Navigation – Plan du site

Genrification des activités dans l’Arganeraie : « L’éleveur » et la « concasseuse » comme figures sociales de déconstruction des agricultures familiales

The genderization of agricultural activities in the Arganeraie (Morocco). The “breeder” and the “breaker” as social figures of family farming deconstruction
Nicolas Lacombe
p. 364-384

Résumés

Le Maroc, après avoir encouragé la consolidation d’un secteur moderne et compétitif, se tourne aujourd’hui vers le développement de sa « petite agriculture ». Aujourd’hui, dans le Plan Maroc Vert, le modèle de l’exploitation familiale, prédominant au Maroc, est associé à des fonctions nouvelles, qu’il s’agisse de la sécurité alimentaire ou de la préservation des ressources naturelles. Ces choix sont couplés à la valorisation des terroirs encourageant à une professionnalisation des activités et à leur intégration au sein de filières d’activité. Dans l’Arganeraie où cohabitent autour de l’arganier l’élevage et la cueillette des fruits, nous précisons l’incidence liée à la mise en place de signes de qualité liés à l’origine (chevreaux - huile d’argan), sur l’organisation des activités familiales et le fonctionnement des cultures techniques. Cette analyse montre que la politisation de l’agriculture familiale ne permet pas de répondre aux enjeux pour lesquels elle est encouragée.

Haut de page

Texte intégral

0. Introduction

  • 1 L’usage du terme “genrification” est un parallèle conceptuel de la “gentrification”, envisagée en g (...)

1Au Maroc, des changements profonds renouvellent la relation de l’État à ses agricultures. Depuis plus d’une décennie, après avoir développé un secteur agricole compétitif voué à l’export, les politiques publiques se tournent vers la diversité des systèmes agraires. Les agricultures familiales, jusqu’alors oubliées du développement, mais qui ont pu se maintenir au sein des communautés rurales, se voient attribuer des significations nouvelles [Petit 2006]. Le Plan Maroc Vert souhaite en faire l’un des fers de lance de son pilier 2 consacré au “développement solidaire de la petite agriculture” (PMV2). L’agriculture familiale est associée à la valorisation des terroirs [Bérard & Marchenay 1995]. Sortir de l’archaïsme d’une agriculture vivrière passe ainsi par la mobilisation des signes de qualité relatifs à l’origine (SIQO). Ces derniers sont mobilisés pour répondre à des enjeux de lutte contre la pauvreté et pour préserver des ressources naturelles, deux composantes essentielles des fonctions associées à l’agriculture familiale. “Famille” et “terroir” sont-ils pour autant compatibles ? Les SIQO sont associés à un enjeu de professionnalisation des activités sur la base d’un modèle de filière caractérisé par de nouvelles coordinations verticales et une intégration des acteurs dans de nouveaux réseaux. Les SIQO assurent-ils alors la pérennité de l’agriculture familiale ? N’assiste-t-on pas, du fait d’une sectorisation des activités, à une genrification1 des modèles techniques et organisationnels, fragilisant le caractère familial de l’exploitation ?

2Nous confronterons l’action publique à sa mise en œuvre locale qui tend à dissocier institutionnellement les activités selon la nature des productions, notamment autour du genre. Il s’agira de confronter ces dynamiques à l’échelle de l’Arganeraie où cohabitent des activités de pâturage et de collecte des fruits de l’arganier, donnant lieu à la production de viandes caprines et à celle d’huile d’argan, toutes deux engagées dans des trajectoires de certification (fig. 1). L’Arganeraie est une forêt multi-usage associée à une agriculture familiale, qui se caractérise par de fortes complémentarités à la fois humaines et écologiques déterminant l’organisation du travail de domestication de l’arganier. Des changements majeurs renouvellent le fonctionnement des activités et si l’agriculture familiale fait toujours sens, elle n’est plus la même qu’hier. Nous nous attacherons notamment à préciser les modalités d’organisation du travail, dans une période où les liens à la culture technique sont renouvelés [Cornut & al. 2010, Dedieu & al. 2006]. Ce travail de recherche s’inscrit dans le cadre d’un doctorat en géographie autour des coproduits de l’élevage. Plusieurs missions ont à ce titre été réalisées au Maroc et ont permis de réaliser des entretiens auprès de nombreux interlocuteurs (pouvoirs publics, socioprofessionnels, coopératives, éleveurs, etc.), conjointement au déroulement d’un stage d’un étudiant de l’Institut agronomique et vétérinaire (IAV) Hassan II [El Ali 2012]. Les entretiens semi-directifs ont été complétés par une recherche documentaire sur les politiques publiques et leur déploiement dans l’Arganeraie.

Figure 1 – L’Arganeraie, une forêt multi-usages (Lacombe, 2014)

Figure 1 – L’Arganeraie, une forêt multi-usages (Lacombe, 2014)

3L’article se décompose en trois parties, visant dans un premier temps à éclairer le contexte de politisation de l’agriculture familiale au Maroc, en offrant notamment une caractérisation des instruments et référentiels de développement sur lesquels s’appuie sa mise en œuvre. Leur incidence sur la redéfinition des activités agricoles sera ensuite évaluée à l’échelle de l’Arganeraie, en conjuguant une approche économique (domestique/marchand), sociale (famille/secteur) et technique (complémentarité/fragmentation). Enfin seront discutées la construction locale d’une agriculture familiale nouvelle et sa capacité à répondre aux enjeux environnementaux, sociétaux et de développement local pour lesquels elle est encouragée.

1. L’Arganeraie : une forêt multi-usage associée à des enjeux écologiques

4L’Arganeraie est une forêt du sud-ouest marocain, dernier rempart du désert saharien, enclavée entre l’Atlas et les côtes Atlantiques (fig. 2). Elle s’étend sur une superficie de 820 000 hectares et abrite un arbre endémique, l’arganier, maillon central d’un système agro-sylvo-pastoral dont le fonctionnement est associé à une agriculture familiale.

