Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99-1La dimension socio-économique des...

La dimension socio-économique des barrières frontalières

The socio-economic dimension of border barriers
Sébastien Piantoni et Stéphane Rosière
p. 31-52

Résumés

Les barrières frontalières contemporaines sont souvent considérées comme des systèmes de protection dans des contextes d’insécurité. Cet article se propose de souligner leur dimension socio-économique, moins fréquemment évoquée. Basé sur l’analyse de 60 frontières dotées d’une barrière frontalière, les auteurs ont comparé les niveaux de vie des États « constructeurs » et « limitrophes » afin de souligner l’importance des discontinuités socio-économiques dans le processus d’édification de ces barrières. Cet article revient sur la méthode ayant permis de mesurer les écarts de niveau de vie entre pays « constructeurs » et « limitrophes ». Ces discontinuités mises en exergue valident finalement l’hypothèse selon laquelle les barrières frontalières répondent aux logiques initiales des gated communities dans les villes, c’est-à-dire de séparation des plus riches face aux plus pauvres. Ainsi, la dimension socio-économique serait inhérente à l’édification de ces artefacts et non fortuite.
Les auteurs rappellent que nombre de ces barrières sont des dispositifs anti-migratoires inscrits au sein de courants migratoires dont les causes ne s’expliquent pas directement par la situation économique du pays constructeur et du pays limitrophe mais plutôt par la situation de pays tiers « émetteurs de migrants » parfois très éloignés des barrières analysées. Les auteurs soulignent également l’existence d’« hystérésis » (barrières produites par des contextes passés comme en Corée) qui viennent aussi brouiller la vision des barrières contemporaines. Néanmoins, chiffres à l’appui, cet article souligne comment les « murs » aux frontières sont aussi des dispositifs par lesquels les pays les plus riches se protègent des flux en provenance des pays les plus pauvres.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les barrières frontalières érigées dans le monde sont souvent considérées comme des remparts face à une « situation d’insécurité » [Vallet 2014] ou, d’une manière générale, comme des réponses face à des menaces plus ou moins diffuses contenues dans le triptyque : trafic, immigration clandestine, terrorisme [Bigo 2008, Amilhat-Szary 2015, Rosière 2020].

2La dimension sécuritaire de ces artefacts est indéniable, mais la notion de sécurité est vague et plurivoque. Didier Bigo pouvait mettre en avant l’existence d’un « “nexus” sécurité, frontière, immigration » [Bigo 2011] soulignant l’imbrication de ces logiques et préoccupations. La militarisation des frontières a été soulignée et documentée [Jones & Johnson 2016], la dimension essentiellement anti-migratoire des barrières a aussi été mise en évidence [Quétel 2012, Migreurop & Clochard 2017, Rosière 2020]. Pour autant, nous souhaitons souligner que ces barrières ne relèvent pas seulement de tensions diplomatiques, militaires ou même migratoires, mais que leur existence serait liée, tout autant, à des tensions d’ordre socio-économique, et notamment à l’existence de fortes discontinuités de niveau de vie qui seraient à l’origine même de leur construction.

3Selon ce postulat, que l’article vise à valider, la construction de barrières relèverait de tensions sociales et économiques plus que militaires ou liées à l’insécurité (définie restrictivement ici comme mise en péril de la vie). Dans cette perspective, les barrières frontalières relèveraient des mêmes logiques que celles à l’origine de la construction de quartiers fermés (ou gated-communities) dans le tissu urbain. Des villes aux frontières, les logiques seraient comparables et essentiellement socio-économiques. L’hypothèse que nous posons ici n’est pas nouvelle. Les géographes néerlandais Henk Van Houtum et Roos Pijpers ont déjà analysé l’Union européenne comme étant une gated community d’échelle continentale [Van Houtum & Pijpers, 2007].

4Reprenant ce postulat, Florine Ballif et Stéphane Rosière ont souligné les similarités dans la construction de « murs » autour de quartiers fermés comme de certaines frontières [Ballif & Rosière 2009]. Ils ont appelé « teichopolitique » cette gestion des flux et des corps soutenue par la construction de murs (teichos, en grec ancien). Selon eux, les teichopolitiques soulignent l’existence de réponses communes (la création de barrières) à des problématiques communes se manifestant à des échelles variables et en des lieux divers. Les auteurs de cet article écrivaient : « Les logiques qui aboutissent à l’édification de murs internationaux ou intra-urbains sont multiples (…), souvent liées au contrôle de l’espace de certains groupes sociaux en interaction avec des acteurs économiques et financiers. Le sentiment d’insécurité paraît instrumentalisé et des processus plus larges que la sécurité au sens strict sont à examiner pour comprendre la nouvelle prégnance des barrières dans le paysage politique contemporain » [Ballif et Rosière 2009, p. 204].

5Mais comment mesurer la dimension civile (sociale et économique) des barrières frontalières par rapport à leur dimension sécuritaire ? Des éléments de réponse ont déjà été apportés par des recherches antérieures. En 2009, Evelyne Ritaine distinguait entre murs « sécuritaires militaires », « sécuritaires civils » et murs « sécuritaires sociaux », ces derniers étant des murs urbains [Ritaine 2009]. Stéphane Rosière a distingué de son côté des barrières civiles et militaires (lignes de front ou de cessez-le-feu) ; il a souligné la nette domination des barrières civiles, puisque les lignes de front (surtout des lignes de cessez-le-feu) ne représentent qu’à peine un quart des 25 000 km de barrières frontalières recensées [Rosière 2020, p. 33].

6De façon tout à fait empirique, il était clair dès le départ pour Florine Ballif et Stéphane Rosière que les pays constructeurs, comme les quartiers constructeurs dans les villes, étaient d’une manière générale plus riches que les pays le long desquels les barrières étaient construites. Cette hypothèse était d’emblée accréditée par des exemples célèbres de barrières comme celles qui séparent les États-Unis et le Mexique, Israël et les territoires palestiniens ou les Presidios espagnols de Ceuta et Melilla face au Maroc. Les recherches menées depuis la fin des années 2000 ont étayé ce postulat de départ. Les cas étatsunien, israélien et espagnol n’étaient pas des exceptions ou des exemples isolés, au contraire. « Sur les environ 70 barrières frontalières considérées comme « civiles » (hors lignes de front et de cessez-le-feu), les trois-quarts au moins répondent à la logique selon laquelle le pays constructeur est plus riche que le pays qui lui fait face. Les gradients de développement sont fréquemment supérieurs à ceux que l’on trouve entre les États-Unis (57 466 $/hab.) et le Mexique (8201 $/hab.) soit un rapport de 1 à 7 entre les PIB /hab. Le différentiel de PIB le plus élevé enregistré sur une barrière est celui qui sépare Israël et la bande de Gaza (1038 $/hab.) : de 1 à 36 – contre 3,3 entre Gaza et l’Égypte et 10 entre Égypte et Israël. Il serait aussi de 35 entre l’Iran (PIB estimé à 20 000 $/hab.) face à l’Afghanistan. Le différentiel de niveau de vie est supérieur à 20 entre Arabie saoudite et Yémen. Il est de 13 entre l’Iran et le Pakistan, entre l’Afrique du Sud et le Mozambique comme entre l’île de Mayotte (département français qui attire une forte immigration clandestine comorienne) et les Comores. » [Rosière 2020, pp. 91-92].

7Dans cet article, nous souhaitons aller plus loin pour comprendre l’articulation entre barrières frontalières et discontinuités économiques en vérifiant qu’il existe bien un lien entre ces dernières. Nous utiliserons le terme de « discontinuités » pour désigner les ruptures majeures entre territoires aux niveaux de vie moyens différents. Les discontinuités territoriales, ou spatiales, ont été étudiées par Roger Brunet dès les années 1960, puis par Jean-Christophe Gay et Claude Grasland [Brunet 1967, Gay 1995, Grasland & Zanin 2007, Grasland, 2008, Brunet, François & Grasland, 1997]. Ce dernier auteur, qui a défini les discontinuités comme des « lignes ou zones de transition séparant deux portions d’espace munies de caractéristiques différentes (…) » [Grasland 2008, §2] a notamment cartographié (rapports ESPON I et II de 2002 à 2013) l’importance des discontinuités de niveau de vie à la surface du globe. Il a ainsi qualifié les discontinuités de « fractures territoriales » [Grasland & Zanin 2006]. Nous essayerons de voir à quel point ces « fractures » sont soulignées ou non par des barrières sur le terrain.

  • 1 Avec le soutien, entre autres, d’Anne-Laure Amilhat Szary et de Cristina del Biaggio du laboratoire (...)
  • 2 Les frontières de trois entités effectivement séparées par une discontinuité politique (lignes de f (...)
  • 3 Arabie-saoudite/Qatar, Arabie-saoudite/Koweït, Chypre/RTCN, Corée Nord/Corée Sud, Inde/Pakistan (su (...)
  • 4 Une « dyade », suivant la définition qu’en a donné Michel Foucher (1991) est une frontière commune (...)
  • 5 Les frontières de trois entités effectivement séparées par une discontinuité politique (lignes de f (...)

8Un de nos objectifs centraux est de déterminer un « seuil » de niveau de vie à partir duquel la construction d’une barrière frontalière deviendrait plus probable. Pour ce faire, nous avons décidé de comparer les barrières frontalières recensées avec l’ensemble des frontières du monde en créant, au sein du laboratoire Habiter de l’Université de Reims, la « base de données des barrières frontalières ». En effet, pour répondre à différents projets ANR déposés à partir de 2007, le laboratoire Habiter a mis en place une base de données des barrières frontalières nourrie jusqu’à aujourd’hui dans le cadre d’une veille menée par le laboratoire1. L’enquête effectuée sur plus d’une décennie a permis de mettre en exergue l’existence de 96 barrières frontalières2. Dans six cas, deux barrières se font face3. De ce fait, 90 dyades se trouvent effectivement « barriérisées », soit 27 % des 328 dyades mondiales [Rosière 2020, p. 33], ce qui apparaît considérable4. Le tout concerne 45 États constructeurs ou entités de facto indépendantes5. Ces chiffres soulignent l’importance d’un phénomène qui se manifeste, par ailleurs, sur tous les continents.

9Pour calculer et spatialiser la corrélation entre barrières frontalières et discontinuités socio-économiques, nous distinguons ici les pays « constructeurs » et les pays « limitrophes ». Nous ne parlons pas de pays « cibles » (qui subissent la construction) pour la simple et bonne raison qu’une barrière frontalière vise le plus souvent à empêcher des mouvements migratoires qui n’ont pas nécessairement pour origine le pays limitrophe. Pour autant, dans certaines situations, la barrière a effectivement une dimension coercitive et un impact sur le pays limitrophe (territoires palestiniens face au mur de sécurité israélien, Cachemire, Chypre).

10En première partie, nous reviendrons sur la méthodologie choisie, notamment sur le choix des barrières étudiées (1.1.) et des indicateurs pour les évaluer (1.2.). Dans une deuxième partie, nous nous concentrerons sur le niveau de développement des pays constructeurs (2.1.) puis le niveau des discontinuités socio-économiques entre pays constructeur et pays limitrophes (2.2.). Dans une troisième partie, enfin, nous reviendrons vers les logiques spatiales mise en valeur, à l’échelle globale, par notre analyse socio-économique.

1. Une brève histoire du concept de frontière ressource

11Il nous apparaît tout d’abord important d’expliquer en détail le choix des frontières retenues dans notre analyse (1.1) puis les raisons qui nous ont guidé dans le choix de l’indicateur retenu pour notre évaluation (1.2).

1.1. Les frontières retenues dans cette analyse

12Pour tenter de déterminer le lien entre les barrières frontalières et les discontinuités socio-économiques, il n’a pas été possible de conserver toutes les barrières répertoriées dans notre base de données initiale.

  • 6 Dyades avec barrière non prises en compte : Algérie / Maroc ; Arabie Saoudite / Qatar ; Arabie Saou (...)

13D’une part, seules sont prises en compte, dans ce travail de cartographie et d’analyse, les frontières terrestres dont le tracé est matérialisé par une barrière construite par un des deux pays limitrophes. En effet, certaines barrières ont été construites en parallèle par les deux États concernés (comme les barrières entre l’Inde et le Pakistan, mais aussi de la Line of Control qui les sépare au Cachemire, ou entre la Corée du Nord et la Corée du Sud). Dans ce cas, les deux pays sont constructeurs. L’analyse de la corrélation entre barrière et discontinuité socio-économique n’ayant de sens que si un État construit la barrière face à un autre, nous n’avons donc pas pris en compte ce type de barrières frontalières6. Le cas ukrainien a été conservé considérant qu’elle incluait trois barrières spatialement dissociées : une barrière de type « ligne de cessez-le-feu » entre la Crimée et l’Ukraine, une ligne de front plus ou moins active entre les républiques séparatistes de l’Est et l’Ukraine, ainsi que la barrière construite par l’Ukraine face à la frontière russe officielle, au nord des républiques sécessionnistes.

  • 7 Les quatre lignes de front, ou de cessez-le-feu, séparant des entités séparatistes (ou partiellemen (...)

14Il nous a paru nécessaire de supprimer aussi quelques cas qui posaient problème, afin de faciliter les calculs. Nous avons ainsi retiré les quatre lignes de front entre des entités séparatistes et des pays reconnus par la communauté internationale7. Ces entités (que l’on peut qualifier de quasi-États ou d’États de facto) ne disposent en effet pas toujours de statistiques fiables ou aisément accessibles.

15Dans certains cas, il n’existe pas d’État constructeur. Ainsi à Chypre, par exemple, le décideur initial est un pays-tiers puisque, bien avant l’invasion de l’île en 1974, à Nicosie, les Britanniques ont commencé à séparer physiquement les communautés - comme ils l’avaient fait à Jérusalem. Après l’invasion turque de 1974, les Nations unies ont étendu les premiers dispositifs [Kerlindsay 2011]. La situation est plus ou moins comparable dans la péninsule coréenne (déjà évoquée).

16Nous avons également écarté quatre dyades dans lesquelles la part très modeste de frontière barriérisée était très faible et semblait peu représentative (dont France/Italie et France/Royaume-Uni, cette dernière étant caractérisée par des barrières autour des sites Eurotunnel de Coquelles et de Douvres, et des barrières autour des ports de Calais et de Douvres ; la barrière entre les États-Unis et Cuba autour de la base de Guantanamo, ainsi que la barrière entre République populaire de Chine et Hong-Kong).

17Ainsi, ayant retiré les cas mal mesurables et les cas de construction synchrone ou des cas qui paraissaient peu pertinents, notre étude se concentre sur 60 dyades (citées en annexe) composées, de manière continue ou discontinue, de barrières frontalières et édifiées par 35 États « constructeurs ».

1.2. L’indicateur choisi

18La question de l’indicateur est centrale dans cette recherche d’une corrélation entre édification de barrières frontalières et discontinuités économiques. Afin de souligner au mieux ces discontinuités, nous avons fait le choix d’utiliser le revenu national brut par habitant (RNB/hab.) en dollars courants en 2019 des États séparés par ces barrières.

19Le RNB correspond à la somme du PIB (Produit Intérieur Brut) et du solde des flux des revenus avec le reste du monde. Le RNB apparaît plus adapté qu’un autre indicateur pour la simple raison que le PIB ne prend en compte que ce qui est produit dans le pays alors que le RNB permet de prendre également en compte à qui sont destinés les revenus issus de ces productions. Preuve de son opérationnalité, cet indicateur économique, qui permet d’évaluer les revenus d’un pays, et donc sa puissance économique, est l’un des indicateurs sur lequel se base le Système de Comptabilité Nationale de 2008 (SCN 2008) des pays de l’OCDE8.

20Notre calcul se base donc exclusivement sur les RNB par habitant des États séparés par des barrières frontalières, mais en associant à la fois la position (en termes de situation socio-économique) de l’État constructeur et l’écart entre le RNB par habitant de l’État constructeur et de l’État limitrophe. Cet écart, mesurant une forme de discontinuité, est exprimé par un rapport entre la richesse de ces États : si l’indicateur est de 1, le RNB par habitant des deux pays est équivalent ; si cet indicateur est inférieur à 1, le pays constructeur est moins riche que le pays limitrophe ; s’il est supérieur à 1, le constructeur est plus riche que le pays limitrophe.

21Mesurer la discontinuité de niveau de vie entre pays constructeurs et pays limitrophes nous est apparu intéressant, mais un élément important manquait pour mener l’analyse souhaitée : la situation socio-économique des États constructeurs. En d’autres termes, la discontinuité socio-économique entre deux États n’est pas le seul paramètre à prendre en compte pour expliquer la localisation des barrières.

22Pour exemple, les écarts de revenus entre la Hongrie et la Croatie d’une part (1,08), et l’Inde et le Bangladesh d’autre part (1,1) apparaissent quasiment équivalents alors que le RNB par habitant de la Hongrie est huit fois plus important que celui de l’Inde (RNB/hab. de 16 140 € en Hongrie contre 2 130 en Inde). Partant de ce constat, nous avons donc pris en compte à la fois le niveau de développement de l’État constructeur (en termes de RNB par habitant) et le rapport entre le RNB par habitant de l’État constructeur et l’État limitrophe.

23Afin d’évaluer les différences de niveau de vie entre chacun des États protagonistes (États constructeurs et limitrophes), nous nous sommes basés sur la typologie proposée par la Banque mondiale. La méthode dite « atlas » consiste à utiliser des seuils pré-identifiés chaque année par cette institution afin de caractériser, selon quatre classes, les pays selon leurs revenus moyens. Pour les données de 2019, sur lesquelles sont fondées cette étude, ces classes correspondent à quatre catégories :

  • Revenus faibles (moins de 1 026 € par habitant et par an) ;

  • Revenus intermédiaires de tranche inférieure (de 1 026 à 3 995 € par an/par hab.) ;

  • Revenus intermédiaires de tranche supérieure (de 3 997 à 12 375 €) ;

    • 9 https://blogs.worldbank.org/fr/opendata/nouvelle-classification-des-pays-en-fonction-de-leur-revenu (...)

    Revenus élevés (supérieur à 12 375 €)9.

2. Profilage socio-économique des barrières frontalières

24La catégorisation socio-économique de chacune des barrières implique de prendre en compte le niveau de vie moyen (RNB/hab.) des États constructeurs et limitrophes. Nous pourrons, pour commencer, identifier la distribution des États constructeurs dans la hiérarchie générale des États en fonction de leur niveau de vie moyen (2.1.). Il sera ensuite possible de revenir sur les écarts de niveau de vie mis en évidence par les barrières frontalières (2.2.).

2.1. Niveau de vie des pays constructeurs

25Le tableau ci-joint (Tableau 1, p. 39) permet de placer chacune des 60 dyades qui fondent notre analyse en fonction des niveaux de vie (classe de la méthode « Atlas » de la Banque mondiale basée sur le RNB par habitant en 2019) des États constructeurs et des États limitrophes.

Tableau 1 – Distribution des frontières fermées selon la catégorie économique des États concernés

Nombre de dyades où l’État limitrophe est à revenu…

Nombre d’États constructeurs

faible

intermédiaire tranche inférieure

intermédiaire tranche supérieure

élevé

Total

Nombre de dyades ou l’État constructeur est classé dans la catégorie à revenu…

faible

0

-

-

-

0

0

intermédiaire inférieure

2

5

2

-

9

5

intermédiaire supérieure

2

13

7

1

23

13

élevé

1

6

17

4

28

17

Total

5

24

26

5

60

35

Nombre d’États limitrophes

4

17

14

4

39

65

Sources : Base de données Habiter des barrières frontalières et Banque mondiale (classement économique des États concernés)

26Les États limitrophes les plus affectés par les dispositifs frontaliers sont les États des deux classes intermédiaires (17 états à revenus intermédiaires tranche inférieure et 14 dans la tranche supérieure) qui sont directement concernés par plus de 80 % des 39 dyades barriérisées recensées (cf. tableau 1).

27Corrélativement, les États les plus engagés dans la construction de barrières frontalières sont ceux qui disposent des RNB par habitant les plus élevés (et notamment les pays à revenu intermédiaire de tranche supérieure et revenu élevé) qui totalisent à eux seuls plus de 80 % des artefacts construits (51 des 60 barrières retenues dans nos calculs). A partir du seuil d’entrée dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire de tranche supérieure, la construction de barrières se répartit assez équitablement entre les pays à revenus intermédiaires de tranche supérieure (23 dyades, soit 40 %) des cas et revenus élevés (28 dyades, soit 44 %).

28Il est également frappant de constater l’absence de pays à faibles revenus parmi les États constructeurs. Cette situation, prévisible empiriquement, n’est pas surprenante. La construction d’une barrière ou d’un mur, son entretien et la présence militaire que cet artefact nécessite engendrent un coût financier que de nombreux États ne peuvent assumer.

29Le coût de construction des barrières terrestres est renseigné. Les États-Unis où la construction du tronçon pilote de 45 km réalisé en Arizona dans le cadre de la Secure Border Initiative a coûté 3,31 millions €/km ; la construction de la « barrière de sécurité » israélienne a coûté environ 2,7 millions €/km ; dans le cas de la barrière à la frontière Inde-Bangladesh, le coût de construction s’élèverait à moins de 1,08 million €/km (Rosière, 2020, p. 122-123). Sur la frontière Slovaquie-Ukraine (dyade de 97 km), la construction d’une barrière « virtuelle », peu clôturée mais équipée d’une chaîne de 500 caméras sur les 30 km les plus méridionaux de la frontière, a coûté une centaine de millions d’euros, soit 3 millions €/km si on se base sur ces 30 km, mais environ 1 million €/km si l’on considère l’ensemble de la dyade, les montagnes faisant office de protection naturelle dans la partie nord [Rosière 2020, p. 124].

30Des coûts inférieurs sont imaginables pour des dispositifs plus sommaires. Les plus rustiques sont d’un coût moindre, c’est le cas des lignes de barbelés posées sur des armatures métalliques et électrifiées (Botswana face au Zimbabwe) ou sur des armatures de béton (Chine face à la Corée du nord). Malgré tout, l’investissement reste très conséquent, surtout si l’on souhaite créer un dispositif efficace. La course aux équipements de haute technologie est une tendance mondiale et les nouvelles barrières sont de plus en plus sophistiquées (signalons la généralisation de l’optronique — alliant l’optique et l’électronique). De ce fait, édifier une barrière frontalière efficace implique un certain seuil de revenus en-deçà duquel l’État peut difficilement devenir constructeur.

31Les pays les plus pauvres ayant construit une barrière à leur frontière sont six États à revenu intermédiaire de la tranche inférieure (selon la terminologie de la Banque mondiale, soit entre 1 026 et 3 995 dollars par an/habitant en 2019) : Tunisie (3370 $/an/hab.), Ukraine (3370), Égypte (2690), Inde (2100), Ouzbékistan (1800) et Kenya (1750)10. Au Kenya, le pays constructeur au revenu le plus faible par habitant, nous pouvons souligner le caractère lacunaire de la barrière construite sur une faible portion septentrionale de la frontière somalienne. L’Inde, qui a construit le système de barrière le plus étendu au monde, est l’exception la plus notable parmi les constructeurs puisque son RNB/hab. est très faible. Cette situation serait différente si nous nous étions basés sur le RNB en données absolues (et non rapporté au nombre d’habitants), puisque l’Inde dispose d’un RNB bien supérieur à des pays comme le Kenya ou la Tunisie.

2.2. Écart de niveau de vie entre pays constructeur et pays limitrophe

32Si nous considérons les écarts entre les États de chaque côté des barrières considérés dans cet article, nous constatons que le nombre de dyades concernées augmentent selon l’importance de cet écart. La figure 1 (p. 41) souligne cette observation puisque seules 5 dyades sur les 77 dont l’écart (en termes de RNB entre les deux États) est le plus faible (inférieur à 849 $ par habitant) correspondent à celle au centre de l’analyse (au nombre de 60), alors que cela en concerne 28 sur les 80 dont l’écart est le plus important (plus de 8290 $ par habitant). Les deux classes intermédiaires connaissant une augmentation de nombre de dyades concernées en rapport avec l’importance de l’écart (9 sur 78 pour les écarts de 850 à 3619 $ par habitant et 18 sur 78 pour les écarts de 3620 à 8289 $ par habitant).

Figure 1 – Distribution des dyades selon l’écart entre les deux États en termes de RNB par habitant en 2019 (en dollars)

Figure 1 – Distribution des dyades selon l’écart entre les deux États en termes de RNB par habitant en 2019 (en dollars)

Source : Banque mondiale, 2020

33Les premières informations intéressantes que révèle la figure 2 (p. 42) confirment les premières observations réalisées à partir du tableau 1. En effet, la construction de barrières frontalières concerne, en grande partie, les pays aux revenus intermédiaires de classes inférieure et supérieure (18 États constructeurs sur les 35 concernés, et 31 États limitrophes sur les 39 concernés, comme indiqué également dans la figure 1).

34Les pays à revenus élevés participant à la construction de murs aux frontières sont essentiellement situés au Moyen-Orient (Israël, Arabie Saoudite, Émirats Arabe Unis, Jordanie, Koweït), en Europe du Sud et de l’Est (Espagne, Grèce, Slovénie, Autriche, Slovaquie, Estonie, Lettonie). Ces ensembles recoupent soit la périphérie de « centres » plus développés (pays européens constructeurs en périphérie de l’UE), soit des régions instables d’un point de vue sécuritaire ou militaire et l’on peut estimer que le facteur stratégique renforce le facteur socio-économique pour stimuler la réaction de barrières.

Figure 2 – Barrières frontalières construites - RNB par habitant (en 2019) de l’État constructeur et rapport entre les RNB par hab. de l’État constructeur et de l’État limitrophe

Figure 2 – Barrières frontalières construites - RNB par habitant (en 2019) de l’État constructeur et rapport entre les RNB par hab. de l’État constructeur et de l’État limitrophe

Source : Banque mondiale (RNB par hab.) et base de données constituée par S. Rosière (barrières frontalières et longueurs) – conception et réalisation S. Piantoni – 2020 – EA 2076 – Habiter, Reims

35Un effet de voisinage peut aussi être cité. En effet, si un pays donné construit une barrière, les flux clandestins se reportent alors vers les frontières voisines (logique du contournement) qui vont tendre à être dotées, elles aussi, de barrières. Le voisinage et le contournement sont des logiques spatiales qui contribuent à expliquer la répartition des barrières frontalières dans l’espace mondial.

2.3. Distorsions entre discontinuités socio-économiques et localisation des barrières

  • 11 Propriété présentée par un système dont les propriétés à un instant donné dépendent de toute son év (...)

36Dans la grande majorité des cas, les statistiques que nous mettons en évidence soulignent que le pays constructeur est plus riche que le pays limitrophe. Cependant, deux distorsions apparaissent qui viennent compliquer la lecture socio-économique des barrières aux frontières : la prise en compte d’un système migratoire (en lieu et place du seul pays limitrophe à une frontière donnée) ainsi que les hystérésis11 (point examiné dans la partie 3).

2.3.1. Pays limitrophe et système migratoire

37Les barrières frontalières ne sont pas nécessairement dédiées aux ressortissants des pays « limitrophes ». Les flux en provenance de ce pays ne sont pas forcément composés de ses ressortissants puisque les pays limitrophes peuvent être des pays de transit (comme le Mexique pour les migrants latino-américains). Les pays « limitrophes » sont, dans ces cas-là, des points de passage dans des systèmes de circulations migratoires plus complexes. De même, les flux migratoires n’ont pas forcément pour destination le pays constructeur. Par exemple, en Europe, les migrants ne visent pas les pays constructeurs de barrières mais les pays les plus riches (Allemagne, Royaume-Uni ou États scandinaves).

38Ainsi, chaque dyade caractérisée par la présence d’une barrière s’inscrit dans une certaine « profondeur ». Les flux peuvent être liés à des « espaces migratoires » ou « systèmes migratoires » [Simon 1996, 2008] qui peuvent aller bien au-delà de l’État limitrophe. Par ailleurs, la destination des migrants peut être très éloignée de la barrière du « pays constructeur » (cf. les barrières balkaniques et d’Europe centrale qui sont éloignées de l’Allemagne et des pays d’Europe du Nord qui sont souvent ciblés par les personnes migrantes). C’est à l’échelle de ce bassin migratoire, défini comme l’espace drainé par un flux migratoire, beaucoup plus vaste qu’une simple interface entre deux pays, qu’il faudrait mesurer les discontinuités socio-économiques en jeu au niveau de la barrière frontalière.

39Deux exemples de ce type de situations sont le Mexique face aux États-Unis et la Turquie face à la Bulgarie. A la frontière sud des États-Unis, les personnes migrantes proviennent de toute l’Amérique latine, et principalement de l’Amérique centrale qui forme le bassin migratoire principal de la barrière physique et administrative étatsunienne. Les États-Unis sont le pays constructeur le plus riche avec un RNB de plus de 65 000 $ par habitant en 2019, correspondant à 7 fois celui du Mexique (cf. figure 1). Si l’on considère les discontinuités de développement avec l’Amérique latine d’une façon générale et l’Amérique centrale en particulier, la discontinuité socio-économique que matérialise le « mur » américain est beaucoup plus forte. Le différentiel entre les USA et l’ensemble de l’Amérique centrale (65 760 $ pour les États-Unis contre 8 755 $ pour l’Amérique centrale) est de l’ordre de 1 à 8. Le RNB par habitants des États-Unis équivaut à 14 fois celui du Guatemala, 16 fois celui du Salvador, 25 fois celui du Honduras ou encore 33 fois celui du Nicaragua (Banque mondiale, RNB/habitant, 2019). Ce dernier écart représente les discontinuités les plus fortes signalées par la figure 1. Ainsi, dans le cas de la frontière États-Unis/Mexique, la prise en compte du seul pays limitrophe sous-estime l’importance des discontinuités en jeu.

40Dans le cas bulgare, la barrière édifiée à la frontière turque ne vise pas à bloquer des Turcs, dont le niveau de vie moyen est désormais plus élevé que celui des Bulgares (9 610 $ de RNB par habitant en Turquie en 2019 contre 9 410 $ en Bulgarie). Les barrière bulgare et grecque visent surtout les migrants venus des pays du Proche et du Moyen-Orient, de la Syrie à l’Afghanistan, et des ressortissants africains notamment originaires d’Afrique de l’Est. Là aussi, la discontinuité visible entre le pays constructeur et le pays limitrophe, en faveur du pays limitrophe, cache en fait un déséquilibre plus fort entre les États de l’UE à l’ouest de la barrière bulgare et les pays d’où sont originaires les migrants. Le RNB/hab. de 35 704 $ pour l’Europe est bien supérieur à celui de la zone Moyen-Orient, de 12 469 $ (Banque mondiale, 2019). Là aussi, il est nécessaire de mesurer la discontinuité au niveau de la barrière, non pas en fonction du RNB du pays limitrophe, mais du RNB moyen de l’espace régional d’où partent les exilés, le rapport restant, dans tous les cas, largement favorable au côté constructeur (considéré comme l’UE).

  • 12 On trouve des Africains qui tentent d’entrer aux États-Unis par le Mexique, mais la grande majorité (...)

41Bien sûr, les migrations se sont mondialisées, comme Gildas Simon l’a souligné [Simon 1996, 2008], et il n’existe plus de champ migratoire qui n’interfère pas avec un autre, néanmoins chaque barrière est bien située sur une route spécifique et est confrontée à des flux de migrants spécifiques12. Si l’on analyse les situations dans lesquels le pays constructeur est plus pauvre que le limitrophe, on se rend compte que le rapport s’inverse en faveur du constructeur si l’on tient compte des champs migratoires. Pour ne prendre qu’un exemple, si le niveau de vie de la Turquie (pays limitrophe) est équivalent à celui de la Bulgarie (pays constructeur), il est en revanche bien plus bas que le revenu des habitants de l’Union européenne (qui a par ailleurs financé la barrière bulgare).

42La prise en compte de ce « champ migratoire » réduit encore le nombre des exceptions à la règle du constructeur plus riche que le pays limitrophe (cf. figure 2). Sur les six pays constructeurs moins riches que le limitrophe, trois sont en fait concernés par ce raisonnement (Bulgarie, Macédoine du Nord, Tunisie). De fait, les cas dans lesquels le pays constructeur est plus pauvre trouvent d’autres explications et ne sont pas des exceptions significatives à la règle générale qui s’avère quasiment systématique une fois tenu compte des corrections envisagées ici.

2.3.2. Retour sur les discontinuités entre pays constructeurs et limitrophes

43Malgré tout, l’analyse des discontinuités entre pays constructeurs et pays limitrophes est riche en enseignement. La discontinuité moyenne de l’écart de niveau de vie (mesuré en RNB /hab./an) entre pays constructeurs et pays limitrophes des 60 cas étudiés est de 5. Ce chiffre est tiré vers le haut par les écarts les plus extrêmes. Dans huit cas, la barrière frontalière s’inscrit dans un différentiel de niveau de vie supérieur ou égal à dix entre pays limitrophe et pays constructeur (cf. tableau 2).

Tableau 2 – Les plus forts différentiels entre pays constructeurs et limitrophes

États formant la dyade

(et initiales éventuelles)

Différentiel de niveau de vie entre pays constructeur et pays limitrophe

Arabie-Saoudite (SAU)/Yémen 

24,3

Israël/Syrie

23,8

Kenya/Somalie

17,7

Israël/Egypte

16,1

Afrique du Sud (ZAF)/Mozambique

12,6

Israël/Gaza

11

Israël/ Territoires palestiniens

11

Iran/Afghanistan

10

44À part Israël et l’Arabie saoudite, aucun de ces cas n’implique les grands pays développés. L’Afrique et le Moyen-Orient sont les deux régions les plus concernées par ces cas extrêmes, ce qui souligne que les logiques en jeu ne concernent pas que les pays les plus riches et sont « mondialisées ».

45Il existe deux fois plus de dyades situées en dessous de ce seuil de 5 qu’au-dessus. De ce fait, la médiane nous a paru plus révélatrice de la situation contemporaine que la moyenne. La médiane de la discontinuité socio-économique sur les frontières disposant d’une barrière est de 2,8. Cet écart regroupe de manière équilibrée, au-dessus et au-dessous, les 60 cas étudiés. Cette position médiane correspond à l’écart qui sépare les Émirats Arabes Unis du sultanat d’Oman ou Brunei (BRN) et Malaisie (MYS). Sur la figure 1, un tiers des cas (soit une vingtaine) se situe dans un écart compris entre 2 et 4 en termes de RNB.

46Dans la catégorie particulière des pays limitrophes plus riches que le pays constructeur, les niveaux de vie moyens restent proches, en tout cas moins élevés que dans le cas inverse. La discontinuité la plus forte en faveur du pays limitrophe est de 0,3 (pays trois fois moins riche) dans le cas de la barrière frontalière Macédoine du Nord / Grèce, écart comparable avec celui de l’Ukraine face à la Russie, mais l’Ukraine est plus pauvre que la Macédoine du Nord (fig. 2).

  • 13 Selon Éric Charmes, dans les gated communities contemporaines, « l’association entre richesse et fe (...)

47Ces discontinuités seraient supérieures à celles que l’on peut mesurer dans le milieu urbain, dans la mesure où les gated communities ne sont plus systématiquement des « ghettos de riches » [Paquot 2009]13.

3. Quelles congruence entre barrières et discontinuités socio-économiques ?

48La figure 3 (p. 47) est un planisphère localisant les dyades disposant d’une barrière frontalière qui ont été retenues dans notre étude. Elle reprend les indicateurs de la figure 2. Comme l’indique la légende, chacune des 60 frontières représentées est ainsi caractérisée par une couleur et par une épaisseur indiquant l’importance de la discontinuité, en d’autres termes le rapport entre le pays constructeur et le pays limitrophe (en trois classes : moins de 1 ; de 1 à 5 ; plus de 5).

Figure 3 – Planisphère des dyades avec barrières dans leur contexte socio-économique

Figure 3 – Planisphère des dyades avec barrières dans leur contexte socio-économique

Sources : Auteurs (liste des barrières frontalières) – Banque Mondiale (RNB par habitant en 2019 – Méthode Atlas) - 2021

3.1. Congruence entre barrières et clivages socio-économiques

49La congruence spatiale entre les barrières et les discontinuités socio-économiques est variable. Elle est parfaitement soulignée entre les États-Unis et le Mexique, à la périphérie de l’Union européenne (du Maroc à la Scandinavie) et de la péninsule arabe (monarchies du Golfe et Arabie saoudite). Israël est remarquable par ces barrières qui sont à la fois zones de sécurité et fortes discontinuités de niveau de vie (voir aussi l’Iran face à l’Afghanistan). Cette congruence est bien soulignée aussi aux lisières de l’Afrique australe.

50La faible densité des barrières en Amérique latine et en Afrique subsaharienne s’explique non pas en fonction de la situation sécuritaire mais parce que ces régions ont un niveau de développement trop faible (en Afrique principalement) et parce que les discontinuités socio-économiques y sont relativement faibles (exceptions de la Bolivie ou de la Guinée-équatoriale, notamment face au Cameroun).

51Situation sécuritaire et hystérésis perturbent la lecture de la carte des barrières, qui ne sont pas uniquement liées aux discontinuités économiques. La situation sécuritaire est un facteur manifeste d’édification de barrières, notamment dans la zone, bien mise en évidence par notre carte, qui s’étend des Balkans à l’Asie centrale. Dans ces régions du monde, la crainte du terrorisme (Israël, Arabie saoudite) ou la présence de guerres civiles dans des pays limitrophes jouent un grand rôle dans l’édification de barrières.

52Les hystérésis interviennent aussi et compliquent l’analyse des barrières frontalières, notamment dans une optique socio-économique. Une hystérésis est, d’une façon générale, la propriété d’un système à conserver une ou des caractéristique(s) liée(s) à son état antérieur. L’hystérésis est donc une forme de décalage entre une situation antérieure et une situation présente — ou une « structure dont on peut relier l’explication à des facteurs génétiques depuis longtemps disparus (…) » [Vandermotten & Vandeburie 2005, p. 230]. Dans cette perspective, on peut désigner plusieurs barrières frontalières comme étant des hystérésis issues de barrières de la guerre froide. C’est d’abord le cas sur la péninsule coréenne ou aux frontières occidentales de la Russie, notamment face à la Norvège et à la Finlande — système originellement soviétique qui commence à être doublé, par ces pays, par des clôtures nouvelles. Parmi les cas que nous avons retenus, c’est surtout la barrière Kazakhstan/Chine qui apparaît comme une hystérésis. En effet, cette barrière (comme toutes celles de la Russie face à la Chine) a été édifiée après la rupture sino-soviétique dans les années 1960, et notamment après les graves incidents frontaliers de 1969. Cette barrière est donc un reliquat exprimant, à la frontière du Kazakhstan et de la Chine, une situation de tension aujourd’hui dépassée (et c’est encore une exception à la règle du pays constructeur plus riche qui disparaît).

3.2. Prédictivité de la construction des barrières

53En vertu de ces premières conclusions, il paraît possible de prédire quelles sont les zones à faible probabilité de construction de barrières et les zones à forte probabilité.

54Les zones où la construction de barrières paraît peu probable sont celles où les pays sont pauvres et où les discontinuités entre pays voisins sont faibles. L’Afrique centrale en est le meilleur exemple. Le faible niveau de vie de ces pays et les faibles écarts de développement entre les pays africains ont abouti à ce que les barrières y soient peu nombreuses (rapports entre nombre total de dyades / nombre dyades avec barrières le plus faible au monde). Néanmoins, ce continent est aussi sensible à ces formes de tensions. Outre le cas particulier de la barrière de Guinée-équatoriale à sa frontière avec le Cameroun, c’est le cloisonnement de l’Afrique australe qui retient l’attention. Appuyées par les déserts du sud-est africain, les barrières sudafricaines et du Botswana bouclent désormais toute l’Afrique australe. De l’autre côté du continent s’equisse un cloisonnement de l’Afrique du Nord : Maroc, largement entouré de barrières (« mur des sables »), l’Algérie ayant elle-même commencé à ériger des installations face au Maroc, la Tunisie se protégeant à sa frontière avec la Libye (où le niveau de vie annoncé sur le planisphère, plus élevé que celui de la Tunisie, semble très théorique).

55L’Amérique latine est dans un situation proche de celle de l’Afrique. Le niveau de vie des pays de cette région est plus élevé, mais les discontinuités sont faibles, notamment en Amérique du sud (à l’exception de la Bolivie). Dans cette région, la création de barrières (le milieu s’ajoutant aux difficultés) semble peu probable.

56Les forts gradients socio-économiques étant les plus susceptibles de générer des barrières, l’Amérique centrale et l’Asie du sud-est semblent les zones les plus favorables à la construction de nouvelles installations. La barrière Costa Rica / Nicaragua, d’envergure modeste, pourrait préfigurer un cloisonnement plus poussé de cette région, et peut-être la construction d’une barrière mexicaine face au Guatemala. En Europe, l’extension des systèmes actuels au marge de l’UE devrait se poursuivre. La dislocation de l’Union européenne (plus tout à fait fantasmatique après le Brexit) pourrait générer une extension massive des clôtures frontalières dans cette région du monde (voir l’amorce révélatrice du petit mur autrichien face à la Slovénie en pleine zone Schengen).

57Des Balkans au Proche-Orient, la construction de barrières frontalières prend un caractère presque systématique (cf. encart figure 3). Dans certaines régions, nous assistons à une saturation des équipements, mais le vieillissement de certaines de ces structures imposera à terme un remplacement incluant de nouvelles technologies de contrôle des flux de personnes.

Conclusion

58La première conclusion que nous pouvons tirer de ces analyses est que l’hypothèse de départ selon laquelle les barrières frontalières sont des dispositifs comparables aux murs des gated communities [Van Houtum & Pijpers 2007, Ballif & Rosière 2009] est bien validée par nos recherches. La construction de ces dispositifs est bien stimulée par l’existence de fortes discontinuités socio-économiques. Les barrières frontalières contemporaines s’apparentent ainsi à des dispositifs de ségrégation socio-spatiale, ce qui nous amène à évoquer la notion de classe-socio-spatiale [Reynaud 1981] qui apparaît comme une entrée intéressante pour une étude plus poussée.

59Les barrières frontalières ne sont donc pas du tout indifférentes à l’environnement social et économique, et notamment au niveau de vie moyen. S’il était clair depuis longtemps que le pays constructeur était généralement plus riche (ce que nous avons relié à la logique des quartiers fermés), cette situation est vérifiée puisque 90 % des cas répertoriés répondent bien à cette logique (sur les 60 cas, 7 ne répondent pas à cette logique puisque l’État constructeur est moins riche que l’État limitrophe, mais l’existence de champs migratoires explique ces exceptions). Par ailleurs, le fait que ce ne soit pas forcément les pays les plus riches qui construisent ces barrières soulignent également, dans certains cas, l’importance d’une forme d’espace-tampon qui protège certains États. Par exemple, le Royaume-Uni, l’Australie ou l’Allemagne n’ont pas besoin d’édifier de barrières frontalières puisqu’ils sont entourés par la mer ou par des pays jouant le rôle de barrières.

60Cet essai de mesure des discontinuités nous apparaît comme une avancée intéressante pour objectiver la construction des barrières frontalières dans le monde. En effet, la mesure a montré un seuil à partir duquel la probabilité d’apparition d’une barrière devient forte, puisque la plupart des cas recensés s’inscrivent dans un différentiel en termes de RNB/hab. compris entre 2 et 4 (cf. figure 3).

61Le temps permettra de dire si la « prédictibilité » de construction de ces artefacts sera validée. D’ores et déjà, il ne paraît plus possible d’envisager les barrières aux frontières comme reflétant uniquement des préoccupations d’ordre sécuritaire alors que près de 90 % des cas analysés relèvent bien d’un même profil socio-économique favorable aux pays constructeurs. Cette donnée est intéressante alors que la dimension socio-économique est souvent minorée dans l’analyse des « murs » aux frontières, comme dans bien d’autres phénomènes spatiaux. De ce point de vue, il paraît utile, pour paraphraser le titre d’un ouvrage récent, de penser les migrations et d’étudier les artefacts qui tentent de les contenir pour « repenser la société » [Dagmi & al. 2019].

Haut de page

Bibliographie

Amilhat-Szary, A.-L. (2015) – Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ?, Paris, Presses Universitaires de France, 160 p.

Ballif, F. & Rosiere, S., (2009) – « Le défi des teichopolitiques. Analyser la fermeture contemporaine des territoires », L’Espace Géographique, vol. 38, n° 3/2009, pp. 193-206. En ligne : http://www.cairn.info/resume.php ?ID_ARTICLE =EG_383_0193

Banque Mondiale, (2019) – RNB ($ US courants), Données de la Banque mondiale, URL : https://donnees.banquemondiale.org/indicator/NY.GNP.MKTP.CD

Brunet, R., (1967) – Les Phénomènes de discontinuité en géographie, Paris, CNRS, 117 p.

Brunet, R., François, J.-Ch. & Grasland, C. (1997) – « La discontinuité en géographie : origines et problèmes de recherche », L’Espace Geographique, vol. 26, n° 4, pp. 297-308, https://www.persee.fr/doc/spgeo_0046-2497_1997_num_26_4_1096

Bigo, D. (2008) – « Le “phagocytage” des questions de migration et de libre circulation en Europe par les enjeux de sécurité ? », Migrations Société, 2008/2, n° 116, pp. 73-84, https://www.cairn.info/revue-migrations-societe-2008-2-page-73.htm

Bigo, D. (2011) – « Le « nexus » sécurité, frontière, immigration : programme et diagramme », Cultures & Conflits, n° 84, pp. 7-12 http://journals.openedition.org/conflits/18222

Charmes, É. (2011) – « Les Gated Communities : des ghettos de riches ? », La vie des idées, https://laviedesidees.fr/Les-Gated-Communities-des-ghettos.html

Dagmi, F., Dureau, F., Robin, N., Lacroix, Th., Scioldo-Zürcher, Y. (2020) – Penser les migrations pour repenser la société, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 316 p.

Foucher, M. (1991) – Fronts et frontières, un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard, 527 p.

Gay, J.-Ch. (1995) – Les Discontinuités spatiales, Paris, Economica, coll. « Géographie Poche » (dernière édition 2004)

Grasland, C. (2008) – « La Notion de discontinuité en géographie », in A. Frédéric & A. Génin (dir.), Continu et discontinu dans l’espace géographique, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Perspectives Villes et Territoires », http://books.openedition.org/pufr/2363, DOI : https://doi.org/10.4000/books.pufr.2363.

Grasland, C. & Zanin, C. (2006) – « Les fractures territoriales du développement humain », Images Économiques du Monde, Paris, Armand Colin, pp. 169-222, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00110788/document

Jones, R. & Johnson, C. (2016) – « Border militarization and the re-articulation of sovereignty », Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 41, n° 2, pp. 187-200. DOI: 10.1111/tran.12115

Kerlindsay, J. (2011) – The Cyprus problem, Oxford, Oxford University Press, 125 p.

Migreurop & Clochard, O. (2017) – Atlas des migrants en Europe. Approches critiques des politiques migratoires, Paris, Armand Colin, 176 p.

Moullé, F. (dir.), (2017) – Frontières, Presses universitaires de Bordeaux, 337 p.

Paquot, Th. (2009) – Ghettos de riches. Tour du monde des enclaves résidentielles sécurisées, Paris, Perrin, 300 p.

Quétel, C. (2012) – Murs : une autre histoire des hommes, Paris, Perrin, 320 p.

Ritaine, É. (2009) – « La barrière et le checkpoint. Mise en politique de l’asymétrie », Cultures & Conflits, n° 73, pp. 15-33, http://conflits.revues.org/index17500.html

Reynaud, A. (1981) – Société, espace et justice, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Espace et liberté », 264 p.

Rosière, S. (2017) – « Le développement des barrières frontalières ou le paradoxe de la mondialisation » in F. Moullé (dir.), Frontières, Presses universitaires de Bordeaux, pp. 123-142.

Rosière, S., (2020) – Frontières de fer. Le cloisonnement du monde, Paris, Syllepse, 181 p.

Rosière, S. & Jones, R. (2012) – « Teichopolitics: re-considering globalization through the role of walls and fences », Geopolitics, vol. 17, n° 1, pp. 217-234.

Sanchez, T., Lang, R. & Dhavale, D. (2005) – « Security versus Status ? A First Look at the Census’s Gated Community Data », Journal of Planning Education and Research, vol. 24, n° 3, pp. 281-291, DOI: 10.1177/0739456X04270127

Simon, G. (1996) – « La France, le système migratoire européen et la mondialisation », Revue européenne des migrations internationales, vol. 12, n° 2, pp. 261-273.

Simon, G. (2008) – La planète migratoire dans la mondialisation, Paris, Armand Colin, 255 p.

Vallet, E. (2014) – Borders, Fences and Walls. State of Insecurity?, Aldershot, Ashgate, Border regions Series, 298 p.

Vandermotten, C. & Vandeburie, J. (2005) – Territorialité et politique, Bruxelles, Editions de l’Université Libre de Bruxelles, 450 p.

Van Houtum, H. & Pijpers, R. (2007) – « The European Union as a gated community: the two-faced border and immigration regime of the EU », Antipode, vol. 39, pp. 291-309.

Haut de page

Notes

1 Avec le soutien, entre autres, d’Anne-Laure Amilhat Szary et de Cristina del Biaggio du laboratoire PACTE à Grenoble.

2 Les frontières de trois entités effectivement séparées par une discontinuité politique (lignes de front) ont été ajoutées aux frontières juridiquement reconnues : Abkhazie/Géorgie, Ossétie-du-Sud/Géorgie, Karabakh/Azerbaïdjan). La base de données contient les données suivantes : État constructeur / État limitrophe / longueur officielle de la dyade / longueur de la ligne de front (si ligne de front) / année de construction / longueur de la barrière effectivement édifiée (la plupart des dyades ne sont pas fermées à 100 %) / les sources des données. La longueur construite correspond à la donnée la plus fine. Celle-ci peut être fournie par l’État constructeur, par un chercheur ou une source indépendante. Cette donnée a été vérifiée au moyen d’images satellites et de photographies aériennes (via Google Earth) par les membres de l’équipe.

3 Arabie-saoudite/Qatar, Arabie-saoudite/Koweït, Chypre/RTCN, Corée Nord/Corée Sud, Inde/Pakistan (subdivisée en deux segments : hors du Cachemire (le long de la frontière reconnue) et au Cachemire, le long de la Line of Control qui n’est qu’une ligne de cessez-le-feu.

4 Une « dyade », suivant la définition qu’en a donné Michel Foucher (1991) est une frontière commune à deux États limitrophes.

5 Les frontières de trois entités effectivement séparées par une discontinuité politique (lignes de front) ont été ajoutées aux frontières juridiquement reconnues : Abkhazie/Géorgie, Ossétie-du-Sud/Géorgie, Karabakh/Azerbaïdjan).

6 Dyades avec barrière non prises en compte : Algérie / Maroc ; Arabie Saoudite / Qatar ; Arabie Saoudite / Émirats Arabes Unis ; Arabie Saoudite / Koweït ; Corée du Nord / Corée du Sud ; Finlande / Russie ; Inde / Pakistan (et Cachemire), Kazakhstan / Ouzbékistan, Malaisie / Thaïlande et Norvège / Russie.

7 Les quatre lignes de front, ou de cessez-le-feu, séparant des entités séparatistes (ou partiellement reconnues) et des pays reconnus n’ont pas été retenues sont : Abkhazie/Géorgie, Haut-Karabakh/Azerbaïdjan, Ossétie du Sud/Géorgie et Maroc/République arabe sahraouie démocratique.

8 Voir Système de comptabilité nationale, 2008. En ligne : https://unstats.un.org/unsd/nationalaccount/docs/SNA2008FR.pdf

9 https://blogs.worldbank.org/fr/opendata/nouvelle-classification-des-pays-en-fonction-de-leur-revenu-actualisation-2019-2020

10 Chiffres : site de la Banque mondiale, 2019, consulté le 11 janvier 2021. URL :https://donnees.banquemondiale.org/indicator/NY.GNP.PCAP.CD ?most_recent_value_desc =true

11 Propriété présentée par un système dont les propriétés à un instant donné dépendent de toute son évolution antérieure et pas seulement des paramètres décrivant le système à cet instant (dictionnaire Larousse)

12 On trouve des Africains qui tentent d’entrer aux États-Unis par le Mexique, mais la grande majorité des migrants viennent bien d’Amérique centrale ou du Sud, on trouve aussi des Latino-américains en Méditerranée, mais la majorité des migrants de cette région vient bien d’Afrique, etc.

13 Selon Éric Charmes, dans les gated communities contemporaines, « l’association entre richesse et fermeture se révèle très discutable ». Aux-États-Unis, une enquête statistique menée à l’échelle nationale a conclu que les pauvres seraient désormais légèrement plus concernés que les riches par les quartiers fermés. Même les ensembles de logements sociaux sont désormais concernés par les opérations de clôture et de sécurisation des espaces collectifs [Sanchez, Lang & Dhavale 2005, cités par Charmes 2011].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Distribution des dyades selon l’écart entre les deux États en termes de RNB par habitant en 2019 (en dollars)
Crédits Source : Banque mondiale, 2020
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/8979/img-1.png
Fichier image/png, 34k
Titre Figure 2 – Barrières frontalières construites - RNB par habitant (en 2019) de l’État constructeur et rapport entre les RNB par hab. de l’État constructeur et de l’État limitrophe
Crédits Source : Banque mondiale (RNB par hab.) et base de données constituée par S. Rosière (barrières frontalières et longueurs) – conception et réalisation S. Piantoni – 2020 – EA 2076 – Habiter, Reims
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/8979/img-2.png
Fichier image/png, 276k
Titre Figure 3 – Planisphère des dyades avec barrières dans leur contexte socio-économique
Crédits Sources : Auteurs (liste des barrières frontalières) – Banque Mondiale (RNB par habitant en 2019 – Méthode Atlas) - 2021
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/8979/img-3.png
Fichier image/png, 281k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Piantoni et Stéphane Rosière, « La dimension socio-économique des barrières frontalières »Bulletin de l’association de géographes français, 99-1 | 2022, 31-52.

Référence électronique

Sébastien Piantoni et Stéphane Rosière, « La dimension socio-économique des barrières frontalières »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 99-1 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/bagf/8979 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.8979

Haut de page

Auteurs

Sébastien Piantoni

Ingénieur d’études, laboratoire Habiter, Université de Reims Champagne-Ardenne – Courriel : sebastien.piantoni[at]univ-reims.fr

Stéphane Rosière

Professeur, laboratoire Habiter, Université de Reims Champagne-Ardenne – Courriel : stephane.rosiere[at]univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search