Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97-1/2100 ans d’outre-mer dans le BAGF

100 ans d’outre-mer dans le BAGF

100 Years of overseas in the BAGF
Roland Pourtier
p. 173-177

Texte intégral

1La création du Bulletin de l’Association de Géographes français, 4 ans après celle de l’Association, correspondait à une demande de ses membres de diffuser les comptes rendus d’excursion, principale activité de l’AGF avec la réalisation de la Bibliographie géographique annuelle. Il n’était pas envisagé initialement de publier des textes scientifiques. Il existait pour cela des revues, notamment les Annales de Géographie depuis 1891.

2Voyageurs et explorateurs avaient, depuis 1821, fait la renommée de la Société de géographie de Paris, ou trouvaient dans des sociétés savantes de province des lieux ouverts à la relation de leurs voyages. Que pouvait apporter une nouvelle publication qui avait tous les traits d’un bulletin paroissial ?

3Mais l’AGF outrepassa très tôt une finalité associative limitée de facto aux Parisiens. Elle s’ouvrit au large monde, tout en prenant sa part des débats scientifiques que suscitaient alors les questions de géographie physique. En 1926, le Bulletin publie ses premiers articles : 15, dont 7 relatifs à l’outre-mer, défini ici, même si arbitrairement, comme l’ensemble du monde extra-européen. Parmi eux, 5 ont trait à l’empire colonial (Liban, Maroc, Tchad, Tonkin, produits agricoles tropicaux des colonies françaises) : le BAGF est bien de son époque.

4Sans qu’il soit porteur d’une « géographie coloniale » comme ce fut un temps le cas des Annales de Géographie, il réservera aux pays de l’empire une place notoire dans ses différents numéros. Un siècle plus tard l’héritage est toujours perceptible, même si l’outre-mer s’est beaucoup élargi au-delà de la sphère impériale.

5Cette année 1926 est d’une certaine façon fondatrice. Outre les articles à caractère monographique, la présentation des produits tropicaux relève d’approches transversales qui se sont perpétuées jusqu’à nos jours dans des domaines aussi variés que le climat, le développement, la santé, le commerce etc., le « tropical » se substituant au « colonial » avec les indépendances. Ces approches globales représentent entre 7 et 8 % des quelque 900 articles répertoriés « outre-mer » depuis les débuts de la revue.

6Toujours en 1926, deux communications « outre-mer » sortent du cadre impérial. L’une, de Camille Vallaux, porte sur « les routes des icebergs arctiques », entre Terre-Neuve et le Groenland. Depuis lors, les questions polaires – avec un important focus sur le Spitzberg - tiendront une place non négligeable dans le BAGF : 36 communications recensées. L’autre, « Le relief de la Mongolie et du nord de la Chine » par Pierre Teilhard de Chardin est en réalité un simple commentaire de photographies prises dans le désert de Gobi, et donnant lieu à une discussion animée par Emmanuel de Martonne.

7Se trouve ainsi inaugurée une veine féconde des séances de l’AGF : le récit de voyage illustré, à l’aide de la photographie, de la diapositive, aujourd’hui du Power Point. Il n’est pas anodin que le premier article de la revue ait été celui de François Herbette, « Observations sur le Djebel Druse », premier d’une longue série d’ « observations », d’ « impressions », de « notes de voyage » : « Notes de voyage à travers l’AOF » de Charles Robequain en 1937, « Un voyage de Sao Paulo à Goiania » de Pierre Monbeig en 1939. De Martonne, coutumier de l’exercice, signait encore des « Impressions d’un voyage au Sinaï » en 1947.

8Dans les années 1950, les « observations morphologiques » sont récurrentes. Par exemple « Observations morphologiques en Amazonie » de Jean Demangeot en 1959. En 1970, Jean Delvert proposait une communication « Images du Cambodge ». L’outre-mer, c’était l’exotisme. Le 191 rue Saint-Jacques n’a jamais été très loin du 184 boulevard Saint-Germain.

9Les liens étaient nombreux avec la Société de Géographie, mais aussi avec l’Académie des sciences d’outre-mer, laquelle fêtera son centenaire en 2022 : son fondateur, Paul Bourdarie, était membre de l’AGF. Nombre de membres de l’AGF l’étaient de l’Académie : Auguste Chevalier, Jean Delvert, Jean Demangeot, Jean Despois, Théodore Monod, Xavier de Planhol, Charles Robequain, Pierre Rognon… Ou le sont aujourd’hui, Jeanne-Marie Amat-Rose, Jean-Louis Chaléard, et…Roland Pourtier.

1. De l’éloge du voyage au statut scientifique

10À ce stade, la question se pose du rôle des recherches outre-mer dans la construction d’une revue scientifique. L’AGF a rassemblé de grands noms de la géographie. En 1936 elle comptait 337 membres. La géographie « physique » y occupa longtemps une position centrale, mais pour l’outre-mer on observe un relatif équilibre avec la géographie « humaine ».

