Navigation – Plan du site
Logiques métropolitaines et sélectivité urbaine

Berlin, ville créative : enjeux socio-spatiaux d’une stratégie de développement urbain

Berlin as creative city: socio-spatial issues of an urban development strategy
Camille Boichot
p. 98-114

Résumés

Depuis le début des années 2000, Berlin, capitale de l’Allemagne, voit se développer des politiques urbaines “créatives”. En reprenant le modèle à succès de la ville créative, les édiles locaux cherchent à affirmer le dynamisme et l’attractivité culturelle, mais aussi économique, d’une métropole qui peine à sortir de la crise qui la touche depuis la désindustrialisation. Comment ces politiques ont-elles été développées dans le contexte urbain berlinois ? Quelles en sont les conséquences en termes d’organisation socio-spatiale des espaces urbains concernés ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Berlin, jeune capitale de l’Allemagne réunifiée, première ville d’Allemagne par sa population, est aussi devenue en trois décennies l’une des villes artistiques les plus attractives du monde. La culture y joue un rôle tout particulier : comme l’a montré Boris Grésillon, Berlin affirme son statut métropolitain aussi, et peut-être même d’abord, par son dynamisme culturel [Grésillon 2002]. Ce dynamisme joue non seulement un rôle dans l’affirmation de Berlin comme le pôle culturel majeur du réseau urbain allemand, mais aussi comme facteur politique contribuant à la réunification, et comme facteur économique, en contribuant à l’attractivité d’une ville en crise, dont le tissu économique reste fragilisé par la perte massive d’emplois industriels [Krätke 2002].

2Les enjeux d’une culture berlinoise multi-facettes et dynamique sont de taille et l’action politique constitue un levier majeur de son développement. Les politiques urbaines, en soutenant plus ou moins le secteur culturel, jouent ainsi un rôle considérable dans le développement et l’organisation sociale et spatiale de ses différentes branches. Depuis le début des années 2000, les édiles berlinois misent particulièrement sur le développement de ce secteur comme un des piliers du développement économique d’une ville qui peine à résorber le déficit conjugué de la perte de nombreux emplois industriels et d’une réunification qui coûte cher. Et depuis le début des années 2000, ces mêmes édiles reprennent et diffusent le vocable de l’économie créative pour désigner les secteurs de l’économie culturelle et mettre en avant leur potentiel innovant et leurs liens avec les secteurs scientifiques et technologiques.

3La mise en place de politiques urbaines « créatives » – c’est à dire les politiques urbaines qui se définissent par ce vocable et qui visent à soutenir l’économie créative – et plus seulement culturelles témoigne d’un changement de perception des secteurs culturels qui a des conséquences sur la manière de soutenir et de promouvoir ces secteurs comme sur leur organisation socio-spatiale.

4C’est sur les politiques créatives menées par les acteurs politiques berlinois à différents échelons que se penche cet article. L’objectif est de montrer comment le modèle désormais bien connu de « ville créative » est peu à peu devenu un mantra des politiques urbaines berlinoises, et d’en étudier les conséquences sur le développement de la capitale allemande, dix ans après l’émergence des politiques créatives à Berlin [Colomb 2012].

5Que signifie aujourd’hui mener une politique de « ville créative » ? Quel rôle ces politiques jouent-elles dans le développement ou au contraire la perte de vitesse du secteur culturel à Berlin ? Comment ces dynamiques se traduisent-elles dans l’espace urbain ? Quelles inégalités contribuent-elles à produire ou au contraire à réduire du point de vue des espaces et des groupes sociaux qu’elles visent plus particulièrement ?

6L’analyse de données empiriques récentes nous amènera dans un premier temps à poser les jalons de la compréhension de l’organisation urbaine et des dynamiques d’un secteur aussi varié qu’inégalement développé. Cela nous permettra ensuite de comprendre le rôle des politiques urbaines dans l’organisation de ce secteur. Une fois ce rôle mis en avant, nous montrerons que les modalités de soutien aux différentes branches du secteur culturel et la valorisation d’une image de métropole créative dynamique ne vont pas sans favoriser le maintien ou l’émergence d’inégalités socio-spatiales dans les espaces concernés ou oubliés par ces politiques.

1. Berlin, ville créative ?

7« Creative city Berlin ». Le nom de la plate-forme de ressources dédiée aux acteurs de l’économie créative et créée à l’initiative du Sénat de Berlin ne laisse aucun doute quant à la volonté de structurer un secteur créatif dynamique à Berlin et d’imposer l’image d’une ville non plus seulement « culturelle », mais bien créative, entendons par là dynamique économiquement, innovante et attractive. Pourquoi ce mot créatif serait-il à lui seul porteur de l’ensemble de ces objectifs ? Et comment le secteur créatif ainsi formalisé est-il organisé à Berlin ? C’est ce que nous montrons dans cette première partie de l’article, en revenant d’abord sur les origines du mot « créatif » et des politiques qui en découlent avant de nous attarder sur l’organisation urbaine de ce secteur à Berlin.

1.1. La ville créative : un modèle contesté mais orientant les politiques de développement urbain

8Depuis le début des années 2000, un nouveau vocable est apparu, celui de la ville créative. Il traduit l’intérêt des pouvoirs publics et des acteurs économiques du secteur privé pour des secteurs considérés comme fortement innovants, rassemblés sous la bannière de la créativité.

