Navigation – Plan du site
Logiques métropolitaines et sélectivité urbaine

Hambourg. Paradoxes et représentations contradictoires d’une métropole populaire

Hambourg. Paradoxes and conflicting representations of a working-class metropolis
Samuel Depraz
p. 115-135

Résumés

Cet article examine les conditions de l’émergence d’une dimension métropolitaine à Hambourg, dans le contexte allemand d’un polycentrisme économique très marqué où plusieurs métropoles sont en compétition pour accéder à un statut de commandement international. Les acteurs publics et privés de la seconde agglomération d’Allemagne portent un discours militant en faveur de l’essor des fonctions économiques supérieures de la ville ainsi que des projets de rénovation urbaine ambitieux. On analyse ainsi les effets de ces transformations sur les formes urbaines, ainsi que le processus corrélatif de gentrification qui voit la reconquête des centres par les classes aisées et les activités de services supérieurs. Cependant le caractère populaire de la ville portuaire et industrielle suscite des réactions originales de rejet violent d’une métropolisation mal adaptée à une identité populaire encore défendue par plusieurs segments alternatifs de la société urbaine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La notion de métropole reste un concept encore mal stabilisé en géographie. Si le terme désigne, au minimum, un espace urbain caractérisé par des fonctions de commandement d’échelle internationale, il n’existe pas de critère de taille a priori, ni même de liste de fonctions déterminantes pour envisager les métropoles. A dire vrai, le terme fait surtout référence à un processus, la métropolisation, entendue comme une dynamique d’intégration progressive d’une agglomération à l’économie mondiale, avec à la fois un renforcement de la concentration de fonctions rares et d’acteurs décisifs pour ce processus et, à la fois, des modifications substantielles du bâti répondant à ces nouvelles fonctions [Vandermotten 2009, Mangin 2009, Di Méo 2010, Ghorra-Gobin 2015].

2Hambourg, ville-port de tradition populaire mais aussi seconde ville allemande (1,8 million d’habitants), polarisant tout l’espace nord-est du pays, illustre tout particulièrement la dimension conflictuelle autour des formes et des représentations de la ville générées par le paradigme néo-libéral de la métropolisation. La production spéculative de l’espace urbain aux fins de renforcer l’attractivité économique de l’agglomération hanséatique s’inscrit dans un contexte social encore marqué par la précarité et la critique politique, ce qui produit des réactions originales, voire paroxystiques, de résistance au processus.

3Cet article envisagera donc tout d’abord un bilan de ce que l’on peut entendre par « métropolisation » de l’agglomération de Hambourg, d’un point de vue à la fois économique et social. Il analysera ensuite la construction des projets urbains et leurs discours, très volontaristes et engagés dans une transformation de l’image de la ville au filtre des critères internationaux de l’attractivité économique et de l’esthétique post-moderne. Ce faisant, ce discours se heurte frontalement à une culture de la contestation ancrée durablement dans la société de Hambourg et dont il faut pouvoir analyser la portée : s’agit-il, en somme, d’une simple survivance nostalgique – voire sur-interprétée – du caractère industrialo-portuaire de la ville, un trait populaire en déclin face à un processus inéluctable de mutation tertiaire de la ville, ou bien une manifestation identitaire plus profonde d’une réalité sociale négligée par les principaux acteurs de la métropolisation ? On adoptera ici une posture critique plus proche de la seconde option, telle qu’on la trouve développée en France [Jouve & Lefèvre 1999, Chalas 2000, Pinson 2009] et à l’international [Harvey 1989, Smith 1996] dans les recherches sur le projet métropolitain, afin de mieux mettre en valeur cette contradiction interne à la société hambourgeoise.

1. Une métropole populaire aux contrastes marqués

4Il faut sans aucun doute souligner la forte bivalence de Hambourg, qui s’affirme certes comme un pôle économique majeur de l’Allemagne, mais dont le caractère est très contrasté avec, plus encore que dans d’autres métropoles internationales, un héritage populaire fort. Si l’on veut tout d’abord jauger l’ampleur du processus de métropolisation à l’œuvre, on peut rappeler ici quelques-uns des critères les plus visibles à Hambourg, tels qu’ils sont généralement convoqués par la recherche [Veltz 1996, Leroy 2000, Beaverstock & al. 2000, Roncayolo, 2001].

1.1. D’indéniables fonctions de commandement économique

5D’un strict point de vue démographique, tout d’abord, l’agglomération presque bi-millionnaire de Hambourg connaît un bilan naturel négatif, comme ailleurs en Allemagne ; cependant son solde migratoire est positif (+ 5500 migrants enregistrés chaque année), ce qui permet une stabilisation démographique prévisible de la métropole sur le long terme. Ce n’est pas le cas dans les Länder environnants, qui enregistreront une baisse de 5 % de leur population d’ici 2030 selon les prévisions de l’Office statistique fédéral. Plus largement, l’espace de commandement de Hambourg déborde dans le Schleswig-Holstein et la Basse-Saxe, et permet ainsi à la ville de polariser une région métropolitaine (Région métropole de Hambourg) étendue vers l’Est et regroupant plus de 4 millions d’habitants : il s’agit d’ailleurs d’un cadre de programmation retenu pour la mise en œuvre de certains programmes des fonds structurels de l’Union européenne [http://metropolregion.hamburg.de/​, 2015].

6Elle présente, pour cela, des infrastructures d’échanges de rang mondial, lui assurant la connectivité nécessaire à ce statut : Hambourg constitue le 25e port mondial pour les trafics en tonnage et le 15e port mondial pour le trafic à conteneurs avec 9,2 millions d’EVP échangés [AAPA 2013, World Ports Ranking] ce qui en fait le 2e ou le 3e port d’Europe et le premier d’Allemagne. Un total de 3 300 emplois sont directement portés par la société du port, mais 77 000 emplois sont liés plus largement à la fonction logistique portuaire.

7L’arrière-pays de Hambourg s’est étendu vers l’Est depuis la chute du Mur et l’élargissement de l’Union européenne, la métropole ayant bénéficié des redirections de flux depuis les ports de la Baltique (Rostock, voire Gdansk) et d’une desserte améliorée. Avec 5 axes ferrés, le port est le premier client de la Deutsche Bahn pour le fret, et l’axe fluvial de l’Elbe est étendu jusqu’au Mittelland-Kanal. Enfin, l’axe autoroutier structurant majeur de l’Allemagne, l’A5/A7 ou « HaFraBa », relie Hambourg, du nord au sud, à Francfort et Bâle tandis que l’aéroport de Hambourg (5e d’Allemagne) est l’un des hubs européens de la Lufthansa.

8Plus encore, elle présente de réelles fonctions de commandement économique à l’échelle nationale et européenne.

  • 1 On qualifie d’ailleurs Hambourg de « ville-État » pour résumer son double statut de commune et de L (...)

9Outre son statut de Land, qui lui confère une autonomie et une puissance administrative de rang fédéral1, elle présente une base productive développée, appuyée sur trois piliers historiques [Weinachter 2007].

10L’aéronautique, avec en particulier le site Airbus Allemagne, est le premier d’entre eux. Fort de 12 000 salariés, l’établissement est devenu le troisième site mondial de construction aéronautique derrière Seattle et Toulouse. Il est accompagné d’autres entreprises dans l’aviation, l’automobile et la construction mécanique. La fonction logistique, ensuite, est liée au port, avec en particulier l’affréteur Hapag-Lloyd, 5e armateur mondial en conteneurs pour 6800 salariés, mais aussi des entreprises de la grande distribution allemande. Enfin, la banque-assurance, avec les groupes Signal-Iduna ou la caisse d’épargne Haspa, représente un réseau de 160 établissements financiers à Hambourg, ce qui en fait le 2e pôle financier d’Allemagne derrière Francfort, et bien avant Munich ou Berlin. La création de la première bourse allemande, en 1558, et le passé de ville marchande de la ligue hanséatique restent ainsi encore expressifs.

Tableau 1 – Les cinq grands domaines de commandement économique de Hambourg.

Aéronautique et construction mécanique

Logistique, grande distribution, vente à distance

Banques, assurances

Information / media, imagerie numérique

Chimie, pharmacie, cosmétiques

Airbus Allemagne

(12 000 s.), Lufthansa Technik (11 000 s.), Daimler (3300 s.), Philips Allemagne

(6000 s.),

Siemens Windenergie (7600 s.), avec plus de 300 sous-traitants dans l’aviation et l’automobile

Hapag-Lloyd (6800 s.),

Edeka (dont les marques de supermarchés Spar et Netto) (253 000 s.), Tchibo (8500 s.), et le groupe Otto, dont l’enseigne de vente à distance Quelle (49 000 s.)

Assurances Ergo (1300 s.), Signal-Iduna (12 900 s. dont 3000 à Hambourg), banque Haspa (5000 s.) (1e caisse d’épargne d’Allemagne) et un réseau local de 130 banques

Groupe Axel Springer, Gruner+Jahr, Bauer,

radio-télévision NDR (3500 s.), journaux der Spiegel (1100 s.), Bild (1000 s.),

jeux vidéo InnoGames (340 s.),

Olympus, Panasonic

Beiersdorf, dont cosmétiques Nivea : pôle R&D (1000 s.) ; Helm AG, chimie organique et pharmacologie (1500 s.) 

Noms soulignés : sièges sociaux situés à Hambourg.

Synthèse de l’auteur d’après Weinachter, 2007, élargi. Entre parenthèses : nombre de salariés du groupe. Sources : sites des sociétés.

11Cependant, deux autres dimensions doivent être ajoutées à ce tableau (tableau 1). On relève la force du domaine créatif lié à l’information, aux media et à l’imagerie numérique : la cité héberge les médias dominants de la région, voire de l’Allemagne en général, comme le groupe Axel Springer, la radio-télévision NDR et les hebdomadaires d’opinion Bild ou der Spiegel. Ainsi, 70 % des plus gros tirages de presse sont publiés à Hambourg, ce qui en fait la « capitale des médias » et de l’industrie du disque, y compris devant Berlin [Grésillon 2002]. Les hautes-technologies liées à la chimie fine sont également présentes avec deux groupes moteurs à l’échelle internationale (Beiersdof) et nationale (Helm AG). La particularité du polycentrisme allemand en matière de polarisation des fonctions économiques supérieures est donc confirmée par cette participation active de la métropole hanséatique au dynamisme économique du pays, à la création et aux hautes-technologies.

12Dernier aspect du caractère métropolitain de Hambourg, son rayonnement économique lui confère un certain cosmopolitisme, avec environ 15 % d’étrangers originaires principalement de Turquie, d’Afghanistan, d’Iran et de Pologne, et même 30 % de population d’origine étrangère si l’on prend en compte toutes les arrivées postérieures à 1950 [Statistik Nord 2015].

1.2. Une fragilisation par la pauvreté et le chômage

13Les critères de métropolisation sont donc présents, mais avec tout de même une dynamique démographique modeste et une persistance de la base productive industrielle et logistique portuaire, plus que des activités tertiaires supérieures. Plus encore : si les salaires moyens bruts enregistrés sont les plus élevés d’Allemagne, en raison essentiellement de la délimitation administrative de la Cité-État qui ne possède pas d’espace rural de taille significative, la composition sociale de la ville laisse en réalité place à 16 % d’habitants sans formation ni qualification professionnelle – soit 3 points de plus que la moyenne allemande. Le profil social de la métropole hanséatique est, ainsi, plutôt comparable à la Ruhr et la Rhénanie du Nord-Westphalie qu’à Munich et à la Bavière.

  • 2 Toutes les données statistiques de cet article, sauf mention contraire, sont issues du site de l’Of (...)

14De ce fait, les enjeux sociaux y sont localement prégnants. Le chômage de Hambourg n’y est pas particulièrement faible, et se situe désormais autour de la moyenne allemande (7,6 %). Les bénéficiaires des transferts sociaux, au titre du programme Harz IV (SGB II), représentent en moyenne 10,5 % de la population de Hambourg (avril 2015), contre une moyenne nationale stabilisée autour de 7,6 % : Hambourg se retrouve ainsi au-dessus de Länder de l’est-allemand comme le Brandebourg, la Saxe ou la Thuringe, dont la reprise industrielle est plus marquée. Plus encore, le Land est marqué par un endettement élevé, d’environ 14 000 € par tête en 2013, ce qui est environ quatre fois plus que les territoires du sud allemand2.

15La présence simultanée de fonctions de commandement économique international et d’une forte fraction pauvre de la population n’est pas, à dire vrai, une exception hambourgeoise : c’est le propre de la plupart des métropoles mondiales comme New York ou Londres, qui concentrent à la fois un maximum de richesses et une fraction importante de population vivant dans la précarité.

16Dans le cas de Hambourg, le trait sociologique est probablement plus marqué avec, d’une part, moins de concentration de richesses – si ce n’est sur les coteaux aisés de Blankenese, à l’ouest de la ville – mais aussi, d’autre part, une assise populaire plus large et plus visible. Cette dimension populaire est en effet confortée par l’image héritée de ville portuaire, avec sa tradition laborieuse et agitée. Un certain nombre de symboles du port ont même été érigés en image de marque pour un tourisme de loisirs : la bière Astra, revenue en grâce après une période de relatif déclin et un marketing rénové ; le club de football du FC Sankt-Pauli, traditionnellement lié aux mouvements ouvriers antifascistes ; et le quartier rouge de Sankt-Pauli, situé au sud de l’artère des loisirs de la Reeperbahn, avec son architecture fonctionnaliste des années soixante dédiée aux bars, discothèques, maisons closes et salles de jeu. C’est toute la ville d’ailleurs qui est marquée par une tradition « rouge », au plan politique cette fois, puisqu’elle a été très continûment dirigée par le SPD depuis la guerre et jusqu’en 2001 – si ce n’est entre 1953 et 1957.

2. La construction d’un discours et d’une image métropolitaine

17Pour analyser les traductions concrètes du processus de métropolisation à Hambourg, on se propose de détailler ici plusieurs constructions discursives telles qu’elles ont été élaborées par les acteurs de la ville-État dans la promotion du visage métropolitain de Hambourg. On analysera successivement les slogans de la politique de communication de la ville, afin de déterminer les paradigmes dominants dans son action passée et présente, puis les réalisations formelles qui en résultent. Il s’agira, en somme, de proposer une interprétation des formes urbaines telles qu’elles ont été développées par les grands projets urbains en cours.

18On s’inspire pour ce deuxième point d’une approche analytique élaborée par Katarina Wischmann [2015] dans son étude des mutations du quartier de Sankt-Pauli, dans laquelle elle a identifié par l’enquête sociologique ce que les nouvelles formes urbaines provoquaient auprès de la population. S’inspirant du principe foucaldien selon lequel les formes – ici celles des aménagements spatiaux – font partie des discours, l’auteure les analyse en ce qu’ « elles sont porteuses de sens par leurs interrelations et dans leur rapport à ce qui est dit, que ce soit par leur positionnement dans l’espace, leurs détails, ou la manière dont on les traduit » [Wischmann 2015, p. 62-63].

19Ce modèle d’ « analyse des discours visuels » permet ensuite de revenir vers les formes du bâti avec un regard informé par les pratiques habitantes. En effet, les discours visuels permettent de mettre en évidence les consciences collectives et la manière dont les formes traduisent des appropriations territoriales [Sack 1986]. Les objets ainsi investis de sens, qu’il s’agisse de bâtiments, de barrières visuelles, de délimitations d’usage, catalysent des processus de légitimation, mais aussi de contestation.

2.1. Une stratégie graduellement construite

20Le processus de métropolisation de l’agglomération hambourgeoise s’est concrétisé, au plan politique, par la stratégie du « saut par-dessus l’Elbe » (Sprung über die Elbe). Ce slogan, développé par la ville-État à partir de 2002, traduit une volonté de rénovation urbaine, laquelle passe par la reconquête des délaissés portuaires les plus anciens et les plus proches du centre-ville, abandonnés par les terminaux les plus modernes, au profit de quartiers d’affaire et de loisirs. Cela passe aussi par la densification des quartiers sensibles par des ménages solvables, avec une forte intervention du secteur privé dans le financement des opérations urbaines et par la promotion immobilière. Ce « saut par-dessus l’Elbe » est également une question d’image : il doit témoigner du nouveau dynamisme métropolitain de Hambourg et de la reconnexion des tissus urbains de part et d’autre du fleuve autour d’un centre-ville métamorphosé – au sens strict du terme, c’est-à-dire dont les formes changent en profondeur.

21Le slogan est, en pratique, l’aboutissement d’une mutation que l’on peut symboliquement faire débuter dans les années quatre-vingts, avec le discours du maire Klaus von Dohnanyi auprès de l’association d’entrepreneurs de l’Übersee Club (1983) sur l’ « entreprise Hambourg » [Barbier 2015]. Un discours qui constate, consécutivement aux chocs pétroliers des années soixante-dix, la nécessité d’engager les acteurs publics de la ville dans le soutien à l’activité économique et la promotion des secteurs les plus innovants. On abandonne ainsi progressivement, entre les années 1980 et les années 2000, l’image de la « porte vers le monde » (Tor zum Welt) une devise datée de l’entre-deux Guerres, liée à l’imaginaire romantique de l’interface portuaire et à vocation d’abord touristique. A l’inverse, la ville-État se dote d’une nouvelle image de « ville en croissance » (Wachsende Stadt) fondée sur l’entrepreneuriat, l’innovation mais aussi la culture, la musique et l’architecture [Amenda & Grünen 2008].

22Cette mutation dans les discours traduit directement l’évolution de la culture des gestionnaires urbains vers un management de type entrepreneurial : ce signal constitue, selon David Harvey [1989], le premier marqueur de la gentrification.

  • 3 Le terme de « gentrification », établi en 1964 par la sociologue Ruth Glass, désigne en effet à l’o (...)

23En effet, si la gentrification désignait, à l’origine, la stricte évolution du marché du logement et la transformation des formes urbaines vers un espace plus ségrégatif3, elle constitue désormais une lecture d’ensemble de la ville, tant en termes d’activités, de mode de vie que de représentations. « Tous ces changements dans le paysage urbain sont portés par des forces économiques, sociales et politiques qui sont responsables d’une reconfiguration majeure des sociétés capitalistes les plus avancées : celle qui voit la base industrielle se restructurer, l’emploi glisser vers le tertiaire et un changement de nature de la classe ouvrière, comme des structures de classe en général ; ces mêmes forces conduisent à des mutations dans l’intervention publique et à l’essor d’une idéologie politique favorisant la privatisation de la fourniture et de la consommation en services. La gentrification n’est que la partie la plus visible de cette évolution » [Smith & Williams, op. cit., p. 3]. La ville est produite par et pour les nouveaux arrivants des classes supérieures [Ley 1980 & 2003, Florida 2002], autour d’un paradigme fondé sur la technologie, l’économie de la connaissance et la créativité. Florida en particulier tente de lier la rénovation urbaine aux acteurs de la gentrification et à ses effets moteurs sur le dynamisme économique des métropoles. Avec le processus de métropolisation, la gentrification n’est plus une attraction observable dans la plupart des villes, mais « une composante majeure de l’imaginaire urbain » [Ley 2003] qui n’est plus critiquée, mais bien souhaitée [Slater 2006].

24Les catégories d’action et les discours ont donc ostensiblement changé dans la ville à compter du tournant des années quatre-vingt-dix principalement, avant de se confirmer dans les urnes en 2001 par l’avènement d’un sénat conservateur – puis dans les projets urbains en cours.

2.2. Formes et perceptions induites par les grands projets urbains

25Les traductions spatiales les plus emblématiques de ce changement de discours reposent sur trois grands projets urbains en particulier. Le premier d’entre eux est également le plus ambitieux : il s’agit de la Hafencity (2007-2020). Sur 155 hectares, la ville a programmé la rénovation complète d’entrepôts et de quais pour accueillir du logement de standing (12 000 habitants) et de l’emploi métropolitain supérieur (40 000 emplois) ; elle assure la reconnexion du quartier au centre-ville immédiatement voisin, au nord du site, par une nouvelle ligne de métro. On observe également une certaine sélectivité dans le choix des implantations, avec une logique de promotion culturelle élitiste par la Philarmonie de l’Elbe, vaste salle de concerts classiques, par l’enseignement supérieur et l’implantation de l’Université Hafencity, par une salle de création culturelle à Oberhafen et par des clusters d’entreprises orientées vers la création ou l’information, dont témoigne le siège social du Spiegel à la pointe orientale du site (figure 1). Le tout avec de nombreuses innovations formelles, comme les tours Unilever et Marco Polo, dites « impressionnantes » et « spectaculaires »4.

Figure 1 – Le siège du journal Der Spiegel, construit entre 2007 et 2011 par le cabinet d’architecture Henning Larsen (Danemark), figure de proue du quartier de la HafenCity depuis les voies de chemin de fer

Figure 1 – Le siège du journal Der Spiegel, construit entre 2007 et 2011 par le cabinet d’architecture Henning Larsen (Danemark), figure de proue du quartier de la HafenCity depuis les voies de chemin de fer

Cliché S. Depraz, 2014.

  • 5 Le bâtiment, conçu par le cabinet international Herzog & de Meuron, a représenté dix années de trav (...)

26Cela traduit directement la volonté d’une promotion par l’image : la verticalité, l’emploi des panneaux de verre, d’exo-structures métalliques, de surplombs, le travail sur le rythme aléatoire des façades répond à un style international et au fonctionnalisme de la post-modernité : des bâtiments dont la géométrie très fonctionnelle est adaptée aux surfaces modulaires du tertiaire d’entreprise, mais avec des originalités et des innovations architecturales extérieures aptes à séduire une clientèle de cadres supérieurs d’entreprises. On trouve ainsi dans la Hafencity une grande similarité de discours formel avec les autres quartiers de reconquête fluviale en Europe ou aux États-Unis, depuis le modèle de référence developpé dans les Docklands de Londres dès les années quatre-vingts (figure 2). La Philarmonie de l’Elbe joue également le rôle de porte-étendard en souhaitant catalyser « l’effet Guggenheim » [Monje & Vicario 2003] observé à Bilbao, en Espagne. Le bâtiment, par-delà sa fonction locale, sert à incarner le changement d’image souhaité par la ville, au prix d’ailleurs d’une dépense publique exceptionnelle5.

Figure 2 – La rénovation des quais au sud du quartier des entrepôts (Speicherstadt), dans le projet HafenCity, combinant des vestiges symboliques de l’activité logistique (grues, façades de brique en arrière-plan) et des architectures tertiaires de style international

Figure 2 – La rénovation des quais au sud du quartier des entrepôts (Speicherstadt), dans le projet HafenCity, combinant des vestiges symboliques de l’activité logistique (grues, façades de brique en arrière-plan) et des architectures tertiaires de style international

Cliché S. Depraz, 2014.

27Il est également intéressant d’interroger la toponymie du projet : une vaste place est accordée à l’international, à l’ouverture portuaire, possiblement revisitée dans un brassage culturel mondialisé. On trouve ainsi des places Vasco de Gama ou de Dar-es-Salaam ; des terrasses Marco Polo, Magellan ; des rues Singapour, Hong-Kong, Kobe, Yokohama ou de Corée ; des allées d’Osaka et de Shanghai ; des quais de Chicago, de Buenos Aires. Plusieurs de ces villes sont en réalité des jumelages établis durant les décennies 80-90, et répondent à la tradition hambourgeoise en étant également des métropoles portuaires d’importance mondiale. Mais d’autres références sont plus ouvertement américaines, comme le Löhsepark : « le Central Parc de la HafenCity », les restaurants de cuisine métissée internationale (world food) sur les quais ou les terrains de basket de rue sur les terrasses. Cela semble appeler la critique d’une « appropriation par les populations blanches et anglophiles de l’espace urbain et de son histoire », prenant même « un aspect colonial par l’universalisation des formes de dérégulation », « la privatisation du marché du logement » et « un néo-libéralisme expansionniste dans les politiques publiques » [Atkinson & Bridge 2005, pp. 2-3]. La validation de ce dernier point peut se faire par l’examen des valeurs immobilières. Sur le segment des appartements de 40 à 80 m2, le prix à l’achat du neuf est affiché à 8920 €/m2 pour une moyenne à 3555 €/m2 sur l’agglomération6. Un envol spéculatif très net est observé depuis le lancement de la dernière phase de construction, début 2015.

28De manière plus complexe, le quartier de Sankt-Pauli connaît aussi une phase de rénovation, cependant plus aréolaire et pilotée cette fois par l’initiative privée de Willy Bartels (1914-2007), un entrepreneur hambourgeois qui investit depuis le milieu des années 2000 le quartier historique de Sankt-Pauli. Bartels a souhaité installer en front de fleuve des symboles de visibilité du développement économique de Hambourg : la Hafenkrone, un front de rénovation récent formant désormais une « skyline » caractéristique des berges de l’Elbe (figure 3). Cette promotion privée fut acceptée par le Sénat conservateur sous la condition de laisser les espaces de circulation publics entre les bâtiments. La première implantation du projet, symbolique, s’est faite sur la friche de l’ancienne brasserie Bavaria, productrice de la bière Astra, qui a quitté le site pour un espace plus vaste vers Altona.

Figure 3 – La nouvelle Skyline du quartier Sankt-Pauli, ou Hafenkrone, consécutive à la rénovation du quartier de la brasserie Bavaria

Figure 3 – La nouvelle Skyline du quartier Sankt-Pauli, ou Hafenkrone, consécutive à la rénovation du quartier de la brasserie Bavaria

Cliché S. Depraz, 2014.

29Ce second projet entretient une plus grande ambiguïté dans son lien au territoire : Bartels, « roi de Sankt-Pauli », est réellement une figure locale. Cependant on peut questionner une pratique du patrimoine-alibi [Edelblutte 2009], avec la conservation symbolique d’une unique cuve sur le site, l’ensemble du projet répondant sinon aux codes de l’architecture postmoderne : il s’agit également d’une architecture de style international avec 3 tours abritant hôtel de standing, activités culturelles, bureaux et 120 logements sur 28 000 m2. Les services à la population, certes rénovés dans leur offre, ne sont pas en rapport avec la typologie des ménages en place puisqu’ils visent une clientèle de standing dans un quartier à forte tradition populaire. Les formes urbaines verticales, serrées dans un réseau viaire étroit, tranchent avec la perception du quartier.

Figure 4 – Le contraste est marqué entre l’offre commerciale populaire de l’artère structurante de la Reeperbahn, avec son mobilier urbain désuet et une architecture fonctionnaliste vieillissante, et les « tours dansantes » (2012), architecture iconique faisant office de symbole de la reconquête urbaine par les fonctions métropolitaines supérieures

Figure 4 – Le contraste est marqué entre l’offre commerciale populaire de l’artère structurante de la Reeperbahn, avec son mobilier urbain désuet et une architecture fonctionnaliste vieillissante, et les « tours dansantes » (2012), architecture iconique faisant office de symbole de la reconquête urbaine par les fonctions métropolitaines supérieures

Cliché S. Depraz, 2014.

30Une même réinterprétation ambigüe de la tradition du quartier se trouve dans le prolongement du site de la Brasserie, au sommet de l’artère de la Reeperbahn : il s’agit de l’ensemble des « tours dansantes », achevées en 2012 (figure 4). Là aussi, les bâtiments présentent une grande visibilité et, s’ils reprennent bien la fonction de loisirs du quartier, cela se fait au prix d’une nette montée en gamme : restaurant, hôtel 4 étoiles, bureaux, station de radio et, en sous-sol, la reconstitution « branchée » d’une discothèque à la mode sur le boulevard au cours des années quatre-vingt-dix.

31Selon Wischmann [op. cit.], les formes nouvelles, par leur massivité, leur présence visuelle et les nouveaux cloisonnements symboliques qu’elles instaurent viennent renforcer un sentiment de mise à distance chez les habitants : « quand on regarde, depuis là, vers l’Empire Riverside ou vers le secteur de la Brasserie, on voit bien la rupture nette, le changement violent » [extrait d’entretien, Wischmann, op. cit.]. La notion de « front de gentrification » [Smith 1996, Atkinson & Bridge 2005, Clerval 2010] prend particulièrement son sens lorsque, dans une même rue, coexistent la baie vitrée d’un restaurant gastronomique international d’un côté et, de l’autre, les maisons basses du quartier rouge avec leurs lieux de passe et leurs échoppes de produits d’importation bas de gamme destinés à la consommation courante d’une clientèle peu fortunée [Wischmann, op. cit.].

32Face à ces marqueurs territoriaux très forts, un troisième projet a vu le jour, l’IBA Hamburg (2006-2013), devenue désormais IBA Hamburg GmbH (2014). Ce vaste programme d’actions, couvrant 5 200 hectares, s’inscrit dans la tradition réflexive des « expositions internationales d’architecture » (IBA). Il a visé lui aussi à une reconnexion entre les territoires dégradés de l’Elbe et le cœur de ville, mais en tenant compte des enjeux sociaux de la population en place, que ce soit à Wilhelmsburg ou à Veddel. Ces deux quartiers, au profil sociologique plutôt modeste et déjà investis par les politiques de la ville, occupent une vaste île contenue dans les boucles de l’Elbe, au sud de l’agglomération. L’IBA a alors été conçue comme une expérimentation par une collection de près de soixante-dix projets ponctuels, plutôt qu’un ensemble programmatique unique, afin de changer la ville par un travail de rénovation fine. Il s’appuie, dès le départ, sur une démarche de consultation de la population et des ateliers participatifs destinés à faire émerger des besoins collectifs à l’échelle micro-locale.

33Cependant, là encore, quelques limites sont à démontrer : si, formellement, on échappe à la volonté de démonstration de puissance par l’image, par l’architecture, s’il existe bel et bien un processus consultatif et participatif destiné à intégrer les attentes de la population en place, les catégories même de pensée qui ont été proposées à la base du travail de requalification des espaces publics et des bâtiments entraînent eux aussi une forte sélectivité sociale [Barbier 2015]. C’est particulièrement vrai des exigences environnementales apposées aux appels d’offre en architecture, avec les critères de protection du climat, un prérequis pour tout le projet. On peut alors pointer, comme souvent, la faible efficacité de la procédure participative : les décisions sont souvent pré-décidées en amont, ou du moins orientées de telle sorte que plusieurs impératifs catégoriques contraignent en réalité toute décision collective. Il est, de fait, fréquent que les critères de durabilité et d’environnement fassent taire l’éventuelle contestation sociale plus qu’ils ne la favorisent [Béal 2011]. Ainsi, le projet urbain de l’IBA Hamburg filtre-t-il lui aussi malgré tout l’enjeu social du projet à travers les grilles de lecture des politiques métropolitaines, avec une esthétique sélective et un biais écologique puissant dans la conception même de la ville en gestation [Barbier, op. cit.].

3. Hambourg ou la culture de la contestation

  • 7 Le projet HafenCity, établi sur une zone peu voire pas habitée de délaissés portuaires, a suscité m (...)

34L’opposition aux transformations urbaines et aux projets de modernisation n’est cependant pas née directement des programmes d’urbanisme les plus récents, ni d’une critique de la métropolisation en soi. Elle relève ici d’une pratique sociale inscrite dans le temps long et est caractéristique des quartiers les plus centraux, ceux qui associent une relative précarité sociale à un militantisme politique offensif : Sankt-Pauli, Sternschanze, Altona principalement (figure 1)7. Quelques sites illustrent le caractère ancien et pérenne de cette culture de la contestation.

35À Sankt-Pauli, le long de la berge de l’Elbe, un ensemble de maisons locatives mitoyennes sur la Hafenstraße est propriété de la ville. Vétustes et peu habitées, ces maisons devaient être démolies au début des années quatre-vingts pour cause d’insalubrité. Une occupation des bâtiments, suivie de multiples épisodes d’expulsion, d’emmurage puis de réoccupation, avec procès, peines de prison, grèves de la faim et barricades, a fini par aboutir à des contrats locatifs temporaires puis une régularisation des résidents dans les années quatre-vingt-dix. Entretemps, les habitants ont eu à cœur de démontrer la viabilité des lieux en développant une autogestion du bâti et une remise aux normes des infrastructures. Aujourd’hui encore, les occupants de ces immeubles cultivent une ambiance alternative par des peintures murales, des productions artistiques éphémères, et animent une radio libre. Cette ambiance reste pourtant conflictuelle : les faits de violence ne sont pas rares face aux contrôles administratifs ; le non-paiement des factures y est fréquent, tandis que des descentes de police régulières s’y produisent au motif de présomption d’organisation terroriste. Ces maisons demeurent ainsi le symbole d’une culture alternative militante et d’un espace libre de toute aliénation sociale – ou de non-droit, selon les avis.

36Plus au nord-ouest du centre-ville, le Gängeviertel est un quartier de tradition artisanale, densément bâti par des ateliers en architecture industrielle typique du tournant du vingtième siècle. Le Gängeviertel a longtemps eu la réputation d’un quartier très fermé, peu sûr, marqué par la culture ouvrière et le communisme au moins jusqu’à la guerre. Le quartier a ensuite été rénové progressivement dans les années soixante, donc en rupture formelle avec l’héritage populaire et artisanal, exception faite de quelques ateliers encore en activité.

37Suite à la fermeture des dernières entreprises artisanales au cours des années 2000, un investisseur néerlandais s’est positionné pour racheter l’ensemble des blocs d’immeubles, détruire les ateliers encore présents et reconstruire un bâti de standing. Une initiative populaire, animée par un collectif culturel, s’est emparée du site en 2009 et a organisé un squat de 200 artistes assorti de la publication d’un manifeste pour le maintien du site au profit de la création. Par la suite, le collectif a assuré un important travail de communication, ainsi que l’ouverture stratégique du site au grand public avec des expositions temporaires et des animations gratuites. Tout cela a conduit le Sénat de la ville à annuler la vente des lots. L’îlot a été réhabilité en 2013 et une société coopérative est désormais chargée de gérer l’exploitation du site.

Figure 5 – Les expressions graphiques de la contestation sur les pieds d’immeubles du quartier de Schanze (Rosenhofstraße)

Figure 5 – Les expressions graphiques de la contestation sur les pieds d’immeubles du quartier de Schanze (Rosenhofstraße)

Cliché S. Depraz, 2014.

38Cette permanence de la culture alternative et de la contestation urbaine s’exprime plus généralement par une stratégie de marquage de l’espace dans les quartiers de Sankt-Pauli et de Schanze. Le « street art » hambourgeois avec ses nombreux graffiti constitue en effet une forme d’expression polysémique, à la fois art marginal, critique sociale mais aussi moyen d’appropriation des transformations urbaines récentes [Reinecke 2012]. Des noms d’artistes ont même su faire autorité à l’échelle de la région, tandis que les graffiti ont, pour certains, une intention créative et/ou politique explicite. Les productions graphiques, superposées les uns aux autres selon une densité rare, couvrent avec une rigueur systématique toutes les bases d’immeubles et les portes sur deux mètres de haut environ (figure 5).

39L’intensité de ce marquage est clairement organisée selon un gradient décroissant sud/nord, si l’on suit le transect urbain allant de Sankt-Pauli à Eimsbüttel, en passant par Schanze et Carolinenviertel (carte 1).

Carte 1 – Enjeux urbanistiques de la métropolisation et de sa contestation à Hambourg

Carte 1 – Enjeux urbanistiques de la métropolisation et de sa contestation à Hambourg

Conception S. Depraz, 2016 / Fond de carte : Fond de carte : © Kober-Kümmerly+Frey, 2003, Köln

40La permanence du squat, encore et toujours, se manifeste encore plus vivement autour du théâtre Rote Flora, un haut lieu de la contestation alternative dans le quartier Schanze, au nord de Sankt-Pauli. Ce théâtre, occupé de façon continue depuis 1989 suite à un projet qui visait à le transformer en salle musicale privée dans laquelle seule la façade subsisterait, a servi surtout de symbole à la contestation radicale des transformations urbaines liées à la gentrification. Il est aujourd’hui utilisé comme centre de rassemblement des groupes politiques alternatifs et comme centre culturel, avec une programmation autogérée par un collectif artistique. Le Sénat a surtout tenté d’effectuer une médiation en établissant des contrats d’occupation en bonne et due forme, tout en sécurisant l’utilisation publique et culturelle du lieu. Le propriétaire des murs, abandonnant l’idée de transformer le bâtiment, a finalement revendu le bâtiment à la ville en 2014, après qu’une manifestation en décembre 2013 pour le maintien du statut de centre culturel autogéré a encore provoqué 620 blessés lors d’un affrontement avec la police.

41Cette ambiance contestataire très active s’est également traduite par une réponse territorialisée des autorités locales avec la mise en place d’une zone de sécurité renforcée entre Sankt-Pauli et Schanze au début de l’année 2014. Dans le périmètre de la « zone de danger » ainsi définie, les contrôles d’identité ont été temporairement renforcés afin de mieux réguler les groupes militants locaux. Cette sévérité face à la contestation urbaine rappelle la « tolérance zéro » face aux marginaux et au contestataires dans les métropoles les plus gentrifiées : il s’agirait précisément d’un marqueur symbolique de la reprise en main du cœur urbain par les élites « revanchardes », selon Smith [1996].

42Le quartier de Schanze reste pourtant au cœur de cet affrontement entre représentations car le processus de gentrification y est engagé. Contrairement aux revendications de ses occupants, le Rote Flora fait bien malgré lui figure de tête de pont d’une culture avant-gardiste souterraine qui contribue au recyclage et à l’amélioration des représentations sur l’espace urbain environnant. Le processus est visible en fonction des enseignes commerciales, plus en accord avec les attentes d’une « classe en émergence avec une base économique sûre (…), arborant les canons du bon goût [et un] style de vie (…) orienté vers la consommation » [Ley 1980, pp. 242-243], autrement dit une classe de « fabricants de goûts et faiseurs d’opinion » [Hamnett 1997, p. 7]. Elle se confirme par l’évolution du bâti dans laquelle on remarque l’intervention de quelques pionniers fortunés, lesquels investissent un quartier à fort potentiel et contribuent à sa transformation sociale et architecturale : rénovations de façades, surélévations de toits, aménagements de terrasses – tout en se protégeant malgré tout d’une trop grande visibilité. L’exemple du floutage des clichés StreetView de Google en est, à ce titre, très représentatif (figure 6).

43Du côté des pouvoirs publics, et en particulier depuis le retour d’une coalition socio-démocrate au pouvoir en 2011, des efforts de rénovation avec le maintien simultané d’un habitat à caractère social sont consentis par la société publique d’aménagement de Hambourg, la Steg. De même, les documents d’urbanisme sont modifiés pour tenter de dissuader les investisseurs en quête de marchés spéculatifs d’investir ces quartiers, à l’image du « règlement de conservation sociale » [Vogelpohl 2015] : ce texte réglementaire, original et peu usité en Allemagne, impose un régime d’autorisations aux modifications substantielles du bâti, notamment celles pouvant conduire à un renchérissement excessif des valeurs locatives ou bien à une transformation du marché locatif en une domination des propriétaires occupants. Son objectif est de maintenir, autant que possible, la « structure sociale » des périmètres auxquels il s’applique. Il s’agit cependant d’un dispositif non-coercitif et non-systématique, puisque chaque parcelle peut faire l’objet d’une négociation au cas par cas entre les pouvoirs locaux et l’acheteur : l’idée est d’agir surtout par un effet de bluff, en jouant sur l’idée de contrainte et l’image populaire préservée d’un quartier, tout en affichant une politique plus attentive aux enjeux sociaux.

Figure 6 – L’angle des rues Schulterblattstraße et Juliusstraße à Hambourg.

Figure 6 – L’angle des rues Schulterblattstraße et Juliusstraße à Hambourg.

Sur la droite de l’image, le bâtiment squatté du théâtre du Rote Flora, haut lieu de la résistance à la transformation urbaine, marque un net contraste avec les bâtiments bourgeois rénovés, présentant une brasserie aux couleurs de la bière Astra en pied d’immeuble, et un bâtiment d’architecte résolument novateur plus à gauche (en carton), mais masqué sur les images Street View. Cet angle de rue a été le cœur des manifestations de décembre 2013 à Hambourg.

Cliché Google Earth (2008), avec insertion de l’auteur (2014) en carton en haut à droite.

44Cinq quartiers centraux sont concernés, dont Sankt-Pauli et Sternschanze. La municipalité de Hambourg affirme ainsi, par le développement de cet outil, sa prise en compte des conséquences les plus contestées de la gentrification – sans toutefois que cette prise en compte réglementaire ne soit nécessairement très efficace dans un contexte de forte pression immobilière [Vogelpohl 2012].

Conclusion

  • 8 L’auteur remercie Boris Grésillon pour la suggestion de cette mise en perspective.

45Le 29 novembre 2015, la ville de Hambourg a illustré à nouveau ses tensions internes en organisant un référendum sur la candidature de la ville à l’organisation des jeux olympiques d’été pour 20248 : le vote a été négatif, témoignant une nouvelle fois de la force de résistance d’une majorité de la population aux attraits de l’internationalisation. Si l’on a incriminé dans ce refus une crainte plus évidente des dérapages financiers ou des scandales de dopage dans le sport professionnel, la situation doit être tout de même être revue au filtre de la culture de la contestation hambourgeoise et des tensions sociales autour des programmes de rénovation urbaine à Hambourg.

46Les pouvoirs locaux pratiquent une forme de réinterprétation des problèmes sociaux au filtre de la métropolisation, un mot à valeur de sésame qui semble désormais subsumer les questions sociales par le dynamisme économique supposé de la ville. Cependant, à Hambourg, cette injonction prend une valeur paradoxale et n’est pas aisément acceptée par tous, puisqu’il s’agit d’une ville qui adopte les codes de la société post-industrielle et qui se gentrifie alors même que sa force économique repose précisément sur la prépondérance de sa base productive – avec une forte assise industrielle et logistique – doublée d’une certaine conscience laborieuse entretenue. Plusieurs hauts lieux emblématiques de ce front de gentrification urbaine cristallisent donc ces enjeux, et incarnent soit la manifestation du pouvoir des investisseurs (HafenCity, Hafenkrone), soit celui de la tradition de résistance urbaine (Hafenstrasse, Rote Flora). Les médiations sont nombreuses, mais rarement abouties, si ce n’est peut-être à Gängeviertel, dans lequel la contestation organisée a su prendre une forme acceptable sous couvert de valorisation artistique – le projet IBA Hambourg en restant quant à lui à un processus participatif tronqué.

47Le clivage observé dans l’évolution des formes urbaines hambourgeoises trahit, en tout cas, la force des investissements spéculatifs sur l’espace urbain plus qu’une mutation interne à la société de Hambourg. Pour faire écho au débat de fond qui est à l’œuvre dans les analyses sur le phénomène de gentrification urbaine, le cas hambourgeois révèle quel est le moteur qui est à l’œuvre, à l’échelle locale tout au moins, dans la production de l’espace : ce n’est ici guère l’usager, mais bien l’investisseur qui produit la métropolisation, donc l’offre plutôt que la demande. Pour Neil Smith [1979], la gentrification est surtout « un mouvement du capital, non des hommes » ; les discours et visions en concurrence à l’échelle de la métropole de Hambourg semblent confirmer ce constat d’une « ville contestée » [Gintrac & Giroud 2014] et des attentes sociales élargies en faveur d’une production de l’urbain plus partagée.

Haut de page

Bibliographie

Amenda, L. & Grünen, S. (2008) – Tor zur Welt - Hamburg-Bilder und Hamburg-Werbung im 20. Jahrhundert, Serie "Hamburger Zeitspuren", Hambourg: Dölling und Galitz Verlag, 208 p.

Atkinson, R. & Bridge, G. (dir.) (2005) – Gentrification in a global context. The new urban colonialism, Londres, Routledge coll. « Housing and Society Series », 320 p.

Barbier, C. (2015) – « La recomposition des rapports de pouvoir et la production du consensus dans deux grands projets de renouvellement urbain, une comparaison franco-allemande », in S. Depraz, U. Cornec & U. Grabski-Kieron (dir.), Acceptation sociale et développement des territoires, Lyon : ENS Editions, pp. 43-58.

Beaverstock, J.V., Smith, R.G., Taylor, P.J., Walker, D.R.F., & Lorimer, H., 2000, « Globalization and World Cities: Some Measurement Methodologies », Applied Geography , vol. 20, n° 1, pp. 43-63.

Béal, V. (2011) – « Ville durable et justice sociale. Ce que le développement durable nous dit de la production de l’urbain », in V. Béal V., M. Gauthier & G. Pinson G. (dir.), Le développement durable changera-t-il la ville ? Le regard des sciences sociales, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2011, pp. 237-259.

Chalas, Y. (2000) – L’Invention de la ville, Paris : Anthropos, 206 p.

Clerval, A. (2010) – « Les dynamiques spatiales de la gentrification à Paris », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne] http://cybergeo.revues.org/index23231.html , document 505, mis en ligne le 19 juillet 2010, consulté en octobre 2015.

Di Méo, G. (2010) – « La métropolisation. Une clé de lecture de l'organisation contemporaine des espaces géographiques », L'Information géographique, vol. 74, n° 2010/3, pp. 23-38.

Edelblutte, S. (2009) – Paysages et territoires de l'industrie en Europe. Héritages et renouveaux, Paris: Ellipses coll. « Carrefours », 272 p.

Florida, R. (2002) – The Rise of the Creative Class: And How It’s Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life, New-York: Basic Books, 416 p.

Ghorra-Gobin, G. (2015) – La métropolisation en question, Paris : PUF, 116 p.

Gintrac, C. & Giroud, M. (2014) – Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain, Paris : Les prairies ordinaires, 416 p.

Grésillon, B. (2002) – Berlin, métropole culturelle, Paris : Belin coll. « Mappemonde », 351 p.

Hamnett, C. (1997) – « Les aveugles et l'éléphant : l'explication de la gentrification », Strates n° 9 [En ligne] : http://strates.revues.org/611, consulté en mai 2015.

Harvey, D. (1989) – « From Managerialism to Entrepreneurialism: the Transformation of Urban Governance in late Capitalism », Geografiska Annaler n° 71/1, pp. 3-17.

Jouve, B. & Lefèvre, C. (1999) – Villes, métropoles, les nouveaux territoires du politique, Paris : Anthropos, 305 p.

Leroy, S. (2000) – « Sémantiques de la métropolisation », L’Espace géographique vol. 29 n° 1, pp. 78-86.

Ley, D. (1980) – « Liberal Ideology and the Postindustrial City », Annals of the Association of American Geographers, vol. 70, n° 2 (juin 1980), pp. 238-258.

Ley, D. (2003) – « Artists, Aestheticisation and the Field of Gentrification », Urban Studies, vol. 40, n° 12, pp. 2527–2544.

Mangin, D. (2009) – « Les métropoles européennes de l’après-crise », Futuribles, n° 354, pp. 33-38.

Pinson, G. (2009) – Gouverner la ville par projet. Urbanisme et gouvernance des villes européennes, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Nouveaux débats », 420 p.

Reinecke, J. (2012) – Street-Art : eine Subkultur zwischen Kunst und Kommerz, Bielefeld : Transkript Verlag, 200 p.

Roncayolo, M. (2001) – Histoire de la France urbaine : La ville aujourd'hui - Mutations urbaines, décentralisation et crise du citadin, Paris : Poche, 898 p.

Sack, R. (1986) – Human Territoriality. Its Theory and History, Cambridge University Press, 272 p.

Slater, T. (2006) – « The eviction of critical perspectives from gentrification research », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 30 n° 4, pp. 737-757.

Smith, N. (1979) – « Towards a theory of gentrification: A back to the city movement of capital not people », Journal of the American Planning Association n° 45, pp. 538-548.

Smith, N. (1996) – The New Urban Frontier: Gentrification and the Revanchist City, New York: Routledge, 288 p.

Smith, N. & Williams, P. (dir.) (2007) – Gentrification of the city, Londres: Routledge [1986, Boston: Allen and Unwin], 160 p.

Vandermotten, C. (2009) – « Les villes qui gagnent, les villes qui perdent », Futuribles, n° 354, pp. 61-71.

Veltz, P. (1996) – Mondialisation, villes et territoires : une économie d'archipel, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 288 p.

Vogelpohl, A. (2012) – Urbanes Alltagsleben. Zum Paradox von Differenzierung und Homogenisierung in Stadtquartieren, Wiesbaden: éditions Springer VS, 284 p.

Vogelpohl, A. (2015) – « La redécouverte du règlement de conservation sociale à Hambourg : vers des transformations urbaines plus modérées et plus acceptables ? », in S. Depraz, U. Cornec & U. Grabski-Kieron (dir.), Acceptation sociale et développement des territoires, Lyon : ENS Editions, pp. 73-88.

Weinachter, M. (2007) – « Hambourg, métropole portuaire internationale », in Regards sur l'économie allemande n° 81, p. 15-22.

Wischmann, K. (2015) – « Le quartier de Sankt Pauli à Hambourg : une analyse de discours visuel dans un processus contesté de développement urbain », in S. Depraz, U. Cornec & U. Grabski-Kieron (dir.), Acceptation sociale et développement des territoires, Lyon : ENS Editions, pp. 59-72.

Haut de page

Notes

1 On qualifie d’ailleurs Hambourg de « ville-État » pour résumer son double statut de commune et de Land. Hambourg possède, à ce titre, sa propre constitution, son assemblée parlementaire – la « Bürgerschaft » – son organe exécutif ou « Sénat », présidé par un « maire gouverneur », de rang équivalent à celui des « ministres-présidents » des autres Länder.

2 Toutes les données statistiques de cet article, sauf mention contraire, sont issues du site de l’Office statistique fédéral www.destatis.de (consultation octobre 2015).

3 Le terme de « gentrification », établi en 1964 par la sociologue Ruth Glass, désigne en effet à l’origine un « mouvement de retour des classes moyennes vers les centres urbains provoquant une hausse des valeurs immobilières et, par suite, le départ des classes les plus populaires » (Smith et Williams, 1986 – c’est nous qui soulignons). La dimension problématique du préjudice subi par les populations déplacées sous l’effet de la hausse des loyers, avec la dislocation de leurs réseaux de sociabilité, est ainsi souvent occultée au profit du premier terme de la définition.

4 Selon le site officiel du projet : http://www.hafencity.com/ (consultation octobre 2015).

5 Le bâtiment, conçu par le cabinet international Herzog & de Meuron, a représenté dix années de travaux, pour un budget passé de 77 à 780 millions d’euros. La ville de Hambourg a eu recours, pour réussir à achever le projet, à un financement participatif, faisant appel au mécénat privé et à une souscription populaire.

6 Données d’après www.wohnungsboerse.de/ (consultation mai 2015).

7 Le projet HafenCity, établi sur une zone peu voire pas habitée de délaissés portuaires, a suscité moins d’opposition, si ce n’est sur le faible ancrage identitaire local des noms des nouvelles rues.

8 L’auteur remercie Boris Grésillon pour la suggestion de cette mise en perspective.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Le siège du journal Der Spiegel, construit entre 2007 et 2011 par le cabinet d’architecture Henning Larsen (Danemark), figure de proue du quartier de la HafenCity depuis les voies de chemin de fer
Crédits Cliché S. Depraz, 2014.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Figure 2 – La rénovation des quais au sud du quartier des entrepôts (Speicherstadt), dans le projet HafenCity, combinant des vestiges symboliques de l’activité logistique (grues, façades de brique en arrière-plan) et des architectures tertiaires de style international
Crédits Cliché S. Depraz, 2014.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Figure 3 – La nouvelle Skyline du quartier Sankt-Pauli, ou Hafenkrone, consécutive à la rénovation du quartier de la brasserie Bavaria
Crédits Cliché S. Depraz, 2014.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/833/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 4 – Le contraste est marqué entre l’offre commerciale populaire de l’artère structurante de la Reeperbahn, avec son mobilier urbain désuet et une architecture fonctionnaliste vieillissante, et les « tours dansantes » (2012), architecture iconique faisant office de symbole de la reconquête urbaine par les fonctions métropolitaines supérieures
Crédits Cliché S. Depraz, 2014.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/833/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 5 – Les expressions graphiques de la contestation sur les pieds d’immeubles du quartier de Schanze (Rosenhofstraße)
Crédits Cliché S. Depraz, 2014.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/833/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Carte 1 – Enjeux urbanistiques de la métropolisation et de sa contestation à Hambourg
Crédits Conception S. Depraz, 2016 / Fond de carte : Fond de carte : © Kober-Kümmerly+Frey, 2003, Köln
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/833/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 6 – L’angle des rues Schulterblattstraße et Juliusstraße à Hambourg.
Légende Sur la droite de l’image, le bâtiment squatté du théâtre du Rote Flora, haut lieu de la résistance à la transformation urbaine, marque un net contraste avec les bâtiments bourgeois rénovés, présentant une brasserie aux couleurs de la bière Astra en pied d’immeuble, et un bâtiment d’architecte résolument novateur plus à gauche (en carton), mais masqué sur les images Street View. Cet angle de rue a été le cœur des manifestations de décembre 2013 à Hambourg.
Crédits Cliché Google Earth (2008), avec insertion de l’auteur (2014) en carton en haut à droite.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/833/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Depraz, « Hambourg. Paradoxes et représentations contradictoires d’une métropole populaire », Bulletin de l’association de géographes français, 93-1 | 2016, 115-135.

Référence électronique

Samuel Depraz, « Hambourg. Paradoxes et représentations contradictoires d’une métropole populaire », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 93-1 | 2016, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/833 ; DOI : 10.4000/bagf.833

Haut de page

Auteur

Samuel Depraz

Maître de conférences en géographie-aménagement - Université de Lyon (Jean Moulin) / Laboratoire EVS (UMR 5600 du CNRS) – Courriel : samuel.depraz[at]univ-lyon3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals