Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99-1La frontière de facto entre Trans...

La frontière de facto entre Transnistrie et (reste de la) République de Moldavie : la réactivation d’une ancienne frontière impériale ?

De facto border between Transnistria and (the rest of) Moldova: the reactivation of a former imperial border?
Thomas Merle
p. 99-113

Résumés

Comme beaucoup d’autres frontières ou anciennes frontières d’Europe centrale et orientale, la frontière de facto entre Transnistrie et reste de la République de Moldavie – dont elle a fait sécession à partir de 1990 – constitue la réactivation d’une ancienne frontière impériale. La période soviétique fut structurante dans la divergence des trajectoires entre les deux rives du Dniestr, la frontière fantôme ayant été maintenue de manière active dans la gestion des territoires. Bien que non reconnue, cette frontière constitue aujourd’hui une véritable limite politique entre deux souverainetés étatiques ; les crises qui agitent la région depuis le début XXIe siècle contribuent à renforcer cette frontière plus qu’à l’effacer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon la base de données du laboratoire Habiter, gérée par Stéphane Rosière.
  • 2 La terminologie varie : États autoproclamés, États de facto, États non reconnus, États à reconnaiss (...)

1Le monde compte environ 325 dyades (au sens de Michel Foucher de « frontière commune à deux États contigus ») terrestres1 consensuelles dans leur existence à défaut de leur tracé. Ce chiffre [Foucher 2010] reste approximatif en raison de l’incertitude liée au statut de certains territoires. Palestine et Kosovo ne sont ainsi pas reconnus par l’ensemble des États membres de l’Organisation des Nations Unies et l’existence de leurs frontières, en droit, fait débat [Rosière 2010]. C’est encore plus le cas des États de facto2, entités étatiques effectives sur le terrain mais dont la reconnaissance internationale est limitée. Sauf exceptions - cas du Sahara occidental, dont la frontière théorique avec le Maroc est parfois représentée sous forme de pointillés -, les frontières de ces territoires n’apparaissent pas sur les cartes.

Tableau 1 – Carte d’identité de la République de Moldavie et de la Transnistrie

  • 3 Le cours de cette monnaie est fixé par la banque centrale transnistrienne sur la base d’une parité (...)

République de Moldavie

Dont Transnistrie

( % de la Moldavie)

Superficie

33 846 km²

4 163 km² (12,3 %)

Population

2 658 000 hab.

500 000 hab. (18,8 %)

Capitale

Chisinau

Tiraspol

Monnaie

Leu moldave

Rouble transnistrien3

PIB estimé

12 milliards $

1 milliard $ (8,3 %)

Langues officielles

Moldave écrit en alphabet latin

Russe de fait + ukrainien et moldave écrits en alphabet cyrillique

Composition ethnique

75 % Moldaves, 7 % Roumains,

6,6 % Ukrainiens, 4,6 % Gagaouzes, 4,1 % Russes

32 % Moldaves ; 30 % Russes ; 29 % Ukrainiens

Religions

90 % orthodoxes (patriarcat de Moscou à 86 %, patriarcat de Bessarabie à 13 %)

90 % orthodoxes (patriarcat de Moscou)

Date d’indépendance

27 août 1991 (immédiatement reconnue)

2 septembre 1990 (non reconnue)

Dyades

1 222 km avec l’Ukraine, 681 km avec la Roumanie, 363 km non reconnus avec la Transnistrie

363 km avec (le reste de) la Moldavie, 454 avec l’Ukraine (37,2 %)

Reconnaissance internationale

Pleine et entière (membre de l’ONU dès 1992)

Seulement par l’Abkhazie, l’Ossétie du Sud et le Haut-Karabagh, eux-mêmes non reconnus

Sources : données officielles de la République de Moldavie et de la Transnistrie (recensement, Constitution, Ministère de l’Économie)

2C’est le cas de la dyade - pour reprendre l’expression de Michel Foucher désignant le tronçon de frontières commun à deux États [Foucher 1988] - entre la Transnistrie et (le reste de) la République de Moldavie, dont elle a fait sécession à partir de 1990 (voir Tableau 1 p. 100). Cette frontière n’a pas été créée ex nihilo. Dans quelle mesure constitue-t-elle la réactivation, certes non reconnue, d’une ancienne frontière impériale dont le potentiel de réactivation a été entretenu par la politique de l’Union soviétique ?

1. L’horogenèse impériale d’une frontière qui fut éphémère

1.1. Une frontière aux confins des Empires ?

  • 4 Il existe une région de Roumanie, frontalière avec la République de Moldavie, qui s’appelle elle-mê (...)

3Ce sont les avancées et reflux de l’Empire ottoman par rapport à la République des Deux Nations Pologne-Lituanie puis à l’empire russe qui ont fixé les frontières dans la région à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. Ces limites ont, comme toutes les frontières, fluctué en fonction des rapports de force. En 1812, la frontière entre l’Empire russe et l’Empire ottoman est fixée au niveau du fleuve Prout, affluent du Danube (voir Carte 2 et Chronologie 1). Cette frontière, appuyée sur un élément naturel, existe toujours de nos jours et sépare les actuelles Roumanie et République de Moldavie4. Rive gauche, se trouve alors la région de Bessarabie, marche de l’Empire russe qui correspond à la région entre les fleuves Prout et Dniestr. Un siècle plus tard, cette frontière n’a pas bougé. Sa remarquable stabilité n’est que légèrement écornée par l’indépendance de la Roumanie vis-à-vis de l’Empire ottoman, prise progressivement entre 1859 et 1878, date de la reconnaissance de l’indépendance de la Roumanie par l’Empire ottoman.

1.2. Une frontière dont le tracé a beaucoup varié entre 1914 et 1945 : de l’empire russe à l’Union soviétique, d’un fleuve à l’autre

4La frontière redevient mobile, dans son tracé, avec la Première Guerre mondiale. L’Empire russe, mal préparé, s’effondre rapidement et enchaîne les défaites, précipitant les révolutions de février et octobre 1917. Une fois au pouvoir, les Bolcheviks tiennent la promesse, très populaire, de négocier la paix. La Russie se retire de la guerre dès 1917 et signe une paix séparée avec l’Allemagne en mars 1918 avec le Traité de Brest-Litovsk. La Russie perd 800 000 km² et voit ses frontières reculer au détriment de l’Empire ottoman (dans le Caucase) et de l’Empire allemand (en Europe centrale et orientale, des Pays baltes à l’Ukraine actuelle) mais aussi de la Roumanie. Si l’Entente (réduite à la France et à la Grande-Bretagne avec le retrait russe) et ses alliés (Italie, Roumanie notamment) emportent finalement la guerre, les traités de paix ne sont guère révisés en faveur de la Russie, considérée comme un État vaincu et qui inquiète en raison de la révolution bolchevik. La Roumanie, alliée de l’Entente, conserve la Bessarabie qu’elle avait obtenue en mai 1918 au traité de Bucarest (voir Carte 2 et Chronologie 1).

5De fait, à partir de 1917 et pour toute la période de l’entre-deux-guerres, la frontière entre la « Grande Roumanie », et la Russie puis l’URSS (son État successeur), est fixée sur le fleuve Dniestr. Mais l’URSS ne renonce pas à la Bessarabie, qu’elle considère comme occupée par la Roumanie ; elle a créé la République Socialiste Soviétique Autonome (RSSA) de Moldavie - qui correspond à l’actuelle Transnistrie - au sein de l’Ukraine, asseyant ainsi sa revendication. Le 26 juin 1940, profitant de la défaite française sur le front ouest, l’URSS pose un ultimatum à la Roumanie, conformément aux accords secrets du pacte germano-soviétique d’août 1939 par lequel l’Allemagne nazie et l’URSS se partagent l’Europe centrale et orientale. La Roumanie obtempère, ne pouvant espérer aucun soutien de ses alliés occidentaux : la France est défaite, le Royaume-Uni est isolé. Cela précipite la chute de la monarchie roumaine, le roi Carol II devant abdiquer et s’exiler le 6 septembre 1940. Le général Antonescu met en place un régime allié de l’Allemagne nazie.

  • 5 La période a laissé un très mauvais souvenir, expliquant notamment que localement les habitants de (...)

6En juillet 1941, forte de cette alliance et profitant de l’opération Barbarossa lancée par l’Allemagne nazie le 22 juin qui rompait le pacte germano-soviétique, la Roumanie d’Antonescu reprend la Bessarabie et la ligne de front dépasse non seulement le Prout mais aussi le Dniestr pour se fixer sur un fleuve encore plus à l’Est, le Boug qui se trouve actuellement en Ukraine. La région « outre Dniestr » prend en roumain le nom de Transnistrie. À l’été 1944, Staline profite du reflux de l’Axe (Allemagne, Italie, Japon) pour réoccuper l’ensemble de la région. La Roumanie bascule dans la sphère d’influence soviétique et perd la Bessarabie, récupérée par l’URSS. La Bessarabie, qui a changé trois fois de mains en trois ans, est l’une des régions les plus sinistrées par la Seconde Guerre mondiale ; elle perd plusieurs centaines de milliers d’habitants, en raison des combats mais également des massacres de civils par la Roumanie du général Antonescu (230 000 Juifs victimes de la Shoah) et les Soviétiques5. La Bessarabie devient la République Socialiste Soviétique (RSS) de Moldavie sans statut d’autonomie et après adjonction, sur la rive gauche du Dniestr, d’un étroit territoire découpé dans la RSSA de Moldavie dont les territoires restants sont, quant à eux, réintégrés à la RSS d’Ukraine. Le territoire de Bessarabie est donc profondément remanié. Le nouveau découpage administratif soviétique perdure jusqu’en 1991.

2. Une frontière fantôme active : l’instrumentalisation soviétique

2.1. Un exemple de la politique soviétique des nationalités : la Transnistrie, une ancienne frontière-vitrine (1918-1940) dans le cadre de la korenizatsia (« indigénisation »)

7La frontière établie sur le Dniestr fut donc en apparence une ligne éphémère. Elle ne dura que dans l’entre-deux-guerres, entre 1917 et 1940. Mais cette vingtaine d’années fut structurante. En effet, la gestion des deux rives du Dniestr, unies depuis au moins un siècle dans l’Empire russe, a largement divergé dans l’entre-deux-guerres. Du côté roumain, rive droite du Dniestr, la Moldavie relevait d’un État à dominante rurale et agricole, relativement peu développé. Du côté soviétique, rive gauche, la région frontalière est érigée en vitrine du modèle soviétique. Au-delà de la mise en œuvre de la politique soviétique (collectivisation par exemple) qui transforme profondément les structures sociales et les paysages, le nouveau tracé de la frontière induit d’autres spécificités, l’URSS tentant de récupérer l’actuelle République de Moldavie qu’elle considère comme occupée.

  • 6 Ce statut d’autonomie (théorique) constituait un maillage territorial non couvrant en URSS : seules (...)
  • 7 L’exemple rappelle que la population considérée comme « nation titulaire » d’une entité autonome n’ (...)

8La région obtient tout d’abord sur le plan administratif un statut d’autonomie, constituant une RSSA6 au sein de la République Socialiste Soviétique d’Ukraine : la RSSA de Moldavie. Sa capitale en pratique est d’abord Balta, en actuelle Ukraine, jusqu’en 1929 puis Tiraspol jusqu’en 1940, actuelle capitale de la Transnistrie. Officiellement cependant, sa capitale était Chisinau, capitale de l’actuelle Moldavie, considérée par l’URSS comme occupée par la Roumanie. La RSSA de Moldavie s’inscrit bien dans le cadre de la politique des nationalités, dont Staline était un fin connaisseur, puisqu’il avait été commissaire aux nationalités sous Lénine et avait déjà écrit sur le sujet [Staline 1913]. Le statut d’autonomie vient donc répondre à la spécificité du peuplement local : au recensement soviétique de 1926, les deux tiers des Roumano-moldaves vivant en Ukraine (259 324 individus en tout) résidaient dans la RSSA de Moldavie ; ils y représentaient 30,1 % des habitants, ce qui est certes moins que les Ukrainiens (48,5 %) [Călin 2008] mais qui représente une minorité significative7. Surtout, la position frontalière de la région a donné un tournant précis à la korenizatsia, la politique d’ » indigénisation » et de gestion des minorités nationales [Martin 2001] : la RSSA de Moldavie fut conçue par Staline comme le doublon de la Roumanie, visant à attirer les Roumains (et en particulier les habitants de Moldavie roumaine) dans la révolution internationale, comme la Carélie doublait côté russe la Finlande et comme l’Azerbaïdjan doublait - comme République Fédérée de l’URSS - la région du même nom au nord de l’Iran. Le choix de conserver le nom de Moldavie, déjà utilisé côté roumain, montre bien les revendications soviétiques, comme dans le cas de l’Azerbaïdjan. La frontière avec la Roumanie a donc été urbanisée, industrialisée et russifiée (la part de Russes augmente légèrement dans l’entre-deux-guerres, de 8,5 % en 1926 à 9,7 % en 1936).

2.2. Une frontière fantôme active : une limite qui continue d’être instrumentalisée par l’URSS (1945-années 1980)

  • 8 La frontière fantôme est chargée d’émotion précise également Vladimir Kolossov ; en cela, l’express (...)

9À sa disparition en 1945, le caractère de vitrine de la frontière la rendait donc particulièrement « fantomisable », néologisme qui peut être proposé pour désigner une frontière qui a une forte probabilité de devenir une frontière fantôme. De fait, la frontière sur le Dniestr devient une frontière fantôme, c’est-à-dire qu’il s’agit d’une ancienne frontière politique qui a disparu mais dont le tracé reste perceptible sur un plan économique, social et/ou culturel [Von Hirschhausen 2017]8. En pareil cas, la plupart des États mènent des politiques de rééquilibrage territorial afin d’estomper le souvenir de la frontière en gommant les spécificités de part et d’autre et en rapprochant la gestion des territoires, à l’instar de la République Fédérale Allemande vis-à-vis de l’Allemagne de l’Est à partir de la réunification de 1990. La spécificité de l’ancienne frontière sur le Dniestr vient du fait que l’URSS a contribué par sa politique, de manière plus ou moins consciente, à maintenir les spécificités de part et d’autre du Dniestr, alors même qu’en théorie la RSSA de Moldavie avait disparu, remplacée par une République Fédérée de l’URSS, la Moldavie, dont la Transnistrie - qui n’est plus nommée ainsi – (voir note 3) faisait partie.

10Dans la pratique, les spécialisations économiques décidées par la politique soviétique ont continué à séparer les deux rives : si la Moldavie, région située la plus au Sud-Ouest de l’URSS et bénéficiant donc de l’un des climats les plus doux du pays, s’est vu assigner une spécialisation agricole, devenant le verger de l’URSS – quand l’Ukraine était son grenier à blé –, la Transnistrie a quant à elle conservé sa spécialisation industrielle. Tiraspol est resté le nœud ferroviaire essentiel de l’entité et des usines ont continué d’être construites rive gauche du Dniestr jusqu’au milieu des années 1980, comme le prouve l’usine sidérurgique MMZ de Ribnitsa, la plus grande du pays, ouverte en 1985. Plus anciennement soviétisée, la Transnistrie a été jugée plus fidèle par le pouvoir soviétique et a continué d’être privilégiée après la Seconde Guerre mondiale.

  • 9 Entretiens réalisés à Tiraspol en 2017 et 2018 avec des descendants de Sibériens « invités » à s’in (...)
  • 10 Piotr Borodin (1940-1942, russo-ukrainien), Nikita Salogor (1942-146, russo-ukrainien), Nicolae Cov (...)

11La russification s’est poursuivie à un rythme plus soutenu côté transnistrien, même si la part des Russes a également légèrement augmenté dans l’après-guerre côté moldave (de 10,2 % à 13 % de Russes dans la composition totale de la Moldavie entre 1959 et 1989 mais ce pourcentage s’élève de 14,2 % à 25,5 % en Transnistrie entre 1936 et 1989 selon les recensements soviétiques). L’augmentation relative de la part de Russes dans la population est facilitée non seulement par une augmentation du nombre de Russes - dont le nombre double entre 1941 et 1959 en Moldavie, avec la poursuite des transferts de population de l’entre-deux-guerres avec venue d’ingénieurs et de cadres notamment de Sibérie9 - mais également du fait de la déportation orchestrée par Staline de 250 000 Moldaves entre 1944 et 1948. Considérées comme des traîtres en raison de leur proximité culturelle avec la Roumanie, les Moldaves continuent d’être déconsidérés dans leur propre République, à tel point que le Premier Secrétaire du parti Communiste moldave n’était jamais un Moldave parlant moldave et venu de Roumanie avant les années 1980, mais en général un Russe, un Ukrainien ou un Transnistrien10.

  • 11 La frontière entre Allemagne de l’Est et Allemagne de l’Ouest a disparu mais reste visible dans les (...)

12La frontière fantôme entre Transnistrie et (reste de la) Moldavie à l’époque soviétique peut donc être qualifiée de « frontière fantôme active », au sens où le pouvoir central a entériné la disparition de la frontière tout en prenant des mesures qui l’ont fait perdurer. Les cas de frontières fantômes actives semblent plus rares que les cas de frontières fantômes passives, c’est-à-dire de frontières qui perdurent dans les mémoires malgré l’action des pouvoirs publics11. C’est l’une des originalités de cette (ancienne) dyade.

3. La réactivation d’une frontière en dépit de son absence de reconnaissance

3.1. Une frontière fantôme réactivée (1990-1992) avec quelques modifications de tracé

  • 12 Art. 70-1 de la loi du 31 août 1989 : « La langue moldave est la langue officielle de la RSS moldav (...)

13À la chute de l’URSS, la situation socio-économique et culturelle entre les deux rives est donc largement différente. La rive gauche du Dniestr, privilégiée et industrialisée, est deux fois plus riche que la moyenne moldave, représentant 33 % du PIB de la Moldavie avec seulement 17 % de la population selon les chiffres officiels de 1989 [Parmentier 2007]. La main-d’œuvre est largement urbaine, ouvrière et russophone et ne voit pas d’un bon œil les réformes qui se profilent à Chisinau au sein du gouvernement de la RSS de Moldavie qui profite du desserrement par Mikhail Gorbatchev du centralisme soviétique. Grâce à l’émergence d’une certaine liberté d’expression, les nationalismes étouffés durant la période soviétique resurgissent ou se renforcent. En Moldavie, se forme progressivement en 1988 un Front Populaire moldave, partisan d’un rapprochement avec la Roumanie. Il obtient à l’été 1989 une réforme du statut des langues ; la loi sur la langue dégrade le statut du russe, qui perd son statut de langue officielle, tandis que le moldave ou roumain le remplace12.

14La rive gauche du Dniestr s’agite rapidement : si les Moldaves représentent toujours la majorité de la population, ils ne constituent qu’une majorité relative, mise en minorité par les Slaves dès lors que Russes et Ukrainiens sont comptés ensemble (voir Tableau 1 p. 100). Les maladresses des nationalistes moldaves, partisans d’une unification avec la Roumanie (qui réduirait encore plus la part des populations slaves) et qui imposent l’idée d’un examen de moldave pour tous les fonctionnaires d’ici 1994 sous peine de révocation, cristallisent la colère. Les syndicats manifestent et peu à peu un ingénieur russe, Igor Smirnov, prend l’ascendant sur le mouvement.

15Les heurts se multiplient entre les deux rives du Dniestr entre 1990 et 1992. Dès 1990, Smirnov demande à Gorbatchev l’élévation de la Transnistrie au rang de République Socialiste Soviétique fédérée ; l’absence de réponse ne le décourage pas et il proclame l’indépendance le 2 septembre, date qui sert aujourd’hui encore de fête nationale. Deux mois plus tard, le 2 novembre, une manifestation de femmes transnistriennes dégénère et un barrage est établi sur le pont séparant Bender (nom russe) / Tighina (nom moldave), rive droite du Dniestr, et Tiraspol, rive gauche [Merle 2020]. La police moldave disperse les manifestants, qui résistent, faisant 3 morts et une quinzaine de blessés. Un nouvel incident similaire a lieu le 13 novembre 1991. Le 2 mars 1992, la situation dégénère, provoquant l’entrée dans le jeu de la XIVe armée russe (ex XIVe armée soviétique) dirigée par le général Alexandre Lebed, qui défait rapidement les Moldaves. L’asymétrie de force entre les Transnistriens soutenus par la Russie et les Moldaves aidés par la Roumanie est patente. Le 21 juillet 1992, un cessez-le-feu met fin de fait au conflit.

16Le Dniestr est dès lors réactivé comme frontière. Les séparatistes ont repris le tracé de l’ancienne frontière de l’entre-deux-guerres. Ce tracé s’explique, outre par des raisons socio-économiques et culturelles, par la géographie physique et des aspects stratégiques. Les ponts sur le Dniestr sont détruits durant le conflit, facilitant la défense de chaque rive. Néanmoins, la frontière ne suit pas tout à fait le cours d’eau et le tracé des années 1920-1930. En effet, grâce au soutien russe, les séparatistes ont réussi à établir une tête de pont rive droite du Dniestr face à Tiraspol, prenant le contrôle de Bender, officiellement quatrième ville de République de Moldavie par sa population. À l’inverse, face à la station balnéaire de Vadul-Lui-Voda, les Moldaves ont conservé le contrôle d’un méandre, toujours peuplé aujourd’hui d’habitants moldaves utilisant l’alphabet latin. La réactivation de cette frontière n’est cependant reconnue par aucun État (lui-même reconnu) dans le monde : le Dniestr devient donc une frontière de facto, non reconnue. La frontière recréée est largement mythifiée : elle est présentée par les séparatistes comme évidente, alors même que ce tracé frontalier n’a existé que de 1917 à 1940. Si la frontière est en apparence réactivée, elle est aussi (ré)inventée. Les manuels scolaires transnistriens remontent jusqu’à l’époque de Catherine II, avec les Cosaques qui mirent en valeur la région dans les années 1790, afin d’établir une antériorité du lien avec la Russie par rapport à celui avec la Moldavie ; les séparatistes de 1990 sont présentés comme les nouveaux cosaques. L’histoire est donc mise au service du roman national afin de justifier et de légitimer la frontière recréée.

3.2. Une limite de souveraineté étatique non reconnue mais qui fonctionne bien comme une frontière

  • 13 Sources pour ce paragraphe et le suivant : travail de terrain en 2012, 2017, 2018 et 2019.
  • 14 Entretien avec G. Guillonneau, ambassadeur de France en République de Moldavie, en juillet 2012.
  • 15 Les douaniers ukrainiens ont notamment très mauvaise réputation ; les séjours de terrain en 2017, 2 (...)

17Bien que n’apparaissant pas sur les cartes et bien que n’étant pas reconnue - sauf par l’Abkhazie, l’Ossétie du Sud, et le Haut-Karabakh, eux-mêmes États non reconnus post-soviétiques confrontés aux mêmes difficultés -, la frontière entre Transnistrie et (reste de la) République de Moldavie constitue bel et bien dans les pratiques une véritable frontière. Elle limite les juridictions effectives de deux systèmes étatiques bien différents : en passant cette limite de souveraineté, le système politique change (président différent, assemblée différente), la monnaie change (du leu moldave au rouble transnistrien ; voir Tableau 1), les drapeaux, hymnes, timbres, systèmes sanitaire, éducatif et fiscal également. Le paysage visuel et sonore est profondément différent : l’alphabet latin cède la place au cyrillique dans l’espace et le moldave au russe dans les conversations. Le paysage est également mis en scène par le pouvoir transnistrien, avec chars décoratifs et des monuments aux morts ou rappelant la victoire sur la République de Moldavie entre 1990 et 1992 présents dès le passage de la frontière (voir Carte 1) ; cela permet également de rendre évidente une frontière qui ne l’est pas faute de reconnaissance mais aussi en raison de son caractère largement réinventé à partir d’une frontière qui fut éphémère. Le passage de la frontière est contrôlé par des douaniers transnistriens et éventuellement des douanes volantes moldaves ; une force de paix de la CEI portée notamment par la Russie contrôle le no man’s land frontalier : environ 1000 « soldats de la paix » surveillent la Dniester Valley Security Zone. Les étrangers doivent remplir un formulaire d’immigration, déclarant le motif de leur venue, la durée et le lieu de séjour, avec un enregistrement obligatoire auprès de l’office de l’immigration au-delà d’une journée de séjour13. Des procédures de contrôle simplifiées existent pour les travailleurs transfrontaliers, en particulier les Moldaves résidant à Rezina et travaillant de l’autre côté du Dniestr14, à Ribnitsa principale ville industrielle de Transnistrie. Les chauffeurs de bus reliant Chisinau, capitale moldave, à Tiraspol, capitale transnistrienne rapportent parfois des bouteilles d’alcool de Transnistrie et certains Moldaves habitant près de la frontière vont également faire une partie de leurs courses en Transnistrie, exploitant ainsi le différentiel transfrontalier en matière économique. Les trafics et la corruption qui existent sur la frontière peuvent être renforcés par la non reconnaissance mais ne sont sans doute pas plus importants que pour d’autres frontières reconnues, notamment de la région15. L’asymétrie entre les deux rives du Dniestr évolue, avec un rattrapage de la Moldavie en termes de niveau de vie puis une inversion du différentiel : la Transnistrie, faute de reconnaissance notamment, est désormais moins riche que (le reste de) la République de Moldavie. Mais l’asymétrie entre les deux rives perdure largement dans les systèmes sociaux et politiques et dans les langues et alphabets utilisés.

18Toutes les fonctions de la frontière sont donc bien remplies par cette ligne non reconnue en droit comme une frontière, et en particulier les trois fonctions fondamentales de la frontière selon Michel Foucher : fonction légale (justice), fonction de contrôle (police) fonction fiscale (douanes) [Foucher 1988]. Les identités de part et d’autre de la frontière de facto diffèrent également profondément : les autorités transnistriennes ont rapidement commencé de construire une identité locale [Troebst 2003] et les programmes scolaires, considérablement transnistrisés à partir de 2013, renforcent ce processus. Si les autorités transnistriennes maintiennent officiellement une identité moldave, jusque dans le nom officiel de leur État (République Moldave de Pridnestrovie), cette dernière est en réalité vidée de sa substance tandis qu’elle a été largement renforcée depuis 2001 sur la rive droite du Dniestr. En quelques décennies, les politiques éducatives menées sur les deux rives ont accru la différence identitaire, renforçant la frontière de facto et réduisant sa probabilité de disparition à court ou moyen terme.

  • 16 Entretien avec G. Guillonneau.
  • 17 Ni le gouvernement ni la population ne sont actuellement majoritairement favorables à une telle uni (...)
  • 18 Entretiens réalisés à Tiraspol en 2017, 2018 et 2019. Il est cependant difficile de savoir si cette (...)

19En dépit de la situation de « ni-guerre ni paix » inhérente au conflit gelé, la situation est pacifiée et les flux sont relativement intenses entre les deux rives, avec des minibus partant de Chisinau pour Tiraspol toutes les 20 minutes en journée. Les chauffeurs et certains habitants exploitent le différentiel transfrontalier (voir Carte 1), en faisant leurs courses d’un côté plutôt que de l’autre (alcool moins cher en Transnistrie). Entre Rezina et Ribnitsa, deux villes qui se font face au Nord des deux entités et qui ne sont séparées que par le Dniestr, ici encaissé, les flux de travailleurs transfrontaliers sont notables, avec des contrôles allégés pour les ouvriers résidant à Rezina côté moldave et travaillant dans les industries de Ribnitsa du côté tenu par les séparatistes16. D’une certaine manière, l’asymétrie de développement perdure depuis les années 1930 entre les deux rives, même si la non-reconnaissance de la Transnistrie a freiné son développement et explique un rattrapage largement achevé de la rive moldave en termes de niveau de vie depuis la fin des années 2000. La frontière transnistro-moldave, bien que reconnue, ne semble pas près de disparaître. Les négociations autour d’une réunification, promues par la Russie à la fin des années 1990 et au début des années 2000, à un moment où le contexte moldave était favorable (avec entre 2001 et 2009 un président communiste pro-russe), ont toutes échoué. La russification se poursuit (25,5 % de Russes en 1989 mais 33,8 % en 2015 selon le recensement transnistrien). La crise en Ukraine à partir de 2014 a conduit la République de Moldavie à durcir, de concert avec l’Ukraine, les frontières avec la Transnistrie afin de faire pression sur le régime et de s’opposer à la Russie, qui soutient toujours largement les séparatistes. La République de Moldavie n’a cependant ni les moyens politiques et diplomatiques ni les moyens financiers d’une réunification de fait (en droit, il n’y a pas de frontière donc il ne s’agirait pas d’une réunification) à moyen terme ; seule une aide de l’UE pourrait le permettre mais elle n’en est pas membre et l’UE se désintéresse largement de cette crise, pourtant localisée à moins de 100 km de la Roumanie17, qui marque la frontière extérieure de l’UE. En Transnistrie, la population ne semble pas favorable à une réunification18, en dépit de l’inversion de l’écart de niveau de vie en sa défaveur.

Carte 1 – Une frontière non reconnue mais bien réelle sur le terrain et mise en scène

Carte 1 – Une frontière non reconnue mais bien réelle sur le terrain et mise en scène

Source : Th. Merle, Laboratoire Habiter, Université de Reims Champagne-Ardenne, août 2020

Conclusion : ce que la dyade transnistro-moldave apprend des frontières postsoviétiques disputées

20De simple fleuve de l’empire russe entre 1812 et 1917, le Dniestr prend au niveau de l’actuelle République de Moldavie le statut de frontière internationale en 1918, séparant Roumanie d’une part et d’autre part Russie puis URSS d’autre part ; cela contribue à faire de l’actuelle Transnistrie une région de frontière vitrine de l’URSS. Le Dniestr cesse d’être une frontière en 1945 avec l’unification de la RSSA de Moldavie et du reste de la Moldavie ; mais de frontière politique, il devient frontière culturelle et socio-économique, constituant une frontière fantôme potentiellement réactivable (voir Chronologie 1). La charge émotionnelle autour du Dniestr semble avoir perduré au cours de la période soviétique. Loin de réduire l’asymétrie entre les deux rives après 1945, la politique soviétique l’a maintenue voire instrumentalisée, permettant de considérer le Dniestr comme une frontière fantôme active (par opposition à une frontière fantôme passive que les pouvoirs publics cherchent à faire disparaître). Ce point, couplé avec l’intransigeance des nationalistes moldaves, a facilité la réactivation comme frontière politique, certes non-reconnue, par les séparatistes entre 1990 et 1992. Les ajustements de tracé par rapport au fleuve s’expliquent par la mise en place d’une ligne de cessez-le-feu, qui a figé les positions, y compris les têtes de pont.

  • 19 Cela simplifiait la gestion du territoire, la Crimée étant rattachée par la terre à l’Ukraine mais (...)

21Aujourd’hui encore, bien que non reconnue et n’apparaissant par sur les cartes – sauf celles éditées en Transnistrie –, cette frontière sépare deux rives au fonctionnement socio-économique, politique et culturel bien différent. En cela, elle permet de souligner le hiatus entre la vision du juriste (en droit international, il n’y a pas de frontière) et celle du géographe (le vécu des populations et la réalité du pouvoir indiquent bien la présence d’une frontière) [Kolossov 2005]. Une réunification, et donc une disparition de la frontière, semble peu probable à court terme. La dyade moldavo-transnistrienne n’est pas un cas isolé ; c’est un exemple de frontière de facto souvent oubliée dans les études sur les frontières. D’autres tracés frontaliers issus des rapports de force impériaux [Foucher 1993] à l’époque moderne ou de la géopolitique interne de l’URSS connaissent les mêmes processus de réactivation non-reconnus d’une frontière fantôme. C’est par exemple le cas de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud en Géorgie, du Haut-Karabakh vis-à-vis de l’Azerbaïdjan mais aussi depuis 2014 de la Crimée, revenue de facto dans le giron russe dont elle avait été théoriquement ôtée en 1954 pour être rattachée à la RSS d’Ukraine19 sous Nikita Khrouchtchev. D’autres tracés frontaliers pourraient être remis en cause sur le même modèle : au niveau de l’Arménie vis-à-vis de la Turquie, au niveau du nord du Kazakhstan avec la Russie). Si le phénomène des frontières non-reconnues n’est pas propre à l’ex-URSS – cas du Somaliland en Afrique, de Chypre en Europe –, les frontières postsoviétiques sont largement surreprésentées parmi les frontières de facto.

Carte 2 – Une frontière très instable : 6 changements entre 1917 et 1990

Carte 2 – Une frontière très instable : 6 changements entre 1917 et 1990

Le Boudjak crée un tracé frontalier complexe, qui prive la Moldavie de l’accès à la mer. Disputé entre Russie et Roumanie, il est annexé par l’URSS en 1940, qui la rattache à la RSS d’Ukraine

Chronologie 1 – L’évolution du statut du Dniestr du XIXe siècle à nos jours : de simple fleuve à frontière réactivée de facto

Chronologie 1 – L’évolution du statut du Dniestr du XIXe siècle à nos jours : de simple fleuve à frontière réactivée de facto
Haut de page

Bibliographie

Călin, P. (2008) – « The Ethno-demographic Evolution of Moldavian Autonomous Soviet Socialist Republic », 2008, Codrul Cosminului, n° 14, pp. 169-204

Foucher, M. (1988) – Fronts et frontières : Un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard, 478 p.

Foucher, M. (1993) – Fragments d’Europe, Paris, Fayard, 1993, 327 p.

Foucher, M. (2010) – « Actualité et permanence des frontières », Médium, n° 24-25, pp. 12-34.

Kolossov, V. (2005) – « Étude des frontières approches post-modernes », Diogène, n° 210, pp. 13-27.

Kolossov, V. (2020) – « Phantom borders: the role in territorial identity and the impact on society », Belgeo, n° 2020-2, http://journals.openedition.org/belgeo/38812

Laporte, A. (2014) – « Allemagne, 25 ans après la chute du Mur de Berlin : que reste-t-il de la ligne Est-Ouest ? », Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/eclairage/allemagne-25-ans-apres-la-chute-du-mur-de-berlin-que-reste-t-il-de-la-ligne-est-ouest

Martin, T.D. (2001) –The Affirmative Action Empire: Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939, Ithaca (New York), Cornell University Press, 2001, 496 p.

Merle, T. (2020) – « Les ponts entre Transnistrie et (reste de la) Moldavie », Regards sur l’est, n° 75 « Politique et symbolique des ponts à l’Est ».

Parmentier, F. (2007) – « La Transnistrie : politique de légitimité d’un État de facto », Le courrier des pays de l’Est, n° 1061, pp. 69-75.

Rosière, S. (2010) – « La fragmentation de l’espace étatique mondial », L’Espace Politique, n° 11 (2010-2), https://journals.openedition.org/espacepolitique/1608.

Staline, J. (1913) – Le Marxisme et la Question nationale [1946 pour l’édition française]

Troebst S. (2003) – « “We are Transnistrians!”, Post-Soviet Management in the Dniester Valley », Ab imperio, n° 4, pp. 437-466.

Von Hirschhausen, B. (2017) – « Leçon des frontières fantômes : les traces du passé nous viennent (aussi) du futur », L’Espace géographique, vol. 46, n° 2, pp. 97-105, https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2017-2-page-97.htm.

Haut de page

Notes

1 Selon la base de données du laboratoire Habiter, gérée par Stéphane Rosière.

2 La terminologie varie : États autoproclamés, États de facto, États non reconnus, États à reconnaissance limitée (states with limited recognition en anglais), etc. [Rosière 2010].

3 Le cours de cette monnaie est fixé par la banque centrale transnistrienne sur la base d’une parité avec le dollar. Mais cette parité n’est pas fixe ; elle est elle-même révisée régulièrement.

4 Il existe une région de Roumanie, frontalière avec la République de Moldavie, qui s’appelle elle-même Moldavie, exactement comme la Macédoine est une région du Nord de la Grèce et un État (désormais appelé Macédoine du Nord). Cet article traite de la République de Moldavie (également appelée Moldova, toponyme peu usité en français cependant) et non de la Moldavie roumaine.

5 La période a laissé un très mauvais souvenir, expliquant notamment que localement les habitants de Transnistrie utilisent la racine russe de Pridniestrovie (qui correspond peu ou prou à la traduction de Transnistrie, en combinant une préposition comme préfixe avec le nom du fleuve Dniestr) pour désigner leur région et ne parlent pas de « Transnistrie ».

6 Ce statut d’autonomie (théorique) constituait un maillage territorial non couvrant en URSS : seules certaines régions en étaient dotées, en général au titre d’une spécificité ethnique, linguistique ou religieuse (Tchétchénie en Russie, Abkhazie en Géorgie). Une variante, en théorie moins prestigieuse mais qui correspondait à un niveau administratif équivalent qu’était l’oblast (région en russe) autonome (Haut-Karabagh en Azerbaïdjan, oblast autonome juif en Russie). Pour rappel, le bloc de l’Est comprenait différents États souverains, dont l’URSS et les démocraties populaires. L’URSS était un État fédéral, divisé en Républiques fédérées (15 entre 1945 et 1991) ; chacune de ces Républiques fédérées pouvait à son tour avoir un modèle fédéral avec des Républiques socialistes soviétiques autonomes et de oblasts autonomes mais cela n’avait rien de systématique.

