Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99-1Au centre de l’Amérique du Sud : ...

Au centre de l’Amérique du Sud : des frontières leviers de territorialisation

At the center of South America: borders as territory makers
Laetitia Perrier-Bruslé
p. 75-98

Résumés

Cette réflexion porte sur une étude diachronique des frontières du centre du continent sud-américain. Elle montre comment leur constitution et leur évolution dépend d’une double logique de lieux et de flux, moins antinomique qu’il n’y parait de prime abord. Établies dans la diagonale du vide de l’Amérique du Sud, entre les Empires espagnol et portugais, elles se constituent d’abord comme des hauts-lieux politiques et symboliques : lisière de la civilisation, ligne de partage du monde, puis, à la suite des indépendances, limite de territoires nationaux. Pourtant, sur le terrain elles sont quasiment invisibles. Elles sont alors des lieux seulement au sens où elles sont des positions sur une carte. L’histoire ne s’arrête pas là. À partir des années 1960, ces frontières vides deviennent les horizons des processus de conquête, notamment dans le contexte des projets de colonisation intérieure. Le front pionnier doit rejoindre la ligne imaginaire, pour que la frontière puisse se réaliser pleinement, faire barrière et fermer le territoire. Dans ce processus de peuplement, la frontière gagne en consistance et s’inscrit enfin dans l’espace local. Mais le temps des projets de frontière n’est pas totalement clos. A la faveur de la promotion d’un nouveau régionalisme en Amérique du Sud, les frontières sont remodelées en fonction de flux de pouvoir qui émanent des centres politiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les frontières, en Amérique du Sud comme ailleurs, sont spontanément assimilées à leur expression cartographique : des lignes tracées sur des cartes. Définies par des positions cardinales, elles participent, mêmes lorsqu’elles sont définies de manière imprécise, d’une géographie ancrée dans la géométrie d’un espace cartésien. Les discussions autour des tracés des frontières dans les premiers temps de l’Amérique coloniale (XVIe siècle) portent sur des méridiens, des distances et des coordonnées : autant de questions plus géométriques que géographiques. L’existence des frontières découle de cette stricte localisation dans un espace relativement abstrait, car méconnu. Cependant, les frontières ne sont pas que des points sur une carte. Elles sont aussi des lieux dotés de sens et de fonctions qui renvoient à une pluralité de systèmes - politique, administratif, économique et social. La frontière peut par exemple fermer le territoire national ou au contraire en assurer l’ouverture. Elle peut aussi donner sens à l’ensemble national qu’elle dessine. Elle est, en somme, chargée des prédicats que les acteurs, habitants comme administrateurs, utilisent pour l’appréhender. En Amérique du Sud, cette deuxième dimension des frontières est fondamentale parce qu’elles ont servi à donner sens à l’espace découvert par les colonisateurs ibériques. Dans ce nouveau monde où ils conduisent au XVIe et XVIIe siècle « l’expérience unique de la colonisation de l’Amérique et du projet d’y reproduire les institutions de la péninsule » [Bernand & Grunzinski 1992, p. 8], la frontière devient un pivot central de l’espace. Elle permet de séparer le monde dominé et civilisé du monde sauvage qui se déploie dans une zone de discontinuité entre les Empires espagnol et portugais. En somme, les frontières sud-américaines dès leur fondation sont duales : réalité topologique, d’une part, lieu sémantisé, d’autre part.

  • 1 « The central premise is that territorial states are made out of places” (Agnew 1987, 1)

2Cependant les frontières sud-américaines ne retiennent pas seulement l’attention par cette double dimension réelle et symbolique qui se vérifie pour bien des frontières du monde. Leur double dimension est plutôt un point de départ pour réfléchir aux relations dynamiques entre frontière et territorialisation et à leur spécificité en Amérique du Sud. La territorialisation renvoie à un ensemble de processus au travers desquels l’espace devient une entité appropriée. Si cette définition très lâche soulève elle-même de nombreuses questions – notamment liées à la polysémie de la notion d’appropriation [Debarbieux 2003], elle a le mérite de nous obliger à interroger les processus par lesquels la territorialisation opère, soit au travers de flux, soit via l’inscription dans des lieux. A partir des écrits de Manuel Castells [Castells 1996, 2020], la capacité des flux à organiser de nouveaux territoires a été analysée. Certains ont décrit l’avènement d’une « territorialité nomade », permise par les mobilités et les réseaux, face à « la territorialité sédentaire », fondée sur l’enracinement, la co-présence et la continuité spatiale [Piolle 1994]. D’autres ont même envisagé le réseau non pas comme une alternative au territoire mais comme un nouveau territoire [Chivallon & al. 1996]. Ces considérations sont anciennes. La question de la territorialisation dans la mondialisation fait couler moins d’encre, notamment parce que certains débats se sont déjà tenus. Il a été, par exemple, acté que les territoires construits par les flux et ceux centrés sur les lieux pouvaient co-exister [Jillet 2012]. Ou encore que les territoires étatiques, qui « sont faits de lieux »1 [Agnew 1987, p. 1], n’avaient pas disparu sous l’effet des flux extra-territorialisés de la mondialisation mais qu’ils s’étaient transformés [Van Houtum, Kramsch & Zierhofer 2005, Newman 2005, 2006, Brunet-Jailly 2007].

3Grâce aux frontières sud-américaines, il est cependant possible de rouvrir la question de la territorialisation en observant le rôle qu’y tiennent les logiques de flux et celles de lieux. Pour cela il faut changer le pas de temps et s’affranchir de l’hypothèse de Castells selon laquelle les territoires construits par les flux n’existent que depuis les années 90. L’observation, sur le temps long, de la lente construction des frontières permet de comprendre la territorialisation et ses ressorts. Le programme est vaste et il faut, pour le mener à bien, l’encadrer précisément.

4Dans l’espace, tout d’abord, l’analyse se concentre sur les frontières sud-américaines établies au centre du continent. Ces frontières ont d’abord départagé les deux empires coloniaux espagnols et portugais pour devenir, au moment des indépendances (début du XIXe siècle) les frontières des États-Nations. Frontières coloniales, donc, puis frontières des jeunes républiques indépendantes, elles sont puissamment investies sur le plan symbolique par les États, car en fermant le territoire sur sa marge la plus faiblement contrôlée, elles assurent la cohérence de l’espace national. Elles n’en demeurent pas moins des bouts du monde. Établies au centre du continent, dans la diagonale du vide sud-américaine, ces frontières posent de manière cruciale la question de la territorialisation du fait du manque d’hommes et de femmes.

5Dans le temps, l’analyse s’inscrit certes sur un temps long – du XVe siècle jusqu’à la période contemporaine –, mais elle n’en retient que quelques jalons clefs : l’invention d’une frontière à la fin du XVe siècle pour partager les deux empires, la création des frontières nationales au début du XIXe, les premières vagues de migrations consécutives au boom du caoutchouc au début du XXe et enfin les politiques nationales de colonisation foncière et d’intégration des marges à partir de 1960.

6Une fois ce cadre posé, une question émerge : comment faire territoire lorsque localement il n’y a pas d’hommes et de femmes qui puissent s’approprier ces terres pour les rattacher à l’ensemble national ? En l’absence d’une appropriation concrète des lieux, les flux peuvent-ils assurer une territorialisation ? Et quel serait la nature de ces flux ? Les flux de pouvoir qui intègrent les frontières dans un espace national imaginaire jouent bien sûr un rôle. Mais il y en a bien d’autres. Le flux étant défini comme un mouvement entre des points fixes d’un réseau [Sparke 2009], fortement versatile : flux de capitaux et de biens, bien sûr, mais aussi flux de personnes, d’idées, de sens qui forgent la matrice culturelle [Appadurai 1996] et la matrice politique dans laquelle se construisent les territoires. Pour interroger la capacité des flux à territorialiser, le recours à la notion de lieu, défini comme un espace approprié, est nécessaire. John Agnew, depuis la géographie politique, propose de l’envisager dans sa triple dimension [Agnew 1996, 1997] : un cadre des interactions spatiales, une portion d’espace strictement localisé et l’objet d’un sentiments d’appartenance. Ces trois caractéristiques tiennent dans la formule concise : « place as local, place as location and sens of place ».

7Ce cadre théorique sert une analyse qui s’appuie sur des matériaux divers constitués au long d’une recherche au long cours sur les questions frontalières sud-américaines, avec un focus particulier sur la frontière entre la Bolivie et le Brésil. Au-delà d’un corpus de textes et de cartes historiques, des séjours répétés dans les zones frontalières permettent d’informer la lente maturation de ces espaces frontières au travers de l’observation des jeux d’acteurs et des mémoires attachées au lieu.

8La première partie est centrée sur l’invention des frontières dans l’époque coloniale puis républicaine, les frontières sont construites grâce à des flux politiques et symboliques. Si elles deviennent des pièces maitresses de l’édifice des États-Nations, elles n’en sont pas moins des lieux incomplets. Il faut attendre l’arrivée des hommes et des femmes, objet de la deuxième partie de cette réflexion, pour que la territorialisation soit achevée et que les lieux frontaliers se revêtent des trois attributs proposés par John Agnew.

1. Les frontières coloniales et républicaines : de haut-lieux symboliques et politiques faiblement appropriés

9Les frontières sud-américaines du centre du continent s’ancrent dans une longue temporalité. Elles ont précédé la fondation des États-nations dont elles fixent aujourd’hui les limites. Le phénomène n’est pas si rare dans l’histoire. A propos de l’Asie du Sud-Est, Benedict Anderson remarquait de la même façon que l’établissement des frontières, et la constitution de cartes, avait permis « d’anticiper une réalité spatiale » qui allait donner naissance aux expressions nationales au XXe siècle [Anderson 2006, p. 174]. En Amérique du Sud, le pas de temps est bien plus long. Si les États naissent dans la première moitié du XIXe siècle, sur les décombres des deux empires coloniaux, leurs frontières trouvent leur origine durant la période coloniale. Des empires coloniaux aux indépendances nationales, c’est donc une période de plus de quatre siècles qu’il faut prendre en compte pour réfléchir à la formation des frontières sud-américaines.

10Dans ce temps long, les logiques territoriales perdurent malgré les changements de cadre politique et justifient que l’on porte sur cette période un regard global. La faible densité humaine est un marqueur constant. Elle engage une occupation en archipel et une mise en valeur extensive des marges. Jean-Paul Deler à propos de la construction de l’espace équatorien, Valerie Fifer pour la Bolivie, Martine Droulers pour le Brésil ont décrit des modalités d’occupation similaires [Fifer 1972, Deler 1981, Droulers 2001b] . Ces espaces sont placés sous la même contrainte du manque d’hommes et de femmes que les puissances coloniales, comme les États républicains ne parviennent pas à combler. Cependant, les figures de l’archipel et des marges sous-peuplées ne suffisent pas à caractériser la relation territoriale qui s’établit entre la société, l’État et l’espace dans cette longue période. Car la faible emprise sur l’espace coexiste avec un fort investissement symbolique, permis grâce à une série de flux qui circulent depuis le centre politique en direction des marges frontalières : flux politiques qui affirment la souveraineté de l’État sur ces zones ou flux symboliques qui permettent leur rattachement à l’ensemble global.

  • 2 Cette façon de définir le territoire par l’appropriation territoriale a été discutée pour son effic (...)

11Avant d’exposer les effets de cette double appropriation matérielle et symbolique, il est important de souligner qu’elles constituent deux facettes différentes, mais non antinomiques, d’un même processus de territorialisation, défini comme l’appropriation d’un espace par un groupe humain2, soit dans une dimension quasi éthologique [Sack 1986], soit dans une conception juridico-politique. La territorialisation est assurée par différents acteurs, et au premier chef par l’État [Agnew 2009], à partir de l’époque moderne où il se définit par l’exercice d’une souveraineté sur un territoire [Taylor 1994]. La territorialisation s’exprime dans différents champs : matériel, par le marquage au sol et l’occupation concrète de l’espace, politique, au travers d’un ensemble d’artefacts juridiques [Raffestin 1980] ou symboliques, grâce aux déploiement à partir de l’expérience de l’habiter d’un sentiment d’appartenance et d’identité [Di Méo 1998]. En Amérique du Sud, les deux mouvements d’appropriation matériel et symbolique n’ont pas progressé au même rythme – ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils se sont contredits. La proposition de Raymond Woessner d’envisager la territorialisation comme le déploiement des hommes dans un lieu (occupation concrète) autant que comme l’insertion de cet espace dans un projet (appropriation symbolique) peut servir de fil directeur pour penser cette dualité [Woessner 2010]. De fait, aux frontières sud-américaines, l’occupation a longtemps été très en retrait des projets multiples que l’on avait pour cet espace périphérique.

1.1. Des périphéries faiblement appropriées

12À l’échelle locale, la territorialisation commence par l’occupation d’un lieu. Elle est assurée par des hommes et des femmes unis par leur sentiment d’appartenance à une entité plus grande, les organisations impériales d’abord, puis les États nationaux. Cette occupation effective entraîne un marquage de l’espace : des routes, des villes, des bornes frontalières (parfois) impriment dans l’espace les signes de l’appartenance à un territoire. Cependant, dans les marges des empires, qui deviendront les périphéries des États-nationaux, ce marquage reste léger car les hommes sont peu nombreux à s’aventurer sur ces terres. C’est ainsi que la région-frontière, en l’absence de ces marqueurs spatiaux, devient un obstacle à la territorialisation, là où elle devrait attester de son achèvement.

13Durant toute la période coloniale, les pouvoirs administratifs sont établis loin du centre du continent où se déploie la frontière. À l’est, les Portugais organisent leur occupation selon une logique de comptoirs perpendiculaires à la côte [Droulers 2001a]. Maritime, irrégulière, la manière de coloniser portugaise fait dire au chroniqueur Frei Vicente Do Salvador que les Portugais « préfèrent arpenter seulement les côtes, tels des crabes » [Salvador 2008, 1ère éd. 1627]. À l’ouest, les Espagnols se lovent dans les structures de contrôle de l’espace héritées de l’empire inca. Elles sont centrées sur les Andes, loin des marges frontalières. L’exploitation des gisements miniers – notamment de l’argent de Potosi, conforte cet ancrage andin. Par-delà les différences dans les modes de colonisation, andin et étendu pour les Espagnols, maritime et sporadique pour les Portugais [Thomaz 2018], les deux puissances ibériques s’inscrivent dans un espace mondial interconnecté. Cela explique leur tropisme commun pour les façades maritimes, interfaces stratégiques de cette proto-mondialisation [Gruzinski 2012]. En conséquence, le centre du continent est moins répulsif que dénué de tout pouvoir d’attraction. Il ne présente ni d’intérêt stratégique ni de ressources valorisables dans les circuits marchands. Durant toute la période coloniale, le centre du continent est donc traversé par une diagonale du vide, où les rares populations autochtones ne font allégeance à aucune autorité. Cette zone de discontinuité fait frontière plus efficacement que le méridien tracé à Tordesillas pour partager les possessions des deux puissances ibériques.

Figure 1 – Carte du maillage municipal en Amérique du Sud – qui rend compte du vide central

Figure 1 – Carte du maillage municipal en Amérique du Sud – qui rend compte du vide central

Source : Fonds de carte Philcarto 2004, Laetitia Perrier Bruslé 2021

  • 3 Il lui écrit en ces termes : « ne provoquez pas, ou même ne permettez pas qu’il existe la moindre c (...)

14L’absence d’hommes pour prendre possession des terres est le corollaire de l’incapacité des autorités coloniales à projeter leur pouvoir dans ces espaces de l’intérieur. Signe de leur désintérêt, ou de leur impuissance, ces espaces sont cédés aux missionnaires jésuites et franciscains dès le début du XVIIe siècle [Briesemeister 1999, Vangelista 2001], à charge pour eux d’intégrer les populations indigènes dans le monde interconnecté et mondialisé en train de se construire. Leur réussite dans cette entreprise se mesure à la crainte que finit par susciter la constitution de cet État jésuite dans l’État. Les Jésuites sont expulsés du Portugal en 1759 et des colonies espagnoles en 1767. Dans cet intervalle de deux siècles, ce sont les seuls à avoir posé des marqueurs territoriaux forts. Les Indiens, regroupés dans des missions, pratiquent une agriculture efficace et un artisanat élaboré. Les écoles enseignent à la fois la musique baroque de la contre-réforme et la gloire du Christ. Dans le ventre mou du centre du continent, les missions regroupent au tournant du XVIIIe siècle près de 30 000 Indiens dans le Moxos et 24 000 en Chiquitanie [Roux 2000]. Côté espagnol, ils tiennent la frontière face aux bandeirantes portugais. Ces aventuriers en quête de fortunes, d’or et d’esclaves [Droulers 2017] se lancent depuis São Paulo en direction de l’intérieur du futur Brésil, établissant des villes et fixant les premiers itinéraires. Depuis les Andes, les réductions jésuites sont perçues, pour cette raison, comme un bouclier face à cette entreprise désordonnée de territorialisation en archipel. La couronne portugaise n’y voit pendant un temps rien à redire, et la mission de Francisco de Melo Palheta envoyée en reconnaissance sur l’autre rive du Madeira/Guaporé en 1722, reconnaissant la solide implantation jésuite propose de fixer la frontière sur le fleuve [Le Tourneau 2019]. Cependant, si les autorités coloniales espagnoles se félicitent de la capacité des missions à faire rempart contre les rapines portugaises, elles doivent aussi régulièrement leur rappeler leur fonction de sentinelle. La frontière doit être une barrière et les échanges nuls de part et d’autre de la ligne. Vers 1738, l’auditeur de Cuiabá, pour avoir commercé avec les Espagnols, se fait admonester par le capitaine supérieur de São Paulo3. Ces rappels à l’ordre sont toutefois exagérés car les flux qui traversent la ligne frontalière sont anecdotiques : contrebande de l’argent de Potosi, de l’or des mines portugaises et de quelques expédients pour survivre dans ces régions déconnectées. Ce sont donc moins les transactions frontalières illicites, que la faiblesse globale des échanges qui donnent à la frontière son inconsistance.