Figure 2 – Aire de répartition de l’arganier au Maroc

Figure 2 – Aire de répartition de l’arganier au Maroc

5Notre zone d’étude, plus restreinte, correspond à la région de Haha, du nom de sa tribu berbère, caractérisée par des usages spécifiques de la forêt. Cette zone s’étend du sud d’Essaouira jusqu’au nord d’Agadir Elle compte une population estimée à 205 000 habitants, répartie sur une superficie de 3072 km2 [Faouzi 2011]. Cette zone est au cœur de la réserve de biosphère de l’Arganeraie (RBA), classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1998. Elle fait l’objet d’un investissement important de la part des pouvoirs publics, notamment autour de la politique des Indications Géographiques (IG), où les deux productions emblématiques de la région, à savoir l’huile d’argan et le chevreau de l’arganier, font l’objet de démarches de certification. Ces deux productions sont indissociables puisque leur existence tient à l’usage d’une ressource commune qu’est l’arganier.

2. La politisation de l’agriculture familiale au Maroc

6L’agriculture familiale au Maroc est associée à de nouveaux enjeux qui visent à rompre avec une agriculture duale qui a jusqu’ici fait la part belle à l’émergence d’un secteur moderne. Toutefois cet attachement nouveau ne se fait pas sans changement puisqu’il s’agit de sortir d’un archaïsme agraire par le biais d’une professionnalisation des exploitations agricoles. Cette agriculture de consensus, a trouvé notamment un écho autour d’un modèle agricole fondé sur la valorisation des terroirs et de leur matérialisation par la voie des SIQO et dans le cadre des politiques publiques marocaines du PMV2. L’enjeu est d’interroger la compatibilité entre le statut et le fonctionnement des agricultures familiales, confrontés à de nouveaux référentiels de développement, instruments qui en redéfinissent les significations, les normes de fonctionnement.

2.1. La prise en considération d’une agriculture duale

7On assiste aujourd’hui au Maroc à la mise en œuvre de politiques visant l’agriculture familiale, composante indissociable du PMV2 qui l’associe à la petite agriculture, vivrière, inscrite dans des espaces marginaux. La 9ème édition du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM) a inscrit l’agriculture familiale au rang des pistes d’avenir ; elle en était la thématique centrale lors des assises de l’agriculture. Ces assises se sont déroulées sous l’égide de la FAO qui a consacré 2014 comme “année internationale des agricultures familiales”. Ce nouvel élan politique nécessite toutefois de resituer l’agriculture marocaine dans son contexte historique puisque ce tournant s’inscrit en rupture avec le développement d’une “agriculture duale” [Jouve 1999]. La succession des plans d’ajustement structurels depuis une cinquantaine d’années a fait la part belle à la modernisation de l’agriculture, favorisant le développement d’une culture d’exportation (agrumes, maraîchage), associée à l’intensification de la production qui s’est diffusée par l’intermédiaire de l’appui technique. Ces choix, hérités du passé colonial, n’ont toutefois trouvé qu’une diffusion limitée, privilégiant certains espaces, essentiellement les plaines associées à l’irrigation, comme certaines catégories sociales, puisque seuls certains propriétaires fonciers issus de la nouvelle bourgeoisie agraire ont tiré profit de la redistribution des terres aux Marocains lors de l’indépendance.

8Le Maroc semble s’être tourné vers une voie nouvelle afin d’effacer ce dualisme agraire, malgré une confusion dénoncée entre le modèle entrepreneurial et l’agriculture familiale [Akesbi 2012]. Le Maroc redécouvre son agriculture au regard d’un renouveau des paradigmes du développement : le social et l’environnement, deux composantes majeures de la nouvelle voie encouragée par la FAO, acteur incontournable du secteur agricole marocain depuis l’indépendance [Akesbi 2006]. Les fonctions qui lui sont associées sont relatives à la sécurité alimentaire, à l’éradication de la pauvreté et à la gestion des ressources naturelles. Cette politisation de l’agriculture familiale ne se fait pas pour autant sans une volonté de changement puisqu’il est question d’organiser la transition d’une agriculture vivrière vers une agriculture de marché. L’agriculture familiale est devenue le symbole d’un accommodement possible entre ces différents enjeux. Elle trouve dans l’Arganeraie tout son sens, compte tenu de la grande pauvreté de cette région ainsi que des enjeux associés à la préservation de l’arganier qui fait l’objet d’un classement MAB [Fasskaoui 2009].

2.2. Professionnalisation et compétitivité des agricultures familiales

  • 2 Le PMV différencie un secteur moderne, composé d’environ 150 000 exploitations, d’un secteur tradit (...)

9L’agriculture marocaine présente un fort dualisme entre un secteur moderne et compétitif, et un secteur traditionnel prédominant qui représente 90 % du nombre d’exploitations ayant recours à une main-d’œuvre familiale2. Cette agriculture est considérée comme peu compétitive, faiblement productive, caractérisée par l’ “absence d’intégration des agricultures familiales dans une économie de marché”, leur “faible intégration vers la distribution moderne”. Le principal objectif est donc d’engager une “professionnalisation de l’agriculture familiale” [Plan Maroc Vert 2009]. Le langage du développement s’empare peu à peu des communautés rurales, avec le développement de “filières technologiques” destinées à l’agrégation et l’intégration des acteurs, de stratégies “back et front office” visant à favoriser l’adhésion des populations aux “projet”. Il est aujourd’hui prématuré d’en préciser les effets mais cette politique est empreinte d’une technique de gouvernement, de type technocratique, dont l’efficacité semble conditionnée par les sciences de l’organisation. La confrontation de ces orientations de développement vis-à-vis de leur mise en œuvre locale pose toutefois question. Si l’on met en perspective ces orientations publiques avec le fonctionnement des structures sociales connues dans l’Arganeraie, leur divergence interroge la capacité et l’efficience de cette nouvelle donne locale. Sans doute plus qu’ailleurs au Maroc, l’Arganeraie est restée à l’écart de l’étatisation de la société. En effet, cette région s’est historiquement structurée autour d’une législation forestière dérogatoire ayant fortement pesé sur la perpétuation d’un usage ancien des territoires, et où les règles d’utilisation du foncier sont essentiellement de type coutumier. Si les autorités traditionnelles, les Jmaâ, ont progressivement perdu leur place sous l’effet de l’émergence d’une administration déconcentrée et d’un statut de domanialité publique légitimant le rôle du forestier, les corps de règles régissant le comportement des usagers ont malgré tout pu se perpétuer jusqu’à nos jours. La reconnaissance des droits des populations autochtones par un Dahir de 1925 a conféré une large autonomie aux communautés rurales dans l’organisation de leurs activités, la famille représentant la principale structure sociale de délimitation de ces usages.

