Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 17 n° 1Notes de recherchePuissance et vitalisme dans les G...

Notes de recherche

Puissance et vitalisme dans les Guerres balkaniques : état des forces, buts de guerre et darwinisme social

Power and Vitalism in the Balkan Wars: State of Forces, War Goals and Social Darwinism
Traian Sandu

Résumés

L’initiative, à première vue disproportionnée, des petits États balkaniques de régler avec l’Empire ottoman leurs questions nationales par la force durant les Guerres balkaniques recèle encore une part de paradoxe. Cette disproportion place la question de la puissance au cœur des relations balkaniques. Cette notion s’entend ici non seulement comme la simple somme mécanique des forces concrètes d’un pays dans tous les domaines, du diplomatico-militaire au culturel en passant par l’économique et le social, mais aussi comme la mesure de sa vitalité en termes socio-darwinistes dans le champ de compétition belliqueuse limité des Balkans, et même dans un au-delà impérial dont il convient de circonscrire l’imaginaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Kévonıan Dzovinar, « L’enquête, le délit, la preuve : les “atrocités” balkaniques de 1912-1913 à l’ (...)
  • 2 Keısınger Florian, Unzivilisierte Kriege im zivilisierten Europa? Die Balkankriege und die öffentli (...)
  • 3 Bauman Zygmunt, Modernité et holocauste, trad. de l’anglais Paule Guivarch, Paris, Complexe, 2008 [ (...)

1L’historiographie la plus récente, relancée et mise en valeur par l’effet du centenaire de 2012-2013, insiste sur le décloisonnement des Guerres balkaniques, à commencer par l’exotisme des atrocités envers les populations civiles qui ont frappé les contemporains1 – semblables en fait à bien des répressions coloniales même si, en l’occurrence, elles étaient destinées à maîtriser des territoires travaillés par la mobilisation des esprits en vue des constructions nationales modernes sur le lieu même de la modernité, le continent européen, fût-ce à sa périphérie la plus stigmatisée, les Balkans. De ce point de vue, la comparaison avec l’Irlande fournie par Florian Keisinger dans son ouvrage au titre explicite, Unzivilisierte Kriege im zivilisierten Europa?2, peut sembler plus pertinente. La même banalisation s’applique à leur caractère prémonitoire de la Première Guerre mondiale, puisqu’après tout, le statut enviable ou non de laboratoire des techniques militaires modernes se trouvait déjà dans la guerre de 1904-1905, lointaine il est vrai, entre Russes et Japonais. Les Guerres balkaniques vérifieraient donc tout simplement l’articulation entre violence sociale et haute technicité au sein de l’ingénierie sociale de l’État moderne selon Zygmunt Bauman3.

  • 4 Pour une approche centrée sur des facteurs plus « classiques », voir Tulça Enis, « Une étude politi (...)
  • 5 Voir Ternon Yves, « Penser, classer, exclure. Origine du racisme biologique », Revue d’histoire de (...)
  • 6 Anderson Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, trad (...)
  • 7 Lindemann Thomas, Les doctrines darwiniennes et la guerre de 1914, Paris, Économica / Institut de s (...)
  • 8 Sandu Traian (dir.), Illusions de puissance, puissance de l’illusion. L’Europe centrale dans les re (...)

2Ceci posé, il semble tout de même que l’initiative, à première vue disproportionnée, des petits États balkaniques de régler leurs questions nationales respectives avec l’Empire ottoman par la force recèle encore une part de paradoxe, qu’il convient de soulever, à défaut de la résoudre4. Là encore, le précédent russo-japonais pourrait être invoqué. Ce paradoxe place la question de la puissance au cœur des relations balkaniques. Cette notion s’entend ici non seulement comme la simple somme mécanique des forces concrètes d’un pays dans tous les domaines, du diplomatico-militaire au culturel en passant par l’économique et le social, mais aussi comme la mesure de sa vitalité à travers la mobilisation et les soulèvements violents de la société en termes spécifiquement biologiques (et/puis racistes) – irréductibles à une explication cartésienne, donc mécaniste et rationaliste5 –, tels que définis par les socio-darwinistes dans le champ de compétition belliqueuse limité des Balkans, voire au-delà. En effet, si l’on regarde les aspirations nationales plus ou moins ouvertement avouées de toutes ces « communautés imaginées », pour reprendre l’expression de Benedict Anderson6, leur imagination vagabonde vers des promesses extra-balkaniques, mobilisant évidemment des horizons historiques impériaux valorisés par les mythologies nationales. Cette approche vitaliste et projective articule donc la question des moyens et des fins, dans la perspective adoptée par la thèse de Thomas Lindemann sur la Première Guerre mondiale, avec un titre en chiasme : La puissance des perceptions et perceptions de puissances. Le nationalisme « völkisch » (ethno-culturel) et la crise de juillet 19147. Ce type de construction rhétorique est une figure qui permet précisément la démythification8, le passage du miroir derrière les moyens affichés pour trouver le potentiel effectif, y compris la mobilisation des esprits dans sa dimension pseudo-scientifique de supériorité biologique garante de la victoire.

3À partir d’un corpus limité de documents et d’ouvrages publiés, on abordera en premier lieu le potentiel réel des différentes forces en présence, puis les projections impériales extra-balkaniques – tenues en laisse pendant ce conflit – qui couronnaient, au sens à peine figuré, les ambitions de ces jeunes nations armées de mythes millénaires. Enfin, on se penchera sur les caractéristiques du darwinisme social belliqueux dans le champ balkanique.

4Le rapide survol comparatif intra- et extra-balkanique rappelle le retard structurel des pays balkaniques par rapport aux grandes puissances environnantes, à l’exception de l’Empire ottoman. Cela permet d’expliquer en partie la coalition des petits contre un grand, déclassé depuis longtemps, et dont la propagande russe – mais pas seulement – avait fait depuis plus d’un demi-siècle l’« homme malade » de l’Europe. L’analyse qui suit de l’oubli consécutif, de la part des petites puissances balkaniques, de leurs aspirations nationales extra-balkaniques tend plutôt à confirmer leur réalisme, qui consistait à ignorer les buts de guerre tournés contre les grandes puissances périphériques pour les recentrer sur la puissance ottomane « abordable ». On peut ainsi mesurer l’agressivité induite par une éducation nationaliste moderne, donc pénétrée des théories pseudo-scientifiques du darwinisme social, qui démultipliait le nationalisme belliqueux en magnifiant la guerre au nom de la compétition pour la sélection de la nation la plus apte à s’imposer par le sacrifice de sang.

Indicateurs socioéconomiques et image de puissance

5Si le passage qui suit semble relever d’une banale comparaison de forces pas si profondes, ou du moins largement intégrées depuis un siècle à l’analyse du potentiel destructeur, il faut se souvenir que le profit et la rapine pour augmenter sa richesse et diminuer celle de l’ennemi réel ou supposé restent des motivations puissantes et anciennement invoquées dans le déchaînement de violence entre sociétés organisées. Si les génocides du xxe siècle ont donné lieu, à juste titre, à des approches par la crise de civilisation et le dévoiement politique des avancées scientifiques, et notamment biologiques, certains auteurs n’hésitent pas à procéder au cheminement inverse et à revenir aux « fondamentaux » économiques de la conflictualité extérieure et intérieure. Ainsi Christian Gerlach, dans le chapitre consacré au génocide arménien dans son ouvrage Extremely Violent Societies, affirme :

  • 9 « That said, one could investigate instead how religious fanaticism fed into violence by non-state (...)
  • 10 Ibid., p. 92.