15La période républicaine, qui s’ouvre avec l’indépendance des États au début du XIXe siècle, ne change pas grand-chose à son immatérialité. Avant le boom du caoutchouc (au tournant du XIX-XXe siècle) la région frontière se perd dans les espaces selvatiques faiblement anthropisés. Entre les populations indigènes, qui vivent en marge des structures étatiques, et les populations d’aventuriers qui les défient, rares sont ceux capables de poser des marqueurs spatiaux qui pourraient témoigner de l’appropriation des espaces frontaliers et de leur insertion dans l’espace national. Une poignée d’administrateurs, quelques soldats, sont les seuls porteurs d’une conquête territoriale que des États, mal à l’aise dans des cadres territoriaux trop grands pour eux, tentent de conduire.

Figure 2 – Réorganisation frontalière sous l’effet d’un cycle d’exploitation dans une région vide : le caoutchouc amazonien et au milieu passe une frontière

Figure 2 – Réorganisation frontalière sous l’effet d’un cycle d’exploitation dans une région vide : le caoutchouc amazonien et au milieu passe une frontière

Source : L. Perrier-Bruslé, 2021

16Un seul exemple suffit pour illustrer cette difficulté à poser les jalons matériels d’une souveraineté étatique. Le 14 juillet 1899, Luis Galvez prend possession du poste douanier bolivien de Puerto Alonso, au nom des collecteurs de caoutchouc brésiliens qui s’opposent aux velléités de l’État bolivien de leur faire payer une taxe d’exportation sur le latex qu’ils extraient dans une zone officiellement bolivienne. Ce poste de douane ne compte alors que cinq soldats et cinq fonctionnaires [Messuti Ribera 2002]. Une poignée d’hommes bien incapables d’imprimer la souveraineté de l’État bolivien et de faire frontière. La cession en 1903 de la région de l’Acre bolivienne (191 000 km²) au Brésil qui conduit à un déplacement de la frontière est le résultat de cette incapacité de l’État bolivien à peupler et contrôler cette région.

1.2. Des hauts lieux symboliques : des flux politiques et symboliques

17Des empires coloniaux aux États nationaux, les frontières du centre du continent restent donc largement imperceptibles à l’échelle locale. Dans l’espace national, en revanche, elles prennent une place symbolique et politique de première importance en tant que pièce maitresse du projet de territorialisation conduit par l’État. L’approche duale de la territorialisation proposée par Raymond Woessner [Woessner 2010] est tout à fait pertinente dans ce contexte sud-américain. Sur le temps long, le territoire prend forme autant comme un projet spatial que comme un support physique des activités humaines (et une réserve de ressources à exploiter). Le projet spatial devance même l’occupation concrète. Il s’élabore au moyen de relations de pouvoir projetées dans l’espace [Raffestin 1980, réédition 2019]. Il occupe dans la stratégie de territorialisation de l’État une place de première importance, qui lui permet d’exister alors même qu’à l’échelle locale l’espace frontalier n’est que faiblement occupé. Il y a là une dissociation du mouvement de territorialisation : actif à l’échelle nationale, il est relativement absent à l’échelle locale. Notons que cette disjonction scalaire n’est pas exceptionnelle. Elle a été observée dans des périodes plus contemporaines où, sous l’effet du capitalisme, l’organisation scalaire de l’espace étatique est constamment modifiée, reconstruite et démultipliée [Brenner & al. 2008, p. 5].

  • 4 Les raisons qui ont poussé les Portugais à obtenir ce déplacement font encore l’objet d’un débat hi (...)
  • 5 Il s’agit du traité de Madrid (1750), puis du traité du Pardo (1761) qui invalide en partie le prem (...)

18Pour l’Amérique du Sud, la première étape du processus de territorialisation opère donc au travers de l’affirmation d’un projet politique où la frontière joue un rôle clef pour deux raisons. Tout d’abord parce qu’elle constitue le point de départ de l’entreprise coloniale d’occupation de l’Amérique du Sud. Il faut pour le comprendre revenir en arrière. C’est à Tordesillas en 1494 que le cadre spatial de la colonisation est défini [Théry 2019]. Portugais et Espagnols se retrouvent dans cette ville espagnole pour définir les conditions d’application de la bulle Inter Caetera (1493), promulguée un an auparavant par le pape Alexandre VI Borgia pour établir le partage du monde entre les deux puissances rivales. Si le pape avait suggéré d’appuyer cette ligne sur l’archipel des Açores (au milieu de l’Atlantique) les Portugais obtiennent son déplacement de quelques 2000 km vers l’ouest, ce qui leur ouvre de facto des droits sur la bande côtière du Brésil4. Et c’est ainsi que le méridien de Tordesillas, d’abord conçu comme une ligne imaginaire de partage du monde, devint la « référence fondamentale de toutes les frontières en Amérique du Sud » [Vazquez Machicado 1990]. Les traités de démarcation du XVIIIe font encore référence à Tordesillas, même s’il s’agit de justifier (au nom du principe de l’uti possidetis) le déplacement de la frontière impériale vers l’est5. Les indépendances nationales ne remettent pas en question sa suprématie. L’historien brésilien Hélio Vannia la décrit dans les années 60 comme « la pièce la plus importante de notre histoire diplomatique » [Vianna 1965, p. 42]. Au commencement du projet de colonisation était donc bien la frontière, fût-elle réduite à une ligne imaginaire, assez loin de la conception d’une frontière linéaire et précisément inscrite dans l’espace qui s’impose progressivement à partir du tournant du XVIIe siècle et depuis l’Europe [Amilhat-Szary 2020, pp. 45-46].

19La seconde raison qui conforte la primauté de la frontière dans le projet de territorialisation tient à sa capacité à donner sens à l’espace. Dans le centre du continent, les frontières inter-impériales traversent une zone dilatée qui marquent aussi les limites de la colonisation intérieure. Héritières de la ligne de partage du monde, elles gardent longtemps ce pouvoir d’ordonner symboliquement l’espace et de le fermer. Elle imprime d’ailleurs cette caractéristique à l’ensemble de la région frontalière décrite comme un bout du monde dans les chroniques coloniales, comme, plus tardivement, dans les écrits nationaux. Par exemple, à propos du Moxos, situé dans la périphérie orientale de la Bolivie face au Brésil, Raul Bothelo Gozalvez écrit en 1957 : « les années passèrent [après le départ des missionnaires]. Le Moxos était plus désert que jamais. Il n’y avait plus que la pampa, le ciel, la forêt et des sauvages. » [Bothelo Gozalvez 1957, rééd. 1994], faisant écho à un siècle d’intervalle à Alcide D’Orbigny qui note en 1831, alors qu’il s’avance dans le Moxos : « j’allais donc quitter les hommes pour m’enfoncer dans la grande forêt » [cité in Laborde Pedelahore 2000, p. 230]. Derrière cette évocation du vide d’hommes, ou de leur sauvagerie, ce qui se profile est bien ce partage du monde entre les espaces intégrés et les espaces en dehors de la civilisation. La frontière en Amérique du Sud est donc l’ultime limite, le front avancé de la civilisation. Elle est assez proche dans son fonctionnement et dans sa conception de celle décrite par Jackson Turner en 1893 à propos du front pionnier nord-américain. Turner voyait la frontier comme une « immense page blanche » [Turner 1893] sur laquelle l’histoire allait pouvoir s’écrire. C’était donc un espace de transition entre le monde sauvage (wilderness) et la civilisation incarnée par l’entrée dans l’histoire et le temps occidental.

20Ce processus de territorialisation qui commence par le surinvestissement symbolique de la frontière ne s’arrête pas au moment de la destruction des empires coloniaux. Bien au contraire, la fondation des États-Nations, dans le premier quart du XIXe siècle, conforte la frontière comme un hyper-lieu symbolique. Pour le comprendre il faut se rappeler les conditions dans lesquelles ces pays accèdent à l’indépendance. La libération de nations oppressées par le joug ibérique est l’argument affiché des luttes d’indépendance. S’il peine à cacher des motivations moins nobles, comme celle des élites créoles de prendre le contrôle des ressources de ces territoires, l’argument de la nation suppose de la doter d’une certaine consistance. Or l’exercice n’est pas évident car ces provinces colonisées qui ont partagé le même destin durant quatre siècles, ont beaucoup en commun (la langue et la religion au premier chef). Elles ont en revanche peu d’éléments identitaires propres. A la recherche de dénominateur commun, le territoire, imaginé et représenté, s’impose comme ferment de nation. En Bolivie, par exemple, le nationalisme se diffuse dans la population après la guerre du Pacifique (1878) qui aboutit à la perte de la façade maritime [Demelas 1980]. La conscience d’un territoire fragile et menacé alimente, au travers d’une inquiétude pour l’avenir du pays, l’idée de nation, jusqu’alors cantonnée à une élite [Thibaud 2010]. Le territoire est l’objet dans le premier siècle de l’indépendance d’une vulgate territoriale enseignée aux enfants, alors que les gouvernements libéraux dans le début du XXe siècle investissent dans les écoles rurales et urbaines [Martinez 2010]. Dans ce contexte, les frontières sont sanctuarisées car elles dressent les contours du territoire et de la nation qui en procède. Si cela n’empêche certes pas les renégociations frontalières, cela donne à chacune d’entre elles un tour dramatique. Et elles sont légions dans ce XIXe siècle, premier siècle de l’indépendance où les conflits territoriaux deviennent « a way of life » [Henderson 2016] : conflits territoriaux dans les Andes, portés par des caudillos en quête d’expansion territoriale (1830-1875), guerre du Pacifique entre la Bolivie, le Chili et le Pérou (1878-1884), contestés frontaliers entre le Chili et l’Argentine (vers 1880), création de l’Uruguay et nouveau bornage frontalier avec le Brésil et l’Argentine (1825-1828), guerre de la triple Alliance (1864-1870), etc. Si les conflits frontaliers se multiplient, véritable « mal congénital des anciennes colonies espagnoles » [Burr 1974, p. 184], le déplacement des tracés frontaliers conforte les frontières. Non seulement ces conflits témoignent d’une ambition étatique de contrôler effectivement son territoire, mais surtout chaque intervention sur les frontières nourrit le nationalisme et l’hyper-investissement symbolique dont elles sont l’objet.

1.3. La frontière : un espace vide, un haut-lieu symbolique et les prémices d’un lieu

21Ainsi la frontière, imperceptible sur le terrain, se construit comme un haut lieu symbolique, élément central d’une construction idéel du territoire. La faiblesse des flux de produits, de capitaux et d’hommes est compensée par l’intégration de la frontière dans un espace symbolique fondateur : l’édifice territorial. A ce stade de l’exposé, il est utile de revenir sur la triple dimension des lieux repérée par John Agnew : les lieux sont porteurs de sens et suscitent un attachement, ils sont localisés et ils sont un espace d’interaction sociale [Agnew 1996, 1997]. Le fort investissement symbolique dont ils font l’objet leur permet de cocher la première case. Les espaces frontaliers sont aussi des lieux parce qu’ils sont plus strictement localisés au sein d’un espace national dont la cartographie progresse. Il reste que la faiblesse numérique des habitants aux frontières explique que le local ne soit pas traversé que par des interactions sociales qui restent sporadiques. L’espace frontalier n’est, de ce point de vue, pas un lieu complet.

2. Des frontières vives à l’invention d’un nouveau régionalisme

22Les hyper-lieux frontaliers, constitués au travers de flux de pouvoir émanant de l’État, sont donc des lieux incomplets, jusque dans la première moitié du XXe siècle. Dans le tournant du siècle, et selon des chronologies quelque peu décalées en fonction des pays, un mouvement de conquête pionnière s’enclenche. À l’instigation des États qui organisent la colonisation intérieure en direction des terres vierges, des hommes et des femmes migrent en direction des marges frontalières. Leur arrivée change la texture sociale de ces espaces qui gagnent en consistance. Pour la première fois, la territorialisation se traduit par une occupation réelle à l’échelle locale. Bien plus tard, au tournant des années 2000, les frontières devenues vives suscitent de nouveaux projets. Le régionalisme sud-américain leur assigne une fonction stratégique dans un schéma d’aménagement continental en train de s’esquisser. À nouveau, les frontières retrouvent leur statut d’espace de projet. Pour comprendre le rôle des flux et des hommes dans la transformation des frontières, il est nécessaire d’observer avec attention ces moments de transition.

2.1. Avec le cycle du caoutchouc, les premiers flux de migrants

  • 6 Le lien entre évangélisation et colonisation est plus complexe qu’il n’y parait. Si dans la « légen (...)

23Les frontières au centre du continent sud-américain ont toujours été envisagées comme des espaces à intégrer. C’était bien l’esprit du partage du monde voulu par le pape en 1493 lorsqu’il chargea les puissances ibériques de christianiser ces nouveaux territoires – ce qui revenait à leur demander de les intégrer à la « civilisation »6. Si l’évangélisation légitime la colonisation, elle doit être conduite dans l’intégralité des territoires sud-américains. Il faut donc combler les espaces en creux, faiblement intégré aux sociétés coloniales puis nationales. Cette ambition ancienne a puissamment modelé l’imaginaire collectif projeté sur les régions frontalières, dont la vocation a toujours été d’être intégrées puis occupées, quand bien même la colonisation effective est restée longtemps à l’état de projet.

  • 7 Le coup de grâce de 1913 est lié à l’effondrement des cours mondiaux du caoutchouc. Il est suivi de (...)

24Il faut attendre le tournant du XXe siècle pour observer un premier mouvement massif de migrations d’hommes et de femmes en direction des frontières du centre du continent. Il est motivé moins par la quête de terres ou le désir d’occuper la frontière, que par la manne que représente le caoutchouc amazonien. Cette ressource naturelle est exploitée dans une situation de quasi-monopole mondial jusqu’en 1913, alors que la révolution des transports (vélos et bientôt voitures) mais aussi celle de l’électricité (le caoutchouc sert de gaine isolante pour les câbles) fait bondir la consommation mondiale. Depuis le Nordeste brésilien, c’est plus de 300 000 hommes et femmes qui partent vers les régions amazoniennes de l’Acre entre 1860 et 1910 [Soublin 2000]. Depuis les pays andins, Pérou et Bolivie principalement, les hommes se mettent aussi en route en direction des riches forêt où « les livres sterlings poussent aux arbres », comme on se plait à le dire dans la capitale bolivienne de La Paz [Roux 2000, Mendieta 2014]. En fait de flux migratoire, il faut bien reconnaitre que l’économie du caoutchouc repose surtout sur l’exploitation d’une main d’œuvre masculine qui fournit une armée de collecteurs de latex disséminés dans la forêt. A Santa Cruz, dans la ville de l’est de la Bolivie d’où partent ces péons, un écriteau annonce la couleur : « Calle Beni, la rue où on part pour ne jamais revenir » [Sanabria Fernandez 1958, p. 96]. Cette sombre prédiction indique moins les perspectives réjouissantes liées à un processus d’installation pérenne que les difficultés qui attendent les collecteurs à l’entrée dans l’enfer vert. Pourtant, lorsque le cycle du caoutchouc amazonien touche à sa fin en 19137, les hommes et les femmes du caoutchouc ne repartent pas tous. Dans l’historiographie de l’Amazonie, ils sont communément identifiés comme la paysannerie traditionnelle [Nugent 2017], en opposition aux colonisateurs arrivés dans la deuxième moitié du XXe siècle. Leurs modes d’occupations sédentaires sont extensifs. Les hévéas sont disséminés dans la forêt et les chemins pour les atteindre sont multiples [Ullan de la Rosa 2004]. Cet extractivisme, qui repose sur la collecte du latex d’arbres disséminés naturellement dans la forêt, pose les premiers jalons d’une occupation des territoires frontaliers dans le cadre d’une intégration au territoire national [Lopez Beltran 2001] et à l’espace mondial, dans lequel se déploient les réseaux de commercialisation du caoutchouc. Pour la première fois, la territorialisation passe par une logique d’appropriation à l’échelle locale : des bourgs, des chemins, des communautés disposées le long des fleuves constituent les premiers jalons d’une armature spatiale. Le temps des lieux frontaliers peut commencer. Mais cela ne remet pas pour autant en cause la capacité constante des flux (symboliques, en l’occurrence) à territorialiser la région en l’assimilant à l’édifice territorial de l’État-nation. Le boom du caoutchouc ancre dans l’imaginaire national de chacun des pays amazoniens l’idée d’une région-frontière dont l’unique destin est d’être une réserve de ressources au service du développement de la nation [Nugent 2017]. Cela n’est pas sans conséquence sur le destin des frontières elles-mêmes dont les tracés changent pour mieux départager la ressource [Zarate 2006].

2.2. Les frontières au centre d’une stratégie politique nationale

25Le processus de peuplement pionnier est relancé dans les années 1960. Il est bien plus structurant pour les régions frontalières que les premières installations liées au caoutchouc. Depuis le Brésil comme depuis les pays andins, l’heure de la conquête a sonné. Les fronts pionniers agricoles lancés en direction du centre du continent, s’ils sont assurés par des hommes et des femmes en quête de terre, n’ont rien d’initiatives spontanées. Ils s’inscrivent dans une politique d’État qui soutient ces flux migratoires pour deux raisons principales : résoudre les tensions foncières, d’une part, assurer l’intégration du territoire, d’autre part. Sur le premier point l’enjeu est de taille. Le partage des terres est structurellement inégalitaire en Amérique du Sud : les grands domaines côtoient les petites exploitations ou empiètent sur les territoires des communautés indigènes, selon une opposition latifundium-microfundium bien connue [Mesclier 2006, Chonchol 2017]. La démographie des années 1960, marquée par un taux de ruralité encore relativement élevé et par une croissance démographique soutenue, accélère le morcellement des terres dans les zones les plus anciennement occupés du continent, Nordeste au Brésil, Altiplano et Sierra, dans les pays andins. Il faut donc trouver de la terre. Or le contexte politique n’est pas favorable à l’expropriation. Au Brésil, le démantèlement des grandes propriétés décidé par le gouvernement militaire de 1964, est quasiment impossible à mettre en œuvre. L’option de la colonisation agraire sur les terres considérées comme vierges devient donc le principal expédient des inégalités foncières [Théry 1997, 2012]. Comme au début du siècle, les plus forts contingents de migrants partent du Nordeste, rural, pauvre et fortement inégalitaire. Les pays andins conduisent, pour les mêmes raisons, des politiques de colonisation dirigées vers les terres vierges du centre du continent. C’est le cas de l’Équateur où l’Institut Équatorien de Réforme agraire et colonisation (IERAC) est fondé en 1964 [Gondard & Mazurek 2001]. Si la colonisation n’intéresse pas que la partie orientale du pays, celle qui porte sur les « vastes territoires forestiers presque vides d’hommes » donne aux gouvernements « un excellent alibi pour différer, minimiser ou même refuser la nécessité de procéder à une réforme agraire. » [Deler 1981, p. 247].

26La résolution des inégalités agraires n’est pas l’unique objectif de la colonisation. Elle est aussi motivée par la volonté d’aménager le territoire et d’intégrer les régions périphériques. Ce deuxième motif de colonisation concerne d’ailleurs plus spécifiquement les frontières. En effet, dans le cadre de la lutte contre les inégalités foncières, les régions frontalières présentent surtout l’intérêt d’être des régions « vides » et donc d’avoir des terres en abondance. En revanche, les politiques de colonisation conduites sous la bannière de l’intégration nationale sont expressément organisées dans les zones frontalières, parce que ces zones sont identifiées comme des points de fragilité du territoire. Pour reprendre les mots du président brésilien Medici (1969-1974) il ne s’agit pas seulement d’ouvrir « les terres sans hommes aux hommes sans terre », comme il l’avait affirmé à l’occasion de l’inauguration de la route transamazonienne, mais encore « d’occuper le territoire pour éviter de le céder [aux voisins», ce qui en portugais tient dans la formule resserrée : integrar para não entregar. Il y a donc une ambition géopolitique derrière le soutien à la colonisation agraire, et qu’importe que cette menace de dépossession soit plus fantasmée que réelle. Elle prend corps dans des traités de géopolitiques qui, dans les différentes écoles militaires, évaluent les zones de vulnérabilités territoriales où il est impératif d’assurer un contrôle. Au Brésil le général Golbery do Couto e Silva, éminence du pouvoir militaire, appelle à une contention des frontières et à l’intégration de « l’île Amazonie », selon ses termes, à l’ensemble territorial [Golbery do Couto 1981]. Ainsi, le réseau routier qui prend forme dans cette période – et dont la construction chaotique se poursuit jusqu’à aujourd’hui – compte plusieurs routes circum-frontalières. Citons, parmi les plus connues et les plus abouties, les routes brésiliennes : la BR 364 qui part de Cuiaba pour rejoindre Porto Velho, en suivant la piste ouverte par le maréchal Rondon pour l’installation d’une ligne télégraphique (1900-1906) ; celle de Porto Velho qui s’enfonce plein Est en longeant les frontières boliviennes puis péruviennes. Au Pérou, la route Puerto Maldonado – Iñapari, qui longe la frontière bolivienne est aussi circum-frontalière. Erigée en corridor bi-océanique, puisqu’elle se prolonge dans les Andes et au-delà vers le Pacifique, elle a été grandement améliorée depuis 2003. En face de la route, de l’autre côté de la frontière, des petites communautés boliviennes difficilement reliées à l’arrière du pays font face à la menace péruvienne. L’une d’elle, Soberania, porte dans son nom toute l’ambition géopolitique d’un pays qui ne veut pas renoncer à son Amazonie.

Figure 3 – Frontières, construction de route et pression démographique

Figure 3 – Frontières, construction de route et pression démographique

Source : L. Perrier Bruslé 2021 Image Landsat 12/2020

27Le long de ces routes, les migrants s’installent. Tous ne restent pas, l’adaptation au milieu amazonien et l’isolement font que parfois l’entreprise se solde par un échec. Mais globalement le pari des gouvernements militaires a été relevé : les frontières vides sont devenues des frontières occupées, ourlées par une bande de peuplement qui permet de les tenir. La population du Rondônia passe ainsi de 36 000 personnes en 1950 à 1,4 million en 2000 [Théry 2012]. En Amérique du Sud, l’axiome « gouverner c’est construire des routes » est répété à l’envie – sans que personne ne sache vraiment à qui en attribuer la paternité. La construction de route est un marqueur territorial de l’État. En resserrant le maillage routier il fait d’ailleurs bien plus que d’affirmer sa souveraineté territoriale. Il permet à des hommes et des femmes de rejoindre la frontière, d’occuper le territoire, et d’assurer au-delà de l’amélioration de leur condition de vie, le projet d’une nation. Par-delà les péripéties politiques, les revirements idéologiques, les changements de régime, les États sud-américains suivent une politique territoriale d’une remarquable constance : l’intégration territoriale. Le front pionnier doit rejoindre la frontière [Perrier-Bruslé 2007-2014].

2.3. La territorialisation par les lieux et toujours des flux de pouvoir et d’image

28Dans ce processus de peuplement, la frontière gagne en consistance. Elle n’est plus seulement un espace de projet, un haut-lieu ou encore un point stratégique strictement localisé dans des schémas géopolitiques nationaux. Avec le peuplement des zones frontières, les lieux de la frontière deviennent enfin le substrat matériel et local des relations sociales. Ils cochent ainsi enfin les trois cases de la définition de lieu donné par John Agnew. La territorialisation est en marche. Dans les villes qui se font face de part et d’autre de la frontière, cette dernière gagne en consistance. Là où les binômes frontaliers vivaient dans un métissage et une relative indifférence aux rattachements nationaux, les trois dernières décennies ont tout changé. La venue de nouveaux migrants, le rattachement plus ferme de ces villes du bout du monde à l’espace national, la présence affirmée des institutions d’État ont replacé la frontière au centre de l’espace local. Les fleuves frontaliers qu’on traversait dans l’indifférence, le plus souvent à pied ou en bateau, se sont parés de drapeaux nationaux. La construction de ponts binationaux, si elle facilite la circulation, réaffirme la présence de deux pays qui se font face. A Cobija, en Bolivie, le pont de l’Amitié, qui traverse l’Acre en direction de la ville brésilienne de Brasiléia, a été inauguré en 2004. Ailleurs, au point tri-frontalier entre le Pérou, la Bolivie et le Brésil, le pont dit de l’intégration est achevé en 2006 [Valcuende del Rio 2009]. Les ponts facilitent la circulation transfrontalière. Le nom qu’on leur donne (« amitié », « intégration ») souligne leur vocation à multiplier les échanges. Ils n’en restent pas moins toujours le lieu de réaffirmation du fait national. De manière générale, plus il y a d’hommes et de femmes pour passer la frontière, plus il y a des produits qui transitent, plus il y a de contrebandiers pour la braver, plus la frontière s’installe comme un élément central de l’espace local. Sa fonction de barrière institutionnelle comme sa capacité à organiser les interactions sociales conforte sa matérialité. En retour, la frontière omniprésente dans l’espace local renforce les différenciations entre les groupes qui se trouvent de part et d’autre, selon un processus qu’avait mis à jour l’anthropologue Fredrik Barth lorsqu’il avait révélé que les interactions aux frontières d’un groupe ethnique renforcent leur identité culturelle plus qu’elle ne la menace [Barth 1999, Costey 2006].

29Cette logique des lieux ne se substitue pas totalement à la logique des flux politiques et symboliques qui continuent à converger vers la frontière. Le tournant des années 2000, où s’invente un nouveau régionalisme sud-américain, est un bon moment pour l’observer. Il a donné lieu à une ample bibliographie [Musset 2001, Bret, Ramousse & Musset 2005, Amilhat-Szary 2008, Perrier-Bruslé 2014] qui permet de l’évoquer rapidement ici. Après la création du MERCOSUR dans les années 1990, qui œuvre à une intégration des pays du cône sud autour de principes libre-échangistes, les années 2000 voient l’émergence de différents projets d’intégration qui portent une ambition territoriale et politique plus forte : l’UNASUR, fondée en 2008 et quasiment enterrée en 2017 avec le départ de la moitié de ses membres, ou encore l’ALBA-TCP lancée en 2004 par Cuba et le Venezuela et qui reste assez isolée en raison de son positionnement anti-impérialiste. Si le mouvement du régionalisme actif lancé dans les années 90 s’essouffle aujourd’hui en Amérique du Sud, il a changé le sens et la symbolique des frontières. Alors qu’elles n’avaient été envisagées, depuis les centres nationaux que comme des bouts du monde à mettre en défense, elles deviennent dans les projets régionaux des années 2000, des lieux d’interface et de médiation. La dialectique de la barrière et du passage, maintes fois mobilisée à propos des frontières, a donc changé de sens. Mais c’est moins cette inversion que la permanence des flux de pouvoir et leur capacité à territorialiser la frontière via un ensemble de prédicats que l’on retient de ce moment.

Conclusion

30En conclusion il semble nécessaire de revenir sur la proposition de repenser la relation entre logique des flux et logique des lieux dans les processus de territorialisation telle qu’elle se déploie dans la généalogie des frontières sud-américaines.

31Les premiers éléments de conclusion portent sur la nécessité de ne pas restreindre la territorialisation à la présence effective des acteurs dans les lieux. Les flux de pouvoir, qui donnent aux frontières leur fonction et modèlent leur image, sont aussi capables de générer symboliquement de l’appropriation, et ce faisant d’instituer les frontières comme une pièce centrale de la construction territoriale. C’est ce qui s’est passé pour les frontières sud-américaines chaque fois que des pouvoirs, établis souvent loin d’elles, les ont définies, dessinées ou encore investies de sens. Dans la continuité de cette première assertion, les frontières sud-américaines montrent que l’opposition entre territorialisation par l’insertion dans les lieux versus territorialisation par les flux n’avait rien d’exclusif. Les deux logiques coexistent ou se relaient pour construire des lieux complets, selon la définition d’Agnew. Le propos s’est ouvert sur le constat que ce débat entre flux et lieux, réseau et territoire, s’était déjà en partie tenu et qu’il avait conclu à la coexistence des deux principes de territorialisation. La construction des frontières en Amérique du Sud a donc moins servi à alimenter une controverse qu’à fournir une illustration de cette coexistence.

32Le deuxième élément de conclusion porte sur les acteurs qui fabriquent les frontières. Dans cette généalogie des frontières sud-américaines, l’État, dans ces différentes émanations, s’impose comme producteur de frontière – au travers notamment des flux de pouvoir et de signifiés qu’il y projette. Certes, la littérature sur les frontières a depuis longtemps signalé le poids des États dans le fait frontalier, à la fois en tant que processus et en tant qu’institution [M. Anderson 2015]. Il ne semble pourtant pas si vain de revenir sur le rôle pivot des États. D’abord parce qu’en dépit d’un intérêt quelque peu renouvelé pour la frontière d’État, consécutive à la mise en place d’un agenda sécuritaire après les événements du 11 septembre 2001 [Jones 2011], les borders studies ont surtout travaillé les frontières comme une construction sociale [Newman 2006, 2011]. D’autre part, parce que sur la question de l’État et des frontières, l’Amérique du Sud apporte de nouveaux éclairages. Dans cette région, l’État colonial puis l’État républicain colonisateur de son propre espace intérieur ont associé la construction frontalière à leur entreprise de conquête. Mais ils l’ont fait en partant d’un modèle de frontière conçu en Europe. Et c’est l’imposition de ce modèle dans un espace totalement différent de l’Europe (tant par sa taille que par la faiblesse de son peuplement) qui rend si complexe la relation de l’État à la frontière en Amérique du Sud. Cependant d’autres faiseurs de frontières sont apparus au fil de cette généalogie. Les populations vivant à la frontière jouent un rôle dans sa constitution, ce qui rejoint des constats régulièrement dressé par ailleurs [Paasi 1999, Newman 2006]. Les missionnaires et les bandeirantes, puis les collecteurs de caoutchouc au XXème siècle ou encore les paysans colonisateurs aujourd’hui ont inscrit la frontière dans les lieux, aux travers de leurs pratiques et de leur identité. Ils en ont fait un fait géographique total, pour paraphraser, en la déformant, la formule de Marcel Mauss de « fait social total » maintes fois utilisée pour qualifier la propension de la frontière à toucher « la société dans tous ses aspects, toutes ses institutions, toutes ses échelles » [Amilhat-Szary 2020, p. 20]. En s’inscrivant dans les lieux, les frontières sud-américaines deviennent des constructions sociales polymorphes, modelées autant par les pratiques que par l’institution étatique dont elles procèdent.

Haut de page

Bibliographie

Agnew, J. (1987) – Place and Politics: The Geographical Mediation of State and Society, Boston, Allen & Unwin, 281 p.

Agnew, J. (1996) – « Mapping Politics: How Context Counts in Electoral Geography », Political Geography, vol. 15, n° 2, pp. 129‐146, https://doi.org/10.1016/0962-6298(95)00076-3.

Agnew, J. (1997) – « The dramaturgy of horizons: geographical scale in the ‘Reconstruction of Italy’ by the new Italian political parties, 1992–1995 », Political Geography, vol. 16, n° 2, pp. 99‐121, https://doi.org/10.1016/S0962-6298(96)00046-7.

Agnew, J. (2009) – « Territorialization », in R. J Johnston, D. Gregory, G. Pratt, M. Watts & S. Whatmore, The Dictionary of Human Geography, Malden, MA, Wiley- Blackwell, pp. 744-747.

Amhilat-Szary, A.-L. (2008) – « Comprendre les référents des projets d’intégration américaine, du rêve bolivarien aux contre-initiatives anti-globalisation et identitaires contemporaines », in F. Taglioni & J.-M. Théodat (eds), Coopération et intégration, perspectives panaméricaines, Paris, L’Harmattan, pp. 209-228.

Amhilat-Szary, A.-L. (2020) – Géopolitique des frontières. Découper la terre, imposer une vision du monde, Paris, Le Cavalier Bleu, 216 p., https://doi.org/10.3917/lcb.amilh.2020.01.

Anderson, B. (2006) – Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso, 240 p.

Anderson,, M. (2015) – Frontiers: Territory and State Formation in the Modern World, Oxford / Malden, Polity Press, 272 p.

Appadurai, A. (1996) – Modernity At Large: Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University Of Minnesota Press, 248 p.

Barth, F. (1999) – « Les groupes ethniques et leurs frontières », in P. Poutignat & J. Streiff-Fenart (eds), Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, pp. 203-249.

Benoit, J.-L. (2013) – « L’évangélisation des Indiens d’Amérique ». Amerika. Mémoires, identités, territoires, n° 8 (mai). https://doi.org/10.4000/amerika.3988.

Bernand, C. & Grunzinski, S. (1992) – « La Redécouverte de l’Amérique ». L’homme 32 (n° 122), pp. 7‐38.

Bothelo Gosalvez, R. (1994) – Terre indomptable (trad. A. Sow), Paris, L’Harmattan, 153 p.

Brenner, N, Jessop, B., Jones, M. & Macleod, G. (eds) (2008), State/Space: A Reader, http://onlinelibrary.wiley.com/book/10.1002/9780470755686.

Bret, B., Ramousse, D., Musset, A. & al. (2005) – « Intégration et fragmentation territoriale en Amérique Latine », Bulletin de l’Association des Géographes Français, vol. 82, n° 4, pp. 387‐495.

Briesemeister, D. (1999) – « L’expansion des missions jésuites vers l’intérieur dans l’Amérique coloniale », in B. Pothast & G. Kohlhepp (eds), El espacio interior de America del sur : Geografia, historia, politica, cultura, Madrid /Francfort, Centre d’étude de l’Université d’Eischstatt.

Brunet-Jailly, E. (2007) – Borderlands, Ottawa, University of Ottawa Press / Les Presses de l’Université d’Ottawa, 392 p.

Burr, R. (1974) – By reason or force. Chile and the Balancing of Power in South America. Berkeley, CA, University of California Press, 322 p.

Castells, M. (1996) – The Rise of the Network Society. The Information Age: Economy, Society and Culture, vol. 1, Oxford, Wiley-Blackwell, 656 p.

Castells, M. (2020) – « Space of Flows, Space of Places: Materials for a Theory of Urbanism in the Information Age », in R. Le Gates & F. Stout (eds), The City Reader, Londres, Routledge, 7e ed.

Chivallon, C., Debarbieux, B., Grossetti, A., Lovell, A. & Tarrius, A. (1996) – « Réseaux sociaux et territoires », in J.-M. Offner & D. Pumain (eds), Réseaux et territoires : Significations croisées, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, pp. 137-171.

Chonchol, J. (2017) – Systèmes agraires en Amérique latine : Des agriculteurs préhispaniques à la modernisation conservatrice. Systèmes agraires en Amérique latine : Des agriculteurs préhispaniques à la modernisation conservatrice, Paris, Éditions de l’IHEAL, 366 p., http://books.openedition.org/iheal/3107.

Costey, P. (2006) – « Les catégories ethniques selon F. Barth », Tracés, n° 10 (février), https://doi.org/10.4000/traces.155.

Davidson, D. (1973) – « How the Brazilian West was won: Freelance and State on the Mato Grosso Frontier. 1737-1752 », in A. Dauril (ed.), Colonial roots of modern Brazil, Berkeley, University of California Press, pp. 59-106.

Debarbieux, B. (2003) – « Territoire », in J. Lévy & M. Lussault (eds), Dictionnaire de la géographie de l’espace et des sociétés, Paris, Belin, pp. 910-912.

Deler, J.-P. (1981) – Genèse de l’espace équatorien : essai sur la formation du territoire national, Paris, A.D.P.F, 280 p.

Demelas, M.-D. (1980) – Nationalisme sans nation ? La Bolivie au XIXe et XXee siècles, Toulouse : Centre régional de publication de Toulouse CNRS, 227 p.

DMéo, G. (1998) – Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan Université, 320 p.

Droulers, M. (2001a) – Brésil : une géohistoire, Paris, PUF, 312 p.

Droulers, M. (2001b) – « L’espace et le développement au Brésil : de la géophagie à la géosophie ? » Revue Tiers Monde, n° 167, pp. 673‐688.

Droulers, M. (2017) – « La marche des Brésiliens vers l’Ouest, un défi géohistorique. », in R. Abouddahab (ed.), L’Ouest et les Amériques : Entre arts et réalités, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 35-44.

Fifer, V. (1972) – Bolivia: land, location, and politics since 1825. Londres: Cambridge University Press, 328 p.

Golbery DCouto E Silva (1981) – Geopolitica do Brasil. Colecão Documentos brasileiros, n° 190, Rio de Janeiro : J. Olympio Editora, 273 p.

Gondard, P. & Mazurek, H. (2001) – « 30 años de reforma agraria y colonizacion en el Ecuador (1964-1994) : dinamicas espaciales ». Estudios de Geografia, n° 10 (Dinamicas territoriales : Ecuador, Bolivia, Peru, Venezuela), pp. 15‐40.

Gruzinski, S. (2012) – L’Aigle et le Dragon: Démesure européenne et mondialisation au XVIe siècle, Paris, Fayard, 435 p.

Henderson, P. (2016) – « Border Wars in South America during the 19th Century », in Oxford Research Encyclopedia of Latin American History. Oxford, https://doi.org/10.1093/acrefore/9780199366439.013.36.

Jillet, S. (2012) — « Space of Flows/Space of Place », in G. Ritzer (ed.), The Wiley-Blackwell Encyclopedia of Globalization, Chichester, Wiley Blackwell.

Jones, R. (2011) – « Border Security, 9/11 and the Enclosure of Civilisation », The Geographical Journal, vol. 177, n° 3, pp. 213‐217, https://doi.org/10.1111/j.1475-4959.2011.00416.x.

Laborde Pedelahore, P. (2000) – Alcide d’Orbigny A la découverte des nouvelles républiques sud-américaines, Biarritz, Atlantica, 400 p.

le tourneau, F.-M. (2019) – L’Amazonie : histoire, géographie, environnement. Paris, CNRS éditions, 528 p.

Lopez Beltran, C. (2001) – « La exploración y ocupación del Acre (1850-1900) ». Revista de Indias, n° 223, pp. 573‐590,https://doi.org/10.3989/revindias.2001.i223.573.

Martinez, F. (2010) – « Régénérer la race ». Politique éducative en Bolivie (1898-1920), Paris : Editions de l’IHEAL, 455 p.

Mendieta, P. (2014) – « De la quina a la goma : la compleja incorporación de la provincia Caupolicán al mercado mundial (siglo XIX) », in L. Perrier-Bruslé & B. Gozalvez (eds). El Norte La Paz En La Encrucijada de La Integración, La Paz : Plural Editores, IRD Editions, UMSA.

Mesclier, E. (2006) – « Les espaces ruraux de l’Amérique Latine dans la mondialisation », in F. Dureau, V. Gouëset & E. Mesclier (eds), Géographies de l’Amérique latine, Rennes : Presses universitaires de Rennes, pp. 139-219.

Messuti Ribera, H. (2002) – « La dramática desmembración del Acre ». in S. Quiroga (ed.), Pando ...Amazonia indómita, La Paz, Mágica Editores, pp. 61-101.

Musset, A. (2001) – « L’intégration américaine : le puzzle des États, la mosaïque des traités », in ALENA - MERCOSUR Enjeux et limites de l’intégration américaine, Paris, IHEAL éditions, pp. 7-25.

Newman, David (2005) – « The Resilience of Territorial Conflict in an Era of Globalization », in M. Kahler et B. Walter (eds), Territoriality and Conflict in an Era of Globalization, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 85-110.

Newman, David (2006) – « The lines that continue to separate us: borders in our ‘borderless’ world ». Progress in Human Geography, vol. 30, n° 2, pp. 143‐161, https://doi.org/10.1191/0309132506ph599xx.

Newman, David (2011) – « Contemporary Research Agendas in Border Studies: An Overview », in D. Wastl-Walter (ed.), The Ashgate Research Companion to Border Studies, 33e‐47e éd. Ashgate.

Nugent, S. (2017) – The rise and fall of the Amazon rubber industry, Londres, Routledge, 224 p.

Paasi, A. (1999) – « Boundaries as Social Practice and Discourse: The Finnish‐Russian Border », Regional Studies, vol. 33, n° 7, pp. 669‐680.

Perrier-Bruslé, L. (2007) – « The Front and the Line: The Paradox of South American Frontiers Applied to the Bolivian Case », Geopolitics vol. 12, n° 1, pp. 57‐77.

Perrier-Bruslé, L. (2014) – « L’intégration sud-américaine : des enjeux continentaux aux réalités locales. Un exemple à la tri-frontière Bolivie-Pérou-Brésil », in Y. Richard & A. Gana (eds), La régionalisation du monde. Construction territoriale et articultation global/local, Paris, IRMC Karthala, pp. 211-232.

Piolle, X. (1994) – « Mobilités et territoires, le sens de l’espace en question ? », in Figures architecturales et formes urbaines. Actes du congrès de Genève de l’association internationale de sémiotique de l’espace, Lausane, Anthropos, pp. 135-143.

Raffestin, C. (1980) – Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, 250 p.

Raffestin, C. (2019) – « Qu’est-ce que le territoire ? », in A.-L. Amilhat-Szary & Y. Calbérac (eds), Pour une géographie du pouvoir, Lyon, ENS Éditions, Bibliothèque idéale des sciences sociales. pp. 199-221, http://books.openedition.org/enseditions/7642.

Roulet, E. (2015) – L’évangélisation des Indiens du Mexique : Impact et réalité de la conquête spirituelle (XVIe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 321 p., http://books.openedition.org/pur/3526.

Roux, C. (2000) – À la recherche des cultures rencontrées par les missionnaires Jésuites et Franciscains (XVIIe-XXe siècles) une relecture de l’acculturation des Indiens de Moxos, de Chiquitos et du Chaco, Thèse de doctorat nouveau Régime, Université de Tours.

Roux, J.-C. (2000) – La Bolivie orientale : confins inexplorés, battues aux Indiens et économie de pillage (1825-1992), Paris, l’Harmattan, 317 p.

Sack, R. (1986) – Human Territoriality. Its Theory and history, Cambridge: Cambridge University Press, 272 p.

Salvador, V. (2008) – A historia do Brazil de Frei Vicente do Salvador, história e política no Império português do século XVII, édité par M. Lêda Oliveira. Rio de Janeiro / São Paulo : Versal, Odebrecht.

Sanabria Fernandez, H. (1958) – En busca de Eldorado, la colonizacion del Oriente boliviano por los cruceños. Santa Cruz de la Sierra, UGRM, 366 p.

Soublin, J. (2000) – Histoire de l’Amazonie, Paris, Payot, 338 p.

Sparke, M. (2009) – « Flows », in D. Gregory, R. Johnston, G. Pratt, M.Watts & S. Whatmore, The dictionary of human geography, 5e éd., Malden / Oxford /Victoria, Wiley-Blackwell, pp. 257-259.

Taylor, P.-J. (1994) – « The state as container: territoriality in the modern world-system ». Progress in Human Geography, vol. 18, n° 2, pp. 151‐62, https://doi.org/10.1177/030913259401800202.

Théry, H. (1997) – « Routes et déboisement en Amazonie brésilienne : Rondônia 1974-1996 », Mappemonde, n° 97/3, pp. 35‐40.

Théry, H. (2012) – Le Brésil, Paris, Armand Colin, coll. U, 296 p. https://doi.org/10.3917/arco.ther.2012.01.

Théry, H. (2019) – « Tordesillas, la bourgade où Castillans et Portugais se sont partagé l’Amérique », Mappemonde, n° 126, https://journals.openedition.org/mappemonde/1197.

Thibaud, C. (2010) – La Academia Carolina y la independencia de América. Los abogados de Chuquisaca (1776-1809), Sucre : FCBCB ; ABNB ; Charcas.

Thomaz, L.-F. (2018) – L’expansion portugaise dans le monde (XIVe-XVIIIe siècles). Les multiples facettes d’un prisme. Trad. E. Viteau & X. De Castro), Paris, Magellane Poche, 304 p.

Turner, F.J. (1893) – « The Significance of the Frontier in American History », Report of the American Historical Association 1893, pp. 199‐227.

Van Houtum, H., Kramsch, O. & Zierhofer, W. (eds) (2005) – B/ordering Space. Aldershot, Ashgate, 262 p.

Ullán DLRosa, F. (2004) – « La Era del Caucho en el Amazonas : modelos de explotación y relaciones sociales de producción : el caso de los indios ticuna », Anales del Museo de América, vol. 2004-12, pp. 183‐205.

Valcuende Del Rio, J.-M. (2009) – Historia y memorias de las tres fronteras Brasil, Perú y Bolivia, Cusco : Grupo Frontera, 232 p.

Vangelista, Chiara (2001) – Confini e frontiere : Conflitti e alleanze inter-etniche in America meridionale sec. XVIII, Turin : SegnaLibro, 216 p.

Vazquez Machicado, H. (1990) – Para una historia de los límites entre Bolivia y el Brasil, La Paz, Libraria Editorial Juventud, 535 p.

Vianna, H. (1965) – Historia do Brasil, São Paulo, Edicões Melhoramentos, 723 p.

Woessner, R. (2010) – « La territorialisation : proposition pour la compréhension du phénomène par une entrée systémique ». Revue d’Economie Regionale Urbaine, n° 2010-4, pp. 669‐685, https://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2010-4-page-669.htm.

Zarate, C. (2006) – « Frentes extractivo y fronteras politicas en la Amazonia de la época del caucho. », Gestión y Ambiente, vol. 9, n° 3, pp. 55-67, https://revistas.unal.edu.co/index.php/gestion/article/view/49703.

Haut de page

Notes

1 « The central premise is that territorial states are made out of places” (Agnew 1987, 1)

2 Cette façon de définir le territoire par l’appropriation territoriale a été discutée pour son efficacité démonstrative. En effet les usages de la notion d’appropriation fort divers ne permettent pas pour certains auteurs de définir fermement le processus de territorialisation. Debarbieux, notamment, a montré comment cette notion d’appropriation renvoyait tout à la fois une dimension politique, éthologique ou cognitive, avec des degrés divers d’exclusivité (Debarbieux 2003).

3 Il lui écrit en ces termes : « ne provoquez pas, ou même ne permettez pas qu’il existe la moindre communication, et, encore moins, le moindre commerce entre les domaines du Portugal et de Castille, parce que, dans les temps présents, ce thème est beaucoup plus délicat que ce que votre Seigneurie peut imaginer ».(cité par Davidson 1973, 74)

4 Les raisons qui ont poussé les Portugais à obtenir ce déplacement font encore l’objet d’un débat historique : cherchaient-ils uniquement une escale dans leur route de retour des Indes ou avaient-ils pressentis l’immensité du Brésil ? « Beaucoup d’historiens penchent pour la deuxième option même si les preuves manquent » (Droulers 2001a, 24).

5 Il s’agit du traité de Madrid (1750), puis du traité du Pardo (1761) qui invalide en partie le premier et enfin du traité de San Idelfonso (1777).

6 Le lien entre évangélisation et colonisation est plus complexe qu’il n’y parait. Si dans la « légende noire des Amériques », l’évangélisation est décrite comme un moyen violent de soumettre les populations indigènes pour permettre aux colonisateurs d’assoir leur domination, une historiographie plus récente insiste sur le souci de l’Indien qui anime en partie l’administration coloniale espagnole et que porte les différents ordres missionnaires (Roulet 2015; Benoit 2013).

7 Le coup de grâce de 1913 est lié à l’effondrement des cours mondiaux du caoutchouc. Il est suivi de près par les premières exportations des plantations d’Asie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Carte du maillage municipal en Amérique du Sud – qui rend compte du vide central
Crédits Source : Fonds de carte Philcarto 2004, Laetitia Perrier Bruslé 2021
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/9064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Figure 2 – Réorganisation frontalière sous l’effet d’un cycle d’exploitation dans une région vide : le caoutchouc amazonien et au milieu passe une frontière
Crédits Source : L. Perrier-Bruslé, 2021
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/9064/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Figure 3 – Frontières, construction de route et pression démographique
Crédits Source : L. Perrier Bruslé 2021 Image Landsat 12/2020
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/9064/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laetitia Perrier-Bruslé, « Au centre de l’Amérique du Sud : des frontières leviers de territorialisation »Bulletin de l’association de géographes français, 99-1 | 2022, 75-98.

Référence électronique

Laetitia Perrier-Bruslé, « Au centre de l’Amérique du Sud : des frontières leviers de territorialisation »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 99-1 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/bagf/9064 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.9064

Haut de page

Auteur

Laetitia Perrier-Bruslé

Maîtresse de conférences, Université de Lorraine, LOTERR, UR7304, 54015 Nancy – Courriel : laetitia.perrier-brusle[at]univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search