Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 16 n° 2DossierIntroduction. L’environnement dan...

Dossier

Introduction. L’environnement dans les Balkans : enjeux historiques et contemporains

Introduction. Environment in the Balkans: Historical and Contemporary Issues
François Lerin et Claire Bernard-Mongin

Texte intégral

Les Balkans : un ensemble pertinent pour traiter des questions environnementales ?

1Le dossier présenté aux lecteurs de Balkanologie croise une région géopolitique, les Balkans, avec une question en pleine mutation et effervescence, celle de l’environnement. Il ne s’agit pas ici de discuter des limites géographiques de la péninsule balkanique, ni du périmètre et de la définition de la question environnementale. En revanche, il nous paraît intéressant de pointer ce que la question environnementale pourrait apporter aux différentes délimitations des Balkans et, inversement, ce que les Balkans, comme espace géopolitique et terrain d’enquête, pourraient apporter au déploiement des questions environnementales – en particulier dans leurs dimensions européenne et méditerranéenne.

  • 1 Rabinow Paul, Stavrianakis Anthony, Demands of the Day. On the Logic of Anthropological Inquiry, Ch (...)
  • 2 Dewey John, Logic. The Theory of Inquiry, 1938, Redditch, Read Books Ltd, Fac. Sim. 2013.
  • 3 Dewey John, « The Problem of Logical Subject-Matter », Logic. The Theory of Inquiry, Redditch, Read (...)

2Les articles de ce dossier identifient, décrivent et analysent une série de situations historiques ou contemporaines comme autant d’aspects des « questions du jour » environnementales. Cette expression wébérienne souligne qu’il n’y a pas de problèmes scientifiques purs ou détachés de situations contemporaines, d’intérêts et de conflits. Paul Rainbow et Anthony Stavrianakis lui ont donné une dimension pragmatiste en la raccordant à la conception de Dewey de l’intellection et de l’enquête1. Ils soulignent que l’enquête permet de passer d’une situation d’incertitude ou de confusion à une assertabilité mais n’apporte pas de vérité positive définitive ; ses conclusions sont donc toujours provisoires. Selon le pragmatisme de Dewey, la connaissance n’est pas, substantiellement, distincte de l’action et c’est ce qui fait l’unité de l’expérience et de l’enquête2. Cette conception nous semble particulièrement utile à garder en mémoire à la lecture de ce dossier. Les différentes recherches présentées (historiques ou actuelles) sur l’environnement dans les Balkans élaborent des objets scientifiques souvent disciplinaires et, dans le même temps, contribuent à l’évolution des problématisations et donc au cadrage des enquêtes à venir. En ce sens, l’environnement est précisément ce que Dewey appelle un « subject-matter » – que l’on peut traduire en français par « sujet-enjeu » ou plus exactement, comme le terme de « sujet » prête à confusion dans notre langue, par « objet-enjeu »3. L’environnement est donc un objet (de connaissances) -enjeu (de problématisations), renouvelé à chaque enquête, ancré dans l’expérience qui le fait advenir. La relation entre la connaissance et l’action (dans l’expérience) est d’autant plus importante que la question environnementale se déploie, s’intensifie et se complexifie au fur et à mesure que les connaissances et les expériences s’approfondissent, progressant de manière cumulative.

  • 4 Lerin François, Tubiana Laurence, « Climate Change: Anticipated Risk or Heralded Catastrophe? Quest (...)

3La question environnementale se décline autour de trois grandes composantes qui en font l’objet-enjeu global et historique le plus important qu’ait jamais affronté l’humanité – puisqu’il concerne l’habitabilité de la terre pour l’espèce humaine4. Ces trois ordres de menace sont : le changement climatique, l’effondrement de la biodiversité et la gestion non durable des ressources naturelles combinée à l’accroissement des pollutions. C’est à partir de ce périmètre très large que s’entendent aujourd’hui les enjeux environnementaux. Chaque espace, chaque type de territoire est en situation particulière vis-à-vis de chacun de ces enjeux majeurs et de leurs combinaisons. C’est ce que nous évoquons ci-dessous brièvement, en nous demandant jusqu’à quel point le périmètre des Balkans constitue un cadre géographique général et pertinent pour problématiser ces différents objets-enjeux.

Climat

4Dans le cas du changement climatique, nous proposons deux entrées.

  • 5 Par exemple, en matière de risques d’augmentation des événements de chaleur et de sécheresse, les B (...)
  • 6 À ce titre, le service européen Copernicus sur le changement climatique (C3S), qui fait partie du p (...)

5Pour ce qui concerne les impacts du changement climatique et les stratégies d’adaptation possibles, une partie importante de la problématisation de cet objet-enjeu repose pour l’instant sur les résultats partiels donnés par les projections climatiques issues de différentes modélisations du climat. Ces projections climatiques permettent d’anticiper les effets, nombreux et souvent corrélés, sur un territoire donné. Cependant, les modèles actuels opèrent à des résolutions spatiales qui sont la plupart du temps trop grandes pour rendre compte des effets différenciés en fonction des traits topographiques et orographiques du territoire considéré, alors même que ces derniers sont déterminants pour affiner l’analyse de la nature des impacts climatiques5. Il faudra donc suivre avec attention les résultats fournis par les utilisations des modèles d’évolution du climat6 pour apprécier une éventuelle situation que l’on pourrait qualifier de « régionale balkanique » au regard des enjeux d’adaptation. Selon les premiers résultats fournis, l’ampleur du territoire et la diversité des biomes concernés, les Balkans, comme sous-région européenne, ne constituent pas une délimitation particulièrement utile ou pertinente, sauf à la fractionner en sous-ensembles, chacun étant individuellement associé à des espaces subissant des impacts climatiques du même type et partageant des enjeux similaires d’adaptation.

  • 7 La loi européenne sur le climat, publiée dans le règlement (UE) 2021/1119 du 30 juin 2021, vise la (...)
  • 8 Par exemple, les six pays candidats des Balkans occidentaux ont signé en novembre 2020 la Déclarati (...)
  • 9 Dans le cadre de la Communauté énergétique établie en 2005 et rassemblant l’UE et les pays voisins (...)
  • 10 HEAL, CAN Europe, Sandbag, CEE Bankwatch Network et Europe Beyond Coal, Chronic Coal Pollution. EU (...)

6En revanche, si l’on approche la région par le prisme des émissions de gaz à effet de serre et des stratégies d’atténuation du changement climatique – dont la nécessaire transition hors des énergies fossiles –, il y a bien, sur cet objet-enjeu précis, une conjoncture balkanique. Celle-ci est liée à l’utilisation généralisée du charbon pour la production d’électricité. Cette situation peut d’autant plus être qualifiée de régionale qu’elle concerne à la fois les pays issus de la Yougoslavie, la Roumanie et la Bulgarie (donc les anciens pays dits communistes), mais aussi la Grèce. Il y a donc bien une situation charbonnière propre aux pays des Balkans, exception faite de l’Albanie (importance de la production hydroélectrique) et de Chypre (électricité issue du pétrole brut et d’autres produits pétroliers dérivés). Alors que certains pays se sont engagés à sortir du charbon à court terme (Slovénie, Grèce, Macédoine du Nord et Monténégro), d’autres n’ont pas encore mis cette sortie du charbon à leur agenda politique. Cependant, la décarbonation des économies européennes est un objectif de l’Union européenne (UE), sur lequel elle a légiféré7 et auquel les pays candidats doivent, d’une façon ou d’une autre, se conformer8, notamment dans le secteur énergétique9. L’enjeu local et européen est de taille puisque les seize centrales au charbon des Balkans utilisent des technologies anciennes et peu performantes, au point qu’elles polluent, à elles seules, autant que 250 centrales de l’UE10.

Ressources et pollutions

  • 11 Börzel Tanja, Fagan Adam, « Environmental Governance in South East Europe/Western Balkans: Reassess (...)
  • 12 Börzel Tanja (dir.), Coping with Accession to the European Union. New Modes of Environmental Govern (...)
  • 13 Fagan Adam, Sircar Indraneel, « Europeanzation of the Western Balkans. Environmental Governance in (...)

7Les ressources et les pollutions également constituent des objet-enjeux caractéristiques de la question environnementale dans cette région. Dans certains cas, l’analyse comparative avec d’autres situations européennes ou internationales est préférable à des analyses régionales. Certaines questions, en revanche, comme celle du « pouvoir transformateur de l’Europe communautaire11 » (en matière de développement durable, de fixation des niveaux de pollution acceptables, de normes environnementales, etc.), suscitent des enquêtes intéressantes à l’échelle balkanique. Il existe une communauté de chercheurs dans le champ thématique de l’européanisation de la gouvernance environnementale des pays de l’Europe du Sud-Est et des Balkans occidentaux12. Ces enquêtes permettent d’interroger ce pouvoir transformateur et l’efficacité de l’européanisation, leurs limites et leur effectivité quant au contrôle et à la réduction des pollutions ou à l’utilisation durable des ressources. L’analyse peut partir de l’intégration de la Grèce, il y a plus de quarante ans (1981), jusqu’aux adhésions du xxie siècle : celles de Chypre et de la Slovénie (2004), puis celles de la Roumanie et de la Bulgarie (2007) et enfin de la Croatie (2013). Elles permettent aussi d’en mesurer la pertinence dans le cours du processus de pré-adhésion pour les pays des Balkans occidentaux13.

8Certaines recherches identifient les pays de la région balkanique par leur expérience communiste dans l’après Deuxième Guerre mondiale. Des attitudes vis-à-vis de l’environnement et des conceptions seraient liées à l’expérience de régimes autoritaires. D’autres insistent sur leur appartenance passée à l’Empire ottoman (et à l’autre empire de la région, austro-hongrois), ou encore aux histoires combinées de leurs nationalismes… Dans la plupart des cas, ces identifications renvoient à des ensembles qui débordent les Balkans. Il n’en reste pas moins que circonscrire l’influence de ces appartenances et processus communs ou parallèles sur la conception et les héritages concernant le territoire et les paysages, les ressources et l’environnement, est stimulant pour la recherche. Là encore, ce sont des enquêtes en cours ou à venir qui pourront préciser des causalités encore incertaines et sans doute difficiles à établir.

Biodiversité

9Une mention particulière doit être faite dans cette introduction au sujet de la biodiversité, car il y a un intérêt particulier à utiliser la délimitation balkanique pour problématiser cet objet-enjeu. Il y a en effet une question environnementale spécifique posée par la très grande richesse en biodiversité de cette partie de l’Europe. Richesse liée à la profonde discontinuité des topo-climats, entre la partie occidentale s’étendant de la Slovénie à la Crète et l’ouverture, à l’est, vers des espaces de la plaine danubienne et de ses affluents (la Drave, la Save et la Tisza en particulier) jusqu’à la grande plaine littorale de son delta en Roumanie. Ce dernier espace est très largement dominé par un climat continental, tandis que le précédent est dominé par le climat méditerranéen en ses régions côtières et insulaires et que différents climats de transition alpine président dans les régions montagneuses. Ainsi, le facteur déterminant de cette biodiversité – caractérisée également par un fort taux d’endémisme – est le relief et les formations montagneuses :

  • 14 Reed Janes, Krystufek Boris, Eastwood Warren, « The Physical Geography of the Balkans and Nomenclat (...)

Les racines de la biodiversité balkanique sont fermement ancrées dans les origines géologiques de la péninsule, qui est un produit de la tectonique des plaques continentales et de l’évolution de la mer de Téthys, puis d’une phase de surrection alpine majeure qui a culminé il y a 20 millions d’années […]. Cette « variété merveilleuse » (Grove & Rackham, 2001, p. 37) est une caractéristique de la région méditerranéenne dans son ensemble. D’après les descriptions ci-dessus, cependant, il est clair que les Balkans contiennent certains des environnements les plus extrêmes […] et sont en effet le centre de la biodiversité européenne14.

  • 15 Goussios Dimitri, Gaki Dimitra et al. (dir.), Territoires montagnards des grandes îles méditerranée (...)

10Cet ensemble balkanique montagnard adossé au littoral méditerranéen, aux structures karstiques et aux huertas côtières, se compose ainsi de moyennes et hautes montagnes, de systèmes collinaires plus ou moins élevés, parcourus de nombreuses vallées, elles-mêmes plus ou moins encaissées. On trouve aussi des « plaines perchées » plus vastes. Cette diversité géomorphologique, topographique et pédologique a donné lieu à des implantations humaines qui se sont adaptées à ces conditions en utilisant les ressources disponibles. Les Balkans recèlent aussi l’essentiel des territoires insulaires méditerranéens de taille moyenne et petite et incluent deux des cinq grandes îles du bassin méditerranéen, Crète et Chypre15. Cette extrême biodiversité est perceptible dans des formes d’utilisation anthropiques très variées – particulièrement dans les domaines agricole et pastoral. Cette coévolution du néolithique jusqu’à nos jours a constitué un patrimoine d’agro-biodiversité particulièrement riche qui s’appréhende depuis la diversité génétique des races animales et des variétés végétales jusqu’aux paysages agroécologiques. À cette échelle, on est donc en présence d’une quantité de terroirs, d’une mosaïque de paysages, souvent remarquables, profondément marqués par l’activité humaine et par des écologies diversifiées.

  • 16 Griffiths Huw, Krystufek Boris, Reed Jane, Balkan Biodiversity. Pattern and Process in the European (...)
  • 17 Cooper Tamsin, Hart Kaley, Baldock David, Provision of Public Goods Through Agriculture in the Euro (...)
  • 18 Sutcliffe Laura et al., « Harnessing the Biodiversity Value of Central and Eastern European Farmlan (...)

11Le vaste ensemble méditerranéen et montagnard balkanique est ainsi le réservoir d’une biodiversité naturelle et semi-naturelle (liée aux activités anthropiques), un point chaud (hot spot) de biodiversité – le plus important à l’échelle européenne16. Il constitue, de ce fait, un périmètre spécifique d’enquête et d’action du point de vue de la conservation, de la préservation ou de la valorisation de cette biodiversité et de la production de biens publics17. Bien que les plaines côtières aient subi un processus d’intensification agricole aux externalités négatives importantes, les espaces montagnards et collinaires disposent encore d’une agriculture à haute valeur naturelle – c’est-à-dire une agriculture dans laquelle la part de végétation semi-naturelle est prépondérante (prairies permanentes, garrigues et maquis, infrastructures agroécologiques : haies, ripisylves, murets, terrasses, etc.) abritant une diversité importante d’espèces animales et végétales18.

12Pour la mise en œuvre des politiques publiques européennes, deux types de territorialité s’appliquent aux Balkans : d’une part, celle des régions « montagneuses, insulaires et faiblement peuplées » (identifiées comme telles dans la Politique de cohésion) ; et, d’autre part, celle qui concerne la Méditerranée, bénéficiaire d’outils et de dispositifs spécifiques. Dans ces deux cas, l’approfondissement de l’analyse des particularités de la zone des Balkans est utile pour rendre plus nuancé et complet le narratif sur les questions de biodiversité en Europe et pour préciser l’éventail des possibilités d’action.

Les apports du dossier

  • 19 Rortry Richard, La philosophie et le miroir de la nature, Paris, Éditions du Seuil, 1990 (traductio (...)

13L’appel à contributions ayant permis de constituer ce dossier avait donné une définition large des Balkans et s’adressait à toutes les sciences humaines et sociales. Nous pouvions nous attendre à une très grande dispersion des traitements et des thèmes. Or, trois lignes de force, trois types de problématisation se dégagent des articles proposés : (1) ce que l’on pourrait appeler des fragments, ou des moments de l’histoire environnementale (en Roumanie, en Croatie et en Albanie) ; (2) des analyses d’ordre sectoriel des enjeux environnementaux, deux consacrées à la Grèce et une à la Serbie ; (3) des analyses de mobilisations environnementales contemporaines (en Croatie et en Serbie). Sans entrer dans le détail des textes, nous soulignerons ce que ces contributions apportent à la construction d’une « conversation » – au sens de Rortry19 – autour de la question environnementale régionale balkanique. À partir de ces études de cas, de ces moments traités par différentes disciplines, on peut avoir une idée de ce qui tend à se former comme programmes de recherche autour de la question environnementale balkanique.

Compositions d’histoires environnementales

14Le texte de George Andrei qui ouvre ce dossier est le seul à traiter d’une période antérieure à la Deuxième Guerre mondiale. Le terrain choisi se situe dans le territoire transylvanien attribué à la Roumanie à la suite de la Première Guerre mondiale et qui faisait auparavant partie de l’Empire austro-hongrois. Il s’agit d’espaces ruraux montagnards occupés par des communautés roumanophones. L’auteur s’interroge sur l’application de la réforme agraire de 1921 – l’une des plus importantes de la région, redistributrice de millions d’hectares. L’article se penche sur les obstacles importants que rencontre la réforme dans ces territoires pastoraux, forestiers et montagnards. Notons que la question agraire de l’époque est d’autant plus importante que la très grande majorité de la population est rurale, liée à l’agriculture, et que la construction nationale en cours doit à la fois inclure cette population rurale, jugée arriérée, et rendre productives les campagnes. Cette construction peut être définie comme un projet « colonial intérieur » au nom de la modernisation, une « mission civilisatrice », une « réforme positiviste et patriotique » selon l’auteur. C’est cette interprétation qui lui permet de coupler des techniques de recherche historienne classiques (traitement des archives locales) à une problématisation issue des études postcoloniales.

15Contre la vision dominante d’un « État monolithique interagissant avec une paysannerie résistante », G. Andrei souligne que son approche veut mettre au jour les « dissonances » entre divers échelons et institutions de l’appareil d’État – en particulier entre les services forestiers et les autorités communales. Les forestiers sont animés par des doctrines sylvicoles (hongroises, françaises) d’utilisation rationnelle de la ressource. Ils sont d’autant plus enclins à des visées rigides que la production-exportation de bois est une activité essentielle de l’économie nationale de la Roumanie et que la déforestation (liée à une exploitation forestière extractiviste) bat son plein. Les services forestiers accusent alors le pâturage en forêt après coupe rase d’augmenter le danger d’érosion et de dégradation de la forêt. Les autorités communales, quant à elles, sont sensibles aux récriminations et demandes des locaux, qui exigent plus de pâturages et le maintien de leurs droits coutumiers d’utilisation de la forêt. Les tensions sont fortes entre, d’un côté, le code forestier, la planification basée sur une certaine rationalisation de l’exploitation des ressources naturelles, la verticalité des décisions et, de l’autre, le fonctionnement de systèmes agraires montagnards largement fondés sur l’animal et l’accès aux ressources pastorales et forestières organisés en tant que Communs.

  • 20 Dorondel Stefan, Disrupted Landscapes: State, Peasants and the Politics of Land in Postsocialist Ro (...)

16Ce fragment d’histoire nationale, agraire et forestière roumaine entre en écho avec la question environnementale contemporaine. Un ensemble de questions posées par la « modernisation » et la construction de l’État national se mue en enjeux de gestion agroécologique des territoires ruraux et de leur contribution à la fourniture de biens publics ou collectifs (locaux ou globaux). La fonction des Communs, les formes de propriété, les tensions entre conception sylvicoles et systèmes pastoraux, les conflits autour de l’accès aux ressources traités dans cet article font écho aux préoccupations actuelles. En pointant la mise en échec de la réforme agraire et les tentatives de réforme antérieures (depuis les années 1890 pour les territoires concernés), G. Andrei analyse les prémices de l’expérience communiste qui va suivre. En effet, les régimes communistes seront aussi confrontés au double enjeu de la question agraire : inclusion civique et productivité, autrement dit insertion de la ruralité dans le système politique et économique du nouveau régime. Cette continuité fait émerger les réformes agraires comme une des problématisations majeures de la modernité européenne dans sa relation au territoire et aux ressources naturelles. G. Andrei inscrit en creux la thématique dans une historicité longue. Dès lors, il devient possible de comprendre que la question environnementale contemporaine réorganise le socle problématique à partir duquel des discontinuités sont identifiées et une périodisation est établie20. Il y a ainsi un double effet de réorientation de l’enquête historique et d’historicisation de la question environnementale.

  • 21 Weiner R. Douglas, Models of Nature: Ecology, Conservation, and Cultural Revolution in Soviet Russi (...)
  • 22 Weiner R. Douglas, A little Corner of Freedom. Russian Nature Protection from Stalin to Gorbachev, (...)
  • 23 Josephson Paul, Dronin Nicolai, Mnatsakanian Ruben, Cherp Aleh, Efremenko Dmitry, Larin Vladislav, (...)
  • 24 Coulmel Laurent, Arndt Mélanie, A Green End for the Red Empire? Ecological Debates and Regional Pro (...)
  • 25 Petric Hrvoje, « About Environmental Policy in Socialist Yugoslavia », dans A. Kirchhof, J. McNeill (...)

17Dans cette section de moments d’histoire environnementale suivent deux articles consacrés à la Yougoslavie et à l’Albanie pendant la période communiste. La contribution de Tibissaï Guevara-Braun intitulée « 1973, l’année du tournant environnemental dans l’Albanie communiste ? » prend à rebours une vulgate répandue chez certains acteurs environnementaux d’aujourd’hui : les régimes communistes n’auraient porté aucune attention à la question environnementale et celle-ci n’aurait émergé dans les anciens pays de l’Est que comme une injonction portée par la communauté internationale et l’UE en particulier. De nombreux travaux sur l’URSS ont démonté cette fausse évidence, dont par exemple les deux ouvrages de Douglas R. Weiner parus à une dizaine d’années d’intervalle : Models of Nature (1988)21 et A little Corner of Freedom (1999)22. Citons aussi, plus récemment, l’ouvrage collectif An Environmental History of Russia (2013)23 ou encore les travaux de Laurent Coumel (2019)24. Certes, les travaux sur la question environnementale dans les Balkans communistes sont moins nombreux, mais ils existent cependant, comme en atteste, par exemple, le travail de Hrvoje Petrić (2019)25.

  • 26 L’auteure cite notamment la Convention de l’Unesco sur la protection du patrimoine culturel et natu (...)

18À notre connaissance, l’article proposé ici est le premier à tenter de montrer l’existence d’une politique environnementale dans l’Albanie communiste, le régime ayant plutôt été pointé pour sa mauvaise gestion de l’environnement (dégradation des forêts et zones humides notamment) et pour sa sous-estimation des pollutions industrielles liées aux sites d’extraction et de transformation minière (chrome, nickel, acier, pétrole, phosphates) ou chimique. L’auteure fait ainsi preuve d’audace et d’originalité en nous proposant la date de 1973 (année de promulgation du « Décret sur la protection de l’environnement contre les pollutions ») comme celle d’un « tournant environnemental ». Elle relativise cependant l’existence d’un réel tournant : le décret restera lettre morte, son application demeurant faible comme d’autres aspects de la mise en œuvre effective d’une politique de protection de l’environnement26. Le décret de 1973 ne porte, de surcroît, que sur les pollutions. L’analyse de l’auteure permet néanmoins de proposer une hypothèse : celle de la perméabilité de la direction communiste au contexte international qui, dans ces années-là, enregistre une mise à l’agenda de la question environnementale avec, en particulier, le premier Sommet de la Terre de Stockholm, en 1972. Malgré l’autarcie de l’Albanie communiste, l’article suggère que la direction du Parti du travail albanais (PTA) et le groupe dirigeant autour d’Enver Hoxha suivaient, eux, la conjoncture et tentaient toujours de placer le pays, d’une façon ou d’une autre, sinon à l’avant-garde, en tout cas pas en retard. Il n’est donc pas du tout incongru de penser que ce décret, analysé par l’auteure à partir d’archives et d’entretiens, combinant ainsi techniques historiennes et de science politique, soit un effet de cette perméabilité.

19Toujours en pays communiste, le texte de Josef Djordjevski, « The (Still) Beautiful Blue Adriatic », est lui aussi une contribution historienne au travail d’enquête montrant que les régimes communistes étaient loin d’être indifférents à la question environnementale – non seulement pour des questions de prestige ou de parité avec les régimes capitalistes libéraux, mais aussi pour des raisons proprement intérieures. Cet environnementalisme (pour utiliser un terme anachronique) est bien sûr lié à des discussions scientifiques ou politiques en Yougoslavie mais également, comme le montre cet article, à des objectifs, perspectives et enjeux de développement très concrets. C’est le cas du tourisme sur la côte adriatique, que l’auteur aborde à partir d’un travail sur les archives et des sources secondaires. La période soviétique passée, le régime titiste favorise le développement du secteur touristique sur la côte adriatique en même temps qu’un vaste programme d’industrialisation et de construction de voies de communication sur l’ensemble du territoire yougoslave. Le linéaire côtier méditerranéen, qui avait déjà abrité une petite Riviera sous l’Empire austro-hongrois, devient alors un pôle touristique méditerranéen de tout premier plan. D’une zone périphérique et sous-dotée, l’Adriatique devient une zone économique privilégiée, attirant les investissements et assurant un niveau de vie élevé à ses habitants.

20Les promoteurs de cette activité voient grand mais sont aussi conscients du fait que ce qui est promu et promis aux touristes ce sont des paysages, une côte et des eaux cristallines préservées, ainsi que des biens culturels mis en valeur. Le développement économique (carrières, mines, chantiers navals, raffineries) doit être contenu pour ne pas porter atteinte au « capital naturel et culturel » qui est loué auprès des touristes internationaux. L’auteur, tout en soulignant l’originalité de l’expérience dalmate yougoslave, note cependant que parmi les trois dimensions de la protection environnementale – culturelle, scientifique et esthétique –, c’est cette dernière qui est privilégiée par les autorités yougoslaves et que cela doit apparaître comme une limitation importante de l’exemplarité de la démarche. Cependant, sans minimiser les externalités négatives générées par le développement économique accéléré (industriel, minier, urbanistique et des transports) et le projet touristique, la Yougoslavie est loin d’être en retard par rapport aux pays de l’Europe occidentale en termes d’institutionnalisation des enjeux environnementaux dans ses politiques publiques.

  • 27 Mazower Mark, Governing the World. The History of an Idea, 1815 to the Present, Londres, Penguin Pu (...)

21Le développement du tourisme adriatique témoigne d’un type de réflexion stratégique originale. Tout d’abord, les autorités yougoslaves ont recours à une agence des Nations Unies (le Programme des Nations Unies pour le développement, PNUD) pour construire trois programmes successifs sur le développement côtier de la Fédération. L’auteur les analyse en détail. De 1965 à 1979, le régime se rend donc visible à l’échelle internationale comme utilisateur du système onusien, ce qui est aussi une action de communication d’un pays qui se veut leader du mouvement des non-alignés27. La dimension de gestion environnementale de ces programmes de développement touristique durable les rend encore plus originaux – d’autant que, dans le même temps, l’Espagne ou la Turquie jouent la carte d’un développement touristique intensif, à peu près insensible aux dimensions environnementales et dévastateur du point de vue paysager et écologique. Ensuite, ce programme engendre une collaboration intense non seulement avec l’expertise internationale, mais aussi entre le pouvoir fédéral et la Croatie qui est, selon l’auteur, le pivot de l’expertise. L’article, en éclairant ces originalités profondes, ouvre ainsi également des perspectives de recherche d’autant plus intéressantes que l’éclatement nationaliste de la deuxième Yougoslavie a tendance à gommer les réalisations de la période socialiste ou à les sous-estimer dans l’enquête. Comme les deux précédentes, cette démonstration constitue une invitation de plus à revisiter le narratif de la question environnementale internationale, largement anglo-saxon (et principalement étasunien d’ailleurs), qui fait la part belle à une chronologie, des références théoriques et historiques essentiellement centrées sur les démocraties libérales.

Analyses sectorielles

22Trois articles de ce dossier sont regroupés sous l’appellation d’« analyses sectorielles ». Le premier est celui d’Hélène Karka consacré à un site minier et métallurgique du nord-est de la Chalcidique, en Grèce. L’auteure a suivi ce terrain depuis plusieurs décennies et son analyse couvre quarante ans d’évolution de la situation (1980-2020). Comme dans les contributions précédentes, la mise en récit temporel apparaît comme un moment méthodologique nécessaire pour mener l’analyse d’une situation environnementale controversée.

23La formation d’urbaniste-géographe de l’auteure donne une tonalité particulière à ce récit et à cette analyse de moyenne période. L’auteure montre comment sa discipline se saisit de l’historicité d’une question pour analyser des choix publics environnementaux contemporains. En effet, les stratégies d’aménagement du territoire (qu’architectes et géographes souvent produisent) sont sous contraintes des installations (industrielles et minières dans ce cas) existantes et des projets d’extension possibles. Enfin, et c’est l’auteure qui le souligne, la notion de « durabilité » structure ici le travail d’analyse. C’est donc à partir d’une focale environnementale qu’une question technique, professionnelle, comme celle de l’aménagement de l’espace et de l’opposition entre deux secteurs d’activité (mines et tourisme) et son impact sur le territoire, est traitée ici.

24L’analyse d’H. Karka s’attache d’abord à identifier les acteurs parties prenantes de cette situation territoriale. Identification qui n’est pas seulement celle des acteurs locaux : habitants littoraux, ouvriers des bourgs intérieurs, entreprise minière, mais aussi celle des acteurs non locaux, comme notamment les chercheurs et activistes environnementaux, et les différents étages et institutions de l’État. À partir de cette configuration d’acteurs, l’auteure développe l’analyse en deux temps : l’un sur les modes d’opposition entre les parties prenantes ; l’autre sur le changement des argumentaires des acteurs – qu’ils soient « pro » ou « anti » mines. Comme G. Andrei, H. Karka prend soin de ne pas réduire l’État à un seul et unique acteur hiérarchique, mais détaille les différentes prises de position entre le gouvernement, l’expertise, le Conseil d’État, les organisations professionnelles. Cette approche est d’autant plus éclairante que les argumentaires, voire même les positions adoptées par ces différents acteurs, évoluent.

25Cette analyse compréhensive des acteurs et de leurs positions est une caractéristique de nombre d’enquêtes sur les questions environnementales qui donnent à voir la constitution des choix et des arbitrages opérés au cours du temps, les évolutions cognitives ou stratégiques, à partir d’une narration et de la description des assemblages d’acteurs et de dispositifs institutionnels. Ces analyses longitudinales permettent d’éclairer pourquoi et comment différentes situations de gestion environnementale se sont structurées, et dans quelle mesure ces compromis et ces choix constituent des solutions durables. Enfin, notons que cet article illustre un exemple de ressource stratégique souvent utilisée dans les conflits environnementaux, celle du « saut d’échelle » (scalar jump comme dit la géographie radicale britannique), c’est-à-dire l’exportation et le traitement d’une situation environnementale à une autre échelle, afin d’en modifier les termes, en mobilisant des acteurs, des ressources matérielles, symboliques et cognitives différents. Ainsi, l’exemple présenté par H. Karka montre de quelle manière les rapports entre les « pro » et les « anti » changent, en mobilisant des activistes environnementaux et en protestant auprès de la Commission européenne afin de faire pression sur la Deutsche Bank qui s’apprêtait à financer le projet minier-industriel en Chalcidique.

26Le second texte de cette partie, proposé par la politiste Chloé Vlassopoulos, est aussi consacré à la Grèce et concerne l’analyse des soubassements des choix énergétiques du pays. L’auteure prend comme point de départ la décision d’avril 2021 prise par le gouvernement grec d’abandonner le charbon comme source d’énergie d’ici 2025. Cet horizon de sortie du charbon est le même que celui annoncé par la Hongrie et devance de cinq ans les objectifs posés dans la stratégie énergétique de l’UE. L’UE a fixé pour tous ses États membres un objectif de réduction de 55 % des émissions de CO2 à l’horizon 2030, ce qui suppose en règle générale de fermer les centrales au charbon. La décision nationale grecque s’inscrit donc de manière ambitieuse dans un cadre d’objectifs de transition énergétique communautaires. En effet, ce choix raccourcit le délai de sortie du charbon, initialement prévue par les autorités en 2028. Il supprime aussi l’exception de la centrale de Ptolemaïda, qui devait être rénovée comme centrale au charbon et qui sera dorénavant transformée en centrale au gaz. Cette politique énergétique grecque est également conforme au Plan de relance européen, dont une des conditions est que 30 % des investissements aient une dimension « climat » – c’est-à-dire qu’ils contribuent au développement d’activités d’atténuation du changement climatique ou d’adaptation à ses effets. Enfin, la taxonomie européenne de 2020 a fait l’objet d’un amendement en 2022 et a intégré le gaz naturel comme une énergie verte mais de transition.

27Pour interpréter cette décision, au-delà de la conformité de la Grèce à la stratégie européenne, l’auteure fait le récit de l’évolution du secteur énergétique et des choix successifs qui ont été faits. Dans la période de reconstruction et d’expansion de l’économie après la Deuxième Guerre mondiale, la Grèce a développé, en plus d’un important programme hydroélectrique conçu avec les Américains, un programme de développement énergétique basé sur une énergie fossile, le lignite, cette fois sous l’influence allemande. La Grèce disposait en effet de ressources non négligeables de lignite, un combustible très polluant au rendement énergétique médiocre, mais présent en Eubée, en Macédoine occidentale et dans le Péloponnèse. L’histoire de ce secteur est très liée à une entreprise publique de grande taille, la PPC (Public Power Corp). À partir d’archives de cette entreprise, mais aussi de celles de la Chambre technique de Grèce et de sources secondaires complétées d’entretiens avec des acteurs du secteur, l’auteure développe une analyse critique. Elle met en lumière le caractère clientéliste et paternaliste de l’État grec. Elle conclut que l’abandon du charbon est plus le signe du passage d’un lobby (du charbon) à un autre (du gaz) que l’aboutissement d’une vision environnementale. Elle en veut pour preuve que les environnementalistes n’ont pas donné de la voix sur le sujet, que le débat public a été quasi inexistant et que les effets néfastes de l’exploitation du lignite sur la santé des travailleurs et des résidents n’ont jamais fait l’objet d’un débat public.

28La troisième analyse sectorielle, consacrée à la « Géoculture de l’environnement en Serbie », est proposée par Nebojsa Vukadinović, également politiste. La notion de « secteur » renvoie ici à l’ensemble des questions environnementales et l’auteur souligne d’ailleurs qu’une des innovations récentes des années 2010 de l’administration serbe est d’avoir adopté cette approche sectorielle à propos de l’environnement. L’essentiel de l’analyse est dédié à la période récente, depuis les années 1990. Le traitement des questions environnementales est, selon l’auteur, déterminé par le caractère périphérique du pays en Europe et sa nature de « capitalisme dépendant ». Il prend les exemples de la qualité de l’air et de l’eau, en s’appuyant sur les diagnostics établis par divers organismes internationaux et nationaux, pour donner à voir l’ampleur des tâches à accomplir et une situation environnementale dégradée.

  • 28 Qui n’a pas de rapport avec la communauté montagnarde du même nom dans le Massif du Sharr.

29L’auteur décrit ensuite les acteurs parties prenantes dans les choix publics : acteurs étatiques serbes, européens et internationaux, acteurs non gouvernementaux et privés. Deux points importants ressortent notamment. Le premier rejoint la démonstration de J. Djordjevski sur l’existence d’une préoccupation et d’un mouvement environnementaliste dans la Fédération. En particulier, l’auteur met en avant l’héritage yougoslave du mouvement dit des gorani28 créé dans le sillage de la Ligue communiste de Yougoslavie et destiné à sensibiliser et à mobiliser la jeunesse yougoslave autour des questions environnementales. Ce mouvement naît en octobre 1960, donc très tôt par rapport à la chronologie environnementale internationale. Et, chose singulière, ce mouvement continue d’exister aujourd’hui. Il compterait 30 000 membres – en particulier en Voïvodine, selon l’auteur, qui note aussi l’émergence plus récente de mouvements environnementaux contestataires. Le second point d’intérêt est la forte implication de la Serbie dans les programmes de préadhésion à l’UE et d’adoption de l’acquis communautaire en matière environnementale – même si le chapitre 27 de l’acquis communautaire sur l’environnement n’a pas encore été officiellement ouvert dans le dialogue bilatéral avec l’UE. Ce fait est à rebours de l’image du pouvoir serbe dans l’arène de l’UE, souvent présenté comme réfractaire à l’européanisation.

Mobilisations environnementales

30Les deux dernières contributions se rapprochent en ce qu’elles traitent de la question des mouvements environnementalistes, en Serbie et en Croatie. Les trois auteures du premier article sur l’activisme environnemental en Serbie, Jelisaveta Vukelić, Mina Petrović et Ana Kukuridi, s’interrogent sur les collaborations possibles entre deux types de mouvements environnementaux : les mouvements sociaux partant d’une base citoyenne et les mouvements structurés par les organisations professionnelles ou expertes. Dans ce débat, les unes se définissent par un « activisme participatif » et les autres par un « activisme transactionnel ».

31Au terme d’une enquête s’appuyant sur une cinquantaine d’entretiens auprès d’organisations et de mouvements environnementaux, les auteures concluent qu’en Serbie les ONG professionnelles sont prépondérantes par rapport aux ONG citoyennes et que les collaborations entre ces deux types d’organisations, qui pourraient être fructueuses, sont peu nombreuses. Elles proposent ainsi une lecture critique de l’activisme transactionnel, dans lequel les organisations « […] alignent leurs activités non sur les intérêts de la protection environnementale et les citoyens locaux, mais sur les agendas de leurs donateurs (privés ou publics) et les bénéfices financiers personnels qu’elles peuvent tirer de la participation à des projets européens ». Elles insèrent leur analyse dans un débat sociologique, très précisément restitué, qui anime la communauté de recherche dans/sur les pays de l’Est ou, autrement dit, les situations postsocialistes.

32Même si l’essentiel des références utilisées par les auteures concerne l’analyse des mouvements environnementaux dans les pays de l’Est, elles soulignent néanmoins la spécificité de la situation serbe, due aux guerres successives, à la désintégration de l’État et à l’effondrement économique. L’ensemble de ces facteurs a retardé l’émergence de préoccupations environnementales, sans doute jugées secondaires dans ces temps de tourmentes. Le pays et les organisations de la société civile n’ont pu accéder aux financements européens que tardivement, après 2000 et la chute de Milošević ; pour les mêmes raisons, les grandes ONG internationales environnementales étaient absentes du pays. Enfin, dans les dernières années de la Fédération yougoslave, les questions environnementales n’ont pu émerger, les scènes publique et politique étant submergées par la rhétorique nationaliste. Ainsi, la constitution d’organisations environnementales, qu’elles soient d’un type ou d’un autre, a été retardée par rapport à d’autres pays ex-communistes. Cependant, des mobilisations environnementales sur des bases citoyennes sont apparues depuis 2010 : en réaction à la pollution de l’air (particulièrement importante à Belgrade, l’une des villes les plus polluées d’Europe), à l’affairisme urbanistique, mais également aux projets de construction de microcentrales hydrauliques sur les fleuves des Balkans. Ces signaux, bien que faibles, pourraient, sans aucune certitude disent les auteures, indiquer un changement de période.

33Sanja Potkonjak et Tea Škokić étudient, quant à elles, un mouvement environnemental de protestation citoyenne organisé par des femmes dans une ancienne ville industrielle croate, Sisak, située au sud de Zagreb. La ville a connu une importante population ouvrière (jusqu’à 14 000 ouvriers) et constituait un pôle majeur de l’industrialisation yougoslave. Son importance s’est érodée après l’éclatement de la Fédération, la période de guerre (1991-1995) et l’ajustement aux normes de concurrence européennes. La ville, qui avait une conscience ouvrière et dont les habitants partageaient l’esprit de l’industrialisme courant à l’époque, est entrée dans une lente phase de désindustrialisation. Elle se retrouve actuellement dans une situation que les auteures qualifient de « postindustrielle ».

34En enquêtant sur la ville, son histoire, les représentations des habitants, les auteures se livrent à une anthropologie de ce passage de l’industrialisme au postindustrialisme : « Nous considérons l’ethnographie de la pollution postindustrielle comme une façon de penser les lieux, les personnes et les processus confrontés aux effets toxiques d’une désindustrialisation rampante. » Analyse qui vaudrait pour elle-même mais qui est aussi (et c’est le grand intérêt de cet article pour ce dossier) une façon de mettre en contexte une mobilisation animée par un groupe de femmes inquiètes des projets d’installation de traitement de produits toxiques. C’est le rapport entre cet « environnementalisme accidentel » et la culture industrielle persistante que les auteures nous font parcourir par d’abondants et passionnants verbatims. Loin de l’écart souvent mis en lumière dans les analyses des mobilisations environnementales entre une protestation locale (basée sur une défense du cadre de vie) et des mouvements globaux, cette approche ethnographique nous montre finement de quelle manière un mouvement protestataire se saisit des deux types de narratifs. L’article montre comment s’articulent les ressources cognitives et symboliques, liées aux notions de développement durable et d’économie verte, à une situation locale de pollution, et esquisse finalement une conceptualisation audacieuse de la gestion environnementale postindustrielle.

En guise de conclusion

  • 29 C’est ce que souligne G. Andrei dans ce dossier : « The major questions of Eastern European histori (...)

35Les huit articles de ce dossier sur l’environnement ne sauraient prétendre témoigner d’un état de la recherche sur la région balkanique. Nous croyons cependant que l’on peut lire ces articles ensemble pour montrer comment une partie de la conversation environnementale régionale se développe et peut s’intensifier. C’était en tout cas l’ambition de cette brève introduction au dossier. De nombreux thèmes, et parmi les plus importants, sont absents, en particulier la biodiversité et le changement climatique, voire le rapport entre les deux qui est aujourd’hui l’un des points majeurs de la réflexion. Comme le souligne Stefan Dorondel, cité plus haut, le déploiement de l’enquête environnementale dans les Balkans n’en est qu’à ses débuts. Mais les trois ordres de problématisations que ce numéro déroule (des moments d’histoire environnementale, des analyses sectorielles et des mouvements environnementaux) sont autant de facettes d’une enquête plus vaste sur l’environnement dans les Balkans. On doit imaginer – comme cela a été le cas pour d’autres objets-enjeux – que cette perspective régionale peu à peu dessinée sera le résultat d’enquêtes, de recherches contradictoires variées quant aux périodes traitées, aux territoires et écosystèmes décrits, comme aux angles d’analyse et à la construction des objets-enjeux. Ce sera seulement au terme de ces nombreuses enquêtes (ponctuelles et précises ou plus synthétiques) que pourra se recomposer une problématisation plus intégrative de la question environnementale de cette région. Mais ce processus de synthèse et de croisement d’enquêtes, déjà difficile dans des ensembles identifiés, le devient encore plus dans le cas d’un ensemble aussi fractionné que celui des Balkans, dans lequel les questions environnementales n’ont jamais été au cœur ni des préoccupations, ni de l’historiographie29. Ce dossier esquisse des voies possibles pour relever ces défis.

Haut de page

Notes

1 Rabinow Paul, Stavrianakis Anthony, Demands of the Day. On the Logic of Anthropological Inquiry, Chicago, The University of Chicago Press, 2013.

2 Dewey John, Logic. The Theory of Inquiry, 1938, Redditch, Read Books Ltd, Fac. Sim. 2013.

3 Dewey John, « The Problem of Logical Subject-Matter », Logic. The Theory of Inquiry, Redditch, Read Books Ltd, Fac. Sim, 2013, p. 9-43.

4 Lerin François, Tubiana Laurence, « Climate Change: Anticipated Risk or Heralded Catastrophe? Questions from a Thwarted Public Enquiry », in Denise Jodelet et al. (dir.), Societies Under Threat. A Pluri-Disciplinary Approach, Frontiers in Sociology and Social Research, vol. 3, Chams, Springer Nature Switzerland, 2020, p. 157-172.

5 Par exemple, en matière de risques d’augmentation des événements de chaleur et de sécheresse, les Balkans occidentaux, tout au long de la côte adriatique et dans son intérieur, semblent peu menacés. Ce n’est en revanche pas le cas d’une grande partie de la Grèce (Épire, Péloponnèse, Thrace) ni de la Bulgarie. Santini Monia, « Tendances climatiques, variabilité et extrêmes dans la région méditerranéenne », dans Dimitri Goussios et al. (dir.), Territoires montagnards des grandes îles méditerranéennes. Enjeux européens, politiques nationales et régionales et dispositifs locaux, Volos, Presses de l’Université de Thessalie, 2021, p. 76-79.

6 À ce titre, le service européen Copernicus sur le changement climatique (C3S), qui fait partie du programme Copernicus d’observation de la Terre, fait référence. Voir : https://climate.copernicus.eu/ (consulté en décembre 2021).

7 La loi européenne sur le climat, publiée dans le règlement (UE) 2021/1119 du 30 juin 2021, vise la neutralité carbone d’ici 2050 pour l’ensemble de l’UE.

8 Par exemple, les six pays candidats des Balkans occidentaux ont signé en novembre 2020 la Déclaration de Sofia (qui est couplée à l’Agenda vert pour les Balkans occidentaux), par laquelle ils s’engagent à aligner leurs politiques environnementales et climatiques sur celles de l’UE.

9 Dans le cadre de la Communauté énergétique établie en 2005 et rassemblant l’UE et les pays voisins dans un marché de l’énergie intégré, les Balkans occidentaux doivent souscrire à la directive (UE) 2001/80 du 27 novembre 2001 sur les grandes installations de combustion.

10 HEAL, CAN Europe, Sandbag, CEE Bankwatch Network et Europe Beyond Coal, Chronic Coal Pollution. EU Action on the Western Balkans Will Improve Health and Economies Across Europe, Bruxelles, 2019, en ligne : https://www.env-health.org/wp-content/uploads/2019/02/Chronic-Coal-Pollution-report.pdf (consulté en février 2022).

11 Börzel Tanja, Fagan Adam, « Environmental Governance in South East Europe/Western Balkans: Reassessing the Transformative Power of Europe» , Environment and Planning C: Government and Policy, vol. 47, p. 1-16, 2015, doi: 10.1177/0263774X15608985.

12 Börzel Tanja (dir.), Coping with Accession to the European Union. New Modes of Environmental Governance, Chippenham and Eastbourne, Palgrave MacMillan, 2009.

13 Fagan Adam, Sircar Indraneel, « Europeanzation of the Western Balkans. Environmental Governance in Bosnia-Herzegovina and Serbia », New Perspectives on South-East Europe, Hampshire, Palgrave MacMillan, 2015.

14 Reed Janes, Krystufek Boris, Eastwood Warren, « The Physical Geography of the Balkans and Nomenclature of Place Names », dans Huw Griffiths, Boris Krystufek, Jane Reed (dir.), Balkan Biodiversity. Pattern and Process in the European Hotspot, Dordrecht, Springer, 2004, p. 9-22. Traduction des auteurs.

15 Goussios Dimitri, Gaki Dimitra et al. (dir.), Territoires montagnards des grandes îles méditerranéennes. Enjeux européens, politiques nationales et régionales et dispositifs locaux, Volos, Presses de l’Université de Thessalie, 2021.

16 Griffiths Huw, Krystufek Boris, Reed Jane, Balkan Biodiversity. Pattern and Process in the European Hotspot, Springer, Dordrecht, 2004.

17 Cooper Tamsin, Hart Kaley, Baldock David, Provision of Public Goods Through Agriculture in the European Union, Londres, Institute for European Environmental Policy, 2009.

18 Sutcliffe Laura et al., « Harnessing the Biodiversity Value of Central and Eastern European Farmland », Diversity & Distributions, vol. 21, no 6, 2015, p. 722-730.

19 Rortry Richard, La philosophie et le miroir de la nature, Paris, Éditions du Seuil, 1990 (traduction ; édition originale en anglais, Princeton University Press, 1979). Dans cet ouvrage, R. Rortry propose une critique de la connaissance et de la philosophie entendues comme discours vrai, donnant à voir le réel (« miroir de la nature »). Il invite à repenser la connaissance à partir d’une pratique ouverte de la conversation, de l’interprétation et de la description issues de l’expérience.

20 Dorondel Stefan, Disrupted Landscapes: State, Peasants and the Politics of Land in Postsocialist Romania, New York, Berghahn Books, 2016.

21 Weiner R. Douglas, Models of Nature: Ecology, Conservation, and Cultural Revolution in Soviet Russia, Indiana-Michigan Series in Russian and East European Studies, Bloomington and Indianapolis, Indiana University Press, 1988.

22 Weiner R. Douglas, A little Corner of Freedom. Russian Nature Protection from Stalin to Gorbachev, Berkeley, University of California Press, 1999.

23 Josephson Paul, Dronin Nicolai, Mnatsakanian Ruben, Cherp Aleh, Efremenko Dmitry, Larin Vladislav, An Environmental History of Russia, Studies in Environment and History, Cambridge, Cambridge University Press, 2013.

24 Coulmel Laurent, Arndt Mélanie, A Green End for the Red Empire? Ecological Debates and Regional Protests in the Soviet Union and its Successor States, 1950-2000: A Decentralized Approach, special issue in Ab Imperio, 1. 2019. Voir également Coulmel Laurent, « East-West Competition and the Attempts to Create an Eco-Power: Soviet Discourses and Policies on Water Pollution and Control (1950-1980s) », dans Astrid Kirchhof, John McNeill (dir.), Nature and the Iron Curtain: Environmental Policy and Social Movements in Communist and Capitalist Countries, 1945-1990, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2019, p. 17-35.

25 Petric Hrvoje, « About Environmental Policy in Socialist Yugoslavia », dans A. Kirchhof, J. McNeill (dir.), Nature and the Iron Curtain, op. cit., p. 169-182.

26 L’auteure cite notamment la Convention de l’Unesco sur la protection du patrimoine culturel et naturel, signée par l’Albanie en 1979, mais qui n’apportera pas protection au site remarquable de Butrint classé en tant que patrimoine. Ce site ne fera l’objet d’attentions sérieuses qu’après la chute du régime communiste.

27 Mazower Mark, Governing the World. The History of an Idea, 1815 to the Present, Londres, Penguin Publishing Group, 2012.

28 Qui n’a pas de rapport avec la communauté montagnarde du même nom dans le Massif du Sharr.

29 C’est ce que souligne G. Andrei dans ce dossier : « The major questions of Eastern European historiography, [are] ethnicity, statebuilding and relationship to Europe », et non pas l’histoire ni les transitions environnementales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Lerin et Claire Bernard-Mongin, « Introduction. L’environnement dans les Balkans : enjeux historiques et contemporains »Balkanologie [En ligne], Vol. 16 n° 2 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/3710 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.3710

Haut de page

Auteurs

François Lerin

Association internationale pour le développement de l’agroenvironnement (AIDA)
Adresse email : francois.lerin[at]posteo.net

Claire Bernard-Mongin

CIRAD, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, UMR INNOVATION
Adresse email : claire.bernard-mongin[at]cirad.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search