In genocide studies, approaches related to the history of ideas and ideologies dominate. Most studies focus on racial thinking, the formation of nation-states and ethnic identities, and religious hatred. Where the role and actions of the state, interpreted as dictated by certain ideologies, are put in the center, economic contexts remain under-studied as a purportedly secondary aspect of mass violence. Thus, some of the reasons for popular participation in extreme violence are understated, and, as a result, the active role of social groups itself9.
The importance of robbery and social envy for the expulsion and murder of Ottoman Armenians has been repeatedly emphasized [...] but not as yet comprehensively researched
10.

  • 11 Kolev Valery, Koulouri Christina (dir.), The Balkan Wars, Workbook 3, Thessalonique, Center for Dem (...)
  • 12 Todorova Maria, Imaginaire des Balkans, trad. de l’anglais Rachel Bouyssou, Paris, Éditions de l’EH (...)

6À partir du commode volume comparatif de documents procuré par Valery Kolev et Christina Koulouri11 sur les Guerres balkaniques, quelques indicateurs apparaissent comme essentiels. La population, sa taille et sa structure, est un des critères stigmatisants de la région : le morcellement en petits États contribuait à la condescendance allemande et italienne envers cette Kleinstaaterei balkanique, que les deux nations occidentales venaient à peine de surmonter elles-mêmes, et dont elles s’empressaient de déplacer plus à l’est les stigmates12.

7Seule la Roumanie détenait une position intermédiaire sur la voie des plus grandes puissances, avec plus de 7 millions d’habitants (la Bulgarie en compte près de 4,5 millions, la Serbie près de 3 millions, la Grèce plus de 2,5 millions, le Monténégro près de 250 000 ; l’Empire ottoman, beaucoup plus peuplé, étant à part, car en partie hors région également, mais sa population européenne comptait 6,4 millions d’habitants, comparable à celle de la Roumanie). Mais la Roumanie joua un rôle périphérique dans les Guerres balkaniques, presque celui d’un arbitre plus puissant, à cheval sur les aires balkanique et centre-européenne, et exerçant un condominium avec la Turquie d’Europe sur les Balkans.

8Toutefois, l’urbanisation est un critère social beaucoup plus significatif en termes de modernisation. Un léger avantage allait à la Grèce avec 24 % de population urbaine, contre 19 % pour la Bulgarie, 18 % pour la Roumanie et 14 % pour la Serbie. Si l’on affine avec la macrocéphalie de la capitale, autre signe de sous-développement, Bucarest et Athènes se distinguaient en concentrant respectivement 28,5 % et 26,5 % de la population urbaine, contre 12,5 % pour Sofia et 18,5 % pour Belgrade. Mais ici, l’argument du déséquilibre en faveur de la capitale comme signe de sous-développement ne vaut sans doute pas totalement et pourrait même être renversé, car mieux vaut avoir une seule ville un peu disproportionnée, concentrant les services de l’État et un début de bourgeoisie industrielle ou commerçante, comme Bucarest avec l’argent du pétrole ou Athènes avec ses armateurs, qu’un réseau urbain plus équilibré dans sa médiocrité. Là encore, Constantinople, et ses 1,1 millions habitants demeurait difficilement comparable, en tant que capitale impériale millénaire.

9Enfin, l’alphabétisation favorisait logiquement les Grecs, avec seulement 60 % d’analphabètes, contre 72 % parmi les Bulgares, 78 % pour les Roumains et 79,5 % des Serbes ; on peut comparer aux 40 % de Hongrois pour évaluer les prétentions d’accession à l’aire centre-européenne des projets nationaux de la Roumanie et de la Serbie.

10Les critères des indicateurs économiques peuvent prendre en compte en premier lieu l’État comme principal agent dans un espace à la faible capacité d’accumulation capitalistique dans le secteur privé. La structure des dépenses publiques par tête d’habitant accordait une légère supériorité à la Roumanie, avec 75 francs par habitant, la Grèce suivait avec 67 francs, puis la Serbie avec 43 francs et la Bulgarie avec 42 francs – à comparer toutefois avec les 114 francs français et les 126 francs britanniques dans des pays où l’action syndicale avait déjà assuré en sus une protection sociale aux travailleurs urbains du secteur privé. La comparaison avec l’Europe centrale est difficile, car les chiffres bas de l’Autriche-Hongrie (62) et de l’Allemagne (55) correspondent à la structure fédérale des deux pays.

11La ventilation de ces sommes par types de dépense est aussi éloquente : deux rubriques significatives de la puissance et de sa légitimation peuvent être retenues, l’armée et l’éducation. La Roumanie ne se distinguait pas particulièrement, avec 16 % des dépenses publiques pour l’armée et près de 10 % pour l’école, alors que la Bulgarie et la Serbie se livraient à des efforts beaucoup plus signifiants pour l’armée avec 21,5 % et 23,2 % des dépenses publiques, respectivement, et seulement 12 % et 7 % pour l’éducation. L’investissement dans les outils d’acquisition rapide de la puissance militaire était patent même si, en valeur absolue, il s’agissait d’un simple rattrapage des capacités roumaines dues à l’avantage pétrolier et céréalier. Un autre indicateur classique était la longueur des voies ferrées : la Roumanie y détenait une nette supériorité, en raison aussi de sa superficie, avec 3 500 km de voies ferrées, suivie par la Bulgarie avec 2 100 km.

  • 13 Hall Richard C., The Balkan Wars, 1912-1913, Prelude to the First World War, Londres-New York, Rout (...)
  • 14 Ibid., p. 16.
  • 15 Ibid., p. 18.
  • 16 Ibid., p. 17.
  • 17 Ibid., p. 18.
  • 18 Ibid., p. 117.
  • 19 Georgiev G., Human Resources of the Countries that Took Part in the Balkan Wars, cité dans Kolev, K (...)
  • 20 Tulça, « Une étude politique et militaire… », art. cit., p. 21.

12La puissance militaire ressort plus directement de la taille des effectifs : d’après Richard Hall13, l’armée bulgare compte 350 000 soldats mobilisés14, la Serbie 230 00015, la Grèce 110 00016 et le Monténégro 35 60017. La Roumanie dominait donc, avec 417 720 hommes18, mais le tout est à comparer aux 1,3 millions d’hommes de l’Autriche-Hongrie. Dans leur recueil de documents, Valery Kolev et Christina Koulouri citent les chiffres de G. Georgiev19 s’agissant des forces maximales mobilisées durant ces guerres et des forces totales disponibles : la Bulgarie passe à plus de 600 000 soldats (800 000 disponibles pour la levée en masse), la Serbie à seulement 175 000 (mais 53 0000 disponibles), la Grèce à 90 000 (et 480 000), le Monténégro à 30 000 et la Turquie à seulement 400 000 (à Constantinople, Andrinople et Salonique, mais sur des forces totales de plus de 4 millions, dispersées pour la plupart dans les diverses provinces de l’Empire – à Bagdad et à Damas – et après la démobilisation de 75 000 soldats expérimentés à la veille de la guerre dans les Balkans20).

