Navigation – Plan du site

Conclusion générale

General conclusion
Michel Deshaies
p. 239-244

Texte intégral

125 ans après la Réunification, l’Allemagne reste un sujet du plus grand intérêt pour les géographes, et ce à plus d’un titre. Aujourd’hui, plus que jamais depuis la Réunification, l’Allemagne occupe une place centrale en Europe et il est clair que son évolution aura une influence essentielle sur l’avenir de l’Union européenne. Or, comme le proclame un ouvrage paru récemment [Stark & Wissmann 2015], « l’Allemagne change ! » pour s’adapter aux évolutions accélérées du monde. Ces changements profonds qui affectent la société et le fonctionnement même de « la maison Allemagne » [Riquet, 1996] en font un véritable laboratoire grandeur nature des enjeux territoriaux autour de plusieurs des grands défis que les sociétés européennes doivent relever au cours du XXIe siècle. Comme on le voit à travers les différentes contributions rassemblées dans les deux derniers numéros du BAGF, l’intérêt d’étudier ces questions à travers le prisme de l’Allemagne est qu’elle offre un éclairage qui dépasse largement le cas spécifique du pays.

2Le premier de ces défis que pose la transformation de l’Allemagne vers une territorialité durable est celui de la transition énergétique qui, depuis quelques années, est devenu l’un des fondements de la politique du pays. L’article de Conrad & Staacke [Depraz & Deshaies 2016 : numéro précédent] montre les nombreuses difficultés à surmonter pour réaliser cette transition énergétique ; ce qui devrait beaucoup donner à réfléchir aux autres pays européens (et même non européens) engagés dans cette voie. En effet, du fait même de sa volonté de sortir rapidement du nucléaire, l’Allemagne se trouve dans une situation ambiguë où, d’un côté elle développe à marche forcée les énergies renouvelables et de l’autre elle maintient, voire augmente sa production d’électricité à partir des centrales thermiques à charbon et à lignite fortement émettrices de gaz à effet de serre.

3Ces choix qui conduisent à une profonde réorganisation des réseaux électriques posent, d’une part, des problèmes d’acceptabilité pour les populations concernées et ont, d’autre part, des répercussions de plus en plus importantes sur le fonctionnement du système de production d’électricité, non seulement de l’Allemagne, mais aussi des pays voisins. La transformation accélérée du système de production d’électricité va aussi accentuer les déséquilibres territoriaux entre une Allemagne du Sud fortement consommatrice d’électricité, mais avec peu de potentiel de production renouvelable et une Allemagne du Nord bien dotée en énergie éolienne et relativement moins consommatrice. Or, une dimension qui n’a pas été suffisamment prise en compte face aux objectifs arbitrairement fixés de part des renouvelables dans le mix énergétique est le temps nécessaire à une telle transition des énergies fossiles vers les renouvelables qui, en toute hypothèse, ne peut être que très progressive. Outre la difficulté que pose l’intermittence le plus souvent imprévisible des renouvelables, il s’agit surtout de pouvoir exploiter des surfaces considérables pour produire l’énergie nécessaire, avec à la clef différentes contraintes évoquées dans l’article de Michel Deshaies [numéro précédent] sur les bassins charbonniers et de lignite.

4Un autre défi majeur, plus spécifique à l’Allemagne, est la gestion du déclin démographique et de ses multiples conséquences territoriales qui se font d’ores et déjà sentir. Cela concerne en premier lieu l’Est de l’Allemagne qui a connu depuis la Réunification une forte diminution de sa population, même si certaines régions de l’ouest ne sont pas pour autant épargnées. Ce déclin se voit dans les villes « rétrécissantes » [Roth 2011] où l’on a dû démolir des quartiers entiers afin d’ajuster le cadre urbain à une population beaucoup moins nombreuse et nettement plus âgée qu’au début des années 1990.

