Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99-1Géohistoire des frontières sahari...

Géohistoire des frontières sahariennes. L’héritage nomade enseveli sous les murs de sable

A Geohistory of saharan borders. The nomadic heritage buried under the sand walls
Laurent Gagnol
p. 53-75

Résumés

À partir du cas exemplaire des frontières au Sahara central qui séparent les États du Sahel aux États du Maghreb, cette analyse montre le renforcement d’une conception sécuritaire de la frontière qui se généralise aujourd’hui à ces régions de confins souvent considérées comme des « zones grises » aux frontières poreuses. En mettant en lumière un phénomène peu ou pas documenté et révélé par l’imagerie satellitaire – les constructions de murs de sable aux frontières – nous montrerons que le plus vaste désert au monde n’est pas ou n’est plus cet espace lisse et sans bornes de l’imaginaire occidental. Plus largement, à partir d’une approche géohistorique de longue durée, sont mises en évidence l’imbrication et l’évolution de trois régimes frontaliers successifs : un régime précolonial sous domination du nomadisme caravanier touareg et structuré à partir des puits-frontières ; un régime colonial et post-colonial imposant une conception westphalienne de la frontière ; et le régime sécuritaire contemporain qui participe au cloisonnement du Sahara par des murs de sable.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 En Afrique, selon Michel Foucher [2014], 70% de leur longueur ont été tracées entre 1885 et 1909. E (...)
  • 2 Gilles Sautter [1982] note qu’en moyenne l’Afrique compte un kilomètre de frontières pour 409 km² d (...)

1Le cas du Sahara parait symptomatique de mythes [Foucher 2014] ou d’idées reçues [Courade 2006] qui perdurent à propos des frontières africaines. La mise en place de la plupart d’entre elles relève d’un coup de force géopolitique puisqu’elles ont été majoritairement imposées par un pouvoir exogène. Elles résultent notamment du « partage colonial » [Pourtier 1986], dans un pas de temps court au tournant du XIXe et du XXe siècles1. On a pu en déduire hâtivement qu’elles sont artificielles, c’est-à-dire que leurs tracés ont été soit approximatifs et absurdes, soit machiavéliques (suivant le fameux principe divide et impera). Balkanisant2 l’Afrique, elles porteraient en germe les sources de mal-développement et de conflits, notamment ethniques.

  • 3 Après avoir examiné différents critères de tracés, par boutade, Sautter affirme que pour le contine (...)
  • 4 En ce sens, parmi les trois grands groupes nomades sahariens, les Toubous et les Touaregs, partagés (...)

2En géographie, le débat sur les frontières artificielles apparaît comme mal posé. Puisque toute frontière est conventionnelle et s’il est impropre d’évoquer en soi des frontières naturelles, alors il est tout autant erroné d’en qualifier certaines d’artificielles3. C’est pourquoi « la plupart des auteurs qui ont recours au concept de « frontière artificielle » ne sont pas géographes » [Gonon & Lasserre 2003]. L’explication des maux de l’Afrique par le rôle néfaste du tracé des frontières a depuis longtemps été remise en cause. Tel qu’il est parfois envisagé dans l’histoire coloniale de l’Afrique [Lefebvre 2011], ce débat a d’ailleurs tendance à confondre ce récit attendu de l’artificialité des frontières avec une réflexion critique des géographes sur les critères de découpage de l’espace et sur les effets de l’horogénèse [Foucher 1986], séparant des milieux, des lieux et des groupes sociaux complémentaires voire interdépendants4. De ce point de vue, il existe sans doute de mauvais ou de meilleurs tracés, selon qu’ils sont imposés arbitrairement par un « vainqueur » et donc susceptibles d’être l’objet de conflits ultérieurs ou selon qu’ils sont apaisés car négociés et reconnus puis appropriés par les parties prenantes. En définitive, le temps faisant son œuvre, il en résulte qu’« il n’y a pas de problèmes de frontières, il n’est que des problèmes de nations » selon la formule célèbre de Jacques Ancel [1938, p. 196].

  • 5 Après tout, a-t-on déjà dénoncé la grille territoriale géométrique nord-américaine [Corboz 2003] ai (...)
  • 6 Pour une approche similaire à la nôtre, fondée sur des enquêtes orales sur le terrain et sensible a (...)

3Comme l’affirme Marc Côte [2014, p. 102], « le problème n’est pas le caractère rectiligne des tracés, c’est qu’il y ait frontière »5. Dans cet article, nous partirons de l’idée que l’enjeu épistémologique et géopolitique principal n’est plus vraiment de déterminer quel est le meilleur tracé puisque les élites africaines se sont approprié les frontières coloniales depuis la période des indépendances et ont œuvré en ce sens vis-à-vis de la population [Cornevin 1981, Bennafla 2002, Bouquet 2003, Mbembé 2005, Foucher, 2014]. Ce faisant, sauf exceptions que nous évoquerons, les conflits frontaliers entre les États ont été évités mais pas les tensions internes, notamment dans les régions périphériques. L’enjeu principal revient alors à interroger les tensions générées par l’imposition d’un ordre frontalier spécifique dit westphalien [Gagnol 2017]. Plus largement, si l’on inscrit la réflexion dans la longue durée, il s’agit d’envisager les régimes frontaliers qui se sont succédés, c’est-à-dire les conceptions et les pratiques de la frontière par les habitants, ainsi que les imbrications et les changements de forme et de fonction assignés aux frontières par les pouvoirs qui les mettent en place6. Notre approche géohistorique propose ainsi de mettre en lumière les différents régimes frontaliers et leurs héritages au Sahara. En ajoutant l’utilisation des images satellites, nous avons suivi les conseils méthodologiques de Gilles Sautter : « le géographe que je suis se sent irrésistiblement poussé à revenir à la carte, pour une sorte de réexamen du tracé et de la signification même des frontières » [Sautter 1982, p. 378]. Après avoir proposé une reconstitution des frontières nomades précoloniales articulées autour de points d’eau, puis montré l’imposition d’un nouvel ordre frontalier à l’époque coloniale, nous mettrons en lumière le durcissement actuel des frontières qui compartimentent ce vaste espace désertique. Quasiment absent de la littérature scientifique et des médias, ce phénomène est observable grâce à l’analyse des images satellites. Ces dernières apportent des données d’observations inédites sur lesquelles reposent les trois cartes réalisées pour cette étude. Cet article débute en exposant l’exemple d’une portion de la frontière algéro-malienne qui est révélateur des enjeux géohistoriques et géopolitiques actuels. Il a servi de fil directeur pour analyser les trois régimes frontaliers qui se sont succédés au Sahara.

1. Tin Zaouatine : mur de sable et barbelés au désert

  • 7 Curieusement, cette anomalie n’a pas retenu l’attention. Par exemple, Pierre Boilley [1999 & 2019], (...)

4Les frontières sahariennes sont un bon exemple de limites internationales tracées au cordeau lors de la période coloniale. Leur aspect géométrique apparaît distinctement sur les cartes puisqu’elles suivent une ligne astronomique – parallèle ou méridien – ou une direction oblique entre deux points sur des centaines de kilomètres. Cependant, ce tracé géométrique comprend une anomalie7 : la ligne frontalière entre l’Algérie et le Mali comporte en effet plusieurs centaines de kilomètres au profil sinueux. Elle prend appui sur un support oro-hydrographique, un oued ou une limite de bassin-versant, dans le massif de l’Adagh. Cas particulier au Sahara, il pourrait n’être qu’anecdotique. Il paraît au contraire révélateur de l’évolution de la conception et de la pratique des frontières sahariennes et des tensions actuelles liées à ces différents héritages.

  • 8 Sur de nombreuses cartes, l’extrême-sud algérien apparait comme faisant partie du Sahel : ce qui es (...)
  • 9 En Algérie, regroupement de plusieurs communes et subdivision de la wilaya.

5Située sur cette portion indentée de la frontière algéro-malienne, Tin Zaouatine (Tin-Żawatan) est une petite ville du Sahara central8. Distante de 550 kilomètres du centre urbain de Tamanrasset et à plus de 2500 d’Alger, elle est la ville la plus méridionale de l’Algérie. Particulièrement isolée et marginalisée, elle est la seule daïra9 non reliée au reste du pays par une route bitumée. Tin Zaouatine est l’exemple même des « zones d’ombre » du territoire algérien, selon l’expression, consacrée par le pouvoir et la presse, qui désigne les quartiers et les régions périphériques sous-équipés et sous-développés. Elle est établie au bord d’un oued d’une cinquantaine de mètres de largeur, dont le lit marque la frontière avec le Mali. Sur la rive opposée existe d’ailleurs une localité portant le même nom ou parfois dénommée Ikhrubayan (littéralement « les dévastations »), habitée majoritairement par les mêmes populations, des Touaregs Ifoghas. Quoique sous le contrôle de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA, coalition de groupes armés rebelles à l’État central malien), elle est suspectée d’abriter des membres du GSIM (coalition de groupes armés djihadistes). Les deux Tin Zaouatine représentent des villes jumelles transfrontalières dissymétriques, qui ne sont pas un cas unique au Sahara (Fig. 4). Les déplacements et les échanges transfrontaliers y sont donc incessants.

  • 10 Il s’agit du mouvement populaire de contestation politique en Algérie qui a démarré au début de 201 (...)
  • 11 Le wali (préfet) de Tamanrasset a annoncé dans la presse la libération des prisonniers et l’intégra (...)

6En mai 2020, sans aucune concertation ni même annonce préalable, l’armée nationale algérienne a posé des fils de fer barbelé entre les premières habitations de la ville et le bord de l’oued, afin d’interdire tout franchissement de la frontière, y compris pour les piétons [Farrah 2020a]. La portée politique et symbolique du barbelé [Razac 2009] est d’autant plus frappante lorsqu’il est installé dans un milieu désertique ouvert et immense, en partie pastoral et nomade. Dessinée sur les cartes mais quasiment absente dans le paysage et surtout dans la pratique des populations, la frontière est devenue une barrière étanche. Du jour au lendemain, les habitants de la ville ont été brusquement privés d’une grande partie de leurs moyens d’existence : de terrains de parcours pour leur bétail, de l’accès à des jardins, à l’approvisionnement en eau dans les puits pour le bétail, ainsi qu’à la possibilité de commercer et de rendre visite à des membres de leur famille. Certains élus et notables, qui avaient déjà alerté de la situation particulière dont souffre Tin Zaouatine, ont adressé leurs protestations à l’administration régionale et centrale qui restèrent sans effet [El Watan, 16/02/2020]. Les populations locales ont alors exprimé leur opposition et leur colère. Le 15 juin 2020, de jeunes manifestants ont ainsi démantelé le dispositif « anti-intrusion », composé de piquets d’acier surmontés de rouleaux de fil barbelé « concertina » à lames rasoirs. À la suite des affrontements entre les manifestants et les gardes-frontières et le groupe anti-émeute de la gendarmerie, plusieurs personnes ont été grièvement blessées par balles et un jeune de moins d’une vingtaine d’années a été tué, Ayoub ag Adji, devenu martyr du hirak10 par le biais d’images et de commentaires de soutien qui circulent sur les réseaux sociaux. Un communiqué du ministère de la défense a rejeté la responsabilité des tirs, affirmant qu’ils provenaient de l’autre côté de la frontière et qu’ils seraient le fait de « personnes connues par leurs activités suspectes dans la contrebande et le crime organisé » cherchant à « déstabiliser la région » au profit de « parties hostiles ». Face à la détermination locale et à la mobilisation nationale, l’armée a fini par retirer les barbelés et ouvrir plusieurs points de passage contrôlé11.

7De lieu d’échange, Tin Zaouatine est devenu un cul-de-sac. Cet exemple est significatif du parachèvement d’un dispositif sécuritaire frontalier de très grande ampleur. Il s’agit de la construction planifiée d’un « mur de protection » ou « de sécurisation » qui court de façon discontinue tout au long des 6500 kilomètres des frontières nationales algériennes [Carayol & Gagnol 2021]. Les barbelés de Tin Zaouatine n’ont fait que renforcer la protection procurée par un mur de sable qui a été construit progressivement et de façon discrète par l’armée. Dans les parties sahariennes du pays, son érection aurait été décidée à la suite de l’attaque terroriste du complexe gazier près d’In Amenas en janvier 2013 et il serait sous la surveillance de plus de 50 000 militaires [Benantar 2016, Farrah 2020b]. Il a surtout été construit à partir de 2015 à la frontière libyenne, puis les années suivantes avec celles du Niger, du Mali et de la Mauritanie. Il consiste en un remblai de sable de 2 à 5 mètres de hauteur [Farrah 2020b], réalisé au bulldozer, avec une piste ou une route goudronnée parallèle rejoignant des bases militaires distantes de quelques dizaines de kilomètres. Par ailleurs, les images satellites montrent qu’il est discontinu et disparaît là où il est rendu inutile lorsque les massifs montagneux et dunaires (ergs), et les rebords de plateaux (hamadas), empêchent les véhicules motorisés de passer. Comme tout « mur », il n’est pas totalement étanche et n’empêche pas les passages clandestins, notamment nocturnes et piétons. Haut fait digne d’être vanté, son franchissement est périlleux : il est précisément surnommé tshinbaragen par les Touaregs, terme associant le soulagement et la fanfaronnade.

  • 12 À Djanet en 2018 ou encore à Tin Zaouatine le 03/03/2020, lorsque des patrouilles militaires ont ab (...)

8La construction de ce mur de sable a eu des effets très importants pour les conditions d’existence des populations des confins frontaliers qui vivaient et tentent encore de vivre des circulations transsahariennes et notamment d’une économie de contrebande vers le Mali et le Niger. Bien connue des militaires, qui en profitent par le biais de bakchichs, et documentée par les chercheurs [McDougall & Scheele 2012], elle porte avant tout sur des produits de base subventionnés par l’État algérien (semoule, sucre, pâtes, huile, petits matériel électroniques, essence…). Largement tolérée localement, elle s’est accompagnée puis a été assimilée progressivement aux trafics – de drogue, d’armes, de migrants – et au crime organisé voire au terrorisme. Depuis les conflits en Libye (2011) et au Mali (2012), ce commerce informel a fait l’objet d’une criminalisation progressive et il est devenu de plus en plus difficile et dangereux avec la fermeture et la surveillance accrue de la frontière. Des protestations et des manifestations avaient certes déjà eu lieu mais sont restées peu audibles12 jusqu’à l’incident de 2020 à Tin Zaouatine. Le durcissement du régime de la frontière s’est donc matérialisé par le mur de sable, lequel remplit une fonction de barrière et non plus seulement de séparation. Enfin, ajoutons un fait supplémentaire : sur la rive malienne de l’oued de Tin Zaouatine s’est constitué récemment un vaste camp d’orpailleurs où est traité le minerai aurifère extrait à proximité et qui est observable sur les images satellites récentes. Si les habitants se sont révoltés contre les barbelés, c’est qu’ils perdaient l’accès aux mines d’or. Le mur de sable algérien a aussi pour objectif tacite d’interdire les incursions clandestines d’orpailleurs sur son territoire depuis les pays voisins.

9En prenant toujours l’exemple de la zone frontalière de Tin Zaouatine comme fil directeur, nous allons montrer l’imbrication et l’évolution des conceptions et pratiques dominantes de la frontière au Sahara.

2. Quel héritage colonial des frontières des nomades ?

10Depuis les expéditions de Heinrich Barth (1850-1855), l’on sait que la géographie politique du Sahel précolonial se structurait autour de noyaux de peuplement coïncidant avec « des entités fortes sur le plan ethno-culturel, et des formes d’organisation politique anciennes d’une certaine ampleur » [Sautter 1982, pp. 382-383]. Elles étaient séparées les unes des autres par « des périphéries beaucoup plus souplement reliées au pouvoir central » puis des « espaces tampons, aux allégeances fluides et parfois vides de population », tandis que « les enclaves et les exclaves étaient monnaie courante » [Sautter op. cit.]. Cette analyse des frontières précoloniales comme « marche », « espace tampon », « frontière-zone » a été maintes fois reprises en géographie, en anthropologie et en histoire de l’Afrique [Gallais 1982, Kopytoff 1987, Coquery-Vidrovitch 2012]. Ces dernières années, certains historiens du Sahel, cherchant à revisiter l’histoire du point de vue des acteurs locaux et à réhabiliter la puissance des anciennes organisations politiques, en viennent à faire l’hypothèse que la conception et la pratique des frontières précoloniales peuvent être assimilées à celles des États westphaliens modernes. Par exemple, la frontière septentrionale de l’Empire du Bornou a pu être décrite comme s’appuyant sur le cours de la Komadougou Yobe [Hiribarren 2010] ou être localisée sur le plateau du Mangueni, justifiant l’ancienneté de la frontière actuelle entre la Libye et le Niger [Lefebvre 2004, 2015], soit un tracé divergeant de plus de 1000 km. Cette frontière a évidemment évolué dans l’histoire, mais, selon nous, elle est surtout irréductible à une ligne et au principe de souveraineté territoriale.

