Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99-3Quand les solidarités font territ...

Quand les solidarités font territoires.Interroger les géographies du lien social à l’aune de la crise globale

When solidarities become territories.Interrogating the geographies of the social link in the light of the global crisis
Geneviève Pierre, Bertrand Sajaloli et Franck Guérit
p. 343-353

Texte intégral

Introduction

1Incontestablement, s’installe en France une vision pessimiste des territoires et de la société [Gauchet 2016 ; Guilluy 2015, 2016, 2018] qu’étayent, avec de nombreuses nuances néanmoins [Grésillon & al. 2016], les statistiques sur l’accroissement des inégalités socio-spatiales, et ce à toutes les échelles, ainsi que celles des violences sociales et culturelles (mouvement des Gilets jaunes, crise migratoire…). Pourtant, s’il ne s’agit pas de nier ces difficultés que la multiplicité des crises (crise financière de 2008, sanitaire de 2020, 2021 et 2022…) exacerbe, elles sont à relativiser si l’on compare la France à d’autres pays du Nord comme du Sud (inégalités moins fortes, présence d’un État protecteur plus importante et que l’encadrement social de la crise sanitaire récente a soulignée). Surtout, elles masquent un formidable engagement des habitants eux-mêmes, des Collectivités, dans la solidarité et dans la construction d’un vivre-ensemble qui fondent l’identité des territoires, et, d’une certaine manière, le modèle français. S’ils subissent des transformations continues et profondes (chômage structurel, vieillissement des populations, retour de l’insécurité sociale…), les mécanismes de solidarité, sur un fond de désengagement de l’État [Aguilera & al. 2020], ou du moins de recomposition des politiques publiques sociales, sont en quelque sorte renouvelés par la récurrence des crises. L’engagement des collectivités territoriales et de beaucoup de citoyens dans la transition écologique (villes en transitions, tiers-lieux, COP régionales, circuits courts alimentaires et énergétiques [Pierre 2013 ; Mazaud & Pierre 2019]) ravive les solidarités et anime l’espace tandis que de nouveaux idéaux territoriaux et sociétaux émergent ou s’affirment : économie sociale et solidaire [Draperi 2014, 2017 ; Laville 2016, 2019], justice environnementale [Larrère 2009], justice spatiale [Bret & al. 2010 ; Gervais-Lambony 2009], justice alimentaire [Hochedez & Le Gall, 2016 ; Slocum & al. 2016], humanité environnementale, communs [Alix & al. 2018 ; Ostrom 2015], altérité des liens homme-nature [Blandin 2018], notion de terrestres [Latour 2012, 2017] et de vivant [Bourg & Swaton 2021 ; Brédif 2021, Manceron 2022, Morizot 2020]. Ainsi, comme l’affirment une des dernières rencontres de Cerizy en juillet 2019 [Bucolo & al. 2019], « nous sommes rentrés dans une sorte de nouvel âge des communs, celle de l’enracinement des communs dans la société, de leur extension à des domaines sans cesse élargis de la vie sociale ». Ainsi également, les territoires en marge, la société du bas sont-ils revisités par le prisme de la solidarité [Blanc & al. 2022 ; Grésillon & al. 2017 ; Sajaloli & Grésillon 2018].

2Or, si la notion d’égalité a été abordée par les géographes [Estèbe 2015], celle de solidarité reste peu explorée, ou alors très récemment [Bioteau 2018 ; Dragan 2016], à la fois en termes de réseaux d’acteurs et de spatialités. C’est donc cette France des solidarités qu’aborde ce numéro du BAGF qui suit le colloque international organisé par l’Association de Géographes Français, par le laboratoire CEDETE de l’université d’Orléans et par le réseau régional multi-acteurs CENTRAIDER, et qui s’est déroulé à l’UFR LLSH d’Orléans du 2 au 4 décembre 2021. Au moment où l’INSEE produit des études indiquant que quatre Français sur dix sont membres d’une association [Burricand 2016 ; Reynaert 2016] qui, dans de nombreux domaines (alimentation, sport, culture, environnement, santé, humanitaire, solidarité internationale…), créent du lien social, celles-ci sont-elles des laboratoires d’innovations sociales ou économiques [Laville 2019, 2020] ? Par ailleurs, les actions associatives sont la plupart du temps étudiées par thématiques : monographie d’associations caritatives comme ATD Quart Monde, Emmaüs, Les Restos du Cœur, France Handicap, Sport sans Frontières, Peace and Sport…, d’ONG environnementales comme Greenpeace, WWF, FNE, Amnesty International…, évaluation des politiques publiques pour les dispositifs d’encadrement de la pauvreté (RMI, RSA) ou de la santé (aide à l’enfance des Conseils départementaux). Si elles font l’objet de travaux scientifiques dans des revues disciplinaires très pointues (en sociologie et en économie, notamment), elles ne présentent jusqu’à aujourd’hui aucun ouvrage de synthèse rassemblant et confrontant l’ensemble des actions de solidarités présentant, à différents niveaux géographiques, les effets localisés de la présence des structures et des actions en matière d’engagement citoyen. De même, les effets structurants de la solidarité sur les territoires (cohésion sociale, construction d’identités, bienfaits économiques…) ne sont que très rarement interrogés.

3L’objectif de cet ouvrage collectif est de préciser en quoi les solidarités sont liées au développement local et en quoi elles contribuent à modeler des territoires spécifiques. Qu’est-ce qu’un « territoire solidaire », comment les différentes solidarités locales autour de diverses ressources (santé, énergie, logement, emploi, alimentation, culture…) s’y combinent-elles ? En quoi font elles système et pas seulement remède aux crises écologiques, démocratiques et sociales ? Peut-on repérer, si ce n’est des types, du moins des configurations de territoires solidaires selon les situations géographiques (milieu urbain, péri-urbain, rural proche ou lointain), selon les échelles (du quartier à l’agglomération, de la petite ville à la métropole, du village au bourg), selon les fondements solidaires retenus (l’agriculture, l’alimentation, l’écologie, la culture, l’intégration des populations en marge, la lutte contre la pauvreté, l’aide au développement), selon les dispositifs organisationnels choisis (tiers lieux, coopératives, communautés, associations villageoises ou de quartiers, organismes appuyés par des politiques publiques) ? Comment s’articulent les différentes échelles territoriales des solidarités, de la petite communauté d’êtres vivants reliés par un projet de vie dûment ancré dans un espace étroit, aux courants universalistes planétaires comme l’écologique, le numérique, le démocratique, l’aide au développement et la coopération décentralisée ? Pour ces deux derniers domaines, en quoi l’engagement des structures, très majoritairement associatives, impliquées dans le développement local des pays du Sud crée-t-il en retour des dynamiques territoriales dans les collectivités territoriales des régions françaises [CENTRAIDER 2017] ? Existe-t-il un translocalisme des solidarités qui, entre mondialisation et localisme, est susceptible de susciter une intelligence commune du développement local ? A contrario, ce déploiement spatial des solidarités est souvent, et paradoxalement, à l’origine de conflits entre les différentes composantes sociales d’un territoire. Quels sont-ils ? Quelles tensions se greffent autour des solidarités internes quand elles sont ressenties ou débouchent sur des processus d’exclusion conduisant à une fragmentation socio-spatiale (jardins partagés, résidences fermées, Gated Communities) ? Comment, pour éviter cet écueil, les solidarités cimentent-elles autour d’un projet commun des groupes humains socio-culturels disparates et éloignés ?

4En évoquant toutes les formes institutionnelles et citoyennes d’actions et de dispositifs en matière de solidarité, en privilégiant les entrées spatiales, et notamment les liens entre solidarité et développement local, il s’agit de présenter les territoires sous des jours plus cléments. Cette réflexion sera conduite dans une perspective européenne et internationale, l’objectif étant de comparer les expériences solidaires engagées en Europe, et notamment en Italie, celles lancées dans les pays du Sud, et notamment en Afrique de l’Ouest, au Maghreb et en Inde, avec les projets français afin de mieux en révéler les singularités et de réfléchir en termes de transferts de modèles solidaires. Trois thèmes rythment les 9 contributions retenues après une évaluation en double aveugle.

1.La solidarité, une approche sociale renouvelée par l’espace ?

5Étudiée par Durkheim en 1893 dans son ouvrage « De la division du travail social », la solidarité se scinde habituellement en deux pans : solidarités mécanique et organique, la première distinguant les liens unissant les femmes et les hommes d’une même communauté (la famille, la paroisse, le village…), la seconde ceux établis dans le cadre de la division du travail et de l’explosion des cadres locaux. Son hypothèse étant que la seconde efface la première d’où l’apparition redoutée d’une anomie sociale (désintégration des normes et absence de réaction) préjudiciable au vivre-ensemble et débouchant sur un individualisme forcené. Cette approche complète les travaux de Ferdinand Tönnies (1887) consacrés aux termes de communauté (Gemeinschaft) et de société (Gesellschaft). Avec leur puissante force symbolique et heuristique, ces distinctions différencient deux grands modes d’organisation des relations sociales, à la source de la différenciation entre monde urbain et monde rural.

6Malgré la méfiance légitime des sociologues pour la notion même de solidarité (concept-valise et fourre-tout), le lien toujours mystérieux qui unit les individus et fonde les groupes est au cœur de la discipline [Lefèvre 1998 ; Putnam 2000, 2003]. Comment, dans le monde du travail notamment, les sociologues ont-ils renouvelé leurs analyses de la solidarité ? Quelles dynamiques sont-elles à l’œuvre (ressources humaines mettant en concurrence les salariés et individualisant les carrières, fragilisation des syndicats) quand l’entreprise, autrefois structurante sur le plan social, crée de l’exclusion. Inversement, quelles nouvelles dynamiques sociales, liant solidarité à dignité, sont-elles susceptibles de mobiliser ces mêmes exclus (mouvement des sans-papiers, salariés de Good Year ou des personnels d’entretien dans des chaînes d’hôtel à bas coût) et de susciter des réactions collectives (aide aux migrants) entraînant « un délit de solidarité » ? De même, la dynamique des tiers-lieux, des communs, s’apparente-t-elle à une réactivation des solidarités mécaniques ou est-on en train d’inventer de nouvelles formes de solidarités, qualifiées de réflexives, (jardin partagé, crèche parentale, restaurant participatif, habitat participatif et intergénérationnel, monnaie et économie locale), comme l’affirmaient François Ascher et Francis Godard (1999) ? Quelle est alors la contribution des réseaux sociaux, et plus généralement du numérique, dans l’avènement d’une solidarité dématérialisée induisant d’autres rapports à l’autre et d’autres dispositifs d’entraide (cagnottes en ligne) ?

7Sur un plan spatial et social, quel rôle joue la proximité [Colletis 2018], la participation [Barnaud 2015] et la proxémie [Hall 1971] dans la fabrique des territoires solidaires ? La solidarité « réflexive », qui se veut en adéquation avec les développements de notre société contemporaine, décrirait les solidarités sociales organisées dans les sociétés urbaines de la modernité avancée, notamment celle des métropoles, différente de celles la modernité industrielle car basée sur d’autres types de liens sociaux. Ceux-ci, plus nombreux, sont plus librement choisis, mais aussi plus fragiles et plus éphémères en raison des multiples appartenances territoriales des individus et de leur mobilité, coulée dans une géographie du temps et de la rapidité, liée à leurs pratiques quotidiennes. Ces formes de solidarités ne peuvent donc plus être fondées sur les seules situations de coprésence physique dans un même quartier, dans un même lotissement. Elles se nouent également autour des hyper-lieux [Lussault 2017]. Elles se fondent sur la conscience d’intérêts communs ponctuels, par leur connaissance et par leur mise en pratique collective. Elles sont liées à la perception d’un sentiment d’incertitude dans une société à risque, matérialisé par l’impression d’insécurité liée aux violences urbaines, aux risques environnementaux, aux crises sanitaires ou encore à la flexibilité croissante des activités professionnelles. Elles nécessitent la mise en place de nouvelles instances de régulation de la société, en terme d’institutions et de modes de gouvernance, plus souples, plus flexibles mais aussi plus réactifs face à l’incertitude et à la connaissance de celle-ci. L’expression de « solidarité réflexive » est-elle plus féconde scientifiquement que celle de « solidarité territoriale », dans la mesure où elle vise plus clairement à définir la nature des relations sociales qui se construisent dans le cadre de nos sociétés hypermodernes, tout en intégrant clairement la dimension géographique, et notamment interterritoriale, de nos modes de vie ? Permet-elle ainsi de dépasser l’écueil d’une solidarité territoriale perçue dans le mythe d’une coprésence exclusive dans la seule dimension du local ?

8Nicole Mathieu et Camille Robert-Bœuf, en proposant une comparaison du rapport solidarité-territoire entre les années 1990 et les années 2020, fournissent une vision diachronique « du lien social local » tandis que Frédérique Barnier étudie, à l’échelle de l’espace du travail, le processus de transformation socio-spatial dans une perspective socio-historique et que Damien Marage et Anne Jegou relient les projets de solidarité territoriale urbaine à l’émergence des humanités environnementales.

2. La solidarité, un pilier du développement local dans les territoires en transition ?

9Un premier constat vise à survaloriser, dans l’expression de solidarités territoriales, les contextes géographiques de la proximité et de l’échelle locale. Qu’en est-il ? Est-ce valable ? D’autres échelles existent-t-elles ? Indéniablement il existe une dimension privilégiée de l’échelle locale dans les formes de solidarité territoriale, fondée notamment sur les logiques de l’économie de la proximité et de sur-socialisation de l’économique par le territoire local. La géographie des organisations trouve dans le territoire local les meilleurs atouts pour son développement : par la présence de communauté d’acteurs, par celle de fonctionnements qui favorisent les relations de coopération et de réciprocité, et par la construction d’un univers, collectif et mental, stable en termes de valeurs, d’identité, d’appartenance. Les projets et les réalisations de l’économie solidaire tendent à souligner l’importance de l’échelle locale, privilégiée dans les dynamiques des solidarités territoriales. Mais cette apologie du local dans un monde où il est difficile d’échapper aux logiques globalisantes, n’épuise pas le sujet.

10D’une part, en quoi la géographie des dynamiques endogènes de développement local dans lesquelles l’ESS joue un rôle majeur, et notamment le S de « solidarité », amène-t-elle à proposer et à développer des projets qui « produisent du territoire », des activités, voire des aménagements [Pecqueur 2007] ? Comment les objectifs, voire les impératifs, de solidarité sont-ils « endogénéisés » dans toute question de développement territorial, ainsi que dans toute politique publique, à l’instar des principes de développement durable. Par exemple, les projets participatifs de transition énergétique sont-ils réellement solidaires, ne risquent-ils pas d’introduire des effets de club, voire une hybridation entre logique marchande capitaliste et souci de l’équité locale ? Une attention particulière sera ainsi portée aux études de cas de « territoires solidaires » ou aux territoires identifiés et remarqués pour leur forte densité « d’actions solidaires ». Il s’agira alors de s’interroger sur la fabrique de tels espaces : quoi, pourquoi, comment, par qui et avec qui, dans quel contexte territorial, avec quelles trajectoires de développement et quels héritages sociopolitiques ont éclos ces « territoires solidaires » ?

11D’autre part, le régime de territorialité des individus et de ses pratiques sociales, inscrites dans une multiplicité de lieux de vie, dans une multi-appartenance spatiale, reliées par des réseaux de communication fondés sur la discontinuité spatiale des territoires de vie introduit un multi-localisme supposant un investissement dans plusieurs territoires locaux. Les solidarités territoriales, en tant qu’action sociale, résultent de cette géographie, caractérisée par une logique de nomadisme et par des situations de coprésence physique, éphémères et limitées dans le temps, inscrites dans des logiques de réseaux, fondées sur la discontinuité spatiale, voire sur des formes de coprésence virtuelle liées à l’usage des NTIC. La solidarité territoriale résulte également de ce régime de l’inter-territorialité, qui nécessite de repenser le territoire, du moins de ne pas le réduire à la seule géographie du local, fondée sur la coprésence physique, la contiguïté et délimitée parfois par des appartenances institutionnelles, pour envisager au contraire la notion de translocalisme. De même, le local ne peut arbitrairement être opposé au national, les politiques publiques, l’échelle étatique, étant déterminantes dans le maintien des solidarités organiques et des relations solidaires entre individus. Le traitement politique de l’actuelle crise sanitaire, la réactivation de l’État providence, le prouve à loisir. À cet égard, les travaux de Laurent Davezies (2014) montrent, du moins dans le contexte français d’un État unitaire et homogène sur le plan culturel, faiblement marqué par les disparités régionales, l’importance des processus de redistribution de revenus et de ressources à l’échelle du territoire national, susceptible de prendre en charge les disparités socio-économiques qui existent entre les territoires locaux. Dès lors, quels liens les territoires solidaires entretiennent-ils avec la puissance publique ? De même, quels nouveaux dispositifs sont-ils mis en œuvre par les politiques d’aménagement du territoire ?

12Emmanuel Bioteau et Jérôme Prugneau interrogent ainsi les effets territoriaux des solidarités conduites par les associations d’animation culturelle confrontées à des changements institutionnels. Jérôme Cardinal, Sofia Guevara Viquez, Mathilde Gralepois et Marie Fournier, dans une perspective de justice environnementale, évoquent la distribution des inégalités socio-spatiales dans la mise en œuvre des politiques de prévention des inondations. Marie Dagonneau, enfin, en étudiant les tiers-lieux, conduit une analyse épistémologique et critique de ces projets se réclamant d’un nouveau modèle de développement territorial solidaire et citoyen, endogène et lié aux communs.

3. La solidarité internationale, un moteur de l’animation territoriale en France ?

13Pourquoi aider les familles du Tiers-monde alors qu’il y a tant de misère autour de nous ? Pourquoi s’engager dans un projet de solidarité internationale, au sein d’une ONG ou d’une collectivité territoriale, alors que 12 % de la population, soit plus de 310 000 personnes, vivent en dessous du seuil de pauvreté [Bonnefoy 2015] en région Centre-Val de Loire, plus de 15 % en France métropolitaine ? Lancinante, contournée, la question de la légitimité de la solidarité internationale connaît une réponse brutale et paradoxalement peu formulée : aider ailleurs, c’est s’aider soi-même, c’est construire un monde meilleur chez soi, c’est dynamiser ses propres territoires. En quoi alors la solidarité internationale est-elle alors un moteur du développement local dans nos régions ?

14S’il est difficile de recenser précisément le nombre de structures engagées dans la solidarité internationale en France (au moins 20 000 rassemblées dans 12 réseaux régionaux multi-acteurs), le réseau CENTRAIDER fédère plus de 850 acteurs (ONG, collectivités territoriales, organismes privés). Ces acteurs contribuent fortement au développement local des territoires de notre région. Outre le lien avéré entre participation associative et engagement citoyen [Burricand 2016], la probabilité d’aller voter étant deux fois plus élevée chez les adhérents que chez les Français ne l’étant pas, la solidarité internationale agit directement sur les personnes et sur les territoires. Sur les personnes elles-mêmes car aider, c’est aussi s’aider et, avec un projet altruiste se construire une image de soi positive. Si les dérives du don sont bien connues [Charmillot 2008 ; Mauss 1973], il faut réaffirmer ce lien fort entre bonheur individuel et engagement collectif, et plus globalement, en se référant à Ghandi (1969), ce « lien mystérieux entre le travail sur soi et le changement social, entre l’extériorité et l’intériorité ». En outre, en participant à un projet d’aide au développement, l’individu acquiert de l’expérience, des compétences, et s’inscrit dans des réseaux professionnels : si les chiffres manquent, la solidarité internationale est souvent une étape, notamment pour les jeunes, sur le chemin du travail. Enfin, le rapport sur la mobilité des jeunes à l’international le démontre, l’expérience internationale joue un rôle majeur, constitue un déclic, dans la trajectoire personnelle et professionnelle des jeunes en rupture sociale ou vivant dans des territoires isolés. La solidarité internationale nourrit le lien social, au sein de l’association porteuse du projet, mais également entre toutes les associations, entre tous les groupes culturels et ethniques d’une même commune. Pour toutes les collectivités territoriales, elle remplit également une fonction d’animation culturelle essentielle. Enfin, l’ailleurs est source d’innovation et de réflexion sur ses propres formes de développement (agroécologie, la place des femmes dans la société civile).

15La réflexion porte sur la conscientisation récente des liens entre solidarité internationale, qui érige le développement local et le partenariat en paradigmes programmatifs, et animation des territoires (le quartier, la commune, le village) qui sont porteurs de ces projets. Quel rôle l’aide au développement et ses réseaux joue-t-elle dans la construction des territoires solidaires en France ? À l’heure du repli sur soi et du populisme, quels .arguments politiques, économiques et sociaux construire afin de maintenir, voire de développer, ces actions collectives et solidaires ?

16Ninon Briot, en analysant les relations de coopération décentralisée des villes françaises, montre comment la notion de solidarité a évolué au travers de l’impératif croissant de réciprocité. Marie Fall, s’interroge sur les limites de la politique d’aide internationale féministe (PAIF) mise en œuvre par le Canada en pointant l’écart entre les objectifs poursuivis et les attentes des femmes et des hommes des îles du Saloun au Sénégal. Enfin, Bertrand Sajaloli, dressant l’histoire du réseau régional multi-acteurs du Centre Val-de-Loire, CENTRAIDER, relie ainsi solidarité internationale et animation des territoires locaux.

Haut de page

Bibliographie

Aguilera, T. & Rouzeau, M. (2020) – Le gouvernement des solidarités ; Enjeux sociopolitiques et territoires d’action, Berger-Levrault, coll. Au fil du débat, 290 p.

Alix, N., Bancel, J.-L., Coriat, B., Sultan, F. (2018) – Vers une République des biens communs ? éd. Les liens qui libèrent, 320 p.

Ascher, F. & Godard, F. (1999) – « Vers une troisième solidarité », Esprit, n° 258, pp. 168-189

Barnaud, C. & Mathevet, R. (2015) – « Géographie et participation : des relations complexes et ambigües », in R. Mathevet et L. Godet (dir), Pour une géographie de la conservation. Biodiversités, natures et sociétés, Paris, L’Harmattan, pp. 263-286

Bioteau, E. (2018) – Économie sociale et solidaire. Communautés, solidarités, Contribution à une géographie des solidarités, Habilitation à Diriger des recherches, Université d’Angers

Blanc, N., Emelianoff, C., Rochard, H. (2022) – Réparer la terre par le bas. Manifeste pour un environnementaliste ordinaire, Lormont, Le Bord de l’eau, 249 p.

Blandin, P. (2018) – « Crise environnementale ? Crise éthique », La Croix, 10 septembre 2018 : 31.

Bonnefoy, M. (2015) – « En Centre-Val de Loire, la pauvreté plus répandue dans les pôles urbains et les territoires isolés », Insee Analyses Centre-Val de Loire, n° 14, juin 2015, 4 p.

Bourg, D. (2018) – Une nouvelle terre. Pour une autre relation au monde, Desclée de Brouwer, 240 p.

Bourg, D. & Swaton, S. (2021) – Primauté du vivant. Essai sur le pensable, Presses universitaires de France, 334 p.

Bredif, H. (2021) – Réaliser la terre. Prise en charge du vivant et contrat territorial, Paris, Éditions de la Sorbonne, 412 p

Bret, B., Gervais-Lambony, P., Hancock, C., Landy, F. (2010) – Justice et injustices spatiales, éd. EAN, 315 p.

Bucolo, E., Devalfard, H., Fontaine, G. (2019) – Territoires solidaires en commun : controverses à l’horizon du translocalisme, Programme des rencontres de Cerizy du 12 au 19 juillet 2019, [En ligne], https://cerisy-colloques.fr/territoiressolidaires2019/

Burricand, C. & Gleizes, F. (2016) – « Trente de vie associative. Une participation stable mais davantage féminine », INSEE Première, n° 1580, 4 p., [En ligne], https://www.insee.fr/fr/statistiques/1908144

Centraider (2017) – « La solidarité internationale. Des apports inestimables pour les territoires de la région Centre Val-de-Loire, Revue de Centraider n° 40, 44 p.

Charmillot, M. (2008) – « Aider, c’est pas donné ! Réflexions sur l’aide au développement », Nouvelle revue de psychosociologie, 2008/2, n° 6, pp. 123-138.

Colletis, G. & Pecqueur, B. (2018) – « Révélation des ressources spécifiques territoriales et inégalités de développement. Le rôle de la proximité géographique, Revue d’économie régionale et urbaine, 2018, n° 5-6, pp. 993-1011

Davezies, L. (2014) – La nouvelle question territoriale, Note Terra Nova

Dragan, A. (2016) – Dynamiques spatiales, politiques, économiques et sociales de l’ESS en Roumanie, Thèse de doctorat de l’Université d’Angers.

Draperi, J.-F. (2014) – Comprendre l’économie sociale. Fondements et enjeux, Dunod, 288 p.

Draperi, J.-F. (2017) – Histoire(S) d’économie sociale et solidaire, éd. Les petits matins, 206 p.

Durkheim, E. (1893) – De la division du travail social, PUF.

Estebe, P. (2015) – L’égalité des territoires, une passion française, coll. La ville en débat, Paris, Presses Universitaires de France, 96 p.

Gandhi Mohandas, K. (1969) – Tous les Hommes sont frères. Vie et pensées du Mahatma Gandhi d’après ses œuvres (textes choisis), Paris, Gallimard (Folio), 1969

Gauchet, M. (2016) – Comprendre le malheur français, paris, Stock, Essai documents, 378 p.

Gervais-Lambony, P. (dir). (2009) – « Justice spatiale », Les Annales de Géographie, 2009, 1-2 ; n° 665-666, 168 p.

Gresillon, E., Alexandre, F., Sajaloli B. (2016) – La France des marges, Paris, Colin, 446 p.

Gresillon E., Alexandre F., Sajaloli B. (2017) – « Les marges françaises, une géographie de la déconstruction ? » Bulletin de l’Association des Géographes Français, 2017, n° 3, pp. 549-558

Guilluy, C. (2015) – La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires, Flammarion, 192 p.

Guilluy, C. (2016) – Le crépuscule de la France d’en haut, Flammarion, 272 p.

Guilluy, C. (2018) – No Society. La fin de la classe moyenne occidentale, Flammarion, 196 p.

Hall T. E. (1971) – La dimension cachée, Paris, Points, réédition 1978, 254 p.

Hochedez, C. & Le Gall J. (2016) – Justice alimentaire et agriculture : introduction, Justice spatiale, Université Paris Ouest Nanterre, [En ligne] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01342994

Reynaert L. & D’isanto, A. (2016) – « Neuf associations sur 10 fonctionnent sans salarié », INSEE Première, n° 1587, 8 p., [En ligne] https://www.insee.fr/fr/statistiques/1908153

Larrere, C. (2009) – « La justice environnementale », Multitudes, n° 36, pp. 156-162

Laville, J.-L. (2016) – L’économie sociale et solidaire. Pratiques, théories, débats, Points, 480 p.

Laville J.-L. (2019) – Réinventer l’association. Contre la société du mépris, Desclée de Brouwer, 240 p.

Laville J.-L. (2020) – Le réveil de l’utopie, éd. De l’Atelier,

Latour, B. (2012) – Enquêtes sur les modes d’existence. Une anthropologie des modernes, Paris, La Découverte, 504 p.

Latour, B. (2021) – Où atterrir ? Comment s’orienter en politique, Paris, La Découverte, 160 p.

Lefevre, B. (1998) – « Mythologie de la solidarité sportive », Corps et Culture, n° 3

Lussault, M. (2017) – Hyper-Lieux, Paris, le Seuil, coll. Sciences Humaines, 320 p.

Manceron, V. (2022) – Les veilleurs du vivant. Avec les naturalistes amateurs, Éditions les empêcheurs de penser en rond, 320 p.

Mathevet R., Thompson, J., Cheylan, M., Gil-Fournier, C., Bonnin, M. (2010) – « La solidarité écologique : un nouveau concept pour une gestion intégrée des parcs nationaux et des territoires », Nature-Sciences-Sociétés, n° 18, pp. 424-433

Mauss, M. (1973) – « Essai sur le don : Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques » In Sociologie et Anthropologie, PUF, Collection Quadrige, 1973, pp. 149-279

Mazaud, C. & Pierre, G. (2019) – « Un territoire rural dans la transition énergétique : entre démarche participative et intérêts particuliers », in Hourcade R., et Van Neste S. (dir), « Engagements et action publique face à la crise climatique », Lien social et politique, n° 82, pp. 118-138.

Morizot, B. (2020) – Manières d’être vivant, Arles, Actes Sud, 325 p.

Ostrom, E. (1990) Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action, Cambridge University Press, 1990, réed. 2015.

Pecqueur, B. & Gumuchian, B. (2007) – La ressource territoriale, Paris, Eyrolles, 252 p.

Pierre, G. (2013) – Produire pour son territoire. De l’autonomie agricole au projet local agro-énergétique, Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Caen, 356 p.

Putnam, R. (2000) Bowling alone: the Collapse and revival of American Community, S&S International, 550 p.

Putnam, R. (2003) Better Together: restoring the American Community, S&S International, 352 p.

Sabourin, E. (2012) – Organisations et sociétés paysannes, QUAE, coll. Synthèses, 280p.

Sajaloli, B. & Gresillon, E. (2018) – « Les marges, une géographie plastique des territoires humains », L’Information Géographique, n° 1-2018, p. 1-14

Slocum, R., Cadieux, V., Blumberg, R. (2016) – « Solidarité, espace et « race » : vers des géographies de la justice alimentaire, Justice spatiale », n° 9 : https://www.jssj.org/article/solidarite-espace-et-race-vers-des-geographies-de-la-justice-alimentaire/

Tönnies, F. (2010) – Communautés et sociétés. Catégorie fondamentale de la sociologie pure, Paris, PUF, Le lien social, 336 p. Édition originale, 1887, Gemeinschaft und Gesellschaft, Abhandlung des Communismu und des Socialismus als empirischer Culturformen

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Pierre, Bertrand Sajaloli et Franck Guérit, « Quand les solidarités font territoires.Interroger les géographies du lien social à l’aune de la crise globale »Bulletin de l’association de géographes français, 99-3 | 2022, 343-353.

Référence électronique

Geneviève Pierre, Bertrand Sajaloli et Franck Guérit, « Quand les solidarités font territoires.Interroger les géographies du lien social à l’aune de la crise globale »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 99-3 | 2022, mis en ligne le 20 novembre 2022, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/9738 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.9738

Haut de page

Auteurs

Geneviève Pierre

Professeur de géographie, CEDETE, Université d’Orléans, genevieve.pierre[at]univ-orleans.fr

Bertrand Sajaloli

Maître de conférence en géographie, CEDETE, université d’Orléans et CENTRAIDER, bertrand.sajaloli[at]univ-orleans.fr

Articles du même auteur

Franck Guérit

Maître de conférence en géographie, CEDETE, Université d’Orléans, franck.guerit[at]univ-orleans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search