Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99-3Associations en fusion(s). Penser...

Associations en fusion(s). Penser les effets territoriaux des solidarités : crises des lieux, changements des liens

Associations in fusion(s). Thinking about the territorial effects of solidarities: crises of places, changes of social links
Emmanuel Bioteau et Jérôme Prugneau
p. 400-416

Résumés

Ce texte prend appui sur deux études de cas : la fusion de 9 associations Maisons de Quartiers agréées Centre Sociaux en une seule organisation associative à La Roche-sur-Yon (l’AMAQY) et la place comme le rôle possiblement joué par des Centres Sociaux associatifs initialement intercommunaux devenus communaux dans le cadre des fusions communales des Mauges (en Maine-et-Loire). Dans ces deux situations la solidarité est présupposée. Elle serait l’origine de toutes les fusions, sur les bases d’un registre de justification : la fusion « irait de soi » du fait d’une habitude antérieure de « faire ensemble », entre des gens habitués à « vivre ensemble ». Or la fusion induit un changement des valeurs, une réattribution de ces valeurs, des résistances, de nouvelles alliances… qui questionnent la solidarité, systématiquement convoquée en tant que principe fondateur !

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Penser les effets territoriaux des solidarités suppose un retour sur les principes et valeurs de mise en commun portés, entre autres et sans être exclusifs à ces dernières, par les initiatives associatives (associations de loi 1901, relevant du domaine de l’Economie Sociale et Solidaire – ESS). Retenons que celles-ci sont mues par la volonté de produire de la valeur sans faire de l’argent, et par le partage ; que ces valeurs irriguent l’économie classique (et non pas l’inverse) ; et que s’il est une performance sociale, ou à tout le moins une utilité Sociale de l’ESS, celle-ci peut aujourd’hui être définie autour de « l’émergence d’un nouveau modèle de développement [territorial solidaire] fondée notamment sur la valeur reconnue au rôle joué par le lien Social dans une société où la société prend tout son sens au service de la cohésion Sociale » [Gadrey 2006].

2Il s’y ajoute que « le projet collectif s’émancipe des seules contraintes de profitabilité au bénéfice de l’intérêt général » [Guesnier & Lemaignan 2006], d’où la nécessité d’ouvrir de nouveaux chantiers pour une géographie s’attachant au fait associatif dans ses rapports aux territoires, et plus largement à l’ESS, en conservant à l’esprit que « l’ESS n’est pas un modèle de substitution mais bien une forme complémentaire d’organisation, qui coexiste avec une économie de marché et une économie publique » [Bioteau & Fleuret 2014]. Des initiatives émergent en ESS, au profit d’un modèle davantage relocalisé qui s’appuierait sur la mobilisation d’acteurs proches, soit spatialement, soit par proximité organisée, de coordination ou institutionnelle mais dans un cadre local. Plus que l’ESS dans sa globalité, ces caractères sont ceux de « l’économie solidaire [qui], pour sa part, renvoie à des initiatives plus récentes d’organisation locale et communautaire » [Gendron 2001].

3Partant de ces constats liminaires, nous proposons ici que soient interrogées des trajectoires de changement institutionnel auxquelles sont confrontés, tout en y contribuant, deux Centres Sociaux (organisations associatives agréées Centre Social par les Caisses d’Allocations Familiales). Dans un cas la problématique d’entrée repose sur une fusion associative impulsée par un besoin d’équilibre budgétaire et de respect des conventions à l’échelle d’un consortium de Centres sociaux in fine regroupés en une seule entité. Dans l’autre cas, la problématique d’entrée repose sur la transformation du périmètre institutionnel d’un Centre Social intercommunal devenu communal par effet de la fusion de l’ensemble de son territoire de projet en une seule entité communale.

4Ces transformations sont alors à réinterroger au travers des projets (ici fusions) qui les reconfigurent. Au-delà de ces projets, le recours systématique à la solidarité en tant que moteur du changement se doit d’être analysé : tant les fusions que l’appui sur les initiatives (parfois individuelles) locales sont présentés comme relevant du registre de la solidarité. Mais cette solidarité prend une forme et un sens différents à ces deux échelles spatiales (lieux) et relationnelles (liens).

5La solidarité est, en tant que processus, convoquée par les porteurs de projets associatifs au titre d’une sécurisation de la vie associative face à la vulnérabilisation induite par les fusions en cours. Certains territoires se révèlent facilitateurs, ressourçant, lorsque d’autres, au contraire, peuvent être vecteurs d’un renforcement des fragilités individuelles. Si le recours aux habitants pour « faire » et pour porter les projets (ici de fusions) s’inscrit dans les logiques de renforcement du pouvoir d’agir citoyen promues par les Centres Sociaux, ces mêmes projets interrogent néanmoins l’inscription territoriale des coopérations, et des conflits peuvent apparaître entre des acteurs-habitants dont les lectures du projet collectif s’avèrent discordantes.

6Appréhender le contexte de changement dans lequel sont prises ces institutions associatives demande donc de regarder les mécanismes de mobilisation face au changement, l’ajustement au changement. Des deux cas d’étude retenus, il ressort un enjeu double, apparemment contradictoire, entre d’une part le renforcement, voire le repli, du pilotage organisationnel à l’échelle des bureaux et des directions associatives, et d’autre part le recours accru au relai d’habitants porteurs d’initiatives locales.

1. Un contexte de changement : des lieux en apparence inchangés, des liens redéfinis…

7Les acteurs de l’ESS considèrent généralement que leurs activités et projets contribuent à la dynamisation des territoires locaux grâce à des initiatives et à des stratégies d’entreprise collectives. Outre cette assertion, ajoutons que l’ESS contribue possiblement au renforcement des solidarités et, par ce biais, à la résorption de la vulnérabilité territoriale et, dans son prolongement, des risques.

8À partir des deux cas d’étude mobilisés, qu’est-ce qui construit le consensus entre acteurs ou le contraint ? Comment le rapport à leur territoire de ces organisations évolue-t-il ? Si les lieux sont en apparence inchangés, les liens établis dans le territoire (avec, par et pour le territoire) évoluent. Il convient dès lors de considérer lieux et liens en tant que contextes supports de solidarité(s). Nous considérerons le lieu comme cadre matériel des relations sociales locales [Agnew 1987]. C’est toujours dans des lieux particuliers que nous nous trouvons, avec leurs contingences topographiques, historiques et matérielles : « c’est toujours ici que nous sommes là » [Helmer 2019]. Les lieux constituent dès lors les centres des expériences et des aspirations [Tuan 1976], on leur donne une signification, et ils donnent du sens (« sense of place »).

9Les liens qui intéressent ici sont avant tout les liens aux pouvoirs (collectivités locales mais aussi pouvoir dans les associations). Ici la solidarité revêt plusieurs dimensions : si elle est un présupposé pour nombre d’acteurs associatifs (« agir en association, c’est être solidaires ! »), elle est également un axe de travail au sein de ces associations, et une finalité. Elle est aussi, pour les pouvoirs locaux en particulier, une sorte de propriété du territoire, dont les associations sont à la fois les garantes et l’unité de mesure (dans une logique de marchandisation territoriale des solidarités : « un territoire se doit d’être solidaire pour être désirable et bon »).

10Les rapports à l’espace, à ces nouveaux périmètres institutionnels, aux changements de dénomination et de statut des lieux (de la commune, des rues, des places…), à l’organisation remodelée de leurs fonctionnalités, peuvent être profondément bouleversés alors que, en apparence du moins, le paysage perçu n’est lui pas modifié.

2. De la « solidarité » en géographie. Une position

11La notion de solidarité en géographie couvre différentes acceptions. Il n’est pas une mais plusieurs géographies de la solidarité [Oosterlynck & al. 2017]. Ces géographies renvoient aux luttes contre les injustices, contre les inégalités et contre toutes formes d’oppressions, ou à la défense des droits, plus particulièrement dans le champ du travail, ou encore à la recherche d’une justice globale en référence aux réseaux et mouvements sociaux qui portent cette dimension. On retrouve dans l’ultime classe l’ensemble des organisations de type non gouvernemental de lutte contre la mondialisation néolibérale [Sundberg 2007]. Sur le fond, l’entrée par des déclinaisons thématiques revient à considérer le présupposé de formes distinctives de solidarités en fonction des champs d’application – ici de luttes sociales – plutôt qu’en termes relationnels (solidarité organique, solidarité mécanique, et leurs déclinaisons) ou en termes spatio-temporels. Les mêmes auteurs rappellent d’ailleurs que dans de nombreux travaux de géographie humaine, les relations scalaires ont été mobilisées comme le (ou l’un des) facteur crucial d’analyse de la solidarité.

  • 1 Dans leur propos, la solidarité n’est qu’un des effets, parmi : (1)la production et la propagation (...)

12S’il est un rapport entre solidarités et géographie, il est à rechercher, suivant Ralf Bläser et Dietrich Soyez1 au travers de 4 caractéristiques transverses à l’ESS (ou aux ONG dans leur propos) : des organisations « relieuses de mondes », » franchisseuses de distances », « profiteuses de localisation », « productrices d’espace » dans une perspective multiscalaire [Bläser & Soyez 2009]. La solidarité peut avoir des effets structurants sur les territoires : elle renforce la cohésion sociale, contribue à la construction d’identités, soutient des trajectoires de développement économique et social originales [Bioteau 2018]. La solidarité pose un second problème : elle n’est pas définissable a priori dans la mesure où sa définition ne relève pas d’un consensus, chacun individuellement définissant la solidarité à son échelle et en fonction de ses aspirations. Ainsi, chacun.e se veut par principe « solidaire ». Convoquée afin de spécifier des dynamiques ou des trajectoires locales ou zonales, la solidarité devient un objet de différenciation (de soi, ou du territoire, face à l’autre), une justification : s’il est des territoires solidaires… serait-ce à dire alors qu’il viendrait un « ici », un « je », un « nous » solidaire(s) versus « les autres », moins sinon pas solidaires ?

13Il semble alors opportun à l’appui des réflexions multiples et des débats que traverse notre société, d’interroger ce qui aujourd’hui construit un cadre épistémologique et méthodologique utile à la compréhension des mécanismes de constructions spatiales des solidarités.

14Nous partons de la matrice proposée par Emmanuel Bioteau [2018] (Figure 1).

Figure 1– Cadre d’analyse préalable des constructions spatiales des solidarités

Figure 1– Cadre d’analyse préalable des constructions spatiales des solidarités

Quatre critères, aux origines et effets spatiaux des solidarités ? (la solidarité serait ici partout présente…)

Source : Bioteau 2018 

15Cette matrice explicative repose sur la combinaison de l’analyse des liens aux lieux et de la mobilisation de la théorie de la proximité. Elle conduit à une interprétation de différentes situations de relations entre individus et collectifs dans les territoires au travers de différents gradients de solidarités s’exerçant entre ces derniers. L’idée de solidarité est ici concomitante du lien social dans l’espace. Ainsi l’ensemble des contextes depuis « l’attention donnée aux besoins non répondus ou mal satisfaits » jusqu’à la « construction d’un commun » est qualifiable de solidarité. Cependant dans ces dynamiques, les gradients de qualification et de portée opérationnelle de la solidarité ne sont pas identiques. Il ne s’agira pas ici de positionner les deux cas d’études abordés dans la matrice mais de s’inspirer de cette dernière pour qualifier à différentes étapes des trajectoires de vies associatives, et des changements induits par fusions. Cela questionne la solidarité en tant que processus induit ou finalité présupposée dans les mécanismes, les conséquences et les justifications des fusions.

16Parler de solidarités revient à penser les origines du projet des organisations d’ESS (ici) à l’étude : à savoir les liens et les motivations unissant à leur amorce les pionniers fondateurs. Mais les solidarités sont également à rechercher dans les motifs qui prévalent aujourd’hui aux prises de décisions. La solidarité serait de la sorte une première modalité de réponse à des crises, entendue ici au titre de besoins restés tout ou partie insatisfaits. Mais plus encore, par cette réponse, il vient un second enjeu de solidarité, celui de reconstruction de liens interindividuels et territorialisés, jusqu’ici dissous ou distendus.

3. Interroger le concept de communauté : une clarification nécessaire

  • 2 Il vient selon lui le concept ordinaire : « la communauté diffère de ce que je nomme une société ou (...)

17La solidarité telle qu’elle est convoquée aujourd’hui dans le débat territorial rejoint selon nous le concept « moralisé » donné à la communauté par Andrew Mason [2000]2. Pour Michel Maffesoli [2000], comme pour A. Mason, la communauté porte en elle les germes de nouvelles solidarités. Pour Paul Singer (économiste) : « les communautés se distinguent des autres organisations de l’économie solidaire en ce qu’elles pratiquent la solidarité à la fois dans la production, dans la consommation, dans l’épargne ainsi que dans tous les autres domaines de la vie sociale » [Singer 2006]. Cette définition rapproche la communauté des mouvements associationistes ou coopératifs ; elle est ainsi au fondement de « logiques réciprocitaires autour d’espaces publics de proximité » [Ferraton 2007].

18En géographie, la communauté a longtemps été circonscrite à un usage « limité » et « relève rarement d’un choix conceptuel véritablement significatif, d’un paradigme interprétatif, mais se rapporte le plus souvent à l’usage du langage courant (…) » [Gouëset & Hoffmann 2006]. En somme, la « création de communautés d’acteurs peut laisser entrevoir des opportunités de changement et d’innovation » [Féniès-Dupont & al. 2015]. La communauté n’est pas un objet figé construit par des individus dotés d’une identité commune, mais la mise en commun temporaire d’individus cherchant une forme de sécurisation collective face à leur expérience individuelle du monde. Cela rejoint la notion de la communauté comme lieu de sens et comme ressource, mais aussi l’idée que la communauté est le lieu d’élaboration, d’expression et de confrontation du capital social [Putnam 2000].

19C’est pourquoi nous retiendrons ici, à l’instar de Sébastien Fleuret [2012], une définition, large certes, partant d’un « groupe d’individus réunis par des caractéristiques communes (et non des particularismes) qui peuvent être ethniques, culturelles, sociales, économiques ou encore territoriales ». Par leur « réunion », ces individus se reconnaissent mutuellement une appartenance commune ; celle-ci permet de fédérer dans des projets communs tout ou partie du groupe (faisant ainsi communauté).

20C’est là en somme l’un des principaux vecteurs de la mise en œuvre des solidarités.

4. Cadre empirique et méthodologie d’observation : deux situations de recherche

21Mobilisons deux expériences de recherche : l’observation d’associations confrontées à des changements par fusions. Dans les deux cas, les pouvoirs locaux jouent un rôle central. Ils sont les moteurs, ils dominent le processus, de fusions affectant le territoire support des associations étudiées. A la Roche-sur-Yon (Vendée), la municipalité impulse le regroupement en une seule entité (l’AMAQY) des associations porteuses des 9 maisons de quartiers agréées Centre Social de la ville et de l’association gestionnaire commune à ces 9 organisations. Dans les Mauges (Maine-et-Loire), les fusions communales effectives en fin d’année 2015 font passer les territoires d’intervention de Centres sociaux associatifs d’un périmètre intercommunal à un périmètre communal : les communes nouvellement créées reprennent toutes les contours des communautés de communes préexistantes, lesquelles étaient alors l’échelle de déploiement des agréments « Centre Social » de ces associations. Le Pays des Mauges devient quant à lui une communauté d’agglomération : les Centres Sociaux passent donc d’intercommunaux à communaux et l’intercommunalité change d’échelle et de périmètre de compétences exercées.

22Dans ces deux situations de recherche, nous, chercheurs, sommes sollicités par les associations pour leur venir en appui, les accompagner dans le changement qu’elles vivent, induit par un processus de fusion. Dans les deux cas nous convoquons la théorie de la proximité [Gilly & Torre 2000, Pecqueur & Zimmermann 2004, Torre & Talbot 2018] pour appréhender plus finement les enjeux relationnels à l’œuvre dans un processus de regroupement sinon de fusion. L’objectif est de dépasser ce cadre d’analyse au profit d’une approche couplant l’approche par les solidarités, considérées en tant que processus et non pas en tant que finalités, et dynamiques territorialisées.

23Par l’intermédiaire de sa directrice et en accord avec le CA de l’association, l’AMAQY vient vers les chercheurs en demande d’une étude diagnostic (2017-2019) portant sur les besoins de redéfinition de son projet associatif, de façon à mieux coordonner les liens entre l’organisation et ses Maisons de Quartiers / Centres Sociaux ; et dans un objectif de conformité entre les statuts de l’association et les conditions de l’agrément Jeunesse et Sport (mais là n’est pas l’objet de ce texte). L’expertise universitaire portant sur les mobilisations des bénévoles et sur les liens entre projet associatif et territoires, le « faire territoire par les dynamiques associatives », et la neutralité des chercheurs dans un contexte conflictuel, sont ici convoquées, escomptées.

24L’approche des Centres Sociaux des Mauges repose quant à elle sur l’observation longitudinale du changement durant plus d’une dizaine d’années (depuis le début des années 2010). Là aussi l’apport d’un regard extérieur motive le partenariat de recherche, allant jusqu’à des co-constructions de projets alliant action et recherche. Cette observation s’accompagne d’un partenariat de formation entre une Licence professionnelle et les Centres Sociaux, laquelle permet de réunir chaque année durant 5 ans (2017-2022) des étudiants et des administrateurs et salariés des Centres Sociaux dans un temps de formation commun dont l’objectif est d’appréhender les effets de changement induits par les fusions communales entre autres sujets.

25Si les données sont donc essentiellement qualitatives, reposant sur des formes variées de recueil de parole auprès des administrateurs, directions des Centres Sociaux et usagers, elles sont également, et dans ces deux terrains, révisées régulièrement suite à reformulations d’hypothèses et test de ces dernières auprès des interlocuteurs : par une démarche se rapprochant des principes de la théorisation ancrée (ou Grounded Theory) [Glaser & Strauss 1967, Paillé 1996].

5. AMAQY : le territoire support ne change pas, c’est l’association qui fusionne

26Nous pourrions résumer ainsi ce qui se joue pour l’AMAQY : l’association nouvellement créée à l’amorce de notre phase d’étude passe d’un regroupement au format 9+1 (le 1 étant l’association « chapeau », en charge de la gestion administrative et des ressources humaines partagées par les 9 Maisons de Quartiers agréées Centres Sociaux de la commune de La Roche-sur-Yon) à 1 seule organisation née du regroupement de toutes les organisations préexistantes.

27La fusion entraîne une crise de l’association (de l’associationnisme, de l’associativité) à deux temporalités différentes. Pendant le processus de fusion, lequel est passé à défaut d’être abouti lors de notre observation, surviennent des soubresauts, des conflits entre des individus, entre des organisations, en somme entre des « territoires » matérialisés par les Maisons de Quartiers et leurs périmètres d’actions. Après le regroupement des associations initiales en une seule entité, dont nous considérons qu’il est une fusion, il surgit ce sur quoi nous sommes appelés à produire un diagnostic et une analyse des besoins et éventuels ajustements (formulés en hypothèses de travail pour le futur) : une inadéquation entre les statuts de l’association unique nouvellement créés, et l’agrément Jeunesse et Sport nécessaire à son bon fonctionnement, voire à son devenir budgétaire.

28De facto, la fusion a entraîné de nécessaires arbitrages entre les habitudes de faire de chacun à échelle des Maisons de Quartiers. Celles-ci sont passées du statut de « territoire associatif » à celui de « subdivision territoriale de l’AMAQY ». De même, les liens des habitants et l’engagement des bénévoles associatifs aux Maisons de Quartiers qui jusqu’ici se justifiaient par une proximité spatiale (au lieu Maison de Quartier), organisationnelle (le lien habitant, usager, à l’association du quartier) et institutionnelle (le lien entre le lieu Maison de Quartier et la municipalité de La Roche-sur-Yon, et avec la CAF départementale pour l’agrément Centre Social), sont revisités. Si la proximité spatiale perdure dans le rapport au lieu, elle se dilue pour ce qui est du rapport à l’organisation et au lieu des prises de décisions. La proximité organisationnelle est donc, elle, repensée au travers des liens à construire entre des Maisons de Quartiers qui jusqu’à lors, parfois, se connaissaient fort peu et ne partageaient pas toutes les mêmes projets associatifs. Quant à la proximité institutionnelle, celle-ci est redéfinie dans un triptyque « Ville de La Roche-sur-Yon, CAF et AMAQY » au travers de la création de l’AMAQY laquelle administre des équipements publics municipaux agréés Centres Sociaux.

  • 3 « Régulièrement associée à des con­textes en « post- », la figure du fantôme occupe une place inédi (...)

29Il s’en suit une double crise. Une crise des liens naissant de l’éloignement au cœur décisionnel qu’est devenue l’AMAQY, laquelle est renforcée par des désaccords concernant le projet associatif. Une crise des lieux, dans la mesure où l’on fait vivre dans l’AMAQY les « fantômes » des lieux3 : les Conseils d’Administrations des associations gestionnaires des Maisons de Quartiers sont devenus des CA bis (car recréés en tant que Comités d’Animation à l’échelle de ces lieux antennes de l’AMAQY). Cela alors que le lieu à la nouvelle échelle (le vrai Conseil d’Administration de l’AMAQY) demeure un lieu fantôme pour beaucoup.

30Le questionnement posé par l’analyse de la situation rencontrée dans l’AMAQY peut être résumé ainsi : de la crise à la mutation ? Le changement d’entité associative redéfinit l’engagement alors même que la fusion en une association unique trouvait ses ressorts justificatifs dans une solidarité (pré)supposée, quasi idéalisée au motif d’un partage de valeurs individuelles et collectives induit par des statuts analogues de Maisons de Quartiers, par l’octroi à toutes les organisations préexistantes de l’agrément Centre Social et par le partage d’outils de gestion dans une structure commune là aussi préexistante (mais notifions-le : dont l’existence était déjà le fruit d’une intervention de tiers – la municipalité, la préfecture de département – de façon à favoriser la coopération entre Maisons de Quartiers). En somme, la coopération amont pouvait être lue (à torts ?) comme le socle d’une réelle coordination, d’un partage, d’une solidarité de fait : reposant sur un commun de valeurs, de statuts et de projets. Ces présupposés ne résistent pas à l’approche par le bas : chaque entité territoriale aux échelles des Maisons de Quartiers fonctionnait à partir de trajectoires (ou de matrices) [Itçaina 2010] territoriales aux origines et aux objectifs distinguant les unes des autres. La fusion est perçue en de nombreux lieux, sinon tous, comme une démarche imposée.

31Nous constatons que suite à la création de l’AMAQY, les solidarités de quartier préexistent, ou sont à développer encore. La solidarité dans le collectif (du réseau à l’association unique), elle, reste à définir. Se pose alors pour l’usager (ou habitant) l’enjeu d’un passage de collectifs de proximité locale, porteurs de sens, donnant du sens à l’espace, fabriquant une territorialité, à un ensemble ne correspondant ni à l’espace vécu ni à l’échelle de projet. L’organisation nouvellement créée suscite au mieux l’incompréhension et la désaffection, au pire le rejet : car elle est justifiée par l’idée d’une solidarité devant s’exercer à l’échelle municipale (c’est d’ailleurs là le rôle d’exercice de solidarité publique communale), renvoyant les constructions locales initiales à l’opposé de ce que leurs acteurs en perçoivent à savoir des construits non porteurs de solidarité. Le changement d’échelle institutionnelle est vécu comme une remise en question de la légitimité à agir aux échelles de projet initiales. Ici la mobilisation du discours sur la solidarité conduit paradoxalement à une désolidarisation.

6. Centres Sociaux des Mauges : une modification du régime relationnel

32Nous pouvons toutes choses égales par ailleurs étendre l’analyse qui précède au processus de fusion des communes nouvelles des Mauges (lesquelles étaient « nouvelles » en 2016 à leur création, ne le sont plus aujourd’hui). Mais ce qui nous intéresse et interpelle ici n’est pas la fusion communale mais ses effets sur des Centres Sociaux qui alors passent d’une échelle intercommunale à une échelle communale : tous étaient préfigurateurs par leurs périmètres d’agrément des échelles communales nouvellement créées. Ainsi, ici, si l’espace métrique des périmètres d’intervention demeure inchangé, l’espace institutionnel et transactionnel [Sénécal & al. 2008] est, lui, bouleversé.

33Les fusions communales entraînent des modifications du régime relationnel. La fusion a entraîné la construction d’une administration néo-municipale correspondant au gabarit de ces communes nouvelles (grande superficie, population dépassant les 20.000 habitants, issues d’une addition d’anciennes communes avec un éclatement spatial et la nécessité de transformer une dizaine de modes de fonctionnement plus petits en un seul, de plus grande ampleur). A cela s’ajoute aussi le changement de nom pour désigner ce nouvel objet territorial, au sens administratif du terme.

34Il y a désormais moins d’élus et leurs champs d’action sont plus vastes (à la fois spatialement et thématiquement). Par conséquent, ils ont davantage de choses à faire et moins de temps et occasions pour des rencontres ou des contacts avec les associations. Or le mode de fonctionnement antérieur aux fusions reposait beaucoup sur des contacts directs avec les élus.

35L’organisation du personnel technique et administratif a changé, avec des services plus clairement définis, plus verticaux (embauche de nombreux cadres). Ces transformations se produisent aux deux échelles mais sont particulièrement marquées si on compare Mauges Communauté et les communautés de communes pré-fusion. Les communes sont désormais considérées comme un tout ; la commune étant le plus petit échelon politico-administratif en France, il n’existe pas d’objet territorial plus petit pour les administrations.

36Chaque commune dispose de plus de personnel, de moyens, et se lance dans plus de projets. La fusion se traduit donc par un renforcement de la présence municipale dans tous les secteurs, puisque la politique municipale va désormais porter sur tous les aspects de la vie des habitants des communes. Il s’agit donc d’un changement de situation des communes à leurs propres yeux, en quelque sorte (et quand ce ne sont pas les communes, c’est l’intercommunalité).

37Les Centres Sociaux peuvent être identifiés dans ce contexte comme ce qui faisait sens pour les habitants, ce qui justifiait leur engagement à échelle intercommunale, depuis un ancrage individuel communal. Or, avec la fusion, cela disparaît. Ce qui donc justifiait la « montée » vers l’échelon intercommunal matérialisé par et dans le Centre Social n’a plus lieu d’être. Au contraire, y supplée ce qui peut être lu comme un risque : un surinvestissement de l’échelon communal passé, celui du lieu de résidence, celui du lieu de vie idéalisé car disparu administrativement, de la commune initiale.

38Selon nous, le caractère singulier des fusions dans les Mauges (transformation des anciennes communautés de communes en communes nouvelles) conférait un avantage aux Centres Sociaux autrefois intercommunaux. Ceux-ci étaient une des rares structures fonctionnant déjà comme un tout à l’échelle des futures communes. Cela leur a épargné un processus de fusion en interne, et l’inconvénient de devoir aller couvrir des parties du territoire non couvertes jusque-là (puisqu’ils le couvraient déjà intégralement). Ponctuellement, sur certaines thématiques, ils ont pu servir de point d’appui à la commune dans son changement d’échelle puisqu’ils opéraient déjà à cette échelle-là.

39Néanmoins, cet avantage a désormais disparu. En 2022, la singularité des Centres Sociaux dans les communes nouvelles n’est plus liée à leur échelle, mais à leur statut. En effet, les Centres sociaux sont des associations, intervenant dans des domaines variés, domaines qui peuvent aussi faire l’objet d’une action publique des municipalités, voire de l’intercommunalité. Ils sont donc associatifs, là où l’action est dorénavant largement publique. Cela interroge la place des Centres sociaux dans les communes nouvelles et les modalités de leurs rapports avec les néo-municipalités.

40En partant du principe que les Centres Sociaux doivent intervenir pour les habitants de l’ensemble du territoire, leur déploiement dans l’espace est modifié par la fusion, même si cet espace est resté apparemment le même. Le passage d’une logique intercommunale à une logique communale peut venir masquer des « zones blanches » de l’intervention des Centres Sociaux. En effet, certains garde-fous (les élus des anciennes communes, les données d’activités à échelle ex-communale, l’habitude de questionner l’intervention dans une dizaine de lieux différents) se sont effacés et affaiblis puisque l’espace d’intervention est devenu un grand tout communal. La période de fusion et les bouleversements qu’elle a engendrés ont pu conduire les Centres Sociaux à une focalisation sur leur lieu principal d’implantation et à se concentrer sur le Centre Social « lieu » plus que sur le Centre Social « réseau ».

41Nous repérons donc un avant : les seules associations d’action Sociale intercommunales, de solidarités inter-villageoises étaient les Centres Sociaux. Et un après : les Centres Sociaux sont devenus des associations communales porteuses d’une « solidarité interterritoriale » élargie à l’échelle de Mauges Communauté (communauté d’agglomération regroupant 6 communes nouvelles). Dans ce contexte, les Centres Sociaux des Mauges sont amenés à se fédérer pour être visibles ; cela au risque de se désolidariser du terrain, des habitants ?