11Afin de confirmer cette hypothèse, nous avons conduit un travail de reconstitution des frontières précoloniales touarègues au Sahara et Sahel central. Attentif aux conceptions et aux pratiques nomades de la frontière, il se fonde sur la tradition orale recueillie chez les Touaregs Kel Ewey du nord du Niger [Gagnol 2009], recoupée avec la documentation disponible. Il s’appuie notamment sur une relecture des récits d’explorateurs européens et de leurs cartes, en particulier d’Heinrich Barth et d’Henri Duveyrier au milieu du XIXe siècle et des premiers militaires ayant fait la conquête du Sahara [Pandolfi 2018]. Cette analyse met en lumière une conception de la frontière et du territoire que l’on peut qualifier de nomade, malaisée à figurer cartographiquement. La première carte réalisée (Fig. 1) représente le pays contrôlé et/ou fréquenté par les Touaregs à l’époque précoloniale (XIXe siècle), comprenant ce qu’on pourrait appeler des puits-frontières.

Figure 1 – L’espace politique et économique touareg au XIXe siècle : un régime frontalier nomade

Figure 1 – L’espace politique et économique touareg au XIXe siècle : un régime frontalier nomade

12Source : L. Gagnol, 2021 . Sources Barth (1857-58), Duveyrier(1864) et tradition orale (Gagnol, 2019)

13Les historiens qui se sont intéressés à la création des frontières coloniales saharo-sahéliennes [Lefebvre 2015, Boilley 2019], en ont conclu que leurs tracés reprennent très exactement ceux des frontières précoloniales internes au monde touareg, séparant des organisations socio-politiques appelées confédérations depuis Duveyrier [Duveyrier 1864]. Ainsi, la frontière entre l’Algérie et le Niger correspond à celle entre les Touaregs Kel Ajjer et les Kel Aïr, celle entre l’Algérie et le Mali à celle entre les Kel Ahaggar et les Kel Tadamakkat, enfin celle entre le Mali et le Niger à celle séparant les Iwellemmedan de l’ouest et de l’est (Fig. 1 & 2). Le tracé frontalier colonial n’est donc pas du tout absurde. Il serait au contraire en (relative) adéquation avec les limites précoloniales préexistantes. À l’instar de l’indirect rule de la colonisation anglaise au Nigeria, il s’agit d’une approche pragmatique du pouvoir colonial : avant la découverte du pétrole, le Sahara est avant tout considéré comme un espace de jonction des colonies qu’il convient d’« apprivoiser », c’est-à-dire de pacifier et de surveiller. Sans réel intérêt économique, son administration doit être la moins coûteuse possible en s’appuyant sur l’organisation territoriale et politique existante. Elle a donc été envisagée selon une approche essentiellement sécuritaire, sans grande volonté de « moderniser » et de transformer les populations nomades. L’administration coloniale des « zones nomades » resta donc sans assise territoriale, sous commandement militaire, mais aussi indirecte par le biais de la nomination et de la surveillance des « chefs traditionnels », qui eux-mêmes sont responsables des membres de leurs tribus et de la collecte de l’impôt. Si l’ordre colonial a bouleversé les sociétés pastorales et caravanières, les frontières et les limites administratives sont restées avant tout des tracés sur les cartes et n’ont pas eu beaucoup de conséquences directes sur la vie nomade [Gagnol 2017], même si ce constat est à nuancer fortement au nord du Mali [Grémont 2009].

Figure 2 – Croquis schématique représentant le Territoire militaire du Niger

Figure 2 – Croquis schématique représentant le Territoire militaire du Niger

Source : sans auteur, 1904, Archives nationales d’outre-mer

14Une première objection est à apporter quant à cette concordance entre les tracés des frontières précoloniales et coloniales : la limite entre l’Algérie et la Libye ne correspond pas à l’ancienne frontière confédérale entre Kel Ajjer et Kel Ahaggar (Fig. 1). Après avoir été alliés avec la France, les Kel Ajjer sont entrés en dissidence en se retirant vers la Libye actuelle, sous souveraineté ottomane. Le titre de confédération leur a été retiré par le pouvoir français et leur territoire coupé en deux par la frontière. Acté plus tard, le tracé de la frontière actuelle relève d’un rapport de force momentanée entre l’Empire français et l’Empire ottoman qui a été figé par son inscription sur la carte. De manière générale, la plupart des frontières inter-impériales sont beaucoup plus contingentes que les frontières intra-impériales.

  • 13 À l’inverse de notre analyse, P. Boilley [2019 : 7] conclut un article récent sur le nord-Mali en a (...)
  • 14 Au cours de ses missions de ses reconnaissances, Laperrine, commandant militaire du Territoire des (...)
  • 15 Le Père De Foucauld et de nombreux militaires par la suite noteront que les Touaregs le considèrent (...)
  • 16 Les intérêts de Laperrine étaient parfaitement accordés à ceux de Musa ag Amestan, Aménokal des Kel (...)

15La frontière indentée entre l’Algérie et le Mali autour de Tin Zaouatine contredit également cette concordance. S’appuyant sur un support oro-hydrographique, elle ne passe pas par l’ancienne frontière précoloniale entre les Kel Ahaggar et les Kel Tadamakkat, en particulier les Ifoghas de l’Adagh (Fig. 1 & 2)13. L’origine du tracé de la frontière remonte à la fameuse et houleuse rencontre de Timiaouine (Tin-Myawin) lorsqu’en avril 1904 deux armées coloniales françaises ont évité de peu d’en venir aux armes. Cet incident bien connu [Boilley 1999, Blais 2014, Garnier 2018] correspond à la première jonction saharienne opérée par une mission du gouvernement d’Algérie et une mission de l’Afrique-Occidentale Française (A.O.F.), qui chacune avait pour objectif de reconnaitre ces zones de confins encore non cartographiées afin de délimiter les colonies. Après un échange tendu, interdiction a été faite à la troupe venue d’Algérie de poursuivre sa mission en A.O.F. Son commandant, Laperrine, a réussi plus tard à laver l’affront de Timiaouine en faisant valoir ses ambitions territoriales lors des conventions de Niamey de 1905 puis de 1909 (Fig. 3). Il a convaincu le gouverneur de l’A.O.F. de délimiter la frontière plus au sud du puits de Timiaouine, l’intégrant de ce fait au territoire algérien14. Telle qu’on peut aujourd’hui la reconstruire (Fig. 1), la frontière précoloniale était sans doute marquée par le puits-frontière de Timissao (Tin-Messaw), qui signifie littéralement « celle du maître, seigneur », considéré par les Touaregs de l’Ahaggar et de l’Adagh comme le puits le plus important entre ces deux régions et le principal relais des caravanes traversant ce vaste espace désertique (tanezruft) qui les sépare15. Par ce tour de force du pouvoir colonial d’Algérie, la frontière a été repoussée à plus de 200 kilomètres au sud-ouest16 de Tin-Messaw et au sud des puits de Tin-Myawin et Tin-Żawaten.

Figure 3 – Carte retouchée de la frontière entre l’Algérie et l’AOF

Figure 3 – Carte retouchée de la frontière entre l’Algérie et l’AOF

La proposition de Laperrine qui a été retenue correspond au tracé du milieu.

Source : Laperrine, 1904, Archives nationales d’outre-mer, publiée par H. Blais, 2012, p. 212

16Ce tracé singulier qui passe à travers la région montagneuse de l’Adagh n’a pas eu d’effets sur le moment et pendant plus d’un siècle, jusqu’à la fermeture de la frontière par l’armée algérienne. Faisant figure d’anomalie au Sahara, ce tracé est d’autant plus ressenti comme arbitraire localement qu’il se situe dans une zone pastorale parcourue par les nomades et non pas dans un espace-tampon désertique inhabité comme c’est le cas ailleurs. Pour expliquer à la fois l’intérêt épistémologique de cette anomalie et ses effets de pouvoir actuels, il convient de mieux cerner la logique nomade de fonctionnement des frontières précoloniales. Au-delà du seul tracé, on se rend compte que la forme et la fonction des frontières précoloniales sont irréductibles à la conception westphalienne de la frontière.

17Au Sahara central, les frontières précoloniales passaient par des puits permanents structurant les axes caravaniers méridiens transsahariens (Fig. 1). L’explorateur Barth [1857-58] a observé que le point d’eau qu’il nomme Assiou (Asyu, Ésewi ?) était utilisé en tant que bien commun par deux confédérations touarègues dont il marquait la frontière. Lors de son passage, sept puisards proches étaient utilisés. Les Kel Ajjer et les Kel Aïr avaient chacun les leurs, sans doute situés du côté de leurs territoires respectifs. Ce point d’eau en situation de frontière a pu être analysé comme une frontière de type étatique [Lefebvre 2015, Boilley 2019], en l’occurrence en tant que limite septentrionale d’exercice du pouvoir du Sultan de l’Aïr, dont le siège est la ville d’Agadez au Niger. Or, cette hypothèse ignore la conception et la pratique des frontières du point de vue des nomades. À l’instar des puits actuels où chaque tribu touarègue, ayant des droits d’accès reconnus, a son propre côté de la margelle et sa poulie orientés vers son territoire d’attache, ces anciens puits-frontières étaient également en position jointive de territoires nomades, jamais au centre et appropriés au profit d’un seul. La conception nomade des frontières ne correspond pas à une ligne de démarcation qui sépare deux entités politiques mais à des lieux stratégiques en position de carrefour de pistes caravanières, en-deçà et au-delà desquels s’exercent des pouvoirs nomades segmentaires, depuis la fraction de tribu jusqu’à la confédération. Cette frontière est donc loin de se réduire à une limite – linéaire – de souveraineté – centralisée – de type westphalien. De même que pour l’accès aux puits, aucun pouvoir centralisé ne contrôle l’intégralité d’une piste caravanière transsaharienne qui relève d’une multiplicité de pouvoirs exigeant un tribut sur les voyageurs en échange de protection et de guidage. Ces puits-frontières étaient situés dans les no-man’s lands inhabitables et péniblement franchissables, appelés tanezruft ou ténéré en langue touarègue. Rendant possibles les circulations et les échanges à l’échelle transsaharienne, leur existence était primordiale. Ils ne devaient jamais tomber sous la coupe d’un pouvoir unique susceptible d’en interdire l’accès. C’est aussi le cas de nombreuses salines, comme celles d’Amadghor marquant, selon Duveyrier [Duveyrier 1864], la frontière entre les Kel Ahaggar et les Kel Ajjer (Fig. 1) et même de nombreux marchés et par extension de villes [Gagnol & Adamou 2022], autrement dit des plus importants lieux fixes et stratégiques : tout emplacement sédentaire est ainsi en situation frontalière et jointive chez les Touaregs et n’est jamais considéré comme un centre, dans l’espace et en terme de pouvoir [Gagnol 2009]. On peut donc évoquer un régime frontalier nomade spécifique marqué par des lieux liminaires, notamment les puits-frontières.

18Le pouvoir colonial n’a pas pris en compte ni même pu concevoir ce régime nomade de la frontière. Il a de fait opéré un renversement de l’ordre spatial. Les villes sont devenues les sièges de l’exercice centralisé du pouvoir. Les zones tampons inhabitées séparant les pouvoirs nomades et structurées par des points d’eau partagés (logique de condominium) ont été remplacées par des tracés linéaires. Selon une logique d’exclusivité, les conventions frontalières coloniales ont ainsi attribué ces puits-frontières à un seul territoire (par exemple Assiou à l’Algérie et In Azawa à l’A.O.F., Fig. 1 & 2). Affirmer que les frontières précoloniales et coloniales se superposent au Sahara central est donc inexact, tant sur le plan de la fonction, de la pratique et de la forme de la frontière, de même que dans son tracé précis.

Figure 4 – Le Sahara colonial et post-colonial (XXe & début XXIe siècles) : la mise en place d’un régime frontalier westphalien

Figure 4 – Le Sahara colonial et post-colonial (XXe & début XXIe siècles) : la mise en place d’un régime frontalier westphalien

19La deuxième carte réalisée (Fig. 4) montre le régime frontalier westphalien tel qu’il est instauré à partir de l’époque coloniale jusqu’au début de la deuxième décennie des années 2000. À la suite des indépendances africaines, les frontières coloniales ont en effet été « gelées » : l’intangibilité des frontières issues de la colonisation a été érigée en principe reconnu par les États africains indépendants à la suite de la déclaration du Caire de 1964 sous l’égide de l’Union des États Africains, l’ancêtre de l’Union Africaine actuelle. La construction des nouveaux États-nations a consolidé la conception westphalienne des frontières. Pour autant, celles-ci sont restées relativement poreuses : elles sont certes tracées sur les cartes mais sont absentes dans le paysage, tandis que leurs démarcations ont été progressives. Les frontières n’ont eu que peu d’effets en elles-mêmes sur la vie des populations, leurs circulations et les échanges. Par exemple, des populations touarègues ont migré du Niger et surtout de l’Adagh malien vers l’Algérie et la Libye au moment des sécheresses et des différentes rébellions.

  • 17 J.-L. Triaud [2000] n’y voit qu’une application de l’idée de frontière naturelle par l’explorateur (...)

20Pour rappel, au Sahara, les principales exceptions au respect du principe d’intangibilité des frontières [Grégoire 2018] sont liées aux velléités expansionnistes du colonel Kadhafi, chantre de l’unité arabe puis africaine. La Libye a occupé une partie du nord du Tchad, notamment la bande d’Aouzou, mais aussi le triangle de Toummo au Niger. D’ailleurs, depuis cette époque, comme les images satellites le montrent, la Libye a annexé de facto la source de Toummo et construit une base militaire en territoire nigérien alors que Toummo était jusqu’alors le seul exemple de point d’eau frontalier précolonial17 qui soit resté positionné exactement sur une ligne frontalière coloniale, ici inter-impériale. Autre exception, les rébellions touarègues au Niger et surtout au Mali ont contesté régulièrement ces États, tandis qu’en 2012 a été revendiquée l’indépendance de l’Azawad, correspondant au Nord-Mali. On ne revient pas non plus sur le cas du triangle de Hala’ib et de la curieuse région sans souveraineté du Bir Tawil, ni sur le Sahara occidental que l’on peut interpréter comme une décolonisation non aboutie car ne respectant pas le principe d’intangibilité des frontières issues de la colonisation, que le Maroc a contesté, et le droit à l’auto-détermination des peuples. Insistons seulement sur le fait que la solution trouvée par l’État marocain pour geler le conflit et pérenniser la situation qui joue en sa faveur, a été la création du « mur des sables ». Comme le montre la multiplication des murs de sable aujourd’hui, on peut affirmer maintenant qu’il s’agit du modèle précurseur du régime frontalier sécuritaire actuel.

3. L’ensevelissement des frontières des nomades sous les murs de sable : l’actuel régime sécuritaire des frontières

21Depuis une dizaine d’années, et notamment la chute du régime de Kadhafi en 2011 et la guerre civile qui a suivi, puis la crise malienne, on a assisté à un durcissement généralisé des frontières sahariennes, c’est-à-dire à leur marquage dans le paysage et à l’assignation d’une nouvelle fonction, celle de barrière étanche. Le rôle d’acteurs externes est parfois prépondérant : l’UE et la France notamment appuie ce processus à travers différents programmes de coopération avec le Sahel, notamment le Niger [Ahmet Tchilouta, 2022]. Cette approche sécuritaire est orientée vers la lutte contre les circulations transsahariennes clandestines qui sont caractérisées par trois « menaces » – celles des migrants subsahariens, des trafiquants et des groupes djihadistes terroristes – auxquelles il convient d’ajouter aujourd’hui celle des orpailleurs. Sans revenir à tous ces enjeux géopolitiques, la troisième carte réalisée à partir de l’imagerie satellitaire et d’enquêtes sur le terrain (Fig. 5), montre l’ampleur de deux dynamiques spatiales peu ou pas documentées : la ruée vers l’or saharienne et la construction de murs de sable qui participent au cloisonnement du plus vaste désert au monde qui n’est pas ou plus cet espace lisse et sans bornes de l’imaginaire occidental.

Figure 5 – La mise en place d’un régime frontalier sécuritaire : vers un cloisonnement du Sahara

Figure 5 – La mise en place d’un régime frontalier sécuritaire : vers un cloisonnement du Sahara

22En dehors du contexte actuel de crise pandémique mondiale, en raison notamment des conflits armés (Mali, Libye, Sahara occidental), la plupart des frontières sahariennes sont officiellement fermées. Sur une longueur d’une dizaine de milliers de kilomètres, il n’existe qu’une dizaine de points de passage frontaliers. La plupart des dyades ne comportent qu’un poste frontalier, exception faite de la frontière égypto-soudanaise. Surtout, le durcissement du régime frontalier se matérialise par la construction de murs de sable qui ont pour but d’interdire tout passage clandestin de la frontière [Carayol & Gagnol 2021]. Le modèle précurseur et de référence implicite, semble être celui du Sahara occidental. Il s’agit du plus long et un des plus anciens dispositifs de sécurité à la frontière au monde [Rosière 2020]. En perpétuelle consolidation et doté d’équipements électroniques, il est aussi régulièrement prolongé [Bennafla 2013]. En novembre 2020, à la suite d’échauffourées avec le Front Polisario autour du point de passage frontalier de Guerguerat (Fig. 5), l’armée marocaine a construit deux nouvelles extensions du mur de sable, de quatorze kilomètres au plus près de la frontière avec la Mauritanie et d’une cinquantaine de kilomètres à proximité immédiate de la frontière avec l’Algérie. Si ce n’est quelques tronçons au relief accusé, l’intégralité du territoire algérien est aujourd’hui ceinturée par des levées de sable, des tranchées, des clôtures et/ou des barbelés. C’est aussi le cas pour plusieurs centaines de kilomètres de frontières de l’Égypte et de la Tunisie. L’Égypte a construit des clôtures face à Israël et à Gaza, mais aussi un mur de sable face à la Libye jusqu’aux environs de l’oasis de Siwa et face au Soudan dans le triangle de Hala’ib. La Tunisie a également érigé une tranchée et un mur de sable à sa frontière avec la Libye (jusqu’au poste frontalier de Dehiba). Comme l’Égypte, elle bénéficie de l’appui des États-Unis pour doter son dispositif frontalier d’équipements de surveillance électronique.

23Au-delà des raisons sécuritaires, la création des murs de sable repose aussi sur la volonté d’empêcher les incursions des chercheurs d’or. Par exemple, depuis le grand site minier de Tchibarakaten au Niger qui se situe à proximité immédiate de la frontière avec l’Algérie, les orpailleurs partaient de nuit creuser quelques jours en Algérie avant de retourner avec les sacs de minerai aurifère. Tous les autres États d’Afrique du nord subissent le même phénomène tandis que les orpailleurs et surtout les commerçants et acheteurs d’or maghrébins sont présents dans les sites miniers et les villes saharo-sahéliennes. Grâce à l’analyse des images satellites récente à haute résolution, la carte (Fig. 5) montre la localisation actuelle des zones de prospection et des sites d’exploitation de l’or au Sahara. Ils sont souvent situés dans les régions frontalières. Par exemple, alors qu’il reste peu documenté [Tubiana & Gramizzi 2017] et même presque totalement ignoré comme enjeu du conflit libyen, l’orpaillage a pris une ampleur considérable à la fois au nord du Tchad, aux alentours de Miski et de Zouar au Tibesti, dans les confins tchadiens et libyens, autour de Kouri Bougoudi, et au sud de la Libye jusqu’au Jebel Uweynat près des frontières soudanaises et égyptiennes. Il en est de même au nord du Mali.

24Enfin, comme le révèlent encore une fois les images satellites, en plus des bases militaires et des enclaves industrielles et minières, les camps de réfugiés du Front Polisario à proximité de Tindouf en Algérie mais aussi certaines villes – avec leurs aéroports et souvent proches des frontières – sont désormais clôturées ou plus précisément emmurées comme Koufra et Syrte (Libye), In Guezzam, Bordj Badji Mokhtar et Tindouf (Algérie), Gao, Aguelhok, Kidal, In Khalil (Mali), Nouadhibou et Zouérate (Mauritanie). Plus au sud, la capitale du Tchad, N’Djamena, est cernée par une tranchée d’une quarantaine de kilomètres et de trois mètres de profondeur. Réalisée en 2008 à la suite de l’attaque d’une colonne rebelle qui a manqué de peu de renverser l’ex-président Idriss Déby, elle a pour objectif de protéger la capitale en limitant ses accès. Alors qu’elle s’est lentement comblée, la presse a annoncé début septembre 2021 que le gouvernement dirigé par le fils du défunt président a entamé la reprise du creusement de la tranchée dans un quartier à l’ouest de la ville. Ces enceintes de sable et tranchées autour des villes ont pu être érigées par l’armée nationale en Algérie, en Mauritanie et en Libye, des forces d’interposition onusienne comme la Minusma à Aguelhok au Mali ou des groupes armés dans les pays en conflit en Libye et à Kidal au Mali.

25Les États ne sont donc pas les seuls bâtisseurs de murs de sable. Dans des contextes conflictuels, les milices en érigent pour contrôler les mobilités et sécuriser leur territoire. Par exemple, les images satellites permettent de repérer les dispositifs de contrôle des mines d’or opérés par les milices Toubous et Darfouris qui barrent l’accès à certaines vallées encaissées au moyen d’un mur de sable et d’un check-point sur la piste [Tubiana & Gramizzi 2017]. Un contrôle territorial planifié a donc été mis en place par le biais de dispositifs frontaliers locaux dans les passages stratégiques, notamment le long des pistes d’accès aux sites miniers et aux points d’eau. Le mur « local » qui a le plus d’ampleur et de fonctions stratégiques, est sans nul doute celui qui a été construit au centre-nord de la Libye, au niveau de la ligne du front militaire entre les ex-gouvernements de Tripoli et de Tobrouk, avec leurs milices et leurs soutiens internationaux respectifs. Connue sous le nom de groupe Wagner, la milice privée russe est fortement suspectée de l’ériger pour le compte de l’Armée Nationale Libyenne dirigée par le maréchal Haftar, soutien militaire du gouvernement de Tobrouk. Ce mur longe une route goudronnée stratégique qui relie la ville portuaire de Syrte (Fig. 5) à la base militaire aérienne d’Al Joufra, la plus grande du pays. Il est appelé « ligne rouge » depuis que le président égyptien, le maréchal Sissi, a indiqué que son franchissement par le parti adverse conduirait à une intervention directe de l’armée de son pays, au moment où Tripoli entendait reprendre l’offensive pour contrôler Syrte, qui est un verrou d’accès au bassin pétrolier qui produit les 2/3 du pétrole en Libye. Début 2021, la mise en place d’un gouvernement de transition en Libye a sans doute contribué à ralentir l’urgence stratégique de son érection qui semble au ralenti et qui est loin d’être achevée. Mais, à terme, en cas d’échec des élections présidentielles et d’une issue politique au conflit libyen, ce mur de sable qui a pour objectif de stabiliser la ligne de front pourrait-il devenir une frontière et ainsi participer à « geler » le conflit, voire aboutir à la partition territoriale de la Lybie ? Ce scénario fait encore penser à la trajectoire du Sahara occidental.

26Tous ces murs de sable actualisent une double constante géohistorique au Sahara : la résilience de la mobilité des populations qui n’a jamais compté sur les ressources propres du désert pour y habiter et la permanence d’une approche sécuritaire de la gestion de l’espace saharien, considéré par les pouvoirs centraux depuis l’époque coloniale comme des confins frontaliers turbulents à surveiller. Le Sahara, espace stratégique en tant que fournisseur de rentes, grâce aux ressources minérales exploitées, est ainsi considéré comme menaçant en raison de ses populations mobiles. Suspectés de porter atteinte au principe de souveraineté territoriale, les Sahariens vivent en grande partie de circulations transfrontalières. Alors que l’encadrement et la promotion des échanges commerciaux transsahariens seraient certainement la condition essentielle pour sortir de l’illégalisme les populations [Bennafla 2014], la frontière dans sa forme et sa fonction la plus dure est devenue récemment un outil généralisé d’endiguement des mobilités. Si les pseudo-états en conflit (RASD, les deux ex-gouvernements de Libye ou même l’Azawad) et les États saharo-sahéliens restent encore relativement ouverts, ceux de la rive nord du Sahara (Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte) s’enferment dans des murs de sable. Même si les frontières entre les États du Maghreb et ceux du Sahel présentent un différentiel économique relativement important, les murs de sable relèvent ainsi moins de considérations économiques que de tensions politiques internes et de relations extérieures envisagées comme une menace interne.

27Enfin, la permanence de l’approche sécuritaire au Sahara et au Sahel se manifeste aussi à travers les stratégies d’intervention militaire des puissances extérieures comme la France qui réhabilite des forts coloniaux comme celui de Madama. Aux confins du Niger, non loin de la frontière libyenne, il a été construit en 1930 puis rétrocédé au Niger avec l’indépendance du pays en 1962, avant d’être réhabilité et réinvesti par les troupes françaises de 2014 à 2020. Pour des raisons budgétaires et de redéploiement stratégique des forces, mais aussi probablement parce que l’ANL contrôle le Fezzan, la base a été mise en sommeil et les militaires français transférés dans la région dite des 3 frontières (Mali, Niger, Burkina Faso). Au Mali, à proximité de la frontière nigérienne, a été construit le camp militaire fortifié de Labbezanga qui s’inspire, en le remettant au goût du jour, du génie militaire de Vauban [La Repubblica, 03/09/2020, Le Figaro, 11/09/2020]. Déjà initié à Ménaka, ce type d’avant-poste fortifié qui permet de « s’enraciner dans le paysage » est jugé « imprenable » selon les communiqués du Ministère des Armées. Considéré comme un modèle reproductible pour l’opération Barkhane, il s’agit d’une place-forte en étoile entourée d’un espace-tampon protégé de murs (bastions en gabions remplis de sable) et d’un fossé anti-pickup. Réminiscences des fortifications militaires conçues par Vauban couplées au lointain limes romain (pour les murs de sable), ces nouvelles frontières-barrières et la militarisation du contrôle des mobilités font appel à toute une vieille géographie militaire.

Conclusion

28Cet article a cherché à mettre en lumière la géohistoire des régimes frontaliers au Sahara central. Le cas singulier de la portion sinueuse de la frontière algéro-malienne, où se situe Tin Zaouatine, a servi d’exemple crucial. Il illustre le rôle géohistorique majeur des puits frontaliers à l’époque précoloniale dont l’héritage a été progressivement effacé par la logique d’exclusivité de la ligne frontalière westphalienne renforcée par la conception sécuritaire de la frontière qui s’impose aujourd’hui.

29En s’inscrivant dans le sillage des réflexions de l’école dite tropicaliste en géographie, cette analyse a montré qu’il existe différentes conceptions et formes de la frontière. En ce sens, les frontières-lignes qui ont été instituées à l’époque coloniale comportent une part intrinsèque d’extériorité et d’arbitraire. La critique de l’artificialité des frontières en Afrique ne doit pas faire oublier ou sous-estimer le fait que tracer ou fortifier une frontière est un acte de pouvoir fort, dont les effets sont d’autant plus marqués lorsqu’ils se produisent dans un contexte nomade. De surcroît, une seconde conclusion s’impose : dans la longue durée, on a assisté au Sahara à une inversion de la fonction de la frontière : après s’être longtemps manifestée au travers de points d’eau à l’interface de territoires et structurant les circulations, la frontière est devenue barrière, obstacle à la mobilité. Ce qui se concrétise par l’érection de murs de sable, outil teichopolitique [Ballif & Rosière 2009] le plus élémentaire mais très efficace et peu coûteux qui conduit au compartimentage du Sahara.

30Enfin, cette analyse appelle à remettre en question l’idée encore largement répandue selon laquelle le Sahara serait ce vaste espace désertique et sans bornes de l’imaginaire occidental, caricaturée parfois en immense « zone grise » en raison des frontières poreuses d’États défaillants. Cette vision du Sahara, largement véhiculée dans l’expertise sécuritaire, est la fois biaisée, car surplombante, et dépassée, car datée. Dans la recherche, la mise en lumière d’un Sahara connecté par des frontières-ressources subverties par une mondialisation par le bas – migrations et commerces informels notamment – paraissent être devenues depuis une vingtaine d’années une grille d’analyse dominante qui a évidemment encore et toujours sa raison d’être, mais qui est là encore en partie dépassée pour comprendre le Sahara aujourd’hui. Le durcissement des frontières réduit considérablement les circulations transsahariennes au fondement de l’économie d’échange. Non médiatisé, ce cloisonnement national s’amplifie depuis moins d’une dizaine d’années. Ce faisant, c’est le dispositif sécuritaire du mur de sable du Sahara occidental qui, d’exception dans cette région d’Afrique, devient la norme qui se généralise. Une actualisation de la grille d’analyse est donc à envisager pour prendre en compte les blocages à la circulation au Sahara et, par conséquent, pour comprendre les conflits en cours qui, fort probablement, risquent de ce fait de s’accentuer et de se multiplier. Cette perspective n’est pas nouvelle : exposé il y a une trentaine d’années par Marc Côte versant maghrébin et Denis Retaillé versant sahélien [Côte 1988, Retaillé 1991], le constat du « retournement » de l’espace et de la marginalisation saharienne depuis la période coloniale ne fait que se renforcer.

Haut de page

Bibliographie

Ancel, J. (1938) – Géographie des frontières, Paris, Gallimard, 209 p.

Antil, A. (2000) – « Le faible poids des populations locales sur les découpages des territoires pendant la période coloniale et ses conséquences : l’exemple du Sahel », in E. Bonerandi, C. Gillette & Y. Tayab (dir.), Les territoires locaux construits par les acteurs, Géophile - UMR Géographie-Cités, pp. 141-150.

Ballif, F. & Rosière, S. (2009) – « Le défi des « teichopolitiques ». Analyser la fermeture contemporaine des territoires », L’Espace géographique, vol. 38, n° 3, pp. 193-206, https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2009-3-page-193.htm

Barth, H. (1857-58) [1972] – Henri Barth chez les Touaregs de l’Aïr. Extraits du journal de Barth dans l’Aïr. Juillet-décembre 1850, Niamey, CNRSH, Études nigériennes n° 28, trad. S. Bernus, 195 p.

Bellil, R. & Dida, B. (1993) – « Évolution de la relation entre Kel Ahaggar et Kel Adagh », in H. Claudot-Hawad (dir.), Le politique dans l’histoire touarègue, Aix-en-Provence, Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans, pp. 95-110, http://books.openedition.org/iremam/2794

Benantar, A. (2016) – « Sécurité aux frontières  : Portée et limites de la stratégie algérienne », L’Année du Maghreb, 14, pp. 147-163, https://journals.openedition.org/anneemaghreb/2712

Bennafla, K. (2002) – « Les frontières africaines : nouvelles significations, nouveaux enjeux », Bulletin de l’Association des Géographes français, 79/2, pp. 134-146, https ://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_2002_num_79_2_2265

Bennafla, K. (2013) – « Illusion cartographique au Nord, barrière de sable à l’Est : les frontières mouvantes du Sahara occidental », L’Espace politique, n° 20/2, http://journals.openedition.org/espacepolitique/2644

Bennafla, K. (2014) - « État et illégalisme : quelle géographie ? Une approche par les flux marchands depuis l’Afrique et le Moyen-Orient », Annales de géographie, n° 700, pp. 1338-1358, https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2014-6-page-1338.htm

Blais, H. (2012) – « Un empire de sable ? L’espace saharien et la jonction Algérie-Soudan : histoire d’une construction impériale (1830-1930) », in H. Blais (dir.), Territoires impériaux : Une histoire spatiale du fait colonial, Paris, Éditions de la Sorbonne, Chap. 9, pp. 237-270.

Blais, H. (2014) – Mirages de la carte : l’invention de l’Algérie coloniale, Paris, Fayard, 368 p.

Boilley, P. (1999) – Les Touaregs Kel Adagh. Dépendances et révoltes : du Soudan français au Mali contemporain, Paris, Karthala, 644 p.

Boilley, P. (2000) – « Du royaume au territoire, des terroirs à la patrie, ou la lente construction formelle et mentale de l’espace malien », in C. Dubois, M. Michel & P. Soumille (éds.), Frontières plurielles, frontières conflictuelles en Afrique subsaharienne, Paris, L’Harmattan, pp. 27-48.

Boilley, P. (2019) – « Nord-Mali : les frontières coloniales de l’Azawad », Canadian Journal of African Studies / Revue canadienne des études africaines, vol. 53, n° 3, pp. 469-484.

Bonte, P. (2012) – « Frontières coloniales et parcours nomades. L’enjeu pastoral dans l’ouest saharien », Hespéris-Tamuda, vol. XLVII, pp. 39-78.

Bouquet, C. (2003) – « L’artificialité des frontières en Afrique subsaharienne », Les Cahiers d’Outre-Mer, n° 222, pp. 181-198, http://journals.openedition.org/com/870.

Carayol, R. & Gagnol, L. (2021) – « Géopolitique du bulldozer au Sahara », Le Monde diplomatique, octobre, 2 p. 

Coquery-Vidrovitch, C. (2012) – « Frontières africaines et mondialisation », Histoire@Politique, vol. 17, no. 2, pp. 149-164, https://www.cairn.info/revue-histoire-politique-2012-2-page-149.htm

Corboz, A. (2003) – «  La dimension utopique de la grille territoriale américaine  », Architecture Canada, n° 28, 3-4, pp. 63-68.

Cornevin, R. (1981) – « Questions nationales et frontières coloniales », Revue française d’histoire d’outre-mer, n° 250-253, pp. 251-262, https://www.persee.fr/doc/outre_0300-9513_1981_num_68_250_2298

Côte, M. (1988) - L’Algérie ou l’espace retourné, Paris, Flammarion, 362 p.

Côte, M. (2014) - Le Sahara. Barrière ou pont ? Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 158 p.

Courade, G. (dir.) (2006) - L’Afrique des idées reçues, Paris, Belin, 400 p.

Duveyrier, H. (1864) - L’Exploration du Sahara : Les Touâreg du Nord, Paris, Challamel Ainé, 567 p.

Farrah, R. (2020a) – « Tin Zaouatine, Marginalisation et Militarisation aux Confins des Frontières Algériennes », Jadaliyya, 15 Juillet, https://www.jadaliyya.com/Details/41416

Farrah, R. (2020b) – Algeria’s Migration Dilemma. Migration and human smuggling in southern Algeria, Global Initiative against Transnational Organized Crime, Research Report, 53 p. , https://globalinitiative.net/analysis/algerias-migration-dilemma/

Foucher, M. (1986) – L’invention des frontières, Paris, Fondation pour les études de la défense nationale, 320 p.

Foucher, M. (2014) – Frontières d’Afrique. Pour en finir avec un mythe, Paris, CNRS éd., 64 p.

Gagnol, L. (2009) – Pour une géographie nomade. Perspectives anthropogéographiques à partir de l’expérience des Touaregs Kel Ewey (Aïr – Niger), Thèse de l’université de Grenoble, 723 p., https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00504021

Gagnol,L, L. (2017) - « Les frontières nomades : de la ligne à la trace », in F. Moullé (dir.), Frontières, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, pp. 183-205.

Gagnol,, L. & Adamou, A. (à paraître 2022) – « Ville nomade et ville sédentaire au Sahel central ? La trajectoire urbaine emblématique de Zinder (Niger) », in C. Raimond & D. Zakinet (dir.), Les temps des changements. Ruptures et continuité dans le bassin du lac Tchad, Actes du XVIIIe colloque Méga-Tchad de N’Djamena, IRD Ed., 25 p.

Gallais, J. (1982) - « Pôles d’États et frontières en Afrique contemporaine », Cahiers d’outre-mer, n° 138, vol. 35, pp. 103-122, https://www.persee.fr/doc/caoum_0373-5834_1982_num_35_138_3018

Garnier, E. (2018) – L’Empire des sables. La France au Sahel (1860-1960), Paris, Perrin, 284 p.

Gonon, E. & Lasserre, F. (2003) – « Une critique de la notion de frontières artificielles à travers le cas de l’Asie centrale », Cahiers de géographie du Québec, vol. 47, n° 132, pp. 433–461, https://www.erudit.org/fr/revues/cgq/2003-v47-n132-cgq720/008090ar/

Grégoire, E. (2018) – « Frontières étatiques, frontières mobiles et rentes frontalières dans l’espace saharo-sahélien », L’Information géographique, vol. 82/1, pp. 82-98. https://www.cairn.info/revue-l-information-geographique-2018-1-page-82.htm

Grémont, C. (2009) – « Des Touaregs à l’épreuve de la frontière. Cohabitation et confrontations dans la zone de Tedjarert (nord-est du Mali) », in S. Caratini (dir.), La question du pouvoir en Afrique du Nord et de l’Ouest, n° spécial de l’Ouest Saharien, n° 9, vol. 2, pp. 27-65.

Hiribarren, V. (2010) – « The boundaries of Borno in the nineteenth century: the perception of travellers », African Nebula, n° 2, pp. 55-77.

Kopytoff, I. (eds.) (1987) – The African Frontier. The Reproduction of Traditional African Societies. Bloomington / Indianapolis, Indiana University Press, 288 p.

Lecocq, B. (2003) – « This Country is Your Country: Territory, Borders, and Decentralisation in Tuareg Politics », Itinerario, n° 27, pp 59-78.

Lefebvre, C. (2004) – « Histoire des frontières du Niger », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 73, pp. 18-24, https://www.persee.fr/doc/mat_0769-3206_2004_num_73_1_963

Lefebvre, C. (2011) – « La décolonisation d’un lieu commun. L’artificialité des frontières africaines : un legs intellectuel colonial devenu étendard de l’anticolonialisme », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, n° 24, pp. 77-104, https://www.cairn.info/revue-histoire-des-sciences-humaines-2011-1-page-77.htm

Lefebvre, C. (2015) – Frontières de sable, frontières de papier. Histoire de territoires et de frontières, du jihad de Sokoto à la colonisation française du Niger, XIX e-XX e siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 543 p.

Mbembé, A. (2005) – « À la lisière du monde. Frontières, territorialité et souveraineté en Afrique », in B. Antheaume & F. Giraut (dir.), Le territoire est mort : vive les territoires ! : une refabrication au nom du développement, Paris, IRD, pp. 47-77, https://www.documentation.ird.fr/hor/fdi :010035247

McDougall, J. & Scheele, J. (éds) (2012) – Saharan Frontiers. Space and Mobility in Northwest Africa, Bloomigton, Indiana University Press, 291 p.

Pandolfi, P. (2018) – La Conquête du Sahara (1885-1905), Paris, Karthala, 212 p.

Pourtier, R. (1986) - « Les géographes et le partage de l’Afrique », Hérodote, n° 41, pp. 91-108.

Razac, O. (2009) – Histoire politique du barbelé, Paris, Flammarion, 240 p.

Retaillé, D. (1991) – « Le contrôle de l’espace : entre territorialité et géographicité. Les problèmes d’intégration des États sahélo-sahariens » », in H. Théry (dir.), L’État et les stratégies du territoire, Paris, CNRS Ed., pp. 87-100.

Retaillé, D. & Walther, O. (2011) – « Guerre au Sahara-Sahel : la reconversion des savoirs nomades », L’Information géographique, vol. 75, n° 3, pp. 51-68, https://www.cairn.info/revue-l-information-geographique-2011-3-page-51.htm

Rosière, S. (2020) – Frontières de fer. Le cloisonnement du monde, Paris, éditions Syllepse, 184 p.

Sautter, G. (1982) – « Quelques réflexions sur les frontières africaines », in C. Coquery-Vidrovitch & A. Forest (dir.), Problèmes de frontières dans le Tiers Monde, Paris, L’Harmattan, pp. 41-50.

Triaud, J.-L. (2000) – « L’entrelacement des trois frontières imaginées : Français, Turcs et Sanûsî dans le nord du Tchad (1910-1913) », in C. Dubois (dir.), Frontières plurielles, frontières conflictuelles en Afrique subsaharienne, Paris, L’Harmattan, pp. 161-176.

Tubiana, J. & Gramizzi, C. (2017) Tubu trouble: state and statelessness in the Chad-Sudan-Libya triangle, Small Arms Survey, HSBA Working Paper 43, 192 p.

Haut de page

Notes

1 En Afrique, selon Michel Foucher [2014], 70% de leur longueur ont été tracées entre 1885 et 1909. Elles sont de natures hydro-orographique à 47% et géométrique à 42%. Leur horogénèse est à 57% inter-impériale (entre Empires européens et ottoman), 25% intra-impériale, 12% résulte d’un accord entre un Empire colonial et un État africain et moins de 7% sont plus récentes et résultent d’un accord entre deux États africains.

2 Gilles Sautter [1982] note qu’en moyenne l’Afrique compte un kilomètre de frontières pour 409 km² de territoire national, contre 254 en Europe. Il est vrai que l’intégration régionale est moins poussée sur le continent africain.

3 Après avoir examiné différents critères de tracés, par boutade, Sautter affirme que pour le continent africain « la frontière idéale (…) est celle qui délimite Madagascar » [1982, p. 380]. Le texte a été publié la même année que la convention de Montego Bay, dont la mise en œuvre plus tardive signera l’émergence de la question des zones économiques exclusives et de l’extension du plateau continental, par exemple autour des îles Éparses aujourd’hui contestées.

4 En ce sens, parmi les trois grands groupes nomades sahariens, les Toubous et les Touaregs, partagés respectivement entre trois et cinq États et en situation de minorité et de marginalité, ont été beaucoup plus mal lotis que les Maures [Antil 2000] qui détiennent le pouvoir central à Nouakchott, marginalisant les populations du sud du pays. La Mauritanie fait d’ailleurs figure d’exception en Afrique puisqu’il est l’un des seuls États a porté le nom d’un peuple [Pourtier 1986]. Surtout, il a été créé autour de constructions politiques précoloniales, les émirats maures [Bonte 2012].

5 Après tout, a-t-on déjà dénoncé la grille territoriale géométrique nord-américaine [Corboz 2003] ainsi que les frontières entre le Canada, les États-Unis et le Mexique ?

6 Pour une approche similaire à la nôtre, fondée sur des enquêtes orales sur le terrain et sensible aux effets des découpages territoriaux opérés à l’époque coloniale en milieu nomade ainsi qu’aux enjeux politiques actuels à l’échelle locale et régionale, se rapporter aux travaux des historiens du nord-Mali [Grémont 2009, Lecocq 2003], à ceux de Pierre Bonte [2012] pour la Mauritanie et de Karine Bennafla [2013] pour le Sahara occidental.

7 Curieusement, cette anomalie n’a pas retenu l’attention. Par exemple, Pierre Boilley [1999 & 2019], historien de référence de l’Adagh malien qui a analysé en détail la trajectoire conflictuelle de cette région frontalière, n’évoque que son aspect rectiligne.

8 Sur de nombreuses cartes, l’extrême-sud algérien apparait comme faisant partie du Sahel : ce qui est une aberration issue de moyennes pluviométriques anciennes et d’une confusion liée à une conception restrictive du Sahara issue de la géopolitique états-unienne assimilant les pays saharo-sahéliens au seul Sahel [Retaillé & Walther 2011].

9 En Algérie, regroupement de plusieurs communes et subdivision de la wilaya.

10 Il s’agit du mouvement populaire de contestation politique en Algérie qui a démarré au début de 2019 lorsque Abdelaziz Bouteflika a annoncé sa candidature à un cinquième mandat présidentiel.

11 Le wali (préfet) de Tamanrasset a annoncé dans la presse la libération des prisonniers et l’intégration dans la fonction publique de 67 jeunes diplômés de la ville. Il a fallu la grâce présidentielle du 18 février 2021 pour que soit libéré Badi Allal, activiste qui avait filmé la répression de la manifestation. Enfin a été annoncée la création d’un futur port-sec à Tin Zaouatine et à In Guezzam (stockage, transbordement, dédouanement), tandis que Tamanrasset deviendrait une plate-forme commerciale intermodale. Il s’agit donc de promouvoir et d’encadrer les exportations ou même les échanges avec les pays voisins du sud, ce qui serait un tournant stratégique si cette politique se concrétisait. L’ouverture en 2018 du premier point de passage frontalier avec la Mauritanie a été un premier pas en ce sens.

12 À Djanet en 2018 ou encore à Tin Zaouatine le 03/03/2020, lorsque des patrouilles militaires ont abattu de jeunes « fraudeurs » locaux qui tentaient de s’échapper.

13 À l’inverse de notre analyse, P. Boilley [2019 : 7] conclut un article récent sur le nord-Mali en affirmant que « la logique historique de séparation existante entre Kel Ahaggar et Kel Adagh a été respectée et précisée par une étude fine sur le terrain des parcours nomades et des revendications d’appartenance de chaque groupe ». 

14 Au cours de ses missions de ses reconnaissances, Laperrine, commandant militaire du Territoire des Oasis, a observé des campements de Kel Ahaggar et Taïtoq dans le nord de l’Adagh. Il a ainsi trouvé des arguments pour affirmer que le bassin-versant septentrional de l’Adagh relève du territoire sous la domination des Kel Ahaggar d’Algérie. Après avoir modifié le tracé en 1909 pour intégrer l’ancien puits-frontière d’In Guezzam à l’Algérie, il est allé jusqu’à ajouter une observation à la marge de la convention de Niamey modifiant une infime portion du tracé afin d’empiéter sur l’autre bassin-versant (sans respecter le principe de la limite de partage des eaux) pour, sans l’indiquer, incorporer le puits d’In Tellit à l’Algérie. Les commandants « soudanais » d’A.O.F. ont considéré que la convention de Niamey était à l’avantage des Kel Ahaggar et de l’Algérie et qu’elle se traduisait par une dépossession des terrains de parcours appartenant aux tribus Ifoghas (donc au détriment du territoire de l’A.O.F.) [Bellil & Dida 1993, Antil 2000 : 146]. L’inflexion du tracé à In Tellit a été d’ailleurs le seul point de blocage dans l’opération de démarcation qui a eu lieu en 1983 entre l’Algérie et le Mali.

15 Le Père De Foucauld et de nombreux militaires par la suite noteront que les Touaregs le considèrent comme intarissable et qu’on lui adjoint une pléiade de qualificatifs : le commandant, roi, sultan, qaïd, sidi ou l’amghar, des puits. Signalons que son rôle géohistorique est de premier ordre et ancien puisque des peintures et gravures rupestres (dont des chars), des pièces de monnaie romaine et des inscriptions latine, coufique et en tifinagh y ont été trouvées à proximité immédiate.

16 Les intérêts de Laperrine étaient parfaitement accordés à ceux de Musa ag Amestan, Aménokal des Kel Ahaggar qui voulait intégrer l’Adagh à l’Algérie et conserver, si ce n’est les liens d’allégeance des Ifoghas, du moins l’emprise sur les terrains de parcours et les puits [Pandolfi 2018, Boilley 2000]. Au reste, l’A.O.F. n’a manifesté que peu d’intérêts pour l’Adagh et a été tout prêt de transférer cette région à l’Algérie [Blais 2014].

17 J.-L. Triaud [2000] n’y voit qu’une application de l’idée de frontière naturelle par l’explorateur allemand Nachtigal et repris ensuite par d’autres auteurs après lui. Ce faisant, il est omis que Nachtigal, mais aussi d’autres explorateurs comme Barth, se sont appuyés sur des renseignements locaux pour affirmer que Toummo est considéré comme une frontière entre le Fezzan et le Kawar.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – L’espace politique et économique touareg au XIXe siècle : un régime frontalier nomade
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/9030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 2 – Croquis schématique représentant le Territoire militaire du Niger
Crédits Source : sans auteur, 1904, Archives nationales d’outre-mer
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/9030/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Figure 3 – Carte retouchée de la frontière entre l’Algérie et l’AOF
Légende La proposition de Laperrine qui a été retenue correspond au tracé du milieu.
Crédits Source : Laperrine, 1904, Archives nationales d’outre-mer, publiée par H. Blais, 2012, p. 212
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/9030/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Figure 4 – Le Sahara colonial et post-colonial (XXe & début XXIe siècles) : la mise en place d’un régime frontalier westphalien
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/9030/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Figure 5 – La mise en place d’un régime frontalier sécuritaire : vers un cloisonnement du Sahara
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/9030/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Gagnol, « Géohistoire des frontières sahariennes. L’héritage nomade enseveli sous les murs de sable »Bulletin de l’association de géographes français, 99-1 | 2022, 53-75.

Référence électronique

Laurent Gagnol, « Géohistoire des frontières sahariennes. L’héritage nomade enseveli sous les murs de sable »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 99-1 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/bagf/9030 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.9030

Haut de page

Auteur

Laurent Gagnol

Maître de conférences de géographie, Université d’Artois, UR 2468, Discontinuités, 62000 Arras – Courriel : laurent.gagnol[at]univ-artois.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search