2.3. Une agriculture familiale associée au “terroir”

  • 3 Nous entendons par “instrumentation de l’action publique” l’ensemble des problèmes posés par le cho (...)

10La valorisation des agricultures familiales s’articule à un nouveau modèle socio-économique, celui du “terroir”, qui s’enracine peu à peu dans la construction des politiques publiques au Maroc, venant à l’appui de la construction d’un nouveau “rapport global-sectoriel” [Muller 1985]. Le Maroc en a tous les bons ingrédients puisque le développement industriel a jusqu’ici préservé une agriculture traditionnelle, que l’on survalorise aujourd’hui par la mobilisation des “savoir-faire locaux”, de la “préservation des ressources naturelles”, des produits reconnus pour leur “typicité”. Le terroir représente ainsi un modèle de consensus entre archaïsme et modernité, visant à rompre la dissociation d’une agriculture duale. Plus qu’un concept ayant fait l’objet de nombreux travaux scientifiques [Bérard & Marchenay 1995], il sert de base à l’instrumentation de l’action publique3 [Lascoumes & Le Galès 2004], elle-même articulée à la délimitation d’un nouveau modèle économique : instrument opérationnel parce que le Maroc s’est récemment doté d’une loi spéciale sur les SIQO qui en fait l’une des “technologies de gouvernement” dans l’esprit de leur application en Europe [Lascoumes 2004] ; modèle économique ensuite parce que ceux-ci ont vocation à délimiter les conditions d’une différenciation économique des productions en accord avec une économie des singularités [Karpik 2007]. Dans le cadre d’un partenariat franco-marocain, le développement d’une expérience partagée, ayant débouché sur un rapport conjoint, énonce en ces termes la place du terroir au Maroc : « Les analyses ont conduit notamment à mettre l’accent sur l’importance qui devait être donnée aux produits et aux dynamiques de terroirs ainsi qu’à une mise en œuvre raisonnée de la nouvelle loi sur les signes distinctifs d’origine et de qualité. Ces questions sont en effet importantes pour toutes les zones de montagne, oasiennes et d’agriculture sèche, lesquelles concentrent l’essentiel de la population agricole et rurale et doivent trouver de nouveaux chemins de développement durable » [CGDA, CGAAER, 2011]. L’opérationnalisation de ces enjeux dans l’Arganeraie est en cours. Elle s’appuie notamment sur deux produits phares de la forêt que nous avons pu étudier, à savoir l’huile d’argan ainsi que le chevreau de l’Arganeraie, tous deux articulés dans le fonctionnement de l’agriculture familiale. Le développement des produits de terroir assure une marchandisation des ressources spécifiques de l’Arganeraie, en cela, il s’agrège à un “tournant territorial de l’économie globale” [Pecqueur 2006], faisant entrer l’agriculture familiale dans un contexte de libéralisation des échanges [Akesbi 2001].

11Les changements touchent à la fois l’économie des systèmes agraires, l’organisation sociale, marquée par le passage d’appartenances communautaires vers des socialisations professionnelles encadrées par l’État, ainsi que les cultures techniques, associées à des enjeux performatifs d’amélioration de la productivité. Dans ces conditions, l’agriculture familiale peut-elle en sortir indemne ? A défaut de pouvoir encore en caractériser pleinement les effets, tant ces changements sont brutaux et synchroniques, il est possible d’observer des situations de transition sociotechnique [Geels 2002].

3. Une agriculture traditionnelle de type familial inscrite dans le fonctionnement communautaire de la société

12Héritière d’une histoire longue, l’agriculture traditionnelle a participé à la construction d’un modèle agro-sylvo-pastoral. La famille est une composante incontournable de l’agencement d’activités complémentaires, puisqu’elle représente une échelle de décision tout autant qu’une entité où se réalise l’organisation du travail. Elle s’inscrit au sein d’un système économique, de type domestique ; social, du fait des usages communautaires du foncier ; technique, puisqu’il agit aussi de la domestication de la forêt.

3.1. L’économie d’autosubsistance couplée à la vente vers les souks

13Dans l’économie traditionnelle, les productions sont associées à des fonctions d’autosubsistance au sein des communautés rurales. La commercialisation des productions est circonscrite à l’espace de production et s’inscrit dans un marché de proximité. Les produits issus des familles sont destinés à l’autoconsommation familiale ainsi qu’à la commercialisation vers les souks ruraux [Aziz & al. 2013] (fig. 3).

Figure 3 – Souk de Smimou (Lacombe, 2011)

Figure 3 – Souk de Smimou (Lacombe, 2011)

14Huile d’argan et chevreau représentent l’essentiel du revenu des familles, éventuellement complété par d’autres activités résiduelles, comme la pêche, ou les apports monétaires de l’émigration. Ils sont associés à des fonctions alimentaires, qui interviennent notamment dans la préparation de différents plats traditionnels comme les Tagines.

15Certains sous-produits des fruits de l’arganier, peuvent être associés à l’alimentation du troupeau en période de disette comme la pulpe séchée ou les tourteaux. La viande de chevreau est essentiellement consommée du printemps à la fin de l’été et permet de satisfaire les besoins en apports protéiques. L’huile d’argan est aussi associée à des fonctions cosmétiques et médicinales ; elle est utilisée de manière indifférenciée pour l’alimentation ou les soins du corps. Compte tenu du rôle incontournable et pluriel que jouent ces productions, l’arganier est qualifié de “don de dieu”, d’ “arbre providentiel”, et fait l’objet de rites et croyances conférant à la forêt le statut d’espace-sanctuaire [Simenel 2011]. La transformation de l’huile d’argan est essentiellement réalisée à l’échelle du foyer familial par les femmes qui en réservent une partie importante pour la consommation familiale, l’autre partie étant destinée à la vente dans les souks. Il en va de même pour les chevreaux dont la vente intervient à partir de l’Agdal qui marque le début de la période de collecte des fruits de l’arganier. Les souks hebdomadaires des différents villages jouent un rôle incontournable en termes de sécurité alimentaire des populations de l’Arganeraie, permettant la consolidation d’un échange de proximité accessible pour des populations pauvres. Ils permettent un approvisionnement constant et facile d’accès, ne faisant que rarement intervenir plus d’un intermédiaire marchand.

  • 4 Selon le Dahir du 4 mars 1925 sur la protection et la délimitation des forêts d’arganiers, ces droi (...)

16L’Arganeraie jouit d’un statut dérogatoire au droit commun forestier. L’État a reconnu l’antériorité des droits d’usages coutumiers des populations autochtones4 [Benchekroun & Buttoud 1989]. Le statut d’ayant droit confère à ses usagers des droits de jouissance incessibles au dehors de la communauté, et transmis par voie héréditaire au sein d’une société organisée autour des lignages. C’est à l’échelle des familles que se déploient et se matérialisent les différents droits d’usages sur la forêt. La principale unité de référence spatiale et sociale est le Douar, groupement d’habitations composé de sous-fragments de tribus liés par un patrilignage. L’agriculture est essentiellement familiale puisque l’ensemble de la main-d’œuvre agricole fait intervenir les différents membres du foyer familial, et en complément éventuel ceux de la famille élargie à l’échelle du Douar. La différenciation des membres est essentiellement ordonnée selon une hiérarchisation sociale. « Liés par la parenté, aucun des actifs familiaux n’a de perception individualisée de la relation entre travail et revenu. Tout le monde est à la peine, mais c’est le chef de famille qui décide de l’affectation du résultat » [Malassis 2004]. La cellule familiale gravite autour du chef de famille, figure très présente encore dans les sociétés patriarcales du Maghreb, qui régit le fonctionnement des activités au sein de la famille [Pascon 2013]. Il exerce aussi une autorité externe, en tant qu’interlocuteur privilégié dans les cas de conflits avec d’autres usagers de l’Arganeraie. A l’échelle du Douar, c’est l’ensemble des chefs de famille qui décide de l’organisation spatiale des droits d’usages et de leur répartition. Ils sont aussi les représentants exclusifs de leurs sous-segments de tribus auprès des autorités politiques comme le Caïdat, ou le Marzhen, compétents en matière d’administration de la vie civile et de la justice, par exemple dans les cas de litiges avec la législation forestière. Dans sa dimension matérielle, l’agriculture familiale se caractérise par une indifférenciation des rôles dans l’organisation du travail, femmes, enfants, frères, cousins pouvant être associés à la conduite quotidienne des troupeaux et à leur surveillance, notamment en raison de l’absence de bergers professionnels (fig. 4). Toutefois dans un contexte de scolarisation, de dévalorisation du métier de berger, la perpétuation du travail familial peut à certain titre être aujourd’hui affaiblie. Un travail de domestication de l’arganier est aussi réalisé à l’échelle familiale comme les opérations de taille, de dépressage, permettant d’assurer à l’arganier son renouvellement ainsi que sa productivité. Il est dans ces conditions difficile de différencier par type d’individu l’élevage et la production d’huile d’argan, chacun étant complémentaire de l’autre en termes de répartition familiale du travail.

Figure 4 – “Enfant berger” lors du gardiennage du troupeau (Lacombe, 2012)

Figure 4 – “Enfant berger” lors du gardiennage du troupeau (Lacombe, 2012)

3.2. La construction de complémentarités entre la chèvre et l’arganier

17L’agriculture familiale dans l’Arganeraie se caractérise par une multifonctionnalité, organisée autour de l’arganier qui représente une ressource commune à la production de viande de chevreau ainsi qu’à l’huile d’argan. Des agencements s’opèrent ainsi dans la matérialisation foncière des activités, afin d’en assurer la cohabitation. Le pâturage, la collecte de fruits et la mise en culture se révèlent complémentaires à la fois dans l’espace et dans le temps. Ils s’organisent autour d’un triptyque “chèvre-orge-arganier”. L’Agdal est au cœur de cette complémentarité, il permet une mise en défens des terres collectives associées au parcours de mai jusqu’à octobre, période destinée à la collecte des fruits de l’arganier [Faouzi 2011]. Durant cette période, les animaux sont conduits à la fois vers les Melk (privés), après la fauche des céréales (blé, orge) (fig. 5), ainsi que vers les Moucha, terres d’accès libre notamment pour les bergers qui ne disposent pas de terres privées suffisantes. L’arganier est une composante essentielle du système agro-sylvo-pastoral. Les chèvres y pâturent à la fois les feuilles ainsi que les fruits au sol ou sur l’arbre selon la période de maturité. Le pâturage comprend aussi les prélèvements sur d’autres espèces, notamment durant les périodes de repousse de l’herbe à l’automne et au printemps [El Aïch & al. 2005].

Figure 5 – Terre de parcours sur melk fauché (Lacombe, 2012)

Figure 5 – Terre de parcours sur melk fauché (Lacombe, 2012)

18Ces usages différenciés de l’espace permettent d’assurer la complémentarité des activités familiales tout autant que la régénération biologique de l’arganier. Les bergers assurent la surveillance des troupeaux pour éviter les divagations sur les terres cultivées et la dégradation des arganiers par exemple en empêchant le pâturage des jeunes pousses. Les pratiques de sélection sont aussi une composante essentielle des modes de conduite du troupeau, le pâturage aérien étant réservé aux animaux les plus jeunes (identifiables à la forme de leurs sabots) bénéficiant des meilleures aptitudes à grimper sur les arbres (fig. 6). Les animaux adultes pratiquent généralement la bipédie qui leur permet de pâturer les rameaux inférieurs [El Ali 2012]. Le travail de collecte des fruits de l’arganier est traditionnellement complémentaire du pâturage. Les chèvres ingèrent les fruits pour ensuite les régurgiter une fois dépulpés en bergerie, pulpes que les femmes vont récupérer pour assurer la transformation de l’huile d’argan.

Figure 6 – Pâturage aérien des chèvres (Lacombe, 2012)

Figure 6 – Pâturage aérien des chèvres (Lacombe, 2012)

4. L’agriculture moderne de type professionnelle familiale associée à la sectorisation des activités

19La mise en valeur traditionnelle de l’Arganeraie est aujourd’hui confrontée à de nouveaux modèles économiques fondés sur la marchandisation des produits de terroir. Ces changements encouragent l’émergence de nouveaux acteurs, parties prenantes du développement de l’Arganeraie, dont les relations s’agencent au sein de secteurs d’activités. Cette évolution contribue à celle des cultures techniques.

4.1. Une économie marchande couplée à la génération d’une rente de qualité

20Aujourd’hui, dans la perspective d’associer les productions à une nouvelle économie marchande, une dissociation forte s’opère entre espace de production et espace de consommation. Les produits sont destinés à fournir des marchés urbains, touristiques et internationaux. L’enjeu associé à la mise en œuvre d’un signe de qualité vise l’ouverture sur des marchés à haute valeur ajoutée [Allaire 2002]. Il introduit une nouvelle segmentation marchande construite autour de la valorisation d’attributs renouvelés. L’inscription des viandes caprines dans un contexte social de consommation élargie s’appuie sur la mobilisation de valeurs diététiques et nutritionnelles. Les viandes caprines, qui jusqu’ici faisaient l’objet d’une disqualification sociale au Maroc, associées à la viande du pauvre, sont aujourd’hui associées à des enjeux de santé publique qui leur permettent de se différencier des viandes ovines [Sarter, 2006]. « Le pâturage en arganeraie a eu comme effet majeur et constant une réduction de l’adiposité des carcasses et une modification du profil en acides gras dans un sens favorable car plus conforme aux recommandations nutritionnelles actuelles pour la santé humaine » [Bas & al. 2005]. Les modes de conduite avec pâturage de l’arganier sont inscrites dans le cahier des charges de l’IG sur l’agneau, au nom de la qualité. L’huile d’argan est, quant à elle, essentiellement valorisée à l’étranger sous sa forme cosmétique, vantée comme produit naturel, éthique et associé au savoir faire des femmes rurales berbères [Romagny & Guyon 2009]. Les productions caprines sont destinées à la grande distribution, à la restauration par l’intermédiaire de grossistes, comme le groupe Koutoubi. De nouveaux référentiels de transformation viennent générer des règles de traçabilité, visant notamment à stabiliser les règles sanitaires relatives à l’abattage jusqu’ici réalisé dans des tueries rurales. L’huile d’argan est principalement transformée dans les coopératives et industries oléicoles, qui se substituent à la production au sein du foyer familial, et valorisée auprès de distributeurs comme le groupe l’Oréal ou d’autres formes d’ “entrepreneurs sociaux et solidaires” qui, sous l’égide d’ONG, tirent de l’arganier de bonnes conditions de spéculation.

4.2. La différenciation fonctionnelle des activités par le genre

21La “filiérisation” des activités conduit à envisager l’agriculture familiale différemment. Il s’y opère notamment une différenciation par le genre, avec une masculinisation de l’activité d’élevage et une féminisation des activités autour de l’huile d’argan [Simenel & al. 2009]. De nouvelles catégories socioprofessionnelles sont ainsi instituées. Ces changements sont conjoints à l’émergence de filières, au développement de signes de qualité qui opèrent une verticalisation des modes de coordination au point d’aller vers une substitution des appartenances familiales par de nouvelles identités professionnelles [Dubar 1992] et la délimitation de nouveaux réseaux d’acteurs. L’ANOC, l’association des éleveurs de Haha participent à ces nouvelles formes de socialisation organisées autour du métier. L’appui technique se déploie sur des échelles individuelles de réalisation des activités en s’adressant à l’éleveur. Il se détourne en même temps de la gestion collective de l’élevage et de la forêt. Il contribue à la stabilisation de nouvelles catégories comme l’ “exploitation agricole”, sans envisager leurs interdépendances dans des contextes spatiaux marqués par la complémentarité entre plusieurs usagers. Les femmes sont, quant à elles, rangées du côté de l’huile d’argan et s’inscrivent dans des appartenances consolidées autour de l’AMIGHA (Association marocaine de l’indication géographique huile d’argane), l’ANCA (Association nationale des coopératives d’argane), regroupées autour d’une interprofession (Fim’Argane). Cette verticalisation du réseau établit une nouvelle division sociale du travail, qui segmente les fonctions des individus au sein de la chaîne de valorisation dont les relations n’ont ici plus rien à voir avec une organisation familiale de l’activité. Le statut d’ “éleveur” ne recouvre que l’une des relations au travail, tel que traditionnellement défini, alors que les fonctions de transformation et de commercialisation sont confiées à des abattoirs, sous contrôle des services vétérinaires (OMVA), ainsi que des GIE, groupements d’achat visant à délimiter une organisation commerciale collective. Il en est de même pour l’huile d’argan, où les cadres de socialisation déterminent un statut de “collectrice”, de “concasseuse”, avec l’apparition d’une activité salariale réalisée dans les coopératives et les industries. Dans ces conditions, les centres décisionnels ne relèvent plus du monopole des familles, mais s’inscrivent dans des réseaux multi-acteurs où prédominent des prescriptions décisionnelles nouvelles, qui ne sont pas neutres au regard des usages de l’arganeraie.