9Définir la ville créative n’est toutefois pas chose aisée, puisqu’au dire même de Charles Landry, qui fut le premier à populariser cette notion auprès des acteurs du développement urbain, la créativité est multiforme (2000). Elle correspond à « une imagination appliquée utilisant des qualités telles que l’intelligence, l’inventivité et la formation continue » [Landry 2008, 2ème ed., xxi]. Le terme créatif n’est pas choisi par hasard et renvoie autant à la capacité à produire de nouvelles idées, technologies ou contenus des acteurs économiques qui tirent l’essentiel de leurs revenus de leur créativité, qu’au champ symbolique de la création et à l’aura artistique et esthétique qui l’englobe. La créativité apparaît comme une ressource économique pour des professionnels aussi divers que les artistes, les ingénieurs, les scientifiques etc. [Florida 2002]. Landry et ses successeurs accordent une place centrale aux artistes et à la culture. Ce rôle majeur tient notamment au fait que la ville créative est un avatar de l’économie du signe où prévaut la production symbolique [Lash & Urry 1994].

10C’est sur le dénominateur commun de la créativité que peut se définir un secteur économique aux contours renouvelés, celui des industries créatives ou culturelles et créatives. La formalisation de ce secteur reste cependant relativement floue et varie selon les contextes d’applications. Le plus souvent, il rassemble les activités culturelles, médiatiques, et les activités liées aux technologies et aux télécommunications. Ce regroupement sous la bannière de la créativité – entendons innovation et production symbolique – permet d’une part de répondre à la nécessité de réformer les classifications économiques et industrielles traditionnelles – à l’image de la répartition classique en trois secteurs – qui ne permettent plus de décrire l’organisation de la production dans les sociétés postindustrielles. D’autre part, cette nouvelle configuration sectorielle permet d’intégrer dans un ensemble dit « productif », un ensemble industriel, le secteur culturel, jusqu’alors peu considéré comme un secteur producteur de valeur économique.

11Ce détour par la formalisation du secteur créatif effectué, on comprend mieux le lien entre ville créative et renouveau économique. En effet, dès le départ, la notion de ville créative est proposée comme une réponse à la crise du modèle urbain européen des Trente Glorieuses, basé sur un capitalisme industriel pourvoyeur d’emplois. Elle est forgée par et pour les politiques urbaines, dans le but de réorienter et redynamiser l’économie urbaine [Landry 2000]. Les notions de ville et de classe créatives ont ainsi séduit des politiques en manque de solutions peu onéreuses pour favoriser le renouveau économique des villes [Eckert & al. 2012]. Développer des aménités destinées à attirer les populations dites créatives serait en effet, selon le modèle prôné par R. Florida, la clé du renouveau et du succès économique pour les régions urbaines.

12Ce modèle fait cependant l’objet de vives critiques. D’abord parce qu’il semble très artificiel de rassembler sous une même bannière des professions et des groupes sociaux très différents dont les statuts socio-économiques vont de très précaires à très favorisés, et aussi parce qu’on ne saurait parler de classe sans sentiment d’appartenance collectif [Krätke 2010, Vivant 2006]. Ensuite, parce que ce modèle est un modèle de développement urbain enjoignant à l’individualisation des risques économiques à travers une flexibilité et des capacités innovatrices maximales de la part des individus, qui vise à rendre les villes attractives pour les populations à forte valeur ajoutée dans une économie ultra-libérale où la production symbolique joue un rôle croissant. Ce faisant, il favorise certains groupes d’acteurs économiques appartenant préférentiellement aux « classes dirigeantes » (« Dealer class » [Krätkte 2010]) au détriment des autres et produit des inégalités économiques, sociales et spatiales. Enfin, des études empiriques récentes sont venues démontrer l’inopérabilité des théories de la ville et de la classe créative comme outil de développement économique régional [Martin-Brelot & al. 2010, Krätke 2011].

13Si ces critiques sont aujourd’hui largement répandues dans les milieux scientifiques, il n’en reste pas moins que ces modèles séduisants ont fait long feu dans les secteurs opérationnels des politiques économiques et urbaines. Les promesses d’un renouveau urbain tourné vers la créativité, la flexibilité, le bien-être ont en effet su séduire et réorienter pour partie les stratégies des pouvoirs publics.

1.2. Éléments de l’économie créative berlinoise

14Berlin n’est pas en reste, en témoigne la priorité accordée au développement de l’économie créative. Depuis l’émergence du discours de la créativité dans les années 2000 dans les domaines des politiques et du marketing urbains en particulier [Colomb 2012, 2013], celui-ci gagne du terrain et est aujourd’hui une stratégie de développement économique affichée.

15Toute la performativité du discours est présente dans la formalisation de ce nouveau secteur par les pouvoirs publics berlinois et par des institutions telles que la Chambre de commerce et d’industrie (IHK). Il fait l’objet d’une attention particulière de la part du Sénat depuis l’initiative pour l’économie culturelle en 2004 [Colomb 2011, Boichot 2012]. Il regroupe, selon la définition retenue par le département « économie, technologie et recherche » du Sénat de Berlin les secteurs de la musique, du livre, des arts visuels, du spectacle vivant, de la presse, de la publicité, de la télévision, de l’architecture, du design et des jeux vidéo [Projekt Zukunft 2014].

16Notons que la définition de l’économie créative retenue par les acteurs politiques diffère sensiblement de la définition complète de la ville créative, dans le sens où elle n’intègre pas les secteurs de l’économie du savoir qui constituent des secteurs en forte croissance à Berlin, c’est-à-dire la recherche et l’ingénierie médicale et pharmaceutique et les activités de Recherche et Développement [Krätke 2004, 2011].

17Le secteur ainsi formalisé génère 8,5 % du Produit Urbain Brut berlinois. Le tableau ci-après, extrait des données présentées par le Sénat de Berlin pour tracer les contours de ce qui est défini comme le « cluster économie créative, médias et information et télécommunications » montre qu’il s’agit d’un secteur en expansion : le nombre d’entreprises a augmenté de 4,6 %, celui des actifs de 14 % entre 2011 et 2012. Ce secteur contribue aussi au dynamisme démographique de Berlin, qui se distingue ainsi de la plupart de ses voisines en déclin [Oswalt & Kulturstiftung des Bundes 2004]. La taille relativement restreinte de ce secteur, malgré son dynamisme, mise en regard de l’importance stratégique qui lui est accordée, montre bien toute l’importance du discours comme outil d’orientation économique et politique.

18Par ailleurs, la grande diversité des situations économiques selon les branches de ce secteur invite à considérer avec nuance les dynamiques urbaines qui le caractérisent ainsi que les politiques dont il fait l’objet. Les actifs des branches du secteur créatif gagnent en moyenne 1791 euros nets par mois en 2001, soit un revenu net légèrement supérieur à la moyenne des actifs (1690 euros nets en 2011). Cependant, les ressources des actifs diffèrent selon leur branche d’activité, les plasticiens étant les moins riches, avec en moyenne 1185 euros par mois, les artistes du spectacle vivant gagnant en moyenne 2195 euros par mois, les architectes 2168. Bien entendu il s’agit là de chiffres moyens, qui ne traduisent pas la disparité des revenus au sein d’une même branche. C’est particulièrement vrai pour le cas des artistes plasticiens. Parmi les artistes déclarés à la KSK, ce qui comprend ceux qui déclarent et peuvent vivre régulièrement de leur activité, le premier quart déclare des revenus de 800 euros net par mois en moyenne, le dernier quart déclarant quant à lui gagner en moyenne1850 euros. Cette très grande disparité des situations économiques du secteur de l’économie créative souligne là encore l’artificialité d’un tel regroupement, dont la réalité économique tient avant tout à la puissance symbolique du discours en lui-même.

Tableau 1 – Chiffres clés de l’économie créative

Entreprises (2012)

Croissance entreprises 2011-2012

Chiffre d’affaires 2012

Croissance chiffre d’affaires 2011-2012

Actifs 2012

Croissance nombre d’actifs 2011-2012

Économie créative (logiciels et jeux vidéo inclus)

23 565

4,6 %

13 124 056

10,4 %

169 450

14 %

Sources : Registre des entreprises (Unternehmensregister) et statistiques de l’Agence Nationale de l’emploi (Bundesagentur für Arbeit), 2012, pour Projekt Zukunft 2014 

19La localisation des activités dites créatives souligne ensuite la forte concentration centrale de ce secteur. La carte ci-après montre que les entreprises berlinoises classées dans le secteur créatif sont pour l’essentiel concentrées dans les limites du Ring, qui délimitent aussi l’Innenstadt berlinoise, partie la plus dense de la ville. On observe, dans cette zone la plus centrale, un axe continu de Kreuzberg à la City-West, à Charlottenburg, axe qui longe pour partie la Spree et traduit une attractivité forte des espaces les plus centraux. On observe également plusieurs noyaux de concentration. Les principaux sont ceux que nous avons indiqués sur la carte présentée par le Sénat de Berlin : Prenzlauer Berg-Mitte, Schöneberg-Charlottenburg, Kreuzberg-Neukölln et Friedrichshain. Ces quatre noyaux représentent des contextes urbains d’implantation différents et sont d’implantation plus ou moins récente et spécialisée. Le secteur d’implantation dont l’identité « créative » est la plus marquée et revendiquée nous semble être celui de Prenzlauer Berg-Mitte. Situé dans l’ancien Berlin-Est, il est marqué par une implantation historique d’activités artistiques et culturelles dans le Nord-Est de Mitte en direction de Prenzlauer Berg [Grésillon 2002, Boichot 2012]. La concentration que l’on observe sur la carte regroupe plusieurs des « scènes créatives » [Lange 2007] les plus connues de Berlin comme la Kastanien Allee ou la concentration de galeries et de lieux artistiques de la Spandauer Vorstadt et du Scheunen Viertel à Mitte. Celles-ci se sont développées au tournant des années 1980 dans l’ancien Berlin-Est et ont profité du formidable appel d’air et du dynamisme culturel des lendemains de la chute du Mur [Grésillon 2002]. Elles constituent aujourd’hui un des pôles artistiques et culturels majeurs de Berlin.

20Notons au passage que les artistes ne font pas partie du recensement établi par la chambre de commerce et d’industrie (IHK). Les données complémentaires spécifiques aux artistes, disponibles par le biais de la caisse d’assurance maladie des artistes [Boichot 2012, Mühlhans & Walther 2013] montrent les mêmes tendances de concentration centrale, avec deux noyaux clairement marqués à Prenzlauer Berg et Kreuzberg, s’étendant vers le nord de Neukölln, Friedrichshain et la mairie de Pankow.

21En-dehors du secteur des jeux vidéo et des logiciels, toutes les branches de l’économie créative telle qu’elle est définie ici par le Sénat témoignent des mêmes tendances à la concentration centrale. On observe cependant des différences en termes de mixité des usages. Les activités telles que le design, la publicité ou la presse sont davantage installées dans des quartiers à forte densité commerciale ou des quartiers d’affaire comme dans la City-West ou Mitte, où ils peuvent avoir pignon sur rue et bénéficier de la visibilité forte de ces espaces. Les activités artistiques surtout, mais aussi de petites entreprises du design, des media etc… sont davantage présentes dans les zones mixtes d’activités et de résidence. Cela tient autant au fait que bon nombre de professionnels de ces secteurs mêlent espaces de vie et de travail [Lange 2007, Boichot 2014], que cela soit par choix ou par nécessité ; qu’à l’organisation d’un espace urbain ancien, datant des Gründerjahre, où locaux commerciaux et artisanaux jouxtent les espaces d’habitation.

22Retenons de ce passage en revue rapide des espaces de l’économie créative que ceux-ci sont nombreux, concentrés dans les quartiers centraux et organisés autour de noyaux de concentration d’activités plutôt mixtes que spécialisés dans l’une ou l’autre branche. Les dynamiques urbaines des différentes branches de l’économie créative témoignent, toujours selon les chiffres de l’IHK et de la Technische Universität, d’une stabilité de l’établissement des entreprises du secteur depuis 2008. Les secteurs de Mitte, Prenzlauer Berg et Charlottenburg, qui sont bien établis depuis les années 1990 [Grésillon 2002] sont stables et conservent tout leur attrait. Cette permanence des pôles est concomitante de dynamiques d’implantations plus récentes sur les « fronts urbains » de la gentrification [Smith 1996, Colomb 2012].

23Ces données de cadrage, issues de la synthèse réalisée par le Sénat de Berlin dans son troisième rapport sur l’économie créative [2013], montrent un secteur dynamique mais dont il faut garder à l’esprit le poids relativement restreint dans l’économie de la ville, qui permet aussi de comprendre l’intérêt des acteurs politiques et économiques à regrouper des secteurs jusqu’alors distincts pour en faire un secteur plus important.

24Cette volonté unificatrice ne doit pas non plus faire disparaître les réalités économiques très différentes des différentes branches de ce secteur. Culture et publicité ne se financent par exemple pas selon les mêmes modèles, l’un ayant davantage besoin de mécénat public ou privé que l’autre. Enfin, ces données montrent une répartition centrale des activités, ainsi que la relative stabilité des principales centralités créatives. Les politiques urbaines liées à ce secteur concernent ainsi avant tout des zones urbaines denses, un bâti assez disparate mais marqué plus qu’ailleurs par la prédominance de l’ancien et une mixité d’usage importante, même si évidemment ces grandes lignes sont à nuancer selon les secteurs et les échelles d’observation. Ce cadrage nous permet de mieux comprendre les enjeux des politiques urbaines liées à l’économie créative que nous analysons dans la seconde partie de cet article.

Carte 1 – Localisation des entreprises créatives à Berlin en 2013

Carte 1 – Localisation des entreprises créatives à Berlin en 2013

Carte extraite du troisième rapport sur l’économie créative (2013, p. 87) et traduite par l’auteure.

2. Les politiques urbaines de la créativité, vectrices d’inégalités ?

25La constitution du secteur de l’économie créative résulte d’une volonté politique avant toute chose. Les contours de ce secteur posés dans le cas de Berlin, nous montrons ici quels acteurs et quels leviers d’action politique en accompagnent le développement. Notre objectif est de comprendre la spatialisation de ces politiques et de mettre en évidence les inégalités socio-spatiales que ces politiques peuvent contribuer à produire ou à renforcer.

2.1. Des mesures politiques sectorisées

26Les politiques concernant le secteur créatif à Berlin sont sectorisées et s’inscrivent dans des temporalités plus ou moins longues, allant de l’accompagnement de projet à court terme au soutien à long terme de branches considérées comme innovantes. Elles sont portées par différents acteurs, à plusieurs échelles et font l’objet de réorganisations au gré des projets et de l’intérêt des acteurs publics. A l’image d’un secteur peu homogène, le paysage des politiques créatives est disparate, même si une volonté d’homogénéisation se dégage. Nous dressons ici un portrait rapide des principaux porteurs du modèle créatif à Berlin, tout en soulignant que ce que l’on pourrait appeler la galaxie de la créativité est bien plus étendue et intègre de façon plus ou moins pérennes d’autres acteurs, notamment privés ou du tiers-secteur.

27Les acteurs locaux sont les principaux porteurs des politiques créatives, le Sénat en étant l’acteur central. Son action de soutien à l’économie créative, par le biais du département « économie, technologie et recherche », s’inscrit dans le long terme – toutes proportions gardées – des politiques de soutien à l’innovation, notamment par le biais du Projekt Zukunft (projet Futur), initié dans les années 1990.

28Le Projekt Zukunft est un levier du soutien du Land de Berlin à l’économie créative, identifiée comme un secteur de croissance majeur. Son action est indirecte et consiste d’une part à favoriser l’implantation et le développement des entreprises de ces secteurs en promouvant les aménités de localisation : crédits d’impôt, participation aux projets d’aménagement urbain publics-privés, identification des lieux attractifs par le biais d’études etc. D’autre part, Projekt Zukunft joue le rôle d’intermédiaire et de catalyseur pour la mise en réseau des acteurs locaux.

29C’est par le biais de cette structure qu’a été mise en place la plate-forme Creative City Berlin, plate-forme de mise en réseau et d’informations ciblant les entrepreneurs du secteur créatif. L’existence de cette plate-forme témoigne d’un mode d’accompagnement politique consistant avant tout à créer les conditions de l’émergence, de la reconnaissance et ensuite de l’auto-organisation du secteur. Creative City Berlin est notamment pourvoyeur d’informations quant aux moyens de financement existants dans les différentes branches du secteur, mais il ne s’agit en aucun cas d’un organisme financeur, ce qui se comprend aussi comme un signe révélateur de la réduction drastique des budgets publics, notamment dans le secteur culturel.

30Projekt Zukunft soutient plus directement un certain nombre d’événements vitrines du dynamisme du secteur créatif et catalyseur de réseaux locaux, régionaux, voire internationaux. Berlin Fashion Week, Berlin Art Week ou encore Berlin Music Week ont ainsi vocation à permettre la mise en liens des différents acteurs de ces secteurs et une plus grande visibilité de la capitale allemande, notamment internationale. L’organisation d’un Creative Dinner en septembre 2015 dans le cadre du Projekt Zukunft et de la plate-forme Creative City, où étaient invités les représentants phares de l’économie créative, parachève ce portrait des instances sénatoriales comme catalyseur de réseaux.

31D’autres partenaires locaux importants interviennent de manière plus ponctuelle dans le soutien aux différents acteurs créatifs, la Chambre de commerce et d’industrie (IHK), le département de la Ville de Berlin aux affaires culturelles et les services culturels des différents arrondissements. Le service culture de l’arrondissement de Neukölln soutient par exemple des événements culturels tels que les 48 heures de Neukölln.

32Les dispositifs de soutien existants répondent aussi à une volonté européenne de favoriser le développement de l’économie créative, par le biais d’un soutien aux régions et aux regroupements localisés d’entreprises travaillant en partenariat – les clusters. Les modalités de diagnostic et d’accompagnement de ces régions et clusters sont orientées par les conclusions des études commanditées par l’Union européenne et les pays partenaires comme le Creative Industry Policy Paper, dans lequel B. Lange, géographe allemand spécialiste et promoteur de l’économie créative et S. Amann, experte pour l’Union européenne, synthétisent les enjeux et recommandations pour la mise en œuvre de politiques régionales de soutien efficace à l’économie créative [2014]. Il s’agit d’un document produit dans le cadre du projet européen Interreg IVc visant l’amélioration des politiques régionales dans différentes branches, dont l’économie créative. Les auteurs relèvent trois enjeux majeurs du secteur à l’échelle régionale : mise en réseau des différents acteurs, positionnement des villes et régions dans la compétition économique internationale et développement d’infrastructures publiques souples de soutien à ce secteur, gage de davantage de flexibilité dans les formats, les modalités et les volumes du soutien mis en œuvre. Le nerf de la guerre reste là aussi évidemment la compétitivité économique accrue des régions européennes, les villes et régions urbaines étant les têtes de pont de ces réseaux et systèmes productifs à forte teneur symbolique et innovante.

33Les recommandations de ce document de cadrage tiennent en cinq points : l’investissement d’abord, permettant les conditions favorables au développement et au maintien de l’innovation, comme dans le cas de l’aide au financement de brevets. L’aide à la commercialisation sur des marchés à différentes échelles est un second point. Les auteurs prennent pour exemple le soutien apporté aux Maisons de Mode à Lille et Roubaix. La stimulation des réseaux entre acteurs au sein et entre les différentes branches est également conçue comme un élément favorable au développement de l’économie créative. Il s’agit de mettre en avant des spécificités en s’appuyant sur une gestion dite « ouverte » des ressources, c’est-à-dire en favorisant les échanges informels et intersectoriels, ces facteurs locaux mis en avant de longue date par les chercheurs travaillant sur les conditions géographiques de l’innovation [GREMI 1990, Camagni 1991]. Enfin, les politiques sont enjointes de favoriser l’émergence de ces contextes favorables à l’innovation en s’appuyant notamment sur des dispositifs participatifs.

34Outre son rôle prescripteur, l’Union européenne soutient également plus directement certains projets, notamment dans le cadre des dispositifs Horizon 2020.

35Ce tour d’horizon ne vise pas à établir un catalogue exhaustif, mais permet de montrer la diversité et l’hétérogénéité des acteurs et des politiques de soutien à l’économie créative. On voit qu’il s’agit essentiellement d’infrastructures légères, donc moins onéreuses et plus flexibles, qui fonctionnent par un jeu de niveaux d’action emboîtés, le tout dans la droite ligne des injonctions dominantes des « bonnes pratiques » de la gouvernance urbaine néo-libérale promue à tous les échelons, du Land à l’Union européenne [Krätke 2004].

36Les politiques urbaines de la créativité sont finalement caractérisées par leur hétérogénéité : il n’existe pas à Berlin de stratégie planificatrice spécialement dédiée à l’économie créative. Au contraire, l’analyse des politiques urbaines montre que la créativité est présente comme un atout à valoriser dans différents types de politiques, économiques, du logement, d’internationalisation etc. La cohérence des politiques urbaines de la créativité réside essentiellement dans l’objectif commun de valorisation de l’image de la ville comme ville dynamique et créative, compétitive à l’échelle internationale. Ces politiques partagent également un mode de fonctionnement par projet, qui finance ponctuellement des mesures sectorisées, pour les arts plastiques, le design etc. ou visent à améliorer le contexte urbain d’installation. Ces politiques concernent en priorité les espaces centraux de Berlin, mais les enjeux ne sont pas les mêmes selon le type d’espace concerné.

2.2. La ville créative au risque des inégalités socio-spatiales

37L’organisation de l’espace urbain joue un rôle clé dans les politiques créatives. A la suite des chercheurs travaillant sur les conditions spatiales de l’innovation, les politiques urbaines intègrent la nécessité d’un contexte favorable à l’émergence d’idées et de produits nouveaux. En cela, l’action sur l’environnement urbain fait partie intégrante des moyens d’action pour favoriser le développement de l’économie créative.

38La carte ci-après est extraite d’une étude réalisée pour le service « développement urbain » du Sénat de Berlin intitulée Kreative Räume in der Stadt. Integration von Kunst, Kultur & Co. in der Berliner Stadtentwicklung en 2008. Le zonage proposé montre que la créativité concerne différents types de quartiers et pour chaque type de quartier sont présentés les ingrédients de l’alchimie créative. Le tableau 1 suivant la carte décrit de façon synthétique le type de quartier, les enjeux et les outils de planification destinés à développer et assurer la pérennité des éléments créatifs dans chacun des quartiers.

Carte 2 – Espaces de l’économie créative et leviers d’action

Carte 2 – Espaces de l’économie créative et leviers d’action

StadtArt, Kunzmann, Dümcke, 2006

39L’identification de zones cible montre des enjeux et des moyens d’action différenciés proposés par les auteurs. Les zones établies et spécialisées pourront faire l’objet de marketing urbain et de politiques économiques favorables à l’implantation ou au développement des activités, notamment par le biais de mesures fiscales et foncières. Favoriser une atmosphère propice est une gageure dont les instruments seraient, dans des zones où la créativité est davantage le fait de petits entrepreneurs, d’artistes et d’acteurs culturels, l’appui – principalement passif – aux usages temporaires et des mesures de maintien et de protection de la mixité sociale.

Tableau 2 – Propositions pour la durabilité et le développement des espaces créatifs à Berlin.(Ebert et Kunzmann, 2007)

Espaces de l'économie culturelle

Modèles stratégiques

Instruments de planification

(1) Zone touristique, en particulier quartiers récréatifs et zones d'implantation des entrepreneurs culturels compétitifs (inter)nationalement

Édification d'une conception urbaine de la culture et de l'économie culturelle par le biais de l'assimilation de l'offre touristique récréative adaptée

Développement de stratégies de géomarketing local

(2) Quartier touristique « branché »* avec petites structures de production de biens et services culturels

Maintien d'une offre culturelle variée et de petite taille dont une offre de niches

Test de l’efficacité d'un arrêté de protection du milieu sur la durabilité des niches touristiques de l'économie culturelle

(3) Quartier ethnique « branché » avec petites structures de production de biens et services culturels

Maintien de la mixité

- Soutien dans les quartiers avec l'expertise des Quartiersmanagement** (ex. : soutien à des groupes cibles comme les entrepreneurs issus de l'immigration)

- Soutien au développement d'offres culturelles tournées vers l'accueil de public

(4) Aire d'influence des écoles d'art, de musique, de design, des médias et des technologies (Spin-off***)

Définition d'un concept considérant les infrastructures de formation comme noyau à l'origine du développement des secteurs culturels

- Mise en place de schéma-cadre de développement autour des infrastructures de formation

- Développement des usages temporaires

(5) Entreprises reconnues dans le secteur culturel, bénéficiant d'une situation privilégiée (« bonne adresse »)

Observation, maintien et gestion de l'état actuel

(6) zone d'implantation des entreprises des médias et des technologies de l'information, des films, et de la télévision

Qualification des zones de développement dans le cadre des plans d'urbanisme (implantation et foncier)

Définition de schéma-cadre pour l'amélioration et d'élargissement des zones d'activités et la qualité des espaces urbains

(7) Zone de développement de l'économie culturelle

Tolérance large et soutien passif des occupations temporaires dans le cadre de projets culturels dans les zones de développement stratégique de ce secteur.

Développement des concepts d'usage temporaire

Développement des concepts d'usage temporaire

Traduction et synthèse de l’auteure

40Ces mesures associent là aussi des domaines d’action variés, ayant trait au logement, à l’éducation, à la santé, à l’accessibilité etc. Les modalités sont définies selon le contexte mais entrent fréquemment dans le cadre du dispositif Soziale Stadt. Ce document fait partie du corpus d’études favorisant le positionnement de Berlin comme ville créative. On y lit la pluralité des instruments politiques et publicitaires utilisés ou mobilisables, mais surtout la cohérence qu’offre le vocable de la créativité à un ensemble de mesures et de projets visant à la (re)valorisation et à l’attractivité des espaces urbains berlinois.

41En creux, on voit également, au sein de ces zones, le risque d’exclusion d’autres types d’acteurs que ceux identifiés comme les piliers économiques locaux. Dans les espaces où la créativité est brandie comme un argument de transformation urbaine comme dans le cas du projet Mediaspree [Dohnke 2014], l’éviction des activités et des populations moins désirables se fait par le biais de la privatisation et de la transformation des espaces publics, par l’accompagnement de la privatisation du foncier et l’amélioration du parc de logements. De manière générale, les promoteurs usent parfois très directement de la publicité assurée par la présence de « créatifs » comme garants de la qualité du cadre de vie. L’augmentation des prix immobiliers n’est clairement pas directement imputable à la présence ou à la volonté d’attirer des créatifs, mais la présence d’activités ou d’individus créatifs est utilisée comme faire-valoir et outil indirect de transformation, de valorisation et surtout de privatisation des espaces urbains [Holm 2010, Boichot 2014].

42Cette association est de plus en plus perçue et dénoncée dans la société civile, sous la forme de mobilisations anti-gentrification, à Neukölln par exemple [Boichot 2014], hostiles aux projets urbains comme Mediaspree, à l’instar de l’initiative « Mediaspree Versenken » (« Couler Mediaspree ») [Dohnke 2014]. L’ensemble de ces mouvements, présents également dans d’autres villes d’Allemagne comme Hambourg, associe de plus en plus souvent les individus estampillés « créatifs » dans des revendications au droit à la ville, voire au « droit à la ville créative » [Novy & Colomb 2013].

43En parallèle de ces prises de conscience et mobilisations, certaines mesures politiques visent également à réduire les inégalités d’accès aux espaces centraux, tant du point de vue des activités économiques que de l’accès au logement. Il ne s’agit pas de mesures politiques directement associées au modèle de la ville créative. Toutefois, dans la mesure où ce modèle est un horizon d’action, certaines mesures peuvent être considérées comme des contreparties aux inégalités produites par son application. C’est en partie le cas des politiques d’encadrement des loyers, qui s’inscrivent dans un spectre plus large d’action contre l’éviction des plus pauvres, mais qui, associées au discours largement diffusé de lutte contre la gentrification [Holm 2010, 2011] sont aussi de fait associées au modèle de la ville créative à la lutte contre ses dérives.

44Enfin, au rang des politiques urbaines qui vont dans le sens d’une ville créative accessible à tous, figurent les mesures favorisant les usages temporaires et notamment l’ « entre-usage », Zwischennutzung. Ces mesures reposent surtout sur les structures et acteurs politiques locaux ayant une mission de cohésion sociale, à l’instar des Quartiersmanagements. La Zwischennutzungsagentur a, parmi ces acteurs locaux, un statut particulier puisqu’il s’agit d’une association. Elle reste un acteur central dans la négociation de l’accès à la ville, notamment des professionnels de la culture les plus précaires, en mettant en relation propriétaires de locaux ou de terrains inoccupés et professionnels ou acteurs du tiers-secteur ayant besoin de locaux le temps de réaliser un projet plus ou moins long. Ces initiatives témoignent de la prise de conscience des inégalités produites par un modèle de développement néo-libéral, et de la volonté d’agir pour éviter ou réduire ces inégalités et favoriser, à Berlin, les conditions d’une créativité non-contrainte et, le plus possible, partagée. Vœux pieux, il n’en reste pas moins un enjeu majeur du développement de politiques urbaines orientées par le modèle de la ville créative.

Conclusion

45La ville créative ne se définit pas, à Berlin, comme un ensemble cohérent de politiques urbaines, mais bien plutôt comme un horizon politique qui infuse un large faisceau de politiques urbaines, des politiques du logement aux politiques foncières, en passant, bien sûr, par les politiques culturelles. La poursuite d’une image positive et attractive d’un Berlin créatif apparaît comme l’élément fédérateur de ces politiques, donnant une cohérence à l’ensemble de mesures ponctuelles et sectorisées qui caractérisent les politiques urbaines de la créativité à Berlin.

46Ces politiques urbaines concernent plus particulièrement les espaces centraux, identifiés comme les espaces créatifs par excellence. Au sein de ces espaces centraux sont définis des noyaux aux enjeux spécifiques en fonction de la spécialisation et de l’établissement des activités créatives. Cette distinction entraîne des actions politiques localisées qui s’appuient sur une combinaison de mesures, alliant, selon les atouts et les faiblesses identifiés, leviers fonciers, politiques du logement, mesures fiscales, politiques culturelles etc. émanant de différents échelons.

47Mais le modèle de la ville créative reste avant tout un modèle de développement économique libéral, qui vise la compétitivité et l’attractivité internationale et est majoritairement le fait d’acteurs privés, les acteurs publics jouant surtout le rôle d’accompagnateurs et de promoteurs du modèle. En cela, le modèle de la ville créative est producteur d’inégalités : de développement économique préférentiel, d’accès et d’usages des espaces publics, d’accès au logement en particulier.

48Les inégalités que produisent ou que risquent de produire l’application, à Berlin, du modèle de la ville créative sont cependant progressivement prises en compte, au départ par la société civile et de plus en plus par les instances politiques. Si les mesures visant à compenser, même indirectement, le creusement des inégalités socio-spatiales, peuvent laisser espérer une application plus juste du modèle de la ville créative, il faut néanmoins rappeler que le modèle et le terme lui-même impliquent une logique économique néo-libérale qui reste difficilement compatible avec le souci d’un accès de tous aux aménités urbaines.

Haut de page

Bibliographie

Amann, S., & Lange, B. (2014) – Creative industries How can regions foster their creative industries to boost regional growth ? Union européenne. En ligne : http://www.interreg4c.eu/fileadmin/User_Upload/PDFs/CAPITALISATION/Policy_paper/4_Policy_paper_Creative_industries.pdf (Consulté le 24/11/2015)

Blanc, M. (2006) – « Politique de la ville et Soziale Stadt, une comparaison franco-allemande », Pensée plurielle, 12(2), 45.

Boichot, C. (2012) – Centralités et territorialités artistiques dans la structuration des espaces urbains. Le cas de Paris et de Berlin. Thèse de doctorat. Université Paris Panthéon-Sorbonne, Europa Universität Viadrina.

Boichot, C. (2014) – « Les quartiers artistiques : territoires en construction. Regards croisés sur Montreuil (Île-de-France) et Neukölln (Berlin) », Annales de géographie, 698(4), pp. 1088–1111.

Brenke, K. (2013) – Struktur und Einkommen der kreativ Tätigen in Berlin. Berlin. En ligne : http://www.diw.de/sixcms/detail.php?id=diw_01.c.430301.de (Consulté le 24/11/2015)

Camagni, R. (1991) – Innovation Networks : Spatial Perspectives. London : Belhaven Press, 224 p.

Camagni, R., & Maillat, D. (eds.). (1990) – Milieux innovateurs. Théorie et politiques, Paris : Economica :Anthropos, 502 p.

Colomb, C. (2012) – « Pushing the urban frontier : temporary uses of space, city marketing, and the creative city discourse in 2000s Berlin », Journal of Urban Affairs, 34(2), pp. 131–152.

Colomb, C. (2013) – Staging the New Berlin : Place Marketing and the Politics of Urban Reinvention Post-1989, London : Routledge, 368 p.

Dohnke, J. (2014) – « Spree Riverbanks for Everyone ! : What Remains of “Sink Mediaspree” ? », in M. Bernt, B. Grell, & A. Holm (Eds.), The Berlin Reader : A Compendium on Urban Change and Activism, Bielefeld : Transcript Verlag, pp. 261-274

Eckert, D., Grossetti, M., & Martin-Brelot, H. (Février 2012) – « La classe créative au secours des villes ? », La Vie Des Idées, En ligne : http://www.laviedesidees.fr/La-classe-creative-au-secours-des.html (Consulté le 24/11/2015)

Florida, R. (2002) – The Rise of the Creative Class : And How It’s Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life, New-York : Basic Books, 416 p.

Grésillon, B. (2002) – Berlin, métropole culturelle, Paris : Belin, collection Mappemonde, 351 p.

Holm, A. (2010) – « Gentrifizierung und Kultur. Zur Logik kulturell vermittelter Aufwertungsprozesse », in C. Hannemann, H. Glasauer, J. Pohlan, A. Pott, & V. Kirchberg (Eds.), Jahrbuch Stadtregion 2009/10 Schwerpunkthema : Stadtkultur und Kreativität, Opladen : Barbara Budrich, pp. 64-82.

Holm, A. (2011) – « Gentrification in Berlin : Neue Investitionsstrategien und lokale Konflikte », in H. Herrmann, C. Keller, R. Neef, & R. Ruhne (Eds.), Die besonderheit des städtischen. Entwicklungslinien der Stadtsoziologie, Wiesbaden : VS Verlag für Sozialwissenschaften, pp. 213-232.

Krätke, S. (2004) – « City of talents ? Berlin’s regional economy, socio-spatial fabric and “worst practice” urban governance », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 28, n° 3, pp. 511-529.

Krätke, S. (2010) – « “Creative Cities” and the Rise of the Dealer Class : A Critique of Richard Florida’s Approach to Urban Theory », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 34, n° 4, pp. 835–853.

Krätke, S. (2011) – The creative capital of cities. interactive knowledge creation and the urbanization economies of innovation, Oxford : Wiley-Blackwell, 264 p.

Landry, C. (2000) – The creative city : a toolkit for urban innovators, Oxford : Earthscan Publications Ltd, 352 p.

Lange, B. (2007) – Die Räume der Kreativszenen. Culturepreneurs und ihre Orte in Berlin, Bielefeld : Transcript, 332 p.

Lash, S. & Urry, J. (1994) – Economy of signs and space, Londres : Sage, 368 p.

Martin-Brelot, H., Grossetti, M., Eckert, D., Gritsai, O., & Kovàc, Z. (2010) – « The Spatial Mobility of the “Creative Class” : A European Perspective », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 34, n° 4, pp. 854–870.

Mühlhans, T., & Walther, I. (2013) – Dritter Kreativwirtschaftsbericht. Entwicklung und Potenziale. Berlin.

Novy, J., & Colomb, C. (2013) – « Struggling for the Right to the (Creative) City in Berlin and Hamburg : New Urban Social Movements, New “Spaces of Hope” ? », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 37, n° 5, pp. 1816–1838.

Oswalt, P., & Kulturstiftung des Bundes (eds.). (2004) – Schrumpfende Städte, Ostfildern : Hatje Cantz, 736 p.

Projekt Zukunft. (2014). Cluster IKT, Medien & Kreativwirtschaft Auswertung der Berliner Wirtschaftsdaten für die Jahre 2012/2013. Berlin.

Sintomer, Y., & Röcke, A. (2003) – « Nouvelles politiques urbaines et démocratie participative en France et en Allemagne », Grenzgänge, (20), pp. 113–119.

Smith, N. (1996) – The new urban frontier : gentrification and the revanchist city (2000th ed.), London : Routledge, 288 p.

Vivant, E. (2006) – « La classe créative existe-t-elle ? », Les Annales de La Recherche Urbaine, n° 101 (économies, connaissances, territoires), pp. 155–161.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Localisation des entreprises créatives à Berlin en 2013
Crédits Carte extraite du troisième rapport sur l’économie créative (2013, p. 87) et traduite par l’auteure.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/823/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Carte 2 – Espaces de l’économie créative et leviers d’action
Crédits StadtArt, Kunzmann, Dümcke, 2006
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/823/img-2.png
Fichier image/png, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Boichot, « Berlin, ville créative : enjeux socio-spatiaux d’une stratégie de développement urbain », Bulletin de l’association de géographes français, 93-1 | 2016, 98-114.

Référence électronique

Camille Boichot, « Berlin, ville créative : enjeux socio-spatiaux d’une stratégie de développement urbain », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 93-1 | 2016, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/823 ; DOI : 10.4000/bagf.823

Haut de page

Auteur

Camille Boichot

Chercheuse associée, UMR 8504 Géographie-Cités – Courriel : camille.boichot[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals