Navigation – Plan du site
Enjeux territoriaux de la transition énergétique

La transition énergétique offre-t-elle de nouvelles potentialités aux bassins d’exploitation du charbon et du lignite en Allemagne ?

Does the energy transition offer new opportunities to coal and lignite mining basins in Germany?
Michel Deshaies
p. 46-61

Résumés

La plupart des bassins d’exploitation du charbon et du lignite allemands ont vu au cours des dernières décennies leur production fortement diminuer. Seules quelques mines sont encore en activité, alors que l’essentiel des surfaces autrefois exploitées est en cours de réhabilitation et de reconversion. Ces territoires qui resteront cependant durablement, des lieux de production d’électricité à partir de ressources fossiles importées, sont en même temps en voie de restructuration par la transition énergétique qui vise à développer de nouveaux potentiels. Les caractéristiques géographiques des bassins miniers sont en effet propices au développement de nouvelles formes de production énergétique. Dans les bassins de lignite en particulier, les vastes surfaces de friches minières constituent un potentiel exploitable pour le développement des nouvelles énergies renouvelables. Dans les bassins charbonniers, les anciennes surfaces minières sont moins étendues, mais peuvent être aussi exploitées par les énergies renouvelables. À cela s’ajoute la possibilité d’exploiter les ressources de gaz de mine et de houille contenues dans les couches de charbon. À partir des exemples du développement des énergies renouvelables dans les bassins de lignite d’Allemagne orientale, ainsi que des projets d’exploitation du gaz de mine et de houille dans le bassin de la Ruhr, l’article interroge l’articulation entre le système énergétique traditionnel, particulièrement puissant dans ces régions, et le nouveau système énergétique à développer pour assurer un éventuel renouveau de ces bassins miniers.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article s’appuie sur des recherches réalisées de 2012 à 2015 dans le cadre du projet COLLENER financé par l’ANR, ainsi que du projet fédérateur GAZHOUILLE financé par le CNRS (programme du défi ENRS).

Texte intégral

Introduction

1Après avoir longtemps joué un rôle prédominant dans l’approvisionnement énergétique du pays, la production des bassins d’exploitation du charbon et du lignite allemands a fortement diminué, en particulier depuis la réunification en 1990. L’effondrement de la production de charbon dont l’exploitation devrait cesser complètement en 2018 et la forte réduction de l’extraction du lignite sont à l’origine d’une transformation de ces territoires dans lesquels les infrastructures et les héritages de l’exploitation des énergies fossiles peuvent servir de support au développement de la transition énergétique. Les territoires des anciens bassins miniers où étaient extraites des ressources énergétiques géographiquement très concentrées vont ainsi évoluer avec la mise en place d’un nouveau système de production énergétique plus décentralisé, fondé sur l’exploitation des énergies renouvelables. Contrairement au système industriel utilisant les énergies fossiles de stock comme le charbon, ce nouveau système de production nécessite de pouvoir exploiter de grandes surfaces pour capter des flux (vent, soleil, biomasse) irréguliers et de faible densité énergétique [Smil 2010, 2015].

2L’objet de cet article est de montrer comment et à quelles conditions ces territoires anciennement structurés par l’extraction minière peuvent se révéler plus ou moins favorables au déploiement de ces nouvelles formes de production énergétique à partir de sources renouvelables, ou de nouvelles ressources fossiles. Ce faisant, on interrogera le rôle des configurations socio-géographiques héritées dans l’articulation entre le système énergétique traditionnel et le nouveau système énergétique à développer pour assurer un éventuel renouveau de ces bassins miniers.

1. Les conséquences du déclin de l’exploitation des ressources fossiles sur les bassins miniers

3En Allemagne l’exploitation des ressources énergétiques charbonnières a été particulièrement importante à partir de l’unification du pays en 1871. Elle s’est développée très puissamment dans la Ruhr, devenue le premier bassin charbonnier et l’une des plus grandes régions urbaines d’Europe. Dans une bien moindre mesure, l’exploitation charbonnière s’est aussi développée dans le territoire de la Sarre et dans la région de Zwickau en Saxe (fig. 1).

Figure 1 – Le système de production d’électricité en Allemagne

Figure 1 – Le système de production d’électricité en Allemagne

4Cependant, malgré l’importance de la production charbonnière qui dès le début du XXè siècle dépassait 120 millions de tonnes par an, l’Allemagne a dû recourir de plus en plus massivement à une ressource énergétique plus médiocre, le lignite. L’extraction de ce charbon à faible pouvoir calorifique a connu un essor très important après la première guerre mondiale, rendu possible par l’exploitation à ciel ouvert dans des mines gigantesques. La région située entre Cologne et Aix-la-Chapelle, ainsi que les bassins de Leipzig et de Basse Lusace en Allemagne orientale ont été les principales zones d’extraction du lignite (fig. 1).

5Les paysages des bassins houillers et des bassins de lignite ont été ainsi profondément transformés par le développement de l’exploitation. Mais alors que les bassins houillers sont devenus de grandes régions urbaines très densément occupées, les bassins de lignite ont attiré un peuplement beaucoup moins important en raison des moindres besoins de main d’œuvre et des plus faibles développements industriels générés par les mines. Les paysages des bassins de lignite se caractérisent par d’immenses exploitations à ciel ouvert alternant avec des zones de lacs, de forêts et de cultures réalisées à l’emplacement des anciennes mines réhabilitées. En bordure des mines s’étendent de petits pôles urbains rassemblant des ensembles de cités ouvrières et les activités de transformation du lignite qui aujourd’hui sert exclusivement à alimenter de grosses centrales thermiques.

6Si le déclin de l’exploitation du charbon s’est amorcé dès le début des années 1960 du fait de la montée en puissance du pétrole et de la concurrence des importations, l’extraction du lignite a atteint son apogée à la fin des années 1980 en raison de son importance primordiale pour l’approvisionnement énergétique de la RDA (République Démocratique Allemande). En 1989 par exemple, la production de lignite de la seule RDA dépassait 300 millions de tonnes, alors qu’en Allemagne de l’Ouest environ 110 millions de tonnes étaient extraites du bassin de Cologne. Aussi, en 1989, la production de charbon et de lignite de l’ensemble des deux Allemagnes couvrait-elle encore près de 36 % de la consommation d’énergie primaire. Depuis lors, la poursuite du déclin de l’exploitation charbonnière, ainsi que l’effondrement de la production de lignite de l’Allemagne de l’Est à la suite de la Réunification a réduit cette part à 13 % en 2013. Presque toutes les mines de charbon en Allemagne de l’Ouest, ainsi que la plupart des mines de lignite en Allemagne de l’Est ont été fermées, laissant de vastes espaces de friches minières. Il faut noter cependant que si les dernières mines de charbon du pays devraient fermer en 2018, l’exploitation du lignite va encore se poursuivre pendant plusieurs décennies sur un petit nombre de très grandes mines à ciel ouvert situées aussi bien dans l’Ouest que dans l’Est de l’Allemagne.

7Malgré la forte diminution de l’extraction minière, les bassins charbonniers, tout comme les bassins de lignite sont appelés à rester encore pendant longtemps les principaux centres de production d’électricité du pays (fig. 1). Dans le cas des bassins de lignite cela se comprend parce que la réduction de la production s’est faite surtout sur les usages autres que la production d’électricité qui absorbe désormais plus de 95 % du lignite, avec des centrales modernes à haut rendement (jusqu’à 43 % pour les dernières centrales mises en service). Pour le charbon, la fermeture des mines n’a pas empêché de maintenir une consommation qui atteint 57 millions de tonnes par an, désormais presque entièrement importées. Si les centrales à lignite sont utilisées principalement pour fournir le courant de charge de base, les centrales à charbon jouent un rôle clef pour couvrir les périodes de forte augmentation de la consommation.

8Dans tous ces bassins, le déclin de l’exploitation a multiplié les friches minières qui, pour la plupart d’entre elles, ont été réhabilitées, ou sont en voie de réhabilitation. Cette réhabilitation consiste à procéder à des aménagements permettant de restituer à ces terrains miniers un nouvel usage de nature souvent très différente en fonction de leurs caractéristiques physiques (topographie, nature des sols, etc.) et de leur situation géographique. Dans les zones urbaines des bassins houillers comme la Ruhr, les friches minières ont le plus souvent été reconverties pour installer de nouvelles zones d’activités industrielles ou commerciales, ou des zones d’habitat. Une partie des infrastructures minières (chevalements, bâtiments remarquables) a fait aussi l’objet d’une mise en patrimoine, ou alors, à l’image des terrils et d’une partie des carreaux de mine, a été aménagée en zone « naturelle » ou de loisirs [Deshaies 2007, Boldt & Gelhar 2008]. Les terrils de la Ruhr ont été ainsi systématiquement verdis, boisés et plusieurs d’entre eux ont été couronnés par des œuvres d’art ou des éléments architecturaux marquants, à l’image du Tetraèdre du terril de la Beckstraße à Bottrop (photo 1).

9Dans les bassins de lignite, en particulier en Allemagne orientale où la plupart des mines ont été fermées depuis la Réunification, les paysages sont en pleine évolution avec la formation progressive de vastes lacs dans les excavations résiduelles et le reboisement d’une grande partie des friches minières (photo 2). La question principale qui se pose est celle de l’usage futur de vastes surfaces lacustres et forestières dont on aimerait bien qu’elles puissent servir de support à de nouvelles activités économiques, alors que la plupart des emplois liés au secteur du lignite ont disparu et que la population connait une forte diminution.

Photo 1 - Le Tétraèdre couronnant le terril de la Beckstraße à Bottrop dans la Ruhr (Deshaies, 2009)

Photo 1 - Le Tétraèdre couronnant le terril de la Beckstraße à Bottrop dans la Ruhr (Deshaies, 2009)

Photo 2 – Lac en cours de constitution dans l’ancienne mine de lignite de Meuro à Großräschen en Basse Lusace (Deshaies, 2015)

Photo 2 – Lac en cours de constitution dans l’ancienne mine de lignite de Meuro à Großräschen en Basse Lusace (Deshaies, 2015)

2. Les transformations de la transition énergétique

10La transition énergétique, devenue le mot d’ordre de la politique énergétique allemande, s’est donné pour objectif prioritaire de sortir du nucléaire à l’horizon 2022. Cette politique a principalement favorisé l’accroissement de la production d’électricité à partir de sources d’énergies renouvelables qui doivent à terme, se substituer complètement aux énergies fossiles. Dans le contexte allemand, La transition énergétique (Energiewende) est conçue comme un tournant radical, à l’image du changement politique de 1989 qualifié de « die Wende » [Deshaies 2013]. En fait, aux yeux des promoteurs de la transition énergétique, il s’agit non seulement de réaliser un changement du système énergétique, mais aussi une transformation profonde de l’économie et de la société, comparable à celui provoqué par la révolution industrielle. Dans cette optique, l’objectif de la transition énergétique est de substituer aux structures de production centralisées et contrôlées par des grandes sociétés capitalistiques, un système très décentralisé de petites structures de production qui, dans l’idéal, appartiendraient aux citoyens pouvant ainsi assurer leur autonomie énergétique. Ce renversement de situation conduirait à passer du système établi depuis la révolution industrielle de l’energy for space à celui de l’energy from space [Brücher 2009], puisque la production d’énergie en quantités importantes à partir de sources renouvelables nécessite d’équiper de grandes surfaces en éoliennes ou en panneaux photovoltaïques.

11La mise en œuvre de la transition énergétique n’a commencé à se concrétiser qu’avec l’arrivée au pouvoir de la coalition rouge-verte dirigée par Gerhard Schröder (1998-2005). Le gouvernement a alors voté la loi sur la cessation programmée de l’utilisation de l’énergie nucléaire, accompagnée par la mise en place d’une politique très volontariste de soutien aux énergies renouvelables. L’élément central de cette politique est la loi EEG (Erneuerbare Energien Gesetz) du 1er avril 2000 qui met en place un système de tarifs d’achat avantageux pendant 20 ans pour les producteurs d’énergies renouvelables, rendant l’investissement dans ce secteur particulièrement attractif [Bruns & al. 2009, 2010, Mautz & al. 2008].

12La loi EEG a permis le développement rapide de grosses capacités installées pour la production d’électricité à partir de sources d’énergies renouvelables, d’abord dans l’éolien, puis dans un second temps en biomasse et en photovoltaïque. En quelques années, la capacité éolienne installée a été multipliée par six pour dépasser 18 GW dès 2005 et depuis lors elle a doublé avec une capacité de 38 GW fin 2014. Les investissements dans les autres sources d’énergie renouvelables, aux technologies plus coûteuses, se sont développés plus tardivement, à partir de 2004 pour le photovoltaïque et les utilisations de la biomasse pour la production de courant électrique, notamment à la suite de la révision de la loi EEG en 2004. Le photovoltaïque a alors connu une explosion d’investissements. La capacité installée qui était d’environ 1100 MW en 2004, a atteint 6500 MW en 2009 pour se hisser à 35 700 MW fin 2013.

13Grâce à cet effort d’accroissement des capacités installées, la production d’électricité à partir des énergies renouvelables a fortement augmenté, puisqu’elle a été multipliée par six, passant de 26 TWh en 1998 à 152 TWh en 2013. Alors qu’en 1998 les énergies renouvelables n’atteignaient pas 5 % de la production d’électricité, leur part s’est élevée à 25 % en 2013. L’Allemagne est même devenue le premier producteur européen d’électricité à partir de sources renouvelables. Mais ce développement accéléré des énergies renouvelables intermittentes a généré aussi de nouveaux problèmes dans le fonctionnement du système de production d’électricité.

14Le premier problème est que les variations considérables de la production de sources d’énergie intermittentes sont presque toujours en décalage avec celles de la consommation. C’est pourquoi, il est nécessaire pour les gestionnaires de réseau d’effectuer en permanence des ajustements à partir de la production des centrales thermiques ou hydroélectriques afin de compenser les fluctuations de la production éolienne et photovoltaïque. Cela a pour conséquence de provoquer à certains moments de surabondance de l’offre de production électrique, un effondrement des prix du courant qui, à terme, compromet la rentabilité des centrales thermiques de réserve, pourtant indispensables pour pallier aux fluctuations de la production des renouvelables.

15Le deuxième problème est lié au déséquilibre important qui existe entre l’Allemagne du Nord où se trouve l’essentiel des capacités de production éolienne et l’Allemagne rhénane et du Sud où la consommation d’électricité est la plus importante. Or, ce déséquilibre va encore s’amplifier avec la fermeture des réacteurs nucléaires encore en fonctionnement qui va priver l’Allemagne du Sud d’une grande partie de sa production électrique [Deshaies 2014]. Il faudra alors au moins partiellement compenser ce déséquilibre en assurant le transfert du courant produit en Allemagne du Nord par de nouvelles lignes à haute tension dont les coûts de construction sont très élevés et le tracé suscite de vives oppositions de la part des futurs riverains de ces lignes.

16Pour surmonter ces problèmes, il est nécessaire de trouver à la fois de nouvelles capacités de stockage énergétique et de développer des capacités de réserve. La poursuite des objectifs de la transition énergétique nécessite également de pouvoir exploiter des surfaces importantes pour l’implantation de nouvelles capacités de production d’énergie renouvelable. Quelles potentialités les bassins houillers et de lignite offrent-ils pour la mise en place de ce nouveau système énergétique ?

3. Les nouvelles potentialités des bassins de lignite

17La transition d’un système énergétique avec une production centralisée à un système décentralisé à partir de sources renouvelables suppose de pouvoir exploiter d’importantes surfaces (energy from space) [Brücher 2009]. Or, la disponibilité en surfaces exploitables est précisément l’une des conditions et des limites au développement des énergies renouvelables. Dans le cas présent, les nouvelles surfaces exploitables se trouvent principalement dans des régions plutôt rurales et éloignées des grands centres de consommation urbains, comme le littoral de la mer du Nord, ou les régions de campagne de la plaine du Nord, en Brandebourg, en Saxe-Anhalt, ou en Basse-Saxe. Les anciens bassins miniers présentent la particularité d’être des régions densément peuplées, avec d’importantes surfaces anciennement minières ou industrielles disponibles pour de nouveaux usages. Ces surfaces ont le double avantage d’être situées à proximité de centres urbains fortement consommateurs d’énergie et de grands centres de production que sont les centrales thermiques, d’où partent des lignes de transport électrique sur lesquelles peuvent aisément se brancher les nouvelles capacités de production renouvelable.

18Si les bassins d’exploitation du lignite et du charbon sont restés des centres majeurs de production d’électricité à partir des sources d’énergie fossile traditionnelles, la restructuration du secteur de l’extraction qui a conduit à la fermeture de la plupart des mines a libéré des surfaces immenses. À la fin des années 1990 une partie de ces surfaces a été utilisée pour implanter des infrastructures de production d’énergies renouvelables comme des parcs éoliens et des parcs photovoltaïques. Les bassins de lignite d’Allemagne de l’Est sont de loin les régions qui disposent des plus vastes surfaces. Aussi ont-ils vu s’installer de grandes capacités de production éolienne, en particulier dans le bassin de Basse Lusace où les surfaces de friches minières exploitables sont les plus importantes. Dans ces régions de plaine, l’exploitation du lignite a créé de vastes plateaux de déblais d’une cinquantaine de mètres de hauteur qui offrent un excellent potentiel éolien.

19Après la réunification, ces friches minières ont été l’objet d’opérations de réhabilitation des paysages réalisées par une société publique, la LMBV (Lausitzer und Mitteldeutsche Bergbauverwaltungsgesellschaft mbH). Celle-ci est chargée de dépolluer les anciens sites miniers et de réaliser les travaux de renaturation, reboisement et remise en culture des friches minières, ainsi que d’accompagner la réutilisation de ces espaces en recherchant des investisseurs pour de nouvelles activités.

20La LMBV qui avait en 1995 la propriété de 100 000 ha de friches minières dans les bassins de lignite, a réussi depuis lors à vendre les deux tiers de ces surfaces pour accueillir de nouvelles activités, ou pour le reboisement. Parmi ces nouvelles activités, le développement des énergies renouvelables tient une place importante, puisque 1500 ha de friches minières ont été vendus pour installer des parcs éoliens. L’insertion des énergies renouvelables est venue ainsi accompagner le façonnement de ce nouveau paysage et s’est faite en deux temps dans la région de Schipkau, à l’ouest de Senftenberg (fig. 2) : entre 1999 et 2006, l’implantation d’une cinquantaine d’éoliennes pour une puissance installée d’environ 100 MW ; ce qui constituait à l’époque le plus grand parc éolien d’Europe. Ce projet a été réalisé par la société Ventotec, un développeur éolien originaire de Basse-Saxe en Allemagne de l’Ouest. L’implantation des premières éoliennes en 1999 faisait directement suite aux résultats de l’étude commanditée par le Land de Brandebourg et publiée en 1996 sur les possibilités de construction d’éoliennes sur des accumulations de déblais miniers. Celle-ci soulignait notamment le gros potentiel éolien qui existait au sommet des plateaux de déblais miniers et en particulier sur celui dominant le village de Klettwitz (qui fait partie de la commune de Schipkau), considéré comme l’un des meilleurs sites de tout le Brandebourg.

Figure 2 – Friches minières et parcs éoliens dans le bassin minier de Basse Lusace en 2014

Figure 2 – Friches minières et parcs éoliens dans le bassin minier de Basse Lusace en 2014

21Les fortes disponibilités en surfaces ont aussi été saisies par des investisseurs dans le photovoltaïque, notamment à la suite de la modification de la loi EEG en 2009 qui a limité les possibilités d’implantation des parcs photovoltaïques aux surfaces en conversion comme les friches minières, industrielles ou militaires. La LMBV a alors établi un recensement des surfaces pouvant se prêter à l’installation des parcs photovoltaïques et a recherché des investisseurs. Dans la région de Schipkau, cela a abouti en 2011 à l’implantation de plusieurs grands parcs photovoltaïques sur les friches minières de l’ancienne exploitation de Meuro qui s’étendent à la fois sur les communes de Schipkau, Großräschen et Senftenberg.

  • 1 Le repowering consiste à remplacer des éoliennes anciennes par de nouvelles éoliennes plus puissant (...)

22Au cours des dernières années et notamment depuis la catastrophe de Fukushima en 2011 qui a donné une impulsion supplémentaire à la transition énergétique, de nombreux nouveaux parcs éoliens ont été créés, ou sont en cours de construction dans l’ensemble de la Basse Lusace, soit sur des friches minières, soit à proximité. Les anciennes éoliennes (43 au total) de Klettwitz/Schipkau ont été démontées en 2014/2015 pour être remplacées par 27 éoliennes deux fois plus puissantes (photo 3) ; ce qui constitue le projet de repowering1 le plus important d’Allemagne. Il est prévu aussi de créer de nouveaux parcs éoliens sur les surfaces minières et souvent reboisées situées à proximité des parcs actuels. Si ces projets se réalisent, la plus grande partie des surfaces minières de l’ancienne exploitation de lignite de Klettwitz aura alors été utilisée pour le développement de l’éolien. Ainsi, à côté des cheminées et des tours de refroidissement des centrales thermiques qui dominaient jusqu’à présent les paysages, les champs d’éoliennes sont devenus des éléments caractéristiques des paysages du bassin de lignite.

23La région d’aménagement de Lusace-Spreewald dont fait partie le bassin de lignite, est d’ailleurs devenue au cours des années 2000, l’un des plus grands producteurs d’énergie renouvelable en Allemagne (fig.2). L’ensemble de la production d’électricité d’origine renouvelable atteignait 3000 GWh en 2010, dont les deux tiers provenaient des éoliennes et le reste se partageait en parts égales entre le photovoltaïque et la biomasse. La région produisait alors suffisamment de courant à partir de sources renouvelables pour couvrir l’ensemble de la consommation annuelle de ses 630 000 habitants. À ce titre, la région fait d’ailleurs partie du réseau des régions à 100 % d’énergie renouvelable2. Il faut souligner cependant que la part des énergies renouvelables reste faible par rapport à celle des deux centrales à lignite locales qui, avec environ 42 TWh en 2010 fournissent environ 90 % de la production d’électricité, l’essentiel de celle-ci servant à alimenter les grands centres urbains comme Berlin. Dans quelle mesure le développement futur de nouvelles capacités de production renouvelable sera-t-il capable de remplacer une part significative de la production des centrales à lignite, cela reste pour le moment encore largement une interrogation.

Photo 3 – Nouveau parc éolien dans l’ancienne mine de lignite de Klettwitz en Basse Lusace (Deshaies, 2015)

Photo 3 – Nouveau parc éolien dans l’ancienne mine de lignite de Klettwitz en Basse Lusace (Deshaies, 2015)

4. Les potentialités plus difficilement exploitées des bassins houillers

24Les bassins charbonniers d’Allemagne de l’Ouest (Sarre et Ruhr) ne disposent pas d’un potentiel comparable à celui des bassins de lignite dans la mesure où les friches minières et les terrils qui pourraient servir de support au développement des énergies renouvelables constituent des surfaces beaucoup plus limitées et situées au milieu de zones densément urbanisées. Plusieurs sites ont néanmoins été exploités pour accueillir des infrastructures de production à partir de sources d’énergie renouvelable. Près de la moitié des terrils de la Ruhr, soit environ 70 d’entre eux, présentent des conditions intéressantes pour y installer des éoliennes. En raison de leur élévation de 50 à 150 m au-dessus de la surface topographique, ils constituent des collines artificielles où la vitesse du vent est bien supérieure à celle de la plaine. Malgré ces conditions favorables, jusqu’à présent seuls deux terrils ont vu l’implantation d’éoliennes. Le premier est celui de Hoppenbruch à Herten qui a été équipé d’une éolienne en 1997. Il a fallu ensuite attendre 2010 pour que deux éoliennes de 3,3 MW soient installées au sommet d’un des plus grands terrils de la Ruhr, celui d’Oberscholven dans la partie nord de Gelsenkirchen. L’une des difficultés de l’exploitation des terrils pour l’énergie éolienne est qu’ils se trouvent le plus souvent au milieu de zones d’habitat urbain et qu’en raison de la législation en vigueur dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, les éoliennes doivent être implantées à une distance des habitations qui soit au minimum trois fois supérieure à leur hauteur (soit désormais au moins 600 m, condition difficile à remplir en zone urbaine). Le terril d’Oberscholven a pu être exploité parce qu’il est encadré de zones industrielles : à l’ouest par la centrale thermique de Scholven et à l’est par une raffinerie.

25Mais plusieurs projets de construction ont échoué à la suite de contestations concernant l’impact des éoliennes sur les zones d’habitat, voire même sur le paysage du terril car depuis les années 1990 beaucoup de terrils sont devenus des marqueurs paysagers et des zones de loisirs de proximité pour les habitants de la région urbaine. Ainsi, un projet d’implantation de cinq éoliennes sur le terril Großes Holz à Bergkamen a été rejeté en 2013 car celui-ci est en partie couvert de forêt et a le statut de zone de loisirs de proximité. Or, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie la législation n’autorise pas la construction d’éoliennes dans les forêts, même dans des boisements récents comme ceux réalisés sur les terrils. Par contre, un autre projet de construire quatre éoliennes sur le terril Kohlenhuck de l’ancienne exploitation « West » à Kamp-Linfort devrait pouvoir être réalisé au cours de l’année 2015. L’une des conditions favorables au projet est qu’il s’agit d’un terril très récent puisque la mine n’a été fermée qu’en 2012. En conséquence, il n’a pas encore été boisé et utilisé comme zone de loisirs. De plus, il n’y a aucune zone d’habitation à proximité.

26Malgré son moindre impact paysager, le développement du photovoltaïque n’a pas été non plus à la hauteur du potentiel important qui existe en surfaces disponibles. Deux projets de prestige ont néanmoins été réalisés au cours des années 1990. Il s’agit d’une part du parc scientifique Rheinelbe à Gelsenkirchen qui abrite un institut du photovoltaïque appliqué. D’autre part, la friche de l’ancienne mine Mont Cenis à Herne-Sodingen a servi de support à la construction en 1997 de l’Akademie Mont Cenis, un bâtiment audacieux à charpente de bois et aux murs de verre, recouvert de ce qui était à l’époque le plus grand toit photovoltaïque du monde (puissance installée de 1 MWp). Sur cet ancien site minier, on a aussi installé des captages du gaz de mine qui alimentent trois petites centrales de cogénération intégrées dans un « parc énergétique ». Le site de Mont Cenis réalisé dans le cadre de l’IBA Emscher Park a été conçu comme un site de démonstration permettant d’illustrer la combinaison possible des énergies renouvelables avec les énergies fossiles résiduelles de l’ancienne exploitation du charbon qui restent finalement la principale ressource potentielle.

27Le projet emblématique de l’Akademie Mont Cenis à Herne-Sodingen, a servi de modèle pour de nombreux autres projets dans le bassin de la Ruhr où, à la fin 2009, on comptait 45 communes utilisant le gaz de mine pour faire fonctionner des centrales de cogénération. Ces initiatives ont été favorisées par les dispositions de la loi EEG de 2000 sur les énergies renouvelables qui permet au courant électrique produit par ces centrales de cogénération de bénéficier d’un tarif d’achat favorable. Cette utilisation du gaz de charbon a été aussi fortement encouragée au niveau du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dans le cadre de « l’initiative sur les énergies d’avenir » d’octobre 2001. Outre l’intérêt d’utiliser une source d’énergie locale, la récupération et la consommation du gaz de charbon sont présentées comme une contribution à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, dans la mesure où cela empêche le méthane de se disperser dans l’atmosphère.

28De nombreux projets d’exploitation du gaz de mine ont pu ainsi être réalisés sur les anciens sièges d’exploitation minière situés dans le cœur du bassin houiller, notamment dans la partie la plus densément urbanisée de la conurbation. Par contre, il existe aussi des projets visant à capter le gaz de mine, ou même le gaz de houille dans les parties périphériques du bassin houiller. Or, ces projets rencontrent beaucoup plus de difficultés à être réalisés. Le projet de gaz de mine que la société Mingas a voulu développer à Baerl-Binsheim en 2007, dans la partie occidentale de la ville de Duisburg, s’est heurté à une forte opposition des habitants qui ont finalement obtenu gain de cause en 2010 avec l’abandon du projet. Celui-ci consistait à installer un siège d’extraction dans un terrain libre, au milieu d’une zone d’habitation et à construire une petite centrale de cogénération à proximité. Dans cette partie de la ville de Duisburg présentant la physionomie d’un village et n’ayant pas été affectée dans le passé par l’exploitation minière, le projet n’a pas pu remplir les conditions de l’acceptabilité. L’étude des arguments échangés pour s’opposer au projet d’exploitation du gaz de mine illustre le débat plus général sur les conditions à réunir afin de favoriser l’acceptabilité de nouveaux projets d’extraction dans une partie du bassin houiller moins directement marqué par l’exploitation minière.

  • 3 HammGas est une société d’économie mixte détenue à 30% par l’entreprise municipale de Hamm, ville d (...)

29En octobre 2014, la société HammGas3 a annoncé son intention de mettre en œuvre un projet de forage de gaz de houille sur le territoire de Ascheberg, une commune située en bordure nord du bassin houiller, dans un paysage essentiellement agricole, malgré la proximité de l’agglomération de la Ruhr. Dès le projet annoncé, les opposants se sont mobilisés et ont exprimé leur crainte des nuisances et de la dégradation de l’environnement ; ce qui a conduit la société HammGas à organiser avec la mairie plusieurs réunions d’information entre novembre 2014 et juin 2015. Plus d’une centaine de questions ont été récoltées et traduisent les inquiétudes concernant les risques perçus par la population :

  1. la crainte que le forage n’entraîne à court terme des dégradations de l’environnement, en particulier de la qualité des eaux alimentant les villages et les fermes, mais aussi des effets tels que des nuisances sonores et des secousses sismiques. La question de la technique de forage employée a fait l’objet de nombreuses questions afin d’obtenir que celle-ci ne soit en aucune mesure comparable au « fracking ».

  2. des craintes à plus long terme concernant le développement du projet et notamment la multiplication des forages comme on a pu le constater pour l’exploitation du gaz de schiste aux États-Unis. C’est pourquoi la question de l’approvisionnement en eau des futurs sites d’exploitation a fait l’objet de plusieurs questions.

  3. la question de la valorisation et de l’utilisation du gaz extrait occupe aussi une place importante. Les habitants ont souhaité savoir si le gaz serait utilisé localement et dans quelle mesure son exploitation pouvait à la fois créer des emplois et apporter des ressources financières à la commune.

30À toutes ces interrogations, la société HammGas a donné des réponses argumentée et a obtenu l’autorisation d’effectuer un premier forage d’essai au cours du dernier trimestre de l’année 2015. Ces réactions montrent néanmoins la difficulté à développer des projets d’extraction de gaz de houille dans les zones périphériques du bassin houiller où il n’existe pas d’héritages liés directement à l’exploitation du charbon.

Conclusion

31La mise en œuvre de la transition énergétique va dans les prochaines décennies profondément transformer le système de production d’électricité en Allemagne [Buchan 2012, Deshaies 2014]. Mais ces transformations vont être différenciées suivant les régions. Du fait de la priorité donnée à la sortie du nucléaire à l’horizon 2022, ces changements vont d’abord affecter plus profondément le système de production des Länder du sud où se trouvent la plupart des réacteurs encore en activité. Pour compenser la fermeture des réacteurs nucléaires, les centrales thermiques localisées sur les bassins charbonniers ou de lignite vont continuer à jouer le rôle clef qui est le leur actuellement et qui sera d’ailleurs d’autant plus important qu’elles seront alors les seules centrales pouvant fournir le courant de charge de base. C’est ce qui explique notamment que depuis 2009 la production des centrales à lignite et à charbon n’a pas cessé de progresser, avec pour conséquence une augmentation substantielle des émissions de gaz à effet de serre [Deshaies 2014]. Dans un second temps, la montée en puissance des énergies renouvelables devrait permettre aussi de se substituer à une partie de la production des centrales thermiques, sans que l’on puisse pour le moment envisager une substitution complète du fait de l’intermittence de l’éolien ou du photovoltaïque.

32Dans ce cadre en cours de transformation, les bassins charbonniers et de lignite ont des potentialités inégales pour le développement des énergies renouvelables qui sont largement dues aux héritages de l’exploitation minière. Les bassins de lignite offrent un fort potentiel d’anciennes surfaces minières qui, en particulier en Allemagne de l’Est, a été exploité pour l’implantation de grosses capacités éoliennes et photovoltaïques. Un nouveau système de production éolienne et photovoltaïque s’est ainsi installé à proximité des centrales thermiques. Il reste toutefois de taille faible par rapport au système basé sur les énergies fossiles. Dans les bassins charbonniers comme celui de la Ruhr, le développement des énergies renouvelables est beaucoup plus modeste et est même entravé par la densité de l’urbanisation et les usages des surfaces qui pourraient être utilisées par le nouveau système énergétique. La seule ressource potentielle importante qui pourrait être exploitée et permettre une substitution partielle au charbon est le gaz de houille. Mais pour le moment, les oppositions à l’exploitation de cette ressource sont fortes et s’expliquent en partie par la mauvaise image qu’a laissée l’extraction minière traditionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Boldt, K.-W. & Gelhar, M. (2008) – Das Ruhrgebiet, Landschaft, Industrie, Kultur, Darmstadt, WBG, 168 p.

Brücher, W. (2009) – Energiegeographie, Berlin/Stuttgart, Gebrüder Bortraeger Verlagsbuchhandlung, 280 p.

Bruns, E., Ohlhorst, D., Wenzel, B. & Köppel, J. (2009) – Erneuerbare Energien in Deutschland. Eine Biographie des Innovationsgeschehens, Berlin, Technische Universität Berlin, 554 p.

Buchan, D. (2012) – The Energiewende - Germany’s gamble, Oxford, Oxford Institute for Energy Studies, 35 p.

Deshaies, M. (2007) – Les territoires miniers, exploitation et reconquête, Ellipses, Paris, 224 p.

Deshaies, M. (2013) – « Essor et limites des énergies renouvelables en Allemagne : la transition énergétique en question », La Revue de l’Énergie n° 613 – mai-juin 2013, pp. 169-184.

Deshaies, M. (2014) – « Ambiguïtés et limites de la transition énergétique en Allemagne », Vertigo, volume 14, n° 3 : http://vertigo.revues.org/15515

Mautz, R., Byzio, A. & Rosenbaum, W. (2008) – Auf dem Weg zur Energiewende : Die Entwicklung der Stromproduktion aus erneuerbaren Energien in Deutschland, Göttingen, Universitätsverlag Göttingen, 174 p., [en ligne] : www.oapen.org/download ?type =document&docid =353968

Schneider, J., Pabst, J., Icha, P., Drosihn, D., Kuhs, G., Dreher, M. Behrens, M., Gniffke, P., Köder, L., Bünger, B. & Osiek, D. (2014) – Daten und Fakten zu Braun- und Steinkohlen, Status quo und Perspektiven, Umwelt bundesamt, 40 p. [en ligne] : http://www.umweltbundesamt.de/publikationen/daten-fakten-zu-braun-steinkohlen

Smil, V. (2010) – Energy transitions, Westport, Praeger, 178 p.

Smil, V. (2015) – Power density, Cambridge, The MIT Press, 306 p.

Haut de page

Notes

1 Le repowering consiste à remplacer des éoliennes anciennes par de nouvelles éoliennes plus puissantes afin d’augmenter la production.

2 Le projet des régions à 100% d’énergie renouvelable (100ee : http://www.100-ee.de/) est une initiative du ministère de l’environnement (BMU) lancée en 2007, visant à identifier les facteurs locaux de réussite de la transition énergétique et à diffuser ces résultats dans les régions

3 HammGas est une société d’économie mixte détenue à 30% par l’entreprise municipale de Hamm, ville de l’est du bassin de la Ruhr (voir : http://www.hammgas.de/startseite/)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Le système de production d’électricité en Allemagne
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/784/img-1.png
Fichier image/png, 220k
Titre Photo 1 - Le Tétraèdre couronnant le terril de la Beckstraße à Bottrop dans la Ruhr (Deshaies, 2009)
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/784/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Photo 2 – Lac en cours de constitution dans l’ancienne mine de lignite de Meuro à Großräschen en Basse Lusace (Deshaies, 2015)
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/784/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 2 – Friches minières et parcs éoliens dans le bassin minier de Basse Lusace en 2014
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/784/img-4.png
Fichier image/png, 241k
Titre Photo 3 – Nouveau parc éolien dans l’ancienne mine de lignite de Klettwitz en Basse Lusace (Deshaies, 2015)
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/784/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Deshaies, « La transition énergétique offre-t-elle de nouvelles potentialités aux bassins d’exploitation du charbon et du lignite en Allemagne ? », Bulletin de l’association de géographes français, 93-1 | 2016, 46-61.

Référence électronique

Michel Deshaies, « La transition énergétique offre-t-elle de nouvelles potentialités aux bassins d’exploitation du charbon et du lignite en Allemagne ? », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 93-1 | 2016, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/784 ; DOI : 10.4000/bagf.784

Haut de page

Auteur

Michel Deshaies

Professeur à l’Université de Lorraine – Courriel : michel.deshaies[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals