Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99-3Solidarités sociales et espaces d...

Solidarités sociales et espaces du travail

Social solidarities and work spaces
Frédérique Barnier
p. 371-385

Résumés

Au XIXème siècle avec l’industrialisation, une transformation majeure se produit : le travail salarié devient un acte social distinct de l’activité quotidienne domestique privée et s’effectue désormais dans des espaces collectifs dédiés. Il se déploie ensuite, devenant le centre névralgique et l’élément déterminant de l’ordre social et spatial. Usines, immeubles de bureaux, cités ouvrières puis pavillonnaires, infrastructures de transport, façonnent l’espace qui organise les vies industrieuses. L’État social se développe également autour du travail salarié qui devient le pivot des solidarités du XXème siècle, qu’elles soient institutionnelles, informelles ou politiques. Mais, depuis la crise « globale » des années 1980, on assiste, à travers la diversification des formes d’emploi à un double phénomène de désolidarisation et de despatialisation d’un salariat de plus en plus précarisé et déspatialisé. Durant la récente crise sanitaire, le développement du travail indépendant via les plateformes numériques mais également, de manière plus indirecte, l’essor du télétravail, ont constitué, chacun à leur manière, une nouvelle illustration de ce phénomène. Ce mouvement de dématérialisation du travail, de dilution conjointe de ses espaces et potentiellement des droits salariaux acquis interroge donc plus globalement les formes actuelles et à venir de la solidarité sociale.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Inscrite aux fondements même de la sociologie, la question du travail et des solidarités y est restée centrale depuis le XIXème siècle, l’histoire ayant continué, en effet, d’entremêler intimement ces deux notions. Leur spatialisation en revanche, est, plus rarement explorée alors qu’elle est pourtant très révélatrice de leurs dynamiques d’évolution [Benedetto-Meyer & Cihuelo 2016]. La question des solidarités du travail, de leur évolution et de leur inscription sociale et spatiale peut ainsi être aujourd’hui questionnée à l’aune des évolutions et transformations traversées. Le travail (et ce terme désigne ici le travail salarié, forme largement dominante mais non exclusive du travail dans notre société) constitue, en effet, un très puissant médiateur dans notre société [Dejours & Molinier 1994] et demeure le fondement des solidarités les plus essentielles à travers les liens directs et indirects, institutionnels et informels qui se nouent à travers lui et qui participent à la solidité de l’ensemble de la société. Les espaces du travail sont nombreux et variés ; ils rassemblent les lieux du travail direct mais aussi plus largement tous ceux qui y concourent, ceux de l’habitat ou du transport et du loisir et tous les territoires que le travail a façonnés. L’espace du travail est ainsi un enjeu fondamental des formes d’organisation du travail mais également, plus globalement, des rapports sociaux et des solidarités qu’il traduit et contribue à déterminer. L’ensemble (travail, solidarités, espaces) est traversé depuis quelques décennies par de profondes évolutions qui participent de ce qu’on appelle, souvent par défaut et sûrement à tort, « la crise » ou plutôt « les crises ». Des crises qui semblent se succéder, changer d’origine ou de fonction mais qui finalement s’inscrivent dans un processus d’évolution que le recul rend, sinon plus cohérent, du moins plus lisible, et qui nous invite à questionner les évolutions du travail salarié et les solidarités centrales qui se nouent autour de lui, à travers le prisme de leurs espaces. Ainsi, le développement de nouvelles formes d’emploi (récemment amplifié par la pandémie de Covid 19 autour par exemple du travail dit « de plateformes » ou encore du télétravail) s’inscrit dans un mouvement plus général et déjà ancien d’externalisation et de dématérialisation du travail, de dilution de ses espaces qui interroge plus globalement les formes actuelles et à venir de la solidarité sociale. Dans un premier temps, il s’agira donc de repréciser la place et le rôle du travail dans les solidarités sociales avant d’essayer de dessiner, à travers l’évolution de ses formes de spatialisation, celle des rapports sociaux qu’elle dessine.

1. Organiser le travail, organiser l’espace : la société solide

1. 1. La société du travail

2Le travail n’est pas un objet social comme les autres, c’est un objet devenu « total » et dont l’histoire connait une brusque mutation à partir du XIXème siècle. Si on peut, en effet, avancer que les hommes ont sûrement toujours travaillé, on peut également préciser avec l’historien Jacques Le Goff (1991) que longtemps ils l’ont fait certes, mais « pour ainsi dire sans savoir qu’ils le faisaient », sans même avoir les mots pour le dire, tant ce travail était incorporé aux gestes de la survie quotidienne. Les anthropologues font le même constat : dans beaucoup de cultures, il n’y a pas de mot pour dire « le travail » au sens qu’il a fini par prendre ici [Billiard 1993, Gibert & Monjaret 2021].

3En Europe, historiens et philosophes ont raconté et décrit les étapes clés de la « lente montée en dignité du travail » et l’incroyable extension de sa signification sociale [Thuillier 1976, Le Goff 1991]. D’objet de mépris, réservé aux plus humbles, esclaves et serfs, le travail réalise sur de longs siècles une véritable mue en devenant finalement une valeur en soi et le ciment des sociétés modernes. C’est une mutation qui s’opère écrit Alain Supiot (2013) avec la révolution industrielle qui « soumet le travail humain à des transformations d’une ampleur jusque-là inédite à l’échelle des temps historiques ». Au XIXème siècle, en effet, une transformation majeure et spectaculaire se produit : avec l’industrialisation, le travail devenu salarié s’effectue désormais dans des espaces collectifs dédiés [Jacob 1994, Castel 2009], il est devenu un acte social, distinct de l’activité quotidienne domestique privée. Le travail salarié se déploie aux XIXème et XXème siècles écrit Robert Castel [2009] et l’emploi devient alors le centre névralgique et l’élément déterminant de l’ordre social et de l’ordre spatial

1. 2. Organiser le travail, organiser l’espace

4Avec l’industrialisation, l’espace, jusque-là objet de conquêtes et de combats, organisé autour des édifices du pouvoir religieux et politique, change d’orientation. « Implosion/explosion » écrit Henri Lefebvre [1968] pour décrire Paris et les villes alors cernées et envahies par la population travailleuse. Intégration /extension pourrions-nous écrire en écho quand les taudis de la misère ouvrière poussent les murs du centre des villes et agrandissent leur périphérie [Blanquart 1997].

5Les lieux du travail se transforment au fur et à mesure que ce dernier se concentre dans de grandes usines à l‘architecture souvent magistrale, symboles et démonstrations de puissance et de domination, véritables temples à la gloire du travail, de l’entreprise et de son patronat [Bevort & al. 2012]. La structuration progressive de l’espace industriel vise à réguler et domestiquer les flux de population arrivés des campagnes, de les sédentariser et de les moraliser en les mettant au travail [Murard & Zylberman 1976, Blanquart 1997]. La seconde moitié du XIXème siècle est ainsi l’époque de Germinal (1885), des émeutes sanglantes mais aussi des utopies sociales et des cités ouvrières. Ces cités construites un peu partout en France sont révélatrices des tensions qui façonnent le travail et ses espaces, à la fois lieux de cohabitation et de coercition, d’émancipation, de contrôle social et d’asservissement, Panoptique de Bentham et Familistère de Guise… À la fois lieux de l’aliénation ouvrière, du contrôle et de la surveillance totale mais également des grandes révoltes sociales et des grandes espérances.

6Le même rationalisme est à l’œuvre dans l’usine et au dehors. Ainsi à Paris, le baron Haussmann compte bien contrôler cette population et ses mouvements en ouvrant ses larges avenues et en détruisant l’entrelacs des vieilles ruelles médiévales, lieux de l’insurrection et de la guerre des rues. Avec les cités ouvrières puis les cités jardin et les cités pavillonnaires qui se développent au tournant du XIXème et du XXème siècles, c’est toute une politique patronale (bientôt relayée par l’État) de promotion (voire d’injonction) à l’accès à la propriété qui se développe. Les propos des conseils d’administration des grandes entreprises d’alors n’ont pas encore le langage euphémisé des actuels manuels de management et ont le mérite de la clarté : il s’agit par la propriété de son logement de rendre l’ouvrier solidaire du système. Avec le logement, ce dernier participe à la propriété privée même si ce n’est pas celle, déterminante, des moyens de production. Cette « participation en trompe l’œil » [Blanquart 1997] doit détourner l’ouvrier des problèmes de l’usine, de la production. Elle cloisonne sa vie, l’émiette, la fragmente en séparant le travail de l’habitat privé, le temps contraint et le temps libre. Au nouvel ordre spatial qu’elle établit correspond un ordre social clair. La propriété privée de l’habitat favorise l’individualisme du chef de famille, le recentre sur sa famille et son jardin, l’éloigne des rassemblements ouvriers. Ironie de l’histoire, les plus ardents bastions de la résistance ouvrière et syndicale naîtront dans ces grandes cités qui rassemblent des ouvriers par centaines et milliers [Blanquart 1997, Murard & Zylberman 1976].

7C’est le même mouvement qui dans les années 1960 présidera à l’extension des aires pavillonnaires péri-urbaines avec les mêmes constats menés. Autour du pavillon, toute une série de clôtures isole le propriétaire, par ailleurs censé être engagé dans une logique concurrentielle d’entretien et d’aménagement sous le regard du voisinage [Haumont 1966]. Là encore, les solidarités de proximité et de classe viendront contrecarrer ces projets individualistes [Verret 1979]. Durant les Trente Glorieuses, le schéma de l’implosion - explosion d’Henri Lefebvre continue de fonctionner que ce soit avec les populations qui poursuivent leur exode des campagnes vers les villes ou avec celles importées du sud de l’Europe puis des anciennes colonies. Dans les grandes villes, les hiérarchies sociales nées du travail structurent l’espace : les centres urbains sont désormais laissés aux quartiers d’affaires et aux bureaux, les salariés les plus favorisés s’installent dans les pavillons des couronnes proches et la population ouvrière est reléguée dans les banlieues ou attend d’y accéder. L’extension pavillonnaire coexiste ainsi avec les bidonvilles, nombreux sur le territoire [Lallaoui 1993], la construction des grandes cités et des premiers hypermarchés [De Moncan 2008]. Les temples de la consommation se développent comme bientôt ceux du loisir et les voies d’accès correspondantes. Cet âge d’or du fordisme est aussi l’époque des grandes forteresses ouvrières à la Billancourt dans lesquelles les contraintes d’espace et de temps sont les principaux instruments de la discipline industrielle. Ce travail « enchainé » [Durand 1978], « en miettes » [Friedmann 1956], est la monnaie d’échange pour l’accès à la consommation de biens désormais produits en masse mais il s’accompagne surtout d’un ensemble de droits et protections qui fait la force du salariat. Ainsi même asservi et contraint, il arrive encore à faire échec au projet « totalitariste » fordiste et révèle la force des solidarités et des coopérations qu’il induit [Linhart 1978].

1. 3. Le travail salarié : média des solidarités ?

8C’est chez Marx puis chez Durkheim que cette question apparait, ce dernier faisant de la division du travail non pas une cause de fragmentation sociale mais au contraire le premier lieu désormais de la coopération humaine [Lallement 2007]. Cette coopération n’est ni choisie, ni voulue, elle est contrainte par le système lui-même qui en reliant ainsi les individus, nécessaires les uns aux autres par l’enchaînement direct ou indirect de leurs tâches, les rend solidaires. Cette solidarité ainsi pensée renoue avec son origine juridique et renvoie à ce qui solidifie littéralement un groupe humain [Supiot 2013]. Pour Durkheim, qui redoute l’anomie sociale causée par la modernisation de la société et le déclin des principaux cadres intégrateurs traditionnels, le travail divisé et organisé rationnellement dans des lieux dédiés peut ainsi être la source d’une nouvelle cohésion sociale.

9Bien avant ces corporations solidaires pensées par Durkheim, Karl Marx voyait lui le développement de l’exploitation capitaliste du travail se retourner inéluctablement contre ses agents. Des usines de plus en plus en grandes, de mieux en mieux reliées par des voies de transport et des moyens de communication modernes employaient des ouvriers de plus en plus nombreux et de plus en plus capables de s’organiser pour mieux se révolter. Mais le travail prend aussi chez lui cette ambigüité qui ne le quittera plus : grandeur et essence même de l’homme qui permet son dépassement, il est aussi cette marchandise qui s’offre et se vend au prix du marché, source d’exploitation et d’aliénation, source de division également entre ces ouvriers de la grande industrie auxquels il prévoit un avenir révolutionnaire et cette « armée de réserve » que constitue la masse des isolés, des précaires et des vagabonds.

10Au XIXème siècle, le salariat se déploie dans un contexte terrible pour la population ouvrière : hommes, femmes et enfants travaillent dans des conditions épouvantables et mortifères [Noiriel 1986]. Mais c’est également autour de lui et de ses conditions que se mènent les luttes et les combats qui progressivement améliorent la condition salariale. L’emploi salarié, sa forme contemporaine prédominante, devient le pivot des solidarités sociales du XXème siècle, qu’elles soient informelles, institutionnelles ou politiques. Et c’est bien chevillé au travail salarié que l’État social prend corps et organise la protection sociale, soit, comme l’exprimait Robert Castel [2003], la « propriété sociale », de tous ceux qui n’ont pas de propriété privée pour pouvoir affronter les aléas et les risques de la vie. Assurance maladie, retraite, chômage, accidents du travail ou maladies professionnelles, allocations familiales, mais aussi congés, formation, salaire minimum, la plupart des droits se mettent en place dans la seconde moitié du XXème siècle avec l’édifice institutionnel (et géographique) de services publics correspondants.

11Les années entourant la seconde guerre mondiale en France sont ainsi de ce point de vue assez remarquables. Du Front Populaire avec ses « grèves joyeuses » au programme des « Jours heureux » du Conseil National de la Résistance et à la mise en place de la bien nommée Sécurité Sociale, les solidarités prennent place dans un climat propice aux « mécanismes de la représentation et négociation collectives » [Supiot 2013]. Au-delà de la sécurité sociale ainsi permise pour tous ceux qui vivaient auparavant dans un état d’incertitude absolu, au jour le jour, à la merci du moindre incident, l’État social relie les travailleurs les uns aux autres, garantit ainsi leur solidarité effective tout en permettant le droit à la contestation. À travers le principe de la cotisation, redistributrice d’une part de la richesse produite, est affirmée la dimension politique du salariat, à la fois produit et négation du capitalisme [Friot 1998]. Le travail salarié, longtemps vécu comme une honte, devient la voie d’accès à une condition plus enviable, voire le chemin de l’autonomie. Espace d’intégration, il contribue à déterminer la place de chacun et à l’intégrer notamment via les droits et protections auxquels la société salariale contribue à l’affilier [Castel 2003, 2009, Supiot 2013]. Lieu de la citoyenneté, il est également celui de la capacité politique [Friot 1998].

12Ainsi dans les usines, quand l’organisation scientifique du travail impose sa discipline, déshumanise le travail et aliène les corps, paradoxalement, les récits de ceux qui, comme Robert Linhart (1978), se sont établis comme ouvriers et travaillent sur les chaînes de production révèlent d’autres facettes de ce « travail enchaîné » et soulignent la nécessité d’une coopération habile des hommes pour que ce système si rigide fonctionne, l’intensité des solidarités déployées et la façon dont l’humanité s’accroche dans la solidarité des travailleurs, leur entraide et leur résistance. Centimètre par centimètre, ils se réapproprient leur espace de travail [Bernoux 1981]. Ateliers, machines, vestiaires sont réinvestis, décorés, humanisés et deviennent, le temps d’une grève ou d’une occupation, des lieux de vie partagée et de résistance. Déjà cependant, dans ces années qui précèdent la crise, la modernisation de la société, de l’habitat, des modes de vie, l’individualisation bousculent les équilibres. Le monde du travail, encore essentiellement ouvrier, apparait déjà fracturé entre ceux que le progrès entraîne et ceux qu’il abandonne [Mallet 1963]. Le travail et ses solidarités semblent ainsi parfois se perdre dans la société de consommation et la civilisation du loisir, du confort et de l’abondance [Supiot 2013].

13C’est ce monde, celui de l’emploi et de ses droits, qui va être brutalement et massivement confronté à la crise au tournant des années 1980 et à ses effets : désindustrialisation et crise de l’emploi, modernisation… L’édifice patiemment construit autour du travail, de ses lieux et de ses solidarités bascule avec le chômage, la précarité… dans un climat de déstabilisation général et durable.

2. Espaces et solidarités du travail face à la crise

2.1. Crise, externalisation et désolidarisation sociale

14Difficile de résumer en quelques lignes cette « crise » comme on l’a d’abord nommée et dont les échos et répliques ont montré toute l’amplitude jusqu’à notre actualité la plus récente. Si on vit d’abord au milieu des années 1970 une crise économique, les observateurs s’accordent aujourd’hui pour y situer l’origine d’un changement d’échelle des échanges économiques, qui, en s’internationalisant ont profondément modifié les équilibres mondiaux et les modes de gouvernance politique. La mondialisation et la financiarisation de l’économie ont ainsi fini de balayer sur leur passage les anciennes utopies, les alternatives et les vieux espaces industriels. À ces bouleversements économiques et politiques s’est superposée une transformation technologique considérable, le développement de l’informatisation annonçant la révolution numérique aujourd’hui toujours en cours et tous ses corollaires techniques, sociaux, économiques et écologiques. Mais dans cette économie mondialisée qui se met en place, ce sont d’abord les solidarités du travail qui sont malmenées, par le chômage et le développement de tout un ensemble de statuts précaires et insécurisants.

15Le chômage tout d’abord s’installe à un niveau élevé et s’y maintient jusqu’à aujourd’hui : il concerne au moins 7.5 % de la population active depuis 1982 avec des pics plus élevés à 12 ou 13 % atteint en 1993, de 1996 à 1999 ou encore entre 2012 et 2016 [Marchand & Minni 2019]. Il exclut de l’emploi, des droits qu’il procure mais aussi de l’espace public et commun, en premier lieu les moins qualifiés (notamment les travailleurs étrangers amenés en masse pendant la prospérité) dont le taux de chômage atteint à plusieurs reprises les 25 %. Les premières enquêtes menées dans les années 1980 auprès des chômeurs vont souligner l’importance du travail dans la vie des salariés et la disqualification sociale opérée par la perte d’emploi [Schnapper 1981]. Comme l’avait montré près de 50 ans auparavant l’ouvrage dirigé par Paul Lazarsfeld autour des chômeurs de Mariental (1932), le travail organise notre rapport au temps, à l’espace et aux autres. Sans lui, la tentation du repli est manifeste. Et quand les liens au monde du travail s’affaiblissent, les autres formes de liens peuvent suivre qu’ils soient familiaux, intergénérationnels, associatifs ou politiques...

16La désindustrialisation produit ainsi son lot de fermetures, de déménagements et de friches plus ou moins polluées, parfois muséographiées. Les banlieues se paupérisent et se dégradent. La précarité se développe et accompagne un long mouvement d’externalisation du travail qui emprunte différents aspects mais qui vise essentiellement à contourner le salariat « traditionnel » et ses droits acquis, construits autour de ce qui était devenu depuis les années 1960 la norme, soit le contrat de travail à durée indéterminée et à temps plein (et souvent pour un seul employeur). Rompant avec une tendance séculaire à la concentration, cette externalisation s’accompagne d’une réduction de la taille des unités de production directes et la mise à distance des salariés via la multiplication des situations intermédiaires entre emploi et chômage. Les unités productives sont ainsi plus réduites, l’emploi et ses espaces plus éclatés, les durées et les rythmes beaucoup plus variables [Marchand & Minni 2019].

17Aux délocalisations pures et simples vers l’étranger et sa main d’œuvre meilleur marché s’ajoute un recours de plus en plus massif à la sous-traitance qui, dans les années 1980, concerne en premier lieu les salariés les moins qualifiés de la sécurité ou de l’entretien avant de s’étendre, à partir des années 2000, à d’autres fonctions productives et administratives. Selon le Centre d’Etudes de l’Emploi (CEE), l’évolution du recours à la sous-traitance est nette en France. Dans les années 1980, la part des entreprises qui y recourt est de 59.8 %, elle est de plus de 85 % en 2000 et avoisine les 90 % en 2005. Avec cette évolution, se développe la part de salariés « nomades », loués, vendus, prêtés, détachés… à la spatialisation ambiguë : salariés d’une ou plusieurs entreprises dans lesquelles ils ne se rendent quasiment jamais et qui vont travailler tous les jours dans des entreprises dont ils ne sont pas les salariés. De précédents travaux menés auprès des salariés du nettoyage [Barnier 2011] avaient ainsi exploré cette condition particulière, cette place à part, ni d’ici ni d’ailleurs, des « extérieurs », comme ils sont appelés à l’instar des agents de sécurité ou de maintenance. Traités avec plus ou moins de ménagement, « quasi-salariés », salariés par procuration dont personne ne connait très bien les prérogatives, ils se perçoivent parfois comme appartenant à un sous-salariat, « apatrides », sans réel collectif de travail, sans connaissances précises de leurs droits et souvent en difficultés pour les faire reconnaitre quand tout dans leurs conditions de travail contribuent à les isoler et les marginaliser.

18Cette externalisation prend également en France dans les années 1980, le visage du travail intérimaire, dispositif singulier importé des États-Unis, très marginal et illégal au départ en France mais qui va rapidement se développer pour se stabiliser dans les années 2000 autour de 2 % de l’emploi, soit l’équivalent annuel de 600 000 emplois à temps pleins pour près de 2 millions de travailleurs concernés. Là encore, de précédents travaux ont montré comment la condition d’errance intérimaire permet de restreindre les droits salariaux en plaçant ces salariés isolés dans une telle précarité qu’ils sont dans l’incapacité d’actionner des droits « légalement » acquis [Glaymann 2005, Jounin 2009, Barnier 2013]. Travail intérimaire et temporaire (contrats courts) ont fortement progressé : ils représentaient 5 % des emplois au début des années 1980 contre près de 15 % en 2019 et concernent aujourd’hui plus de 90 % des embauches [Marchand & Minni 2019]. Ces formes d’emploi se superposent par ailleurs souvent avec une autre forme salariale dégradée, le temps partiel, qui, pratiquement inexistant dans les années 1960, représente aujourd’hui 18.5 % de l’emploi et concerne à 90 % les femmes.

19Tous ces dispositifs participent à ce processus de déstabilisation et déspatialisation de l’emploi et conduisent certains observateurs à interroger l’avenir même du salariat. Avec les emplois isolés du secteur des services, les salariés en « contrats courts », intérimaires, à temps partiels, autoentrepreneurs, « uberisés », on assiste à un phénomène conjoint de désolidarisation et de déspatialisation [Taskin 2010] d’un travail devenu de plus en plus individualisé et dématérialisé [Castel 2009]. Certes, l’emploi salarié reste globalement très majoritaire (avec près de 88 % d’actifs concernés), mais un pourcentage important et croissant de salariés en connaissent un mode dégradé et surtout il ne progresse plus et enregistre même une certaine régression. La salarisation totale de la société que d’aucun prévoyait il y a encore peu paraît désormais peu probable, à l’inverse d’un possible déclin du salariat qui entraînerait le démantèlement progressif des droits et protections associés à l’emploi et l’éclatement des collectifs de travail. De fait, la part de l’emploi non salarié, en baisse continue de 1960 à 2000, s’est stabilisée autour de 8 % dans les années 2010 et connait depuis une légère augmentation : elle dépasse aujourd’hui les 11 %. Cette augmentation concerne surtout le secteur des services marchands dans lequel l’emploi indépendant résiste ou plutôt se renouvelle [Marchand & Minni 2019]. En effet, perçu comme une forme d’adaptation au chômage, doté d’une image désormais positive (créer son propre emploi), le statut de travailleur indépendant répond parfaitement au développement des politiques d’externalisation et de déspatialisation du travail en cours dans des entreprises cherchant à réduire conjointement les coûts du travail et de ses espaces [Benedetto-Meyer & Cihuelo 2016]. Il bénéficie par ailleurs de l’essor des nouvelles technologies numériques et de politiques publiques incitatives comme celles entourant depuis 2009 le statut d’auto-entrepreneur, requalifié micro-entrepreneur en 2014 [Thiéry 2017].

20Il est ainsi un puissant allié de ce processus de dématérialisation / déspatialisation du travail qui a enregistré une forte accélération avec la récente crise sanitaire liée à la Covid 19. Deux pratiques se sont alors fortement imposées, le travail indépendant via les plateformes numériques d’intermédiations d’une part, le télétravail de l’autre, deux pratiques a priori bien différentes mais qui constituent chacune à leur manière, une tentative de contournement du salariat traditionnel et de ses droits.

2.2. « Ubérisation » et télétravail : déspatialisation et désalarisation du travail

21Avant même la pandémie, le travail indépendant avait ainsi repris des couleurs en France grâce aux dispositifs le facilitant et l’encourageant. L’INSEE notait ainsi en 2021 que la très forte augmentation des créations d’entreprises observée depuis 2015 (le statut de micro-entreprise date de 2014) restait portée surtout par les micro-entrepreneurs (64 % des créations), au détriment pour partie des entreprises individuelles « classiques », dont le nombre de créations aurait baissé de près de 30 %. Les enquêtes alors menées [Abdelnour 2017, Lederlin 2021] montraient une population de micro-entrepreneurs certes hétérogène mais surtout marquée par une position précaire et de faibles revenus, modifiant considérablement les contours des catégories « historiques » du travail indépendant (artisans, commerçants, petits entrepreneurs). 27 % d’entre eux étaient ainsi désormais des travailleurs pauvres (dont des bénéficiaires des minimas sociaux), parfois installés dans une forme de salariat déguisé, imposé par d’anciens ou futurs hypothétiques employeurs soucieux de réduire leurs charges sociales. Cette situation n’altérait pourtant pas chez les micro-entrepreneurs rencontrés par Sarah Abdelnour (2017) l’adhésion à une image très positive de l’auto-entreprise, associée à l’indépendance, à la liberté et… à l’expression d’une certaine idéologie « anti-cotisations sociales ».

22Déjà modifiée par ces nouveaux entrepreneurs, la catégorie des indépendants a continué sa mue avec l’essor considérable en quelques années (et largement accentué depuis la crise sanitaire) des travailleurs des plateformes numériques de courses et livraisons en tout genre. Secteur en pleine croissance, l’économie de plateforme d’intermédiation s’est d’abord fait connaitre en France avec les chauffeurs de VTC (Voiture de Tourisme avec Chauffeur). Avec la pandémie et les confinements, elle a pris le visage d’une nouvelle concentration, très visible dans l’espace public, celle des livreurs à domicile [Gutierrez Crocco & Atzeni 2022]. Les services de livraison à domicile ont en effet vu leur nombre exploser avec la crise sanitaire. Ils emploieraient aujourd’hui de 200 000 à 250 000 travailleurs, dont le dénombrement reste compliqué tant cette catégorie est mouvante [INSEE, 2021]. Le principe de ces plateformes (Uber étant la plus connue, elle a fini par extension par donner son nom au principe et à ces travailleurs « ubérisés ») est de servir d’intermédiaire entre des clients (de biens ou de services) et des travailleurs indépendants connectés qui vont répondre à ce besoin. Dans le cas des livreurs, théoriquement inscrits comme micro-entrepreneurs, ils sont connectés à des plateformes en lignes qui leur signalent une course ou une livraison à effectuer (pour les plus rapides à s’en saisir) pour laquelle ils vont être rémunérés par le client. La plateforme se rémunère également au passage (commission) en éludant évidemment toute charge sociale puisqu’il n’y a pas de relation salariale établie. Pendant ce temps, ses algorithmes classent et évaluent en permanence les performances de chacun de façon à confier « au meilleur » livreur (le plus disponible, le plus rapide, le mieux noté par les clients…) le plus de courses. L’image initiale du coursier à vélo, épris de liberté, complétant librement son revenu ou finançant ses études, du jeune des quartiers ostracisé devenant son propre patron en conduisant un véhicule n’a pas résisté longtemps [Jan 2018]. Les enquêtes menées depuis insistent sur la dégradation des rémunérations et des conditions de travail des livreurs notamment et sur leur hyperprécarité dans un climat de concurrence acharnée. Depuis 2020, leur population est largement alimentée par de jeunes migrants sans papier, sous-louant illégalement des comptes, convocables à merci et enchaînant des courses dangereuses en engin motorisé afin de pouvoir se dégager un revenu minimum après les commissions des plateformes et des loueurs de compte [Le Lay & Lemozy 2021]. Ces conditions de travail indignes qui renvoient le capitalisme à ces anciennes pratiques de tâcheronnage posent évidemment la question fondamentale du statut de ces travailleurs de plateforme alors que ce secteur d’activité se développe rapidement, bien au-delà des secteurs les plus emblématiques évoqués [Forissier et alii 2020]. Recours, conflits et tensions se multiplient dans le monde pour lutter contre l’hyper précarisation de ces travailleurs soumis à de très fortes contraintes et donc à ce qui s’apparente à un salariat déguisé, dépourvu de tous droits sociaux. Les plateformes, elles, continuent de s’enrichir sans obligation de redistribution, sans participer d’aucune sorte au financement de la protection de ces travailleurs. Certains pays, comme l’Espagne, ont d’ores et déjà assimilé cette forme de travail à du salariat et lui adjoignent les mêmes protections (provoquant le départ de certaines plateformes), d’autres comme la France encadrent pour l’instant a minima.

23A priori, le télétravail n’a rien à voir avec ces pratiques à la limite de la légalité. Il consiste juste à faire travailler des salariés hors des locaux de leur entreprise en utilisant les technologies numériques. Avant même la pandémie, ces mêmes technologies avaient déjà commencé à brouiller les frontières entre lieux de travail et lieux de vie pour un certain nombre de salariés. Néanmoins, en France, la pratique restait encore peu répandue jusqu’à la crise sanitaire qui l’a considérablement et assez brutalement amplifiée. Ainsi, en 2021, 22 % des salariés télétravaillent contre à peine 3 % en 2017 [Hallépée & Mauroux 2019, INSEE 2022]. Les débats suscités en ont évoqué les aspects positifs, désormais bien connus : économies de temps, d’argent pour les entreprises, de fatigue et de stress notamment liés aux transports pour les salariés, de pollution pour tous… Mais le télétravail a également généré des craintes en montrant par un effet miroir assez vertigineux toute l’étendue des inscriptions et régulations spatiales induites plus indirectement par le travail et potentiellement mises à mal : quartiers d’affaires, immeubles de bureaux, transports connexes, formes d’habitat, commerces et services, lieux de loisirs… Des questions d’ordre juridique se sont également posées concernant les horaires de travail, les modes de contrôle des activités réalisées, la santé physique et mentale des salariés, la prise en charge des équipements, des repas voire des accidents du travail… Enfin, d’autres effets ont semblé plus inquiétants, notamment la rupture des liens sociaux et des coopérations liées au travail et la perte de sens alors générée. Ainsi atomisé, le travail peut s’apparenter à la simple exécution d’une activité désincarnée, procédurisée à outrance, contrôlée à distance dans des entreprises virtuelles, « liquides », « disloquées », aux salariés éparpillés, isolés, atomisés [Linhart 2021]. En les extrayant du collectif de travail, en recentrant les salariés sur leur confort individuel (en priorisant le cadre de vie « hors travail » devenu par défaut celui de l’activité), le télétravail opère une rupture évidente avec ce qui avait permis la constitution même du salariat, une intégration collective, capable d’équilibrer le lien de subordination. Certes, le télétravail ne modifie ni le statut des salariés ni la relation juridique qui les unit à leur entreprise. Son instauration a été plutôt brutale mais légitimée par le contexte sanitaire. Aujourd’hui, il semble installé, non sans débats, mais bien loin de l’image sulfureuse des plateformes. Pourtant, il y a bien entre ces deux formes du travail contemporain quelques similitudes, à commencer par une origine commune, celle du travail indépendant, seule forme de travail concernée par le télétravail à ses débuts, il y a une trentaine d’année avant qu’elle ne s’étende ensuite plutôt modestement aux cadres de certains secteurs d’activité.

24Les deux contribuent ainsi efficacement à brouiller la distinction entre salarié et travailleur indépendant et participent de cette actuelle valorisation de l’autonomie individuelle. Dans ce processus de contournement du salariat, ubérisation et télétravail fonctionnent en fait comme deux faces opposées et complémentaires : quand le travail de plateforme refuse le statut de salarié à des travailleurs indépendants sous très fortes contraintes, le télétravail détend la relation salariale avec des salariés traités comme des indépendants.

Conclusion

25Il a fallu de longues années et beaucoup de luttes sociales pour conduire le prolétariat vers le salariat, ce statut qui octroie au travailleur des droits et des protections. Un statut qui est « une reconnaissance sociale et juridique » du travailleur dont il commande « l’accès à l’espace public et le fait reconnaitre comme sujet de droit » écrivait Robert Castel (2012) qui soulignait cependant la tension dialectique du travail-emploi, qui donne sa dignité au travailleur en même temps qu’il le subordonne. Ce travail-emploi est en butte depuis près de cinq décennies à un processus de nette dégradation largement explorée qui fait reculer à la fois l’emploi salarié, les protections qui lui étaient associées et sa présence dans l’espace public et dans l’imaginaire collectif. La précarisation et l’invisibilisation croissante d’une partie du salariat « mis à distance » de ses droits par une multiplicités de statuts permettant de les contourner ne fait par ailleurs qu’alimenter des formes de travail encore plus précaires. Le recrutement des plateformes se nourrit ainsi de salariés précarisés, paupérisés ou rejetés.

26Le travail indépendant fait alors figure de mirage, nouvel eldorado de la liberté individuelle quand le salariat apparait souvent réduit à ses seules contraintes. Ce phénomène est particulièrement visible depuis la crise sanitaire à travers certaines thématiques très médiatisées autour de démissions / reconversions individuelles de salariés « à la recherche de sens » et développement personnel, voire de leur re-spatialisation sur des lieux « privés » (maisons de campagne ou sites touristiques mondiaux pour les « digital nomads ») déniant implicitement tout sens et lieu collectifs à l’activité de travail, réduite à une aspiration individuelle intime. De fait, toute une partie de la population échappe aujourd’hui aux solidarités sociales traditionnelles de la condition salariale, des solidarités par ailleurs mises à mal par les réformes successives de la protection sociale qui visent à dissocier emploi et droits pour y substituer un système d’aides résiduelles et stigmatisantes. Le travail lui-même devenant ainsi parfois un vecteur de désolidarisation quand, certains, au nom de la valeur travail, dénoncent « l’assistanat » [Duvoux 2012].

27Les évolutions en cours seront ainsi décisives. La baisse du taux de chômage si elle se confirme peut venir modifier le rapport de force en faveur d’un salariat protégé et capable de maintenir ses droits. Les travailleurs peuvent également trouver dans les nouveaux espaces, fussent-ils virtuels, les lieux du collectif. Ainsi, lors du mouvement des « gilets jaunes », les réseaux sociaux ont permis à ces « sans lieu » du précariat d’investir de nouveaux espaces physiques et symboliques comme les ronds-points. Les travailleurs « ubérisés » ont quant à eux également montré, malgré les difficultés, des capacités à se mobiliser collectivement et à en appeler à la protection des institutions et du droit [Abdelnour & Bernard 2021]. Enfin, le télétravail a donné lieu nous semble-t-il, parmi les salariés à des positionnements tranchés, des débats vifs, voire conflictuels, des adhésions mais aussi un fort rejet et des résistances qui méritent, selon nous, d’être observées de près et qui laissent peut-être entrevoir qu’une partie des salariés a conscience, même confusément, que la problématique des espaces du travail n’est pas une simple question de lieu.

Haut de page

Bibliographie

Abdelnour, S. (2017) – Moi, petite entreprise. Les auto-entrepreneurs, de l’utopie à la réalité, Paris, PUF, 352 p.

Abdelnour, S. & Bernard, S. (2021) – « Les mobilisations de chauffeurs de VTC : des obstacles à l’organisation collective » in P. Savoldelli (coord.), Ubérisation et après ?, Bordeaux, Editions du Détour, pp. 147-158.

Barnier, F. (2011) – « Emploi précaire, travail indigne : condition salariale moderne dans le nettoyage » Revue Interrogation n °10, www.revue-interrogations.org/

Barnier, F. (2013) – « Intérimaires, entreprises, dispositifs de santé au travail et d’aide sociale » in C. Meilland & F. Sarfati (dir.), Accompagner vers l’emploi. Quand les dispositifs se mettent en action, Bruxelles, Peter Lang, 276 p.

Benedetto-Meyer, M. & Cihuelo, J. (2016) – « L’espace dans l’analyse du travail », La nouvelle revue du travail, n° 9, pp. 1-15.

Bevort, A., Jobert, A., Lallement, M. & Mias, A. (2012) – Dictionnaire du travail, Paris, PUF, 860 p.

Bernoux, P. (1981) – Un travail à soi, Toulouse, Privat, 252 p.

Billiard, I. (1993) – « Le travail : un concept inachevé », Education Permanente, n° 116, pp. 19-32.

Blanquart, P. (1997) – Une histoire de la ville, Paris, La Découverte, 192 p.

Castel, R. (2003) – L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Seuil, 95 p.

Castel, R. (2009) – La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Le Seuil, 457 p.

Castel, R. (2012) – « Salariat ou revenu d’existence ? Lecture critique d’André Gorz », La Vie des idées, 6 décembre 2013. ISSN : 2105-3030, https://laviedesidees.fr/Salariat-ou-revenu-d-existence.html

Cee (Centre d’études de l’emploi), (2008), Le contrat de travail, Paris, La Découverte, pp. 57-68, p. 60 Tableau 1 & p. 61 Tableau 2

Dejours, C. & Molinier, P. (1994) – « Le travail comme énigme », Sociologie du travail, 36ème année, HS, pp. 35-44.

De Moncan, P. (2008) – Histoire des centres commerciaux en France, Ravières, Editions du Mécène, 331 p.

Durand, C. (1978) – Le travail enchaîné, Paris, Le Seuil, 186 p.

Durkheim, E. [1893] (2013) – De la division du travail social, Paris, PUF, 420 p.

Duvoux, N. (2012) – Le nouvel âge de la solidarité, Paris, Le Seuil, 105 p.

Forissier, M., Fournier, C. & Puissat, F. (2020) – « Travailleurs des plateformes : au-delà de la question du statut, quelles protections ? » Rapport d’information du Sénat, n° 452, 87 p., https://www.senat.fr/notice-rapport/2019/r19-452-notice.html

Friedmann, G. (1964) – Le travail en miettes, Paris, Gallimard, 320 p.

Friot, B. (1998) – Puissances du salariat, Paris, La Dispute, 437 p.

Gibert, M.-P. & Monjaret, A. (2021) – Anthropologie du travail, Paris, Armand Colin, 218 p.

Glaymann, D. (2005) – La vie en intérim, Paris, Fayard, 374 p.

Gutierrez Crocco, F. & Atzeni, M. (2022) – « Précarisation, gestion algorithmique et mobilisation : les effets de la pandémie de COVID-19 sur les livreurs des plateformes numériques en Argentine et au Chili », Revue Internationale du Travail, vol. 161, n° 3, pp. 497-519

Hallepee, S. & Mauroux, A. (2019) – « Quels sont les salariés concernés par le télétravail ? », DARES Analyses n° 51, pp 1-11.

Haumont, N. (1966) – Les Pavillonnaires. Étude psychosociologique d’un mode d’habitat, Paris, L’Harmattan, 150 p.

Insee (2021) – « L’essor des créations d’entreprises de vente à distance et livraison à domicile pendant la crise sanitaire », Insee Focus, n° 247.

Insee (2021) – « L’essor des créations de sociétés et de micro-entrepreneurs en 2021 », Insee Première, n° 1892.

Insee (2022) – « En 2021, en moyenne chaque semaine, 1 salarié sur 5 a télétravaillé », Insee Focus, n° 263.

Jacob, A. (1994) – Le travail, reflet des cultures. Du sauvage indolent au travailleur productif, Paris, PUF, 276 p.

Jan, A. (2018) – « Livrer à vélo… en attendant mieux », La nouvelle revue du travail, n° 13, http://journals.openedition.org/nrt/3803

Jounin, N. (2009) – Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte, 288 p.

Lallaoui, M. (1993) – Du bidonville au HLM, Paris, Syros, 135 p.

Lallement, M. (2007) – Le travail, une sociologie contemporaine, Paris, Gallimard, 666 p.

Lazarsfeld, P., Jahoda, M. & Zeisel, H. (1982) – Les Chômeurs de Mariental, Paris, Minuit, 144 p.

Lederlin, F. (2021) – « Le travail dit « indépendant » : un inquiétant idéal », SER « Etudes », n° 5, Mai, pp. 43-53.

Lefebvre, H. (1968) – Le Droit à la ville, Paris, Anthropos, 164 p.

LGoff, J. (1991) – Pour un autre Moyen Age, Paris, Gallimard, 432 p.

Le Lay, S., LEMOZY, F. (2021) – « Mieux comprendre le vécu des livreurs de plateformes de travail » in P. Savoldelli (coord.) - Ubérisation et après ? Bordeaux, Editions du Détour, pp. 159-184.

Linhart, D. (2021) – L’insoutenable subordination des salariés, Ramonville Saint-Agne, Erès, 285 p.

Linhart, R. (1978) – L’Etabli, Paris, Minuit, 180 p.

Mallet, S. (1963) – La nouvelle classe ouvrière, Paris, Le Seuil, 265 p.

Marchand, O. & Minni, C. (2019) – « Les grandes transformations du marché du travail en France depuis le début des années 1960 », Economie et Statistique, n° 510-511-512, pp. 89-107.

Murard, L. & Zylberman, P. (1976) – Le petit travailleur infatigable, Paris, Recherches, 287 p.

Noiriel, G. (1986) – Les ouvriers dans la société française XIXe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 317 p.

Schnapper, D. (1981) – L’épreuve du chômage, Gallimard, Paris, 222 p.

Supiot, A. (2013) – « Grandeur et misère de l’Etat social », Leçon inaugurale au Collège de France, Paris, Fayard, 63 p.

Supiot, A. (2019) – « Le travail n’est pas une marchandise », Leçon de clôture, Collège de France, Paris, 59 p.

Taskin, L. (2006) - « Télétravail : les enjeux de la déspatialisation pour le management humain », Interventions Economique, n° 34, pp. 1-20.

Thiery, S. (2017) – Les nouvelles formes du travail indépendant, Avis CESE, novembre, 106 p

Thuillier, P. (1976) – « Au commencement était la machine », La Recherche, n° 63, pp. 46-57.

Verret, M. (1979) – L’espace ouvrier, Paris, A. Colin, 231 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Barnier, « Solidarités sociales et espaces du travail »Bulletin de l’association de géographes français, 99-3 | 2022, 371-385.

Référence électronique

Frédérique Barnier, « Solidarités sociales et espaces du travail »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 99-3 | 2022, mis en ligne le 20 novembre 2022, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/9794 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.9794

Haut de page

Auteur

Frédérique Barnier

Maître de conférences en sociologie, CEDETE, Université d’Orléans, IUT de Bourges, 65 av. de Lattre De Tassigny, 18000 Bourges – Courriel : frederique.barnier[at]univ-orleans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search