7 L’exemple rappelle que la population considérée comme « nation titulaire » d’une entité autonome n’avait pas besoin d’être majoritaire. Il en va de même pour l’Abkhazie au sein de la Géorgie (en 1926, les Abkhazes représentaient 27,3 % de la population contre 33,6 % pour les Géorgiens et ont même vu leur poids démographique tomber à 15,1 % en 1959).

8 La frontière fantôme est chargée d’émotion précise également Vladimir Kolossov ; en cela, l’expression de « frontière fantôme » n’est pas un simple synonyme de celui de « frontière relique », c’est-à-dire une frontière historique qui a perdu sa fonction politique. Toute frontière fantôme est une frontière-relique mais la réciproque n’est pas vraie [Kolossov 2020].

9 Entretiens réalisés à Tiraspol en 2017 et 2018 avec des descendants de Sibériens « invités » à s’installer à l’autre bout de l’URSS, en actuelle Transnistrie.

10 Piotr Borodin (1940-1942, russo-ukrainien), Nikita Salogor (1942-146, russo-ukrainien), Nicolae Coval (moldave mais né à Kamenka en Transnistrie), Léonid Brejnev (1950-1952, russo-ukrainien, successeur de Khrouchtchev à la tête de l’URSS), Dimitri Gladki (1952-1954, russo-ukrainien), Zinovie Serdiuk (1954-1961, ukrainien), Ivan Bodiul (1961-1980, Moldave mais né en Ukraine et ne parlant guère moldave).

11 La frontière entre Allemagne de l’Est et Allemagne de l’Ouest a disparu mais reste visible dans les indicateurs socio-démographiques (taux de chômage presque deux fois supérieur, pouvoir d’achat un tiers plus faible à l’Est [Laporte 2014]), alors que les autorités allemandes ont pris des mesures pour l’effacer, comme la parité entre mark Est-allemand et mark de l’Allemagne de l’Ouest, ou des subventions.

12 Art. 70-1 de la loi du 31 août 1989 : « La langue moldave est la langue officielle de la RSS moldave. » ; art. 70-3 : « La RSS moldave assure sur son territoire les conditions pour l'usage et le développement du russe comme langue des relations interethniques en URSS ».

13 Sources pour ce paragraphe et le suivant : travail de terrain en 2012, 2017, 2018 et 2019.

14 Entretien avec G. Guillonneau, ambassadeur de France en République de Moldavie, en juillet 2012.

15 Les douaniers ukrainiens ont notamment très mauvaise réputation ; les séjours de terrain en 2017, 2018 et 2019 n’ont permis de voir qu’un cas manifeste de corruption et il s’agissait d’un douanier ukrainien.

16 Entretien avec G. Guillonneau.

17 Ni le gouvernement ni la population ne sont actuellement majoritairement favorables à une telle unification, la Moldavie étant bien plus pauvre et jugée trop proche de la Russie. Cette situation montre une évolution sensible depuis les années 1990 quand l’idée d’une réunification était répandue en Roumanie comme en Moldavie. Cependant le parti Alliance pour l’Unité des Roumains fondé en 2019 a obtenu 47 députés sur 465 en Roumanie en décembre 2020 ; c’est le seul parti politique roumain au poids politique actuel significatif qui revendique explicitement une unification.

18 Entretiens réalisés à Tiraspol en 2017, 2018 et 2019. Il est cependant difficile de savoir si cette position est réellement celle des personnes interrogées, ou s’il s’agit du discours à tenir devant un étranger.

19 Cela simplifiait la gestion du territoire, la Crimée étant rattachée par la terre à l’Ukraine mais pas à la Russie, dont elle est séparée par le détroit de Kertch. Toutefois, en pratique cela ne changeait rien, Russie et Ukraine étant toutes deux des Républiques de l’URSS. Avec l’éclatement de l’URSS en revanche, une frontière internationale a séparé Crimée et Russie. La Russie a entrepris dès 2014 la construction d’un pont afin de faciliter les liens avec la Crimée qu’elle a annexée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Une frontière non reconnue mais bien réelle sur le terrain et mise en scène
Crédits Source : Th. Merle, Laboratoire Habiter, Université de Reims Champagne-Ardenne, août 2020
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/9095/img-1.png
Fichier image/png, 134k
Titre Carte 2 – Une frontière très instable : 6 changements entre 1917 et 1990
Légende Le Boudjak crée un tracé frontalier complexe, qui prive la Moldavie de l’accès à la mer. Disputé entre Russie et Roumanie, il est annexé par l’URSS en 1940, qui la rattache à la RSS d’Ukraine
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/9095/img-2.png
Fichier image/png, 199k
Titre Chronologie 1 – L’évolution du statut du Dniestr du XIXe siècle à nos jours : de simple fleuve à frontière réactivée de facto
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/9095/img-3.png
Fichier image/png, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Merle, « La frontière de facto entre Transnistrie et (reste de la) République de Moldavie : la réactivation d’une ancienne frontière impériale ? »Bulletin de l’association de géographes français, 99-1 | 2022, 99-113.

Référence électronique

Thomas Merle, « La frontière de facto entre Transnistrie et (reste de la) République de Moldavie : la réactivation d’une ancienne frontière impériale ? »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 99-1 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/bagf/9095 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.9095

Haut de page

Auteur

Thomas Merle

Agrégé de géographie, docteur en géographie politique, Habiter, EA2076, Université de Reims-Champagne Ardenne, 51100 Reims – Courriel : thomas.merle[at]univ-evry.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search