Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 17 n° 1Comptes rendusKrisztián Csaplár-Degovics et Lum...

Comptes rendus

Krisztián Csaplár-Degovics et Lumnije Jusufi, Das ungarisch-albanische Wörterbuch von Zoltán László (1913). Imperialismus und Sprachwissenschaft [Le dictionnaire hongrois-albanais de Zoltán László (1913). Impérialisme et linguistique]

Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften, 2020
Daniel Baric
Référence(s) :

Csaplár-Degovics, Krisztián et Jusufi, Lumnije, Das ungarisch-albanische Wörterbuch von Zoltán László (1913). Imperialismus und Sprachwissenschaft, Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften, 2020, 239 p., ISBN : 978-3-7001-8273-3.

Texte intégral

1À première vue, rien de très spectaculaire : un répertoire de mots hongrois traduits en albanais et retranscrits en hongrois, publié à Budapest en 1913, qui constitue le premier dictionnaire hongrois-albanais. Le projet éditorial d’une réédition, fondé sur un patient travail de recherches en archives, de contextualisation historique et de collation de données linguistiques, confère un intérêt neuf et multiple à cet objet lexicographique vite oublié après sa publication.

2L’ouvrage, dans sa forme actuelle, est constitué de trois parties complémentaires. La première retrace l’itinéraire de l’auteur du dictionnaire dans la perspective d’une biographie impériale ; la deuxième reconstitue sa démarche linguistique ; la troisième procure la publication originale en facsimilé sur la page de gauche avec en regard, sur la page de droite, des commentaires linguistiques. La coopération étroite entre un historien des relations hungaro-albanaises et une linguiste spécialisée en dialectologie albanaise éclaire à la fois l’arrière-plan, culturel et diplomatique, et le processus concret d’élaboration du dictionnaire. Afin d’éclairer le sens que pouvait avoir la confection de cet ouvrage précisément dans le contexte des Guerres balkaniques (voir sur ce point la contribution de Krisztián Csaplár-Degovics à ce numéro de Balkanologie), c’est toute la carrière de Zoltán László (1881-1961), journaliste et homme de lettres passablement oublié de nos jours, même dans son pays d’origine, qui a été reconstituée. Le parti pris méthodologique a été d’appliquer une grille de lecture résolument impériale, dans le sens des recherches entreprises depuis une vingtaine d’années dans le domaine des études consacrées à l’Empire habsbourgeois. L’insertion de cet ouvrage lexicographique, qui pourrait sembler modeste en soi, dans le prolongement et le contexte de travaux conçus en amont et soutenus par les autorités hongroises, replace son auteur dans le projet plus vaste d’interactions renforcées que la Hongrie cherchait à développer avec les Balkans depuis le xviiie siècle. L’intérêt de chercheurs hongrois pour les populations albanophones au début du xxe siècle s’inscrit dans le cadre austro-hongrois, mais K. Csaplár-Degovics met en lumière les ressorts et la chronologie propres à une dynamique spécifique hongroise à cet égard. La Bosnie-Herzégovine, où Zoltán László a exercé des fonctions administratives (1908-1911), apparaît en cela comme une plaque tournante pour l’élaboration d’un savoir austro-hongrois (et en l’occurrence proprement hongrois) sur les langues et les cultures balkaniques.

3L’apport du dictionnaire hongrois-albanais sous cette forme rééditée, du point de vue plus strictement philologique, consiste à fournir des éléments du paysage sonore d’un univers albanophone qui a produit peu de sources écrites à cette époque. Les termes albanais introduits dans l’ouvrage constituent pour cette raison une source rare, largement ignorée jusqu’à présent, pour l’étude diachronique des dialectes du guègue. Les commentaires linguistiques soulignent l’hétérogénéité de ce lexique, documentée par la présence de plusieurs variantes mettant en évidence les contacts linguistiques entre les parlers albanais, turc et slaves. Le dictionnaire documente une séquence de l’histoire de la langue antérieure au purisme linguistique qui a prévalu dans l’Albanie post-ottomane. La gestation du projet lexicographique, reconstituée par l’analyse du choix des lexèmes et de leur traduction, rend compte d’une communication imparfaite, puisque l’auteur dut passer par des informateurs locaux, par le truchement de parlers sud-slaves. Les termes imparfaitement traduits, nés d’une confusion entre le lexicographe et ses informateurs, apportent de nombreux éclairages sur les tâtonnements qui accompagnèrent cette entreprise pionnière. À ce titre, le dictionnaire, désormais introduit et glosé, peut se lire non plus seulement au premier degré comme une ressource lexicographique, mais aussi comme le témoignage d’une recherche précoce sur le terrain sud-est européen, soumise aux aléas des rencontres et des lacunes du producteur de savoir sur les Balkans.

4À travers le prisme hongrois, l’ouvrage propose de lire un tel projet lexicographique comme étant de nature impériale, et par conséquent, tel est l’argument de l’apparat critique, comme l’émanation ipso facto d’une ambition impérialiste (p. 17-20). Si cette définition est en adéquation avec les tendances de la new imperial history, en l’absence de documents personnels, il est parfois difficile de comprendre ce que Zoltán László pensait vraiment, s’il comprenait lui-même son action comme partie prenante d’une entreprise véritablement impérialiste. Il n’en reste pas moins, au-delà des questions de définition des concepts d’empire et d’impérialisme, que l’accent mis sur le distinguo entre science balkanologique austro-hongroise et hongroise permet de saisir l’entremêlement de dimensions nationale et impériale. À ce titre, la présentation (p. 90-91) du traitement que Zoltán László réserva à une figure historique albanaise, Isa Boletini / Iza Boljetinac (1864-1916), qui joua un rôle non négligeable dans le déclenchement des Guerres balkaniques en 1912, est éclairante : personnage éminemment violent et négativement connoté dans les récits qu’il publia dans la presse de Pest, son image hongroise est en claire opposition avec les comptes rendus nettement plus neutres, voire positifs, dans les publications autrichiennes contemporaines. Une étude iconologique comparative prometteuse pourrait sans doute approfondir cette différence de traitement de la thématique albanaise de part et d’autre de l’empire des Habsbourg, notamment en lien avec une autre voix contemporaine de la mise en scène orientalisante des Balkans, l’auteur allemand Karl May (1842-1912), très influent pour sa part dans l’ensemble de l’espace austro-hongrois (du reste abondamment traduit en hongrois de son vivant), qui fait aujourd’hui l’objet d’un intérêt renouvelé.

5Troisième volume d’une collection balkanologique récemment inaugurée aux presses de l’Académie des sciences autrichienne (« Schriften zur Balkanforschung »), cette édition montre éloquemment comment un support textuel en apparence mineur peut être avantageusement revisité. Par le biais d’une édition critique multidisciplinaire très cohérente dans sa conception, la mise au jour des présupposés et des failles qui accompagnèrent son élaboration contribue à une connaissance affinée de l’histoire des interactions entre espaces balkanique et centre-européen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Baric, « Krisztián Csaplár-Degovics et Lumnije Jusufi, Das ungarisch-albanische Wörterbuch von Zoltán László (1913). Imperialismus und Sprachwissenschaft [Le dictionnaire hongrois-albanais de Zoltán László (1913). Impérialisme et linguistique] »Balkanologie [En ligne], Vol. 17 n° 1 | 2022, mis en ligne le 30 septembre 2022, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/3820 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.3820

Haut de page

Auteur

Daniel Baric

Sorbonne Université, UMR Eur'Orbem
daniel.baric[at]sorbonne-universite.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search