  • 21 Kolev, Kolouri (dir.), The Balkan Wars, op. cit., p. 27.
  • 22 Ibid., p. 30.

13Un critère synthétique est fourni par les investissements dans les infrastructures par habitant : le plus fort (24 % du budget) revenait aux Bulgares, alors que chez les Roumains il ne s’élevait qu’à 17 % et seulement à 11,5 % chez les Serbes21. Or, les moyens de l’État roumain étaient supérieurs grâce à la manne pétrolière et céréalière, ce qui lui permettait sans doute de dépenser proportionnellement moins. En réalité, si l’on compare les agrégats économiques favorables (notamment les budgets nationaux et les exportations)22 et la relative modestie des dépenses publiques, on conclut à des revenus très inégalement répartis au sein de la société. Par exemple, le choc fut grand pour les soldats-laboureurs roumains lorsqu’ils occupèrent la Bulgarie et y découvrirent une paysannerie plus égalitaire et mieux équipée, donc mieux nourrie.

Des aspirations nationales en sourdine du fait des alliances balkaniques ?

14Les deux Guerres balkaniques furent menées au nom de principes à première vue rationnels et cohérents avec les aspirations nationales : l’émancipation de l’empire de tutelle pour la première et la juste répartition des acquis communs entre coalisés pour la seconde. Toutefois, lorsqu’on regarde de plus près les enjeux, on relève plusieurs paradoxes. D’abord, les alliances étaient passées avec des concurrents : en effet, les territoires convoités l’étaient par défaut et les buts ultimes ne se situaient pas dans les Balkans, mais dans les espaces plus prestigieux et/ou développés de l’Europe centrale ou de l’empire maritime égéen. Ceci peut expliquer, partiellement du moins, une certaine capacité à conclure des alliances, non seulement avec les concurrents balkaniques, mais aussi avec les grandes puissances extra-balkaniques censément hostiles.

  • 23 Voir les prétentions territoriales des différents États dans Enquête dans les Balkans, rapport prés (...)

15Le paradoxe de guerres menées en compagnie de concurrents à l’hégémonie régionale n’était d’ailleurs pas une nouveauté dans l’histoire récente de la confection des États nationaux, les mésaventures de l’arbitre français des unifications italienne et allemande témoignant de sa propension à se raviser, avec plus ou moins de bonheur (respectivement, dans le cas de l’Italie et de l’Allemagne). Ainsi, dans la région, la Serbie, la Bulgarie et la Grèce convoitaient toutes trois la Macédoine ; la Serbie et le Monténégro avaient des vues concurrentes sur le Sandjak de Novi Pazar et sur des portions (le Monténégro) ou la totalité (la Serbie) de la Bosnie-Herzégovine et de l’Albanie du Nord (pour un accès à la mer concernant la Serbie) ; Bulgarie et Grèce ajoutaient à leur conflit macédonien son prolongement en Thrace orientale ; la Grèce visait aussi l’Épire et le nord de la Thessalie23.

16La raison du premier paradoxe réside dans le deuxième : un combat pour des provinces convoitées par défaut, faute de pouvoir se tourner vers les horizons centre-européens ou impériaux. En effet, aussi féroces qu’aient semblé – et été – les Guerres balkaniques, les buts de guerre principaux des divers protagonistes allaient à l’encontre de grandes puissances difficiles à défier. Seul le retard de l’Empire ottoman et l’enhardissement de la coalition balkanique ont permis ces guerres, ainsi que la conviction socio-darwiniste que la guerre, y compris perdue, est la mesure de la valeur d’une nation.

  • 24 PavloviĆ Vojislav, « Kosovo Myth and the Creation of Serbian National Identity in the Nineteenth Ce (...)
  • 25 Voir la conversation entre le ministre des Affaires étrangères serbe Milan Milovanović et son homol (...)

17Les Roumains et les Serbes regardaient principalement vers leurs co-nationaux de l’Empire austro-hongrois, tout en étant conscients de ne rien pouvoir entreprendre sans l’aide d’une autre grande puissance, donc dans le cadre d’un conflit pour le moins régional. L’enjeu de l’intervention roumaine se trouve donc en Transylvanie austro-hongroise. Du côté serbe, la situation était similaire après le congrès de Berlin avec la signature de la convention austro-serbe de 1881, qui bloquait toute velléité envers les Slaves du Sud de l’Empire24. Si le Kosovo et la Macédoine étaient des axes d’expansion nationale par défaut, la revendication de la Croatie et de la Slovénie était mise en sourdine, mais non pas oubliée25.

18En Bulgarie, l’expansion vers les mers chaudes amorcée par le traité de San Stefano, précédant la rebuffade de Berlin, avait rencontré l’opposition de la Grande-Bretagne, qui y voyait, à juste titre, un pied russe plongé dans le lac britannique. La « grande idée » de la Grèce, avec ses aspirations d’empire maritime égéen jusqu’en Asie mineure, pouvait aussi être un facteur de déstabilisation, également susceptible de faire le jeu de la Russie en Méditerranée orientale.

19Toutefois, comme la Grande-Bretagne et la Russie avaient réglé leurs différends impériaux en 1907, les aspirations des pays balkaniques apparaissaient beaucoup moins dangereuses.

  • 26 Topor Claudiu-Lucian, « Interférences politiques germano-roumaines durant la première guerre balkan (...)

20Le troisième paradoxe fut les renversements d’alliance envers les puissances de tutelle. Le cas le plus spectaculaire fut le roque auquel procéda la Russie entre Bulgarie et Roumanie lors de l’arbitrage de Saint-Pétersbourg qui accorda la Dobroudja du Sud (ou Quadrilatère) à la Roumanie et la fit ainsi basculer du côté de l’Entente26. En réalité, l’équilibre du congrès de Berlin avait été rompu dès l’annexion autrichienne de la Bosnie-Herzégovine en 1908 : la Roumanie était concurrencée sur le terrain balkanique par son propre tuteur de la Triplice, qui de plus était maître de la Transylvanie.

  • 27 Hall, The Balkan Wars, op. cit., p. 4.
  • 28 Ibid., p. 9.
  • 29 Girault René, Diplomatie européenne. Nations et impérialismes, 1871-1914, Paris, Armand Colin, p. 2 (...)
  • 30 Mantran Robert (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 604.

21Ainsi, l’idée d’une alliance balkanique remontait aux années 1860, et plus sérieusement aux années 189027, mais elle ne devint effective que face au risque que représentaient le nationalisme jeune-turc depuis 1908 et sa conséquence, l’annexion de la Bosnie-Herzégovine28. À partir de septembre 1911, l’expédition coloniale italienne en Libye et son débordement en Égée contre la Turquie enhardirent la Russie et les prétendants balkaniques en portant la guerre jusqu’aux Détroits29. La reprise de l’agitation prohellène en Crète couronnait une effervescence nationaliste à relents impériaux qui augurait mal des possessions balkaniques des Ottomans30. Les deux grandes puissances régionales, Russie et Autriche-Hongrie, prenaient des gages aux deux extrémités de la péninsule et les petites puissances balkaniques risquaient de perdre la main, avec l’Italie en embuscade à Rhodes et dans le Dodécanèse.

