. 40-54, https://doi.org/10.3917/lig.741.0040

Haut de page

Notes

1 L'expression « géographie moderne », maintes fois employée par les élèves de Vidal de la Blache, est préférable à celle de "géographie vidalienne" qui recouvre trop de différences de générations et de façons de faire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Wolff, « Cent ans (et plus) de terrain en géographie  »Bulletin de l’association de géographes français, 97-1/2 | 2020, 38-47.

Référence électronique

Denis Wolff, « Cent ans (et plus) de terrain en géographie  »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 97-1/2 | 2020, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/6303 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.6303

Haut de page

Auteur

Denis Wolff

Agrégé de géographie, Equipe EHGO, UMR 8504, Géographie-Cités, 13 rue du Four, 75006 ParisCourriel : 56dwolff75[at]orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search