4.3. Dissociation des cultures techniques et fragmentation des ressources

  • 5 L’autoréférence est un concept issu de la théorie Luhmannienne de la différenciation sociale, où de (...)

22Aujourd’hui, si les communautés rurales sont usagères de droit, de fait, la mise en œuvre de ces usages se révèle de plus en plus dépendante d’ajustements qui échappent au cadre familial au profit des filières d’activité. Pâturage et collecte deviennent aujourd’hui de plus en plus fragmentés, sans envisager leurs interdépendances autour de l’arganier. Leurs relations de complémentarité cèdent le pas à l’émergence de conflits. La construction de la relation de typicité de chacune des productions est autoréférencée5 et définit les conditions d’une déconstruction du statut de ressource commune attaché à l’arganier. La certification du chevreau de l’Arganeraie encourage ainsi à survaloriser les aptitudes de la chèvre au pâturage aérien, pour définir le lien entre valeur nutritionnelle du chevreau et son mode de conduite, alors que l’IG huile d’argan contribue à naturaliser l’écosystème. De nouveaux référentiels de productivité sont aussi introduits autour du rôle de l’ANOC et de la mise en œuvre de l’appui technique pour qui l’échelle d’intervention est associée à l’exploitation (vaccination, sélection génétique), plus qu’à l’espace et à son statut collectif (fig. 7). On retrouve du côté de l’huile des réagencements semblables tels que les prescriptions du cahier des charges de l’huile d’argan, dont la défense appartient à l’AMIGHA, et qui interdit la collecte de fruits issus d’une régurgitation animale. Chaque usage se tourne ainsi le dos et une concurrence s’instaure entre des usages pourtant liés par des complémentarités biologiques, la production d’huile étant indissociable de l’élevage et celle de chevreau du pâturage des fruits de l’arganier. Les conditions de domestication de l’arganier sont ainsi renouvelées peu à peu et font intervenir des conflits de légitimité [Boubouze & El Aïch, 2005].

Figure 7 – Groupement de l’ANOC rassemblée autour de la sélection des boucs (Lacombe, 2011)

Figure 7 – Groupement de l’ANOC rassemblée autour de la sélection des boucs (Lacombe, 2011)

23A défaut de système de régulation entre activités sectorielles organisées autour d’une même ressource, la formulation de compromis se reporte autour de nouveaux objets de médiation, comme la relation à l’environnement. Un désaveu écologique est aujourd’hui associé indirectement à l’agriculture familiale, puisque le travail du berger, le pâturage des chèvres deviennent peu à peu antagoniques du renouvellement de la relation à la biodiversité dans un contexte nouveau de sensibilisation environnementale. Cette lecture écologisante de la gestion forestière a motivé en 2011 le rejet du projet de certification du chevreau de l’Arganeraie, en s’appuyant sur les risques de surpâturage, position défendue par l’AMIGHA, fervent détracteur de l’élevage dans l’Arganeraie, lors de l’arbitrage ministériel. Le forestier, le programme MAB deviennent des sources d’autorités nouvelles, puisant dans les savoirs d’experts dans le cadre de paradigmes nouveaux véhiculés par l’idéal du développement durable et une approche conservationniste de la forêt. Certaines pratiques forestières sont préconisées comme le gaulage, qui fragilise pourtant la régénération de l’arganier. Par ailleurs, certaine familles, afin d’éviter le pâturage des chèvres sur les terres collectives (Agdal), privatisent de fait l’accès à ces espaces par la mise en culture. A ce titre si l’agriculture familiale demeure, elle semble de moins en moins représenter une échelle de prise de décision. Finalement a-t-elle du sens, quand la multifonctionnalité prônée en vient à écarter l’élevage ?

5. Conclusion

24La valorisation économique du terroir, envisagée comme un nouveau modèle d’agriculture familiale, paraît en déconstruire les significations matérielles et relationnelles. Ces orientations, pilotées par des politiques publiques, encouragent l’émergence d’un modèle de filière, qui se substitue à la famille en tant qu’entité décisionnelle. Il contribue à dissocier les activités dans des réseaux différenciés tout en encourageant aujourd’hui leur concurrence, au détriment des complémentarités qui avaient pu se construire historiquement. Si le statut d’usager ayant-droit demeure, les familles deviennent de moins en moins capables de décider des ajustements alors que ceux-ci s’établissent au sein de secteurs. Les composantes horizontales du territoire (espace, communauté), inhérentes aux agricultures familiales, sont progressivement effacées par les dynamiques économiques engagées autour de la marchandisation des ressources. Par ailleurs, les cultures techniques sont réappropriées dans le sens d’une fragmentation où pâturage et collecte des fruits semblent difficilement trouver des voies de compromis alors qu’ils ont toujours été indissociables de la composition du revenu des familles (fig. 8). Si l’agriculture familiale semble encore subsister, ses traits essentiels se refondent sur la base d’un modèle renouvelé mais qui continue de tendre vers ses deux fonctions essentielles, la sécurité alimentaire ainsi que la préservation des ressources naturelles. Pourtant, les trajectoires empruntées semblent aller à l’encontre de ces deux enjeux.

25La certification des productions ne paraît guère, en effet, conforter la sécurité alimentaire des populations. Ces dispositifs visent à opérer une différenciation économique des produits sur la base de la singularisation de leurs attributs au sein d’une économie monde. Il s’agit d’instruments destinés à renouveler les fonctions de confiance, d’information entre des agents de l’échange physiquement et socialement différenciés. Les produits associés à une certification sont généralement destinés à des niches de marché permettant de générer une rente de qualité. Dans ces conditions, s’opère une dissociation entre les aires de production et de consommation, affectant la capacité des communautés rurales d’accéder à l’aliment tant la flambée des prix de l’huile d’argan rend ce produit inaccessible à l’échelle locale. Par ailleurs, les familles ne profitent que très peu de l’élévation de la valeur de l’huile d’argan qui est le plus souvent captée par l’aval de la filière. S’il est difficile d’en envisager les effets aujourd’hui, il reste que la certification du chevreau se tourne vers des dynamiques semblables qui peuvent à terme fragiliser l’accès des populations rurales à cette production.

