Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursVol. 17 n° 2 | 2022 - Mutations é...

Vol. 17 n° 2 | 2022 - Mutations économiques en Europe du sud-est à l’époque contemporaine : acteurs et lieux

Date limite de soumission des articles : 1er septembre 2021

Ce dossier thématique propose une étude pluridisciplinaire des dynamiques économiques dans l’Europe du sud-est depuis les débuts de l’inclusion de cette région dans la « civilisation industrielle » au XVIIIe siècle (Stoianovich, 1971). Une nouvelle division sociale du travail s’amorce alors : les élites économiques commencent à tirer des profits d’une main d’œuvre formellement libre au sein des usines. Ces élites s’en remettent aux gouvernants pour la promotion du développement industriel. Les appareils étatiques en voie de consolidation commencent en effet à réguler des sphères de plus en plus étendues de la vie économique : ils organisent la production agricole et la distribution de biens alimentaires pendant les guerres mondiales et promeuvent des plans de réforme agraire dans les années 1920. Les diplomaties des pays d’Europe orientale continuent de se mobiliser pour créer des espaces de coopération commerciale durant l’entre-deux-guerres. Sur la longue durée, nous observons une levée progressive des barrières à la marchandisation de la propriété foncière et au mouvement des marchandises et des travailleurs. Elle commence avec la croissance du commerce transfrontalier entre les territoires ottomans et austro-hongrois de la péninsule balkanique (Gavrilović, 1969). Elle se poursuit avec l’abandon des économies socialistes planifiées et la transformation radicale des réseaux financiers et commerciaux.

Par l’étude de cas individuels, ce dossier vise à montrer comment des entrepreneurs concourent, par des initiatives dont on entend reconstruire précisément l’échelle spatiale, à étendre la civilisation industrielle aux Balkans. Tirée de la géographie du commerce (Desse et Lestrade, 2016), la notion de « mutation » permet de retracer des évolutions mineures sur de courts laps de temps. De plus, cette notion permet de déceler les causes de l’extension continue et des contractions temporaires des marchés, en particulier par l’examen des accumulations diachroniques des évolutions identifiées. Notre approche, qui embrasse différents domaines des sciences sociales, entend se soustraire aux monismes temporels et causals de la « transitologie ». En montant en généralité à partir de données empiriques issues de cas d’étude spécifiques, nous visons à saisir les transformations économiques à partir de leur caractère relationnel (Grendi, 2009).

Quels sont les mécanismes qui génèrent des changements ? Comment s’articulent les structures socio-économiques et les initiatives individuelles des entrepreneurs ? L’action combinée des structures et des initiatives individuelles orientées vers l’accumulation du capital conduit-elle à un processus de « destruction créatrice » (Schumpeter, 1942) ? L’adaptation au commerce international et aux politiques économiques des États a souvent été décrite comme le trait distinctif des entrepreneurs. Cependant, si l’on examine les entreprises des marchands-compradors ottomans (Vitalis, 1997) ou des privatnici yougoslaves (Žikić, 2007), il y a bien plus que la recherche de profit tiré, respectivement, de l’intégration d’une économie périphérique à la fin du XIXe siècle ou des privatisations des années 1990. Les affaires individuelles ne sont guidées ni par les concepts inspirateurs de la politique étatique ni par ses critères d’évaluation. Il est nécessaire de considérer les applications des idéaux-types de l’action rationnelle en finalité et de l’action rationnelle en valeur (Weber, 1892). Opérant à l’intérieur de réseaux de dépendance réciproque, les entrepreneurs peuvent se présenter comme des porteurs de valeurs éthiques. Engagés dans des conflits pour acquérir du pouvoir sur des secteurs du marché ou pour contrôler le lieu de travail, ces acteurs sociaux développent de nouveaux cadres culturels et cognitifs, faisant également varier les techniques de vente héritées des traditions du capitalisme familial (Davidova, 2017). En fixant notre regard sur ces traditions, nous observerons comment des capitaux économiques et sociaux cumulés se diversifient pour engendrer de nouveaux idéaux-types, et ceci des négociants qui deviennent entrepreneurs au XIXe siècle aux micro-entrepreneurs et entrepreneuses contemporains. C’est en considérant ces tournants dans la longue durée qu’il sera possible d’identifier des continuités dans les pratiques entrepreneuriales et économiques, au-delà des ruptures d’ordre politique.

Les mutations s’opèrent également à travers les lieux dans lesquels les entrepreneurs agissent. Étudier les mutations économiques dans leur spatialité, c’est saisir des pratiques d’acteurs donnés dans des lieux précis. Des mutations prennent forme dans ces espaces, mais les espaces eux-mêmes impulsent et véhiculent des mutations. Les mutations peuvent ainsi être repérées dans les nouvelles initiatives d’une maison de commerce d’un port ottoman ou habsbourgeois, dans les transformations d’une usine pendant les années 1930, en retraçant le destin d’une échoppe juive pendant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi dans l’introduction d’un supermarché “moderne” à l’époque socialiste, ou dans des projets d’aménagement financés par des acteurs moyen-orientaux, asiatiques ou européens dans la région ces trente dernières années. Nous souhaitons aussi questionner la façon dont les espaces publics ou l’environnement sont affectés ou se recomposent à travers les mutations économiques.

Dans une optique d’analyse microsociologique, nous entendons questionner les trajectoires et les biographies individuelles et familiales d’entrepreneurs. Nous souhaitons aussi mettre en lumière la place de l’éthique ou de l’enracinement local des acteurs économiques. Au-delà du capital économique des acteurs, nous nous focaliserons sur leur capital social, les cultures d’entreprise, la manière dont ils façonnent leur environnement ou suscitent débats et controverses dans la société, sur la mise en place de réseaux de bienfaisance, ou encore sur leur rôle dans la diffusion d’idéologies nationales, religieuses ou sociales.

Ce dossier rassemblera des articles issus de travaux de recherche originaux sur les mutations économiques que la péninsule balkanique a connues depuis la fin du XIXe siècle. Les données pourront se baser sur un terrain de recherche, des travaux en archives ou être obtenues par des méthodes alternatives que les auteurs seront invités à expliciter. Nous aimerions aussi proposer des pistes de réflexion sur les méthodes qui ont pu être utilisées dans la recherche en sciences sociales lors de l’actuelle crise sanitaire où les terrains ont été difficiles à mettre en œuvre. Enfin, une partie du dossier accueillera des réflexions méthodologiques sur nos axes de recherche (acteurs et lieux des mutations économiques), recueillies lors d’entretiens menées auprès de chercheurs et d’entrepreneurs, passant en revue des méthodes consolidées dans la littérature sur la région, ainsi que des comptes rendus de terrain des chercheurs et chercheuses.

Soumission des propositions

Les propositions de contributions en langue française ou anglaise doivent être envoyées par courriel à Andrea Umberto Gritti (au.gritti@gmail.com), Milana Čergić (milana.cergic@gmail.com), Mehdi Belasri (m.belasri2020@gmail.com), les coordinateurs du dossier, le 1er septembre 2021 au plus tard. Elles comporteront le titre, un résumé (500 mots maximum), cinq mots-clés, une brève notice bio-bibliographique et les coordonnées de l’auteur. Les auteurs seront informés de la sélection des propositions par les coordinateurs par courriel en octobre 2021. Les auteurs dont les propositions seront retenues devront remettre leur article au 15 décembre 2021 dernier délai. Les articles seront ensuite soumis à une évaluation par les pairs en double aveugle. Les auteurs auront alors un mois pour intégrer les commentaires, les critiques et les suggestions. La publication est prévue en décembre 2022.

Bibliographie

Davidova, Evguenia, 2012, Balkan Transitions to Modernity and Nation-States: Through the Eyes of Three Generations of Merchants (1780s–1890s), Leiden and Boston, Brill.

Desse, René-Paul et Sophie Lestrade, 2016, Mutations de l’espace marchand, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Gavrilović, Slavko, 1969, Prilog istoriji trgovine i migracije Balkan-Podunavlje XVIII i XIX stoleća, Beograd, Srpska akademija nauka i umetnosti.

Grendi, Edoardo, 2009, « Micro-analyse et histoire sociale », Écrire l’histoire 3 : 67-80.

Guiheux, Gilles et Alina Surubaru, 2014, « Entrepreneurs des transitions », dans Pierre-Marie Chauvin éd., Dictionnaire sociologique de l’entrepreneuriat. Paris, Presses de Sciences Po: 216-227.

Schumpeter, Joseph, 2000 [1942], Capitalism, socialism and democracy, London and New York, Routledge.

Stoianovich, Traian, 1971, “Material Foundations of Preindustrial Civilization in the Balkans”, Journal of Social History 4 (3) : 205-262.

Vitalis, Robert, 1990, “On the Theory and Practice of Compradors: The Role of Abbud Pasha in the Egyptian Political Economy”, International Journal of Middle East Studies 22 (3) : 291-315.

Weber, Max, 1892, Die Verhältnisse der Landarbeiter im ostelbischen Deutschland, Leipzig, Duncker und Humblot.

Žikić, Bojan, 2007, « Ljudi (koji nisu sasvim) kao mi. Kulturna konceptualizacija pojma privatnik u Srbiji », Srpski genealoški centar : 52-74.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search