11Dans les années 1930, les articles de Jacques Weulersse, Pierre Deffontaines ou Jean Bruhnes, entre autres, infléchissent l’orientation de la revue. Plus tard, l’abondante production de Jean Dresch couvre un spectre très large, de la géomorphologie des pays arides à l’urbanisation et à la géographie des investissements.

12On chercherait en vain une ligne éditoriale spécifique au BAGF qui a pu être considéré comme attrape-tout. À l’instar des autres revues de géographie, notamment les Annales de Géographie où la plupart de ses membres publient régulièrement, le bulletin demeure « généraliste ». Pendant tout le XXe siècle, un numéro type se compose de 4 à 5 « varia » dont, en moyenne, le tiers concerne l’outre-mer. Toutefois, après la Seconde Guerre mondiale, le panorama change.

13Créés en 1948 à Bordeaux, les Cahiers d’Outre-Mer affichent clairement leur orientation. De même que, vingt ans plus tard, les Cahiers d’Amérique latine. Afrique contemporaine (1962) et Politique africaine (1981) diversifient l’offre africaniste. Le marché des publications se fait de plus plus concurrentiel, avec en particulier L’Espace géographique (1972) et Hérodote (1976), ou encore Géographie et Cultures (1992).

14Des chercheurs ayant pris leur distance avec l’héritage « tropicaliste », voire « colonial », d’une « géographie de papa » se retrouvent dans ces revues proposant une rupture épistémologique. Ces changements dans le paysage éditorial n’eurent cependant pas d’effet durable sur la part de l’outre-mer qui, après avoir connu une diminution sensible au cours de la décennie 1990-1999 (21 %), est remontée à 30 % la décennie suivante et à près de 40 % entre 2010 et 2018.

15Le changement le plus significatif – que le BAGF partage avec bien d’autres revues – réside dans le passage des varias à des numéros thématiques, glissement devenu systématique depuis une vingtaine d’années. En 1957, la revue a publié les contributions de Jean Dresch, Paul Fénelon, Pierre Birot, Jacqueline Beaujeu-Garnier, à un colloque sur « La morphologie du Nord-Est du Brésil », ouvrant la voie à une pratique qui s’est progressivement généralisée. Colloques et autres journées d’étude constituent désormais le socle scientifique du BAGF. Les recherches outre-mer ont pleinement contribué à cette évolution de la revue.

16Quelques publications en jalonnent l’itinéraire : « Rôle des villes dans la formation des régions en Amérique latine » à l’initiative d’Olivier Dollfus (1970) ; « Les pêches maritimes tropicales » (Raymond Pébayle, 1984) ; « Espaces du monde arabe » (Jean-François Troin, 1997) ; « Cinquante ans d’indépendance africaine » (Roland Pourtier, 2010) ; « L’émergence de l’Inde » (Philippe Cadène, Brigitte Dumortier, 2017), « Iran, la difficile renaissance d’une nation marginalisée » (Bernard Hourcade, 2017), pour n’en citer que quelques-unes.

2. De l’empire colonial à l’outre-mer

17Le BAGF a accompagné depuis bientôt un siècle les changements de la géographie, tout en accordant toujours une place importante au grand large, répondant à ce désir profond qui fonde la discipline, la curiosité des ailleurs. Une curiosité qui s’étend même bien au-delà des outre-mer, jusqu’au cosmos, puisque la planète Mars fut honorée d’une séance en 1984, « Géologie et morphologie de la planète Mars » sous la direction de René Battistini et André Cailleux. Mais laissons là les outre-terre pour redescendre vers les lieux de curiosité terrestres.

18Ces lieux ont suivi les flux de l’histoire. L’héritage colonial s’est progressivement, bien qu’inégalement, dissipé, conséquence directe des changements géopolitiques mondiaux, des affectations d’enseignants-chercheurs, des programmes et des réseaux de recherche. Les 2/3 des articles outre-mer publiés avant 1960 portaient sur des pays qui avaient fait partie, à un titre ou à un autre, de l’empire colonial français.

19Depuis les indépendances, cette proportion s’est beaucoup réduite. De cet héritage restent essentiellement les pays francophones d’Afrique, sans compter les départements et territoires d’outre-mer dont la présence dans la revue s’affirme après la Seconde Guerre mondiale. Le Vietnam a quant à lui disparu du champ des publications après les guerres d’Indochine. L’Afrique du Nord et le Sahara qui tinrent pendant des décennies les premiers rôles se sont progressivement éclipsés à la fin du XXe siècle. Depuis 2010, seuls trois articles leur sont dédiés. Au Proche-Orient, le Liban et la Syrie ont connu la même désaffection, pour cause de conflit récurrent, mais d’autres pays ont pris la relève, notamment la Turquie sous l’impulsion de Xavier de Planhol, l’Iran et les nouvelles républiques d’Asie centrale.

20L’Afrique au sud du Sahara constitue l’ensemble le plus résilient et reste un des points forts des publications. Elle compte à elle seule pour un tiers des articles outre-mer publiés depuis 2000. Au pré carré d’origine coloniale se sont ajoutés de nouveaux horizons de recherche, l’Ethiopie (Alain Gascon), l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe occupant désormais un rang statistique enviable. Mais il est à craindre que l’insécurité dans les pays du Sahel, et au-delà, ne restreigne durablement le champ de publications que cessent de nourrir les travaux de doctorants de moins en moins nombreux dans ces aires d’incertitude.

21Le BAGF s’est ouvert très tôt à d’autres outre-mer que ceux de l’empire, avec deux point forts, l’Amérique latine d’une part, l’Inde et l’Extrême-Orient d’autre part. L’Amérique du Sud, ce fut d’abord le Brésil et cette aventure universitaire française unique qui fit de Pierre Deffontaines le fondateur de l’Association de Géographes Brésiliens (AGB) sur le modèle de l’AGF, en 1934. Pas étonnant, dans ce contexte, qu’entre 1935 et 1939, le BAGF ait publié 8 articles consacrés au Brésil, sous la plume principalement de Pierre Deffontaines et de Pierre Monbeig, autre géographe qui laissa une forte empreinte sur la géographie brésilienne. La tradition se perpétue, portée aujourd’hui par Hervé Théry.

22L’Amérique hispanophone a depuis longtemps rejoint le Brésil dans les publications du BAGF, de sorte que le sous-continent latino-américain occupe le deuxième rang, derrière l’Afrique subsaharienne, en nombre de publications depuis les débuts de la revue (respectivement 159 et 188).

23L’Asie, Moyen-Orient non compris, constitue le troisième bloc avec 148 publications. La géographie n’a pas bénéficié du même soutien institutionnel qu’au Brésil, même si l’Institut français de Pondichery, par exemple, est aujourd’hui dirigé par un géographe, Frédéric Landy. Jusque dans les années 1960, l’Asie ne fut représentée que par quelques articles, au hasard de voyages au Japon ou en Chine.

24L’Inde fait son apparition en 1948, avec une publication de Ramkrishna Mukherjee, lequel publiera l’année suivante dans les Annales de Géographie sur le même thème des villages au Bengale. C’est à partir des années 1980 que la péninsule indienne, dont le regain d’intérêt doit beaucoup à François Durand-Dastès, devient une habituée du BAGF. Parallèlement, l’Asie du Sud-Est s’ouvre à la Thaïlande, à l’Indonésie avec Olivier Sevin, plus récemment aux Philippines illustrées par Yves Boquet. Monique Fort quant à elle entraîne régulièrement le lecteur dans l’Himalaya. Bien que la présence de la Chine soit restée relativement modeste, d’autres revues accaparant les compétences, l’Asie a, depuis 1960, remplacé l’Amérique latine au deuxième rang des publications du BAGF.

25Ce palmarès prendrait toute sa signification dans une comparaison avec l’ensemble des revues de géographie traitant de l’outre-mer. Toutefois, avec ces limites, il dit quelque chose de l’évolution des centres d’intérêt de la recherche outre-mer qui, fondamentalement, demeure attachée, depuis un siècle, à un vaste ensemble recoupant largement le monde tropical. La revue ne fut cependant pas un porte-parole d’une géographie tropicale érigée en tant que telle en objet spécifique de la géographie. Pierre Gourou, ce n’est sans doute pas fortuit, resta au demeurant à l’écart de l’activité éditoriale de l’AGF, même lorsqu’il fut professeur au Collège de France.

26Finalement, l’outre-mer a représenté pour le BAGF le lointain plus que le distinct, avec un fort tropisme vers les mers du sud. L’Amérique du Nord et les régions polaires - respectivement 6 % et 4 % des publications - sont restées marginales. En résumé, ce sont les « Suds », comme on dit aujourd’hui, qui forment le noyau dur de l’outre-mer tel qu’illustré par le BAGF.

27Les Suds continuent à habiter l’imaginaire de nombreux géographes, en recherche d’exotisme, comme autrefois les explorateurs. Ces géographes portent, généralement sans le savoir, la devise de la Sorbonne depuis 800 ans, Hic et ubique terrarum, « Ici et partout sur la terre ».

28Une devise qui pourrait être celle du Bulletin de l’Association de Géographes Français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Pourtier, « 100 ans d’outre-mer dans le BAGF »Bulletin de l’association de géographes français, 97-1/2 | 2020, 173-177.

Référence électronique

Roland Pourtier, « 100 ans d’outre-mer dans le BAGF »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 97-1/2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/6572 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.6572

Haut de page

Auteur

Roland Pourtier

Professeur honoraire à l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne, membre de l’Académie des sciences d’outre-mer, Président de l’AGF de 2001 à 2016 – Courriel : nrpourtier[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search