Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99-1Un monde de frontières ?

Un monde de frontières ?

A world of borders?
Bernard Reitel
p. 3-10

Texte intégral

1« What is a border? » [Graziano 2018], « Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ? » [Amilhat-Szary 2015], les questions que posent ces deux auteurs nous paraissent étranges tant l’objet dont ils parlent nous semble familier : ne s’agit-il pas tout simplement de la limite de souveraineté de l’État qui sépare son territoire de celui des autres États [Foucher 1986] ? Cette assertion est d’autant plus vraie que dans l’espace médiatique [Duez & Delmotte 2016] et l’agenda politique dans lesquels elle s’impose régulièrement, la frontière semble irrémédiablement associée à des dispositifs qui sont censés garantir l’intégrité d’une communauté politique et de son territoire. Le « retour des frontières » est un thème récurrent des médias qui est fréquemment évoqué lors de crises internationales. Migrations, terrorisme et à présent pandémie du coronavirus sont ainsi largement associés à tort ou à raison à une dimension réifiée de la frontière, celle d’un objet censé protéger de menaces, en Europe tout au moins. 2020 reste à cet égard une année mémorable puisque au sein de l’Union européenne, des États qui mènent depuis plusieurs décennies une coopération étroite ont procédé à des restrictions non seulement sur leurs frontières externes, mais aussi et surtout sur celles, internes, qui les relient, lors de la première vague de la pandémie au printemps 2020 [Wille & Weber 2020]. Entre une frontière ouverte, dévaluée, symbole de l’intégration européenne, et une frontière à dimension prophylactique activée comme un dispositif, parmi d’autres, de restrictions à la mobilité, la décision des gouvernements nationaux a surpris par sa brutalité et sa généralisation [Reitel & al. 2020]. Au-delà de toute interprétation, forcément réductrice, ces décisions unilatérales mais concordantes rappellent que la frontière internationale reste un instrument d’affirmation de l’État et de sa souveraineté, y compris au sein de l’Union européenne. Pour autant, l’ordre international ne repose plus depuis longtemps sur une division du monde entre les États et sur des relations, bonnes ou mauvaises, que ces derniers entretiennent.

2Le discours sur les frontières qui cantonne la limite de souveraineté de l’État à un dispositif de régulation et de contrôle réduit cependant le caractère multidimensionnel que la communauté scientifique ne cesse de souligner depuis plusieurs décennies. Cette dernière a mis en évidence que, dans le cadre des border studies, la frontière ne se limite pas à sa dimension politique et géographique, mais aussi sociale et anthropologique, et que la limite westphalienne elle-même ne cesse de se recomposer. Si l’État en est un acteur essentiel, voire incontournable, d’autres acteurs, économiques, sociaux, jouent à présent un rôle pour produire, instituer, détourner, transformer, reconsidérer des frontières [Van Houtum & Van Naerssen 2002, Newman 2003, Brunet-Jailly 2005, Popescu 2012, Brambilla & al. 2015], et ceci à différentes échelles.

3L’objectif de ce numéro du BAGF est de se consacrer aux transformations des frontières internationales tout en tenant compte de l’éclairage des border studies qui considèrent la frontière comme une construction politique et sociale en perpétuelle mutation, mais qu’elle est aussi une institution qui génère des discours, fait l’objet de pratiques et de représentations qui ne sont pas le fait des seuls États et que la limite n’en est plus, de loin, la seule forme perceptible dans l’espace [Amilhat-Szary 2015]. Ce faisant, elle remet en cause l’idée selon laquelle la mondialisation et la régionalisation du monde conduisent inéluctablement à la disparition de certaines frontières dans le cadre de processus d’intégration qui ont été observés après le démantèlement de l’URSS et la fin de la division Ouest-est qui imprégnait l’ordre du monde après la deuxième guerre mondiale. Pourtant, dès 1967, l’anthropologue Fredrik Barth nous rappelle que les identités des groupes humains se construisent dans le cadre d’interactions qui leur permettent de se distinguer d’autres groupes [Barth 1995]. Même si le champ des border studies est avant tout dominé par les géographes et les politistes [Hamez 2015], le renouvellement des approches sur la frontière doit beaucoup à l’interdisciplinarité qui permet la confrontation entre des méthodes d’analyse et la diffusion de nouvelles idées. Le dépassement du cadre normatif et stato-centré de la frontière westphalienne – qui fut elle-même en son temps une invention comme le rappelle Michel Foucher [Foucher 1986] – ne s’est en définitive imposé que tardivement, avec l’émergence d’un ordre mondial dans l’entre-deux guerres, puis après la 2e guerre mondiale et consolidé avec l’indépendance des États issus de la décolonisation [Foucher 2007]. Cette vision eurocentrée projette l’État-nation comme seul acteur producteur de frontières à travers ses normes politiques, sociales et spatiales, en construisant un système sémique, pour reprendre l’expression de Claude Raffestin [Raffestin 1981]. Plus précisément, ne faudrait-il pas dire que cette vision est valable pour certains pays qui se sont imposés comme des modèles de construction nationale ? D’emblée, d’autres constructions politiques et territoriales comme l’Empire ou l’État-multinational se trouvent exclues. Or, la Suisse, les États-Unis, l’Inde, le Nigéria, la Russie sont bien des États, mais ils ne peuvent être rangés stricto sensu dans la catégorie des États-nations. Si les constructions politiques et territoriales des États diffèrent, cela devrait signifier que la frontière, y compris westphalienne est polymorphe et que dans ce cas, il vaudrait mieux parler de frontières.

4La remise en cause de l’approche stato-centrée dans les années 1990 réinterroge la frontière comme objet indissociable du pouvoir des États. La globalisation qui semble faire l’apologie de l’échange, de la spécialisation et de la compétition tout en favorisant la prise de conscience de l’existence de problèmes mondiaux communs, a conduit à l’émergence de nombreux acteurs (firmes internationales, ONG, d’acteurs sociaux), y compris des pouvoirs publics, dans le cadre des processus de décentralisation et de régionalisation. Les stratégies et les décisions des différents acteurs s’enchevêtrent et s’emmêlent, conduisant à la production de frontières qui ne se superposent pas véritablement aux cadres préexistants. Le développement de cette approche postmoderne doit beaucoup à l’utilisation de méthodes qui invitent à déconstruire les discours et les écrits classiques et notamment ceux émanant des sciences politiques sur les relations internationales. Le territoire est considéré de manière dynamique, l’accent étant mis sur les processus de territorialisation, de déterritorialisation et de reterritorialisation. Parallèlement, de nouveaux modes d’inclusion et d’exclusion se propagent grâce à l’invention de moyens techniques de plus en plus sophistiqués de sélection, de contrôle et de filtrage.

5Dès 2004, l’article « La frontière, un objet spatial en mutation » écrit par un collectif de chercheurs de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg posait quelques jalons en évoquant le rôle prépondérant d’autres acteurs que l’État dans la production de frontières, tout en envisageant les changements de formes de ces dernières avec l’émergence de frontières réticulaires caractérisées par l’absence de contiguïté des territoires [Groupe Frontière 2004]. Le néologisme de frontiérité (traduction de borderities) proposé par Anne-Laure Amilhat-Szary et Frédéric Giraut, qui traduit l’existence de régimes multiples de frontières qui ne sont plus stables mais mobiles, interroge sur les transformations de ces dernières décennies [Amilhat-Szary & Giraut 2015]. Les borderities constituent un « ensemble d’institutions, de procédures, d’analyses, etc. » qui permettent l’exercice d’un pouvoir de filtrage à travers l’utilisation de dispositifs sophistiqués de sécurité. Pour fonctionner de manière optimale, le monde organisé par les flux [Castells 1996] repose sur la vitesse, ce qui nécessite toutefois l’apparition de dispositifs qui opèrent une sélection entre ce qui apparaît comme bénéfique et ce qui est considéré comme néfaste. La régulation des flux devient dès lors un enjeu majeur pour tous les acteurs chargés d’assurer la protection d’un territoire ou d’un groupe humain.

6De ce fait, nous pouvons envisager, à l’instar de Sylvie Considère, que « la frontière est principalement une construction sociale, instituée par des rapports de force, des négociations, des compromis entre acteurs politiques qui en instituent le tracé et le régime, à un moment donné. » [Considère 2017]. Plus simplement, comme nous le rappelle Philippe Hamman dans sa « Sociologie des espaces frontières », la frontière se trouve au croisement de trois enjeux : la protection, d’un territoire, d’une population ce qui renvoie à l’idée de sécurité ; le filtrage, c’est-à-dire l’articulation entre contrôle et franchissement ; la différenciation, que d’aucuns qualifient de différentiels ou de dissymétrie, voire d’asymétrie, qui traduit l’existence d’une distinction entre des systèmes de normes et des organisations sociales dans une perspective de relations [Hamman 2013].

7En définitive, quatre approches qui se combinent et se complètent, permettent d’étudier les frontières internationales. La première qui se veut politique consiste à identifier comment sont produites et modifiées les frontières. Il s’agit ici d’interroger les processus de décisions qui conduisent à édifier les frontières, à repérer les conflits qui en découlent, tout en prenant en compte leurs dépassements dans le cadre de coopérations. Ceci invite, dans une deuxième approche qualifiée de fonctionnelle, à s’intéresser au régime des frontières, c’est-à-dire aux dispositifs juridiques, techniques, matériels qui sont instaurés pour faire fonctionner l’objet politique et réguler les relations entre les États. Une troisième approche prend en compte une dimension cognitive : cette démarche d’ordre anthropologique et psychologique cherche à comprendre comment la frontière devient un marqueur identitaire en aidant à la construction d’identités collectives. Enfin, une dernière approche socio-économique considère le système d’acteurs qui exploitent tant les effets de « défrontiérisation » que les différences existantes entre les territoires dans le cadre de leurs développements. Cette approche n’est pas très éloignée de l’approche politique, mais elle en diffère par les acteurs et par les flux matériels et financiers qui résultent des décisions prises. Dans ce cadre, l’objet de ce volume est d’interroger la frontière sous ses différents aspects en ayant conscience de l’enchevêtrement et l’entremêlement des dynamiques.

8Dans un premier temps, l’article de Christophe Sohn interroge le concept de ressource qui est principalement défini comme les bénéfices que peuvent tirer des acteurs des différences révélées par les frontières. L’auteur reconsidère le concept dans un contexte de mondialisation des enjeux de sécurité en prenant en compte une dimension relationnelle. Il montre ainsi que certains discours qui réduisent la frontière à un objet de protection sont exploités par des acteurs économiques de la sécurité pour équiper la frontière en dispositifs de surveillance. D’autre part, l’auteur interroge la capacité des acteurs à pérenniser le système de production lié à l’exploitation de la frontière comme une ressource dans un contexte de transformation des régimes. La frontière ne constitue pas une ressource en soi, c’est la manière dont les acteurs l’exploitent dans un contexte de relations qui permet de parler de ressource.

9Un deuxième article interroge la construction des murs sur des frontières internationales dans de nombreuses régions du monde. Sébastien Piantoni et Stéphane Rosière y avancent l’hypothèse que la réalisation de ces barrières de séparation qui repose sur un discours d’insécurité résulte en grande partie de l’existence d’écarts de niveaux de vie. Les États constructeurs érigent ces barrières sur les frontières qui les séparent d’États dont les niveaux de vie sont indéniablement plus faibles. Ces dispositifs sont aussi des moyens de lutter contre des migrations considérées comme indésirables, moins de celles en provenance d’États limitrophes que d’États tiers. Les pays constructeurs s’inscrivent dans un espace bien plus large que celui de leur voisinage immédiat et prennent en compte des couloirs de migrations qui traversent plusieurs États.

10L’article suivant montre les conséquences de la généralisation d’un discours sécuritaire sur la production de barrières protectrices, sur des frontières d’États d’Afrique subsaharienne qui ont longtemps été fort poreuses. Laurent Gagnol dresse ici une géohistoire des frontières de cette région. Il montre ainsi que la conception rigide de l’État et de son territoire qui s’impose remet en cause la mobilité des populations nomades. En effet, les États craignent que la mobilité transfrontalière ne soit préjudiciable au contrôle de la valorisation des ressources de leur territoire. Le régime de frontière qui s’instaure se traduit par la réalisation de murs de sables qui constitue ainsi une nouvelle phase dans l’histoire de ces frontières depuis la colonisation.

11Le quatrième article, signé par Laetitia Perrier-Bruslé, est consacré à la construction des frontières situées au centre de l‘Amérique du Sud. Ces dernières sont, dans un premier temps, imaginées et elles constituent des hauts-lieux symboliques dont les modalités changent avec le temps : la ligne de partage du monde instaurée par le traité de Tordesillas (1494) devient une lisère de civilisation avant de devenir limite de territoires nationaux. Dans le cadre de la territorialisation des États, la frontière remplit progressivement son rôle de clôture de l’espace national à travers les flux de peuplement organisés par le pouvoir central qui sont dirigés vers des espaces jusqu’à présent peu exploités. Plus généralement, c’est le franchissement à travers les échanges qui donne vraiment une consistance à la frontière dans un contexte de régionalisation.

12Dans le cinquième article, Thomas Merle décrit la frontière qui sépare la Transnistrie, un État de facto, instauré en 1991, qui résulte de la sécession de la République de Moldavie. Cette frontière de facto, qui réactive d’après l’auteur, une ancienne frontière impériale, tire sa pertinence de l’existence de politiques de gestion différentes qui ont été pratiquées pendant la période où l’ensemble de ces territoires faisaient partie de l’URSS. Le pouvoir politique a ainsi par ses actions dessiné deux trajectoires qui se sont matérialisées de part et d’autre du Dniestr. Les tensions persistantes entre la Moldavie et la Transnistrie semblent ainsi ancrer durablement la frontière dans le paysage de cette région du monde.

13Le sixième article de ce volume met l’accent sur la discontinuité que représente la frontière nationale en termes d’aménagement du territoire en Europe. Grégory Hamez montre ainsi que même lorsque les objectifs sont similaires, l’aménagement du territoire qui en résulte prend des formes différentes tant dans les discours, les pratiques que les outils. Bien que des dispositifs transfrontaliers aient été élaborés afin d’assurer une meilleure coordination en Europe, les différences perdurent. L’auteur montre cependant que la frontière est partiellement dépassée lorsque des stratégies transfrontalières sont élaborées et quand des équipements conjoints sont réalisés.

14Le septième article prolonge pour partie cette réflexion qui prend place comme précédemment en Europe. Bernard Reitel, Pauline Pupier et Birte Wassenberg interrogent les effets des programmes européens sur les villes frontalières et les agglomérations transfrontalières. Les auteurs montrent que la singularité de ces espaces a été progressivement identifiée par l’Union européenne à partir des années 2000, mais que cela ne s’est pas traduit par une politique spécifique. En revanche, à l’échelle locale, nombreuses sont les collectivités urbaines qui ont utilisé les programmes européens pour développer des projets. De ce fait, villes frontières et agglomérations transfrontalières contribuent au renforcement de l’intégration européenne aux échelles locales et régionales.

15Le dernier article interroge la frontière maritime, en prenant l’exemple de l’Asie du Sud-est. Nathalie Fau montre que la construction des frontières maritimes, qui depuis la convention de Montego Bay (1982) font l’objet d’un cadrage juridique, se distingue profondément des frontières terrestres dont l’édification diffère d’une dyade à l’autre. Pour autant, ces frontières sont soumises aux tensions existantes entre la liberté de circulation qui constitue le fondement de l’espace maritime mondial et l’exercice des souverainetés nationales. Plus précisément, l’autrice montre qu’en dépit des conflits qui s’expriment entre les États de l’Asie du Sud-est, des coopérations voient le jour afin d’exploiter les ressources maritimes. Cette territorialisation de l’espace maritime va de pair avec un changement progressif des perceptions des pouvoirs publics qui prennent en considération la dimension environnementale. L’émergence d’une gouvernance mondiale sensible à la fragilité des écosystèmes marins contribue ainsi à renforcer la coopération à travers les frontières maritimes.

16En définitive, comme le montrent les différents auteurs, la frontière westphalienne constitue un objet politique qui imprègne durablement l’organisation de notre monde, y compris dans sa partie maritime. Elle continue d’être activée par de nombreux États comme un dispositif de régulation dont les caractéristiques (contrôle/franchissement ; coopération/conflit ; ignorance/reconnaissance) évoluent au gré du temps. Le jeu des acteurs est ainsi largement influencé par des idéologies parmi lesquelles le nationalisme et la sécurité semblent à nouveau s’imposer par rapport au cosmopolitisme et à l’échange. Le développement de l’entre-soi à différentes échelles, dont le nationalisme ne serait en définitive qu’une composante parmi d’autres, laisse entrevoir un monde fragmenté sur le plan politique et symbolique, tout en étant parcouru par de nombreux flux. La pandémie du coronavirus est de ce point de vue révélatrice : la circulation des biens, des marchandises, des finances et de l’information n’a pas cessé grâce notamment aux puissants réseaux de télécommunication, tandis que les flux des humains ont connu de profondes restrictions. En dépit des tensions et des conflits, des coopérations se nouent : cela tient notamment au fait qu’au-delà des différences, les ressources ou certaines fragilités s’inscrivent dans des espaces transfrontaliers et que gérer en commun est parfois plus avantageux que de se confronter indéfiniment. Par ailleurs, des systèmes de gouvernance ont été érigés à l’échelle mondiale ou à l’échelle régionale, ce qui aide à percevoir ce qui relie tout autant que ce qui diffère. Dans ce contexte, l’Union européenne apparaît comme un espace régional singulier, qui à travers les programmes et les financements, permet des formes particulières d’intégrations transfrontalières, dont la pérennité interroge depuis l’apparition de la pandémie du coronavirus. In fine, la frontière continue d’être plus que jamais un objet ambivalent, mais dont les formes, les localisations, les régimes et les modalités évoluent continuellement. Le monde de frontières que nous décrivons, loin d’être figé est susceptible de connaître de nouvelles et profondes transformations.

Haut de page

Bibliographie

Amilhat-Szary, A.-L. (2015) – Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ?, Paris, Presses Universitaires de France, 164 p.

Amilhat-Szary, A.-L. & Giraut, F. (eds.) (2015) – Borderities and the Politics of Contemporary Mobile Borders, Londres, Palgrave Macmillan, 308 p.

Barth, F. (1995) – « Les groupes ethniques et leurs frontières », in Ph. Poutignat & J. Streiff-Fénart (eds), Théories de l’ethnicité. Paris, PUF, pp. 203-249

Brambilla, C., Laine, J., Scott, J.-W. & Bocchi, G. (eds.) (2015) – Borderscaping: imaginations and practices of border making, Farnham, Ashgate, 280 p.

Brunet-Jailly, E. (2005) – « Theorizing Borders: An Interdisciplinary Perspective », Geopolitics, vol. 10, n° 4, pp. 633–649.

Castells, M. (1996) – The rise of the network society. The information age, Oxford, Blackwell, 656 p.

Considère, S. (2017) – « La frontière est un objet géographique socialement construit », in F. Moullé (éd), Frontières, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, pp. 23-36.

Duez, D. & Delmotte, F. (eds.) (2016) – Les frontières et la communauté politique. Faire, défaire et penser les frontières, Bruxelles : Presses de l’Université Saint-Louis, 250 p

Foucher, M. (1986) – « L’invention des frontières : un modèle géopolitique français », Hérodote, n° 33, pp. 54–88.

Foucher, M. (2007) – L’obsession des frontières, Paris, Perrin, 240 p.

Graziano, M. (2018) – What is a border?, Palo Alto, Stanford University Press, 112 p.

Groupe Frontière [C. Arbaret-Schulz, A. Beyer, J.-L. Piermay, B. Reitel, C. Selimanovski, C. Sohn & P. Zander] (2004) – « La frontière, un objet spatial en mutation », EspacesTemps.net, https://www.espacestemps.net/articles/la-frontiere-un-objet-spatial-en-mutation/

Hamez, G. (2015) – Pour une analyse géographique des espaces transfrontaliers. Contribution théorique et méthodologique, Mémoire HDR, Rouen, Université de Rouen, 275 p., DOI :10.13140/RG.2.1.5161.8646

Hamman, P. (2013) – Sociologie des espaces-frontières. Les relations transfrontalières autour des frontières françaises de l’Est, Strasbourg : Presses Universitaires de Strasbourg, 243 p

Newman, D. (2003) – « On borders and power : a theoretical framework », Journal of Borderlands Studies, vol. 18, n° 1, pp. 13-25.
P
opescu, G. (2012) – Bordering and Ordering the Twenty-first Century, Lanham, Rowman & Littlefield, 196 p.

Raffestin, C. (1981) – Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, 250 p.

Reitel, B., Peyrony, J. & Wassenberg, B. (2020) – « Effects of the Covid-19 Pandemic on European borders, Cross-border cooperation and European integration », in B. Wassenberg & B. Reitel (eds), Critical Dictionary of borders, cross-border cooperation and European Integration, Bruxelles, Peter Lang.

Van Houtum, H. & Van Naerssen, T. (2002) – « Bordering, ordering and othering », Tijdschrift voor economische en sociale geografie, vol. 93, n° 2, pp. 125–136

Wille, C. & Weber, F. (2020) – « Analyzing border geographies in times of COVID-19 », Melusina Press. (Luxembourg), https://www.melusinapress.lu/read/analyzing-border-geographies-in-times-of-covid-19/section/29d7ad90-ff96-48c6-964f-ce89416e6c6e#

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Reitel, « Un monde de frontières ? »Bulletin de l’association de géographes français, 99-1 | 2022, 3-10.

Référence électronique

Bernard Reitel, « Un monde de frontières ? »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 99-1 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/bagf/8930 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.8930

Haut de page

Auteur

Bernard Reitel

Professeur de géographie, Université d’Artois, UR 2468 « Discontinuités, » 62000 Arras – Courriel : Bernard.Reitel[at]univ-artois.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search