Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 17 n° 1Comptes rendusMarie Vrinat-Nikolov (dir.), Géné...

Comptes rendus

Marie Vrinat-Nikolov (dir.), Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie au xxe siècle

Slavica Occitania, no 52, 2021
Jovana Papovic
Référence(s) :

Vrinat-Nikolov, Marie (dir.), Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie au xxe siècle, Slavica Occitania, no 52, 2021, 418 p., ISBN : 979-10-93090-10-8.

Texte intégral

  • 1 Vrinat-Nikolov Marie, « Introduction », Slovo, vol. 50 (Comment penser l’histoire littéraire au xxe(...)

1Dans son numéro 52, la revue de slavistique de l’Université de Toulouse Slavica Occitania choisit, une fois n’est pas coutume, de poser son regard sur les Balkans et la Turquie. Il s’agit là d’un espace géographique et culturel pluriel, à la fois slave (pour partie) et (post)-ottoman, au carrefour de l’aire « euro-asiatique »1, que la directrice de ce numéro spécial décrit volontiers comme ayant « en partage un long passé et de nombreuses crises depuis la création étalée dans le temps d’États-nations issus de l’Empire ottoman » (p. 13). Professeure de langue et de littérature bulgares à l’Inalco et également traductrice, inscrivant son travail dans une démarche de décloisonnement de l’histoire littéraire bulgare, Marie Vrinat-Nikolov propose de s’emparer de la catégorie de « génération » et d’évaluer son aptitude à dépeindre les crises majeures ainsi que les mouvements politiques et intellectuels de cet espace particulier.

  • 2 Sirinelli Jean-François, « Génération et histoire politique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, (...)

2L’entreprise ambitieuse est pluridisciplinaire. Elle engage à la fois la théorie et l’histoire de la littérature, l’histoire sociale et politique, ainsi que la sociologie, avec des contributions qui, non sans déplorer le manque de consensus autour de la catégorie de « génération », arrivent presque toutes à s’en emparer et en proposer un usage, voire parfois même une définition. Notons toutefois qu’au-delà de la notion plus étroite de classe d’âge, « la génération » est ici comprise comme une catégorie « élastique », profondément contextuelle et se développant à rythmes irréguliers. Aussi, les contributions se concentrent principalement sur des générations intellectuelles ou politiques, s’inscrivant ainsi dans les pas de Jean-François Sirinelli qui invite à user de la catégorie à la fois comme « objet d’étude et instrument d’investigation », afin d’alimenter « une approche ternaire des comportements collectifs qui rythment ou sous-tendent la vie de la cité », à travers l’exploration des « idéologies, [de] la culture politique et [d]es représentations et sensibilités »2. Le numéro, qui compte treize contributions en français et quatre traductions du bulgare, est divisé en trois chapitres. Le premier est consacré aux enjeux générationnels dans le monde littéraire, le second à la génération en tant qu’espace physique ou symbolique de « sociabilité, de transmission et de mobilisation » et le dernier à la génération en tant qu’outil heuristique et thème clé de la construction du récit national ou identitaire.

3Les six contributions du premier chapitre interrogent les liens entre l’émergence du champ littéraire et la sphère politique – deux terrains vus par les autrices et auteurs comme interdépendants, dans les contextes turbulents des transitions impériales et des autoritarismes. Ainsi, Plamen Doïnov, avec les poètes bulgares de la « génération d’avril », et Biliana Kourtasheva, autour des anthologies de poésie rivales dans la Bulgarie des années 1920, dévoilent les conflits ou coopérations entre l’État et la sphère littéraire dans la fabrique d’une génération esthétique, un canon littéraire ou un langage hégémonique. Marie Vrinat-Nikolov revient quant à elle sur l’émergence du cercle d’intellectuels autour de la revue Мисъл [pensée] pour mieux dévoiler qu’au-delà de la cohorte, c’est surtout l’habitus et la position de classe qui jouent un rôle important dans la constitution d’un groupe générationnel. Le second aspect mis en avant par les contributions de ce premier chapitre est l’importance de l’identification générationnelle chez des groupes intellectuels promoteurs de formes de modernité alternatives, propres aux expériences complexes de l’espace balkanique et turc. Ainsi, Laurent Mignon montre comment, dans les dernières heures de l’Empire ottoman, se développe chez certains jeunes poètes et intellectuels turcs une passion pour la spiritualité orientale et le paganisme gréco-romain comme réponse aux valeurs rationalistes et matérialistes défendues par les réformateurs. Cécile Folschweiller dévoile quant à elle l’importance de la cohésion de groupe dans la formation et la transmission mémorielle du groupe d’intellectuels de la « Génération ’27 » en Roumanie, un collectif séduit par l’idée d’une « régénération spirituelle et culturelle » (p. 111) du nouvel espace national. Enfin, Alexandre Prstojevic revient sur les figures des écrivains Borislav Pekić et Danilo Kiš comme instigateurs, presque malgré eux et à la faveur d’un rapport conflictuel avec le régime titiste, d’un nouveau style littéraire original – le postmodernisme serbe.

  • 3 Mannheim Karl, Le problème des générations, Paris, Nathan (trad. Gérard Mauger), 1990.

4Le deuxième chapitre met en avant le rôle des évènements traumatiques, crises politiques ou ruptures symboliques dans l’apparition des groupes générationnels. Les grands tournants historiques sont en effet souvent perçus comme permettant l’essor d’unités générationnelles3, à savoir de groupes partageant un destin historique les menant à prendre conscience de leur expérience commune et à la politiser. Chacune des trois contributions proposées ici met également en avant le rapport intrinsèquement dialectique entre les générations, dévoilant que celles-ci se construisent souvent en rupture avec celles qui les précèdent, comme dans le cas des « néo-albanais » de l’entre-deux-guerres. En se constituant en tant que « jeunes », ce groupe d’intellectuels engagés, étudié par Falma Fshazi, fabrique la catégorie des « vieux » pour mieux s’auto-identifier à travers la distinction. C’est aussi le cas des membres du « Foyer des intellectuels » en Turquie après le coup d’État de 1960 qui, selon Zeynep Bursa-Millet, vont jusqu’à commettre une sorte de parricide, en s’attaquant à leurs aînés, les élites kémalistes, auprès desquelles ils avaient pourtant développé leur première sensibilité intellectuelle et politique. Toutefois, comme l’illustre la contribution proposée par Anne Madelain, les générations se construisent aussi en dialogue avec celles qui leur succèdent. En revenant sur l’expérience de la première génération d’éditeurs privés en Croatie et en Serbie, après le démembrement de la Yougoslavie, cette contribution montre que si ces pionniers sont bien en rupture avec le monde de l’édition des grandes entreprises nationales du socialisme, leur démarche résolument militante rompt aussi avec celle plus lucrative du secteur qui se développe à partir des années 2000, faisant ainsi, de manière paradoxale, de cette « première » génération « une génération de la transition » (p. 209).

  • 4 Nora Pierre, « La génération », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, vol. II, Paris, Gall (...)

5Le troisième chapitre est lui consacré à une mise en dialogue des expériences générationnelles vécues par les acteurs avec celles réappropriées ou redéfinies a posteriori, s’inscrivant ainsi dans les réflexions ouvertes par Pierre Nora autour de l’investissement de cette catégorie par la fabrique mémorielle4. Ce sont bien les récits mémoriels qui, à la faveur d’une opération narrative, intronisent une génération, comme le montre Bernard Lory dans sa contribution sur les insurrections bulgares et macédoniennes et le rôle des auteurs « d’hagiographies patriotiques » (p. 227) dans la canonisation de la mémoire et la fabrique de ses héros nationaux. Le décalage entre l’expérience vécue des acteurs et la fabrique mémorielle est aussi exploré, à travers le cas bulgare, par Alexander Vezenkov, qui montre comment les biais introduits par la violence de l’expérience communiste poussent les observateurs à rendre acceptable, voire à idéaliser, la « troisième génération » de jeunes nationalistes des années 1930, allant jusqu’à taire voire à nier leur sympathie pour l’idéologie fasciste. Ce troisième chapitre compte aussi des contributions qui s’emparent de la catégorie de génération comme d’un outil heuristique, dévoilant que, dans le contexte balkanique souvent saturé par les lectures ethno-nationales, la lecture générationnelle peut venir enrichir l’analyse, à l’instar de la contribution d’Andreas Guidi qui interroge la mémoire de plusieurs générations de migrants juifs et grecs originaires de l’île de Rhodes aux États-Unis. En montrant que la démarcation générationnelle est un des facteurs de la construction du récit mémoriel, qui s’ajoute à l’expérience de vie en communauté ethno-nationale sur le sol américain, Guidi enrichit la lecture de ces expériences, souvent observées indépendamment, en parvenant à les montrer comme parallèles. Enfin, la dernière contribution, proposée par Lucie Drechselová, est celle qui s’empare le plus explicitement de la génération comme d’une catégorie d’analyse, approchant son objet d’un point de vue étique, afin de produire une « génération du coup d’État de 1980 ». Identifiant ce moment historique comme un moment pivot, englobant les expériences militantes qui le précèdent et celles qui en découlent, cette catégorie d’analyse permet à l’autrice de mieux saisir et encadrer les expériences individuelles de militantes de la gauche radicale en Turquie et de décrire l’expérience horizontale de tout un ensemble générationnel marqué par cette rupture historique.

6On l’aura compris, ce numéro est riche et dense tant par la diversité des études de cas proposées que par la complexité de son objet, la « génération ». Remarquons que la densité est renforcée par un certain manque d’équilibre entre les contributions, dont certaines sont plus de deux fois plus longues que d’autres. S’il permet bien de dévoiler la multiplicité des usages et la diversité des dimensions éclairées par la « génération » – nouvelles chronologies, différents rapports sociaux, fabrique mémorielle –, ce numéro ne parvient pas à nous convaincre que la grille de lecture générationnelle se suffit à elle-même. Il invite cependant à l’agréger à d’autres approches (qui abordent leur objet par le genre, la classe ou l’identité nationale) afin de contribuer à les complexifier, ouvrant ainsi un vaste chantier.

Haut de page

Notes

1 Vrinat-Nikolov Marie, « Introduction », Slovo, vol. 50 (Comment penser l’histoire littéraire au xxe siècle dans l’espace euro-asiatique ?), 2020, en ligne : https://doi.org/10.46298/slovo.2020.6137.

2 Sirinelli Jean-François, « Génération et histoire politique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 22, (Les générations), avril-juin 1989, p. 67-80.

3 Mannheim Karl, Le problème des générations, Paris, Nathan (trad. Gérard Mauger), 1990.

4 Nora Pierre, « La génération », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, vol. II, Paris, Gallimard, 1997, p. 2975-3015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jovana Papovic, « Marie Vrinat-Nikolov (dir.), Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie au xxe siècle »Balkanologie [En ligne], Vol. 17 n° 1 | 2022, mis en ligne le 30 septembre 2022, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/3835 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.3835

Haut de page

Auteur

Jovana Papovic

EHESS, CETOBaC
papovicj[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search