Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97-1/2Même pas cent ans ! La géographie...

Même pas cent ans ! La géographie du tourisme vue à travers les articles publiés dans le BAGF

Not even a century ! The geography of tourism seen through the papers published in BAGF journal
Maria Gravari Barbas
p. 108-124

Résumés

Cet article, publié à l’occasion de l’anniversaire des 100 ans de l’Association de Géographes Français, répertorie et analyse des articles parus dans le Bulletin de l’Association des Géographes Français (BAGF) depuis sa fondation en 1924 et jusqu’à aujourd’hui. L’article fait un double constat : d’une part la parution tardive (après les années 1960) d’articles sur la thématique touristique dans le BAGF ; d’autre part le faible nombre d’articles publiés dans cette thématique, y compris au cours des années récentes. Cette situation n’est pas propre au BAGF mais caractérise de façon plus générale les revues de géographie. Elle semble témoigner d’une certaine cécité « historique » des géographes pour le phénomène touristique. L’article constate ainsi un décalage entre l’importance culturelle, sociale, économique et spatiale du tourisme et la place que le tourisme occupe dans les travaux des géographes. Il se penche également sur la façon dont les différentes thématiques en rapport avec le tourisme ont été progressivement saisies par les géographes. Si le nombre des articles sur le tourisme parus dans le BAGF au cours des dernières années témoigne d’une progression quantitativement modeste, les thématiques se diversifient progressivement dans des approches à la fois disciplinaires et interdisciplinaires.

Haut de page

Texte intégral

1Dans ce numéro spécial du BAGF publié à l’occasion des 100 ans de l’Association de Géographes Français (AGF), la géographie du tourisme fait partie des branches les plus jeunes de la géographie humaine. Le présent texte, basé sur l’analyse des articles à thématique touristique publiés dans le Bulletin de l’Association de Géographes Français (BAGF) met en évidence et interroge le retard avec lequel les géographes français se sont penchés sur le phénomène touristique. Le texte fait ainsi le constat d’un décalage chronologique certain entre l’importance du tourisme en tant que phénomène social, culturel, économique et spatial, et les publications qui lui ont été consacrées dans des revues de géographie. L’analyse des publications sur le tourisme, parues dans le BAGF, corrobore le constat d’une certaine cécité académique, observée de façon plus générale dans d’autres revues géographiques en France et dans le monde. Ce n’est en effet qu’à partir des années 1960 que les articles consacrés au tourisme et ses diverses implications commencent à paraître plus fréquemment dans les revues géographiques - la Revue de Géographie Alpine faisant office d’exception. Il faut toutefois attendre les années 1990 pour que les articles publiés sur des thématiques touristiques se multiplient et se diversifient.

2L’article commente ainsi l’intérêt progressif des géographes français pour la thématique touristique, telle qu’elle se lit à travers les publications du BAGF. Il compare le corpus de ces publications avec les publications sur la géographie du tourisme parues dans d’autres revues de géographie depuis leur fondation et jusqu’aux années 1970 où les articles sur la géographie du tourisme connaissent un développement considérable.

1. L’entrée tardive du tourisme dans les revues de géographie françaises

  • 1 Parmi les articles du BAGF ont été sélectionnés les articles qui mentionnaient les termes « tourism (...)

3L’analyse du Bulletin de l’Association de Géographes Français depuis ses origines1 tend à démontrer un certain désintérêt des géographes pour le tourisme. Le phénomène touristique n’est certes pas totalement invisible : dès les années 1930 le tourisme est mentionné dans des articles publiés dans le BAGF. Ainsi, dans son article évoquant la situation économique de la Corse, Antoine Albitreccia se demande si la Corse peut arriver « à combler les déficits de la production et du commerce » (…) « par des ressources extérieures » [Albitreccia 1933, p. 70] et rappelle les grands espoirs placés dans le tourisme. André Guilcher rappelle succinctement dans son article sur les « Iles de Glénan et leurs abords » que le tourisme « est la seule source de prospérité économique susceptible d’avenir aux Glénan, vivant par ailleurs d’une économie qui se meurt de plus en plus » [Guilcher 1937, p. 79]. Georges Chabot souligne de son côté dans la conclusion de son texte sur le massif de Siljan en Dalécarlie suédoise que « c’est bien le tourisme qui donne aujourd’hui la principale de ces ressources d’appoint si nécessaires au pays. Et par lui revivent toutes les activités anciennes » [Chabot 1937, p. 127].

4Mais alors que la réalité économique du tourisme est bien perçue par les géographes qui publient au BAGF, aucun article ne lui est spécifiquement consacré et aucun texte ne se penche sur les différentes implications spatiales d’un phénomène social, culturel et économique pourtant majeur dans les années de l’entre-deux-guerres et de l’immédiat après-guerre. Les premiers articles du BAGF dédiés au tourisme ne seront publiés qu’à partir des années 1960. Cette difficulté de s’emparer d’un phénomène qui avait depuis plusieurs décennies largement modelé l’espace français est certes étonnante mais n’est pas pour autant propre au BAGF. De façon générale, le nombre d’articles sur le tourisme publiés avant les années 1960 par des géographes français est particulièrement limité.

5Ainsi, à titre de comparaison, les Annales de Géographie ne consacrent au tourisme, avant les années 1960, qu’une attention toute relative : deux courtes notices, la première sur le tourisme en Italie [Sion 1933] et la deuxième sur le tourisme national en Autriche [Albitreccia 1937].

6La recherche sur les premiers écrits des géographes tend ainsi à démontrer un paysage relativement aride, parcouru, ici et là, par quelques exceptions pionnières. Un des premiers (le premier ?) article sur le tourisme en France date sans doute de 1914. Publié dans le Recueil des travaux de l’institut de géographie alpine, il est dû à l’historien et géographe J. Marchal et porte sur la station balnéaire d’Uriage. Comme son auteur le souligne très justement « le fait qu’aucune étude de station balnéaire n’ait encore été tentée suffirait à justifier cet essai ». J. Marchal s’empresse toutefois de souligner qu’il ne croit cependant pas « qu’on puisse jamais établir une ‘géographie balnéaire’«  [Marchal 1914, p. 335].

7Le Recueil des travaux de l’institut de géographie alpine, fondé en 1913 par Raoul Blanchard, devient en 1920 la Revue de géographie Alpine. Cette dernière fait office de relative exception dans le paysage des revues françaises, sa proximité avec les Alpes expliquant sans doute l’intérêt pour ce qui se joue sur la moyenne et la haute montagne dès l’entre-deux-guerres. La Revue de Géographie Alpine publie en particulier dès les années 1930 deux longs articles de Jean Miège sur la « Vie touristique en Savoie » [Miège 1933, 1934]. Son travail pionnier analyse les éléments de l’attractivité de la Savoie : les glaciers de Chamonix, les sommets du massif du Mont-Blanc, les lacs, la vogue de l’alpinisme… La précocité de l’étude géographique est pourtant toute relative si on considère que les glaciers attirent les visiteurs dès les années 1740, qu’à partir des années 1830 les lacs font l’objet d’une exploitation véritable qui encourage la villégiature et qu’à partir des années 1850 la vogue de l’alpinisme invite Français et étrangers « d’y accourir pour se disputer la conquête des cimes » [Miège 1933, p. 757]

8Ainsi, la Savoie, « un champ immense et merveilleux à explorer » [op. cit. p. 757] pour les touristes, devient aussi, dans les années 1930, un champ merveilleux à étudier pour les géographes. Les articles de Jean Miège inventent ainsi, par le regard géographique qui y est porté, ce qui va devenir un des terrains par excellence des géographes du tourisme – la montagne – dont la Revue de Géographie Alpine servira de tribune. Pourtant, alors que Miège souligne le fait que « la poussée touristique en Savoie n’est pas un phénomène isolé ; toutes les stations aujourd’hui réputées font de grands progrès » [Miège 1933, p. 774] ses travaux ne feront pas d’émules dans d’autres territoires avant quelques décennies.

9La découverte touristique du littoral se manifestera plus tard. Quant au tourisme urbain, phénomène affirmé dès le 19e siècle, et réalité incontournable dans une ville comme Paris, dotée de grands équipements touristiques et hôteliers, il n’émeut nullement les géographes. La géographie du tourisme en France a été inventée sur la montagne dans les années 1930 avant de concerner d’autres types d’espaces seulement quelques décennies plus tard.

10La Revue de Géographie Alpine publie régulièrement les travaux des géographes fascinés par les évolutions inédites de la montagne : En 1934, Henri Onde publie un article sur « L’équipement touristique de la Savoie vers l’achèvement de la route des Alpes » dans lequel l’auteur se réjouit du fait que la Savoie possédera bientôt le col routier le plus élevé d’Europe et s’enrichira ainsi d’une « magnifique voie touristique » [Onde 1934, p. 238]. C’est dans cette même revue qu’il publie un texte sur « L’activité touristique à Annecy en août 1938 » [Onde 1939] et que Paul Guichonnet présente dans un bref article « La saison touristique de 1865 à Chamonix » [Guichonnet 1944]. Dans l’après-guerre les publications sur le tourisme reprennent dans la Revue de Géographie Alpine, avec les articles de Jean-Marie Roy sur « Tourisme et circulation dans le Dauphiné alpestre » et « Les grandes étapes de la pénétration touristique dans le Dauphiné alpestre » [Roy 1953 a,b], de Germaine Veyret-Verner sur « Le Tourisme au secours de la montagne : L’exemple de Val d’Isère » et « La deuxième révolution économique et démographique des Alpes du Nord : Les « sports d’hiver. Réflexions et suggestions » [Veyret-Verner 1956, 1959], de Raymond Balseinte sur « Les stations de sports d’hiver en France » et « Megève ou la transformation d’une agglomération montagnarde par les sports d’hiver » [Balseinte 1958, 1959], ou de Germaine Veyret-Verner et Jeannette Féchoz sur « L’aménagement hydro-électrique et touristique d’une grande vallée intra-alpine. Ses répercussions économiques, démographiques et sociales. La Tarentaise depuis 1946 » [Veyret-Verner & Féchoz 1954].

11Alors que la Revue de Géographie Alpine se saisit des Alpes en tant que laboratoire d’expérimentation proche, dans le but d’étudier le tourisme qui se développe de façon de plus en plus structurée à partir de l’entre-deux-guerres, les autres revues de géographie en France restent silencieuses sur ce phénomène. Les quelques exceptions, telles que l’article d’Abel Chatelain sur « L’industrie touristique, essai de géographie générale humaine » publié au Bulletin de la Société de géographie de Lyon et de la région lyonnaise en 1949, représentent des exceptions qui confirment la règle [Chatelain 1949].

  • 2 Certains articles sont toutefois publiés plus tôt dans les Annals of the Association of American Ge (...)

12On peut tirer des analyses des écrits - in fine très peu nombreux - des géographes français de l’avant-guerre, un bilan paradoxal : alors que les enjeux, notamment économiques, sont bien saisis, les mobilités touristiques en soi ne semblent pas intéresser, et encore moins fasciner, les géographes. La Revue de Géographie Alpine constitue en ce sens une exception notable, pas seulement en France mais internationalement. En effet, la comparaison avec des revues de géographie dans d’autres pays tend à démontrer que la difficulté de s’emparer du tourisme en tant qu’objet d’étude n’est pas un phénomène académique hexagonal. Force est de constater que les publications dans des revues de géographie sur le tourisme anglophones (Geographical Review, Economic Geography) se comptent dans les doigts d’une main. Assez étonnamment, la revue officielle de l’Association des Géographes Américains (Annals of the Association of American Geographers) ne publie le premier texte dédié au tourisme qu’en 19652 [Deasy & Griess 1965].

  • 3 « It would have been much shorter, but it would undoubtedly not be a very stimulating paper and wou (...)

13Douglas Pearce fait le même constat d’une vacuum académique géographique en termes de tourisme et observe que ce n’est qu’après les années 1960 « que les études géographiques sur le tourisme commencent à apparaître fréquemment dans la littérature en Europe et, plus récemment, en Amérique du Nord » [Pearce 1979, p. 245]. Dans son article intitulé « Geographical research on tourism, recreation and leisure : origins, eras and directions », Richard Butler fait le même constat. Il observe que si son texte n’était basé que sur des travaux de géographes parus dans des supports de publications géographiques, il « aurait été beaucoup plus court, mais ce ne serait sans doute pas un document très stimulant et serait en fait probablement assez déprimant en raison de la relative rareté du matériel couvert »3 [Butler 2004]. Il faut ainsi attendre les années 1960 pour que le tourisme commence à intéresser les géographes.

2. Les années 1960 : le tourisme entre enfin dans les radars des géographes français… et du BAGF

14Les auteurs, sur le plan international, semblent tomber d’accord sur le fait que la place qu’a occupé le tourisme au sein de la géographie humaine a été longtemps marginale, constituant selon Coles [2004] une « curiously estranged position » [cité in Williams 2009]. Nombreuses sont les études sur la géographie du tourisme qui soulignent la marginalité de l’objet et l’indignité scientifique à s’en saisir comme objet d’étude [Gravari-Barbas & Jacquot 2009]. Certains géographes évoquent la « touristophobie » [Équipe MIT 2002] pour désigner non seulement la peur du phénomène lui-même dans sa globalité, mais aussi le rejet du touriste, pour ses attributs vestimentaires, ses manières, ses pratiques, voire sa présence même.

15Les explications avancées par les auteurs sont diverses. Certaines insistent sur le caractère peu « noble » ou peu sérieux du tourisme. Activité saisonnière, passagère, voire parasite, le tourisme susciterait la méfiance, d’autant plus qu’il serait considéré comme un épiphénomène, en outre néfaste pour les lieux et déstructurant pour les sociétés d’accueil. Le tourisme serait également pris entre deux feux : une approche élitiste d’un côté, de la part d’une société ayant auparavant le privilège exclusif de certains lieux, devant désormais les partager avec la masse ; une approche engagée de l’autre côté, faisant l’apologie des sociétés locales modestes, prises d’assaut par les populations touristiques plus aisées, disposant d’un « capital de mobilité » [Allemand 2004]. La longue marginalisation de l’objet tourisme au sein de la discipline à la fois est expliquée et explique le fait que les géographes se sont saisi tardivement du tourisme comme objet d’étude.

16Rémy Knafou [2018] souligne ce « fort décalage » entre le développement du tourisme, qui dans les premières décennies du 20e siècle « était loin d’être marginal et de passer inaperçu » et la saisie par les géographes du tourisme en tant qu’objet d’étude, malgré le fait que dès la fin du 19e siècle le système touristique était visible : la station touristique depuis le milieu du 19e siècle, les collections des guides touristiques avec le premier Baedecker publié en 1839, les voyages organisés, les flux touristiques importants comme en témoigne notamment la fréquentation des expositions universelles avec près de 52 millions visiteurs en 1990…

  • 4 Le C.E.S.T. est actuellement l’IREST, Institut désormais rattaché à l’Université Paris 1 Panthéon-S (...)

17Les années 1960 représentent en France, mis aussi dans d’autres pays, une césure pour la géographie du tourisme - donnant ainsi à cette branche de géographie humaine une épaisseur historique d’à peine 60 ans au moment de la rédaction de ces lignes. C’est dans les années 1960 que seront publiées en France les premières thèses sur le tourisme telles que la thèse d’état d’Yvette Barbaza sur la Costa Brava [Barbaza 1966] ou celle de Bernard Barbier sur les Alpes du Sud [Barbier 1966]. La fin des années 1950 et le début des années 1960 correspond également à l’entrée du tourisme à l’université française avec la fondation du Centre d’études supérieures du tourisme de l’Université de Paris (C.E.S.T.)4 par Georges Chabot, directeur de l’Information géographique depuis 1945. Chabot avait prévu le rôle important que la géographie pouvait jouer dans ce nouveau domaine en expansion. Un autre géographe, Louis Burnet, lui succédera à la direction du CEST en 1962 [Gravari-Barbas & Jacquot 2012, Tiard & Le Scouarnec 2011]. Louis Burnet est un géographe reconnu, notamment pour sa thèse sur le thème « Villégiature et tourisme sur les côtes de France » [Burnet 1963].

  • 5 Géographie et Tourisme. Actes du colloque tenu à Paris les 2, 3 et 4 mai 1963. Centre d'Etudes supé (...)

18C’est au sein du CEST que sera organisé en 1963 le premier colloque intitulé Géographie et tourisme sous la direction de Georges Chabot5 [Wolkowitsch 1965], qui est l’occasion de définir les méthodes d’enquête, de faire le point sur les données (sondages et statistiques) disponibles. Le début des années 1960 est marqué en France par plusieurs autres grandes initiatives novatrices dans le secteur du tourisme : par exemple la création des premiers gîtes de France puis des chambres d’hôtes, des premiers villages de vacances en Alsace par l’association VVF, née en 1959… À la même époque, le tourisme se développe à large échelle en France après la mise en place de la troisième, puis de la quatrième semaine de congés payés, en 1956 et 1969.

19C’est donc dans ce contexte plus général qu’il convient de situer la publication des premiers textes sur le tourisme dans le BAGF. De façon intéressante, le premier article en rapport avec le tourisme publié au BAGF (1961) est le texte de Françoise Cribier (qui défendra une thèse en 1969 sur « la grande migration d’été des français ») sur les « Variations de consommation de farine et migration touristique d’été en France » [Cribier 1961, 1969]. L’article recherche des méthodes indirectes d’estimation des variations de consommation dont la migration touristique est responsable. La géographe pense ainsi à la consommation de pain, dont l’augmentation est proportionnelle à celle de la population. C’est à partir de cette consommation mensuelle départementale totale que Cribier étudie les variations saisonnières de la population et donc de la population touristique.

20Le nombre des publications à thématique touristique dans le BAGF reste toutefois très modeste dans les années 1960. Deux autres articles sont publiés : le premier par Jean Ginier [1963] qui s’intéresse au tourisme allemand en France depuis 1950. Le deuxième, de Bernard Barbier [1966], sur les logements de vacances et résidences secondaires dans le Sud-Est méditerranéen, visait à cerner ce phénomène naissant. Il est marqué par une certaine inquiétude vis-à-vis du tourisme qui, à cette époque, commence à être caractérisé « de masse ».

21L’article de Louis Burnet « Pays en voie de développement et tourisme » [1970] introduit, sans doute pour la première fois dans un article publié dans une revue française, une approche problématisée du tourisme, dépassant ainsi l’approche positiviste et descriptive qui avait caractérisé les travaux des géographes jusqu’alors. Le texte croise le tourisme avec des questions patrimoniales et envisage le tourisme comme un secteur important, susceptible d’accompagner le développement économique de ces pays.

22Au milieu des années 1970, le BAGF consacre son premier dossier au tourisme, en publiant 6 travaux présentés au colloque sur le tourisme espace rural coordonné par Yvette Barbaza, co-auteure par ailleurs de plusieurs articles publiés de ce numéro spécial (cf. tableau 1) [Barbaza 1974, p. 183]

23La place du tourisme dans le BAGF demeure modeste également dans les années 1980. Une série de 4 articles, présentés à la séance thématique présidée par Pierre George, portant sur « Les aspects géographiques du tourisme » sera publiée en 1984. Les quatre articles introduisent des thématiques en rapport avec le tourisme qui s’affirmeront significativement dans les années à venir, à savoir : le rapport entre tourisme et environnement [Michaud 1984], le rapport entre tourisme et société locales [Risi 1984], l’introduction de l’approche systémique dans l’analyse du tourisme [Clary 1984], le croisement dans les mêmes espaces de différents types de mobilités à savoir touristiques et de retraite [Cribier 1984].

24Deux autres articles sont publiés dans les années 1980 : Le premier, signé par Jean-Pierre Marchand [1986], sur le tourisme et les contraintes climatiques en Irlande et le deuxième par J.M. Dewailly [1986] sur l’apport du domaine récréatif aux mutations du Nord-Pas-de-Calais. Ils introduisent deux problématiques fécondes et toujours d’une très grande actualité : d’une part le rapport entre tourisme et climat, qui prendra, à partir des années 1990 et la montée de l’inquiétude sur le changement climatique des dimensions importantes dans la bibliographie touristique. D’autre part, le rôle que le tourisme et les loisirs peuvent jouer dans la revitalisation des territoires industriels en cours de désindustrialisation.

3. La géographie du tourisme, une des thématiques du BAGF parmi d’autres ?

25À partir des années 1990, le nombre des articles à thématique touristique publiés dans le BAGF augmente de façon considérable. Ainsi, 14 articles seront publiés dans les années 1990, 13 dans les années 2000 et 22 dans les années 2010 (2011-2019). Il ne s’agit pas ici de les présenter de façon détaillée. Le tableau 1 donne un aperçu général des thématiques abordées. Un nombre important de textes publiés dans les années 2000 et 2010 sont dus à deux dossiers thématiques issus de deux journées d’études portant le premier sur « L’événementiel et les villes touristiques » dirigé par E. Fagnoni (2009) et le deuxième sur « Les espaces du tourisme et des loisirs : entre ordinaire et extraordinaire » dirigé par F. Cominelli, E. Fagnoni et S. Jacquot (2018).

26Tableau 1 – Liste des articles à thématique touristique publiés dans le BAGF depuis la fondation de la revue (se continue dans les pages suivantes)

Année

AUTEUR(S)

TITRE

1961

F. Cribier

Variations de consommation de farine et migration touristique d’été en France (n° 301-302, pp. 170-185)

1963

J. Ginier

Le tourisme allemand en France depuis 1950 (n° 314-315, pp. 39-50)

1966

B. Barbier

Logements de vacances et résidences secondaires dans le Sud-Est méditerranéen (n° 344-345, pp. 2-11)

1970

L. Burnet

Pays en voie de développement et tourisme (n° 377-378, pp. 15-30)

1974

Le tourisme dans l’espace rural (n° 417-418)

1974

M. Bonneau & Y. Barbaza

Conflits d’utilisation du sol et besoins en espace récréatif : le cas des grandes prairies angevines (pp. 185-193)

1974

Demeuldre & Y. Barbaza

De l’espace productif à l’espace récréationnel : le cas luxembourgeois (pp. 195-201)

1974

J.-M. Dewailly & Y. Barbaza

Conflits de fonction dans un secteur à vocation touristique : le littoral entre Dunkerque et la frontière belge (pp. 203-213)

1974

L.-E. Hamelin

Régions touristiques du Nord Canadien (n° 419, pp. 219-228)

1984

Les aspects géographiques du tourisme (n° 500-501)

1984

J.-L. Michaud

L’aménagement touristique et ses rapports avec l’environnement (pp. 111-116)

1984

C. Risi

Le tourisme et ses effets en Ermionide (Grèce) (pp. 117-123)

1984

D. Clary

Tourisme, urbanisation et organisation de l’espace : le littoral bas-normand (pp. 125-131)

1984

F. Cribier

La retraite au bord de la mer. La fonction d’accueil des retraités des villes touristiques (pp. 133-139)

1986

J.-M. Dewailly

L’apport du domaine récréatif aux mutations du Nord-Pas-de-Calais : vingt ans d’évolution (1965-1985) (n° 63-2, pp. 97-105)

1986

J.-P. Marchand

Tourisme et contraintes climatiques : l’exemple irlandais (n° 63-5, pp. 369-374)

1995

Le tourisme rural (n° 72-1)

1995

D. Clary

Les ambiguïtés de la politique du tourisme rural français (pp. 4-13)

1995

P. Vitte

Les problèmes de l’agritourisme en France (pp. 14-23)

1995

J.-F. Mamdy

Le développement local par le tourisme rural : enjeux et conditions (pp. 24-31)

1995

V. Delignière

Systémique et espace touristique rural (pp. 32-41)

1995

C. Gauchon

Une ressource touristique en espace rural : le monde souterrain (pp. 42-49)

1995

Ph. Bachimon

Le tourisme rural sur les friches de la basse vallée de la Durance (pp. 50-65)

1995

C. Vallat

Tourisme rural en milieu périurbain : l’exemple de la Campanie (pp. 66-85)

1995

L. Mazuel

La promotion touristique des espaces ruraux en Auvergne (pp. 86-94)

1995

M. Tinardon

Les gîtes ruraux en Creuse et dans le Puy-de-Dôme (pp. 95-102)

1995

J.F. Avennec

Accueil touristique et protection du milieu sur le littoral aquitain (n° 72-5, pp. 455-461)

1996

R. Knafou

Commission de géographie du tourisme et des loisirs (n° 73-3, pp. 200-202)

1997

J.-M. Miossec

Le tourisme en Tunisie : acteurs et enjeux (n° 74-1, pp. 56-69)

1997

C. Gauchon

Anciennes remontées mécaniques dans les montagnes françaises : pour une géographie des friches touristiques (n° 74-3, pp. 296-310)

2000

M.-F. Gaunard

Tourisme et aménagement des lacs en Mazurie (n° 77-4, pp. 360-370)

2001

C. Cabasset

Indonésie : crise identitaire, développement touristique et autonomie régionale (n° 78-3, pp. 222-234)

2004

B. Levy

Tourisme et exclusion en Suisse (n° 81-4, pp. 621-630)

2006

E. Jaurand

Le tourisme naturiste en Méditerranée : entre interface et choc des civilisations (n° 83-3, pp. 331-340)

2009

N. Cayla

Glaciers actuels et géomorphologie paraglaciaire, quelques exemples de valorisation touristique au sein de l’arc alpin (n° 86-1, pp. 96-109)

2009

L’événementiel et les villes touristiques (n° 86-3)

2009

M. Gravari-Barbas

La « ville festive » ou construire la ville contemporaine par l’événement (pp. 279-290)

2009

E. Fagnoni

Plages éphémères et ville durable : l’exemple de Paris (pp. 291-302)

2009

S. Jacquot

Événements urbains et mutations à Gênes et Liverpool (pp. 334-344)

2009

F. Smits

L’événement au cœur de la politique touristique : l’exemple de Montréal (pp. 358-366)

2009

J.-R. Morice & Ph. Violier

De l’événementiel culturel à la destination touristique : les cas de Lille et Nantes (pp. 377-387)

2009

M. Miranda M. & E. Cermakova E.

L’impact de l’événementiel dans le développement touristique des villes : typologies, effets spatiaux et représentation des territoires (pp. 388-397)

2013

G. Djament‑Tran

La reconstruction culturelle, patrimoniale et touristique des quartiers péricentraux désindustrialisés : les standards et mythes de la « créativité » à l’épreuve de trajectoires urbaines incertaines. (n° 90-2, pp. 153-169)

2013

M. Hotyat

Impact des activités touristiques en forêt de Fontainebleau du XIXe siècle à nos jours (n° 90-2, pp. 219-231)

2014

L. Etienne

Le paradoxe du développement touristique dans la zone fragile de Sidi Fonkhal. (archipel de Kerkennah, Tunisie) (n° 91-3, pp. 373-388)

2017

M. Létang,

P. Dérioz 

& J. Le Noac’h

Développement touristique, approches patrimoniales et arrangements sociaux en versant sud des Annapurna (Népal) (n° 94-2, pp. 306-329)

2017

M. Gravari-Barbas

Tourisme de marges, marges du tourisme. Lieux ordinaires et « no-go zones » à l’épreuve du tourisme (n° 94-3, pp. 400-418)

2018

A. Navarro A.

Marchés, halles alimentaires et mise en tourisme des lieux en Europe (n° 95-1, pp. 7-22)

2018

M. Gravari-Barbas & S. Jacquot

Esthétisation, patrimonialisation et mise en tourisme des puces de Saint-Ouen (n° 95-1, pp. 23-42)

2018

Les espaces du tourisme et des loisirs : entre ordinaire et extraordinaire (n° 95-4)

2018

F. Cominelli, E. Fagnoni & S. Jacquot

Les espaces du tourisme et des loisirs : entre ordinaire et extraordinaire (pp. 431-441)

2018

P. Claval

Culture et tourisme (pp. 442-454)

2018

R. Knafou

L’expérience de l’Équipe MIT (Mobilités, Itinéraires, Tourismes), premier groupe français de recherche sur le tourisme : une aventure humaine et intellectuelle (pp. 455-467)

2018

C. Blondy

& H. Pébarthe-Désiré

Les îles tropicales, lieux de l’extraordinaire ? Construction et maturation touristiques en Polynésie Française et à l’Île Maurice (pp. 468-491)

2018

E. Jaurand

Des lieux autres pour un autre tourisme ? Les espaces du tourisme gay (pp. 492-507)

2018

D. Kanellopoulou

Redécouvrir Athènes. Balades urbaines et récits quotidiens du centre-ville (pp. 508-527)

2018

A. Monot

Les marchés de Noël en Alsace. De l’extraordinaire à l’ordinaire du tourisme événementiel (pp. 528-543)

2018

V. Marcilhac 

& V. Moriniaux

La « touristification » de lieux ordinaires au travers des fêtes gastronomiques (pp. 544-567)

2018

Ph. Bachimon

De la banalisation de l’extraordinaire. La résidence secondaire du « pareil au même » (pp. 568-581)

2018

I. Lefort & Y. Hascoët

Tourisme de l’ordinaire et mise en ordre des espaces et des pratiques ? Réflexion à partir du cas des quartiers nord de Marseille (pp. 582-594)

2018

Le Gallou A.

Espaces marginaux et fronts pionniers du tourisme urbain : approcher les ruines urbaines au prisme de la notion d’(extra)ordinaire

(pp. 595-612) 

2018

Ph. Duhamel & Ph. Violier

Le déclin des lieux touristiques en question

(pp. 613-623)

2018

S. Gaujal

& C. Leininger-Frézal

Le tourisme, entre ordinaires et extraordinaires de la géographie scolaire (pp. 624-642)

2018

B. Mérenne-Schoumaker

Les espaces du tourisme : entre ordinaire et extraordinaire. Remarques, Synthèse, Conclusions, Perspectives (pp. 643-646)

2019

T. Ozernikova, J.-C. Billier, N. Kuznetsova 

& A. Marasanova

Tolérance de la population de la région d’Irkoutsk : l’attitude envers les immigrants et les touristes étrangers (n° 96-3, pp. 493-509)

27Butler [2004] propose un phasage de la façon dont le tourisme a été approché par les géographes, tant en ce qui concerne les objets considérés que les méthodologies employées. Selon l’auteur, les travaux sur le tourisme correspondent à trois périodes successives :

28« L’ère de la description », jusqu’aux années 1950, est caractérisée par un intérêt modéré de la discipline pour le tourisme. Les travaux, essentiellement descriptifs, concernent des lieux considérés a priori comme touristiques : côtes, stations, resorts…

29« L’ère thématique » (entre 1950 et 1980), pendant laquelle les géographes abordent des questionnements tels que les effets d’échelle, la distribution spatiale des phénomènes touristiques et du flux touristique, les relations entre les populations touristiques et les lieux visités, l’impact touristique, la modélisation spatiale du développement touristique. Fortement positivistes, ces approches sont marquées en France par le régionalisme et tendent à aboutir à des typologies parfois rigides qui ont caractérisé pendant longtemps l’étude géographique du tourisme.

30« L’ère de la diversité » finalement, qui marque les décennies 1990-2020 est marquée par la volonté de suivre le développement contemporain du tourisme qui s’affirme comme un phénomène social complexe et transversal, touchant tous les peuples et toutes les sociétés. Les études géographiques construisent de nouvelles passerelles avec des disciplines comme l’anthropologie, la sociologie, la gestion, l’économie [Gravari-Barbas & Jacquot 2012]. Elles s’intéressent à la fois à la « production » du tourisme par les acteurs de plus en plus diversifiés et complexes et aux multiples façons dont il est « consommé » par les touristes.

31Ce phasage est-il lisible à travers les publications du BAGF ? Avant de répondre il convient de rappeler que le BAGF, marqué par la personnalité du fondateur de l’Association des Géographes Français, Emmanuel De Martonne, accorde dans ses débuts une place importante à la géographie physique. La géographie humaine ne prend ses marques que progressivement. Il est ici facile de déduire que la géographie du tourisme, géographie des flux et de mobilités, tarde à se faire une place dans le support de publication officiel de l’Association des géographes français.

32Le nombre des articles à thématique touristique publiés dans le BAGF (environ 60) est très peu important, eu égard au nombre total des articles publiés depuis les débuts du BAGF estimés par Pierre Pech [2020] à 3921 articles parus dans 480 numéros de la revue entre 1924 et 2019. Pourtant, les géographes qui ont fondé la géographie du tourisme en France (Françoise Cribier, Yvette Barbaza, Louis Burnet, Bernard Barbier, Michel Bonneau, Jean-Michel Dewailly) ont tous publié au BAGF dans les années 1960-1970. Plusieurs géographes du tourisme de la deuxième ou troisième génération y ont également publié, offrant ainsi, entre les années 1960 et 2010 une petite histoire de la géographie du tourisme française. Celle-ci est certes tardive (le tourisme étant singulièrement absent entre les années 1930-1950) et thématiquement peu diversifiée (compte-tenu du fait que la plupart des articles publiés dans les années 2000 et 2010 n’ont pas été proposés individuellement mais font partie de gros dossier thématiques).

Conclusion

  • 6 Ainsi A. Demangeon écrit-il en conclusion de son analyse régionale des Alpes et Pyrénées, sans plus (...)
  • 7 Ainsi l’auteur écrit-il : «nous ne croyons pas cependant qu’on puisse jamais établir une géographie (...)

33En France, pendant longtemps, le tourisme semble constituer un angle quasi-mort de la géographie humaine et régionale française. Les volumes de la Géographie Universelle dirigée par Paul Vidal de la Blache n’en font que rarement mention, et de façon plutôt anecdotique, même dans les territoires connaissant alors un développement touristique important6. La revue Les Annales de géographie ne consacre aucun article au tourisme jusqu’au milieu du 20e siècle, ne le mentionnant qu’à l’occasion d’études régionales, ou par des comptes rendus d’une ou deux pages. La Revue de géographie alpine, créée en 1913, consacre deux articles au tourisme avant 1950. Le premier est une étude urbaine de la station balnéaire d’Uriage, pensée comme variation7 de l’exercice des études urbaines initiées par Raoul Blanchard en 1911 [Marchal 1914]. 

34Si la dimension peu positiviste de certaines études pionnières du tourisme a dû se confronter à une discipline vidalienne, le tourisme devient aujourd’hui un champ d’études particulièrement séduisant pour plusieurs géographes (Lazzarotti, 2010), du fait essentiellement de sa transversalité et de la possibilité de conjuguer son étude avec plusieurs champs d’analyse émergeants au sein des sciences sociales. Le tourisme se déplace ainsi progressivement des marges disciplinaires vers le centre, désormais légitimé non seulement par son importance économique – traduction elle-même de réalités sociales, mais aussi par le rôle-clé qu’il joue en tant que médiateur de diverses évolutions en cours au sein des sociétés hypermodernes [Gravari-Barbas & Jacquot 2009].

35Cet article s’est focalisé sur les débuts de la géographie du tourisme tels que le BAGF les donne à voir. Il aurait fallu un développement bien plus long pour saisir les développements ultérieurs de cette branche de la géographie du tourisme, telle qu’elle se développe et même s’épanouit à partir des années 1970. A partir des années 1970-80 la géographie change de perspective : le « cultural turn » [Crang 1998] insiste sur le fait que ce que nous découvrons autour de nous ne résulte pas uniquement des formes de causalité présentes ou passées, mais intègre les dimensions culturelle et idéelle, et intègre les apports de la phénoménologie, complexifiant l’appréhension de l’espace et du temps, plus seulement réceptacles des phénomènes spatiaux. Les géographes ont progressivement appris à prendre en compte les discours, les cartes mentales, les iconographies déployées par les populations étudiées. La géographie culturelle et sociale opère ainsi une rupture avec la géographie positiviste, et cette rupture marque aussi la géographie du tourisme [idem].

36Ces évolutions vont davantage s’affirmer à partir des années 1990 ; la géographie du tourisme connaît une période faste traduite par une multiplication des recherches mais aussi une profusion des thématiques et perspectives. Les mutations plus spécifiques de l’industrie touristique, intrinsèquement liées aux mutations sociales évoquées, modifient les rapports entre tourisme et territoire, tourisme et société, tourisme et individus. Cela tient également aux transformations de la géographie elle-même, à l’intégration de nouvelles questions de recherche, à la remise en cause de paradigmes établis dans les sciences sociales. Le spatial turn [Warf & Arias 2009] est marqué par une réévaluation de l’importance de l’espace, du fait des relectures des travaux de Lefebvre et Foucault dans les géographies anglophones. Les questions de postmodernité ou sur-modernité, de globalisation ou mondialisation, l’émergence des gender studies, cultural studies, post-colonial studies, offrent des nouveaux cadres de pensée. Les transformations à l’échelle mondiale semblent appeler de nouvelles façons de mener la recherche sur la géographie du tourisme.

37Ces évolutions de la géographie du tourisme se reflètent dans le paysage des revues nationales et internationales. En France, deux revues dédiées au tourisme voient le jour dans les années 2010 : Mondes du Tourisme8 et Via Tourism Review9. Bien que toutes les deux s’affichent comme des revues interdisciplinaires, la place des géographes dans leurs comités éditoriaux est prédominante. À l’échelle internationale, plus de 200 revues spécialisées dans le tourisme existent désormais offrant un paysage éditorial singulièrement diversifié. Ce n’est pas pour autant que les revues disciplinaires, en l’occurrence de géographie, telles que le BAGF, jouent aujourd’hui un rôle moins important que dans le passé. Au contraire : pour les auteurs géographes qui travaillent sur le tourisme, il est important d’avoir la possibilité de publier dans des revues de leur discipline. Pour les revues de géographie, les travaux sur le tourisme - domaine par définition interdisciplinaire - offrent la possibilité de croiser la géographie avec d’autres disciplines et de progresser par ses marges.

Haut de page

Bibliographie

Albitreccia, A. (1933) – « La situation économique de la Corse », BAGF, n° 68, pp. 65-71, https://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_1933_num_10_68_6621

Albitreccia, A. (1937) – « Le tourisme autrichien depuis deux ans », Annales de Géographie, n° 264, pp. 659-660, https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1937_num_46_264_11984

Allemand, S. (2004) « La mobilité comme ‘capital’« , Sciences Humaines, n° 145, p. 25.

Balseinte, R. (1958) – « Les stations de sports d’hiver en France », Revue de Géographie Alpine, vol. 46, n° 1, pp. 129-180, https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1958_num_46_1_1819

Balseinte, R. (1959) – « Megève ou la transformation d’une agglomération montagnarde par les sports d’hiver », Revue de Géographie Alpine, vol. 47, n° 2, pp. 131-224, https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1959_num_47_2_1919

Barbaza, Y. (1966) – Le paysage humain de la Costa Brava, Paris, A. Colin, 717 p.

Barbier, B. (1969) – Villes et centres des Alpes du Sud. Etude de réseau urbain, thèse de doctorat, Faculté de Lettres d’Aix, Gap, Ophrys, 422 p.

Bonneau, M. (1978) – Le fait touristique dans la France de l’Ouest, contribution à une recherche sur le tourisme rural, Thèse de doctorat en géographie, Lille 1, 1490 p.

Burnet, L. (1957) – Villégiature et tourisme sur les côtes de France, Paris, Thèse dactylographiée, Sorbonne, 3 vol. 

Butler, R (2004) – « Geographical research on tourism, recreation and leisure : origins, eras and directions », Tourism Geographies, vol 6, n° 2, pp. 143-162

Chabot, G. (1937) – « Le massif de Siljan en Dalécarlie suédoise », BAGF, n° 108, pp. 121-127, https://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_1937_num_14_108_6791

Chatelain, A. (1949) – « L’industrie touristique, essai de géographie générale humaine », Revue de géographie jointe au Bulletin de la Société de géographie de Lyon et de la région lyonnaise, vol. 24, n° 2, pp. 87-96

Clary, D. (1993) – Le tourisme dans l’espace français, Paris, Masson, 358 p.

Coles, T. (2004) – « Tourism and leisure : reading geographies, producing knowledges », Tourism Geographies, vol. 6, n° 2, pp. 135-142

Crang, M. (1998) – Cultural Geography, New York / Londres, Routledge, 215 p.

Cribier, F. (1969) – La grande migration d’été des citadins en France, Paris, C.N.R.S., 405 p.

Deasy, G. & Griess, Ph. (1965) – « Impact of a tourist facility on its hinterland », Annals of the AAG, vol. 56, no 2, pp. 290-306

Demangeon, A. (1946)La France économique et humaine, Géographie universelle, VI, 2nd & 3rd volumes, Paris : Armand Colin, 900 p.

Dewailly, J.-M., (1985) – Tourisme et Loisirs dans le Nord Pas de Calais. Approche géographique de la Récréation dans une région urbaine et industrielle de l’Europe du Nord-Ouest, Thèse d’État, Lille, 1161 p.

Équipe MIT (2002) – Tourismes 1, lieux communs, Paris, Belin, 320 p.

Équipe MIT, (2005) – Tourismes 2, moments de lieux, Paris, Belin, 349 p.

Équipe MIT, (2011) – Tourismes 3, La révolution durable, Paris, Belin, 280 p.

Gravari-Barbas, M. & Jacquot, S., (2009) – « Tourisme et géographie : une géographie du tourisme », in L. Morisset, B. Sarrazin, & G. Ethier (dir.), Épistémologie des études touristiques, Montréal, Presses de l’Université du Québec, pp. 171-204

Gravari-Barbas, M. & Jacquot, S., (2009) – « Les géographes et les métiers du tourisme », Echogéo, n° 19, https://journals.openedition.org/echogeo/13009

Guichonnet, P. (1944) – « La saison touristique de 1865 à Chamonix », Revue de Géographie Alpine, vol 32, n° 4, pp. 603-608, https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1944_num4_5079

Guilcher, A. (1937) – « Les îles de Glénan et leurs abords », BAGF, n° 105, pp. 72-79, https://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_1937_num_14_105_7013

Knafou, R. (2018) – « Tourisme » in A. Ciattoni & Y. Veyret (dir.), Les fondamentaux de la Géographie, Paris, Armand Colin, 4e édition, chap. 11

Lazzarotti, O., (2010) – « Le tourisme, matière à penser de la science géographique », Mondes du Tourisme, n° 2010-1, pp. 7-16, https://journals.openedition.org/tourisme/314.

Marchal, J. (1914) – « Uriage. Etude Géographique d’une station balnéaire », Revue de Géographie Alpine, tome 2, n° 3, 1914. pp. 333-351, https://www.persee.fr/doc/rga_0249-6178_1914_num_2_3_4816

McMurray, K.C. (1930) – « The Use of Land for Recreation », Annals of the AAG, vol. 20, n° 1, pp. 7-20.

Miège, J. (1933) – « La vie touristique en Savoie », Revue de Géographie Alpine, vol 21, n° 4, pp. 749-817, https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1933_num_21_4_5380

Miège, J. (1934) – « La vie touristique en Savoie, (suite et fin) », Revue de Géographie Alpine, vol 22, n° 1, pp. 5-213, https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1934_num_22_1_5083

Onde, H. (1934) – « L’équipement touristique de la Savoie vers l’achèvement de la route des Alpes. L’ouverture de l’Iseran (2 770 m.) », Revue de Géographie Alpine, vol 22, n° 1, pp. 237-249, https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1934_num_22_1_5087

Onde, H. (1939) – « L’activité touristique à Annecy en août 1938 », Revue de Géographie Alpine, vol. 27, n° 1, pp. 209-214, https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1939_num_27_1_4242

Pearce, D. (1979) – « Towards a geography of tourism », Annals of Tourism Research, vol. 1, n° 3, pp. 245-272

Pech, P. (2020) – « Cent ans de relations géographie physique/géographie humaine : innovation ou statu quo ? », BAGF, vol. 97, n° 1, pp. 61-80

Roy, J.-M. (1953) – « Les grandes étapes de la pénétration touristique dans le Dauphiné alpestre », Revue de Géographie Alpine , vol. 41, n° 2, pp. 327-348, https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1953_num_41_2_1094

Roy, J.-M. (1953) – « Tourisme et circulation dans le Dauphiné alpestre », Revue de Géographie Alpine, vol. 41, n° 3, pp. 515-551, https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1953_num_41_3_1108

Sion, J. (1933) – « Le tourisme en Italie », Annales de Géographie, n° 235, pp. 110-112, https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1933_num_42_235_10649

Tiard, M. & Le Scouarnec, N. (2011) – « CEST / IREST : le tourisme au cœur des formations » in M. Gravari-Barbas & M. Tiard (dir.), Sous la Sorbonne la plage ? IREST 1961-2011, 50 ans de passion, Paris, IREST, pp. 40-46

Veyret-Verner, G. (1959) – « La deuxième révolution économique et démographique des Alpes du Nord : Les sports d’hiver. Réflexions et suggestions », Revue de Géographie Alpine, vol. 47, n° 3, pp. 293-305, https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1959_num_47_3_1927

Veyret-Werner, G.: L’exemple de Val d’Isère », Revue de Géographie Alpine vol. 44, No 1, pp. 37-56, https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1956_num_44_1_1749

Veyret-Verner, G., Féchoz J, (1954) – « L’aménagement hydro-électrique et touristique d’une grande vallée intra-alpine. Ses répercussions économiques, démographiques et sociales. La Tarentaise depuis 1946 », Revue de Géographie Alpine, vol. 42, n° 1, pp. 5-44, https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1954_num_42_1_988

Warf, B. & Arias, S. (2009) – The Spatial Turn, Interdisciplinary perspectives, New York & Londres, Routledge Studies in Human Geography, 232 p.

Williams, S., (2009) – Tourism geography, a new synthesis, New York & Londres, Routledge, 309 p.

Wolkowitsch, M. (1965), « Un colloque sur le tourisme », Méditerranée, vol. 6, n° 1, pp. 79-81, https://www.persee.fr/doc/medit_0025-8296_1965_num_6_1_1153

Haut de page

Notes

1 Parmi les articles du BAGF ont été sélectionnés les articles qui mentionnaient les termes « tourisme », « touriste » ou « touristique » dans leur titre ou dans leurs mots-clés. A ainsi été constitué un corpus de 61 articles. Rapporté à un total estimé à 3921 articles publiés entre 1924 et 2019 [Pech 2020], le corpus d’étude ne représente qu’une infime partie des publications.

2 Certains articles sont toutefois publiés plus tôt dans les Annals of the Association of American Geographers sur les loisirs ou la recréation [McMurray 1930].

3 « It would have been much shorter, but it would undoubtedly not be a very stimulating paper and would, in fact, probably be quite depressing because of the relative paucity of material covered” (traduction de l’auteure)

4 Le C.E.S.T. est actuellement l’IREST, Institut désormais rattaché à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. C’est au sein de l’IREST qu’a été fondée en 2008 l’Equipe Interdisciplinaire de Recherches sur le Tourisme – EIREST) seule équipe d’accueil de doctorants consacrée au tourisme en France.

5 Géographie et Tourisme. Actes du colloque tenu à Paris les 2, 3 et 4 mai 1963. Centre d'Etudes supérieures du Tourisme de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Paris, Paris, 1964, 73 p.

6 Ainsi A. Demangeon écrit-il en conclusion de son analyse régionale des Alpes et Pyrénées, sans plus de détails : « les deux montagnes se ressemblent par une curieuse génération de villes jeunes, presque étrangères au milieu rural, vivant d’une existence spasmodique et intermittente : les stations d’été, d’eaux et de sports » [Demangeon 1946, p. 380]. L’adjectif « curieux » illustre bien ce désarroi originel de la géographie face au phénomène touristique, pourtant en pleine mutation au moment ou la géographie se construit elle-même comme discipline.

7 Ainsi l’auteur écrit-il : «nous ne croyons pas cependant qu’on puisse jamais établir une géographie balnéaire » [Marchal 1914].

8 https://journals.openedition.org/tourisme/2291

9 https://journals.openedition.org/viatourism/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Gravari Barbas, « Même pas cent ans ! La géographie du tourisme vue à travers les articles publiés dans le BAGF  »Bulletin de l’association de géographes français, 97-1/2 | 2020, 108-124.

Référence électronique

Maria Gravari Barbas, « Même pas cent ans ! La géographie du tourisme vue à travers les articles publiés dans le BAGF  »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 97-1/2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/6501 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.6501

Haut de page

Auteur

Maria Gravari Barbas

Professeure de géographie, IREST, EIREST, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Courriel : Maria.Gravari-Barbas[at]univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search