Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Dossier : Histoire et archives de...Reconstruire l’agency féminine gr...

Dossier : Histoire et archives des femmes à l’époque moderne

Reconstruire l’agency féminine grâce à des archives produites par des hommes : défis et apports pour l’étude des épouses des ministres au temps de Louis XIV

Reconstructing female agency through archives produced by men: challenges and contributions to the study of ministers' wives in the time of Louis XIV
Pauline Ferrier-Viaud

Résumés

Les documents d’archives représentent le cœur du travail historien. Ils sont en premier lieu les « sources » sans lesquelles aucun discours historique ne peut être écrit. Ils sont par conséquent les cibles de l’enquête des chercheurs et chercheuses. Écrire l’histoire des femmes se heurte dans cette perspective de recherche à plusieurs écueils. Cet article propose de rappeler le caractère lacunaire, difficile d’accès, parfois caché, des archives féminines de la France d’Ancien Régime, tout en montrant comment lever le voile apparent qui empêche au premier abord de produire un discours historique solide et étayé. La rareté de ces documents doit en effet être envisagée comme un obstacle à surmonter grâce à quelques réflexes méthodologiques : il s’agit de retrouver la trace des femmes dans les archives, et non de débusquer absolument des archives produites par des femmes. Le caractère lapidaire de formules notariales, ou bien les dépêches d’un mari inquiet, révèlent alors la place des femmes dans leurs couples, dans leurs familles et dans la société française de l’époque moderne.

Haut de page

Texte intégral

1Penser l’histoire des femmes en termes d’archives revient à interroger la pratique historienne elle-même, car il n’est pas d’histoire sans sources, pas de réflexion sans documents, pas de connaissances sans archives. Si tout objet, toute pratique et tout individu a une histoire, l’écriture de celle-ci n’est jamais chose aisée puisque l’historien est toujours tributaire des documents laissés à sa disposition par le temps. Lorsque ces derniers existent, la question de leur conservation et de leur identification, permettant qu’ils soient connus des chercheurs et des chercheuses reste un écueil important, auquel s’ajoutent les conditions de leur accessibilité (état des documents, propriété privée, autorisations). Pourtant, toute production d’un discours historique est la preuve de la capacité des historiens et historiennes à lever ces barrières.

  • 1 François Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Paris, ENS Editions, 2007, p. 29.
  • 2 Annick Tillier (dir.), Des sources pour l’histoire des femmes. Guide, Paris, Bibliothèque nationale (...)
  • 3 Infra, « III. Le silence n’est pas inaction : révéler la capacité d’action féminine sous des plumes (...)
  • 4 Michelle Perrot, Les Femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 2020 (première éd. 19 (...)
  • 5 Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou et Martine Lapied (dir.), Femmes entre ombre et lumière. R (...)
  • 6 F. Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, op. cit., p. 30.

2Si l’histoire des femmes a souffert d’un certain désintérêt jusque dans les années 19601, les recherches actuelles prouvent l’existence de sources qui témoignent autant de l’historicité du fait féminin (correspondances féminines, règlements d’ordres religieux ou encore testaments rédigés par des femmes) que de l’affirmation de la présence des femmes sur la scène sociale à travers des documents jusqu’alors étudiés selon un prisme masculin (contrats de mariage, actes notariés divers, livres de comptes, etc.). Les femmes sont pourtant loin d’être totalement absentes de la documentation disponible ; en témoigne par exemple la publication du guide Des sources pour l’histoire des femmes coordonné par Annick Tillier, examinant les fonds de la Bibliothèque nationale de France2. Cependant, les archives féminines sont plus rares du fait même de leurs conditions d’élaboration : sous l’Ancien Régime, les premiers producteurs de documents, qu’ils soient auteurs ou sujets, sont des hommes. De ce fait, les chercheurs et chercheuses qui souhaitent écrire une histoire des femmes doivent adopter des stratégies méthodologiques particulières, qui visent notamment à travailler des matériaux non proprement féminins3. Ainsi, la production d’une histoire des femmes réclame de relever plusieurs défis, à la fois documentaires, méthodologiques et historiographiques. Sur ce dernier point, l’« invisibilité » des femmes est bien connue : le célèbre titre de Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, rappelle l’enjeu majeur que constitue la recherche dans ce domaine4. Elle n’est pas la seule à insister sur l’absence des femmes dans les travaux historiques. Renate Bridenthal et Claudia Koonz insistent sur l’objectif premier de la production de discours sur les femmes : il s’agit de les rendre visibles en levant le voile d’une historiographie et d’une histoire jusqu’alors entièrement écrites au masculin. De la même manière, plus de vingt années plus tard, l’ouvrage dirigé par Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou et Martine Lapied et intitulé Femmes entre ombre et lumière. Recherches sur la visibilité sociale, montre combien la compréhension des actions féminines et l’affirmation de leur historicité forment un but fondamental pour les chercheurs5. Ces trois ouvrages, pour ne citer qu’eux, ont été écrits et publiés à des périodes différentes (1977 pour Bridenthal et Koonz, 1998 pour Perrot, 2000 pour Dermenjian et alii) ; pendant près de trente ans, l’inégalité de traitement scientifique occupe les discours de celles et ceux qui veulent en terminer avec « la longue surdité de la discipline historique » au sujet des femmes, comme l’écrit à son tour François Thébaud6.

  • 7 À ce titre, il est intéressant de remarquer l’usage du pluriel dans les études des années 1990 (Geo (...)
  • 8  James B. Collins, « The economic role of women in Seventeenth-Century France », French Historical (...)
  • 9 Marcel Bernos et Jean Delumeau, Femmes et gens d’Église dans la France classique : xvii - xviiie si (...)
  • 10 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001 ; Agnès Walch, H (...)

3Aujourd’hui, la présence des femmes ou de leur activité, autant dans la société que dans le cadre de la famille, n’a plus besoin d’être prouvée. Il n’est plus question de savoir si les femmes, quelle que soit leur appartenance sociale ou leur inscription spatio-temporelle, ont eu la capacité d’agir. Les chercheurs et chercheuses s’attachent désormais à comprendre les conditions dans lesquelles les femmes agissent, les domaines qui ont leur faveur et le sens de ces activités à l’aune des rapports de genre. Afin de donner les réponses les plus précises et satisfaisantes possibles, les travaux ont abandonné la démarche globale sur « la femme » ou sur « la condition féminine » pour adopter un cheminement réflexif faisant plus de place au contexte temporel et social7. Il s’agit donc de composer une histoire des femmes grâce à une mosaïque de travaux qui envisagent chacun un groupe féminin singulier, caractérisé par son appartenance sociale, son activité quotidienne, ses responsabilités et son rapport aux hommes. Les recherches en histoire des femmes ont alors investi avec profit les champs d’étude traditionnels, comme l’économie8 ou la religion9, tout en explorant des domaines encore laissés en friche, comme celui du couple et de la famille10. La volonté de rendre les femmes visibles dans l’histoire et dans l’historiographie a conduit à une lecture différente des sources, qui représente une clé essentielle pour la production d’une histoire la plus globalisante possible, car on ne peut envisager d’écrire une histoire des femmes fondée seulement sur des discours féminins ; ceux-ci sont trop peu nombreux, souvent mal conservés ou mal identifiés. Écrire une histoire des femmes réclame donc de composer avec l’aspect lacunaire de la documentation. En outre, il est nécessaire de porter un regard nouveau sur des sources bien connues (actes notariés ou sources judiciaires par exemple), souvent produites par des hommes (correspondances notamment), qui renferment entre les lignes des références claires aux femmes, à leur position sociale, à leurs activités. Il faut alors reconstruire les discours, formuler des hypothèses, compiler des documents afin de révéler des rôles féminins souvent drapés d’un voile masculin. Chercher à dépasser le caractère lacunaire des archives proprement féminines, par une étude de sources masculines dans leurs filigranes, pour y retrouver la présence ou la voix des femmes, représente une façon quelque peu originale de saisir l’objet de recherche.

Accéder aux archives féminines : un défi ? Les lois implacables de la conservation des sources

  • 11 M. Perrot, Les Femmes ou les silences de l’histoire, op. cit., p. 17-23.
  • 12 Ibid., p. 49.
  • 13 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Les femmes à l’époque moderne, Paris, Belin, 2003, p. 68 et p. 221.
  • 14 Pauline Ferrier-Viaud, Épouses de ministres. Une histoire sociale du pouvoir féminin au temps de Lo (...)

4Pour comprendre la rareté des sources proprement féminines, il est utile de poursuivre la lecture de l’ouvrage de Michelle Perrot évoqué plus tôt. L’historienne donne quelques pistes quant à l’invisibilisation des femmes dans les sources historiques, entraînant nécessairement leur absence des discours scientifiques. Elle évoque notamment la persistance de « zones muettes » relatives aux modalités de production des sources et engendrées par une « opacité habituelle » (la femme étant davantage une actrice de l’intimité, laissant par conséquent peu de traces) et par une « opacité des statistiques », qui sont souvent asexuées11. L’incapacité juridique qui s’abat sur les femmes mineures dans la France d’Ancien Régime, particulièrement sur les épouses, est l’un des facteurs de production de ces zones muettes. Puisque l’époux est le premier gestionnaire du patrimoine matériel par exemple, il est logique que sa signature sature l’espace documentaire des actes notariés, alors que celle de l’épouse n’est que rarement obligatoire. Davantage encore, l’effacement du féminin derrière le masculin entraîne une invisibilisation dans les sources statistiques qui visent à dénombrer ou catégoriser la population. Comme le rappelle Michelle Perrot, les recensements sous l’Ancien Régime reposent la notion de « feu » identifié grâce au seul nom du chef de famille ; par conséquent, les membres du foyer voient leur nom passé sous silence, au premier rang desquels les épouses et les filles (exception faite cependant des veuves). En conséquence, les femmes représentent dans l’histoire un monde de silence pour Michelle Perrot, né à la fois des considérations sur l’infériorité supposée des femmes ou sur leur prétendue dangerosité. Un manque de sources évident découle donc de cette absence des femmes sur la scène publique car « les archives publiques taisent les femmes » indique l’historienne12. En effet l’inexistence juridique, qui est le lot des femmes vivant dans le royaume de France entre les xvie et xviiie siècles, entraîne également une inexistence politique qui tient les femmes éloignées des charges administratives (offices de magistrature ou de finances) et des missions de gouvernement (Conseil du roi, secrétariats d’Etat ou charges locales dans les intendances par exemple)13. À cet effet, la dichotomie sans cesse examinée entre privé et public trouve une prégnance certaine lorsque l’on s’intéresse aux épouses d’hommes au service de l’État14. En effet, tandis que les ministres affirment leur présence dans la sphère administrative et politique, leurs femmes semblent inlassablement rejetées dans l’intimité ; or l’intimité produit peu de documents accessibles à l’historien.

5En outre, l’existence, certaine ou supposée, de sources ne signifie pas pour autant que leur identification dans les fonds soit aisée et leur consultation, par conséquent, évidente. En janvier 2015 était organisée sur le site des Archives Nationales une journée d’études ayant pour titre « À double-fonds, les archives des femmes » et interrogeant déjà le rapport entre archives et histoire des femmes. Les chercheurs et chercheuses alors rassemblés évoquaient soit l’existence de fonds spécifiquement constitués autour de figures féminines, soit la façon dont les archives pouvaient se révéler, contre toute attente, être une barrière à la recherche. À ce sujet, Nicole Dufournaud livrait quelques conclusions fort intéressantes dans une communication intitulée : « “Ce qui n’est pas nommé n’existe pas !” La disparition des femmes dans les inventaires à la fin du xixe siècle ». Elle expliquait qu’au cours de ses recherches aux Archives Départementales de Loire-Atlantique, elle avait remarqué la récurrence avec laquelle les femmes avaient été comme « gommées » des inventaires. En effet, alors que l’inventaire portait par exemple la mention d’un acte notarié signé par un homme, elle découvrait en consultant cet acte qu’en réalité celui-ci (et bien d’autres…) avait été signé par l’épouse de l’homme au nom inscrit dans l’inventaire. En effectuant un travail plus approfondi de recherche dans cette direction, Nicole Dufournaud avait pu mettre au jour ces erreurs d’indication dans lesquelles elle lisait une certaine misogynie de la part des archivistes ayant dressé ces inventaires à la fin du xixe siècle. L’inventaire archivistique devenait alors lui-même document d’histoire, permettant de comprendre certains ressorts de la pensée de cette période. Afin de compléter cette interprétation et de ne pas porter une accusation absolue contre les archivistes du xixe siècle, il est important de revenir sur les modalités mêmes de production des actes, qui contribuent à masquer la présence et les actions féminines. En effet, si les archivistes ont pu aisément gommer les noms des femmes, c’est que ces derniers n’apparaissaient pas nécessairement dans les répertoires dressés par les notaires eux-mêmes, non par simple misogynie, mais du fait de l’incapacité juridique féminine. Ainsi, lorsqu’une épouse était amenée à signer un acte, l’autorisation de son mari était nécessaire (autorisation pour signature conjointe, ou octroi d’une procuration). L’invisibilisation des femmes dans les inventaires est ainsi le fruit du statut de mineures accordé aux épouses puisque les actes notariés sont souvent identifiés selon le nom de leur auteur juridique, qui masque une réalité de production plus complexe. La volonté de retrouver des actions féminines se heurte donc parfois à un voile jeté sur les outils permettant d’accéder à la documentation. Cela freine nécessairement le travail historien, mais réclame également du chercheur ou de la chercheuse de savoir reconstituer le fil des volontés des acteurs et les conditions de leurs actions.

  • 15 Archives nationales [désormais AN], 257 AP/3, Dossier 1.
  • 16 Le recours à la correspondance est le fruit de l’éloignement récurrent des deux époux durant les an (...)
  • 17 AN, 257 AP/3, Dossier 1.
  • 18 AN, 257 AP/2, Dossier 3.
  • 19 AN, 257 AP/2, Dossier 2. Marie de Maupeou est l’autrice de trente-cinq lettres conservées et destin (...)
  • 20 Le couple Pontchartrain est singulier dans le cadre de notre étude, car il est le seul pour lequel (...)

6Cette identification contrariée de documents portant la trace d’actions féminines se double souvent d’une mauvaise conservation des archives produites par des femmes, ce qui accentue encore l’impression de silence à leur sujet. À ce propos, l’examen d’un exemple concret issu de notre corpus de recherche consacré aux épouses des ministres est tout à fait éclairant. Il existe en effet une distorsion manifeste dans la conservation des lettres composant la correspondance conjugale de Jérôme de Pontchartrain, secrétaire d’État de la Marine à la fin du règne de Louis XIV, et de son épouse Éléonore-Christine de La Rochefoucauld-Roye15. Cet échange de courriers représente une source majeure pour l’étude des couples ministériels, puisqu’elle donne à lire la teneur des discussions, le ton employé, les sujets de prédilection et permet finalement d’affirmer la place centrale de l’épouse dans la carrière de son mari16. Pour le bonheur des historiens et des historiennes, deux cent deux lettres de Jérôme de Pontchartrain ont été conservées aux Archives Nationales, dans le fonds 257 AP17. Cependant, pour le malheur des spécialistes en histoire des femmes, seules deux lettres de la main de son épouse se trouvent dans le même fonds18. Pourtant, Jérôme de Pontchartrain évoque régulièrement les lettres de sa femme dans ses propres dépêches, montrant que ces dernières n’étaient pas des bouteilles à la mer. La conservation des deux lettres de la main d’Eléonore-Christine de La Rochefoucauld-Roye prouve que les archives féminines ne sont pas inexistantes : les sources ne sont pas absentes, mais plusieurs facteurs viennent compliquer leur accès et donc leur étude par les historiens et historiennes. Il est difficile d’identifier la raison pour laquelle les lettres d’Éléonore-Christine de La Rochefoucauld-Roye ont aujourd’hui disparu, mais plusieurs hypothèses peuvent être avancées. Tout d’abord, Jérôme de Pontchartrain n’a peut-être pas conservé les courriers reçus. Toutefois, cette première hypothèse paraît douteuse de la part d’un homme de plume comme l’est un secrétaire d’État, qui par ailleurs, a conservé la correspondance passive produite par sa mère, Marie de Maupeou, dans les années 169019. Deuxièmement, il faut envisager que les lettres de la main de l’épouse n’ont peut-être pas retenu l’attention des héritiers, au profit de celles rédigées par le mari et chef de famille. Enfin, Hélène Himmelfarb propose une dernière hypothèse qui met en jeu le remariage de Jérôme de Pontchartrain. Après la mort d’Éléonore-Christine de La Rochefoudauld-Roye (1708), ce dernier a en effet contracté une seconde alliance en 1711 avec Hélène Rosalie de l’Aubespine. Pour Hélène Himmelfarb, celle-ci aurait pu se débarrasser des courriers encombrants de la première épouse désormais disparue. Cette hypothèse suppose qu’Hélène de l’Aubespine ait eu accès aux papiers de son mari, ce qui constitue un doute raisonnable ne permettant pas de la valider. En outre, certains documents aujourd’hui conservés dans le fonds Maurepas (257 AP) sont issus de ventes aux enchères effectuées après la dispersion des papiers dans les années 1960. Les lettres d’Eléonore-Christine de La Rochefoucauld-Roye se trouvent donc peut-être aujourd’hui encore entre des mains privées. La formulation de ces quatre hypothèses montre combien l’identification, la conservation et l’accessibilité des archives féminines est un enjeu majeur pour la production du discours historique. Quelle que soit la raison véritable de cette disparité de conservation, pour connaître la place de l’épouse au sein de ce couple singulier20, une lecture en filigrane des lettres du mari est nécessaire, car le silence apparent des sources ou les tricheries des inventaires ne doivent pas décourager l’historien ou l’historienne ; il s’agit d’autant de défis pour une lecture différente des documents produits par les hommes.

Un vacarme documentaire au masculin : lire la subordination féminine dans les sources

  • 21 S. Beauvalet-Boutouyrie, Les femmes à l’époque moderne, op. cit., p. 68.

7Au caractère lacunaire des archives féminines, répond un vacarme documentaire au masculin, puisque les fonds regorgent de documents écrits par des hommes, pour des hommes, au nom d’autres hommes. Pourtant, ces derniers vivent nécessairement entourés de femmes (mères, épouses, filles, nièces, marchandes, fournisseuses, servantes, artisanes…). Cette remarque permet d’adopter un regard nouveau sur ces archives dites masculines, finalement riches en renseignements propices à l’écriture d’une histoire des femmes et du genre. En effet, penser une histoire des femmes de la France moderne implique en réalité de construire une réflexion genrée, qui repose sur l’inégalité de fait qui oppose homme majeur (mari disposant du pouvoir de décision) et femme mineure (épouse « sous puissance de mari21 »). Par ailleurs, dans un souci de méthodologie, il faut insister sur le regard précis que les chercheurs et chercheuses en histoire des femmes doivent adopter pour l’analyse de la documentation. Du fait de sources peu nombreuses ou partielles, il est essentiel de « faire feu de tout bois » en s’attachant aux mots employés, y compris dans des documents écrits par des hommes, pour des hommes. En effet, la présence des femmes est souvent ténue, contenue dans des formules lapidaires ou dans une simple évocation. La recherche ne peut donc faire l’économie d’une lecture en série de documents tels que les actes notariés, qui, au premier abord, ne font pas entendre la voix des femmes.

