Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97-1/2Cent ans d’enseignement de la géo...

Cent ans d’enseignement de la géographie des mers et des océans

One hundred years of teaching the geography of the seas and oceans
Florence Smits
p. 192-197

Résumés

L’enseignement de la géographie des mers et des océans a d’abord été destiné à des spécialistes avant de devenir un enseignement de géographie universitaire. En dépit de sa relative ancienneté, il n’est apparu que récemment dans l’enseignement scolaire où il est désormais très présent, reflétant ainsi la prise de conscience croissante de la place de la mer et des océans pour nos sociétés.

Haut de page

Texte intégral

1Les mers et les océans représentent 70 % de la surface du globe et pourtant l’enseignement de leur géographie est sans commune mesure avec leur extension. Comme l’a écrit Dominique Sellier dans le BAGF de décembre 2013 « il est rare qu’ils soient traités de façon globale, en tant qu’entités géographiques, dans le cadre des thèmes de recherche ou des programmes d’enseignement » [Sellier 1993]. Et pourtant l’enseignement de la géographie des mers et des océans est un peu plus que centenaire.

2Il s’est constitué progressivement en s’adressant à un public de plus en plus large sous l’influence du contexte social et économique, sans qu’aucune des étapes antérieures ne s’effacent. Conçu au départ pour les élèves officiers de la Marine nationale, l’enseignement de la géographie des mers et des océans a ensuite gagné l’université avant de concerner l’enseignement secondaire et donc l’ensemble des jeunes. Parallèlement il a évolué, gagnant en spécificité et développant son propre champ lexical et ses approches. Le propos vise à donner une idée d’ensemble des grands jalons et ne prétend pas à l’exhaustivité, aussi les mentions des acteurs qui ont forgé cet enseignement sont-elles limitées, tout comme l’est la description des spécificités de l’enseignement de la géographie des mers et des océans.

1. Un enseignement destiné à des praticiens : la création d’un enseignement à l’École navale

3L’enseignement de la géographie des mers et des océans est d’abord destiné à des praticiens. Il commence sous les meilleurs auspices puisque c’est en 1900 que le ministre de la marine, Jean-Marie de Lanessan, décida, à l’initiative de Paul Vidal de la Blache et d’Émile Bourgeois de créer, à l’École navale de Brest, un cours de géographie générale appliquée à l’étude des mers.

4Créée dans sa forme quasi actuelle en 1827, l’École navale, qui forme les officiers de la marine nationale est alors embarquée et c’est Camille Vallaux qui est chargé de cet enseignement, qu’il assura pendant 12 ans à l’École navale. Comme il l’écrit dans le livre, qu’il rédigea à partir de ses cours et qu’il dédia « aux maîtres et aux élèves de l’École navale de Brest », « après avoir essayé, dans mon traité sur les Sciences Géographiques, de déterminer la raison d’être et les principales orientations de la méthode géographique moderne, je me décidai à en tenter l’application sur les mers. » [Vallaux 1933].

5Cet enseignement est innovant pour trois raisons :

  • c’est le premier du genre et C. Vallaux, ancien élève de l’École normale supérieure, élève de Paul Vidal de la Blache, fonda l’océanographie géographique ;

  • deuxième raison : son objet est encore mal connu ou connu depuis peu. Encore aujourd’hui, beaucoup sont ceux qui soulignent qu’on ne connaît bien que 10 % des mers et des océans ou encore que la face de la lune est mieux connue que le fond des océans, c’est encore plus vrai au début du XXe siècle. Il faut avoir présent à l’esprit que la première moitié du XIXe siècle, soit 50 ans avant la décision de créer ce cours, est encore, par exemple, un temps d’exploration du Pacifique Sud ;

6Comme l’a montré Hélène Blais [Blais 2008], l’océan Pacifique devient progressivement connu au fil des différents voyages réalisés au cours de cette période, d’ailleurs Jules Dumont d’Urville écrit « l’océan Pacifique se peuple successivement des îles suivantes que j’ai réunies sous la forme d’un tableau ». Ce sont ces voyageurs qui progressivement délimitent, nomment, représentent un espace encore mal maîtrisé.

  • nouveau aussi par sa structure et la manière dont C. Vallaux aborde son objet car au-delà d’une présentation générale de « l’exploration scientifique des mers » d’une part et du « domaine des mers et les cycles des eaux » d’autre part, pour chaque océan ou mer il présente les aspects physiques, mais aussi des éléments de biogéographie et, lorsque cela s’y prête les activités économiques. C. Vallaux consacre d’ailleurs un aspect de ses cours à la mer comme milieu humain, évoquant, déjà, la question du dépeuplement humain des mers.

7La tradition d’un enseignement de la mer à l’École navale est fermement établie et se poursuit. C’est d’ailleurs en lien avec l’École navale, en quelque sorte, que commence le deuxième temps de l’enseignement de la géographie des mers et des océans.