  • 31 Tulça, « Une étude politique et militaire… », art. cit., p. 20.
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid.

22D’autres facteurs, plus conjoncturels, rendent compte du basculement dans la guerre des pays balkaniques. Le règlement malencontreux par la Sublime Porte des différends ecclésiastiques entre les nationalités balkaniques contrevint au vieux précepte impérial de divide et impera31. Elle négligea aussi la guerre douanière entre Belgrade et Vienne et autorisa les canons français Schneider à destination de Belgrade à transiter par les Détroits32. Enfin, Serbes et Grecs auraient pu être conciliés par des mesures commerciales faciles à réaliser, comme la liaison aux chemins de fer centre-européens pour le réseau grec ou, dans l’autre sens, une sortie au port de Salonique pour les produits serbes33.

23Mais si l’alliance, même lâche, était à portée des relations entre pays balkaniques, expliquer la violence infligée, notamment aux civils, qui a tant choqué les observateurs, mais aussi subie et acceptée pour soi et les siens, nécessite d’autres paradigmes.

Le démultiplicateur de puissance : « éducation » des masses et darwinisme social

  • 34 Pour une synthèse ambitieuse sur la crise des esprits à l’époque contemporaine, voir Bozarslan Hami (...)
  • 35 Principalement sur le seul phénomène fasciste, voir les écrits d’Emilio Gentile, Roger Eatwell, et (...)
  • 36 Rappelons les préjugés antiturcs, antigrecs et antisémites parmi les nationalistes roumains, y comp (...)
  • 37 Voir la référence nationaliste à la « Guerre sainte qui va libérer nos frères » dans la déclaration (...)
  • 38 Anagnostopoulou Sia, « La Macédoine des Jeunes-Turcs et l’hellénisme à travers la presse grecque : (...)

24Dans l’introduction, nous avons évoqué quelques références culturalistes des Guerres balkaniques et de l’éclatement de la Grande Guerre. Leur nombre explose pour interpréter la crise de civilisation après 1918 et l’effondrement des valeurs humanistes et bourgeoises34, notamment en lien avec les nouvelles idéologies totalitaires35. Mais la région et la période qui nous intéressent fournissaient déjà quelques cas de mobilisation violente des esprits. La propagande, les stéréotypes nationaux et le langage de croisade étaient en fait anciens36, mais furent revitalisés37, puis expliqués scientifiquement par la biologie et la médecine. Après la déception des « hellénistes » à l’égard des Jeunes-Turcs, dont ils attendaient que les réformes aboutissent à l’expansion de l’influence grecque dans un empire libéral, la presse grecque ressortit les poncifs antiturcs, mais sur un ton de stigmatisation éternelle, qui vouait irrémédiablement la nation turque moderne aux gémonies de l’arriération et de l’imitation impuissante des valeurs occidentales et modernes : « Vous vous trompez, si vous croyez que vous allez par la simple utilisation des mots Constitution, Liberté et Assemblée persuader l’Europe que vous n’êtes pas les Turcs d’hier. Les Grecs souffrent et l’Europe vous voit », écrit le journal Embros le 2 mars 1909, « […] La nature turque est le sable du désert, il est la terre sèche sur laquelle les épines de la tyrannie germent38. »

25Marie Vrinat-Nikolov, analysant l’image du « Turc » dans la prose bulgare de la fin du xixe siècle, relève dans Gantcho Kosserkata de Tsani Guintchev (1890) :

  • 39 Vrınat-Nıkolov Marie, « L’image du “turc” dans la prose bulgare des xixe et xxe siècles », Cahiers (...)

On retrouve les mêmes stéréotypes que dans la plupart des œuvres de la même époque : cruauté, arbitraire, ruse, paresse, luxure, lascivité, fanatisme et prosélytisme (théorie de la guerre sainte contre les chrétiens), comparaisons avec le serpent. Mais il faut ajouter que les Juifs (fourbes) et les Tsiganes (menteurs, voleurs et méchants) ne sont pas épargnés, comme en témoigne la réplique suivante : « Ces maudits Turcs sont encore plus méchants que les youpins »39.

26Les études de Nikos Sigalas et Alexandre Toumarkine soulignent le rôle plurivoque du nationalisme jeune-turc, à la fois unitaire, moderniste et enclin à l’assassinat politique et à une « ingénierie sociale » d’ampleur qui couvrirait maladroitement le fait génocidaire :

  • 40 Sigalas Nikos, Toumarkine Alexandre (dir.), « Ingénierie démographique, génocide, nettoyage ethniqu (...)

La spécificité de l’expérience jeune-turque est très clairement posée, mais son début est sujet à discussion. [...] Le second temps proposé est 1912-1913 qui combine trois moments : la gestion des flux de réfugiés musulmans provoqués par la première guerre balkanique ; le coup d’État du 23 janvier 1913, coup de main jeune-turc sur la Sublime Porte [Bab-ı ’Ali] qui amène Enver Paşa, héros de juillet 1908, et ses acolytes au pouvoir ; et enfin, lors de la seconde guerre balkanique, la récupération de la ville d’Edirne en juillet 1913 par des unités irrégulières qui forment la matrice de la future et funeste Organisation spéciale [Teşkilat-ı Mahsusa]. Un troisième temps peut être suggéré en 1914 avec, en mars, le début des déportations des Rum d’Anatolie, en août 1914 la création officielle de l’Organisation spéciale ; et à l’automne, l’entrée en guerre de l’Empire ottoman. Les années 1913 et 1914 sont en général privilégiées comme moment de basculement. Au passage, les repères chronologiques mentionnés semblent montrer que l’ingénierie est certes liée au temps de guerre, mais possède une temporalité singulière40.

  • 41 Ternon Yves, L’État criminel. Les génocides au xxe siècle, Paris, Seuil, p. 185.
  • 42 Ternon Yves, Enquête sur la négation d’un génocide, Marseille, Parenthèses, (coll. « Arménies »), 1 (...)

27Sans que les deux auteurs reprennent cette approche à leur compte, cette dernière remarque inscrit la radicalisation et l’institutionnalisation des organisations violentes turques dans une interprétation fonctionnaliste liée à la dynamique des combats. Ce qui suit suggère davantage la maturation idéologique d’un nationalisme biologique dans la région balkanique. Sans pouvoir en tirer des conclusions trop précises en ce sens, remarquons simplement que dans le cas du génocide arménien, à la tête du comité central du parti Union et Progrès qui gouvernait l’Empire ottoman se trouvaient deux médecins, les Docteurs Nâzim Bey et Behaeddine Chakir41. Ce dernier était plutôt l’exécutant des décisions du Docteur Nâzim, même si celui-ci n’hésitait pas à donner des précisions empreintes d’hygiénisme dans l’exécution des massacres : « En mai 1915, il parla à un meeting dans les environs d’Erzeroum où il appela “au massacre collectif des Arméniens en dehors des villes, des bourgs et des villages, afin d’éviter les épidémies que pourrait entraîner la décomposition des cadavres42”. »

  • 43 Turda Marius, Weindling Paul (dir.), Blood and Homeland. Eugenics and Racial Nationalism in Central (...)
  • 44 Yeomans Rory, « Of “Yugoslav Barbarians” and Croatian Gentlemen Scholars: Nationalist Ideology and (...)

28La compétition pour la survie des nations les plus adaptées ayant la guerre pour pierre de touche entra dans la pensée scientiste dès le tournant du siècle dans l’espace qui nous concerne. Le darwinisme social vint étayer un racisme plus traditionnel. Les études précises sur le phénomène du darwinisme social en Europe balkanique portent surtout sur l’entre-deux-guerres. C’est le cas du recueil de Marius Turda et Paul Weindling43, dont seul l’article sur la Bulgarie de Christian Promitzer remonte à la période d’avant 1918 ; quant à la Croatie, elle appartient, à l’époque, davantage à l’espace habsbourgeois, très riche en réflexion eugénique et dont le « père de la nation », Ante Starčević (1823-1896), était antisémite et antiserbe ; son héritage fut repris par le régime oustachi, ainsi qu’en atteste l’article de Rory Yeomans44.

  • 45 Promitzer Christian, Trubeta Sevasti, Turda Marius (dir.), Health, Hygiene and Eugenics in Southeas (...)
  • 46 Turda Marius, Modernisme et eugénisme, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 191-229.
  • 47 Petrini-Galatzi Mihail, Filozofia medicală : despre amelioraţiunea rasei umane [La philosophie médi (...)
  • 48 Sutzu Alexandru, « Evoluţiunea şi hereditatea » [Évolution et hérédité], Gazeta medico-chirurgicală (...)

29Marius Turda a publié avec Christian Promitzer et Sevasti Trubeta le volume fondamental sur ce domaine : Health, Hygiene and Eugenics in Southeastern Europe to 194545. Dans la bibliographie historique de sa thèse contractée46, Marius Turda faisait état de publications anciennes, apparemment suivies d’un héritage continu dans la petite Roumanie, comme celles du fondateur de la dermatologie roumaine, Mihail Petrini-Galatzi47, et d’Alexandru Sutzu48, le « fondateur de la psychiatrie roumaine ».

  • 49 Sandu Traian, Un fascisme roumain. L’histoire de la Garde de fer, Paris, Perrin, 2014.
  • 50 Livezeanu Irina, Cultural Politics in Greater Romania: Regionalism, Nation Building, and Ethnic Str (...)
  • 51 Iorga Nicolae, Problema evreiască la Cameră [Le problème juif à la Chambre des députés], Vălenii de (...)
  • 52 Discours parlementaire intitulé « În chestia manifestărilor studenţeşti : Ce represintă Adevărul » (...)

30L’hybridation de la recherche scientifique avec le nationalisme est réalisée par Alexandru Constantin Cuza, professeur de droit et d’économie politique à Iaşi et parrain – à la naissance, mais aussi en politique – de Corneliu Codreanu, le futur chef des fascistes roumains de la Légion de l’archange Michel / Garde de fer49. Il a influencé toute une génération d’étudiants50 grâce aussi à sa coopération avec Nicolae Iorga (1871-1940) au sein du Parti national-démocrate à partir de 1910, parti à la fois démocratique puisqu’il exigeait le suffrage universel et la réforme agraire, mais aussi ouvertement antisémite, ce qui amena Iorga à refuser la citoyenneté aux juifs51, tout en dénonçant le sionisme comme une ruse pour déloger les Roumains de leur patrie52. Son activité hygiéniste amena Cuza à créer, avec l’autre grand historien roumain de l’époque, Alexandru Xenopol (1847-1920), la Ligue contre l’alcoolisme, en 1897. La définition organiciste et collectiviste de la nation présente dans Naţionalitatea în artă était explicite dès 1905 :

  • 53 Cuza Alexandru C., Naţionalitatea în artă, principii, fapte, concluzii [La nationalité dans l’art : (...)

Au sein des nations, comme de véritables cellules de leurs organismes, vivent toutefois les individus. Ils n’appartiennent pas à l’humanité, pas plus qu’à l’univers sans frontières, mais font partie d’une famille d’hommes, et ils vivent quelque part sur terre. Leur être fait partie d’un tout animé – corps et âme d’une certaine constitution, soumis dès sa naissance à la détermination d’un milieu donné53.

  • 54 Lüküslu Demet, Dinçşahin Şakir, « Shaping Bodies Shaping Minds: Selim Sırrı Tarcan and the Origins (...)
  • 55 Sigalas, Toumarkine (dir)., European Journal of Turkish Studies, 2008, 2011, op. cit.
  • 56 Doğan Atila, Osmanlı aydınları ve sosyal Darwinizm [Les intellectuels ottomans et le social-darwini (...)

31En Turquie, l’œuvre de Selim Sırrı Tarcan (1874-1957) dans le domaine de l’éducation physique relève surtout de l’après-guerre54. Mais les deux études co-signées par Nikos Sigalas et Alexandre Toumarkine portent sur la période de référence55. Les auteurs relèvent « la prégnance chez les chefs unionistes d’un social-darwinisme, qui permettrait d’expliquer non pas leur nationalisme turc, peu original dans le paysage régional, mais une conception quasi-raciale de l’identité turque, à la source de leur ingénierie », donc de leur gestion de la population minoritaire ayant en définitive abouti surtout au génocide arménien. Même si les auteurs, s’appuyant sur l’ouvrage d’Atila Doğan Les intellectuels ottomans et le social-darwinisme56, reconnaissent qu’il manque le chaînon entre la pensée et l’action politique, force est néanmoins de constater l’imprégnation d’une partie de la société par cette idéologie. Dès lors, dans une situation de guerre, le risque de radicalisation, de transmission et de mise en pratique de ces idées pouvait être étayé par des raisons stratégiques, l’urgence de la prise de décision, les tensions extrêmes et l’obéissance hiérarchique, même si des études supplémentaires sont nécessaires en ce sens.

  • 57 Trubeta Sevasti, Physical Anthropology, Race and Eugenics in Greece (1880s to 1970s), Leyde, Brill, (...)

32Pour la Grèce, nous disposons de l’ouvrage de Sevasti Trubeta, Physical Anthropology, Race and Eugenics in Greece (1880s to 1970s), dont l’ensemble de la troisième partie décrit l’impact précoce, dès le milieu du xixe siècle, des théories scientifiques du dynamisme de la fili [race] hellène, qui aurait procédé depuis longtemps à l’assimilation des Slaves balkaniques et, plus tardivement, à l’assimilation ethnique des Albanais, sauf sur le plan linguistique57.

33Mesurer l’impact sur l’état d’esprit du combattant de toutes ces théories élitistes reste évidemment difficile et relève d’une approche qualitative éloignée des prétentions au chiffrage complaisamment exposées en première partie de cette contribution. Toutefois, l’approche de ce sentiment reste essentielle à la compréhension de l’agressivité et de la confiance de ces petites puissances coalisées contre une grande puissance, même en perte de vitesse et elle-même traversée par les mêmes courants de pensée. Ainsi, plusieurs exemples se présentent d’extension de ces idées jusqu’à la base de la société.

  • 58 Popescu Constantin, Din impresiile unui mobilizat [Impressions d’un mobilisé], Bucarest, 1913.

34Dans la synthèse de documents de Valery Kolev et Christina Koulouri se trouve un extrait des mémoires d’un soldat roumain58 qui semble imbibé d’un darwinisme social aussi simple qu’efficace :

  • 59 Kolev, Koulouri (dir.), The Balkan Wars, op. cit., p. 41.

Cet homme [l’homme jeune prêt au sacrifice] doit remplir certaines conditions morales, être convaincu qu’à travers son sacrifice il libérera son propre peuple de l’oppression, ou que, même si lui ou son peuple perd ou gagne, le sang versé servira son pays et ses compagnons. Ces traits moraux exigent un certain état matériel, un certain degré de culture, certains droits, et une telle armée sera alors invincible, ou sa défaite sera acquise à un prix terrible59.

35Ainsi, le sang versé servirait, quelle que fût l’issue de la guerre, victorieuse ou non. Le combat était central dans l’évaluation de la valeur d’une nation, ce qui exigeait, de l’aveu même de l’intéressé, une éducation matérielle et morale : seule une nation avancée pouvait accéder à cette conscience supérieure de la valeur du sacrifice en son nom.

  • 60 Topor Claudiu-Lucian, « Journalisme bravache et rhétorique nationaliste. La Seconde Guerre balkaniq (...)

36Ce fut précisément cette évolution de peuples prétendument arriérés et apathiques, englués dans leurs soucis alimentaires quotidiens, qui surprit lors de la déclaration de la guerre. Claudiu-Lucian Topor cite le défenseur des droits de l’homme Constantin Mille (1861-1927), pourtant socialiste, qui publia un éditorial dans son journal Adevărul [La vérité] en juin 1913, qui s’intitulait « le pays debout » : « Le long de la voie ferrée, dans les gares, partout en chemin, je n’ai trouvé qu’allégresse, réconfort et insouciance de la mort. Ces gens-là, hissés même sur le toit des trains, semblaient aller à une fête de noces60. » Tout ceci pour s’en féliciter, bien entendu.

37Les paradigmes qui fonctionnent ici en synergie sont d’une part le devoir de l’individu jeune envers la collectivité, donc la valeur du sacrifice en elle-même sans but pratique immédiat, et d’autre part le devoir de l’État envers la société, qui font du nationalisme fin de siècle un collectivisme assis sur l’interventionnisme public dans la société en termes d’éducation, de santé et de bien-être, mais aussi de libertés civiles. La fusion entre individu et État n’est donc pas totalement consommée, mais bien engagée : il suffira, au lendemain de la guerre, de déplacer de l’État vers certains mouvements politiques attractifs cette légitimité sacrificielle et de passer à la massification de certains groupuscules et associations radicaux pour obtenir les grands partis de masses fascistes en lieu et place d’États parfois déconsidérés par la politique du temps de guerre.

Conclusion

38Les motivations culturelles apportent-elles un supplément de clarté quant à la motivation des petites nations balkaniques à se jeter sur le grand empire eurasiatique ? Peut-être que la différence même de nature entre États-nationaux et empire multinational explique en partie la décision. Même si le régime des Jeunes-Turcs représente une véritable mutation nationale de l’idéologie dominante, leur hésitation entre horizon pantouranien, encore impérial et lointain, et circonscription panturque est significative de la nature encore composite de leur engagement belliqueux. Même si cela ne les empêche pas de perpétrer l’un des génocides les plus aboutis du xxe siècle, y compris en employant une phraséologie d’extermination biologique, l’agressivité des jeunes nations, portée par ce même esprit de compétition raciale, a emporté la décision.

39On trouve une lecture purement conjoncturelle du poids des idéologies racistes chez Christopher Clark, à propos cette fois du panslavisme :

  • 61 Clark, Les somnambules, op. cit., p. 282-283.

La doctrine du panslavisme est sans nul doute populaire auprès des journaux nationalistes russes, mais n’a pas plus de légitimité en tant que fondement programmatique de l’action politique que le concept hitlérien de Lebensraum. Il ne s’agit pas non plus d’un fondement cohérent, puisque les Bulgares, comme les Serbes, sont des Slaves orthodoxes alors que les Roumains, quoique orthodoxes, ne sont pas slaves61.

40La tentation existe de répondre à cette remarque croyant invalider les explications culturalistes et idéologiques : et alors ? Pour répondre de façon un peu étayée, rappelons la différence entre doctrine cohérente et idéologie vivante : l’absence de programme et de doctrine développée et rationnelle a longtemps induit en erreur sur une pseudo-absence d’idéologie fasciste, par exemple. Cette dernière combine, comme toute idéologie, doctrine de quelques textes plus ou moins théoriques de l’élite partisane sur une vision du monde, atmosphère intellectuelle d’ensemble favorable et pratiques des rituels socialisant politiquement les masses. Mais reconnaissons que ce mix idéologique était encore dans les limbes avant 1914 pour le racisme biologique à prétention scientifique, sinon pour l’ethno-nationalisme radical dont certaines élites politiques s’inspiraient déjà. Concluons donc avec Thomas Lindemann sur le mécanisme psycho-social du darwinisme social au sein des masses :

  • 62 Lindemann, « Aux origines de la Première Guerre mondiale », art. cit., p. 15.

Comme il était difficile pour ces mouvements [pangermanisme et panslavisme] de se tourner contre ceux qui les « frustraient » – les hobereaux prussiens, l’autoritarisme du tsar – leur agressivité se tourna souvent contre les autres nations. Ces mouvements n’étaient d’ailleurs pas soumis à une manipulation d’en haut mais étaient relativement autonomes et inauguraient une nouvelle politique de la droite nationale62.

  • 63 Ibid., p. 16-17.

41Ceci n’empêchait pas les élites politiques et militaires d’être également pénétrées de cette idéologie, soit de façon assez explicite comme le chef d’état-major autrichien Conrad von Hoetzendorff, soit de manière plus diffuse et passive comme le ministre russe des Affaires étrangères Sazonov : « En bref, les idées social-darwiniennes circulaient à un degré variable dans tous les milieux dirigeants européens et les incitaient à considérer la guerre comme un événement aussi naturel et inéluctable que les tempêtes63. »

  • 64 Clark, Les somnambules, op. cit., p. 295-315, et notamment p. 314, ainsi que la section « La balkan (...)

42Paradoxe ultime, pendant les Guerres balkaniques les dirigeants français, à commencer par Poincaré, basculèrent également dans une sorte d’inquiétude injustifiée face à la puissance russe, assez semblable à celle de leurs homologues allemands et avec des conclusions similaires : il fallait déclencher rapidement la guerre faute de quoi la Russie, devenue trop forte, finirait par prendre sa liberté et traiter seule avec les puissances germaniques, en dehors des intérêts français64. En langage et en termes de fantasme socio-darwinistes, les puissances en pleine expansion illimitée grâce à la démographie et à l’espace – la Russie –, tout comme les puissances en pleine expansion mais bridées par l’encerclement et la menace slave – l’Allemagne –, ainsi que les puissances en déclin imaginé – l’Autriche-Hongrie multinationale, la France latine et vaincue en 1870 et même la Grande-Bretagne concurrencée par l’Allemagne et les États-Unis – enclenchèrent la marche à la guerre en bonne partie lors du déchaînement de violence dans les Balkans.

Haut de page

Notes

1 Kévonıan Dzovinar, « L’enquête, le délit, la preuve : les “atrocités” balkaniques de 1912-1913 à l’épreuve du droit de la guerre », Le Mouvement Social, no 222, 2008/1, p. 13-40. Voir aussi les deux volumes commémoratifs : Durandın Catherine, Folschweıller Cécile (dir.), Alerte en Europe : la guerre dans les Balkans (1912-1913), Paris, L’Harmattan, 2014 ; Bled Jean-Paul, Deschodt Jean-Pierre (dir.), Les Guerres balkaniques, 1912-1913, Paris, PU Paris Sorbonne, 2014.

2 Keısınger Florian, Unzivilisierte Kriege im zivilisierten Europa? Die Balkankriege und die öffentliche Meinung in Deutschland, England und Irland, 1876-1913, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 2008.

3 Bauman Zygmunt, Modernité et holocauste, trad. de l’anglais Paule Guivarch, Paris, Complexe, 2008 [1989].

4 Pour une approche centrée sur des facteurs plus « classiques », voir Tulça Enis, « Une étude politique et militaire de la défaite rapide des armées ottomanes lors de la Première Guerre balkanique », dans Catherine Horel (dir.), Les Guerres balkaniques, 1912-1913 : conflits, enjeux, mémoires, Berne, Peter Lang, 2014, p. 19-23. Pour la surprise face aux rapides et amples succès de la Ligue balkanique, voir Clark Christopher, Les somnambules. Été 1914 : comment l’Europe a marché vers la guerre, Paris, Flammarion, 2013 [2012], p. 257.

5 Voir Ternon Yves, « Penser, classer, exclure. Origine du racisme biologique », Revue d’histoire de la Shoah, no 183, 2005/2, p. 17-47 (36-37) : « Wallace [Alfred Russel, l’autre découvreur de la théorie de l’évolution] interprète la perspective darwinienne dans un sens utilitaire. Il est convaincu que le contact avec les Européens entraîne la destruction inévitable des peuples inférieurs, qu’ils doivent supplanter les espèces locales par “la vitalité inhérente de leur organisation” et “par une plus grande capacité d’existence et de reproduction.” » (nous soulignons). De même, Lindemann Thomas, dans « Aux origines de la Première Guerre mondiale » (dans Bruno Cabanes, Édouard Husson (dir.), Les sociétés en guerre, 1911-1946, Paris, Armand Colin, 2003, p. 13-27), utilise la notion de vitalité comme une évidence au sein d’une trinité du nationalisme tel que défini à la veille de la Grande Guerre : « La grandeur, la modernité et la vitalité d’une nation se mesuraient à l’époque surtout au nombre et à la qualité des possessions coloniales. » (nous soulignons).

6 Anderson Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, trad. de l’anglais Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, La Découverte, 2002 [1983].

7 Lindemann Thomas, Les doctrines darwiniennes et la guerre de 1914, Paris, Économica / Institut de stratégie comparée, 2001 (ouvrage issu d’une thèse en histoire soutenue à Paris I en 1997).

8 Sandu Traian (dir.), Illusions de puissance, puissance de l’illusion. L’Europe centrale dans les relations internationales entre les deux guerres : historiographies et histoire, Paris, L’Harmattan, 2005.

9 « That said, one could investigate instead how religious fanaticism fed into violence by non-state actors against Armenians, though this approach has not been at the center of existing research. » Gerlach Christian, Extremely Violent Societies. Mass violence in the Twentieth-Century world, Cambridge, Cambridge University Press, 2010, p. 345.

10 Ibid., p. 92.

11 Kolev Valery, Koulouri Christina (dir.), The Balkan Wars, Workbook 3, Thessalonique, Center for Democracy and Reconciliation in Southeast Europe, 2009.

12 Todorova Maria, Imaginaire des Balkans, trad. de l’anglais Rachel Bouyssou, Paris, Éditions de l’EHESS, 2011 [1997], p. 61.

13 Hall Richard C., The Balkan Wars, 1912-1913, Prelude to the First World War, Londres-New York, Routledge, 2000.

14 Ibid., p. 16.

15 Ibid., p. 18.

16 Ibid., p. 17.

17 Ibid., p. 18.

18 Ibid., p. 117.

19 Georgiev G., Human Resources of the Countries that Took Part in the Balkan Wars, cité dans Kolev, Kolouri (dir.), The Balkan Wars, op. cit., p. 46.

20 Tulça, « Une étude politique et militaire… », art. cit., p. 21.

21 Kolev, Kolouri (dir.), The Balkan Wars, op. cit., p. 27.

22 Ibid., p. 30.

23 Voir les prétentions territoriales des différents États dans Enquête dans les Balkans, rapport présenté aux Directeurs de la Dotation [Carnegie] par les Membres de la Commission d’enquête, Paris, Centre européen, éditions de la Dotation Carnegie / Georges Crès et Cie, 1914 (ici la carte p. 19).

24 PavloviĆ Vojislav, « Kosovo Myth and the Creation of Serbian National Identity in the Nineteenth Century », dans Patrick Renaud, Judit Maár, Traian Sandu (dir.), Ouest-Est : dynamiques centre-périphérie entre les deux moitiés du continent. La pluridisciplinarité en pratique dans les sciences humaines et sociales, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 151-160.

25 Voir la conversation entre le ministre des Affaires étrangères serbe Milan Milovanović et son homologue bulgare, le général Paprikov, en 1909 : le premier révèle l’un des objectifs du rapprochement entre leurs deux pays, qui est de susciter une dynamique et d’obtenir un poids critique suffisant pour attirer les Croates et les Slovènes (Hall, The Balkan Wars, op. cit., p. 10).

26 Topor Claudiu-Lucian, « Interférences politiques germano-roumaines durant la première guerre balkanique (1912-1913) », Anuarul Institutului de Istorie „A. D. Xenopol“, t. XLIII-XLIV, 2006-2007, p. 375-419, p. 409 ; voir aussi Vesa Vasile, Les relations politiques roumano-françaises au début du xxe siècle (1900-1916), Bucarest, Editura Academiei, 1986, p. 50-52.

27 Hall, The Balkan Wars, op. cit., p. 4.

28 Ibid., p. 9.

29 Girault René, Diplomatie européenne. Nations et impérialismes, 1871-1914, Paris, Armand Colin, p. 259-260 ; Clark, Les somnambules, op. cit., p. 249 sqq.

30 Mantran Robert (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 604.

31 Tulça, « Une étude politique et militaire… », art. cit., p. 20.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Pour une synthèse ambitieuse sur la crise des esprits à l’époque contemporaine, voir Bozarslan Hamit, Crise, violence, dé-civilisation. Essai sur les angles morts de la cité, Paris, CNRS Éditions, 2019.

35 Principalement sur le seul phénomène fasciste, voir les écrits d’Emilio Gentile, Roger Eatwell, et plus spécifiquement se réclamant du « tournant culturel », Roger Griffin, Aristotle Kallis, quelques noms au sein d’une bibliographie foisonnante. Un exemple entre mille de titre d’ouvrage sur le sujet : Pfaff William, The Bullet’s Song. Romantic Violence and Utopia, New York, Simon and Schuster, 2004, qui dresse le portrait de figures passées (parfois de façon épisodique) de l’esprit chevaleresque du xixe siècle à l’idéal totalitaire de gauche ou de droite par la massification et par la brutalisation impitoyable : T. E. Lawrence, D’Annunzio, Jünger, Münzenberg, Malraux, A. Koestler, Peniakoff, Mussolini, Marinetti, Guevara, Ch. de Foucauld et S. Weil.

36 Rappelons les préjugés antiturcs, antigrecs et antisémites parmi les nationalistes roumains, y compris dans les écrits de Mihai Eminescu : cf. Volovici Leon, Nationalist Ideology and Antisemitism: The Case of the Romanian Intellectuals in the 1930s, Oxford, Pergamon, 1991.

37 Voir la référence nationaliste à la « Guerre sainte qui va libérer nos frères » dans la déclaration de guerre du roi de Serbie Pierre Ier du 18 octobre 1912 (Clark, Les sommambules, op. cit., p. 257).

38 Anagnostopoulou Sia, « La Macédoine des Jeunes-Turcs et l’hellénisme à travers la presse grecque : 1908-1910 », Cahiers balkaniques, vol. 40, 2012, en ligne : doi.org/10.4000/ceb.1128.

39 Vrınat-Nıkolov Marie, « L’image du “turc” dans la prose bulgare des xixe et xxe siècles », Cahiers balkaniques, vol. 36-37, 2008, p. 273-292, en ligne : doi.org/10.4000/ceb.1567.

40 Sigalas Nikos, Toumarkine Alexandre (dir.), « Ingénierie démographique, génocide, nettoyage ethnique. Les paradigmes dominants pour l’étude de la violence sur les populations minoritaires en Turquie et dans les Balkans », European Journal of Turkish Studies, Thematic Issue no 7, 2008, « Demographic Engineering – part I », en ligne : doi.org/10.4000/ejts.2073 et European Journal of Turkish Studies, Thematic Issue no 12, 2011, « Demographic Engineering. – part II », en ligne : doi.org/10.4000/ejts.4381. Ici, part I, p. 21 (§ 56).

41 Ternon Yves, L’État criminel. Les génocides au xxe siècle, Paris, Seuil, p. 185.

42 Ternon Yves, Enquête sur la négation d’un génocide, Marseille, Parenthèses, (coll. « Arménies »), 1989, p. 144.

43 Turda Marius, Weindling Paul (dir.), Blood and Homeland. Eugenics and Racial Nationalism in Central and Southeast Europe, 1900-1940, Budapest, Central European University Press, 2007.

44 Yeomans Rory, « Of “Yugoslav Barbarians” and Croatian Gentlemen Scholars: Nationalist Ideology and Racial Anthropology in Interwar Yugoslavia », dans Turda, Weindling (dir.), Blood and Homeland, op. cit., p. 83-122.

45 Promitzer Christian, Trubeta Sevasti, Turda Marius (dir.), Health, Hygiene and Eugenics in Southeastern Europe to 1945, Budapest, Central European University Press, 2011.

46 Turda Marius, Modernisme et eugénisme, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 191-229.

47 Petrini-Galatzi Mihail, Filozofia medicală : despre amelioraţiunea rasei umane [La philosophie médicale : de l’amélioration de la race humaine], Bucarest, Tipografia D.A. Laurian, 1876.

48 Sutzu Alexandru, « Evoluţiunea şi hereditatea » [Évolution et hérédité], Gazeta medico-chirurgicală a spitalelor, vol. 5, no 12, 1874, p. 95-110.

49 Sandu Traian, Un fascisme roumain. L’histoire de la Garde de fer, Paris, Perrin, 2014.

50 Livezeanu Irina, Cultural Politics in Greater Romania: Regionalism, Nation Building, and Ethnic Struggle, 1918-1930, Ithaca (NY), Cornell University Press, 1995.

51 Iorga Nicolae, Problema evreiască la Cameră [Le problème juif à la Chambre des députés], Vălenii de Munte, Tipografia Neamul Românesc, 1910.

52 Discours parlementaire intitulé « În chestia manifestărilor studenţeşti : Ce represintă Adevărul » [À propos des manifestations étudiantes : que représente Adevărul], 17 décembre 1909, dans Iorga Nicolae, Două Cuvîntări în chestia muncitorilor. În chestia agitaţiilor evreieşti [Deux mots à propos des travailleurs. À propos des agitateurs juifs], Vălenii de Munte, Tipografia Neamul Românesc, 1910, p. 48.

53 Cuza Alexandru C., Naţionalitatea în artă, principii, fapte, concluzii [La nationalité dans l’art : principes, faits, conclusions], Bucarest, Cartea Românească, 1927 [1905], p. 4.

54 Lüküslu Demet, Dinçşahin Şakir, « Shaping Bodies Shaping Minds: Selim Sırrı Tarcan and the Origins of Modern Physical Education in Turkey », International Journal of the History of Sport, vol. 30, no 3, février 2013, p. 195-209.

55 Sigalas, Toumarkine (dir)., European Journal of Turkish Studies, 2008, 2011, op. cit.

56 Doğan Atila, Osmanlı aydınları ve sosyal Darwinizm [Les intellectuels ottomans et le social-darwinisme], Istanbul, Bilgi Üniversitesi Yayınları, 2006.

57 Trubeta Sevasti, Physical Anthropology, Race and Eugenics in Greece (1880s to 1970s), Leyde, Brill, 2013.

58 Popescu Constantin, Din impresiile unui mobilizat [Impressions d’un mobilisé], Bucarest, 1913.

59 Kolev, Koulouri (dir.), The Balkan Wars, op. cit., p. 41.

60 Topor Claudiu-Lucian, « Journalisme bravache et rhétorique nationaliste. La Seconde Guerre balkanique dans la presse roumaine », dans Catherine Horel (dir.), Les Guerres balkaniques, op. cit., p. 289-301 (293).

61 Clark, Les somnambules, op. cit., p. 282-283.

62 Lindemann, « Aux origines de la Première Guerre mondiale », art. cit., p. 15.

63 Ibid., p. 16-17.

64 Clark, Les somnambules, op. cit., p. 295-315, et notamment p. 314, ainsi que la section « La balkanisation de l’Alliance franco-russe » (p. 295-303).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Traian Sandu, « Puissance et vitalisme dans les Guerres balkaniques : état des forces, buts de guerre et darwinisme social »Balkanologie [En ligne], Vol. 17 n° 1 | 2022, mis en ligne le 30 septembre 2022, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/3750 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.3750

Haut de page

Auteur

Traian Sandu

Sorbonne Nouvelle
traian.sandu[at]sorbonne-nouvelle.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search