Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97-1/2100 ans de visions et lectures aé...

100 ans de visions et lectures aériennes

One century of aerial surveys and readings
André Humbert et Colette Renard-Grandmontagne
p. 48-63

Résumés

Le XXe siècle a enfin offert aux géographes la possibilité de s’élever au-dessus de la surface de la terre pour l’observer de façon distanciée. Si, contempler la terre de haut est un enchantement que les géographes du début du siècle ont éprouvé et exprimé avec enthousiasme, ils ont mis beaucoup de temps pour en faire un usage courant dans leurs publications, ce que montre, en particulier, un dépouillement systématique de la revue du BAGF depuis son premier numéro. Aujourd’hui, la photographie oblique est surclassée par des documents plus rigoureux, mais le regard oblique, qui garde sa réalité aux paysages, peut apporter beaucoup au géographe, si celui-ci s’impose d’y mettre de l’ordre pour que la profondeur de son observation mette en évidence l’organisation spatiale qui lui est offerte d’un seul regard.

Haut de page

Texte intégral

1La vision aérienne et son substitut qu’est la photographie aérienne sont bien antérieurs à la fondation de l’AGF. L’aérostier Félix Tournachon dit Nadar (1820-1910) aurait pris le premier cliché aérien en 1858, au-dessus de Petit-Bicêtre (actuel Petit-Clamart), au sud de Paris, depuis un ballon captif à 80 m d’altitude. Le cliché a disparu. Celui de la ville de Boston, « Boston, comme l’aigle et l’oie sauvage le voient », réalisé par James Wallace Black, le 13 octobre 1860, à partir d’une montgolfière à 1200 pieds (365 mètres environ) de haut est attestée et est considérée comme la photographie aérienne la plus ancienne.

2Les géographes n’ont pas été les premiers photographes aériens, ni les premiers utilisateurs. Ils n’en ont bien sûr pas l’exclusivité. Les militaires en ont produit beaucoup notamment pendant la Première Guerre mondiale (Fig. 1). Les archéologues, eux aussi, ont abondamment utilisé les aéronefs pour repérer des vestiges enfouis dans le sol. Un des plus célèbres est le Père Poidebard, « archéologue des airs » qui après la guerre 1914-1918 détecta le limes romain, au Proche-Orient, et les ruines sous-marines du port antique de Tyr. Plus tard, à partir des années 1950, Roger Agache (1926-2011) a découvert un nombre considérable de sites romains et antiques dans les labours de Picardie.

Figure 1 – Village de Vaxy (Saulnois, Moselle annexée) depuis un ballon captif (1914)

Figure 1 – Village de Vaxy (Saulnois, Moselle annexée) depuis un ballon captif (1914)

Le ballon captif permettait des observations lointaines jusqu’à Nancy (30 km maximum à vol d’oiseau) et repérait notamment l’arrivée des avions français qui faisaient des incursions derrière le front. Il permettait aussi le guidage des pièces d’artillerie, en particulier le « gros Max » (moins imposant que la « grosse Bertha ») installé dans une forêt, à 2 km de Vaxy. Cette photographie est un sous-produit de l’observation militaire.

Source : Coll. R. Berton

3Dans un compte-rendu intitulé « La photographie d’avion au service de la géographie aux États-Unis et en Suisse » de deux ouvrages publiés respectivement en 1922 et 1924, E. de Martonne signale dans le n° 185 des Annales de Géographie (1924), que « le Comité National de Géographie, présidé par le Général Bourgeois [de 1920 à 1945] a obtenu que l’aviation militaire prête son concours pour la prise de vues géographiques choisies par une commission de professeurs ». D’après le dépouillement des archives du CNFG effectué par notre collègue Marc Galochet, cette commission de professeurs pouvait être une des cinq commissions permanentes, celle de Cartographie et topographie du CNFG, présidée également par le Général Robert Bourgeois qui était aussi depuis 1911 Directeur du Service Géographique des Armées (SGA). Les membres de cette commission étaient Robert Perret (secrétaire), Henry Barrère (éditeur cartographe), P. Corbin, L. Desbuissons, P. Girardin, le Colonel Lamothe, H. Lorin, F. Schrader, Pierre Termier (géologue), le Colonel Tilho, Ch. Vallot.

4C’est donc dès les années 1920 que des géographes ont découvert des photographies aériennes encore très peu nombreuses. Durant le siècle écoulé, quels ont été les principaux producteurs de clichés aériens ? Quels géographes ont utilisé ces documents iconographiques qui, au fil du temps, se sont banalisés ? Pour quelles utilisations scientifiques ? Quelles furent leurs places dans l’enseignement universitaire et dans le secondaire ? Ce fut tout d’abord le temps de l’enchantement puis celui de la domination de la vue verticale qui n’exclut néanmoins pas une lecture systémique des vues obliques.