  • 22 Elie Haddad donne une évaluation chiffrée éclairant la situation : dans la noblesse de robe, un tie (...)
  • 23 Pensons à ce sujet aux études réalisées sur les séparations de biens à la demande de l’épouse, moti (...)
  • 24 Gérard Beaur, « Le contrat de mariage dans les sociétés européennes. Enjeux familiaux et pratiques (...)
  • 25 S. Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, op. cit.
  • 26 Dominique Deslandres, « Les pouvoirs de l’absence. Genre et autorité d’après Marie Guyart de l’Inca (...)

8Ces sources sont à cet égard des outils essentiels pour la compréhension des rapports femmes-hommes, régis par les normes du statut juridique féminin. Les historiens qui ont travaillé sur la condition des femmes dans la France moderne insistent tour à tour sur le caractère strict mais protecteur du statut juridique des femmes, notamment des épouses. En observant les règles définies par la coutume de Paris, qui régit le cadre juridique dans lequel évoluent les couples ministériels sous le règne de Louis XIV, il apparaît que les femmes sont matériellement protégées. En effet, si les épouses ne sont que rarement les gestionnaires de leur fortune, elles en restent les propriétaires et conservent un droit inaltérable sur leurs biens. C’est pourquoi la coutume de Paris prévoit la formation d’une communauté des biens entre les époux, mais également la conservation de propres composés, en valeur, de la majorité de la dot22. L’époux ne dispose alors que d’une gestion déléguée de ces biens, sur laquelle l’épouse conserve un droit de regard23. Enfin, la définition d’un douaire coutumier à prendre sur l’ensemble des biens du mari défunt au moment du veuvage vient compléter ces clauses de protection24. Cependant, un autre regard doit être porté sur la coutume afin d’en comprendre toutes les implications pour la vie quotidienne des femmes. En effet, elle leur est juridiquement défavorable puisqu’elle place les femmes dans une situation de minorité pendant une grande partie de leur existence, exception faite d’un éventuel veuvage leur permettant d’accéder à une existence juridique pleine et entière25. Il est donc impossible pour une femme mineure ou mariée d’ester en justice, de signer un contrat sans autorisation masculine ou de gérer seule des biens autres que ses propres dont le contenu et la valeur ont été définis dans le contrat de mariage. À ce sujet, Dominique Deslandres affirme que « le destin d’une femme [de l’époque moderne] est toujours officiellement lié à celui d’un homme : elle est fille de l’homme dont elle porte le patronyme et qu’elle quitte pour épouser un homme choisi par ses parents afin de devenir mère d’un homme »26. Davantage encore, les épouses voient leur capacité d’action économique et domestique limitée par la volonté masculine, puisqu’elles ne peuvent signer aucun acte sans autorisation préalable du mari.

  • 27 Pour le couple Chamillart, voir Archives départementales de la Sarthe, 1 E et 28 J ; pour le couple (...)
  • 28 Pour le couple Le Tellier, voir le fonds Doudeauville, conservé par la famille de La Rochefoucauld (...)
  • 29 AN, T 164 10, acte d’échanges de terres, 17 octobre 1654.
  • 30 AN, MC/ET/CV/977, acte d’achat de terres, 23 mars 1701.
  • 31 AN, MC/ET/LXIX/438, contrat de mariage de Michel Chamillart et Elisabeth-Thérèse Le Rebours, 25 oct (...)
  • 32 L’ensemble des actes notariés signés par les ministres ou à leur demande n’a pas été retrouvé, empê (...)

9L’analyse de l’économie domestique des couples ministériels repose sur l’examen des actes notariés principalement conservés dans le Minutier Central des notaires parisiens aux Archives nationales, auxquels s’ajoutent des documents de gestion seigneuriale conservés dans plusieurs centres d’Archives départementales27 ou encore entre mains privées28. La compilation de ces documents montre que les ministres sont les premiers administrateurs des biens, qu’ils soient leur propriété, communs au couple ou propres de l’épouse, sans que ces dernières n’y prennent une part quelconque. Parmi ces actes, nous proposons l’étude de deux cas concrets qui manifestent le pouvoir de gestion de l’époux. Trois ans après son mariage, le 17 octobre 1654, Nicolas Fouquet signe avec les religieux de l’abbaye du Jard, située dans le diocèse de Sens, un acte d’échange de terres concernant le lieu-dit Vilerne29. Si, de façon traditionnelle, les titres et fonctions de Nicolas Fouquet sont exposés au début de l’acte (« Monsieur Fouquet, surintendant des finances et procureur général du roi en sa cour de Parlement à Paris »), aucune référence n’est faite à Marie-Madeleine de Castille, sa seconde épouse depuis l’année 1651. Seule la signature du surintendant figure au bas du document. L’acte d’échange ne précise pas si cette terre appartenait en propre à Nicolas Fouquet : ceci expliquerait l’absence de son épouse pour la conclusion de l’affaire. Si ce type d’acte ne doit pas étonner et ne peut servir, seul, d’exemple pour affirmer la non-participation des femmes à la gestion domestique, il est utile de le mettre en exergue afin de comprendre quelles possibilités d’administration du patrimoine se présentaient aux époux. Dans ce cas, malgré un investissement certain de la part de Nicolas Fouquet dans les affaires financières de l’État en sa qualité de surintendant, ce dernier choisit de ne rien déléguer et de signer, seul, le document utile à la fructification de ses biens. Autre exemple, choisi volontairement parmi les papiers d’un autre couple ministériel : le 23 mars 1701, Michel Chamillart, alors contrôleur général des Finances et secrétaire d’État de la Guerre, achète « une place de terre de cinq toises sur toute sa profondeur de vingt toises environ, sise à Paris »30. Le vendeur est Pierre Bellay, originaire de Blois, dont l’épouse est nommée dans l’acte qui précise d’ailleurs qu’elle a été « de lui autorisée ». Néanmoins, il s’agit de la seule femme citée dans le document : Élisabeth-Thérèse Le Rebours, épouse de Michel Chamillart, ne prend pas part à la transaction ni à la rédaction du document qui l’officialise. Pourtant, le couple Chamillart est commun de biens selon le contrat de mariage signé le 25 octobre 168031, et aucune séparation n’a été établie. Par conséquent, l’achat de cette terre concerne le mari comme sa femme dans une perspective stricte de propriété. Néanmoins, l’écrasante capacité juridique masculine semble ici s’exprimer, au détriment d’une épouse laissée loin de la gestion du patrimoine. Dans ces deux exemples d’ailleurs, l’effacement des épouses vis-à-vis de la gestion des biens doit être envisagé dans le cadre de l’affirmation de la puissance du mari dans la société patriarcale qu’est la France du xviie siècle32.

  • 33 AN, MC/ET/XLIII/38, déclaration du couple Loménie de Brienne à Louis d’Eaubonne, 1er décembre 1642.
  • 34 AN, MC/ET/LI/228, constitution de Madeleine Fabri, procuratrice de Pierre Séguier, à Pierre Goury, (...)
  • 35 AN, Y 191, fol. 439, donation d’une rente à Marie Payen par Hugues de Lionne et son épouse Paule Pa (...)
  • 36 AN, Y 196, fol. 190v, donation de la terre et seigneurie du Grand Anvers par Fouquet et son épouse (...)

10Cependant, il n’en va pas de même pour l’ensemble des actes notariés. Ainsi, en 1642, c’est le couple de Loménie de Brienne dans son intégralité, mari et femme, qui signe une déclaration de paiement : « Haut et puissant seigneur Henri-Auguste de Loménie comte de Brienne […] et haute et puissante dame Louise de Béon du Massez son épouse de lui suffisamment autorisée », indique le protocole du document33. La formulation notariale est stéréotypée et nombreux sont les actes notariés qui l’emploient, avec quelques variantes : « son épouse qu’il autorise à l’effet des présentes34 », « épouse de lui autorisée à l’effet des présentes35 », « son épouse de lui suffisamment autorisée à l’effet des présentes36 ». Toutes ces variations discursives montrent que l’épouse peut être associée à son époux dans l’administration de la fortune du couple, selon l’autorisation clairement énoncée par ce dernier auprès du notaire. La capacité d’action économique des épouses est donc inhérente à la formulation d’une autorisation par le mari ; ramenant toujours les femmes à une situation de dépendance juridique. Cette association ponctuelle dans le cadre de la communauté des biens permet à l’historien ou à l’historienne de révéler la trace des épouses dans les archives notariales et d’en tirer des conclusions. Premièrement, l’évocation de l’épouse est une conséquence de sa capacité de propriété : elle possède ses biens propres et ceux entrés dans la communauté, même si elle ne peut les gérer seule. L’autorisation confiée par le mari représente donc un rempart contre l’inexistence juridique féminine, car l’époux seul peut prendre la décision d’associer ou non son épouse à la gestion domestique. Par conséquent, la collaboration conjugale lisible dans l’expression de l’autorisation maritale, prend toujours naissance dans le cadre d’une société patriarcale. Si l’existence juridique de l’épouse est réelle au moment de la signature de l’acte, elle n’est que ponctuelle, et la formulation notariale de l’autorisation rappelle dans sa forme le caractère limité de la capacité d’action économique de l’épouse.

11La compilation de ce type de sources permet de faire émerger une présence finalement têtue des épouses qui, si elle n’est pas immédiatement remarquable car limitée à la seule citation de leur nom, doit interroger. Dans ces conditions, l’expression « épouse autorisée », si courte qu’elle soit, apparaît essentielle et révélatrice d’un certain fonctionnement conjugal dans la France moderne. L’autorisation revêt deux formes opposées et complémentaires dans le contexte juridique et social de la coutume de Paris. Tout d’abord, elle est révélatrice de l’insistante subordination féminine que la formule rappelle parfaitement. Mais l’autorisation masculine offre la possibilité d’une association des conjoints au sein de l’économie domestique, laquelle ouvre aux épouses les portes d’une activité gestionnaire les faisant émerger de la passivité dans laquelle semblent les plonger les règles de la coutume de Paris.

Le silence n’est pas inaction : révéler la capacité d’action féminine sous des plumes masculines

  • 37 M. Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, op. cit. , p. 25.
  • 38 Terme-clé des théories féministes anglo-saxonnes, développé dans les années 1980-1990, le concept a (...)

12Michelle Perrot le remarque elle-même dans son ouvrage de 1998 : les silences de l’histoire des femmes sont davantage des silences de l’historiographie que des sources37. Si celles-ci sont parfois mal conservées ou dispersées, et si les mentions faites aux femmes dans les documents sont souvent ténues et révélées par des plumes masculines, cela ne signifie nullement que les femmes sont absentes des archives. Les correspondances, les comptes, les actes notariés foisonnent en réalité de la présence des femmes, mais celle-ci réclame de l’historien une lecture particulière afin d’être révélée. Si de nombreux actes notariés sont la preuve de l’implacable condition juridique féminine, certains invitent au contraire à affirmer la puissance d’action des épouses, exprimée d’abord par les sociologues sous le vocable d’agency38. Le concept ne renvoie pas seulement à l’action elle-même ; elle met en valeur les modalités de l’action en considérant la possibilité offerte à l’individu d’agir librement ou non. En effet, l’agency doit être comprise comme la volonté d’agir des individus malgré les contraintes, avec les contraintes, au sein des contraintes qui s’imposent à eux. Nous avons rappelé plus tôt quelles sont celles que connaissent les épouses dans la France moderne, particulièrement lorsqu’elles vivent sous la coutume de Paris. La capacité d’action de ces dernières est donc très largement enserrée par leur inexistence juridique. Cependant, certaines sources permettent de relativiser cette incapacité, au premier rang desquelles se trouvent les procurations.

  • 39 AN, MC/ET/LXXV/120, procuration de Michel Le Tellier en faveur de son épouse Elisabeth Turpin, 20 a (...)

Par devant les notaires garde-notes du roi notre sire au Châtelet de Paris soussignés, fut present en sa personne messire Michel Le Tellier […], lequel a fait et constitué sa procuratrice generale et speciale dame Élisabeth Turpin son épouse […]. À laquelle dame le seigneur constituant donne pouvoir et puissance de regir et gouverner tout et chacun de leurs biens39.

  • 40 AN, MC/ET/LXXV/92, 16 mai 1656 ; AN, MC/ET/LXXV/95, 13 mai 1657 ; AN, MC/ET/LXXV/99, 1er avril 1658 (...)
  • 41 Benoît Grenier, « “Sans exceptions ni réserve quelconques”. Absence des hommes et pouvoir des femme (...)

13Élisabeth Turpin a épousé Michel Le Tellier en 1629 ; alors que ce dernier est nommé secrétaire d’État de la Guerre en 1643, il confie régulièrement à son épouse la gestion de leurs biens, par la signature de nombreuses procurations, particulièrement dans les moments où le service de l’État se fait plus pressant40. Élisabeth Turpin est alors l’une des quatre épouses de ministres à bénéficier de procurations, sur un groupe formé par vingt-sept femmes. Ce chiffre permet de mettre en perspective l’usage des procurations, qui reste soumis à la seule volonté de l’époux. Ceci ne retire rien à la signification de ce type de documentation : il s’agit d’une translation ponctuelle d’autorité juridique et économique sur les biens du mandataire. Pour la femme mariée, la procuration a donc une importance considérable, puisqu’elle lui confère une capacité juridique qui lui était jusqu’ici interdite. Cette possibilité d’action nouvelle des épouses procuratrices est lisible dans le texte normé des actes rédigés par les notaires, dont l’analyse permet de déceler les cinq types de responsabilités qui peuvent désormais reposer sur elles. Premièrement, les procuratrices doivent administrer les biens meubles et immeubles, c’est-à-dire effectuer les ventes, achats et affermages nécessaires. Cette autorité est totale, le texte indiquant que le mandataire « donne pouvoir puissant de régir et gouverner tous et chacun de leurs biens ». Deuxièmement, elles doivent recevoir les paiements et loyers des biens loués, notamment ceux dont elles ont signé les baux : « recevra toutes les sommes [...] et loyers qui leur sont dus ». La gestion des biens comporte donc une dimension purement financière et comptable. Troisièmement, en conséquence du droit précédent, elles doivent tenir à jour les quittances, c’est-à-dire les actes qui notifient que les loyers et dettes ont été réglés. Il est alors impératif que les épouses suivent les affaires et leur évolution financière de manière régulière et ordonnée. Quatrièmement, elles doivent elles-mêmes faire les baux et échanges concernant les biens du couple. Enfin, un plus long paragraphe expose les actions qu’elles peuvent mener en justice pour défendre lesdits biens. L’acte de procuration est véritablement un moyen d’effacer temporairement l’incapacité juridique féminine. En effet, chaque interdiction pesant sur les épouses est levée : impossibilité de signer un contrat, de recevoir des sommes d’argent ne correspondant pas à ses propres, de se présenter et de témoigner en justice. Ce pouvoir d’agir englobe l’ensemble de l’économie domestique et prouve que « l’incapacité juridique des femmes mariées ne se fonde pas sur leur absence présumée de “raison”, mais plutôt sur la nécessité de hiérarchiser le pouvoir au sein de la famille » ainsi que l’affirme Benoît Grenier41. Les procurations sont donc des sources de premier ordre pour approcher l’agency féminine dans la France moderne. Pourtant, elles sont rédigées par des hommes (les notaires) à la demande d’autres hommes (les époux) et ne sont donc pas à proprement parler des « archives féminines ». Plus encore, dans la procédure de rédaction de l’acte, les femmes semblent passives (elles sont choisies par leurs époux, elles sont citées par les notaires, elles reçoivent des responsabilités qui s’imposent à elles). La lecture analytique de l’acte permet de l’envisager sous un angle bien différent : la procuration est une porte ouverte sur une capacité d’action économique et domestique au féminin, qui doit engager l’historien ou l’historienne à rechercher les actes notariés ensuite signés par les épouses comme autant de mises en œuvre de leur agency.

14De la même façon le défaut de conservation des lettres d’Éléonore-Christine de La Rochefoucauld-Roye, épouse de Jérôme de Pontchartrain, implique d’effectuer une lecture des dépêches de ce dernier « en creux » ou « en négatif » pour emprunter le langage photographique, car ces lettres s’insèrent dans une véritable correspondance au caractère dialogué évident. Par conséquent, l’analyse de cette correspondance demande de l’envisager comme un échange permanent dont nous avons perdu les réponses. La lecture suivie des courriers permet de faire émerger quatre sujets principalement abordés par le couple : l’expression de l’amour conjugal et de l’inquiétude, les discours à propos de la parentèle, les récits du quotidien politique et ses corollaires, les nouvelles de la cour dans leur globalité. Ainsi, l’épouse est entretenue de sujets qui ne renvoient pas seulement à la sphère familiale et domestique ; elle accède à la réalité du « métier » de secrétaire d’État de son époux, entre service du roi et affaires de la cour. De ce fait, Éléonore-Christine devient une véritable confidente et conseillère pour son époux, bien accablé par la tâche qui lui incombe :

  • 42 AN, 257 AP 3, dossier 1, 6 août.

Ce matin conseil des Finances pour moi à midi. Léger est arrivé de Toulon après dîner. Les comptes de l’Ordre de Saint Louis arrêtés chez mon père sur le soir. Visite de Monsieur de Maisons et autres. Le tout, sans compter mes occupations et autres vous persuaderont aisément que je n’ai pas eu de temps de reste42.

  • 43 AN, 257 AP 3, dossier 1, 30 septembre.
  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid.
  • 46 S. Beauvalet-Boutouyrie, Les femmes à l’époque moderne, op. cit., p. 68.
  • 47 Lucien Bély, Les secrets de Louis XIV. Mystères d’État et pouvoir absolu, Paris, Tallandier, 2013.
  • 48 Pour une analyse plus approfondie de cette correspondance et mieux saisir la place de l’épouse, voi (...)

15L’emploi du temps du secrétaire d’État est fort rempli, puisqu’il a la responsabilité de la ville de Paris, des services domestiques attachés à la personne du souverain, de la maison militaire du roi, des institutions scientifiques et artistiques établies à Paris, des affaires du clergé, de la marine, des galères, du commerce (notamment avec l’outre-mer) et des colonies. Jérôme de Pontchartrain n’hésite pas à transmettre à son épouse des informations relatives à ses occupations ministérielles et curiales, en lui envoyant des documents qu’il lui demande avec insistance de consulter. Ces papiers sont de plusieurs natures : gazettes et lardons, listes des charges vacantes, nominations et invités de Marly (afin qu’elle connaisse les effets de la faveur royale), et courriers reçus dans le cadre des fonctions de secrétaire d’État. Si les deux premières catégories de documents ne doivent pas étonner, du fait de leur caractère purement informatif et divertissant, la transmission d’informations confidentielles concernant le service du roi peut davantage surprendre. L’absence de conservation d’autres correspondances conjugales ministérielles nous empêche de trancher sur le caractère normé ou singulier de ces échanges. Les choix de Pontchartrain vis-à-vis de son épouse gardent donc leur valeur d’exemple, sans pouvoir être généralisés. Néanmoins, l’existence même de ces dépêches et leur contenu constitue une preuve de la possibilité d’une discussion conjugale, voire d’une concertation, que la distance même ne saurait interrompre. Pour autant, Jérôme de Pontchartrain a conscience de la transgression qu’il commet alors, puisqu’il insiste à plusieurs reprises sur la nécessité de la discrétion : « Il ne faut pas que vous en sachiez rien [sic] et même si on vous en parle faites l’ignorante43 », ou encore « je vous envoie un mémoire que je vous prie de lire. Nous en parlerons ensemble la prochaine fois, n’en faites cependant aucun usage je vous prie44 », « n’en parlez pas s’il vous plaît absolument. Je vous en dirai le détail quand je vous verrai45 ». Du point de vue méthodologique, cette transmission d’informations permet une interprétation en creux du rôle de l’épouse et du fonctionnement conjugal. La répétition de cette transmission d’informations est une preuve de l’activité supposée de la dame. Celle-ci doit certainement y trouver une source d’information utile pour mieux comprendre le métier de secrétaire d’État puisque Jérôme de Pontchartrain persiste à lui envoyer les gazettes et les courriers qu’il reçoit. Faisant d’Éléonore-Christine sa confidente, le ministre transgresse les normes juridiques, sociales et politiques de son temps. En effet, Éléonore est une femme et en tant que telle, elle devrait être tenue à l’écart des charges de gouvernement46 ; la décision de Jérôme de partager avec elle des informations confidentielles la fait entrer dans le secret du gouvernement, si cher à Louis XIV47, si bien que des affaires d’État entrent dans la sphère conjugale. La disparition des lettres d’Eléonore-Christine nous prive d’un avis clair sur sa position dans cet échange : n’était-elle qu’un réceptacle passif des informations transmises par son mari ? Au contraire, émettait-elle des avis ou formulait-elle des conseils ? Il est bien mal aisé de l’affirmer. Néanmoins, un fait d’importance est révélé par l’attitude épistolaire de Jérôme de Pontchartrain : les sphères privées et publiques, masculines et féminines, ne sont pas absolument étanches. En outre, la lecture en filigrane et en continu des lettres de l’époux permet de reconstruire la position de l’épouse au sein du couple, bien loin des images de passivité attachées à la condition féminine dans la France moderne48.

Conclusion

16Faire de l’histoire des femmes est parfois un véritable défi du point de vue archivistique. Les documents retrouvés ne font pas nécessairement entendre la voix des femmes étudiées ; pourtant, notamment dans une perspective d’histoire du genre, il est nécessaire d’envisager l’étude de sources masculines pour accéder à la fois à la réalité de l’agency féminine et aux représentations de cette capacité d’action dans les mentalités de la période analysée. En réalité, la nécessité de passer par le truchement de sources produites par les époux représente une chance heuristique, puisqu’elle permet d’envisager non seulement une histoire des femmes, mais également une histoire du couple et du fonctionnement conjugal.

Haut de page

Notes

1 François Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Paris, ENS Editions, 2007, p. 29.

2 Annick Tillier (dir.), Des sources pour l’histoire des femmes. Guide, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2004.

3 Infra, « III. Le silence n’est pas inaction : révéler la capacité d’action féminine sous des plumes masculines. »

4 Michelle Perrot, Les Femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 2020 (première éd. 1998).

5 Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou et Martine Lapied (dir.), Femmes entre ombre et lumière. Recherches sur la visibilité sociale (xvie-xixe siècles), Paris, Publisud, 2000.

6 F. Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, op. cit., p. 30.

7 À ce titre, il est intéressant de remarquer l’usage du pluriel dans les études des années 1990 (Georges Duby et Michelle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, 1991-1992.) tandis que les premières tentatives de synthèse utilisaient le singulier dans leur titre (Pierre Grimal (dir.), Histoire mondiale de la femme, Paris, Nouvelle librairie de France, 1965-1967).

8  James B. Collins, « The economic role of women in Seventeenth-Century France », French Historical Studies, 16/2 (1989), p. 436-470 ; Evelyne Berriot-Salvadore, « Rôle féminin dans la bourgeoisie d’affaires du xvie siècle », dans Yvonne Knibiehler et al., Marseillaises. Les Femmes et la ville, Paris, Côté-Femmes, 1993, p.210-218 ; Martine Cocaud et Dominique Godineau (dir.), Travail, femmes et genre, dossier de : Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 114/3 (2007).

9 Marcel Bernos et Jean Delumeau, Femmes et gens d’Église dans la France classique : xvii - xviiie siècle, Paris, les Éditions du Cerf, 2003.

10 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001 ; Agnès Walch, Histoire du couple en France, Rennes, Éditions Ouest-France, 2003.

11 M. Perrot, Les Femmes ou les silences de l’histoire, op. cit., p. 17-23.

12 Ibid., p. 49.

13 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Les femmes à l’époque moderne, Paris, Belin, 2003, p. 68 et p. 221.

14 Pauline Ferrier-Viaud, Épouses de ministres. Une histoire sociale du pouvoir féminin au temps de Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2022.

15 Archives nationales [désormais AN], 257 AP/3, Dossier 1.

16 Le recours à la correspondance est le fruit de l’éloignement récurrent des deux époux durant les années que durent leur mariage, entre 1697 et 1708. En effet, Jérôme de Pontchartrain, ministre et fils de ministre, doit vivre à proximité du souverain qu’il conseille sur les questions maritimes, commerciales et coloniales. Mais Éléonore-Christine de La Rochefoucauld-Roye ne peut supporter les exigences de la vie curiale du fait d’une maladie gynécologique récurrente et particulièrement douloureuse ; voir Pauline Ferrier-Viaud, « Politique informelle et conjugalité : stratégies de couple et confidences dans la correspondance privée de Jérôme de Pontchartrain (1697-1708) », Parlement[s], Revue d'histoire politique, HS 14 (2019/2), p. 43-64 [En ligne : https://www.cairn.info/revue-parlements-2019-2-page-43.htm].

17 AN, 257 AP/3, Dossier 1.

18 AN, 257 AP/2, Dossier 3.

19 AN, 257 AP/2, Dossier 2. Marie de Maupeou est l’autrice de trente-cinq lettres conservées et destinées à son fils Jérôme de Pontchartrain, alors que ce dernier est en voyage de formation dans les ports français, afin d’obtenir le secrétariat d’État à la Marine.

20 Le couple Pontchartrain est singulier dans le cadre de notre étude, car il est le seul pour lequel une correspondance conjugale a été retrouvée à ce jour.