42Et pourtant les enjeux locaux (i.e. à l’échelle des communes originelles devenues des communes déléguées voire des quartiers dans certaines communes nouvelles) sont omniprésents voire se renforcent : passage au local de questions globales (enjeux de transition, coexistence de modes de vie et de points de vue différents dans les espaces ruraux contemporains, effets locaux d’évènements nationaux et internationaux…). Le changement d’échelle communale induit donc pour les Centres Sociaux un besoin de re-questionner leur présence certes, mais également leur signification pour les habitants. Ils étaient les symboles sinon les promoteurs d’une solidarité intercommunale laquelle n’a plus lieu d’être puisque cette échelle est dorénavant couverte par les communes ; les besoins habitants et les projections semblent aujourd’hui s’exprimer aux échelons infra-communaux (ceux des communes originelles ou initiales) laquelle n’est pas en correspondance avec les périmètres agréés des Centres Sociaux. Et dans le même temps, l’échelle intercommunale nouvelle suppose un nouveau mode d’agir, en réseau, entre Centres Sociaux. Face à ce paradoxe, il leur faut réinventer leurs manières d’agir aux échelles infra et supra de leurs périmètres d’interventions. Là encore les proximités ont changé dans leurs formes ou expressions, et dans les attendus des habitants, usagers.

Conclusion : de nouveaux territoires, de nouvelles solidarités à (ré)inventer ?

43Des deux cas étudiés ici, il ressort la nécessité pour ces associations agréées Centres Sociaux (donc porteuses d’un projet social de territoire, concernant tout le territoire d’agrément) de couvrir l’ensemble d’un nouveau périmètre perçu par beaucoup comme imposé. Ces associations sont peu ou prou assimilées par leurs publics usagers ou habitants comme étant représentatives de ce nouveau périmètre. L’appropriation de l’espace néo-communal (dans les Mauges) ou d’une méga-association communale (AMAQY) comme « un tout » par les habitants est peut-être une affaire de temps, mais cela demeure peu évident au vu de certains exemples étrangers. Ainsi, certaines communes fusionnées dans les années 1970 en Belgique restent fragmentées en espaces de vie et d’identification correspondant aux anciennes communes (clubs de sport, logiques scolaires…) [Schmitz 2004, Vandermotten 2008]. Donc, une construction de cette taille peut venir masquer la diversité des situations à l’intérieur du territoire et questionner la communauté d’intérêts, voire l’identification à un objet de cette taille.

44Dans le même temps, il leur faut faire fonctionner la structure (le lieu) en redéfinissant son sens (signifiant). Ainsi, nous avons suivi ici des organisations qui par leurs projets promeuvent des solidarités fondées sur l’engagement et/ou l’investissement des habitants dans des projets proches de chez eux et/ou définis par eux et/ou donnant du sens aux liens interterritoriaux. Dans ces trajectoires d’organisations associatives agréées Centre Social, le territoire initial est construit par des solidarités préexistantes ainsi que par la volonté d’induire des dynamiques d’échanges pouvant elles-mêmes construire des solidarités ; les solidarités font le territoire. Le changement provoqué par les fusions vient changer le rapport au territoire [Bioteau & al. 2021].

45Le changement résulte donc d’une injonction à se regrouper / fusionner. La solidarité y est convoquée à la fois en tant que finalité (l’institution nouvelle en serait garante), et en tant qu’axe de travail (par le projet, mobiliser dans le projet (i.e. le lieu) – la solidarité serait ce qui permet de mobiliser).

46Par les projets sociaux de territoires de ses Centres Sociaux (lesquels restent au nombre de 9, appuyés sur les maisons de quartiers lesquelles perdurent également) l’AMAQY incarne la solidarité à échelle locale, de proximité, celle des quartiers. Mais elle est également l’incarnation de la solidarité à l’échelle de la ville. Les Maisons de Quartiers prises comme un tout, tel un équipement paramunicipal, en constituent le symbole, l’étendard. Elles sont la face visible, le visage, et l’affirmation des solidarités publiques exercées par la municipalité ; ce qui revient à homogénéiser ainsi la solidarité comme propriété (faussement) quantifiable du territoire.

47Les Centres Sociaux des Mauges sont, eux, les supports d’un agir (en) collectif lequel est régulièrement posé dans les discours d’élus locaux et d’acteurs associatifs comme une caractéristique des territoires afférents. Ils sont l’incarnation de la solidarité consubstantielle à ce que seraient les Mauges, déjà unifiées à l’échelle qui devient celle des communes nouvelles ; les Centres Sociaux y seraient à la fois la preuve (ils préexistaient à cette échelle) et l’horizon à suivre politiquement (si eux ont pu s’y constituer, somme toute d’autres liens relationnels peuvent s’y déployer).

48Aux « nouveaux territoires » il viendrait donc, sous forme de présupposé à l’origine des dynamiques de fusions, de « nouvelles solidarités » induites ou appelées par les fusions ? Cela reviendrait en résumé à tisser des liens hors des lieux. Par conséquent, il vient un besoin de réajustement des solidarités lequel passe par une renaturation du lieu (une restauration de son lien au territoire).

49Remobilisons dès lors la matrice complémentaire à la Figure 1 (dans ce texte) proposée par E. Bioteau en 2018. Cette seconde matrice (Figure 2) positionne les différents gradients de solidarité sur une échelle laquelle n’est pas une échelle de valeurs des projets mais un outil de positionnement du poids de la solidarité dans un processus de territorialisation. Il s’agit par celle-ci de passer du registre des valeurs à celui de l’agir ou des projets.

Figure 2 – Quatre phases de la construction des solidarités (approche a-spatiale à cette heure)

Figure 2 – Quatre phases de la construction des solidarités (approche a-spatiale à cette heure)

Source : Bioteau 2018 

50Les territoires (ou disons plutôt les démarches de construction de nouveaux territoires) ici appréhendés sont pensés par leurs promoteurs municipaux, départementaux et/ou préfectoraux, responsables associatifs, etc. comme étant les résultats de solidarités préétablies. Effectivement les exemples étudiés montrent (cf. Figure 1) que les trajectoires de rassemblement dans ce qui allait devenir l’AMAQY ou au travers des Centres Sociaux des Mauges dans ce qui allaient devenir les communes actuelles se rapprochaient de la construction d’un commun ou étaient tout au moins le fruit d’un partage collectif, d’un « faire ensemble ». Mais en actant les fusions, et en les imposant aux yeux de leurs premiers usagers et destinataires à savoir les habitants de ces mêmes territoires préexistants, les promoteurs des fusions créent un nouveau cadre d’expression et de mise en lien : tel que formulé préalablement, les lieux physiquement ne changent pas mais ils changent de natures et de fonctions, ce qui induit un besoin de requalification des liens aux lieux en question. Les processus de fusions ainsi finalisés ramènent au point « origine » de la matrice (Figure 1, Figure 2 qui de fait résume la première), et demandent donc que soit reconstruite, sous des formes différentes, avec peut-être également des acteurs différents, et quoi qu’il en soit des projets différents, une nouvelle dynamique de solidarisation : du faire commun qui hypothétiquement préexistait, l’on amorce un nouveau cycle lequel aux yeux des habitants et des usagers, et également de nombreux acteurs associatifs, est à ce stade lu comme le fruit d’une approche descendante, par laquelle « on » fait « pour eux ».

Haut de page

Bibliographie

Agnew, J. (1987) – Place and Politics: The Geographical Mediation of State and Society, Allen & Unwin, 281 p.

Bioteau, E. (2018) – Constructions Spatiales des Solidarités, Habilitation à Diriger des Recherches (07 septembre 2018), Université d’Angers, Volume 1, 156 p.

Bioteau, E. & Fleuret, S. (2014) – « Quelques jalons pour une géographie de l’économie sociale et solidaire », Annales de Géographie, n° 697, pp. 890-911, https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2014-3-page-890.htm.

Bioteau, E., Morel-Brochet, A., & Prugneau, J. (2021) – « Vivre dans des espaces en changement », in A. Frémont et R. Hérin (coord.), Un géographe dans le siècle. Hommage à Armand Frémont, MRSH de Caen et Université de Caen, pp. 120-126.

Bläser, R. & Soyez, D. (2009) – « Organisations non-gouvernementales transnationales et géographie ? Perspectives d’outre-Rhin », Annales de géographie, n° 668, pp. 359-381, https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2009-4-page-359.htm

Bonte, M. & Fournier, Z. (2018) – « Prison et boîte de nuit », Géographie et cultures, n° 106, pp. 75-93, https://journals.openedition.org/gc/7341

Conan, E. & Rousso, H. (1995) – « Vichy, un passé qui ne passe pas », in La Gazette des archives, n° 169, pp. 316-317.

Féniès-Dupont, K., Bioteau, E. & Pierre G. (2015) – « Conclusion. Coupler solidarités et coopérations économiques de proximité. Un enjeu clef pour demain en Pays de la Loire, en France et en Europe », in E. Bioteau et K. Féniès-Dupont (dir.), Développement solidaire des territoires. Expériences en Pays de la Loire, Rennes, PUR, Coll. « Economie et Société », pp. 199-203.

Ferraton, C. (2007) – Associations et coopératives : une autre histoire économique, Ramonville Saint-Agne, Erès, 239 p.

Fleuret, S. (2012) – Construction locale de la santé. Attention primaire et santé communautaire, comparaisons internationales et expérimentations en France, Habilitation à Diriger des Recherches (14 novembre 2012), Université d’Angers, Volume 2, 140 p.

Gadrey, J. (2006) – « L’utilité sociale en question : à la recherche de conventions, de critères et de méthodes d’évaluation », in J.-N. Chopart, G. Neyret et D. Rault, (dir.), Les dynamiques de l’économie sociale et solidaire, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », p. 237-279.

Gendron, C. (2001) – « Emergence de nouveaux mouvements sociaux économiques », Revue POUR, vol. 172, Paris, pp. 175-181.

Gilly, J.-P. & Torre, A. (dir.) (2000) – Dynamiques de proximité, Paris, L’Harmattan, 306 p.

Glaser, B.G. & Strauss, A.L. (1967) – Discovery of Grounded Theory: Strategies for Qualitative Research, Chicago, Aldine, 271 p.

Gouëset, V. & Hoffmann, O. (2006) – « Communauté. Un concept qui semble poser problème dans la géographie française », in R. Séchet et V. Veschambre (dir.), Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, PUR, coll. « Géographie sociale », pp. 263-265.

Guesnier, B. & Lemaignan C. (2006) – Connaissance, solidarité, création. Le cercle d’or des territoires, Paris, L’Harmattan, coll. « Administration et aménagement du territoire », 299 p.

Helmer, E. (2019) – Ici et là. Une philosophie des lieux, Paris, Verdier, 144 p.

Itçaina, X. (dir.) (2010) – La politique du lien. Les nouvelles dynamiques territoriales de l’économie sociale et solidaire, Rennes, PUR, coll. « Espace et Territoires », 383 p.

Maffesoli, M. (2000) (3ème édition) – Le temps des tribus. Le déclin de l’individualisme dans les sociétés postmodernes, Paris, La Table ronde, 368 p.

Mason A. (2000) – Community, Solidarity and Belonging. Levels of Community and their Normative Significance, Cambridge University Press, 246 p.

Oosterlynck, S., Schuermans, N. & Loopmans, M. (eds) (2017). – Place, Diversity and Solidarity, Londres, Routledge, Studies in Human Geography, 184 p.

Paillé, P. (1996) – « L’échantillonnage théorique » & « Induction analytique » & « Qualitative par théorisation (analyse) » & « Vérification des implications théoriques », in A. Mucchielli (éd.), Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences humaines et sociales, Paris, A. Colin, pp. 54-55 ; 101-102 ; 184-190 ; 266-267.

Pecqueur, B., Zimmerman, J.-B. (2004) – Économie de proximités, Paris, Hermès-Lavoisier, 264 p.

Putnam, R. D. (2000) – Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon & Schuster Paperbacks, 541 p.

Schmitz, S. (2004) – « Les fusions des communes en Belgique : Nouvelles communes, nouveaux territoires de projets ? », [en ligne] : https://orbi.uliege.be/bitstream/2268/25148/1/Fusionsb.pdf

Sénécal, G., Cloutier, G. & Herjean, P. (2008) – « Le quartier comme espace transactionnel », Cahiers de géographie du Québec, vol. 52, n° 146, pp. 191-214, https://www.erudit.org/fr/revues/cgq/2008-v52-n146-cgq2549/019588ar/

Singer, P. (2006) (éd. revue et augmentée) – « Économie solidaire (1) », in J.-L. Laville et A. D. Cattani (dir.), Dictionnaire de l’autre économie, Paris, Gallimard, coll. « Folio Actuel » (éd. originale: Desclée de Brouwer), pp. 290-302.

Sundberg, J. (2007) – « Reconfiguring north–south solidarity: critical reflections on experiences of transnational resistance », Antipode, n° 39, pp. 144-166.

Torre, A. & Talbot, D. (2018) – « Proximités : retour sur 25 années d’analyse », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, no. 5-6, pp. 917-936.

Tuan, Y.-F. (1976) – « Humanistic Geography », Annals of the Association of American Geographers, vol. 66, n° 2, pp. 266-276[en ligne]: https://doi.org/10.1111/j.1467-8306.1976.tb01089.x

Vandermotten, C. (2008) – « Découpage communal, fusions et supracommunalité : une mise en perspective », in Territoire(s) wallon(s), hors-série août 2008, pp. 16-26.

Haut de page

Notes

1 Dans leur propos, la solidarité n’est qu’un des effets, parmi : (1)la production et la propagation de savoir, (2) le changement des valeurs, (3) l’attribution des valeurs, non seulement concernant les rapports sociaux, mais aussi en relation avec la/les nature(s), (4) la production, distribution, consommation et traitement des ressources (de l’extraction au recyclage), (5) la solidarité [donc] et la coopération, (6) la résistance et le conflit, (7) les formes, les alliances, les portées et les prises d’influence de l’action, (8) la régionalisation ».

2 Il vient selon lui le concept ordinaire : « la communauté diffère de ce que je nomme une société ou association simple. Une association simple consiste en des personnes qui interagissent les unes avec les autres, avant tout sur une base contractuelle, dans le but de renforcer leurs intérêts individuels, dans une perspective autocentrée [Tönnies 1887]. En relation avec ce que je nommerai le concept ordinaire ou la signification ordinaire, une communauté diffère de cette définition, dans la mesure où elle est constituée par un groupe de personnes qui partagent un ensemble de valeurs, un mode de vie, s’identifient au groupe et à ses pratiques, et se reconnaissent mutuellement comme membres de ce groupe. ». Le second concept est suivant sa définition le concept moralisé :
« En correspondance avec ce concept, la communauté n’est pas seulement un groupe de personnes qui partagent un ensemble de valeur et un mode de vie, s’identifient au groupe et à ses pratiques, et se reconnaissent mutuellement comme membres d’appartenance. Pour constituer une communauté au sens moralisé, deux conditions supplémentaires doivent être réunies. Premièrement, il doit exister de la solidarité entre ses membres. « La solidarité » est une notion plurielle et ambiguë, mais dans la signification que je lui donne elle repose sur l’intérêt commun : cela signifie au minimum que les membres doivent dans leurs actes accorder aux intérêts de chacun une importance particulière. (…) Secondairement, il ne doit pas y avoir d’exploitation systématique [au sens d’un bénéfice retiré par quelques-uns seulement] ou (dans quelques versions) d’injustice systématique. » [Mason 2000].

3 « Régulièrement associée à des con­textes en « post- », la figure du fantôme occupe une place inédite dans une géographie du quotidien et de l’ordinaire. Elle se lit dans les pratiques des habitants, dans les perceptions de l’espace, dans les émotions véhiculées ou dans les processus de mise en scène de la mémoire comme dans la difficulté de clore une période... comme si la figure du fantôme représentait une sorte d’arrangement pour en finir avec un « passé qui ne passe pas » [Conan & Rousso 1995, Bonte & Fournier 2018].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1– Cadre d’analyse préalable des constructions spatiales des solidarités
Légende Quatre critères, aux origines et effets spatiaux des solidarités ? (la solidarité serait ici partout présente…)
Crédits Source : Bioteau 2018 
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/9864/img-1.png
Fichier image/png, 161k
Titre Figure 2 – Quatre phases de la construction des solidarités (approche a-spatiale à cette heure)
Crédits Source : Bioteau 2018 
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/9864/img-2.png
Fichier image/png, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Bioteau et Jérôme Prugneau, « Associations en fusion(s). Penser les effets territoriaux des solidarités : crises des lieux, changements des liens »Bulletin de l’association de géographes français, 99-3 | 2022, 400-416.

Référence électronique

Emmanuel Bioteau et Jérôme Prugneau, « Associations en fusion(s). Penser les effets territoriaux des solidarités : crises des lieux, changements des liens »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 99-3 | 2022, mis en ligne le 20 novembre 2022, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/9864 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.9864

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Bioteau

Professeur de Géographie, Université d’Angers, UMR 6590 ESO (Espaces et Sociétés) – Courriel : Emmanuel.bioteau[at]univ-angers.fr

Jérôme Prugneau

PRAG, Géographe, Université d’Angers, Associé au site ESO-Angers, UMR 6590 ESO (Espaces et Sociétés) – Courriel : Jerome.prugneau[at]univ-angers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search