1. Le temps de « l’enchantement »

5Emmanuel de Martonne a été un ardent promoteur de la photographie aérienne comme en témoignent au moins trois de ses écrits. A l’article des Annales de géographie déjà cité, les archives du CNFG nous livrent le procès-verbal de l’Assemblée générale du 20 juin 1927, publié en 1928 dans le Bulletin du CNFG année 1927, au cours de laquelle il a fait une communication sur la « Photographie aérienne au service de la Géographie » en s’appuyant sur un grand nombre de clichés. La troisième référence est plus tardive. En 1948, 10 ans après le Premier Congrès de Géographie Aérienne organisé par l’Union syndicale des Industries Aéronautiques, il publie Géographie aérienne dans laquelle la 3ème partie, « Physiographie aérienne », est consacrée à la vision aérienne. Cet ouvrage comprend un cahier central de 48 planches rassemblant 72 photographies noir et blanc, non datées. Ce corpus photographique est composé de 5 photographies au sol, 5 vues aériennes verticales dont celles du « Bocage Normand, prairie complantée » et de la Plaine d’Alsace, et 62 photographies aériennes obliques. Presque tous les clichés possèdent une source. On peut repérer 3 fournisseurs principaux : la Compagnie Aérienne Française (C.A.F.) (11 clichés), l’aviation militaire (8 clichés principalement sur le Sahara) et l’IGN (7 clichés). Les photographies aériennes prises par la C.A.F. sont assez nombreuses dans les ouvrages de géographie de la première moitié du XXe s. et invitent à une présentation de cette compagnie.

1.1. La Compagnie Aérienne Française (C.A.F.), « pionnière du travail aérien »

6La Compagnie fut créée le 1er avril 1919 par un groupe d’industriels, la plupart aviateurs pendant la Première Guerre mondiale dont Henri Balleyguier (1887-1969), polytechnicien, ingénieur des Manufactures des tabacs et qui fut administrateur délégué de la C.A.F.

7A l’occasion de son 10ème anniversaire, cette compagnie totalement privée, se vantait en 1929 de n’avoir reçu aucune subvention de l’État. À cette même date, sa flotte comptait 100 appareils et opérait sur 25 bases dont 20 en France ; les autres étant localisées dans l’empire colonial en Asie et en Afrique. Parmi les multiples activités de la compagnie, nous en retiendrons deux principalement : la photo-topographie et la photographie industrielle. Avec son service de photographie appliquée à la topographie, la C.A.F a effectué, pour plus de 450 municipalités, de nombreux plans photographiques de villes et les plans graphiques associés, par exemple Aurillac, Brest en 1923 mais aussi Marseille, Dunkerque, Nîmes, Sfax, Marrakech, Safi, Terrassa, Bucarest, Tanger….. Elle a aussi réalisé des levers cartographiques et cadastraux en Guyane, en 1922, au Canada (cinq millions d’hectares) où elle a créé une filiale en 1929, à la Martinique (superficie totale), en Afrique Equatoriale Française (500.000 hectares), en Tunisie (100.000 hectares).

8Quant à la photographie industrielle, la C.A.F. s’est créée une réputation mondiale en prenant des clichés panoramiques de sites industriels commandés par les entreprises telles que Renault, Dollfus-Mieg et Cie (DMC), les mines de La Houve, la nouvelle filature de Cernay, la direction du port de Strasbourg. En Alsace, plus de 50 propriétaires d’usines ont fait exécuter par cette compagnie des photographies de leurs exploitations. Le 24 Août 1938, la C.A.F. est mentionnée dans le quotidien Le Temps, dans la rubrique « Liquidations judiciaires ». Sa disparition est totale après la Seconde Guerre mondiale [Espérou 2011], alors qu’a été créé l’Institut National Géographique chargé de la première couverture aéronautique intégrale du territoire français entre 1947 et 1965. L’heure n’était plus à l’initiative privée.

1.2. Pourquoi l’enchantement ? « La révolution de la vision »

9La vision aérienne présente deux avantages majeurs sur la vision banale du promeneur. C’est à Pierre Deffontaines et à Mariel Jean-Brunhes Delamarre que nous empruntons le premier extrait de texte : « La transformation la plus étonnante provoquée par le voyage en avion n’est pas seulement une révolution de vitesse, mais aussi une révolution de vision. L’avion a réalisé un changement total dans la manière de voir la terre, un changement plus grand que celui que [des] premiers navigateurs […]. L’avion a remplacé la vision linéaire et à ras du sol par une vision en surface ou même en volume. Il a apporté ainsi un nouveau point de vue sur la terre et il représente, au vrai, le plus merveilleux mode de connaissance, au point que la terre apparaît, vue d’avion, comme une nouvelle planète. » (T. 1)

10Le second a été écrit par E. de Martonne dans l’introduction de la 3ème partie de Géographie aérienne : « L’avantage essentiel de la vision aérienne est de permettre à la fois la perception des détails et celle des ensembles, l’analyse et la synthèse. […] Cependant il faut avouer que les vols les plus intéressants laissent un regret : la rapidité avec laquelle défilent les images. Le survol d’un pays peu connu […] est, pour le morphologue, un véritable enchantement ».

11L’avion est ce qu’André Humbert a appelé le « macroscope du géographe » [Humbert 2012] en adaptant une titre de Joël de Rosnay, qui permet la prise de distance des espaces observés et aide à la délimitation des ensembles, à la compréhension de l’organisation des espaces (cf partie 3)

12La vision et l’observation aérienne directes sont effectivement sources d’émerveillement et procurent entre autres aux géographes des clés de lecture des espaces survolés. Dès 1924, E. de Martonne a écrit que « l’avion apporte un complément à la documentation photographique, complément précieux et qu’on peut dès à présent considérer comme indispensable [mais pas exclusif] ». Elles n’ont été et ne sont encore que le privilège d’un petit nombre même si les passagers bénéficiant d’un hublot sur un moyen ou long courrier peuvent en avoir un aperçu.

2. Utilisations des photographies aériennes par les géographes et dans l’enseignement de la géographie

13Les publications scientifiques des géographes constituent un révélateur de l’intérêt porté à ce complément documentaire ainsi qu’à ses utilisations [Humbert, Courtot & Renard 2013]. Il nous a paru pertinent de dépouiller d’une part, à l’occasion de la célébration de ce centenaire, l’ensemble des numéros du Bulletin de l’Association de Géographes Français qui est une des plus anciennes revues généralistes de géographes et, d’autre part de présenter deux publications entièrement consacrées aux vues aériennes.

2.1. Un recours tardif et limité aux photographies aériennes dans le BAGF

14Alors que les figures (croquis, courbe topographique, coupe géologique, carte structurale, croquis morphologique, etc.) apparaissent dès les numéros 6 (1925), 7 et 8 (1926) et deviennent de plus en plus nombreuses à partir des bulletins des années 1930, il faut attendre le n° 95 de mars 1936 pour que soient reproduites les premières photographies en noir et blanc dans le compte-rendu d’excursion de l’AGF dans les Alpes niçoises sous la direction de L. Perriaux. Aucune des 8 photos titrées n’est aérienne même si deux d’entre elles sont proches d’une prise de vue oblique (photos III et X). Cette publication apparaît exceptionnelle car de nouvelles photographies ne sont reproduites que vingt ans plus tard, en 1956 (n° 259 et 260).

15La décennie 1950-1959 peut être perçue comme celle du changement en matière d’utilisation de la photographie, parfois aérienne, par les géographes publiant dans le BAGF (A. Libault, F. Verger, G. Baeckeroot, G. Chabot, J. Dresch). Henri Enjalbert (n° 273, avril 1958) introduit les premières photos aériennes obliques montrant la dissection en « serres » des Andes occidentales.

16Au cours de la décennie suivante (1960-1969), les photographies continuent à se multiplier même si elles restent nettement inférieures, en nombre, aux figures qui deviennent, elles, courantes dans presque tous les articles. Les 27 photographies dont 10 aériennes, de qualité de reproduction inégale, toutes obliques, sont toutes titrées, localisées, mais ne possèdent que rarement une source et ne sont jamais datées. L’innovation de cette décennie revient à Gérard Galibert qui, dans ses deux articles (n° 290, mars 1960 ; n° 303, janvier 1962), a accompagné chacune de ses photos de la haute montagne alpine, d’un très long commentaire et, encore plus, d’un « croquis de repérage » (Fig 2a et 2b) qui, pour nous, préfigure le croquis d’interprétation (cf partie 3).

17Les trois décennies 1970-1979, 1980-1989 et 1990-1999 apparaissent comme un étiage par leur faible nombre de photographies. Aucune des 14 photos de la décennie 1970-1979 n’est aérienne ; une seule l’est sur les 9 photographies publiées entre 1980-1989 et 3 le sont entre 1990-1999. L’heure est déjà à une prise de distance plus importante par le recours à l’image satellite (3 entre 1990 et 1999) et à la télédétection (n° 412, 1973).

18Durant les deux premières décennies du XXIe s, le passage de la photographie argentique à la photographie numérique favorise probablement la prise de clichés personnels, en particulier au sol. Ce sont plus de 100 clichés au sol dont ceux de nombreux géomorphologues (Monique Fort, Denis Mercier, Dominique Sellier…) qui supplantent les 13 photos aériennes. Depuis 2013 et la publication en ligne du BAGF, la couleur a fait une entrée en force dans la revue ce qui stimule les auteurs. Près de 150 photos horizontales, 11 aériennes issues en partie du CERPA (Centre de Ressources sur les Paysages) et 6 images satellitaires. Le déséquilibre flagrant entre photographies aériennes et images satellitaires d’une part et photographies au sol d’autre part est vraisemblablement dû à la difficulté de se procurer celles-là.

19Le plus grand nombre de ces clichés notamment aériens a pour principale finalité d’illustrer des formes physiques.

Figure 2a – La Dent d’Hérens (4180 m) vue depuis le sommet O. du Mont Cervin (4481m). Fin Juillet 1956

Figure 2a – La Dent d’Hérens (4180 m) vue depuis le sommet O. du Mont Cervin (4481m). Fin Juillet 1956

Source : G. Galibert, BAGF, 1960, n° 290

Figure 2b – Croquis de repérage

Figure 2b – Croquis de repérage

1. Paroi rocheuse en exposition N - 2.Glacier de paroi – 3. Enneigement saisonnier variable des parois mixtes (Etage de la Haute Montagne Alpine) – 4. Carapace de neige glacée (Etage de la Haute Montagne Alpine Englacée) – 5. Pieds de parois – 6 Murailles de base et murs de rimaye – 7 Crêtes principales et secondaires – 8 Pointillés : rimaye vraie ; tirets : rimaye dynamique, carapace-glacier ; croix : séracs de paroi -.9. Formes de transition, postglaciaires, couloirs rocheux, entonnoirs, niches, cirques.