21 S. Beauvalet-Boutouyrie, Les femmes à l’époque moderne, op. cit., p. 68.

22 Elie Haddad donne une évaluation chiffrée éclairant la situation : dans la noblesse de robe, un tiers seulement de la dot entre dans la communauté ; dans la noblesse ancienne, le taux est encore plus faible, atteignant 20 % après 1660 (Elie Haddad, « Rôles et place des femmes dans les maisons nobles xvie- xviiie siècles », Séminaire « Société et pouvoir » dirigé par Fanny Cosandey et Robert Descimon, EHESS, 12 décembre 2014).

23 Pensons à ce sujet aux études réalisées sur les séparations de biens à la demande de l’épouse, motivées par une gestion délétère du mari. Il est question pour les femmes de pouvoir vivre dignement grâce aux fruits de leur fortune, mais également (et surtout) de transmettre en ligne matrilinéaire à leurs héritiers les biens confiés par leurs parents au moment du mariage, la dot étant d’ailleurs considérée comme une avance d’hoirie. Voir Alain Lottin (dir.), La Désunion du couple, Villeneuve-d’Asq, Presses Universitaires du Septentrion, rééd. 2019, chapitres 5 et 7 [p. 105-122 et p. 135-162] ; Marie Landelle, La Séparation de biens dans la haute société parisienne au milieu du xviiie siècle (1730-1761), thèse pour le dipl. d’archiviste paléographe, École nationale des chartes, 2012.

24 Gérard Beaur, « Le contrat de mariage dans les sociétés européennes. Enjeux familiaux et pratiques des acteurs », Annales de démographie historique, 121 (2011), p. 5‑21.

25 S. Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, op. cit.

26 Dominique Deslandres, « Les pouvoirs de l’absence. Genre et autorité d’après Marie Guyart de l’Incarnation », dans Benoît Grenier et Emmanuelle Charpentier, Femmes face à l’absence, Bretagne et Québec (xvii - xviiie siècles), Québec, CIEC, 2015, p. 5‑14 dont p. 5.

27 Pour le couple Chamillart, voir Archives départementales de la Sarthe, 1 E et 28 J ; pour le couple Pontchartrain (Louis), voir Archives départementales des Yvelines, 48 J ; pour le couple de Louvois, voir Archives départementales de l’Yonne, 3 J.

28 Pour le couple Le Tellier, voir le fonds Doudeauville, conservé par la famille de La Rochefoucauld (Ernest Coyecque et Jean Monicat, Inventaire des archives Doudeauville au château de Bonnétable, dactyl., 1929).

29 AN, T 164 10, acte d’échanges de terres, 17 octobre 1654.

30 AN, MC/ET/CV/977, acte d’achat de terres, 23 mars 1701.

31 AN, MC/ET/LXIX/438, contrat de mariage de Michel Chamillart et Elisabeth-Thérèse Le Rebours, 25 octobre 1680.

32 L’ensemble des actes notariés signés par les ministres ou à leur demande n’a pas été retrouvé, empêchant une évaluation statistique du recours à l’association de l’épouse. Cependant, on peut affirmer que cette modalité de gestion conjointe des biens est davantage sollicitée que la délégation par procuration, qui concerne quatre épouses du groupe d’étude, sur vingt-sept au total.

33 AN, MC/ET/XLIII/38, déclaration du couple Loménie de Brienne à Louis d’Eaubonne, 1er décembre 1642.

34 AN, MC/ET/LI/228, constitution de Madeleine Fabri, procuratrice de Pierre Séguier, à Pierre Goury, 7 février 1650.

35 AN, Y 191, fol. 439, donation d’une rente à Marie Payen par Hugues de Lionne et son épouse Paule Payen, 6 novembre 1654.

36 AN, Y 196, fol. 190v, donation de la terre et seigneurie du Grand Anvers par Fouquet et son épouse à Gilles Fouquet, 10 décembre 1658.

37 M. Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, op. cit. , p. 25.

38 Terme-clé des théories féministes anglo-saxonnes, développé dans les années 1980-1990, le concept a connu un premier traitement scientifique à l’aune du genre sous la plume de Pierre Bourdieu avant d’être utilisé et défini dans les travaux historiques, voir Anne Montenach, « Agency, un concept opératoire dans les études de genre ? Introduction », Rives Méditerranéennes, 41 (2012), p. 7-10.

39 AN, MC/ET/LXXV/120, procuration de Michel Le Tellier en faveur de son épouse Elisabeth Turpin, 20 août 1663.

40 AN, MC/ET/LXXV/92, 16 mai 1656 ; AN, MC/ET/LXXV/95, 13 mai 1657 ; AN, MC/ET/LXXV/99, 1er avril 1658 ; AN, MC/ET/LXXV/10, 25 avril 1658 ; AN, MC/ET/LXXV/120, 16 mai 1663 ; AN, MC/ET/LXXV/104, 28 juillet 1659 ; AN, MC/ET/LXXV/123, 20 août 1663 ; pour une étude plus approfondie de ces procurations, voir P. Ferrier-Viaud, Epouses de ministres, op. cit., p. 75-87.

41 Benoît Grenier, « “Sans exceptions ni réserve quelconques”. Absence des hommes et pouvoir des femmes à Québec au xviiie siècle », dans Femmes face à l’absence, Bretagne et Québec (xviie- xviiie siècles), Montréal, CIEC, 2015, p. 29-38 dont p. 32.

42 AN, 257 AP 3, dossier 1, 6 août.

43 AN, 257 AP 3, dossier 1, 30 septembre.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 S. Beauvalet-Boutouyrie, Les femmes à l’époque moderne, op. cit., p. 68.

47 Lucien Bély, Les secrets de Louis XIV. Mystères d’État et pouvoir absolu, Paris, Tallandier, 2013.

48 Pour une analyse plus approfondie de cette correspondance et mieux saisir la place de l’épouse, voir P. Ferrier-Viaud, « Politique informelle et conjugalité », art. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Ferrier-Viaud, « Reconstruire l’agency féminine grâce à des archives produites par des hommes : défis et apports pour l’étude des épouses des ministres au temps de Louis XIV »Bulletin de l’Association des historiens modernistes des universités françaises [En ligne], 43 | 2023, mis en ligne le 01 septembre 2023, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/bahmuf/291 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bahmuf.291

Haut de page

Auteur

Pauline Ferrier-Viaud

Pauline Ferrier-Viaud est docteure en histoire et maîtresse de conférences à l’Université d’Artois. Ses recherches s’insèrent dans les champs de l’histoire des femmes, du genre, du couple et de la famille dans la France moderne. Elle est l’autrice d’une thèse consacrée aux épouses des ministres publiée en 2022 aux éditions Champ Vallon et pensée comme une histoire sociale du politique mettant en jeu la capacité d’action féminine au prisme des carrières masculines.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search