5L’article de Daniel Florentin attire l’attention sur l’un des multiples problèmes d’aménagement que pose la rénovation urbaine du programme Stadtumbau Ost, celui du nécessaire ajustement des réseaux techniques au nouveau cadre urbain. La forte baisse de la consommation d’eau, de chauffage, de gaz et d’électricité dans les quartiers de grands ensembles de Plattenbau altère le fonctionnement des réseaux et les rend plus vulnérables ; ce qui nécessite de coûteux redimensionnements alors que les contraintes financières sont très sévères.

6Ce déclin démographique se voit surtout dans les campagnes en situation de périphéries géographiques qui, pour les plus défavorisées d’entre elles, connaissent un processus de dépeuplement et de vieillissement connu de longue date en France, mais relativement nouveau pour l’Allemagne. Dans un pays où la politique d’aménagement du territoire s’appuie sur des concepts et des instruments solides, l’action publique analysée par Guillaume Lacquement tend à combattre cette évolution négative en essayant de mieux intégrer les espaces ruraux défavorisés au sein du territoire fédéral. L’objectif est de concevoir des projets d’aménagement favorisant la diversification des activités rurales en tenant compte des potentiels de multifonctionnalité de chaque territoire. Renouant ainsi avec un mode d’action expérimenté en RFA dans les années 1950, cette politique vise donc à favoriser un développement rural intégré, en soutenant localement la diffusion de l’innovation. Un tel programme peut constituer une source d’inspiration pour beaucoup d’autres pays européens confrontés à des problèmes similaires.

7À l’inverse, certaines régions urbaines de l’Est, ainsi qu’une partie des espaces proches de l’ancienne frontière intérieure allemande évoqués par Christophe Quéva, bénéficient depuis une quinzaine d’années d’un afflux de Rückwanderer, autrement dit des personnes qui, après avoir quitté l’Est pour l’Ouest dans les années 1990, sont finalement revenues à l’Est. Ce courant migratoire qui concerne des espaces ponctuels, qualifiés de « Zuzugsinseln », ne permet pas de compenser le déclin démographique. Mais s’il se confirme dans les années à venir, il pourrait à court terme permettre un relatif rééquilibrage démographique de ces espaces géographiques.

8À ces effets du changement démographique s’ajoute le fait que, comme d’autres pays européens, l’Allemagne connaît une accentuation des contrastes territoriaux entre d’une part, les plus grandes villes et d’autre part, le reste de l’espace de plus en plus mis en marge. Antoine Laporte [numéro précédent] montre comment le système fédéral allemand, à l’administration fortement déconcentrée, a évolué dans le sens d’une concentration croissante des fonctions administratives depuis le transfert de la capitale à Berlin. L’originalité de l’Allemagne par rapport à un État centralisé comme la France subsiste toutefois dans la mesure où cette concentration croissante ne profite pas seulement à Berlin, mais aussi à d’autres grandes villes comme Francfort, Munich ou Hambourg qui ont par ailleurs l’avantage d’être des centres économiques beaucoup plus puissants que Berlin. Cette évolution pourrait encore s’accentuer si les fusions envisagées d’un certain nombre de Länder sont menées à bien, dans la mesure où plusieurs grandes villes perdraient alors le statut de capitale de Land et les fonctions administratives qui lui sont liées. Il est vrai cependant que les fusions de Länder depuis longtemps évoquées ne se sont jusqu’à présent jamais concrétisées.