2. L’enseignement de la géographie des mers et des océans à l’université : un enseignement vers des non marins, au début des années 1960

8L’enseignement de la géographie des mers et des océans gagne l’université dans les années 1960 à l’initiative d’André Vigarié à l’université de Nantes. Ce géographe, ancien élève de l’École normale supérieure, enseigna aussi à l’École navale.

9Contrairement aux autres universitaires qui étudiaient les aspects physiques ou les littoraux ou certaines zones spécifiques, A. Vigarié préféra s’intéresser aux ports, aux questions économiques relatives à l’ensemble des océans et à la géostratégie des océans. Il fut un des premiers géographes universitaires à s’intéresser à quitter le littoral pour s’intéresser à la haute-mer et à envisager non pas une activité ou une autre mais la place des mers et des océans dans la compréhension du monde. Il forgea d’ailleurs la notion de maritimisation des économies pour désigner le degré de dépendance des économies aux mers et aux océans ; il décentre ainsi le regard, le géographe ne regarde plus la mer depuis la terre mais la terre depuis la mer pour comprendre le monde. Parallèlement, A. Vigarié diffusait l’enseignement de la géographie des mers et des océans car ses cours ne s’adressaient pas seulement à des géographes. Le DESS « activité littorales et maritimes », qu’il créa en 1976, était en effet destiné certes aux géographes mais aussi aux économistes, juristes ou biologistes tout comme le DEA des « Sciences humaines de la mer ».

10L’intérêt pour l’enseignement de la géographie de la haute mer est lancé et les approches économiques et géopolitiques prennent toute leur importance dans le contexte des années 1950 jusqu’aux années 1980 qui sont marquées par des discussions internationales relatives aux droits de la mer et à la délimitation des zones économiques exclusives. Les années 1960-1970 sont aussi le moment, où, à partir du fond des mers et des océans, est validée la théorie de la tectonique des plaques. De manière plus spécifique, A. Vigarié met en relation les grandes mutations économiques et les grandes phases de la mondialisation avec les modes de circulation sur les mers et les océans :

  • la première mondialisation est le fruit de la marine à voile qui permet les grandes découvertes ;

  • celle du XIXe siècle est le produit de la marine à vapeur qui permet une régularité des traversées et s’affranchit des courants et des vents, des câbles télégraphiques et des canaux transocéaniques ;

  • la mondialisation contemporaine est liée à la spécialisation et au gigantisme navals et aux câbles sous-marins en fibre optique ;

11L’enseignement universitaire se poursuit et s’est diffusé aujourd’hui notamment dans les universités de Bretagne occidentale, de La Rochelle, de Paris I, de Nanterre, ou du littoral Côte d’Opale. L’AGF a consacré deux journées organisées par Jacques Guillaume et Dominique Sellier à la haute mer en 2013 et il existe une commission “mer, côtes et îles” au Comité national français de géographie.

12Avec la diffusion de cet enseignement, se développe une nouvelle géographie des mers et des océans qui cherche à rendre compte de la spécificité de son objet en développant de nouvelles approches et en forgeant de nouvelles notions comme celle de maritimisation des économies développées par A. Vigarié, celle de « méritoire » (dans le sens de qui se mérite) de Jean Ollivro ou encore de « merritoire » – par analogie au « territoire », concept cher aux géographes –, forgé par Philippe Pelletier et Louis Marrou et popularisé par Camille Parrain.

3. L’enseignement de la géographie des mers et des océans dans le secondaire depuis le début du XXIe siècle : la généralisation

13Dans la continuité des savoirs universitaires, la dernière étape dans la diffusion de l’enseignement de la géographie des mers et des océans a été franchie en 2012 avec l’inscription de la géographie des mers et des océans dans les programmes du lycée des voies générales et technologiques. Ce sont principalement « les espaces maritimes : approches géostratégiques » et « les transports et routes maritimes » qui sont étudiés.

14Les programmes du collège de 2016 inscrivent l’enseignement de la géographie des mers et des océans dans l’enseignement obligatoire avec la question « mers et océans : un monde maritimisé ».

15Les programmes du lycée de 2019 ont renforcé cette tendance consacrant, en terminale, un peu plus du quart du programme en voie générale et le tiers du programme en voie technologique aux « mers et océans au cœur de la mondialisation ». En voie générale, le thème permet notamment d’aborder la question de la France comme puissance maritime afin notamment de faire prendre conscience des défis et des enjeux liés à la possession de la deuxième zone économique exclusive la plus vaste du monde et de l’importance des mers et des océans pour la France que cela soit sur le plan commercial, sur le plan environnemental, sur le plan militaire (dissuasion)... Au sein de la spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques, en classe de première est abordée la spécificité des frontières maritimes alors qu’en classe de terminale, un des 6 thèmes de l’année s’intitule « nouveaux espaces de conquêtes » à savoir les mers et les océans d’une part et les espaces exo-atmosphériques d’autre part.

16Au collège comme au lycée, ces sujets s’ajoutent à ceux qui étudient les façades portuaires, les littoraux, la littoralisation des activités ou les ressources marines. L’enseignement de la géographie des mers et des océans est donc, en quelque sorte, progressif. Les collégiens puis les lycéens commencent par étudier la mer et les océans par le biais des interfaces qu’ils connaissent, les littoraux, avant d’étudier certaines thématiques pour enfin étudier les mers et les océans dans leur globalité et dans leur inscription dans le monde contemporain. La complexité croît au fur et à mesure de la scolarité.

17La question de la géographie des mers et des océans fut, de plus, au programme des concours de recrutement externes et internes d’histoire-géographie de 2015 à 2019. Ce fut un moyen de diffuser de manière rapide et assez large les savoirs universitaires et leurs transpositions pédagogiques et didactiques qui est aujourd’hui poursuivi dans les journées de formation.

18Cette présence importante est liée à la finalité des programmes de donner aux élèves des clés de lecture du monde contemporain. Or les mers et les océans sont l’objet d’un intérêt renouvelé lié à la prise de conscience désormais plus large de leur rôle pour nos vies quotidiennes qu’il s’agisse des ressources, du cycle de l’eau, des produits que nous consommons (plus de 90 % du commerce international transite par la voie maritime) ou des télécommunications (Internet ne peut pas fonctionner sans les câbles sous-marins ; la financiarisation de la planète est liée aux câbles sous-marins via lesquels transitent 10 trillions de dollars tous les jours). Sur le plan diplomatique, il y a les enjeux de délimitations des zones économiques exclusives, de l’extension du plateau continental ou encore du cycle de négociations sur les espaces maritimes de haute-mer (dites BBNJ, Beyond Border of National Juridiction). Cela crée des tensions géopolitiques et militaires qui s’affirment.

19Les mers et océans sont également l’objectif de développement durable n° 14 des Nations unies « conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable ». Il importe de le comprendre à un moment où les mers et les océans sont de moins en moins peuplés de marins (en raison notamment de l’automatisation des navires civils et militaires) mais sont néanmoins beaucoup plus habités qu’il s’agisse de sportifs, de plaisanciers ou de croisiéristes et où nos sociétés les exploitent de plus en plus. Enfin, enseigner et étudier la géographie des mers et des océans obligent à décentrer le regard et à s’inscrire dans un système plus large ce qui contribue aussi à former les citoyens de demain.

Conclusion

20En conclusion, l’enseignement de la géographie des mers et des océans n’a cessé de se renforcer en France depuis le début du XXe siècle tout en construisant progressivement sa spécificité. Il se développe au gré du contexte, de la recherche et de la demande sociale.

21C’est un enseignement innovant non seulement parce que son objet reste encore assez peu ou mal connu mais aussi parce qu’il oblige à interroger les notions, concepts et approches de la géographie.

22C’est un enseignement qui est assez peu répandu sous cette forme dans le monde mais qui est en essor comme en témoigne l’annonce de la prochaine parution du premier manuel universitaire [Bischof 2020] consacré aux mers et aux océans chez un des principaux éditeurs de manuels universitaires en Amérique du Nord. Il importe donc de conserver l’avance et l’expertise françaises et de savoir les valoriser.

Haut de page

Bibliographie

Bischof, B (2020) – Marine Geography. Elsevier Science (à paraître au 1er juin)

Blais, H. (2001) – « Les voyages français dans le Pacifique. Pratique de l’espace, savoirs géographiques et expansion coloniale (1815-1845), Thèse de doctorat », Revue d’histoire du XIXe siècle, vol. 22, mis en ligne le 4 septembre 2008, consulté le 11 novembre 2019, http://journals.openedition.org/rh19/286

Ollivro, J. (2016) – De la mer au meritoire. Faut-il aménager les océans ?, Rennes, Éditions Apogée, 180 p.

Parrain, C. (2010) – Territorialisation des espaces océaniques hauturiers. L’apport de la navigation à voile dans l’océan Atlantique. Thèse de doctorat de géographie sous la direction de Louis Marrou, Université de la Rochelle, 479 p. NNT : 2010LAROF031.tel-00713524

Sellier, D. (1993) – « Avant-propos : le thème de la haute mer et la géographie », Bulletin de l’AGF, vol ; 90, n° 4, pp. 403-405, https://journals.openedition.org/bagf/1974

Vallaux, C. (1933) – Géographie générale des mers, Paris, Félix Alcan, 796 p.

Vigarié, A. (1995) – La mer et la géostratégie des nations, Paris, Economica, 427 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Smits, « Cent ans d’enseignement de la géographie des mers et des océans »Bulletin de l’association de géographes français, 97-1/2 | 2020, 192-197.

Référence électronique

Florence Smits, « Cent ans d’enseignement de la géographie des mers et des océans »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 97-1/2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/6608 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.6608

Haut de page

Auteur

Florence Smits

Inspectrice générale de l’éducation, des sports et de la recherche - Inspection générale de l’éducation, des sports et de la recherche, 110 rue de Grenelle, 75357 Paris SP 07 – Courriel : florence.smits[at]igesr.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search