Figure 8 – Campagne de sensibilisation de l’AMIGHA (AMIGHA, 2010)

Figure 8 – Campagne de sensibilisation de l’AMIGHA (AMIGHA, 2010)

26D’un point de vue écologique aussi, les enjeux de conservation associés à l’Arganeraie semblent difficilement compatibles avec les trajectoires de sectorisation des agricultures familiales. Une hiérarchisation des fonctions s’opère entre l’élevage et la collecte des fruits, au détriment des activités pastorales dont le rôle écologique est disqualifié. Les logiques sectorielles encouragent les pratiques d’intensification. Alors que les spéculations autour de l’huile d’argan contribuent à étendre l’emprise spatiale des activités de collecte, la place du pâturage est de plus en plus restreinte ce qui conduit dans certains cas à faire émerger des pratiques de surpâturage. De nouvelles frontières sociales et spatiales se consolident entre ces deux activités comme les pratiques de melkisation, la “genrification”, le gaulage, l’extensification des aires de collecte, le non-respect de l’Agdal, ou l’édification de clôtures qui progressivement matérialisent des exclusions réciproques.

27D’une forêt communautaire, gérée en tant que bien collectif, on assiste à une individualisation de comportements économiques qui font glisser les ressources vers des modes de gestion de plus en plus privatifs. Dans ces conditions l’agriculture familiale telle qu’elle évolue aujourd’hui ne semble pas en mesure de favoriser la réalisation des enjeux pour lesquels elle est valorisée.

Haut de page

Bibliographie

Akesbi, N. (2001) – « L’agriculture familiale au Maroc face à la perspective de libéralisation des échanges », in Milieu rural, agriculture familiale : Itinéraires Méditerranéens, Ouvrage collectif du Réseau Agriculture Familiale Comparée (Rafac), CIHEAM – IAM, Montpellier.

Akesbi, N. (2006) – “Evolution et perspectives de l’agriculture marocaine”. in Rapport 50 ans de développement humain et perspectives 2025, Casablanca, Éditions Maghrébines, pp. 85-198.

Akesbi, N. (2012) – « Une nouvelle stratégie pour l’agriculture marocaine. Le “Plan Maroc Vert” ». New Medit, vol. 11, nº. 2, Juin 2012, pp. 12-23.

Allaire, G. (2002) – « L’économie de la qualité, en ses Territoires, ses secteurs et ses mythes », Géographie, Economie et Société, vol 4, n° 2, pp. 155-180.

Aziz, A., Mormont, M., & Allali, K. (2013) – « Effets de la marchandisation de l’arganier sur la vie socioéconomique des populations de l’arganeraie marocaine » , VertigO - la revue électronique en sciences de lenvironnement [En ligne], volume 13, n° 1, https://vertigo.revues.org/13445 ?lang =fr

Bas, P., Morand-Fehr, P., El Aich, E., Dahbi, E. & Araba, A. (2005) – « Systèmes d’alimentation, performances de croissance et qualités nutritionnelles des viandes des chevreaux élevés dans l’arganeraie au sud-ouest du Maroc », Cahiers Agricultures, vol. 14, n° 5, pp. 455-460.
http://prodinra.inra.fr/record/15458

Benchekroun, R. & Buttoud, G. (1989) – « L’arganeraie dans l’économie rurale du Sud-Ouest marocain », Forêt Méditerranéenne, vol. 11, n° 2, pp. 21-23.

Berard, L. & Marchenay, P. (1995) – « Lieux, temps et preuves. La construction sociale des produits de terroir », Terrain, n° 24, pp. 153-164.

Bourbouze, A. & El Aich, A. (2005) – « L’élevage caprin dans l’arganeraie : l’utilisation conflictuelle d’un espace », Cahiers Agricultures, vol. 14, n° 5, pp. 447-453.

Cournut, S., Serviere, G., Hostiou, N., Chauvat, S. & Dedieu, B. (2010) – « L’organisation du travail en exploitations familiales d’élevage. Enseignements d’une analyse comparée conduite en France, en Amérique latine et au Vietnam », Cahiers Agricultures, vol. 19, n° 5, pp. 338-347

Dedieu, B., Serviere, G., Madelrieux, S., Dobremez, L. & Cournut, S. (2006) – « Comment appréhender conjointement les changements techniques et les changements du travail en élevage ? », Cahiers Agricultures, vol. 15, n° 6, pp. 506-513.

Dubar, C. (1991) – La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin, 278 p.

El Hadi, A. (2012) – « Le chevreau de l’Arganeraie : Valorisation du Système de Production et Interaction avec l’Espace Forestier », Mémoire d’ingénieur, IAV Hassan II, Juillet 2012

El Aich, A., Bourbouze, A. & Morand-Fehr, P. (2005) – La chèvre dans larganeraie, Rabat, Actes Editions, 123 p.

El Fasskaoui, B. (2009) – « Fonctions, défis et enjeux de la gestion et du développement durables dans la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie (Maroc) », Études caribéennes [En ligne], n° 12, Avril 2009, https://etudescaribeennes.revues.org/3711

Faouzi, H. (2011) – « L’agdal dans la dynamique des systèmes agraires des arganeraies des Haha (Haut-Atlas Occidental, Maroc) », Études caribéennes [En ligne], n° 20, | Décembre 2011, https://etudescaribeennes.revues.org/5569

Faouzi, H. & Martin, J. (2014) – « Soutenabilité de l’arganeraie marocaine », Confins [En ligne], n° 20, https://confins.revues.org/8842

Geels, F.W. (2002) – “Technological transitions as evolutionary reconfiguration processes : a multi-level perspective and a case study”, Research Policy, vol. 31, n° 8/9, pp. 1257-1274.

Jobert, B. & Muller, P. (1987) – L’État en action, Politiques publiques et corporatismes, Paris, Presses Universitaires de France, 242 p.

Jouve, A.-M. (1999) – « Evolution des structures de production et modernisation du secteur agricole au Maghreb », in A.-M. Jouve & N. Bouderbala (eds), Politiques foncières et aménagement des structures agricoles dans les pays méditerranéens : à la mémoire de Pierre Coulomb. Montpellier : CIHEAM, 1999. pp. 223-233 (Cahiers Options Méditerranéennes, n° 36)

Jouve, A.-M. (2002) – « Cinquante ans d’agriculture marocaine », in P. Blanc (ed.), Du Maghreb au Proche-Orient, les défis de l’agriculture. Paris, L’Harmattan. pp. 51-71.

Karpik, L. (2007) – Léconomie des singularités, Paris, Gallimard, 373 p.

Lascoumes, P. & Le Gales, P. (2004) – Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po, 369 p.

Lascoumes, P. (2004) – « La Gouvernementalité : de la critique de l’État aux technologies du pouvoir », Le Portique [En ligne], n° 13-14, http://1libertaire.free.fr/PLascoumes01.html

Malassis, L. (2004) - L’épopée inachevée des paysans du monde, Paris, Fayard, 524 p.

Muller, P. (1985) – « Un schéma d’analyse des politiques sectorielles », Revue française de science politique, 35e année, n° 2, pp. 165-189.

Nahrath, S., Varone, F. & Gerber J.-D. (2009) – « Les espaces fonctionnels : nouveau référentiel de la gestion durable des ressources ? », VertigO - la revue électronique en sciences de lenvironnement [En ligne], Volume 9 Numéro 1 | mai 2009, https://vertigo.revues.org/8510

Pascon, P. (2013) – « Segmentation et stratification dans la société rurale marocaine », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, https://sociologies.revues.org/4326

Pecqueur, B. (2006) – « Le tournant territorial de l’économie globale », Espaces et sociétés, 2/ 2006 (n° 124-125), pp. 17-32.

Petit, M. (2006) – « L’exploitation agricole familiale : “leçons” actuelles de débats anciens », Cahiers Agricultures, vol. 15, n° 6, pp. 486-490.

Romagny, B. & Guyon, M. (2009) – « Des souks aux marchés internationaux. La valorisation économique de l’huile d’argan marocaine : un cas d’école des contradictions du développement durable », Colloque international de l’UNESCO “Localiser les produits”, 16 p., 2009.

Sarter, G. (2006) – « Manger et élever des moutons au Maroc. Sociologie des préférences et des pratiques de consommation et de production de viande ». Thèse de doctorat de l’université Paris I, 305 p

Simenel, R. et al. (2009) – « L’argan : l’huile qui cache la forêt domestique. De la valorisation du produit à la naturalisation de l’écosystème », Autrepart 2/ 2009 (n° 50), pp. 51-73

Simenel, R. (2011) – « Comment domestiquer une forêt sans les hommes. Une ethnoécologie historique des forêts d’arganier du sud-ouest marocain ». Techniques et Cultures, n° 56, pp. 224-247.

Haut de page

Notes

1 L’usage du terme “genrification” est un parallèle conceptuel de la “gentrification”, envisagée en géographie urbaine pour exprimer des dynamiques de fragmentation sociale associées à la production de l’espace urbain. La fragmentation résulte ici d’une différenciation institutionnelle des activités par le genre qui interroge l’agriculture familiale.

2 Le PMV différencie un secteur moderne, composé d’environ 150 000 exploitations, d’un secteur traditionnel composé de micro-exploitations et de petites et moyennes exploitations agricoles, représentant 1 350 000 exploitations, parmi lesquelles on retrouve notamment l’agriculture familiale.

3 Nous entendons par “instrumentation de l’action publique” l’ensemble des problèmes posés par le choix et l’usage des outils (des techniques, des moyens d’opérer, des dispositifs) qui permettent de matérialiser et d’opérationnaliser l’action gouvernementale.

4 Selon le Dahir du 4 mars 1925 sur la protection et la délimitation des forêts d’arganiers, ces droits concernent le ramassage du bois mort, la cueillette des fruits, le parcours des troupeaux, l’utilisation du sol, la coupe du bois de chauffage, de charbonnage et de service, la coupe de branchages pour clôtures, l’enlèvement de la terre, du sable et de la pierre.

5 L’autoréférence est un concept issu de la théorie Luhmannienne de la différenciation sociale, où des sous-systèmes sociaux définissent de manière autonome leur propres normes et modalités de renouvellement sans interaction avec leur environnement [Luhmann, 1992).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – L’Arganeraie, une forêt multi-usages (Lacombe, 2014)
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 2 – Aire de répartition de l’arganier au Maroc
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/726/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3 – Souk de Smimou (Lacombe, 2011)
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/726/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 4 – “Enfant berger” lors du gardiennage du troupeau (Lacombe, 2012)
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/726/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 5 – Terre de parcours sur melk fauché (Lacombe, 2012)
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/726/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 6 – Pâturage aérien des chèvres (Lacombe, 2012)
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/726/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 7 – Groupement de l’ANOC rassemblée autour de la sélection des boucs (Lacombe, 2011)
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/726/img-7.png
Fichier image/png, 251k
Titre Figure 8 – Campagne de sensibilisation de l’AMIGHA (AMIGHA, 2010)
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/726/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lacombe, « Genrification des activités dans l’Arganeraie : « L’éleveur » et la « concasseuse » comme figures sociales de déconstruction des agricultures familiales », Bulletin de l’association de géographes français, 92-3 | 2015, 364-384.

Référence électronique

Nicolas Lacombe, « Genrification des activités dans l’Arganeraie : « L’éleveur » et la « concasseuse » comme figures sociales de déconstruction des agricultures familiales », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 92-3 | 2015, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/726 ; DOI : 10.4000/bagf.726

Haut de page

Auteur

Nicolas Lacombe

Doctorant en qualification des produits et territoire LRDE Corte – Dpt. SAD INRA – Courriel : lacombe[at]corte.inra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals