Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99-1La frontière comme ressource : ve...

La frontière comme ressource : vers une redéfinition du concept

The border as a resource:towards a redefinition of the concept
Christophe Sohn
p. 11-30

Résumés

Le concept de frontières comme ressource est généralement compris comme la capacité des populations frontalières à traverser les frontières afin de bénéficier des différences qu’elles instituent. Dans un contexte global de sécurisation des frontières et compte tenu de la façon dont certains acteurs économiques et politiques tirent profit de leur fermeture, cet article se propose de reconsidérer le concept de frontière comme ressource selon deux dimensions : d’une part, en élargissant sa signification à un ensemble plus large de pratiques et de discours qui visent à mobiliser différentes opportunités frontalières ; d’autre part, en approfondissant notre compréhension des logiques qui sous-tendent la production des ressources liées aux frontières et leurs implications sociales, politiques et éthiques. L’élargissement du concept repose sur la mobilisation de la notion de structure d’opportunité. L’approfondissement du concept porte quant à lui sur les dynamiques de valorisation et de reproduction des ressources dans une perspective relationnelle. Ainsi redéfinie, la conceptualisation des frontières comme ressource permet d’éclairer de manière critique les différentes formes d’exploitations des frontières et les questions qu’elles soulèvent quant à leur changement de rôle et de signification.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dans ce texte, nous privilégions l’expression « frontière comme ressource » car elle correspond à l (...)

1À première vue, concevoir les frontières comme une ressource peut sembler un oxymore. En tant que ligne politiquement signifiante, les frontières sont généralement associées à la souveraineté territoriale des États et sont perçues comme des instruments de contrôle des flux, de taxation des échanges commerciaux et, plus généralement, des lieux de contraintes. Face à cette acception dominante, le concept de « frontière comme ressource »1 est relativement récent et dénote un changement de perspective. Au lieu de se concentrer sur la manière dont les frontières affectent et limitent la vie des gens, le regard se porte sur l’aptitude des populations frontalières à négocier les frontières à leur avantage [Feyissa & Hoehne 2010]. Dans cette optique, la frontière ressource renvoie à la capacité des acteurs de se saisir, en fonction de leurs compétences, des opportunités qui découlent des différentiels frontaliers [Piermay 2005a]. Cette manière de concevoir les frontières comme ressource a donné lieu à des travaux stimulants sur les formes quotidiennes de contestation et de transformation des frontières et sur la capacité des populations périphériques d’inventer de nouveaux modes d’existence. Au-delà de ces apports indéniables, cette conceptualisation pose néanmoins question. Dans un contexte de durcissement des régimes frontaliers et de résurgence des nationalismes, les frontières sont largement mobilisées en tant que ressources politiques dans des discours aux accents populistes qui cherchent à renforcer et à légitimer leur rôle protecteur [Wodak 2015]. La construction de murs frontaliers et, plus largement, la sécurisation des frontières dans différentes régions du monde, représente également une économie politique internationale de contrôle des frontières générant d’énormes profits pour le secteur de la sécurité [Rosière 2020].

2Une telle mobilisation des frontières en tant que ressources politiques ou économiques s’écarte de la conceptualisation originale : ici les opportunités sont associées au renforcement des frontières plutôt qu’à leur franchissement. Ce qui est en jeu va toutefois bien au-delà d’un problème de définition. L’exploitation optimisée des frontières comme ressource par des intérêts privés change fondamentalement la donne : il ne s’agit plus simplement de profiter d’opportunités particulières liées aux frontières, mais de transformer délibérément ces dernières en un vaste « écosystème d’affaires propre » comme le souligne Anne-Laure Amilhat Szary [Amilhat-Szary 2015].

3Face à ce constat, l’objectif de cet article est de déconstruire les explications conventionnelles et de proposer une nouvelle conceptualisation de la frontière comme ressource capable d’articuler la diversité des acteurs et de leurs pratiques frontalières tout en soulignant de manière critique les implications de ces changements. Cette redéfinition du concept s’articule autour de deux contributions théoriques.

4La première porte sur la nature des opportunités frontalières. Si les dispositifs frontaliers instituent tout autant qu’ils reflètent des différences culturelles, économiques, politiques et, bien entendu, spatiales, les structures d’opportunités qui en découlent reposent tantôt sur leur mise en relation, tantôt sur leur renforcement, en fonction des situations, de l’intention des acteurs et de leur capacité à agir.

5La deuxième contribution vise à approfondir les logiques qui sous-tendent les dynamiques de production des frontières comme ressources. En s’inspirant de l’approche institutionnelle et territoriale des ressources développée en lien avec les travaux sur les milieux innovateurs, deux dynamiques se distinguent : soit la frontière ressource résulte de la valorisation d’une réalité frontalière préexistante, soit elle est reproduite par un système de production dont l’activité en dépend.

6L’articulation des deux contributions théoriques permet ainsi d’esquisser une typologie distinguant quatre formes de mobilisation des frontières comme ressources. La conceptualisation proposée souligne la dimension multidimensionnelle, relationnelle et ambivalente de la frontière ressource : multidimensionnelle, car les dispositifs frontaliers renvoient à des agencements spatiaux, des régimes de contrôles, des représentations sociales et des imaginaires qui sont susceptibles d’être mobilisés par une grande diversité d’acteurs et pour différentes raisons ; relationnelle, car comme toute ressource elle n’existe pas en soi mais est le produit d’une pratique sociale contingente ; ambivalente, car la frontière ressource peut aussi bien participer d’une subversion de la frontière que de son renforcement.

7Cette réflexion s’organise de la manière suivante. La première étape consiste à retracer les origines du concept de frontière comme ressource et d’en souligner les principales déclinaisons. La discussion qui suit vise à mettre en exergue l’originalité des apports théoriques. La section suivante propose un examen critique de la conceptualisation originale afin d’en identifier les limites. Cette réflexion nous amène ensuite à proposer une redéfinition du concept de frontière comme ressource autour des deux contributions théoriques précédemment évoquées. La dernière section conclue la discussion et souligne les apports ainsi que les considérations théoriques et éthiques de la conceptualisation proposée.

1. Une brève histoire du concept de frontière ressource

8L’idée selon laquelle les frontières peuvent représenter des opportunités et pas uniquement des contraintes pour certains acteurs n’est pas nouvelle en soi. Une telle acception a été clairement énoncée dans différents travaux sur la territorialité des états [Gottmann 1952]. Dans leurs études sur la contrebande, les historiens ont également mis en avant les bénéfices que pouvaient représenter les frontières pour des acteurs locaux [Desplat 2002]. Ces différents travaux n’ont toutefois pas mobilisé le concept de ressource pour interpréter ces pratiques et en proposer une conceptualisation formalisée. Cette section qui retrace brièvement l’histoire du concept de frontière ressource s’attache à identifier les contributions les plus significatives afin de souligner les différentes significations proposées. Sans prétendre à une exhaustivité certainement illusoire compte tenu de la complexité du fait frontalier et du caractère multidisciplinaire des études frontalières, la revue de la littérature présentée porte essentiellement sur des travaux publiés en français et en anglais. Deux ensembles de contributions qui se réfèrent à des contextes régionaux et historiques spécifiques peuvent être distingués. Cette distinction sert avant tout à illustrer la diversité des situations au sein desquelles les frontières ont été jusqu’ici appréhendées comme une ressource et à structurer la discussion ; nous verrons dans la partie suivante que les différentes approches partagent peu ou prou les mêmes fondements épistémologiques et théoriques et que des « regards croisés » ont contribué à l’avancement des réflexions [Piermay 2005a].

9Un premier volet significatif de la recherche émane des études sur les régions frontalières africaines. Alors que les frontières en Afrique ont généralement été analysées comme des barrières imposées de manière arbitraire par les forces coloniales et, dans une suite logique, les États indépendants aux populations qui y vivent, une perspective centrée sur les périphéries territoriales et qui met en avant les tactiques et stratégies de mobilisation des frontières comme ressources du point de vue du « bas » de la société a gagné du terrain au cours des trois dernières décennies [Asiwaju & Nugent 1996, Bennafla 2002, Feyissa & Hoehne 2010, Nugent 2002, Piermay 2005b]. L’un des travaux pionniers est sans aucun doute l’étude de la frontière entre le Ghana et le Togo [Nugent 2002]. Paul Nugent montre en particulier comment l’imposition de cette frontière par les puissances coloniales représente une opportunité, en particulier pour les commerçants frontaliers et les contrebandiers qui profitent des écarts de prix entre économies nationales. Les opportunités frontalières ne se limitent toutefois pas à la sphère économique. Dereje Feyissa et Markus Virgil Hoehne ont ainsi montré que les frontières peuvent représenter des zones d’ambivalence sociopolitique pour accéder au pouvoir et acquérir une certaine autonomie, revendiquer ou consolider la formation d’identités collectives, ou extraire des ressources de statut et de droits (par exemple le statut de réfugié) [Feyissa & Hoehne 2010]. Une telle approche s’inscrit dans une perspective qui vise à contrecarrer l’idée de frontières imposées par les forces coloniales comme exclusivement dommageables et non pertinentes pour les communautés locales [Nugent 2002]. La perméabilité relative des frontières africaines, qui renvoie aux carences des États africains dans le contrôle de leurs frontières et à la marginalisation des populations frontalières, donne à ces dernières une marge de manœuvre et la capacité de négocier les frontières à leur avantage [Flynn 1997]. L’exploitation des écarts de prix de marché est particulièrement forte dans des pays en crise et pour des populations qui ont développé l’ingéniosité comme moyen de survie [Piermay 2005a]. L’insécurité et la violence des conflits dans certaines régions frontalières de l’Afrique peuvent également inciter des combattants rebelles ou des habitants à traverser les frontières pour chercher refuge et se protéger [Baud & Van Schendel 1997]. Les frontières sont ainsi vues comme une échappatoire vis-à-vis des configurations oppressives du pouvoir étatique [Vaughan 2013]. Si l’étude des frontières africaines a joué un rôle pionnier dans le développement du concept, la création de ressources frontalières par les populations locales, les commerçants ou les passeurs est également devenue le sujet d’une attention particulière dans d’autres régions du monde, notamment en Asie [Horstmann & Wadley 2006, Megoran & al. 2005, Turner 2010], en Amérique latine [Aguiar 2012] et en Europe de l’Est [Thuen 1999, Bruns & al. 2011].

10Un deuxième groupe de contributions ayant promu l’idée de frontière en tant que ressource a émergé dans le contexte d’intégration régionale à l’œuvre en Europe et en Amérique du Nord et l’essor des initiatives de coopération transfrontalière à partir des années 1990 [O’Dowd 2002]. Ces travaux d’études urbaines et régionales se sont intéressés aux opportunités offertes par les frontières lorsqu’elles s’ouvrent aux villes et aux régions qui sont situées à proximité. La conceptualisation des frontières comme ressource que j’ai proposée en 2014 distingue quatre facteurs explicatifs et offre une synthèse des pratiques et des stratégies recensées dans la littérature [Sohn 2014]. En premier lieu, les frontières peuvent représenter une ressource pour les acteurs frontaliers du fait de la rente de position qu’elles potentialisent. En effet, à partir du moment où une frontière s’ouvre, la localisation frontalière peut offrir des avantages : la situation de porte d’entrée ou d’avant-poste rend possible la captation de flux internationaux et profite à l’économie locale et aux entreprises exportatrices [Hansen 1977]. La fonction d’interface des frontières est aussi mobilisée en tant que ressource par certaines villes jumelles pour favoriser leur coopération et promouvoir l’émergence d’agglomérations urbaines relativement unifiées [Joenniemi & Jańczak 2017]. En deuxième lieu, les frontières peuvent également représenter une rente différentielle : lorsque les écarts dans les facteurs de coût ou les différences de réglementation sont exploités, les frontières constituent une ressource économique pour les travailleurs ou les entreprises. En Europe, la mobilisation de ces avantages a notamment conduit à l’essor du travail frontalier dans des régions métropolitaines transfrontalières comme Luxembourg, Bâle ou Genève [Sohn & al. 2009]. La constitution de réseaux de production transfrontaliers peut également résulter d’une exploitation de disparités frontalières. Ceci est particulièrement le cas lorsque les autorités étatiques mettent en œuvre des conditions d’investissement favorables telles que des subventions gouvernementales, des réglementations plus permissives ou des coûts de main-d’œuvre compétitifs (exemple des maquiladoras, ces usines d’assemblage basées sur l’exportation dans le nord du Mexique, le long de la frontière avec les États-Unis). Le troisième facteur à l’origine d’une mobilisation des frontières comme ressources renvoie à l’idée de frontières comme lieu d’hybridation. A travers les échanges qu’elles induisent, les frontières ouvertes sont susceptibles de favoriser des initiatives visant à affirmer la production d’espaces hybrides [Groupe Frontière 2004]. En tant que lieu de confrontation de différents systèmes juridiques, normes et cultures, la frontière peut ainsi être une source de stimulation conduisant à des innovations institutionnelles [De Sousa 2013] ou à une hybridation culturelle [Dear & Burridge 2005]. Dans ces cas, la production de nouvelles pratiques transfrontalières implique un processus d’adaptation et d’apprentissage mutuel négocié à travers des échanges quotidiens. Enfin, les frontières peuvent également être mobilisées comme un objet de reconnaissance qui leur confère un rôle de ressource symbolique. Cette dimension symbolique des frontières est notamment impliquée dans la construction d’agglomérations et de régions transfrontalières qui visent à mettre en scène leur caractère international, à façonner une identité régionale transfrontalière ou à développer une image de marque territoriale [Hospers 2006, Reitel & Moullé 2015, Sohn & Scott 2020].

2. Apports d’une perspective originale

11Les deux ensembles de contributions précités trouvent leur origine dans des contextes différents et mettent en lumière une diversité d’acteurs (commerçants, contrebandiers, passeurs, mais aussi élus locaux, aménageurs, entrepreneurs) et de registres d’action (commerce légal ou illicite, développement urbain et régional, mobilisation politique, revendications identitaires, etc.). Ils convergent néanmoins sur la manière d’appréhender les frontières et leur impact sur les zones frontalières et leurs communautés. La compréhension commune des frontières en tant que ressource part fondamentalement d’une inversion de la relation entre frontières et populations qui est traditionnellement établie dans les discours académiques. Plutôt que de se concentrer sur ce que les frontières « font » aux gens — c’est-à-dire comment elles entravent leurs pratiques quotidiennes et façonnent leurs perceptions et leurs identités — l’intérêt réside dans ce que les gens « font » des frontières, et plus précisément, comment les individus ou les communautés réagissent face à la présence ou à l’imposition de frontières et les stratégies qu’ils développent pour tenter d’en tirer parti [Feyissa & Hoehne 2010]. Cette inversion de perspective est remarquable car les frontières nationales ont traditionnellement été appréhendées depuis le centre et du point de vue des États, et non pas de la périphérie et du point de vue de ses habitants [Paasi 2005]. Trois apports permettent de souligner le caractère innovant et la force de cette conceptualisation.

  • 2 Compte tenu de la diversité des situations frontalières, le terme « différence » est préféré à celu (...)

12Premièrement, l’accent n’est pas mis sur les frontières en tant que contraintes, mais sur les opportunités qu’elles offrent [Asiwaju & Nugent 1996], les potentialités qu’elles présentent [Barth 2000]. Plus précisément, c’est l’existence de « différences »2 entre les deux côtés d’une frontière territoriale qui constitue un champ d’opportunités [Barth 2000]. Ces différences peuvent faire référence à des écarts de prix ou de coûts qui sont à l’origine d’« économies d’arbitrage » ou des divergences dans la disponibilité, l’offre ou la demande qui encouragent des activités qui exploitent la rareté [Anderson & O’Dowd 1999, Thuen 1999]. Les différences peuvent également renvoyer à des disparités territoriales, institutionnelles ou culturelles ; c’est-à-dire des variations entre les systèmes réglementaires ou juridiques ou entre les caractéristiques sociales, culturelles ou identitaires des personnes et des groupes sociaux. La valorisation des différences liées aux frontières nécessite leur mise en relation à travers des échanges, des traversées ou des collaborations [Campo Delgado & Odgers Ortiz 2012]. Paradoxalement, la présence d’obstacles est également requise. En effet, plus une frontière est ouverte, plus les différences sont susceptibles d’être mobilisées par de nombreux acteurs, ce qui tend à réduire leur utilité, voire leur occurrence dans un contexte de convergence. Inversement, plus une frontière est fermée, plus les différences, même minimes, sont susceptibles de constituer une opportunité. Au-delà d’un certain niveau de contrôle, les risques encourus lors du franchissement de la frontière et les investissements et technologies nécessaires pour y parvenir dépassent toutefois les gains attendus, ce qui réduit l’attractivité de la ressource [Tyrell 2015]. La relation entre le degré d’ouverture de la frontière et le niveau de ressources exploitables n’est pas linéaire ; la maximisation de son utilité nécessite un mélange d’ouverture et de fermeture des frontières, d’opportunités et d’obstacles qui varient en fonction du régime frontalier et du contexte [Thuen 1999]. Dans tous les cas, les activités qui mobilisent la frontière comme une ressource demeurent vulnérables à un changement de régime frontalier ; le risque est donc inhérent à ces pratiques pour lesquelles la frontière est la raison d’être.

13Le deuxième aspect innovant concerne la prise en compte de la capacité à agir (ou l’« agentivité ») des populations frontalières en lieu et place des États et de leurs appareils administratifs. Si l’existence de différences frontalières peut constituer une opportunité, elle ne représente pas nécessairement une ressource prête à être mobilisée. Conformément à une vision relationnelle du concept de ressource, Claude Raffestin souligne que celle-ci n’existe pas en soi, mais est toujours inventée dès lors que la société lui reconnaît une certaine fonction [Raffestin 1980]. Autrement dit, une ressource, quelle qu’elle soit, n’a pas de valeur intrinsèque, mais est le produit d’une pratique sociale. En cela, elle dépend de la capacité d’un acteur à identifier certaines opportunités et de son habileté à les mettre à profit. Si dans le cas des frontières ressources, l’ingéniosité des acteurs est souvent soulignée (il s’agit généralement des populations locales ou d’acteurs périphériques), il convient de ne pas négliger l’importance des techniques mobilisées. D’une manière générale, la technicité joue un rôle primordial dans la détermination des propriétés d’une ressource, ce qui confère à cet aspect une dimension éminemment politique [Raffestin 1980]. Il en va de même pour la mobilisation des frontières comme ressource, dans la mesure où la manière dont les acteurs négocient le passage des frontières (c’est-à-dire le « savoir traverser ») est généralement conditionné par leurs compétences techniques. Comme le suggèrent les stratégies des narcotrafiquants qui creusent des tunnels, utilisent des drones et même des sous-marins pour acheminer la drogue à travers la frontière entre le Mexique et les États-Unis, l’ingéniosité et la technicité requises de la part des acteurs pour profiter de la frontière comme ressource sont, d’une certaine manière, proportionnelles au degré de contrôle frontalier qui s’applique.

14Enfin, se pencher sur les moyens de mobiliser les frontières en tant que ressource met en lumière les relations ambivalentes qui se nouent entre les populations et les limites territoriales. Si la création de ressources frontalières signifie franchir ou transgresser la limite de souveraineté territoriale d’un État, ces pratiques ne visent généralement pas à contester fondamentalement les dispositions juridiques en place, et encore moins à remettre en cause l’existence ou la délimitation de la frontière. En fait, la capacité des acteurs locaux à influencer considérablement le régime frontalier est limitée [Bruns & al. 2011]. Comme le soulignent Hastings Donnan et Thomas Wilson, les activités illicites aux frontières subvertissent l’État et en même temps le réaffirment, car leur existence dépend du maintien de la frontière [Donnan & Wilson 1999]. Dans certains cas, les dispositions juridiques sont délibérément modifiées par les autorités étatiques qui cherchent, soit à contrer la subversion de la frontière et réaffirmer ainsi leur autorité, soit à récupérer une partie des bénéfices générés par l’exploitation de la frontière en tant que ressource [Vaughan 2013]. Des études sur la contrebande ont ainsi montré que les transgressions aux frontières peuvent impliquer des agents de l’État qui imposent des taxes officieuses aux passeurs et commerçants et pour qui la frontière peut représenter une source de revenus lucrative [Doevenspeck 2011]. Ces pratiques s’accompagnent d’une prolifération des pouvoirs étatiques et des autorités de régulation et contribuent ainsi, paradoxalement, à l’affirmation de la frontière étatique [Megoran & al. 2005, Raeymaekers 2009]. Comme le notent Alexander Horstmann et Reed Wadley, « la capacité d’agir des populations frontalières oscille entre résistance et accommodement et elle peut tout aussi facilement réaffirmer et renforcer la légitimité de l’État » [Hortsmann & Wadley 2006, p. 3]. D’une manière générale, les relations de pouvoir entre les forces dominantes (en particulier les États) qui imposent les frontières et les acteurs périphériques qui tentent d’en tirer profit restent profondément asymétriques.

15En définitive, l’attention portée à la périphérie et à la capacité d’agir des acteurs locaux a le mérite de remettre en cause le stato-centrisme des études frontalières et d’éclairer l’aptitude des populations frontalières à s’engager dans les processus de reproduction des frontières (bordering). Le concept de frontière comme ressource a ainsi permis de révéler des formes quotidiennes de contestation et de transformation des frontières qui, autrement, seraient restées invisibles [Horstmann & Wadley 2006, Feyissa & Hoehne 2010]. Il met également l’accent sur la capacité des populations frontalières à résister face à leur marginalisation socio-économique ou politique, à contester des régimes frontaliers oppressifs et surtout à inventer de nouveaux modes d’existence et des formes d’autonomisation. Plus généralement, de telles perspectives inspirées par des approches poststructuralistes ont conduit à questionner la nature de l’État et à réexaminer de manière critique les relations entre territoire, souveraineté, nation et identité [Horstmann & Wadley 2006]. Au-delà de ces apports indéniables, cette conceptualisation présente également quelques limites.

3. Les limites d’un concept confronté à de nouvelles pratiques frontalières

16Dans un contexte mondial marqué par un retour des frontières au centre des préoccupations politiques des États, il existe un écart entre la compréhension originale du concept de frontière ressource et les pratiques de certains acteurs qui profitent des fermetures de frontières et leur supposée capacité à protéger le territoire national des « menaces » extérieures. Ainsi, pour le complexe industriel frontalier qui implique des États, des entreprises multinationales et d’autres entités non gouvernementales, la fortification et la surveillance des frontières ainsi que le contrôle des flux migratoires et la gestion de la détention des migrants représentent une industrie de plusieurs milliards de dollars [Amilhat Szary 2015]. La sécurisation des frontières est également mobilisée dans les discours politiques de mouvements populistes et nationalistes qui réduisent les frontières à une ligne de protection ontologique présentée comme impénétrable face aux flux migratoires et aux prétendues menaces qu’ils représentent [Wodak 2015, Lamour & Varga 2020]. Comme Trond Thuen l’a souligné il y a deux décennies [Thuen 1999, p. 747], « nous pouvons considérer la politisation de l’ethnicité comme un cas extrême d’utilisation des frontières comme une ressource ». Ces pratiques et ces discours qui favorisent les différences frontalières à des fins de séparation, de protection ou d’exclusion n’ont que rarement été présentés comme des ressources liées aux frontières dans la littérature académique.

17L’exploitation des frontières comme ressource non pas par des acteurs périphériques, mais par des politiciens de premier plan ou des sociétés multinationales dotées d’énormes capacités managériales, financières et technologiques contrevient également à la définition originale. Dans ces cas, il ne s’agit plus de profiter des opportunités frontalières, mais de transformer à dessein les régimes frontaliers afin d’optimiser la valeur d’usage des ressources politiques ou économiques qu’ils contribuent à produire. La militarisation des frontières et la création d’un vaste marché de la sécurité offrent ainsi au complexe industriel spécialisé dans la gestion des frontières de gigantesques sources de profits directement issus des régimes frontaliers qu’ils ont contribué à mettre en place. La même logique s’applique au cas des mouvements politiques populistes qui revendiquent la prééminence de la souveraineté nationale. A travers leur mobilisation des frontières comme une ressource discursive, ils exacerbent les peurs, agitent le spectre de menaces extérieures et contribuent ainsi à recoder symboliquement les frontières en fonction de leur propre intérêt [Heuman & González 2018]. Ces implications d’acteurs puissants dans la transformation matérielle et symbolique des frontières rendent obsolète la distinction classique qui a fondé le concept de frontière ressource entre ceux qui, d’un côté, définissent et contrôlent le régime frontalier et ceux qui, de l’autre côté, visent à en tirer parti ; dans les cas évoqués précédemment, il s’agit d’un seul et même acteur - ou une coalition d’acteurs dont les intérêts convergent.

18D’une certaine manière, les limites du concept de frontière ressource renvoient aux perspectives privilégiées lors de son élaboration : en se concentrant sur les pratiques de valorisation des frontières du point de vue de la périphérie, le regard se porte principalement vers les populations et les acteurs locaux qui vivent dans les zones frontalières ; il tend donc à négliger les actions d’autres forces également impliquées, quoique selon des logiques différentes. Théoriquement, cette perspective pose problème, car on voit mal en quoi la mobilisation d’opportunités liées aux frontières serait l’apanage d’un groupe ou d’une catégorie d’acteurs. Empiriquement, Jean-Luc Piermay a montré que des élites nationales peuvent parfaitement contrôler l’exploitation des frontières à distance et en monopoliser les bénéfices [Piermay 2005b]. Cela dit, les carences du concept ne se restreignent pas à un choix épistémologique en ce qui concerne le type d’acteurs concernés. Les pratiques de valorisation du contrôle et de la fermeture des frontières précédemment décrites pointent deux autres limites.

19Le premier écueil a trait à la définition de ce que représente une opportunité frontalière. Dans la conceptualisation conventionnelle des frontières comme ressource, les opportunités sont associées à une mise en relation de différences. L’absence d’une définition plus précise des opportunités et de leur articulation avec le concept de ressource expliquent une certaine confusion entre les termes, notamment dans le champ politique où les frontières comme ressource sont parfois considérées comme un avantage inhérent des régions frontalières dès lors que l’ouverture des frontières autorise des formes d’intégration transfrontalière [OCDE 2013]. Autrement dit, les opportunités suscitées par l’ouverture des frontières sont présentées comme des ressources données. A travers leur essentialisation, les frontières en tant que ressources deviennent alors un slogan marketing pour des promoteurs de la coopération transfrontalière qui cherchent à en faire un avantage concurrentiel pour leur région frontalière ; comme si la ressource existait en soi, prête à être exploitée. On retrouve ce type de récits normatifs et l’essentialisation des frontières qui l’accompagne également du côté de ceux qui plaident en faveur du renforcement des contrôles frontaliers. Le durcissement des frontières est alors présenté comme la solution pour protéger la société nationale des menaces extérieures. En réalité, le caractère habilitant ou contraignant des frontières n’est pas intrinsèquement déterminé par leur degré d’ouverture ou de fermeture, mais par l’utilisation qui peut être faite de ces dispositifs et des agencements spatiaux qu’ils engendrent par des acteurs, qu’ils soient périphériques ou centraux, marginaux ou dominants.

20Le deuxième écueil renvoie au processus de production des ressources, autrement dit aux pratiques sociales et aux mécanismes que cela implique. Dans l’acception conventionnelle, c’est la mobilisation d’opportunités liées à l’existence de différences de part et d’autre d’une frontière qui conduit à la création d’une ressource. Dans cette perspective, les acteurs n’ont pas de réelles prises sur les conditions qui engendrent les opportunités dont ils tirent profit (les régimes frontaliers notamment). Ils profitent d’une réalité préexistante, issue des actions antérieures de la société, et leur capacité à changer cette réalité est limitée. La question qui se pose, et à laquelle nous allons apporter une réponse dans la partie qui suit, est de savoir si ce mode de production d’une ressource est le seul qui opère ou si d’autres logiques qui correspondent davantage à certaines pratiques d’optimisation des régimes frontaliers tels qu’introduits précédemment peuvent être identifiées.

4. Contributions théoriques en vue d’une redéfinition du concept

21À partir du constat précédemment établi, deux contributions théoriques sont proposées en vue de redéfinir le concept de frontière comme ressource. La première contribution vise à clarifier ce que l’on entend par opportunités frontalières et à distinguer la notion d’opportunité vis-à-vis du concept de ressource. D’une manière générale, les opportunités frontalières sont façonnées par la nature structurante des frontières et en particulier leur fonction de différenciation de l’espace et des sociétés. En ce sens, les frontières s’apparentent à une structure d’opportunité ; c’est-à-dire un ensemble de contraintes et d’opportunités caractéristiques du contexte au sein duquel les pratiques des acteurs sont ancrées et qui contribuent à façonner ces pratiques [Horstmann & Wadley 2006]. A ma connaissance, James Anderson et Liam O’Dowd sont les premiers à avoir mentionné ce concept dans leur discussion sur les activités pour lesquelles la frontière constitue la raison d’être : « la coexistence de différents régimes règlementaires de part et d’autre d’une frontière génère une structure d’opportunité qui invite la contrebande, les échanges non officiels et l’immigration illégale » [Anderson & O’Dowd 1999, p. 597]. Si le terme de structure renvoie à l’idée de forces agissant indépendamment de la volonté des acteurs, les opportunités ne peuvent avoir un impact que si elles sont perçues comme telles [McAdam, Tarrow & Tilly 2001]. En l’occurrence, c’est donc la manière dont les acteurs perçoivent les différences frontalières qui importe. Deux cas de figures se présentent. Dans le premier cas qui correspond à l’acception conventionnelle (cf. section 2), la structure d’opportunité découle de la mise en relation de différences culturelles, économiques ou politiques de part et d’autre d’une frontière, ce qui implique une transaction ou un franchissement. Dans le second cas, la structure d’opportunité se fonde sur le renforcement des différences territoriales existantes, que ce soit à des fins d’affirmation identitaire, de protection du territoire face à des menaces extérieures réelles ou perçues, ou encore de maintien d’un niveau de développement économique et social et des avantages qui lui sont associés. Dans les deux cas, les structures d’opportunités peuvent être assimilées à des propriétés latentes propres à un dispositif frontalier.

  • 3 Le fait que les frontières peuvent être mobilisées à d’autres fins que le développement local, à d’ (...)

22La façon dont ces propriétés peuvent être actualisées est l’objet de la deuxième contribution envisagée dans cet article. Elle repose sur une meilleure prise en considération de la dynamique des ressources. Nous avons déjà évoqué le fait que les ressources relèvent d’un construit relationnel situé dans l’espace et dans le temps. Les travaux sur les milieux innovateurs et qui s’attèlent à analyser les dynamiques du développement local permettent d’approfondir la compréhension des logiques à l’œuvre. Dans ces approches, la notion de « ressource territoriale » s’entend comme l’identification et la réalisation de la valeur latente d’un territoire au sein d’un projet de développement local [Pecqueur & Gumuchian 2007]. Le concept fait référence à des composantes matérielles et/ou idéelles du territoire identifiées et actualisées comme ressource par certains acteurs en lien avec un projet spécifique de développement local. En ce sens, on peut assimiler certaines formes de frontière ressource à une ressource territoriale3. En partant de l’idée que les ressources constituent un processus relationnel entre un « objet » (connaissance, savoir-faire, matière première, patrimoine bâti, etc.) et un « système de production » (industriel, culturel, touristique, etc.), Leïla Kebir et Olivier Crevoisier introduisent une distinction intéressante selon que l’une ou l’autre de ces composantes anime la relation [Kebir & Crevoisier 2004]. Est-ce la dynamique de l’objet qui entraîne le développement de la ressource à travers sa mise en valeur ou est-ce, au contraire, la dynamique du système de production qui induit la reproduction de la ressource ? Dans la dynamique de valorisation d’une ressource, la réinterprétation et la réutilisation d’objets préexistants animent positivement la dynamique du système de production (par exemple, la rénovation d’un château génère des activités touristiques). Dans la dynamique de reproduction, c’est l’existence d’un système de production qui organise la croissance ou le renouvellement des ressources dont il a besoin pour soutenir son activité ou rester compétitif (par exemple, une industrie spécifique organise la reproduction du savoir-faire dont elle a besoin à travers un soutien à la formation des jeunes). Des études de cas montrent que le processus de mise en valeur repose principalement sur des acteurs individuels, tandis que le processus de reproduction nécessite un système d’acteurs structuré [Kebir 2006]. Les deux processus peuvent bien entendu s’articuler en fonction de l’évolution de la relation entre un objet et son système de production.

23Appliquée au concept de frontière ressource, cette distinction entre valorisation d’un objet et reproduction par un système de production s’avère éclairante. Dans ce contexte, la signification des termes « objet » et « système de production » nécessite toutefois quelques explications avant d’aller plus loin dans l’analyse. Par « objet » il faut comprendre un ensemble de réalités matérielles et immatérielles telles que des agencements spatiaux et des infrastructures, des conditions institutionnelles et réglementaires, des sentiments d’appartenance et des significations symboliques qui résultent des activités antérieures de la société en rapport avec la reproduction des frontières. Quant au « système de production », il renvoie à diverses activités, qu’elles soient matérielles ou de l’ordre des idées et des discours, tantôt économiques, territoriales, politiques ou identitaires. Ainsi définie, l’acception originale du concept de frontières comme ressource repose sur la valorisation d’une réalité préexistante représentant une structure d’opportunité (l’objet) qui conduit à l’émergence et au développement d’un système de production. Par exemple, le petit commerçant frontalier ou le contrebandier cherchent à valoriser des écarts de prix transfrontaliers ou une pénurie de biens dans le cadre d’une activité commerciale légale ou illicite. Ce type de système de production est généralement précaire, car vulnérable face à un changement du régime frontalier en place (que ce soit un changement du régime de taxation de certains produits ou encore l’évolution du taux de change entre monnaies). On retrouve une situation similaire dans le cas des élus de villes et de régions frontalières qui mobilisent l’image d’un pont frontalier dans leur communication territoriale et leurs activités de coopération transfrontalière afin de symboliser la nouvelle signification de la frontière (lieu de rencontre et d’échange) et de promouvoir un sentiment d’appartenance partagée par les populations des deux côtés de la frontière. Dans ce deuxième exemple, l’image de la frontière constitue une ressource symbolique qui est mobilisée dans le cadre d’un système de production qui vise à élaborer un projet de territoire.

24Dans le cas de figure où c’est le système de production qui prend en charge la reproduction de la ressource, on retrouve une situation où des acteurs dotés de compétences et d’une technicité élevées vont optimiser l’utilisation qu’ils ont de la frontière à des fins de renforcer le système de production dont ils ont le contrôle. En clair, l’objectif de ces acteurs est donc d’assurer une reproduction de la frontière ressource. C’est notamment cette dynamique qui est à l’œuvre dans la création d’un vaste marché de la sécurité aux frontières : en propageant l’idée que les frontières ouvertes représentent une vulnérabilité, d’où la nécessité d’en renforcer le contrôle et la surveillance, le complexe industriel frontalier œuvre à la reproduction de la ressource qui assure la prospérité de son domaine d’activité. L’essor des zones économiques spéciales et les nombreuses formes d’enclaves — qui reposent sur une différenciation des régimes fiscaux et réglementaires qui régissent les activités économiques et commerciales en leur sein par rapport au reste du pays — constitue un autre exemple d’optimisation des frontières comme ressource dans le but d’attirer des investissements étrangers directs [Mezzadra & Neilson 2013].

Conclusion

25Cet article a proposé de reconsidérer le concept de frontière comme ressource selon deux dimensions : analytiquement, en élargissant sa signification à un ensemble plus large de pratiques du quotidien et de stratégies d’acteurs impliquant les frontières ; et théoriquement, en approfondissant la compréhension des dynamiques qui sous-tendent l’invention des ressources. L’élargissement du concept repose sur la notion de structure d’opportunité et distingue deux manières opposées de mobiliser les frontières afin d’en tirer profit : la mise en relation des différences frontalières (qui suppose une relative ouverture des frontières) ou le renforcement des différences (qui suppose le contrôle ou la fermeture des frontières). Malgré leur antagonisme, les deux structures d’opportunités frontalières peuvent s’articuler dans la pratique, comme le suggère la sécurisation des frontières qui profite à la fois à l’industrie de la migration — qui transforme les mouvements migratoires en valeur monétaire [Gammeltoft-Hansen & Sorensen 2013] — et au complexe industriel frontalier qui génère d’énormes profits grâce à la militarisation des frontières. Une telle articulation de dynamiques frontalières en apparence contradictoires a également été mise en évidence en ce qui concerne l’ouverture des frontières à des fins de libéralisation des échanges économiques et leur fermeture vis-à-vis des flux migratoires jugés non légitimes [Coleman 2005, Herzog & Sohn 2019].

26L’approfondissement du concept porte quant à lui sur la prise en compte des dynamiques des ressources dans une perspective relationnelle. D’un côté, on distingue la valorisation d’un « objet » doté de propriétés latentes, en l’occurrence un dispositif frontalier ; de l’autre, la frontière ressource est reproduite par un système de production bien établi. Ainsi redéfini, le concept de frontière comme ressource ne se limite pas à des phénomènes marginaux ou périphériques ; un simple expédient des populations frontalières qui négocient leur survie face à la force structurante des frontières étatiques. Au contraire, la mobilisation des frontières se retrouve impliquée dans une grande diversité de pratiques sociales, économiques et politiques dont la portée des enjeux est globale et les effets structurant sur l’espace majeurs. C’est ainsi que les entités gouvernementales et les entreprises multinationales, de plus en plus impliquées dans la gestion et le contrôle des flux transfrontaliers, transforment activement les propriétés des frontières afin d’optimiser leur exploitation comme ressource. Cette mobilisation intensive des frontières — ou instrumentalisation — pour obtenir des avantages politiques ou économiques est au cœur d’une économie politique internationale de sécurité et de contrôle. Le tableau 1 présente, sous une forme synthétique, les différentes formes de mobilisation des frontières comme ressource identifiées à partir du croisement des structures d’opportunités avec les dynamiques précédemment mentionnées. Chaque forme de frontière ressource est illustrée à l’aide des exemples cités précédemment dans le texte. Cette description n’est en rien exhaustive et bien d’autres situations sont susceptibles de venir compléter cette typologie heuristique.

Tableau 1 – Typologie des frontières comme ressource

Force motrice dans la production d’une frontière ressource

Valorisation de la ressource

Reproduction de la ressource

Structure d’opportunité

Mise en relation de différences

Valorisation des écarts de prix ou d’une pénurie de biens (contrebande, petit commerce transfrontalier)

Multiplication de régimes frontaliers spécifiques (enclaves, zones économiques spéciales)

Renforcement des différences

Affirmation identitaire et protection territoriale (postures populistes-nationalistes)

Durcissement des régimes frontaliers (complexe industriel frontalier, industrie de la migration)

27Défini comme la capacité d’un acteur à mobiliser un dispositif frontalier à son avantage, le concept de frontière ressource se présente finalement comme une des logiques qui sous-tendent le processus de « frontiérisation », c’est-à-dire les pratiques de création, de contestation et de reproduction des frontières, ce qu’en anglais on nomme bordering [Van Houtum & Van Naerssen 2002] ou borderwork [Rumford 2008]. C’est donc en tant qu’objet de l’action des sociétés sur elles-mêmes que la frontière ressource doit être appréhendée et que cette conceptualisation change finalement la donne. Tout, ou presque, dans un dispositif frontalier donné est susceptible devenir ressource ; cela dépendra du contexte, pour qui et pour quoi faire. On est tenté d’ajouter au dépend de qui, tant il est vrai que la mobilisation d’une ressource renforce les inégalités entre individus et entre territoires. Il s’agit bien entendu des inégalités entre ceux qui sont susceptibles de profiter de la frontière pour améliorer leur situation et ceux qui en subissent les contraintes. Il s’agit aussi des inégalités qui se créent et se recomposent entre différents acteurs qui cherchent à mobiliser des opportunités frontalières antagoniques. Si la relative ouverture (ou fermeture) des frontières peut profiter à certains acteurs, elle entrave d’autres formes de valorisation ou de reproduction des frontières comme ressources et pénalise donc d’autres acteurs.

28Cette tentative de repenser le concept de frontière comme ressource n’a pas pour objectif de dévaloriser la conception originale, bien au contraire. Donner de la visibilité à la capacité d’action des populations frontalières, à leurs pratiques de protestation et de résistance vis-à-vis de mesures étatiques oppressives, et aux formes alternatives de subjectivités politiques et d’arrangements institutionnels qui émergent est plus que jamais essentiel pour maintenir un « horizon d’espoir » comme le soulignent Chiara Brambilla et Reece Jones [Brambilla & Jones 2019]. La conceptualisation proposée vise cependant à éviter les considérations normatives parfois associées à la hâte à l’idée que les frontières puissent constituer une ressource, notamment en raison de la connotation positive du terme. La mobilisation des frontières comme une ressource n’est pas en soi une « bonne » chose — ou une « mauvaise ». Les considérations morales ou éthiques dépendent de qui profite de la frontière, dans quel but et aux frais de qui. Autrement dit, la valorisation des frontières et leur reproduction n’opère pas dans l’abstraction, et seule une contextualisation des pratiques à l’œuvre permet de faire la lumière sur les relations de pouvoir en jeu. Certaines exploitations des ressources induites par les frontières apparaissent vertueuses car émancipatrices ou participant à l’amélioration des conditions d’existences [Agnew 2008]. D’autres au contraire méritent d’être condamnées car elles s’inscrivent dans une logique d’exploitation et d’oppression. En tant que point de vue sur tout un ensemble de questions et de processus politiques qui façonnent le système mondial actuel, le concept de frontière comme ressource nous invite finalement à nous interroger davantage sur le sens des changements qui s’opèrent dans les régimes frontaliers, et sur la reconfiguration des relations de pouvoir entre les intérêts dominants qui contrôlent l’utilisation des frontières pour leur propre bénéfice et les populations qui en subissent les conséquences.

Haut de page

Bibliographie

Agnew, J. (2008) – « Borders on the Mind : Re-framing Border Thinking », Ethics & Global Politics, vol. 1, n° 4, pp. 175-191.

Aguiar, J.C.G. (2012) – « Cities on Edge : Smuggling and Neoliberal Policies at the Iguazú Triangle », Singapore Journal of Tropical Geography, vol. 33, n° 2, pp. 171-183.

Amilhat-Szary, A.-L. (2015) – Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ? Paris, Presses Universitaires de France, 160 p.

Anderson, J. & O’Dowd, L. (1999) – « Borders, Border Regions and Territoriality : Contradictory Meanings, Changing Significance », Regional Studies, vol. 33, n° 7, pp. 593-604.

Asiwaju, A.I. & Nugent, P. (dir.) (1996) – African Boundaries : Barriers, Conduits and Opportunities, London, Pinter, 276 p.

Barth, F. (2000) – « Boundaries and Connections », in A. Cohen (dir.), Signifying Identities : Anthropological Perspectives on Boundaries and Contested Values, London, Routledge, pp. 17-36.

Baud, M. & Van Schendel, W. (1997) – « Toward a Comparative History of Borderlands », Journal of World History, vol. 8, n° 2, pp. 211-242.

Bennafla, K. (2002) – Le commerce frontalier en Afrique centrale : acteurs, espaces, pratiques. Paris, Karthala Editions, 368 p.

Brambilla, C. & Jones, R. (2019) – « Rethinking Borders, Violence, and Conflict : From Sovereign Power to Borderscapes as Sites of Struggles », Environment and Planning D : Society and Space, DOI : 10.1177/0263775819856352.

Bruns, B., Miggelbrink, J. & Müller, K. (2011) – « Smuggling and Small‐scale Trade as part of Informal Economic Practices : Empirical Findings from the Eastern External EU border », International Journal of Sociology and Social Policy, vol. 31, n° 11-12, pp. 664-680.

Campos Delgado, A. & Odgers Ortiz, O. (2012) – « Crossing the Border : Mobility as a Resource in the Tijuana/San Diego and Tecún Umán/Tapachula Regions », Estudios Fronterizos, vol. 13, n° 26, pp. 9-32.

Coleman, M. (2005) – « US statecraft and the US–Mexico border as security/economy nexus », Political Geography, vol. 24, n° 2, pp. 185-209.

De Sousa, L. (2013) – « Understanding European Cross-border Cooperation : A Framework for Analysis », Journal of European Integration, vol. 35, n° 6, pp. 669-687.

Dear, M. & Burridge, A. (2005) – « Cultural Integration and Hybridization at the United States-Mexico Borderlands », Cahiers de Géographie du Québec, vol. 49, n° 138, pp. 301-318.

Desplat, C. (2002) – « Les caractères originaux de la contrebande dans les Pyrénées occidentales à l’époque moderne », in C. Desplat (dir.), Frontières, Paris, Editions du C.T.H.S., pp. 201-218.

Doevenspeck, M. (2011) – « Constructing the Border from Below : Narratives from the Congolese–Rwandan State Boundary », Political Geography, vol. 30, n° 3, pp. 129-142.

Donnan, H. & WILSON T. (1999) – Borders : Frontiers of Identity, Nation and State, Oxford and New York, Berg, 204 p.

Feyissa, D. & Höhne M.V. (dir.) (2010) – Borders and Borderlands as Resources in the Horn of Africa, Woodbridge (UK), Boydell & Brewer, 244 p.

Flynn, D.K. (1997) – « ‘We Are the Border’ : Identity, Exchange, and the State along the Bénin-Nigeria Border », American Ethnologist, vol. 24, n° 2, pp. 311-330.

Gammeltoft-Hansen, T. & Sorensen, N.N. (dir.) (2013) – The Migration Industry and the Commercialization of International Migration, London and New York, Routledge, 312 p.

Gottmann, J. (1952) – La politique des Etats et leur géographie, Paris, Armand Colin, 228 p.

Groupe Frontière (2004) – « La frontière, un objet spatial en mutation », EspacesTemps.net, http://www.espacestemps.net/articles/la-frontiere-un-objet-spatial-en-mutation/

Hansen, N. (1977) – « Border regions : a critique of spatial theory and a European case study », The Annals of Regional Science, vol. 11, n° 1, pp. 1-14.

Herzog, L.A. & Sohn C. (2019) – « The co-mingling of bordering dynamics in the San Diego–Tijuana cross-border metropolis », Territory, Politics, Governance, vol. 7, n° 2, pp. 177-199.

Heuman, A.N. & González A. (2018) – « Trump’s Essentialist Border Rhetoric : Racial Identities and Dangerous Liminalities », Journal of Intercultural Communication Research, vol. 47, n° 4, pp. 326-342.

Horstmann, A. & Wadley R.L. (dir.) (2006) – Centering the Margin : Agency and Narrative in Southeast Asian Borderlands, Oxford / New York, Berghahn Press, 248 p.

Hospers, G.-J. (2006) – « Borders, Bridges and Branding : The Transformation of the Øresund Region into an Imagined Space », European Planning Studies, vol. 14, n° 8, pp. 1015-1033.

Joenniemi, P. & Jańczak, J. (2017) – « Theorizing Town Twinning—Towards a Global Perspective », Journal of Borderlands Studies, vol. 32, n° 4, pp. 423-428.

Kebir, L. (2006) – « Ressource et développement régional, quels enjeux  ? » Revue d’Economie Régionale et Urbaine, vol. 2006, n° 5, pp. 701-723.

Kebir, L. & Crevoisier, O. (2004) – « Dynamique des ressources et milieux innovateurs », in R. Camagni, D. Maillat and A. Matteacioli (dir.), Ressources naturelles et culturelles, milieux et développement Local, Neuchâtel, EDES-GREMI, pp. 261-290.

Lamour, C. & Varga, R. (2020) – « The Border as a Resource in Right-Wing Populist Discourse : Viktor Orbán and the Diasporas in a Multi-Scalar Europe », Journal of Borderlands Studies, vol. 35, n° 3, pp. 335-350.

Mcadam, D., Tarrow, S. & Tilly, C. (2001) – Dynamics of Contention, Cambridge, Mass, Cambridge University Press, 387 p.

Megoran, N., Raballand, G. & Bouyjou, J. (2005) – « Performance, Representation and the Economics of Border Control in Uzbekistan », Geopolitics, vol. 10, n° 4, pp. 712-740.

Mezzadra, S. & Neilson B. (2013) – Border as Method, or, the Multiplication of Labor, Durham / London, Duke University Press, 384 p.

Nugent, P. (2002) – Smugglers, Secessionists and Loyal Citizens on the Ghana-Togo Frontier : The Life of the Borderlands since 1914, Oxford, James Currey, 320 p.

Oecd, (2013) – Regions and Innovation : Collaborating across Borders, Paris, OECD, 229 p.

O’Dowd, L. (2002) – « The Changing Significance of European Borders », Regional & Federal Studies, vol. 12, n° 4, pp. 13-36.

Paasi, A. (2005) – « Generations and the ‘Development’ of Border Studies », Geopolitics, vol. 10, n° 4, pp. 663-671.

Pecqueur, B. & Gumuchian, H. (dir.) (2007) – La ressource territoriale, Paris, Economica, 252 p.

Piermay, J.-L. (2005a) – « La frontière et ses ressources  : regards croisés », in B. Anthaume & F. Giraut (dir.), Le territoire est mort. Vive les territoires  ! Une refabrication au nom du développement, Paris, IRD, pp. 203-221.

Piermay, J.-L. (2005b) – « Nouvelles frontières  ? », Outre-Terre, n° 11, pp. 57-71.

Raeymaekers, T. (2009) – « The Silent Encroachment of the Frontier : A Politics of Transborder Trade in the Semliki Valley (Congo–Uganda) », Political Geography, vol. 28, n° 1, pp. 55-65.

Raffestin, C. (1980) – Pour une géographie du pouvoir, Paris, Librairies Techniques (LITEC), 249 p.

Reitel, B., & Moullé, F. (2015) – « La resémantisation de la ligne frontière dans des régions métropolitaines transfrontalières : Le Jardin des 2 Rives à Strasbourg et la place Jacques Delors à Lille », Belgeo, vol. 2015, n° 2. Mis en ligne le 30 juin 2015, DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.16527.

Rosière, S. (2020) – Frontières de fer. Le cloisonnement du monde, Paris, Editions Syllepse, 181 p.

Rumford, C. (dir.) (2009) – Citizens and borderwork in contemporary Europe. London and New York, Routledge, 170 p.

Sohn, C. (2014) – « The Border as a Resource in the Global Urban Space : A Contribution to the Cross-Border Metropolis Hypothesis », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 38, n° 5, pp. 1697-1711.

Sohn, C.,Reitel, B. & WaltheR, O. (2009) – « Metropolitan Cross-Border Integration in Europe: The Case of Luxembourg, Basel and Geneva », Environment and Planning C, vol. 27, n° 5, pp. 922-939.

Sohn, C. & Scott, J. (2020) – « Ghost in the Genevan Borderscape ! On the Symbolic Significance of an ‘Invisible’ Border », Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 2020, n° 45, pp. 18-32.

Thuen, T. (1999) – « The Significance of Borders in the East European Transition », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 23, n° 4, pp. 738-750.

Turner, S. (2010) – « Borderlands and Border Narratives : A Longitudinal Study of Challenges and Opportunities for Local Traders shaped by the Sino-Vietnamese Border », Journal of Global History, vol. 5, n° 2, pp. 265-287.

Tyrell, P.-M. (2015) – « Utilizing a Border as a Local Economic Resource : The Example of the Prohibition-era Detroit-Windsor Borderland (1920–33) », Comparative American Studies, vol. 13, n° 1-2, pp. 16-30.

Van Houtum, H., & Van Naerssen, T. (2002) – « Bordering, ordering and othering », Tijdschrift voor economische en sociale geografie, vol. 93, n° 2, pp. 125-136.

Vaughan, C. (2013) – « Violence and Regulation in the Darfur-Chad Borderland c. 1909-1956 : Policing a Colonial Boundary », Journal of African History, vol. 54, n° 2, pp. 177-198.

Wodak, R. (2015) – The Politics of Fear : What Right-Wing Populist Discourses Mean, London, Sage, 256 p.

Haut de page

Notes

1 Dans ce texte, nous privilégions l’expression « frontière comme ressource » car elle correspond à l’expression anglaise « border as resource » qui est la plus répandue dans la littérature sur le sujet. L’expression contractée « frontière ressource » est également usitée et renvoie au même concept [voir Amilhat Szary 2015].

2 Compte tenu de la diversité des situations frontalières, le terme « différence » est préféré à celui de « différentiel » dont le sens, plus restreint, renvoie à un écart entre deux grandeurs.

3 Le fait que les frontières peuvent être mobilisées à d’autres fins que le développement local, à d’autres échelles et par d’autres acteurs, m’amène à dire que cette correspondance entre les deux concepts n’est toutefois que partielle. La réflexion sur l’articulation entre les concepts de frontière ressource et de ressource territoriale mériterait toutefois d’être poursuivie au-delà de ce que cet article a engagé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Sohn, « La frontière comme ressource : vers une redéfinition du concept »Bulletin de l’association de géographes français, 99-1 | 2022, 11-30.

Référence électronique

Christophe Sohn, « La frontière comme ressource : vers une redéfinition du concept »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 99-1 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/bagf/8940 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.8940

Haut de page

Auteur

Christophe Sohn

Chercheur en géographie, Département Urban Development and Mobility, Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER), 11 Porte des Sciences, L-4366 Esch-sur-Alzette, Luxembourg – Courriel : christophe.sohn[at]liser.lu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search