2.2. Une publication majeure : Atlas aérien France (1956-1964)

20L’Atlas aérien France [métropolitaine] des géographes P. Deffontaines et Mariel Jean-Brunhes Delamarre (1905-2001), géographe et ethnologue, fille du « géo-photographe » Jean Brunhes, comprend 5 tomes édités entre 1956 et 1964 selon un découpage régional qui peut étonner plus d’un demi-siècle après. A titre d’exemple, cette vue emblématique du méandre encaissé du Lot à Luzech (Fig. 3) avec son lobe, son pédoncule, ses rives concaves escarpées et ses rives convexes en pente douce, un des 320 clichés en noir et blanc commentés du tome III. Les clichés obliques alternent avec les clichés verticaux fournis par le Ministère de la Reconstruction et du Logement, par l’Armée de l’Air et principalement par l’IGN, créé en 1940.

Figure 3 – « Les boucles et cingles du Lot en aval de Cahors »

Figure 3 – « Les boucles et cingles du Lot en aval de Cahors »

Cette photographie est aussi reproduite dans la publication Vocabulaire Géographique (cf 2.3) pour illustrer « à la fois les modifications des rivières par les méandres et le calibrage des vallées fluviales par évolution des méandres ». Elle permet l’acquisition des termes de lobe, pédoncule, rive convexe, rive concave, vallée calibrée, auge alluviale. Elle ne mentionne pas la polyculture variée de la vallée (vignes, pêchers, fraisiers, tabac, céréales, prairies).

Source : Cl. Ray-Delvert in P. Deffontaines et M. Jean-Brunhes Delamarre, Atlas aérien France, Tome III, 1958

2.3. La photographie aérienne, support d’apprentissage des formes et d’acquisition d’un vocabulaire géographique

21Dès 1943, R. Clozier, Inspecteur Général de l’Instruction Publique, faisait une courte communication à l’AGF intitulée « Les images et l’enseignement de la géographie » (BAGF, n° 155-156, p. 84). Photographies, cartes, diagrammes placent « l’élève devant la réalité, devant le concret des choses » et permettent de « supprimer le verbalisme qui est l’une des plus graves menaces pesant sur notre enseignement géographique ». Ce projet pédagogique se concrétisa en 1955 avec la publication de la 1ère édition de Vocabulaire Géographique par la Documentation française.

22C’est la seconde édition enrichie de 1966-1968 qui a été analysée. Trois volumes composent cet imagier géographique : T. I. Les formations végétales dans le monde (42 planches), T. 2. Le relief. Paysages morphologiques (66 planches) et T. 3. Les formations littorales (24 planches). Les photos aériennes ne représentent que moins de la moitié (57) de l’ensemble des planches (131planches) et sont au service de la présentation et de l’apprentissage des formes topographiques et géomorphologiques continentales (35) et littorales (17). Les photographies aériennes verticales, toutes de l’IGN, sont très minoritaires (6 dont 3 pour les formes littorales : flèche littorale et estuaire (Pointe d’Arçay, Vendée ; atoll, récifs frangeants (Archipel de la Société, Polynésie) et marais (L’anse de l’Aiguillon, Vendée).

23Le très faible recours aux clichés aériens verticaux est peut-être dû à des droits de reproduction trop coûteux mais probablement aussi à une lecture plus difficile des vues aériennes verticales qui écrasent les dénivelés. Le « concret » souhaité par R. Clozier ne correspond pas à la vue courante d’un élève. Lire des vues aériennes mais aussi des images satellitaires nécessite un apprentissage et notamment celui de la connaissance et de la reconnaissance des formes, des objets vus du haut. Durant plusieurs décennies, les photos aériennes verticales ont été support d’apprentissage de lecture, avec ou sans lunettes binoculaires stéréoscopiques, pour de nombreuses générations d’étudiants de géographie tout comme les orthophotos sont devenues des incontournables des cursus de géographie ou de géographie-aménagement [Boquet 2018].

24Une orthophoto est une photographie aérienne verticale numérique dont tous les pixels ont été recalculés en fonction de la déformation marginale introduite par l’appareil photographique et des altitudes du terrain. Les variations d’échelle sont d’autant plus importantes que le terrain est plus accidenté. Les parties les plus hautes sont à une échelle plus grande que les fonds de vallée. Ainsi corrigées, « redressées », les orthophotos sont facilement intégrables à des SIG, utilisables dans des logiciels de DAO, PAO et permettent de mesurer la longueur, la surface de tout objet du sol, visible à l’écran, tels que routes, champs, occupation du sol… De nouveaux prestataires privés sont apparus sur le marché, aux côtés de l’opérateur traditionnel qu’est l’IGN, tels que la Sarl « l’Europe vue du ciel » fondée en 1999.

25Les « travaux aériens » ont tout d’abord servi et servent encore à l’élaboration de cartes et de plans à grande échelle. Ils ont été principalement utilisés comme illustration des formes physiques à la surface de la Terre par les géomorphologues du XXe s. jusqu’à la fin des années 1960. Aujourd’hui, les photographies aériennes verticales historiques 1950-1965 ont été numérisées et sont consultables sur le site de Géoportail ainsi que sur le site « remonter le temps » du portail IGN. Elles permettent de visualiser les évolutions des territoires notamment périurbains ou industriels. Alors que l’orthophotographie triomphe chez certains géographes, chez les aménageurs, quelques géographes, dont nous sommes, ont conservé de l’intérêt pour la photographie aérienne oblique et la photointerprétation.

3. Le temps des systèmes : la photographie aérienne oblique pour expliquer les géosystèmes

3.1. De la confusion d’un regard trop riche

26S’il est vrai, comme le dit avec enthousiasme E. de Martonne, que la photographie aérienne nous apporte à la fois « l’analyse et la synthèse », il faut bien admettre que la perception, à la fois des détails et de la globalité de la scène, exige une mise en ordre. Dans une contribution à l’ouvrage sur la vision aérienne [Dorrian & Pouzin 2012], Marie-Claire Robic estime que Jules Blache, lorsqu’il survolait le Moyen-Atlas marocain, mêlait trop facilement tous les niveaux des paysages qu’il observait. Elle le soupçonnait même de mêler au regard aérien des observations faites au sol sur les cèdres de l’Atlas. Il est vrai que la vision que l’on a au cours du survol d’un espace géographique quelconque est une perception qui englobe à la fois des détails (une ferme, une parcelle particulière par son contenu ou sa forme) et des ensembles larges. Or, la vision aérienne offre, au même moment, dans la même seconde, ces deux niveaux d’observation, et toutes les échelles intermédiaires. En quelque sorte, d’un seul regard, le géographe volant saisit « l’élément et le système », même si ce dernier exige, pour démontrer sa réalité fonctionnelle, d’être mis en relation avec tous les autres ensembles et tous les éléments du tableau.

3.2. Du faciès géographique à l’élément significatif : une hiérarchisation nécessaire

27Depuis les débuts de l’usage de la photographie aérienne oblique par les géographes, ceux-ci se sont efforcés de concevoir des méthodes de lecture qui donnent à ce document une autre fonction que celle de l’illustration. A la fois navigants et géographes, nous avons élaboré, il y a plus d’un quart de siècle, une méthode d’interprétation qui prend en compte la hiérarchisation des espaces saisis globalement depuis un avion.

28Le principe de base est d’entrer, toujours, dans un paysage observé, par le haut et non par les détails, ceci afin de dégager d’emblée les grandes articulations de l’agencement spatial d’une scène. Cette approche lointaine est largement intuitive : il suffit seulement de mettre en évidence des différences manifestes – des « macro-hétérogénéités » – dans la répartition des masses du paysage, de déceler des discontinuités, des ruptures qui séparent des ensembles sinon homogènes du moins suffisamment distincts les uns des autres pour qu’ils apparaissent comme des personnalités au faciès original.

29Si ces grands faciès ne sont pas forcément uniformes dans leur contenu, cela signifie qu’ils peuvent, à leur tour, contenir des sous-ensembles suffisamment différenciés pour être repérables (micro-hétérogénéité, [Alexandre & Abbadie 2013]. Ce n’est pas toujours le cas. Quoi qu’il en soit, la diversité à l’intérieur des sous-ensembles s’exprime à travers des agencements et des collections d’objets qui, par leur présence, indiquent des fonctions actuelles ou passées.

30Plus on avance dans la « profondeur » des paysages, dans leur intimité, plus l’observation devient précise, « raisonnée », plus elle demande de culture géographique, de connaissance des mécanismes fonctionnels et des formes qui leur sont associées. S’il n’est pas nécessaire d’être géographe pour distinguer les faciès dans un paysage, il faut, en revanche, avoir une culture géographique pour reconnaître un type d’habitation, une culture particulière (maïs, riz…), une usine chimique ou une cave coopérative.

31Toutes les étapes – tous les niveaux – sont cependant solidaires ; la vue distanciée présente l’avantage décisif de ne jamais séparer les niveaux et de les mettre constamment en relation : un objet significatif – caractéristique – est localisé dans un faciès – éventuellement dans un sous-ensemble -, donnant du sens à ces espaces.

32Cette analyse « descendante » trouve son prolongement naturel dans une expression graphique qui synthétise les étapes de l’observation et fournit un outil didactique appréciable. Le principe de cette représentation est simple puisqu’il restitue, grâce à une différenciation claire des figurés, les grandes étapes de l’analyse. Pour que cette démonstration soit plus clairement comprise, nous présentons un exemple simple d’analyse de paysage conduite de cette manière.

33L’exemple retenu est un classique des paysages ruraux français puisqu’il s’agit d’un segment du vignoble de Bourgogne entre Dijon et Beaune (Fig. 4a). Le plan qui a été retenu pour cette démonstration est un plan moyen qui accorde une importance évidente à l’agglomération de Nuits-Saint-Georges par la surface notable qu’elle occupe sur le document. Il semble donc pertinent de retenir un faciès « urbain » s’opposant à un faciès franchement rural. Ceci ne serait sans doute pas le cas, si la vue était beaucoup plus large et que les taches « urbaines » se dissolvaient dans une matrice agraire majoritaire.

34Dans ce document, ce sont donc deux faciès majeurs qui s’imposent : un faciès dense, construit, au centre d’un autre faciès que l’on peut nommer rural. La représentation graphique de ces deux ensembles est exprimée par deux teintes en à-plats qui traduisent simplement une plus grande densité visuelle du tissu urbain comparativement à la campagne plus lisse et plus vide. Deux cartouches représentent ces deux faciès dans un stade embryonnaire de la légende (Fig. 4b).

Figure 4a – Le vignoble bourguignon à Nuits-Saint-Georges vu vers le nord, juin 2019

Figure 4a – Le vignoble bourguignon à Nuits-Saint-Georges vu vers le nord, juin 2019

Source : Cl. A. Humbert

Figures 4b et4c – Les grands faciès et les sous-ensembles de paysages

Figures 4b et4c – Les grands faciès et les sous-ensembles de paysages

Figures 4d et 4e– Des éléments caractéristiques et croquis d’interprétation de la photographie aérienne de Nuits-Saint-Georges

Figures 4d et 4e– Des éléments caractéristiques et croquis d’interprétation de la photographie aérienne de Nuits-Saint-Georges

Source : Réalisation A. Humbert

35L’examen du faciès urbain montre, à l’évidence, que le tissu de la ville présente des aspects très différents selon les secteurs considérés. En effet, il est facile de discerner un centre dense à l’habitat serré que l’on distingue facilement d’une périphérie proche au bâti plus hétérogène et surtout plus aéré. Ce deuxième sous-ensemble se distingue à son tour des extensions pavillonnaires qui prolongent l’agglomération vers le nord et vers l’ouest. Enfin, le vaste appendice qui s’étend à l’est de la ville proprement-dite ne peut être confondu avec le reste : on reconnaît en lui, immédiatement, une zone d’activités. Ce sont donc quatre sous-ensembles de la ville qu’il faut représenter sur le croquis et dans la légende. Pour que cette représentation soit bien claire, nous choisissons de superposer des trames bien lisibles sur l’à-plat du premier niveau. Nous leur donnons un aspect et une densité qui rappelle, à la fois, la densité et l’organisation des faciès réels. Dans la légende, cette hiérarchisation spatiale est exprimée à la fois par l’utilisation de cartouches de taille inférieure aux premiers et par une mise en retrait de ceux-là par rapport au premier niveau (Fig. 4c).

36Le troisième niveau d’analyse est celui des éléments ou objets significatifs des sous-ensembles qui ont été distingués. Ceux-ci sont évidemment nombreux mais il s’agit de retenir ceux qui sont les plus significatifs des fonctions urbaines -présentes ou passées – des différents sous-ensembles distingués dans la masse urbaine. Il est possible de souligner, en l’ébauchant, un alignement de maisons rappelant l’enceinte ancienne de la ville, ou de représenter un pavillon caractéristique. Nous avons choisi d’ébaucher quelques-uns des grands bâtiments si caractéristiques de la zone d’activités. Les éléments retenus sont évidemment des marqueurs de l’évolution du tissu urbain et de ses caractéristiques. Dans la légende, les éléments caractéristiques occupent un troisième niveau, dans un cartouche plus petit que ceux des niveaux supérieurs et décalé par rapport à ces derniers (Fig.4d).

37La campagne est traitée de la même façon et le géographe reconnaît immédiatement trois sous-ensembles qui se distinguent clairement par leur occupation agricole et leur relief différent. Le plus riche – dans tous les sens du terme – est sans conteste la bande axiale qui porte le prestigieux vignoble de la Côtes des Nuits. Le parcellaire, la trame fine du vignoble, le réseau des chemins de défruitement marquent fortement un paysage emblématique. Il n’est pas difficile de trouver un figuré pour le représenter ni de choisir quelques éléments significatifs pour le troisième niveau d’analyse. Le haut du talus et le plateau qui le prolonge n’ont évidemment pas les mêmes caractéristiques et il convient de représenter quelques objets qui les caractérisent, superposés au figuré dont ils ont été habillés. Le même traitement est réservé à la plaine qui prolonge le vignoble vers l’est, où alternent les grandes pièces de céréales et les lambeaux forestiers parfois importants (Fig. 4c et 4d).

38Le croquis d’interprétation final et sa légende arborescente verticale est la superposition des 3 croquis intermédiaires (Fig. 4e)

39Certes, l’analyse du paysage tel qu’elle vient d’être faite, ne répond pas à toutes les questions que l’on peut se poser à son sujet, notamment sur le fonctionnement comme système géographique de l’espace que nous avons sous les yeux. Cependant, de l’ordre a été mis dans cet espace foisonnant qui est saisi brut, et globalement, par l’observateur aérien. Cela lui donne un avantage indiscutable mais le submerge sous une information privilégiée dans laquelle il doit classer et hiérarchiser. De ce traitement, il tire des questions dont la réponse lui sera donnée par d’autres documents. Si nous passons des centaines et des centaines d’heures d’observation et de photographie dans notre nacelle suspendue, ce sont des milliers d’heures que nous mobilisons au sol et dans les archives pour répondre aux questions posées par la photographie aérienne. Par ailleurs, tout espace observé, qu’il soit un système, un fragment de système ou une association de systèmes locaux, a toujours des relations avec les systèmes voisins ou avec des super-systèmes invisibles sur le cliché. Dans le cas que nous présentons, les relations plus ou moins lointaines avec des systèmes voisins ou supérieurs sont évidentes et nous n’avons pas pu nous dispenser de représenter les plus importantes qui viennent parfois transgresser les divisions spatiales locales. Ce sont, en particulier, les grands axes de communication qui empruntent depuis très longtemps le couloir de la Saône et qui ne sont pas étrangers au façonnement des systèmes locaux. Aussi, nous a-t-il paru important de faire figurer le vieil axe routier qu’est la nationale 74, l’autoroute A31 plus récente et le chemin de fer qui n’est sans doute pas étranger au foisonnement industriel de Nuits-Saint-Georges. Même l’antique voie romaine, a eu, autrefois, un rôle important dans le façonnement des espaces géographiques. Des relations invisibles ont aussi joué un grand rôle, même si elles ne s’expriment pas directement dans le paysage. C’est ailleurs que nous les mettrons au jour. Mais les formes imprimées sur la pellicule sont l’expression tangible de toutes ces relations et du support local, elles sont les facettes plus ou moins étendues de « la face de la Terre ».

40Les photographies aériennes obliques, parce qu’elles révèlent des ensembles articulés des paysages et parce qu’elles conservent leur réalité, présentent bien des avantages sur les autres formes d’observation mais elles exigent un effort de mise en ordre et d’être bien plus qu’une exhibition au service d’une entreprise personnelle comme le reproche Didier Lugon [Lugon 2012] au pilote-photographe suisse Walter Mittelholzer (1894-1937) ou même d’une cause humaniste comme celle que défend Yann Arthus-Bertrand avec la qualité des moyens modernes de photographie et d’édition.

3.3. Les autres ressources d’observation distanciée de la planète

41Au regard des moyens dont dispose l’humanité pour observer la terre, la photographie aérienne peut apparaître comme un bricolage scientifique. Nous disposons, en effet, d’images satellitaires prises à 700 kilomètres d’altitude qui ont une fauchée très large (près de 300 km) et nous permettent d’embrasser une scène couvrant une surface considérable telles les images fournies par le satellite d’observation Sentinel 2, lancé en mars 2017 qui alimente le site Geoimages.Cnes (https://geoimage.cnes.fr).

42Depuis quelques années, les drones sont considérés comme un substitut pratique et bon marché de la photographie aérienne oblique. Ils sont même regardés comme un instrument plus souple que l’avion car ils peuvent fonctionner à une altitude plus basse (150 m) que ce dernier et stationner plus longtemps sur un site à observer. Ceci est vrai, et les archéologues ont compris tout l’intérêt du drone pour surveiller l’évolution des fouilles sur un site et sur les mesures précises qu’ils peuvent y pratiquer. Mais, même pour eux, le drone n’est pas prêt de se substituer à l’avion léger pour la détection, sur de grandes surfaces, des sites enfouis.

43Les drones présentent un autre inconvénient non négligeable sur l’avion léger, ce sont les entraves administratives à son utilisation qui en limitent largement l’usage dans le temps et dans l’espace. L’avion, en contact permanent avec le contrôle aérien des zones survolées, ne souffre pas des mêmes limitations altitudinales, ni de survol, puisqu’il peut être contrôlé en permanence. Enfin, le télépilote du drone ne peut prendre des clichés qu’en fonction des observations qu’il réalise sur son écran, par sa lucarne, en quelque sorte. Il est privé, par rapport au géographe-pilote, d’une vision globale quasi illimitée de toutes les échelles de l’espace et de l’escalade ou de la désescalade de celles-ci.

Conclusion

44Pendant un siècle, la photographie aérienne oblique, aux côtés de la photographie verticale, a permis au géographe de prendre ses distances pour lire « la face de la terre ». Certes, on peut reprocher aux géographes d’avoir privilégié leur enthousiasme et de n’avoir pas mis de l’ordre dans des observations trop foisonnantes qui mélangeaient tous les niveaux de regards. Une méthode de lecture qui hiérarchisait les informations s’imposait donc. C’est ce que nous avons voulu présenter ici à partir d’un exemple simple après avoir montré comment la photographie aérienne a servi la discipline tout au long du XXe siècle, chaque fois que les géographes ont privilégié la lecture des formes imprimée sur leur planète.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre, F. & Abbadie, L. (2013) – Continu et discontinu dans l’espace géographique, Presses universitaires François Rabelais, 442 p.

Boquet, Y. (2018) – Géographes et géographies. De la connaissance de la terre à la compréhension des territoires, Éditions Universitaires de Dijon, Collection U21, 444 p.

Esperou, R. (2011) – « Une compagnie pas comme les autres : la C.A.F. (Compagnie aérienne française) 1919-1935 », ICARE, Revue de l’aviation éditée par le S.N.P.L. France Alpha, n° 218, pp. 12- 81

Dorian, M. & Pousin, F. (dir) (2012) – Seize études pour une histoire culturelle. Vues aériennes, Genève, MétisPresse, 250 p.

Humbert, A. (2012) – Le géographe et le tapis volant, Casa de Velazquez, 206 p.

Humbert, A., Courtot, R., Renard, C. (2013) – « Les paysages lus du ciel. De l’intérêt de la photographie aérienne oblique », Méditerranée, n° 120, pp 111-125

Lugon, O. (2012) - « L’aviateur et le géographe : le cas Walter Mittelholzer », dans M. Dorian & F. Pousin (dir), Seize études pour une histoire culturelle. Vues aériennes, Genève, MétisPresse, pp. 117-127.

Renard, C. & Humbert, A. (2014) – « Typologie des paysages de la vigne et de l’olivier » in S. Anglès (éditeur scientifique), Atlas des paysages de la vigne et de l’olivier en France méditerranéenne, Versailles, Quæ, p. 45-74

Robic, M-C (2012) – « Du ciel au sol : la vue aérienne et l’idéal de la vue raisonnée. Les photographies aériennes dans la géographie des années 1920 » in M. Dorrian et F. Pousin, Seize études pour une histoire culturelle, Vues aériennes, Genève, MétisPresse, pp. 129-148.

Sitographie

http://www.entreprises-coloniales.fr/empire/Cie_aerienne_frse.pdf (mis en ligne le 23 novembre 2018, consulté en février 2020)

CERPA : Centre de Ressources sur les Paysages, base documentaire d’images géographiques, http://cerpa.univ-lorraine.fr/

http://www.leuropevueduciel.com/orthophoto-orthophotographie.php

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Village de Vaxy (Saulnois, Moselle annexée) depuis un ballon captif (1914)
Légende Le ballon captif permettait des observations lointaines jusqu’à Nancy (30 km maximum à vol d’oiseau) et repérait notamment l’arrivée des avions français qui faisaient des incursions derrière le front. Il permettait aussi le guidage des pièces d’artillerie, en particulier le « gros Max » (moins imposant que la « grosse Bertha ») installé dans une forêt, à 2 km de Vaxy. Cette photographie est un sous-produit de l’observation militaire.
Crédits Source : Coll. R. Berton
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/6322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 2a – La Dent d’Hérens (4180 m) vue depuis le sommet O. du Mont Cervin (4481m). Fin Juillet 1956
Crédits Source : G. Galibert, BAGF, 1960, n° 290
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/6322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Figure 2b – Croquis de repérage
Légende 1. Paroi rocheuse en exposition N - 2.Glacier de paroi – 3. Enneigement saisonnier variable des parois mixtes (Etage de la Haute Montagne Alpine) – 4. Carapace de neige glacée (Etage de la Haute Montagne Alpine Englacée) – 5. Pieds de parois – 6 Murailles de base et murs de rimaye – 7 Crêtes principales et secondaires – 8 Pointillés : rimaye vraie ; tirets : rimaye dynamique, carapace-glacier ; croix : séracs de paroi -.9. Formes de transition, postglaciaires, couloirs rocheux, entonnoirs, niches, cirques.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/6322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 3 – « Les boucles et cingles du Lot en aval de Cahors »
Légende Cette photographie est aussi reproduite dans la publication Vocabulaire Géographique (cf 2.3) pour illustrer « à la fois les modifications des rivières par les méandres et le calibrage des vallées fluviales par évolution des méandres ». Elle permet l’acquisition des termes de lobe, pédoncule, rive convexe, rive concave, vallée calibrée, auge alluviale. Elle ne mentionne pas la polyculture variée de la vallée (vignes, pêchers, fraisiers, tabac, céréales, prairies).
Crédits Source : Cl. Ray-Delvert in P. Deffontaines et M. Jean-Brunhes Delamarre, Atlas aérien France, Tome III, 1958
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/6322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 4a – Le vignoble bourguignon à Nuits-Saint-Georges vu vers le nord, juin 2019
Crédits Source : Cl. A. Humbert
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/6322/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Figures 4b et4c – Les grands faciès et les sous-ensembles de paysages
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/6322/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figures 4d et 4e– Des éléments caractéristiques et croquis d’interprétation de la photographie aérienne de Nuits-Saint-Georges
Crédits Source : Réalisation A. Humbert
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/6322/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Humbert et Colette Renard-Grandmontagne, « 100 ans de visions et lectures aériennes »Bulletin de l’association de géographes français, 97-1/2 | 2020, 48-63.

Référence électronique

André Humbert et Colette Renard-Grandmontagne, « 100 ans de visions et lectures aériennes »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 97-1/2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/6322 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.6322

Haut de page

Auteurs

André Humbert

Professeur émérite, Université de Lorraine, Laboratoire Loterr, CLSH, 23 Boulevard Albert 1er, 54000 Nancy – Courriel : tapisvolant4[at]gmail.com

Colette Renard-Grandmontagne

Maître de Conférences cum merito, Université de Lorraine, Laboratoire Loterr, CLSH, 23 Boulevard Albert 1er, 54000 Nancy – Courriel : colette.renard-grandmontagne[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search