9Face à ces évolutions et à ce risque de marginalisation d’une partie du territoire, une solution possible est de constituer des réseaux de villes dans les territoires dépourvus de grande métropole. C’est la stratégie dans laquelle se sont engagées les villes du littoral de la Baltique, à l’image de Rostock étudiée par Nicolas Escach [numéro précédent]. Afin de conjurer le déclin démographique particulièrement important après la Réunification allemande, la ville a développé un marketing urbain actif pour montrer sa centralité dans l’espace baltique et se resituer comme un intermédiaire entre les villes de l’Europe du Nord et celles de l’ancien bloc de l’Est. Rostock s’est ainsi constituée en « regiopolis », terme forgé par Iris Reuther et Jürgen Aring [2008] pour désigner une ville moyenne située à l'extérieur d'une aire métropolitaine, mais qui assume certaines fonctions métropolitaines et constitue une centralité économique pour ses espaces environnants. Ce marketing urbain s’appuie aussi concrètement sur la redynamisation de l’activité portuaire, sur la rénovation de l’image de la ville à travers des projets urbains investissant le thème de la culture et sur l’ancrage avec les pays scandinaves et en particulier la région de l’Øresund.

10Bien loin du risque de marginalisation qui menace près de la moitié du territoire de l’Allemagne, les grandes métropoles comme Berlin et Hambourg ont un rayonnement économique européen et bénéficient d’une très bonne intégration dans l’économie mondiale. Elles sont engagées dans une politique visant à conforter leur place en s’appuyant sur leurs atouts traditionnels. Berlin étudiée par Camille Boichot [numéro précédent] s’appuie sur son rayonnement de métropole culturelle pour favoriser l’essor d’une économie créative. Le développement dans les quartiers les plus symboliques de l’image de Berlin, de tout un secteur d’économie créative rassemblant les activités culturelles, médiatiques, ainsi que des technologies de la communication renforce cependant les inégalités socio-spatiales. Des phénomènes de gentrification dans les espaces où la créativité est utilisée comme un argument de transformation urbaine sont de plus en plus dénoncés sous forme de mobilisations hostiles aux projets urbains.

11On retrouve des problèmes similaires dans l’exemple de Hambourg présenté par Samuel Depraz [numéro précédent]. S’appuyant sur son port dont le trafic en fait le deuxième ou troisième d’Europe, ainsi que sur une base industrielle (Airbus, Siemens) et tertiaire (assurances, banques, édition) très forte, Hambourg a développé une dynamique métropolitaine qui se traduit par la stratégie du « saut par-dessus l’Elbe ». Celle-ci consiste à reconquérir les anciens quartiers portuaires proches du centreville par de grands projets urbains comme la Hafencity et l’IBA Hamburg. Certains de ces projets de rénovation urbaine qui s’accompagnent comme partout d’un processus de gentrification doivent cependant composer avec une résistance et une contestation assez fortes, ancrées dans la tradition ouvrière et populaire de la ville-portuaire. Comme toutes les grandes métropoles mondiales, Hambourg se caractérise par une polarisation sociale importante où la concentration de richesse cohabite avec une part de populations pauvres supérieure à la moyenne allemande.

12Une polarisation sociale croissante semble d’ailleurs être l’une des caractéristiques de l’évolution de la société allemande depuis la mise en place des réformes initiées par Gerhard Schröder et connues sous le nom de lois Hartz, entrées en vigueur entre 2003 et 2005. Hélène Roth montre notamment qu’en durcissant les conditions d’attribution de l’indemnité chômage, ces réformes ont abouti à augmenter considérablement le nombre de personnes vivant des minima sociaux. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’Allemagne présentait en 2013 le taux de risque de pauvreté des chômeurs le plus important d’Europe. Paradoxalement, l’embellie économique et le fort recul du chômage depuis 2006 ne se sont pas traduits par une diminution du risque de pauvreté qui a même légèrement progressé en raison de l’augmentation du nombre de personnes vivant du minimum vieillesse ; ce qui constitue un signal inquiétant alors que la population âgée augmente rapidement. La répartition spatiale de la pauvreté fait apparaître un double gradient nord-sud et est-ouest. Si l’Allemagne du sud (Bavière, Bade-Wurtemberg) est la moins touchée, l’Allemagne de l’est est pauvre de façon assez homogène, alors que l’Allemagne du nord-ouest présente de forts contrastes de pauvreté. Dans chaque ensemble régional, les taux de pauvreté sont plus importants dans les villes, à tel point que, dans les grandes villes de la Ruhr et d’Allemagne du nord, marquées par les restructurations industrielles, les taux de pauvreté atteignent des niveaux équivalents à ceux de l’Allemagne de l’est. C’est peut-être là l’un des enseignements les plus lourds de conséquences. Les succès économiques spectaculaires du pays et le recul massif du chômage n’ont pas suffi pour faire reculer la pauvreté qui s’est au contraire enracinée dans certains quartiers et certaines régions en fonction des fortes inégalités résultant de la dynamique économique.

13Face à l’accroissement des inégalités, l’Allemagne a mis en place une politique publique centrée sur les quartiers en difficulté, le programme Soziale Stadt qu’Elise Roche étudie à partir de l’exemple du quartier de Kreuzberg à Berlin. Par comparaison avec la politique de la ville mise en place en France, ce programme apparaît comme reposant davantage sur la participation des habitants, mais avec des moyens limités par rapport à l’ampleur des problèmes que connaissent ces quartiers dans un contexte de « remise en question des droits à l’aide sociale, qui conduisent au renforcement des nouveaux processus d’exclusion ».

14Les contributions réunies dans ce volume offrent donc un tableau riche en nuances et même en contrastes de ce que dans l’introduction on appelait les différentes figures de l’Allemagne. Les multiples changements en cours vont-ils dans le sens d’un développement territorial durable ? Ce que font ressortir les différentes contributions, c’est surtout un accroissement des disparités territoriales. La transition énergétique, tout comme les changements démographiques et l’évolution économique du pays ont pour conséquence de créer, ou de renforcer des disparités qui sont pour partie héritées. C’est le cas notamment des contrastes d’évolution démographique entre l’est et l’ouest et du gradient économique nord-sud. Mais les disparités économiques sont aussi très fortes et s’accentuent à l’échelle locale, entre quartiers urbains par exemple. Enfin, la transition énergétique crée elle-même de nouvelles disparités entre les régions à fort potentiel d’énergies renouvelables, plutôt en Allemagne du nord et de l’est, et les régions aux ressources plus limitées d’Allemagne du sud. Dans quelle mesure ces nouvelles disparités sont-elles susceptibles de permettre un rééquilibrage territorial ou une redistribution des cartes ? C’est encore trop tôt pour le dire. Gageons que d’ici quelques années il sera temps de faire le bilan de ces évolutions à travers un nouveau numéro du BAGF.

Haut de page

Bibliographie

Aring, J. & Reuther, I. (dir.) (2008) – Regiopolen. Die kleinen Großstädte in Zeiten der Globalisierung, Berlin : Jovis-Verlag, 160 p.

Depraz, S. & Deshaies, M. (coord.) (2016) – « L’Allemagne, vers une territorialité durable ?. Nouvelles clefs de lecture des transformations territoriales allemandes (première partie) », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 93, n° 1, mars 2016.

Riquet, P. (1996) – « L’Allemagne, société en nom collectif », in J.-P. Marchand & P. Riquet, Europe du nord, Europe médiane, Montpellier / Paris : Belin/Reclus, coll. « Géographie universelle ».

Roth, H. (2011) – « Les “villes rétrécissantes” en Allemagne », Géocarrefour, vol. 86, n° 2, pp. 75-80 [en ligne] : http://geocarrefour.revues.org/8294, consulté le 11 septembre 2015.

Stark, H. & Wissmann, N.-L. (2015) – L'Allemagne change ! : Risques et défis d'une mutation, Lille : Presses Universitaires du Septentrion, 353 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Deshaies, « Conclusion générale », Bulletin de l’association de géographes français, 93-2 | 2016, 239-244.

Référence électronique

Michel Deshaies, « Conclusion générale », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 93-2 | 2016, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/904 ; DOI : 10.4000/bagf.904

Haut de page

Auteur

Michel Deshaies

Professeur à l’Université de Lorraine – Courriel : michel.deshaies[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals