Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99-3Les tiers-lieux en France, labora...

Les tiers-lieux en France, laboratoires de nouvelles solidarités socio-spatiales ?

Third places in France, laboratories of new socio-spatial solidarities ?
Marie Dagonneau
p. 435-457

Résumés

Parfois entendu comme un processus psycho-socio-anthropologique communautaire né du décalage entre besoins sociétaux et gestion de ceux-ci par l’institution (au sens large), le tiers-lieu connaît une vive actualité sociétale en marge du système dominant et à la lumière des apports de la culture numérique. Il expérimente et diffuse, à échelle territoriale et sous divers atours formels, l’utopie de la culture des communs, devenant ainsi l’un des leviers privilégiés d’un modèle de développement solidaire, citoyen, endogène et empirique des territoires. À cette mesure, il s’avère une clé de lecture et un catalyseur des nouveaux usages et représentations des territoires rural et urbain.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis les années 2000 et en lien avec les crises pluridimensionnelles contemporaines et les enjeux de transition qu’elles soulèvent, de nombreuses initiatives citoyennes et solidaires se diffusent dans l’ensemble de la société française. Ainsi, face et/ou parallèlement aux radicalisations politiques, aux inégalités et concurrences socio-économiques, à l’ébranlement sanitaire et écologique, des configurations sociales et solidaires s’éveillent. Les tiers-lieux en sont l’une des manifestations. Ceux-ci traduisent un changement sociétal de paradigme, non pas tant compte-tenu de leur nouveauté – on le verra, le phénomène est structurel aux organisations humaines – qu’à l’aune de leur conceptualisation, de leur diffusion et de leur institutionnalisation. Ils témoignent, dans le paysage symbolique et usuel, du renouvellement et de l’enracinement d’une culture des communs, inscrite dans les idéaux et pratiques d’un développement endogène, empirique, socio-politique et solidaire des territoires. Entre 2018 et 2021, ils seraient passés de 1800 à 2500 structures en France métropolitaine [France Tiers-Lieux 2021].

2Comment et dans quelle mesure les tiers-lieux déclinent-ils dans les territoires français une culture spécifique de la solidarité ? Comment se matérialise dans les champs théorique et pratique cette culture portée par un phénomène protéiforme ? En premier lieu, eu égard à l’agglomérat conceptuel et notionnel que le tiers-lieu connait dans la recherche, il s’agira de mettre en exergue les différentes approches de la genèse des tiers-lieux suivant une approche d’étude bibliographique, ceci afin d’en offrir une tentative de définition selon ce que les théoriciens du sujet, plus ou moins neutres, en perçoivent. Ainsi, seront synthétisés trois courants de pensée, appréhendant le tiers-lieu comme phénomène tantôt structurel à toutes les sociétés, tantôt conjoncturel. Cet essai épistémologique précède tout effort de spatialisation dans la mesure où il le détermine. En second lieu, seront présentées les études, encore balbutiantes, des tiers-lieux à l’aune de leur territorialisation afin que soit mis en lumière ce que le faire-solidarité en tiers-lieu cimente dans les territoires en termes socio-culturels – culture des communs – et d’innovations socio-spatiales. Enfin, la solidarité territoriale en tiers-lieu sera interrogée au prisme des territoires dans leur diversité, c’est-à-dire en ville comme dans les campagnes, lieux depuis lesquels ils révèlent et/ou bouleversent les perceptions et les pratiques attachées à l’urbanité et à la ruralité.

1. Définir les tiers-lieux à la lumière de leur genèse

3Définir les tiers-lieux relève d’une gageure mais aussi d’une nécessité dans la mesure où ceux-ci connaissent un flou conceptuel [Besson 2018c, Pignot & Saez 2018], le phénomène arborant autant de visages qu’existent de territoires. Plusieurs théoriciens, plus ou moins neutres et politisés, ont cependant tenté d’investiguer son éclosion et, par la même, la réalité que la notion recouvre ; aussi, l’emphase sera mise sur les différentes approches généalogiques dont il est l’objet, dont la porosité sera démontrée.

4Le tiers-lieu (third-place), paradigme formulé en 1989 par le sociologue américain Ray Oldenburg, définit initialement un espace intermédiaire ne relevant ni du domicile, ni du lieu de travail – deux espaces que l’étalement urbain a entérinés comme les seuls lieux de l’interaction sociale [Liefooghe 2018a] –, à l’intersection entre public et privé, et supportant la rencontre et la collaboration, informelles et multiculturelles, entre des individus socialement hétérogènes. Le tiers-lieu s’envisage dès lors comme allégorie et matérialisation de nouvelles polarisations s’extrayant de la dualité socio-spatiale par la création, indépendante, d’une sociabilité communautaire inédite [Idelon 2018]. Si la notion primitive regroupait originellement des espaces interstitiels aux dynamiques voisines [Grésillon & al. 2016, 2017] mais nommément distincts (cafés, bibliothèques, lieux de culte…), elle connaît aujourd’hui, dans une France en mutation, une inflexion sémantique et socio-spatiale au travers, d’une part, de sa réappropriation croissante par des expériences sociales multiples s’identifiant en tiers-lieux, et, d’autre part, de l’engouement des politiques publiques, visant leur promotion et multiplication.

1.1. Un phénomène psycho-socio-anthropologique ?

  • 1 Cartographie disponible à ce lien : Durand Jeanson A., 2019, « Tiers-lieux, de l’objet à émergences (...)

5Un premier courant s’abstrait de l’exercice chronologique pour postuler le tiers-lieu en tant que processus psycho-socio-anthropologique atemporel et consubstantiel à toutes les sociétés. Il l’aborde tantôt depuis le concept de « tiers-espace » [Bazin 2015, 2018, Pineau 2018], tantôt sous le vocable de « tiers-lieu(x) » [Movilab s.d., Dubus 2009, Burret 2018], les contours définitionnels se superposant le plus souvent tel que le phénomène est entendu dans sa généralité. Cette école de pensée conditionne la naissance d’un tiers-lieu à la lumière d’un besoin insatisfait, marquant un décalage plus ou moins conscient entre les nécessités et utopies locales et leur gestion défaillante par l’institution (au sens large). Selon cette appréhension, il existe divers degrés d’émancipation de la configuration socio-spatiale en tiers-lieu vis-à-vis du système en place : si certains espaces se définissent distinctement en rupture avec et comme alternative à la société, d’autres s’envisagent comme compléments à l’institution, voire comme simple expression d’une utopie locale, améliorant le quotidien. En cela, la cartographie des « espaces hybrides » conçue en 2018 par Prima Terra est éloquente [Durand Jeanson 20191] : elle classifie les tiers-lieux suivant un gradient d’émancipation des secteurs et logiques publics et privés.

6Dans les approches de ce courant, le tiers-lieu se matérialise par l’agrégation et la mise en relation d’une diversité d’acteurs informels et indépendants les uns des autres, faisant communauté/sociabilité plurielle, inattendue, émancipée et responsable de la co-construction de son avenir (matériel et immatériel), administré comme un commun [Dubus 2009, Bazin 2015, Suire 2016, Burret 2018, Movilab s.d.)]. Il s’agit donc d’un processus et non d’un état défini ou d’un lieu inerte. S’il se cristallise le plus souvent, dans ces appréciations définitionnelles et dans les faits, par l’occupation collective et disparate - plus ou moins subversive, éphémère ou durable, fixe ou nomade – de « lieux sans emplacement », à la marge [Bazin 2015], d’autres appréhensions ne circonscrivent pas le tiers-lieu à sa spatialisation mais à la valorisation d’un projet commun [Movilab s.d.]. Il s’entend dès lors comme un mécanisme d’appropriation d’un patrimoine commun [Techer & al. s.d.], géré depuis une dynamique d’agir soi-même (Do It Yourself – DIY) au sein d’une communauté solidaire et autonome. Il se pense alors comme un modèle de « solidarité-pouvoir » [CERES & ENS PSL 2020], c’est-à-dire comme espace d’une solidarité non pas passive mais responsable et active. Au-delà, compte tenu de la valorisation concomitante des intérêts de l’individu et du groupe suggérée par la solidarité en tiers-lieu, celui-ci satisfait conjointement les instincts éthologiques individualistes et coopératifs ; il confirme ainsi sa place d’alternative aux divers schémas binaires régissant nos sociétés (individualisme/collectif, libéralisme/marxisme, maison/travail, privé/public, etc.). Le tiers-lieu se révèle ici un vecteur de l’interdépendance des antagonismes autour desquels il cimente une médiation et une hybridation.

1.2. Une approche contextuelle par l’élaboration d’alternatives sociétales

7Le second courant envisage la naissance des tiers-lieux en France au prisme des limites éprouvées du système public-privé - jacobin et néolibéral - en place. En effet, certains auteurs interrogent la généalogie des tiers-lieux au regard des revendications et initiatives citoyennes multiples ayant cours depuis plusieurs décennies. Ils le questionnent d’autant plus sous ce prisme que le mutualisme est davantage sollicité lorsque l’on est dans le besoin que dans l’opulence ou la satisfaction [CERES & ENS PSL 2020]. Se font jour, depuis le XIXe siècle, et avec une nette accélération dans les années 1960-1970, de nombreux concepts et dynamiques de réappropriation d’espaces et des capacités productives, au travers de l’usage et de la gestion solidaires, autonomes, artisanaux, différenciatifs voire durables de ressources par les acteurs d’un territoire, d’un lieu plus restreint ou d’un projet. Ces dynamiques permettent d’examiner le tiers-lieu comme l’une des manifestations de ces initiatives croissantes dans nos sociétés. L’histoire des tiers-lieux se niche en effet à l’intersection de plusieurs mouvements solidaires de contre-culture par l’affranchissement du modèle dominant, en faveur de ce que l’on peut qualifier de « productions autonomes du social » :

  • Les makers relevant d’une contre-culture du faire, marquée depuis le XIXe siècle par l’artisanat, le craft, le bricolage, la culture punk.... [Lallement 2015, Colmellere & al. 2019] ;

  • Les hackers (branche des makers) de la Silicon Valley, ayant émergé dans les années 1950 et réunis autour du bricolage informatique [Ambrosino & Guillon 2018] ;

  • L’éducation populaire prônant l’apprentissage empirique, le partage a-hiérarchique de savoirs transdisciplinaires, en-dehors des pratiques institutionnelles [Colmellere & al. 2019]. On peut affilier ce mouvement à la culture populaire, qui valorise les savoirs informels et subjectifs, produits et appréciés du plus grand nombre, à l’opposé d’une culture élitiste ;

  • Les hippies, communautés intentionnelles et autonomes porteuses d’utopies libertaires et égalitaires, éloignées de la société de consommation ;

  • Le développement endogène, dynamique militante née dans les années 1970, préconisant un développement systémique par le territoire, détaché du seul idéal de croissance a-spatiale et concurrentielle, en faveur d’approches plus sociales, solidaires et localisées du développement [Colletis & Pecqueur 2005, Santamaria s.d] ;

  • Les Systèmes d’Échanges Locaux (SEL), apparus dans les années 1990 [Lasnier s.d.] ;

  • L’économie sociale et solidaire (ESS), souvent nommée tiers-secteur et conceptualisée dans les années 1990 par Bernard Heme, qui se distingue des secteurs privés et publics – mus par des logiques d’échange monétaire et de redistribution – à l’aune de pratiques et valeurs de réciprocité et solidarité selon un idéal d’utilité sociale [Ritimo 2012 ; Lasnier s.d.] ;

  • La transition écologique et sociale en tant que critique citoyenne du développement durable, considéré depuis ses failles paradigmatiques en raison de la contradiction inhérente à l’articulation de l’idéal de croissance mondialisée avec la finitude des ressources et la quête de justice sociale [Bourg 2012] ;

  • L’occupation de friches ou de squats en milieu urbain, ou encore le retrait au sein d’une communauté rurale [Lasnier s.d.] ;

  • Les mouvements féministes voire écoféministes, regroupés au sein d’associations ou d’actions éphémères militantes [Nicolas s.d.] ;

  • Les alternatives à l’exploitation salariale, proposant un idéal de contribution et de solidarité [Lasnier s.d.]. 

8Ainsi, les tiers-lieux contemporains, dans leur ensemble, agrègent-ils, au cœur de leur rhétorique et plus ou moins consciemment, les concepts et pratiques issus de tous ces courants, que l’on peut dès lors inventorier comme des laboratoires de tiers-lieux. Cependant, nombre des configurations sociales mobilisées autour du contre et de la solidarité, citées comme ayant infléchi la naissance des tiers-lieux tels que conçus actuellement, revêtent en réalité toutes les composantes du processus tiers-lieu pensé par l’école psycho-socio-anthropologique, tant et si bien que l’on pourrait considérer qu’ils en étaient/en sont, sans nécessairement le savoir. De ce fait, les très nombreuses initiatives empiriques et solidaires peuvent être appréciées comme préfigurations des tiers-lieux contemporains, ou en tant qu’indices du caractère organique du processus tiers-lieu alors entendu comme une structuration durable de l’utopie individuelle et collective. Par conséquent, ce serait tout naturellement que la dynamique d’émancipation par le faire solidaire en tiers-lieux, réponse parmi d’autres aux problématiques actuelles, se serait immiscée de plus en plus intensément dans la société, à la mesure du décalage grandissant entre les aspirations et besoins sociétaux et leur gestion par les systèmes dominants. Néanmoins, si les prises de conscience des limites du système actuel explicitent en partie l’épiphanie ou l’accélération du processus tiers-lieu, il s’agit de mesurer de surcroit sa coïncidence contextuelle avec l’ère de la démocratisation des savoirs par le numérique, outil ayant affecté les représentations et pratiques du monde [Ambrosino & Guillon 2018]. De facto, une autre approche de l’éclosion du tiers-lieu dans les territoires domine : pour de nombreux auteurs, le tiers-lieu serait la prolongation spatialisée de la culture numérique.

1.3. Une approche par la transposition socio-spatiale de la culture numérique parallèle : les TIC, réactualisation conjoncturelle de la culture des communs

9Les progrès techniques et la démocratisation galopante du numérique depuis les années 1980 sont considérés par nombre de chercheurs comme les catalyseurs de l’intensification et de la globalisation de la culture systémique des communs qui caractérise le tiers-lieu [Duriaux & Burret 2013, Burret 2017, Genoud & Moeckli 2018, Liefooghe 2018b, Levy-Waitz & al. 2018, Movilab s.d.]. En effet, en bouleversant l’appréhension classique individuelle d’unité de temps, de lieu et d’action par l’interconnexion ubiquiste à d’autres canaux spatio-temporels à échelle planétaire [Levy-Waitz & al. 2018], les technologies de l’information et de la communication (TIC) réintroduisent une appréhension et une pratique interrelationnelles de la diversité dans le quotidien et subvertissent ainsi profondément la sociabilité [Liefooghe 2018a]. Celle-ci se déroberait d’une part aux conditionnements socio-spatiaux, et d’autre part aux logiques concurrentielles et hiérarchiques en faveur de la mise en réseau collaborative. Le numérique, véritable banque commune des savoirs, se ferait également le vecteur de la remise en question des approches disciplinaires de la connaissance [Bazin 2015]. Les savoirs seraient acquis et constitués de façon holistique et solidaire et, qui plus est, empirique et autonome, et non plus à l’aune de l’intervention d’une entreprise privée monopolistique ou d’un organisme public. Les usagers de l’Internet seraient à la fois générateurs et consommateurs d’un patrimoine cognitif commun selon le modèle des logiciels open source, à l’origine du paradigme de société de la connaissance [Besson 2018b]. Le numérique concrétiserait une culture de la production et de l’usage coopératifs, en lieu et place de l’appropriation et de la marchandisation de la production. En ce sens, Delannoy [2017, p. 176] le considère comme un commun, « c’est-à-dire un espace de ressources où chacun trouve son bénéfice sans que l’usage qu’en fait l’un prive l’autre ». Nombre des caractéristiques inhérentes à la culture numérique font évidemment songer au processus tiers-lieu tel que conçu par l’école psycho-socio-anthropologique. En ce sens, un certain nombre d’auteurs défendent le digital comme l’un des catalyseurs de l’« Âge du Faire » [Lallement 2015, Madoui 2017, Ambrosino & Guillon 2018, Colmellerre & al. 2019] ou encore de la « société apprenante », qui sculptent un nouveau rapport aux savoirs et à leurs modalités de transmission [Taddei & al 2017, Levy-Waitz & al. 2018].

10En pratique, la technique numérique chahuterait les représentations, méthodes et la spatialisation du travail [Eso Rennes 2018]. De fait, la digitalisation de la société (i) favoriserait la « déconcentration des activités », voire leur nomadisme, par la possibilité offerte du travail à distance, (ii) redonnerait un rôle à l’individu émancipé de son lieu de travail, voire de l’entreprise (travailleurs indépendants, nouvelles aspirations individuelles) ; (iii) instaurerait un rapport collaboratif et non concurrentiel entre les travailleurs au travers de l’échange de connaissances via les réseaux informatiques.

11Ainsi, les bouleversements opérés par la culture et la technique digitales participent du vaste mouvement de relocalisation de l’économie dans les territoires. Dans cette logique, c’est ici qu’intervient le tiers-lieu d’Oldenburg réactualisé à l’ère de l’usage invariant du numérique et des avantages qu’il génère. À cet égard, Liefooghe [2018a] souligne l’émergence, dans les années 2000, de nouveaux lieux de travail combinant les avantages de la mobilité, la puissance de travail des outils numériques, la libre circulation des connaissances et les liens de convivialité. Dans cette posture généalogique, le tiers-lieu est à ce titre décrit comme l’espace de la transposition culturelle et technique des logiciels libres et open source [Duriaux & Fredriksson 2018].

12In fine, l’éclosion des tiers-lieux s’avère plurifactorielle et organique. En effet, les deux dernières appréhensions conjoncturelles de l’épiphanie du tiers-lieu convergent vers une conception conjointe de celui-ci comme phénomène réagissant à un manque plus ou moins intellectualisé auquel il répond en tant qu’alternative ou complément au système en place, et de façon innovante et solidaire ; dès lors, ils rencontrent l’approche psycho-socio-anthropologique. Ainsi, le tiers-lieu traduit en réalité un processus ayant existé en tout temps et en tout lieu [Burret 2018], affublé de divers atours paradigmatiques suivant les contextes socio-culturels et les disciplines et chercheurs l’abordant. La figure 1 (p. 442) tente une approche tout à la fois conceptuelle et diachronique de l’apparition des tiers-lieux.

Figure 1 – Trois approches poreuses de la genèse des tiers-lieux

Figure 1 – Trois approches poreuses de la genèse des tiers-lieux

2. Les tiers-lieux, supports et vecteurs d’un développement local spécifique, solidaire et innovant

13L’étude interroge les tiers-lieux spatialisés comme expression et outils de diffusion, à l’échelle des territoires, de pratiques et représentations du faire-société et du développement local modelés par une culture des communs. Au-delà, compte tenu de son essence créative à la mesure de son émancipation et de la diversité qu’il accueille, il réactualiserait la capacité d’innovation sociale des territoires, transformés en véritables laboratoires solidaires.

2.1. L’encastrement socio-spatial du tiers-lieu : matérialisation d’une culture des communs vectrice d’un modèle de développement différenciatif par le territoire

14Le tiers-lieu est investigué par les chercheurs comme levier de la démocratisation, dans l’ensemble des territoires français, de la culture solidaire des communs. Celle-ci se traduit par « l’auto-organisation des ressources par des communautés fabriquant leurs propres normes » [Servigne 2013]. Le commun s’apprécie « à la fois comme une ressource, un collectif et un ensemble de règles ou de normes » [Petit 2017], suivant ce que la politiste américaine Elinor Ostrom avait théorisé durant toute sa carrière [Festa & al. 2018, Legros 2020]. Le tiers-lieu, lorsqu’il est territorialisé, met en relation des individus et communautés indépendants en situation de contiguïté socio-spatiale. Il se fait dès lors l’un des chantres d’une culture du développement in vivo [Bazin 2015], c’est-à-dire autonome, écosystémique et résilient [Suire 2016]. De ce fait, il est inscrit dans les recherches ayant trait à un modèle de développement endogène systémique, différenciatif, diversifié, solidaire et citoyen des territoires, en opposition aux modèles considérant l’homogénéisation ou la compétitivité interterritoriales comme sources de leur développement.

15En premier lieu, le tiers-lieu réinstaurerait la vision d’un territoire dynamique, vivant, apte à faire système productif local [Courlet 2001, Levy-Waitz & al. 2018]. Il consacrerait la capacité d’un micro-espace singulier, considéré comme l’interaction spécifique des dimensions sociales, culturelles, géographiques qui le composent [Santamaria s.d.], à « activer » et coordonner des ressources endogènes et conformes aux besoins, attentes et spécificités de la configuration socio-spatiale qui l’administre [Colletis & Pecqueur 2005, Brouillard & Besson 2018]. En cela, il recouvre une pluralité de réalités qui font montre de son agilité systémique au regard des variations hétérogènes des territoires qu’il valorise. Il cristallise alors davantage des pratiques protéiformes qu’un concept [Lextrait 2018].

16Au-delà, le tiers-lieu, par son ouverture systémique selon l’idéal de commun, abriterait une configuration sociale fondée sur l’interaction avec l’étrange, l’altérité, le conflit [Gitbook Fork The Word s.d.]. Il offre à cet égard une résistance aux clivages segmentant, hiérarchisant et dépolitisant la sphère sociale. Il repose en effet sur le partage d’idées contradictoires et complémentaires par des entités individuées provenant d’univers distincts, réunies/hybridées ensemble autour d’un projet ouvert et flexible, favorable à la construction d’une vision/perspective commune, pluraliste [Besson 2015, Burret 2017, 2018, Movilab s.d.]. Il matérialise finalement un espace de médiation dans ce qu’il comporte de neutralité propice à une socialisation structurée par l’intersubjectivité, constitutive de la démocratie délibérative : il promeut l’enrichissement des horizons politiques de chacun par la rencontre des divergences, des désaccords [Wright 2016, Fredriksson et al. s.d.]. Ainsi, le tiers-lieu stimulerait-il l’engagement participatif, l’identité civique/communautaire [Oldenburg 1989, Besson 2018b]. Ceci l’érige en laboratoire démocratique de systèmes de gouvernance inédits ; il est régi par des principes d’horizontalité des rapports, de gouvernance coopérative, d’ouverture, de multiculturalisme, selon une culture de la solidarité citoyenne induisant responsabilité commune [Adiir 2018, Burret & Techer s. d.].

17En troisième lieu, son ouverture à la diversité l’inscrit dans les flux d’ouverture, de décloisonnement et d’accès facilité des/aux connaissances, impulsées et/ou accélérées par l’outil digital interconnecté [Genoud & Moeckli 2010, Burret 2017, Taddéi & al. 2017, Besson 2018c]. Il crée les conditions de l’émergence, dans les territoires, d’une société de la connaissance/apprenante, de l’intelligence collective suivant des logiques empiriques et horizontales d’apprentissage, de « bidouillage », d’improvisation, détachées des tracés académiques figés, objectivés et hiérarchiques [Bazin 2015, Besson 2018a, Levy-Waitz & al. 2018, Techer s. d.]. En effet, le tiers-lieu valorise la mutualisation informelle de savoirs artisanaux [Pineau 2018], en mouvement, « vivants et vécus », issus d’une culture du quotidien singulière, non codifiés et subjectifs [Gorz 2004, Moulier-Boutang 2008, Besson 2018a, Lextrait 2018], contradictoires et complémentaires [Genoud & Moeckli 2010, Movilab s. d.]. En lieu et place de la segmentation des individus, compétences et disciplines, le tiers-lieu catalyserait l’interaction expérimentale par la somme des subjectivités et le « rapprochement […] entre les cultures écrites, numériques et techniques des savoirs et une variété de connaissances, qu’elles soient académiques, tacites, pratiques, expertes ou profanes » [Besson 2018a, p. 19].

18Protéiforme en raison des objectifs pluriels et en interaction qu’il porte pour garantir son émancipation en actes et répondre aux besoins multiples des acteurs des territoires, le tiers-lieu initie la coexistence d’activités diverses en son sein : c’est notamment en ce sens que Movilab propose de statufier le concept par l’invariable « tiers-lieuX ». Espace de la résilience par la diversification et l’enrichissement des activités sociales et économiques à l’échelle locale au travers de la valorisation coordonnée des ressources [Santamaria s.d.], il s’abstrait ici des dynamiques mono-fonctionnalistes, ultra-spécialisées, sectorielles et disciplinaires, dominantes dans l’approche macro-économique [Bazin 2015, Pignot & Saez 2018, Pineau 2018]. La culture des communs explicite par ailleurs un rapport singulier à la ressource : de la conception à la diffusion en passant par la mise en œuvre, les productions matérielles et immatérielles (biens ou services) relèvent d’une propriété collaborative selon des logiques vertueuses open source d’usage commun du patrimoine compte tenu de son intérêt pour chacun (utilité sociale), plutôt que de marchandisation et appropriation des biens à l’aune de la seule rationalité économique fondée sur des valeurs d’exclusivité, d’échanges monétaires et d’externalisation des coûts sociaux et environnementaux [Bauwens 2016, Burret 2017, Techer, s.d.]. Ainsi, le tiers-lieu atteste-t-il d’un modèle détaché de l’idée de croissance en faveur d’un développement par la production et circulation cyclique, solidaire et responsable des richesses [Besson 2017, Levy-Waitz & al. 2018].

2.2. Le tiers-lieu, un espace d’expérimentation singulier, matérialisant la capacité d’innovation solidaire des territoires

19Par ailleurs, le tiers-lieu est analysé comme vecteur de créativité solidaire à la mesure des richesses quantitatives et qualitatives, matérielles et immatérielles, qu’il met en synergie systémique [Suire 2016]. Il s’envisage également comme un processus de la page blanche, du « vide » rudimentaire, de la non-programmation [Dubus 2009, Lextrait 2018, Sajaloli & Grésillon 2018] en raison de la libération des imaginaires créatifs des carcans institutionnels et socio-culturels [Liefooghe 2018b]. En rebattant les cartes des déterminismes sociétaux, il se fait l’écrin d’une perte de repères propice à l’inventivité solidaire, capacité accentuée par l’expérience inédite du faire-société qu’il implique/enclenche.

20Tout ceci concourt à l’instituer en laboratoire d’un développement autonome, solidaire et empirique des territoires, selon une culture de l’incertitude, de l’essai, de la flexibilité, de l’hybridation de la réflexion et de l’action [Moriset 2014, Bazin 2015, Sajaloli 2016, Besson 2018c]. D’après Hugues Bazin, la dynamique de recherche du tiers-lieu est novatrice en ce que les acteurs, au regard de leur émancipation par le faire ensemble, se mettent « en recherche sur eux-mêmes », deviennent leur propre sujet de réflexion et d’action : ceci se traduit par le concept de recherche-action. Ils sont à la fois acteurs du territoire, auteurs des théories de son développement, et agents, c’est-à-dire capables de se missionner pour effectuer des tâches.

21À la mesure de son essence créative s’adaptant immuablement aux aspérités et besoins socio-spatiaux, le tiers-lieu a été intégré ces dernières années dans le champ sémantique de l’innovation sociale [Besson 2014, Idelon 2018]. Celle-ci s’entend comme un processus mettant en réseau une diversité d’acteurs selon des logiques collaboratives d’hybridation et de partage des savoirs et ressources, ceci afin de répondre de manière innovante, solidaire et autonome aux besoins insatisfaits ou nouveaux. L’innovation produite est d’utilité sociale [Besson 2014]. Lorsque territorialisée, l’innovation sociale s’envisage comme une démarche de valorisation des ressources endogènes par une multitude d’acteurs en situation de proximité relationnelle et géographique, pour répondre aux besoins, attentes et spécificités des territoires [Colletis & Pecqueur 2005, Lacquement & Quéva 2016, Besson 2018b, Levy-Waitz & al. 2018]. L’innovation sociale territoriale invite à concevoir la capacité productive et d’inventivité solidaire des territoires comme motrice du développement, en lieu et place de l’idéal de croissance concurrentielle et de l’opposition devenue systémique entre lieu de production et lieu de consommation qui avaient cours dans le système monde déterritorialisé [Genoud & Moeckli 2010, Levy-Waitz & al. 2018]. L’échelon local, au regard de toutes les spécificités en interaction qui le composent, serait de ce fait apte, par le truchement du tiers-lieu, à catalyser son propre développement par l’innovation. Ceci s’inscrit dès lors dans la continuité réactualisée des paradigmes géographiques et économiques de « systèmes productifs localisés » [Courlet 2001, Levy-Waitz & al. 2018] et de « milieux innovateurs » [Aydalot 1986, Proulx 1994]. Ces notions mettent en lumière une vision dynamique des territoires par leur créativité, au regard de leur aptitude à mobiliser un système d’interdépendances singulières et pluridimensionnelles, propitiatoire à la stimulation de la production ou de l’innovation. Ainsi, la performance d’un tiers-lieu dépend-t-elle de son « encastrement dans la socio-économie des territoires et dans les écosystèmes d’innovation locaux » [Adiir 2018, Besson 2018c p. 41, Coopérative des tiers-lieu(x) 2018].

3. Le tiers-lieu, différentes configurations de territoires solidaires

22Le tiers-lieu, initialement attaché à l’urbanité à la mesure de sa densité plurielle propice à l’innovation sociale, manifeste de nouvelles pratiques et représentations de la ville et de l’urbanité, et répond à de nombreux enjeux sociétaux. Dans les espaces ruraux, il est considéré comme catalyseur endogène de la régénération des territoires de faible densité, et embrasse dès lors plusieurs enjeux spécifiques ; sa multiplication invite à se pencher sur la capacité d’inventivité solidaire des campagnes par le truchement des tiers-lieux.

3.1. La solidarité territoriale en tiers-lieu en milieu urbain

23Le tiers-lieu, en tant qu’il porte l’innovation, notamment technologique, fut longtemps perçu comme un phénomène consubstantiellement urbain [Oldenburg 1989, Genoud & Moeckli 2010, Besson 2014], tant au regard des externalités positives du territoire métropolitain (sites de production et de recherche, densité, diversité sociale et fonctionnelle, aménités diverses) qui favorisent sa création et sa pérennisation [Moriset 2014], qu’eu égard à la volonté de susciter une sociabilité alternative en réaction aux externalités négatives du contexte socio-urbain, vecteur d’anonymat social et de réduction de la rencontre aux cadres familiaux et professionnels [Idelon 2018, Liefooghe 2018a]. Les tiers-lieux furent envisagés par le capitalisme d’État comme des emblèmes de la Startup Nation [Russel 2020] en raison, d’une part, de leur participation au renforcement de la compétitivité des agglomérations urbaines dans le champ de l’innovation internationale, et, d’autre part, de leur capacité à faire ruisseler les richesses produites aux autres territoires. Cependant, ils se font désormais les relais d’une culture des communs territorialisée, sociale, et solidaire.

24Raphaël Besson, dans son historique de l’éclosion des tiers-lieux à l’ère du numérique, considère que ces derniers apparurent en ville, notamment dans les grandes métropoles, dans la seconde moitié de la décennie 2000 [Besson 2018b, 2018c]. Ils s’opposaient, entre autres choses, aux modèles post-industriels standardisés, déployés massivement selon des logiques hard, inadéquates compte tenu des identités multiples des territoires urbains : « ville créative », « ville durable », « ville intelligente » [Ambrosino & Guillon 2018]. En lieu et place des paradigmes insufflés par l’action publique, naquirent ainsi de nouveaux vocables citoyens de développement urbain : « ville collaborative », « ville en transition », « fabcity ». Ceux-ci mettent l’emphase sur des modèles détachés de l’expertise verticale, ceci en faveur de l’artisanat, du bricolage autonome, de la citoyenneté, de la relocalisation de la production, de la coopération horizontale. Ils défendent un « droit à l’infrastructure des villes » [Corsìn 2014], que l’infrastructure soit « matérielle (espaces et équipements publics, mobiliers urbains, lieux de production, réseaux d’eau, de gaz et d’électricité) ou immatérielle (services urbains, données, prospectives urbaine, réseaux numériques, mémoire et patrimoine immatériel des villes) » [Besson 2017b, p. 2]. Ce droit à l’infrastructure cristallise finalement une perception de la ville comme une ressource commune [Legros 2020], devant à ce titre être gérée selon des règles établies par sa communauté d’habitants.

25Suivant la chronologie des tiers-lieux adaptée à l’ère du numérique proposée par R. Besson [2018b], les premiers tiers-lieux urbains étaient principalement centrés sur l’activité (coworking) et l’innovation ouverte, et encourageaient l’attractivité territoriale, les processus d’innovation, les dynamiques entrepreneuriales. Ils ont vite été rejoints par les tiers-lieux sociaux, culturels et de services publics. La ville a alors vu fleurir espaces de coworking, makerspaces, fablabs, living labs, jardins partagés, recycleries, friches culturelles… Les champs d’intervention des tiers-lieux urbains sont, somme toute, très vastes, et enveloppent plusieurs enjeux tels que la mobilité, le numérique, le télétravail, la sécurité, l’urbanisme, l’environnement, la sociabilité, la culture, les loisirs, la santé, l’agriculture, le rayonnement territorial… [Besson 2017b]. Les tiers-lieux s’implantent de manière diffuse et non programmée à l’échelle de la ville, dans les espaces interstitiels, de façon durable ou éphémère, et se font ainsi le reflet d’une appréhension polycentrique du développement urbain et de l’innovation.

26En outre, l’on peut interroger ce qui, des valeurs et pratiques solidaires inhérentes à la ruralité, innerve la ville par le truchement des tiers-lieux. En effet, dans quelles mesures le tiers-lieu urbain, sous toutes ses formes, ne cristallise-t-il pas une volonté de faire village autonome dans la ville par la réhabilitation du lien social et de systèmes d’entraide, perdus dans l’anonymat des foules qui s’entrecroisent sans se voir [Adiir 2018, Jousseaume 2021] ? Il s’agirait finalement de consacrer l’esprit des quartiers d’antan, autorisant la proximité socio-spatiale, toujours d’actualité dans l’imaginaire attenant aux villages des campagnes, et altérée par le modèle métropolitain. Ainsi, le tiers-lieu urbain s’affranchirait des polarisations urbain/rural, urbanité/ruralité ayant cours depuis plusieurs décennies. Au-delà, il s’avèrerait alors un mixte des acquis sociaux de la modernité valorisant l’individu et des modèles communautaires ruraux ancestraux, métissage observé par Valérie Jousseaume en France [Jousseaume 2021].

27Si les tiers-lieux furent appréciés comme un phénomène intrinsèquement urbain, postulant, en creux, les faiblesses des campagnes en termes de potentiel d’innovation, leur multiplication observée dans les territoires ruraux remet en question cet a priori. Que révèlent-ils de la ruralité en termes d’inventivité solidaire ? Quels enjeux sociétaux spécifiques entendent-ils recouvrir ?

3.2. La solidarité territoriale en tiers-lieu en milieu rural

28Dans les années 1960 et 1970, en dépit de l’existence d’expérimentations et d’innovations sociales en opposition aux modèles productivistes dominants, les espaces ruraux semblaient d’autant plus à l’écart des dynamiques de modernisation qu’ils sont éloignés des pôles urbains. La théorie du continuum spatial postulait alors la dissolution progressive de la ruralité par la diffusion centrifuge des innovations urbaines vers les territoires environnants : les espaces péri-urbains et le rural, proche et lointain [Kayser 1988, Mathieu 2004, Rieutort & al. 2018]. Cependant, à partir des années 1990, les crises environnementales et la remise en cause des modèles les plus productivistes au nom du développement durable, ont insufflé un nouveau dynamisme aux espaces ruraux, et ce tant sur les plans démographiques (exode urbain), socio-culturels (arrivée de néoruraux), économiques (diversification des activités) que conceptuels [Depraz 2017a]. La multiplication récente des tiers-lieux dans les campagnes [Besson 2017] participe de ces dynamiques d’innovations territoriales et sociales, et offre une alternative au modèle exogène et dominant de développement envisagé principalement au prisme de la concentration métropolisée de l’innovation [Besson & Brouillard 2017]. Toutefois, le peu d’études de ce phénomène, bien que plusieurs aient été amorcées très récemment, trahit une perception encore urbano-centrée de la ruralité, mythifiant davantage sa qualité de vie et ses ressources patrimoniales et naturelles que son aptitude à l’innovation sociale et culturelle [Rieutort & al. 2018]. Pourtant, Besson [2017a], à l’instar de la CGET [2015] ou encore des décideurs du programme « Nouveaux lieux, nouveaux liens », les considère comme moteurs d’une régénération des territoires de « faible » – « basse » [Depraz 2017b] – densité. Le tiers-lieu révèlerait et entrainerait la construction d’écosystèmes régénératifs locaux, fondés sur l’innovation et la (ré)activation des ressources [Colletis & Pecqueur 2005, Mairie-conseil & Caisse des Dépôts 2012, Besson 2017a, Tcherkachine & Dupessey 2017]. La question posée par le double emploi de « révélerait » et « entrainerait » est celle de la capacité endogène d’innovation des territoires ruraux par le truchement du tiers-lieu : les tiers-lieux sont-ils les catalyseurs exogènes (portés par les politiques publiques selon un objectif de revitalisation des territoires) du développement des campagnes alors perçues depuis leurs handicaps, ou bien ces dernières sont-elles vectrices d’une innovation autonome compte tenu de leurs particularités et atouts, notamment en termes de mouvements solidaires ?

29Pour arbitrer, il s’agit de se pencher sur les dynamiques d’éclosion des tiers-lieux en milieu rural. En faveur du territoire comme moteur dans les dynamiques d’innovation solidaires, l’on peut formuler les hypothèses d’émergence suivantes :

  • Les tiers-lieux en milieu rural s’inscrivent-ils dans des singularités territoriales réactualisant des dynamiques traditionnelles de coopération, de mutualisation des biens et connaissances propres aux petites communautés anciennement sédentaires [Sencébé 2011, Rieutort 2012, Poulot 2015 ; Jousseaume 2021] ? L’on peut ainsi évoquer l’héritage culturel des cafés et bistrots au sein desquels l’on échangeait notamment sur l’avenir du village [Pineau 2018], ou encore les pratiques de mise en commun d’outils, de terres et savoir-faire techniques suivant des logiques de réciprocité dans les sociétés paysannes, notamment médiévales [Sabourin 2012, Legros 2020, Jousseaume 2021, Gitbook Fork The World s.d.].

  • A contrario, le désir d’innovation en milieu rural procède-t-il d’une volonté de rupture avec l’héritage territorial afin d’entrer dans un idéal de modernité [Bessière 2012] ? La réhabilitation du patrimoine, notamment industriel, par sa transformation en tiers-lieu traduit-elle une volonté de s’inscrire fièrement dans l’histoire de son territoire, ou bien l’ambition de la gommer ?

  • Les critères de fragilité de certains espaces ruraux agissent-ils, paradoxalement, en moteurs d’éclosion, dès lors qu’ils invitent à envisager des stratégies d’adaptation [Barthe & Milian 2011], notamment communautaires dont le tiers-lieu pourrait être l’un des catalyseurs ?

  • Dans quelle mesure la création d’un tiers-lieu est-elle motivée par des conflits d’intérêts entre les acteurs locaux [Bessière 2012] ? Les tiers-lieux ruraux envisagent-ils créer des liens entre agriculteurs, autochtones et néo-ruraux ? Sont-ils ainsi pensés en instruments de paix ou, a minima, de mixité sociale ?

  • Les tiers-lieux ruraux incarnent-ils le mouvement militant de remise en question d’un développement exogène et métropolitain des territoires par la promotion d’un modèle alternatif de gouvernance territoriale [Taniguchi 2018] ?

  • L’émergence des tiers-lieux ruraux ressortit-elle à des enjeux socio-économiques et environnementaux de développement durable et de transition écologique [Besson 2017] ? Quels liens entre la patrimonialisation des pratiques agricoles vernaculaires et les innovations écologiques au sein des tiers-lieux ?

  • Le renouveau des campagnes joue-t-il un rôle dans la floraison des initiatives citoyennes et solidaires ? Sommes-nous face à un biculturalisme [Jousseaume, 2021], intriquant étroitement culture urbaine et culture rurale ? Les territoires ruraux, au regard de l’opposition contemporaine au modèle métropolitain, sont-ils propices au jaillissement d’une « alter-ruralité » dont le tiers-lieu serait la manifestation idoine ?

30L’on ne peut offrir de réponses définies, si ce n’est celle d’une pluralité de configurations locales jalonnant les logiques et trajectoires ayant présidé à l’émergence des tiers-lieux en milieu rural. Somme toute, la confirmation de dynamiques d’innovation endogènes participe à renouveler et enrichir la vision de l’inventivité solidaire dans les campagnes. Frédéric Ville tente ainsi de décrypter les facteurs, les conditions, les formes de l’innovation contemporaine dans les territoires ruraux, et ceux-ci coïncident avec les pratiques et valeurs des tiers-lieux s’y déployant : bénévolat, logique d’action et non de consommation, proximité, solidarité, ingénierie, valorisation d’une tradition locale...[Ville 2022]. De même, le processus tiers-lieu et sa culture de l’intermédiation et de la périphérie correspondent à l’approche du développement local dans les marges, notamment rurales, conceptualisée par Samuel Depraz : démarche horizontale et transversale, démarche participative, démarche par projet, culture de la discussion et du compromis, démarche ascendante articulant local et global, recherche d’innovation, etc. De ce fait, les tiers-lieux ruraux s’envisagent possiblement comme le lieu par excellence de l’inventivité sociale et solidaire dans la mesure où ils s’épanouissent et s’organisent dans un territoire lui-même en marge – situation de « transition-rupture » [Prost 2004] – de la culture du centre géographique, socio-économique et culturel incarné par la ville [Sajaloli 2016]. Finalement, les tiers-lieux des campagnes peuvent s’interroger comme reflets de la bascule socio-culturelle en France, dont ils seraient les laboratoires du modèle de l’économie sociale et solidaire [Sajaloli 2016, Depraz 2017b].

31Les études s’étant penché plus spécifiquement sur le profil de l’innovation par le truchement des tiers-lieux en milieu rural ont esquissé quelques caractéristiques. R. Besson [2018b] dans sa généalogie des tiers-lieux (celle-ci ne fait cependant pas l’unanimité en ce qu’elle est très axée sur la culture numérique) considère que les premiers tiers-lieux des milieux périurbains et ruraux relevaient principalement d’espaces de coworking dont l’objectif était pluriel : réduction des migrations pendulaires polluantes et énergivores (développement durable) ; amélioration de la qualité de vie des salariés ; attractivité territoriale (maintien des habitants et séduction de néo-ruraux) afin de stimuler une économie résidentielle et la création de filières locales innovantes [Lepetit & al. 2016, Besson 2017a]. Cependant et désormais, le modèle des tiers-lieux dans les campagnes étendrait ses domaines d’action, à la mesure de sa perception comme outil de régénération des territoires ruraux [Caisse des dépôts et consignation 2016, Besson 2017a] d’une part, et de sa lecture comme manifestation de la capacité interne d’innovation des campagnes, d’autre part. Les enjeux des tiers-lieux en milieu rural seraient ainsi davantage sociaux qu’économiques et, de surcroît, les tiers-lieux seraient davantage multifonctionnels qu’en ville [Besson 2017a], en raison des divers enjeux de revitalisation qu’elles connaissent. Dans les faits, ils englobent de nombreux champs d’intervention : construction de systèmes productivo-résidentiels [Davezies & Talandier 2014], revalorisation du patrimoine, transition vers l’agroécologie [Sajaloli 2016], circuits courts alimentaires [La Coopérative des Tiers-lieu(x) 2020], formations numériques, économie circulaire, art et culture, citoyenneté...

Conclusion

32D’après la bibliographie étudiée, le tiers-lieu caractérise une réaction solidaire structurelle, la culture des communs, désireuse d’opérer un dialogue, plus ou moins subversif et conscient, entre la gestion institutionnelle du réel et les utopies. Il est la manifestation de besoins individuels et collectifs insatisfaits par la norme ; des individus disparates se retranchent alors en des lieux indéfinis par le quadrillage organisationnel sociétal suivant un modèle de solidarité active fondé sur la convergence d’intérêts multiples et ambitionnent, ensemble, reconquérir une identité dissoute ou incomplète. Les innovations solidaires et territoriales sous-tendues par la configuration sociale en tiers-lieu, en ville comme dans les campagnes, sont issues de la synergie hétérogène des profils accueillis, innovations qui à terme se diffusent et se fondent dans la société, jusqu’à devenir à leur tour la norme [Dubus 2009]. Ce qui se joue véritablement aujourd’hui avec le paradigme « tiers-lieu » n’est donc pas sa genèse, mais bien la conceptualisation, la multiplication et l’institutionnalisation de ce mode de fonctionnement solidaire, sanctuarisé en philosophie et en outil de développement local, citoyen et empirique. En territoire urbain, les tiers-lieux sont analysés par les chercheurs comme une manifestation et un catalyseur du bouleversement des pratiques et représentations inhérentes à l’urbanité et recouvrent des champs d’intervention très divers. En milieu rural, s’ils participent de la revitalisation des territoires de faible densité par le biais d’écosystèmes régénératifs locaux promus par les politiques publiques, ils sont surtout les révélateurs de dynamiques solidaires de développement endogènes, renouvelant et enrichissant les formes d’innovations sociales des campagnes.

33Au-delà de l’échelon local, les tiers-lieux sont analysés comme vecteurs de transformation à échelles sociétale et globale. En effet, ils s’organisent en réseaux (numériques et plus ou moins institutionnels) de solidarité inter-tiers-lieux, participant ainsi à la diffusion de la culture des communs. Ceci interroge : peut-on envisager, en termes de déploiement des communs, une approche tripartite de la gestion de l’espace, public-privé-commun [Servigne 2013], ou bien la culture de la solidarité-pouvoir pourrait-elle se suffire à elle-même ? Par ailleurs, il faudrait se pencher sur les modèles socio-économiques mondialisés promus par les tiers-lieux concrètement et, en outre, prendre la mesure de leur participation, directe et indirecte, à la mise en œuvre de la transition écologique et solidaire. Au-delà, il convient de se pencher sur les limites conceptuelles et factuelles des tiers-lieux. De fait, l’on peut questionner la contradiction inhérente à la diffusion à échelle globale et à la normalisation d’un phénomène de culture locale, empirique et diversifié. En termes plus concrets, le tiers-lieu sonde la capacité d’acteurs aux intérêts multiples à converger autour d’un projet commun, sans que tensions et logiques de hiérarchisation ne s’installent. Par ailleurs, le processus interroge la nature des dynamiques solidaires se mettant en place : traduisent-elles un engagement des usagers comme les initiateurs des projets le suggèrent, ou bien ceux-ci sont-ils davantage consommateurs ? De même, l’étude de terrain permettra d’éprouver la réelle diversité socio-culturelle que ces lieux drainent. Somme toute, le tiers-lieu, en tant qu’il est un phénomène prenant de l’ampleur requiert de s’y étendre davantage.

Haut de page

Bibliographie

Adiir (Agence de diffusion et d’informations rurales) (2018) – « Tiers-lieux ruraux : des espaces d’accueil, d’échanges et d’expérimentation », Revue Transrural initiatives, n° 470

Ambrosino, C. & Guillon, V. (2018) – « Œuvrer en commun. Le « nouveau monde » des politiques culturelles et urbaines ». L’observatoire. Observatoire des politiques culturelles. n° 52, pp. 13-16. https://www.cairn.info/revue-l-observatoire-2018-2-page-13.htm

Aydalot, P. (1986) – Milieux innovateurs en Europe, Paris, GREMI, 361 p.

Barthe, L. & Milian, J. (2011) – « Les TIC et la prospective sur les espaces ruraux. Retour sur le programme Territoires 2040 », Networks and communication studies, 2011, vol. 25, n° 3-4, pp. 291-314, https://journals.openedition.org/netcom/243

Bauwens, M. (2016) – « Le mode de production « entre pairs » comme alternative au mode capitaliste », EcoRev’, n° 43, pp. 52-60, https://www.cairn.info/revue-ecorev-2016-1-page-52.htm.

Bazin, H. (2015) – « Les figures du tiers-espace : contre-espace, tiers-paysage, tiers-lieu », Revue Filigrane, https://revues.mshparisnord.fr/filigrane/index.php ?id =717

Bazin, H. (2018) – « La centralité populaire des tiers-espaces », L’Observatoire, n° 52, pp. 91-93

Bessière, J. (2012) – Innovation et patrimoine alimentaire en espace rural. Versailles, Éditions Quæ, « Update Sciences & Technologies », 160 p.

Besson, R. (2014) – « Le paradigme économique des Tiers Lieux », Revue Échosciences, https://www.echosciences-grenoble.fr/articles/le-paradigme-economique-des-tiers-lieux

Besson, R. (2017a) – La régénération des territoires ruraux par les Tiers-Lieux. Le cas des Tiers Lieux creusois, Urbanews, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01731645/document

Besson, R. (2017b) – « Rôle et limites des tiers-lieux dans la fabrique des villes contemporaines ». Territoire en mouvement, n° 34, https://journals.openedition.org/tem/4184.

Besson, R. (2018a) – « Les tiers-lieux culturels. Chronique d’un échec annoncé. », L’observatoire. Observatoire des politiques culturelles, n° 52, pp. 12-21.

Besson, R. (2018b) – Assistance à maîtrise d’ouvrage pour le développement du réseau de Tiers-Lieux à l’échelle métropolitaine, Villes Innovations, https://coop.tierslieux.net/wp-content/uploads/2014/08/Pr %C3 %A9sentation-Tiers-Lieux-Lille.pdf.

Besson, R. (2018c) – Explorations des tiers lieux comme vecteurs de transition écologique et solidaire, Rapport commandité par le Commissariat général au développement durable, Ministère de la transition écologique et solidaire, 10 p.

Brouillard, J. & Besson, R. (2018) – « L’innovation dans les territoires périurbains ou ruraux ? Pour un changement de paradigme ! », Nectart, n° 7, pp. 110-121, https://www.cairn.info/revue-nectart-2018-2-page-110.htm

Burret, A. (2017) – Étude de la reconfiguration en Tiers-Lieu : la repolitisation par le service, Thèse de doctorat en socio-anthropologie, sous la direction de Gilles Herreros , Université Lumière Lyon 2, 350 p.

Burret, A. (2018) – « Refaire le monde en Tiers-Lieu », Observatoire des politiques culturelles, n° 52, pp. 50-52

Burret, A. & Techer, R. (s.d.) – « Libre appropriation ». Gitbook Fork The World, URL : https://world-trust-foundation.gitbook.io/fork-the-world/intro-3/libre-appropriation

Caisse des Dépôts et Consignations (2016) – Régénérons nos écosystèmes économiques. Ou comment penser autrement l’action publique au bénéfice du développement économique local ?, Rapport réalisé par Argos Développement pour la Caisse des Dépôts

Cap Tiers-Lieux, 2018 – « Première journée régionale des tiers-lieux de l’ESS en Pays de la Loire », http://www.cress-pdl.org/wp-content/uploads/Synthèse_Première-Journée-Régionale-des-Tiers-Lieux_v2.pdf

Ceres & Ens Psl (2020) – « Deuxième journée David Claessen pour l’environnement - Solidarités écologiques et sociales : une nécessité dans un monde en transition ? », Webinaire, 3 novembre 2020.

Cget (2015) – « Innovation et territoires de faible densité », http://lab-innovation.cget.gouv.fr/sites/default/files/innovation_et_territoires_de_faible_densite_synthese.pdf

Colletis, G. & Pecqueur, B. (2005) – « Révélation de ressources spécifiques et coordination située », Économie et institutions, n° 6-7, pp. 51-74, http://journals.openedition.org/ei/900

Colmellere, C., Corteel D., Fages, V. & Lacour, S. (2019) – « Dénouer l’écheveau des Tiers Lieux : tentatives généalogiques », Sociologies pratiques, n° 38, pp. 3-10, https://www.cairn.info/revue-sociologies-pratiques-2019-1-page-3.htm

Corsín, J.A., (2014) – « The right to infrastructure : a prototype for open-source urbanism », Environment and Planning D : Society and Space, vol. 32, n° 2, pp. 342-362.

Courlet, C. (2001) – « Les systèmes productifs localisés. Un bilan de la littérature », Revue d’Études en Agriculture et Environnement, n° 58-59, pp. 81-103, https://www.persee.fr/doc/reae_0755-9208_2001_num_58_1_1658.

Davezies, L. & Talandier, M. (2014) – L’émergence de systèmes productivo-résidentiels. Territoires productifs-territoires résidentiels : quelles interactions ?, Paris, La documentation française, col. CGET, 120 p.

Delannoy, I. (2017) – L’économie symbiotique : Régénérer la planète, l’économie et la société, Arles, Actes Sud/Colibris, coll. Domaine du possible, 338 p.

Depraz, S. (2017a) – La France des marges. Géographie des espaces « autres », Paris, Armand Colin, coll. « U », 288 p.

Depraz, S. (2017b) – « Penser les marges en France : l’exemple des territoires de « l’hyper-ruralité » », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 94, n° 3, pp. 385-399, https://journals.openedition.org/bagf/2086

Dubus, P. (2009) – « Réflexion sur les tiers-lieux. Signification et effets dans les institutions médico-sociales », VST - Vie sociale et traitements, n° 103, pp. 18-24, https://www.cairn.info/revue-vie-sociale-et-traitements-2009-3-page-18.htm

Durand Jeanson, A. (2019) – « Tiers-lieux, de l’objet à émergences à l’objet de transformations », Les carnets de notes de Prima Terra, https://www.prima-terra.fr/2019/10/tiers-lieux-de-lobjet-emergences-lobjet.html

Duriaux, Y. & Burret, A. (2013), « Manifeste des Tiers-Lieux », Movilab, https://movilab.org/wiki/Le_manifeste_des_Tiers_Lieux

Eso Rennes (s.d.) – « Peri_Work (ANR). Travailler à la marge ? Les espaces de travail collaboratif comme nœuds d’un nouveau système de mobilités hors métropole », eso-rennes.cnrs.fr/fr/recherche-1/programmes-en-cours/peri_work.html

Festa, D.N, Dulong De Rosnay, M. & Miralles Buil, D. (2018) – « Les communs ». Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/notion-a-la-une/communs

France TIers-Lieux (2021) – Rapport 2021, Nos territoires en action, Dans les tiers-lieux se fabrique notre avenir !, https://francetierslieux.fr/wp-content/uploads/2021/07/Rapport-France-Tiers-Lieux-2021-complet.pdf

Fredriksson, S. & Duriaux, Y. (2018) – « Tiers lieux libres et open source : repolitisation des pratiques et mécanismes de reconnaissance au sein de configurations collectives », L’Observatoire, n° 52, pp. 56-58.

Fredriksson, S., Duriaux, Y., Burret A. & Heurtaux, Y. (s.d.) – « Configuration sociale », Gitbook Fork The World, https://world-trust-foundation.gitbook.io/fork-the-world/intro-3/configuration-sociale

Genoud, P. et Moeckli, A. (2010) – « Les tiers-lieux, espaces d’émergence et de créativité », Revue Economique et Sociale, vol. 68, n° 2, pp. 25-34

GitBook Fork The World (s.d.) – https://world-trust-foundation.gitbook.io/fork-the-world/

Gorz, A. (2004) – « Économie de la connaissance et exploitation des savoirs », in Multitudes, n° 15,, Paris : Multitudes c/o Éditions Inculte, https://www.multitudes.net/Economie-de-la-connaissance/

Gresillon, E., Alexandre, F. & Sajaloli, B. (dir) (2016) – La France des marges, Paris, COLIN/DUNOD, coll U, 446 p.

Gresillon, E., Alexandre F. & Sajaloli B. (2017) – « Les marges françaises, une géographie de la déconstruction ? » Bulletin de l’Association des Géographes Français, vol. 94, n° 3, pp. 549-558, https://journals.openedition.org/bagf/2205

Idelon, A. (2018) – « Tiers-lieu culturel, refonte d’un modèle ou stratégie d’étiquette ? » L’observatoire. Observatoire des politiques culturelles, n° 52, pp. 27-30.

Jousseaume, V. (2021) – Plouc Pride, Un nouveau récit pour les campagnes, Éditions de l’Aube, 301 p.

Kayser, B. (1988) – « Permanence et perversion de la ruralité », Études rurales, n° 109, pp. 75-108, https://www.persee.fr/doc/rural_0014-2182_1988_num_109_1_3223.

Kayser, B. (1990) – La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, Armand Colin, 316 p.

La Coopérative des Tiers-Lieu(x) (2018) – Rapport tiers-lieux à l’usage des collectivités. Comment faciliter le développement des tiers-lieux dans vos territoires ?, https://www.livresdeproches.fr/profile/cdr

La Coopérative des Tiers-Lieu(x) (2020) – Tiers-lieux nourriciers, https://coop.tierslieux.net/wp-content/uploads/2014/08/6magTL-News-WEB.pdf ?fbclid =IwAR3iWHnJebQC4c5RVGjkBlYRiaG-8z71N0hJG8jxiqAH6HYZMTIpQJQee9E

Lacquement, G. & Quéva, C. (2016) – « Introduction. Innovations sociales et développement des territoires dans les campagnes européennes », Norois, n° 241, pp. 7-13, http://norois.revues.org/5978

Lallement, M. (2015) – L’âge du Faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Éd. du Seuil, 442 p.

Lasnier, B. (s. d.) – « Rappel historique de la construction de l’économie sociale et solidaire en France », https://www.le-mes.org/Rappel-historique-de-la-construction-de-l-economie-sociale-et-solidaire-en.html

Lepetit, M. & Maurice, A. (2016) – Déplacements pendulaires, télétravail et tiers lieux d’activité : un enjeu et un outil stratégique pour ressourcer les territoires, améliorer la qualité de la vie et la productivité, http://francestrategie1727.fr/wp-content/uploads/2016/02/contribution-ml-et-am-deplacements-pendulaires-et-tiers-lieux.pdf

Legros, C. (2020) – « Les « communs urbains », graines de démocratie locale », Le Monde, 1er août 2020, https://www.lemonde.fr/series-d-ete/article/2020/08/01/les-communs-urbains-graines-de-democratie-locale_6047869_3451060.html.

Levy-Waitz, P. & al. (2018) – Faire ensemble, pour mieux vivre ensemble, Mission coworking – Territoires, travail, numérique, rapport 2018, Fondation Travailler autrement, CGET, https://socoetenumerique.gouv.fr/tierslieux/

Lextrait, F., propos recueillis par J.-L. Bonnin (2018) – « 2001-2018 : des nouveaux territoires de l’art aux tiers-lieux. ». L’observatoire. Observatoire des politiques culturelles, n° 52, pp. 22-25.

Liefooghe, C. (2018a) – « Les tiers-lieux à l’ère du numérique : diffusion spatiale d’une utopie socio-économique », Géographie, économie, société, vol. 20, n° 1, pp. 33-61, https://www.cairn.info/revue-geographie-economie-societe-2018-1-page-33.htm

Liefooghe, C. (2018b) – « Le Tiers-lieu, un objet transitionnel, pour un monde en transformation », L’observatoire. Observatoire des politiques culturelles, n° 52, pp. 9-11.

Madoui, M. (2017) – « Michel Lallement, L’âge du faire. Hacking, travail, anarchie (Seuil, 2015) », Sociologie, https://journals.openedition.org/sociologie/3067#text.

Mairie-conseils et Caisse des Dépôts (2012) – Territoires en dynamique : vers une économie régénérative, Restitution synthétique des échanges de la « première rencontre des territoires en dynamique économique » », 29 novembre 2011, https://www.banquedesterritoires.fr/sites/default/files/2019-02/E162.pdf

Mathieu, N. (2004) – « Relations ville-campagne : quel sens, quelle évolution ? », Revue Pour, n° 182.

Moriset, B. (2014), Créer les nouveaux lieux de la ville créative. Les espaces de coworking, 21 p., https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00978718/document

Moulier-Boutang, Y. (2010) – « Droits de propriété intellectuelle, terra nullius et capitalisme cognitif », Multitudes, n° 41, pp. 66-72. URL : https://www.cairn.info/revue-multitudes-2010-2-page-66.htm

Movilab (s.d.) – https://movilab.org/wiki/Accueil

Nicolas, Y. (s.d.) – « Féminisme et écologie. L’écoféminisme ou la lutte contre le capitalisme patriarcal », https://uneseuleplanete.org/Feminisme-et-Ecologie

Oldenburg, R. (1989) – The Great Good Place : Cafes, Coffee Shops, Community Centers, Beauty Parlors, General Stores, Bars, Hangouts, and How They Get You Through the Day, New York, Paragon House, 338 p.

Petit, V. (2017) – « Transition écologique et numérique. Vers des territoires communs ? », Revue d’Economie Régionale & Urbaine, n° 2017-5, pp. 797-818, https://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2017-5-page-797.htm

Pignot, L. & Saez, J.-P. (2018) – « Tiers-lieux : un modèle à suivre ? Présentation. » L’observatoire. Observatoire des politiques culturelles, n° 52, pp. 7-8, https://www.cairn.info/revue-l-observatoire-2018-2-page-7.htm

Pineau, J.-Y. (2018) – « Les tiers-lieux et les cafés associatifs, laboratoires des territoires ruraux », Nectart, n° 7, pp. 100-109, https://www.cairn.info/revue-nectart-2018-2-page-100.htm

Poulot, M. (2015) – « Être ou ne pas être rural... Ou quand le rural se décline en ville comme à la campagne », Pour, n° 228, pp. 69-76

Prost, B, (2004) – « Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour, vol. 79, n° 2, pp. 175-182, https://journals.openedition.org/geocarrefour/695

Proulx, M.-U. (1994) – « Milieux innovateurs : concept et application », Revue internationale P.M.E., vol. 7, n° 1, pp. 63–84. https://www.erudit.org/fr/revues/ipme/1994-v7-n1-ipme5006405/1008370ar/

Réseau rural (2020) – Webinaire du Réseau rural, « Les relations urbain-rural, nouveau regard sur l’organisation des liens territoriaux » », https://www.reseaurural.fr/centre-de-ressources/evenements/webinaire-du-reseau-rural-les-relations-urbain-rural

Rieutort, L., Madeline, P. & Delfosse, C. (2018) – « Quelles géographies de la France rurale ? Réflexions à propos de la nouvelle question de géographie aux concours de l’enseignement secondaire », Histoire & Sociétés Rurales, vol. 50, n° 2, pp. 7-30, https://www.cairn.info/revue-histoire-et-societes-rurales-2018-2-page-7.htm.

Ritimo (2012) – « Tiers Secteur », https://www.ritimo.org/Tiers-Secteur (consulté le 14/08/20)

Russel, G. (2020) – Comment les tiers-lieux sont devenus un outil majeur de la relance, https://www.maddyness.com/2020/06/22/tiers-lieux-relance/

Sabourin, E. (2012) – Organisations et sociétés paysannes. Une lecture par la réciprocité, Versailles, Éditions Quae, coll. « Synthèses », 268 p.

Sajaloli, B. (2016) – « La marge rurale, épicentre de la contestation et laboratoire de l’innovation sociale ? », In E. Grésillon, F. Alexandre & B. Sajaloli (dir.). La France des marges, Paris, Armand Colin, pp. 412-419

Sajaloli, B. & Gresillon, E. (2018) – « Les marges, une géographie plastique des territoires humains », L’Information Géographique, vol. 82, n° 1, p. 1-14, https://www.cairn.info/revue-l-information-geographique-2018-1-page-129.htm

Santamaria, F. (s. d.) – « Définition de « développement local », Hypergéo, https://hypergeo.eu/developpement-local/

Sencébé, Y. (2011) – « Multi(ples) appartenances en milieu rural », Informations sociales, n° 164, pp. 36-42, https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2011-2-page-36.htm.

Servigne, P. (2013) – « Six outils pour faire vivre les biens communs », Reporterre, le quotidien de l’écologie. https://reporterre.net/Six-outils-pour-faire-vivre-les-biens-communs ?fbclid =IwAR0dQgX_GGWE3KyMyHRwmtY8svnPyN5sO3WIMxo8P1vUx8RdmLBLGzoPKmA

Suire, R. (2016) – « Les tiers-lieux et le territoire ». https://coop.tierslieux.net/wp-content/uploads/2014/08/Les-tiers-lieux-et-le-territoire-ɹaphaël-suire-Medium.pdf

Taddei, F., Becchetti-Bizot, C. & Houzel, G. (2017) – Vers une société apprenante. Rapport sur la recherche et le développement de l’éducation tout au long de la vie,https://www.education.gouv.fr/sites/default/files/imported_files/document/Rapport_recherche_et_developpement_education_V2_756403.pdf

Taniguchi, Y. (2018) – Les enjeux de gouvernance territoriale face à l’innovation sociale et numérique : les exemples de Brest et de Lille, Thèse en aménagement de l’espace et urbanisme, sous la direction de Didier Paris, Eric Glon et Christine Liefooghe, Villeneuve d’Ascq, Université de Lille 1, 376 p.

Tcherkachine, D. & Dupessey, F. (dir) (2017) – Le guide permanent du développeur économique. Economie régénérative : nouveau regard, nouvelle pratique pour des stratégies de développement ancrées et différenciées, Territorial éditions, Les clés du métier, 27 p., https://www.banquedesterritoires.fr/sites/default/files/2019-03/Économie %20régénérative %20 %20nouveau %20regard %2C %20nouvelle %20pratique %20pour %20des %20stratégies %20de %20développement %20ancrées %20et %20différenciées.pdf

Techer, R., Maurel, L. & Fredriksson, S. (s.d.) – « Patrimoine commun », Gitbook Fork The World, https://world-trust-foundation.gitbook.io/fork-the-world/intro-3/patrimoine-commun

Techer, R. (s. d.) – “Libre-appropriation” in Gitbook Fork The World, https://world-trust-foundation.gitbook.io/fork-the-world/intro-3/libre-appropriation

Ville, F. (2022) – « Territoires ruraux en France : les ingrédients de l’innovation », Population & Avenir, n° 757, pp. 4-7

Wright, S. (trad. D. Rochefort) (2016) – « Les conversations politiques en ligne au quotidien : design, délibération et « tiers espace » ». Questions de communications, n° 30, pp. 119-134, https://www.cairn.info/revue-questions-de-communication-2016-2-page-119.htm.

Haut de page

Notes

1 Cartographie disponible à ce lien : Durand Jeanson A., 2019, « Tiers-lieux, de l’objet à émergences à l’objet de transformations », Les carnets de notes de Prima Terra. https://innoveravecprimaterra.blogspot.com/2019/10/tiers-lieux-de-lobjet-emergences-lobjet.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Trois approches poreuses de la genèse des tiers-lieux
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/9973/img-1.png
Fichier image/png, 196k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Dagonneau, « Les tiers-lieux en France, laboratoires de nouvelles solidarités socio-spatiales ? »Bulletin de l’association de géographes français, 99-3 | 2022, 435-457.

Référence électronique

Marie Dagonneau, « Les tiers-lieux en France, laboratoires de nouvelles solidarités socio-spatiales ? »Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 99-3 | 2022, mis en ligne le 20 novembre 2022, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bagf/9973 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.9973

Haut de page

Auteur

Marie Dagonneau

Doctorante à l’Université d’Orléans, au Centre d’Études pour le Développement des Territoires et l’Environnement (CEDETE) – Courriel : marie.dagonneau[at]etu.univ-orleans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search