Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 17 n° 1DossierEntre philologie et politique, ge...

Dossier

Entre philologie et politique, genèse et édition du premier dictionnaire hongrois-albanais (1913)

Between Philology and Politics, the Genesis and Publication of the First Hungarian-Albanian Dictionary (1913)
Krisztián Csaplár-Degovics
Traduction de Daniel Baric

Résumés

L’albanologie a suscité un nombre limité d’études et de monographies sur ses origines, son émergence et l’histoire des premières générations de spécialistes de la discipline, en particulier ceux de langue hongroise. L’apport de ces derniers et leur rôle dans l’histoire disciplinaire s’affirment à l’époque des Guerres balkaniques. Les œuvres littéraires, les articles et les publications de Zoltán László peuvent être interprétés dans ce contexte comme une résultante des ambitions impériales de la Hongrie dans le cadre du dualisme austro-hongrois. L’achèvement du premier dictionnaire hongrois-albanais par László, précisément en 1913, apparaît ainsi comme une conséquence de l’expansion impériale austro-hongroise. Le dictionnaire se présente comme un instrument conçu dans le cadre d’une tentative d’appropriation des potentialités que recèle l’Albanie, alors même qu’elle se voit reconnaître son indépendance.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand par Daniel Baric.

Texte intégral

  • 1 Sur le contexte et les réalisations de ces programmes liant impérialisme et archéologie, voir Baric(...)
  • 2 Archives nationales autrichiennes [Österreichisches Staatsarchiv], Archives de la maison régnante, (...)

1Bien que n’étant pas en soi un produit de la politique des grandes puissances, l’albanologie, développée comme une science en Autriche-Hongrie, se trouva néanmoins en profonde symbiose avec la politique impériale développée à l’égard de l’Albanie au sein du Ballhausplatz, le ministère autrichien des Affaires étrangères. Cela fut particulièrement le cas après la tenue d’une conférence secrète des ministères communs à Vienne en 1896, où fut mise en place une nouvelle politique à l’égard des territoires albanais. Pour les fonctionnaires du ministère commun des Affaires étrangères, l’albanologie était de fait perçue comme une discipline impériale. En 1911, le chef de section Karl Macchio présenta, dans une note à usage interne, un parallélisme suivant lequel il revenait à l’albanologie de jouer pour l’Autriche-Hongrie exactement le même rôle que l’égyptologie pour la France et l’assyriologie pour la Grande-Bretagne. Chacune de ces disciplines avait pris de l’importance en raison de l’intérêt des grandes puissances pour l’Orient, si bien que le financement de ces recherches devait parachever l’ambition de chacune d’entre elles1. Malgré l’opinion de Macchio, cependant, l’albanologie ne fut pas – à la différence de l’égyptologie – institutionnalisée en Autriche-Hongrie dans le cadre d’un enseignement universitaire spécifique, même si des cours d’albanais furent prodigués à partir de la fin du xixe siècle tant à l’Université de Vienne qu’à l’Académie orientale de Budapest2.

  • 3 Le baron Franz/Ferenc Nopsca (1877-1933), un noble Hongrois de Transylvanie qui joua un rôle notabl (...)

2Les quelques études et monographies consacrées à l’émergence et au développement de cette discipline ainsi qu’à l’histoire de la première génération d’albanologues considèrent généralement l’albanologie austro-hongroise comme une discipline développée par des savants germanophones qui exercèrent leurs activités dans la partie autrichienne de l’Empire. Mais, à l’instar de la Monarchie dans son ensemble, l’albanologie a aussi son versant hongrois3. Saisir les débuts de l’albanologie hongroise et lui assigner une place dans la vie scientifique et politique de l’époque implique donc d’insérer ce savoir émergent dans le contexte impérial austro-hongrois. La présente étude se propose par conséquent d’esquisser l’arrière-plan historique qui donna naissance à un dictionnaire qui, élaboré dans le sillage des Guerres balkaniques, a lui-même été conçu pour servir à des fins impérialistes.

  • 4 Csaplár-Degovics Krisztián, Jusufi Lumnije, Das ungarisch-albanische Wörterbuch von Zoltán László ( (...)
  • 5 Wilson Kathleen, « Introduction. Histories, Empires, Modernities », dans Kathleen Wilson (dir.), A (...)
  • 6 Hirschhausen Ulrike, « A New Imperial History? Programm, Potenzial, Perspektiven (Diskussionsforum)(...)
  • 7 Ibid., p. 725-729.

3L’édition critique de la version originale, avec la reconstruction de l’histoire du dictionnaire et une analyse des imprécisions qui y figurent, a été publiée en 2020, dans une perspective à la fois linguistique (Lumnije Jusufi) et historique (Krisztián Csaplár-Degovics)4. Le lexique et les idiomatismes y sont analysés dans une perspective de linguistique comparée, de dialectologie et d’histoire de la langue ; les éléments historiques sont traités selon la méthodologie de la new imperial history. Dans l’analyse développée par Kathleen Wilson5, il s’agit de prendre en compte des perspectives à la fois non européennes et non occidentales afin de mettre en relation des récits impériaux et nationaux qui s’ignorent généralement. Au sein de cette approche historiographique, Ulrike Hirschhausen développe une recherche mettant l’accent sur la variété des centres et des périphéries qui caractérise les espaces impériaux s’étendant sur de vastes territoires. Ces centres et périphéries, c’est-à-dire ces groupes nationaux et confessionnels hétérogènes, étaient liés par un réseau dense fait de divers liens, instruments et acteurs, dont l’implication était d’intensité variable. Entre les échelons, global et local, s’insèrent des espaces intermédiaires [Zwischenräume] qui méritent une attention particulière, à la mesure de la mise à l’écart dont ils ont longtemps été victimes tant dans les historiographies nationales que dans les approches globales6. En outre, ce sont bien des personnes qui incarnent l’empire, qui se déplacent du centre à la périphérie, où ils réalisent ce qu’impliquent les conceptions impériales développées au centre. Ce sont eux qui mettent en relation différents espaces géographiques, économiques, politiques ou culturels. Leur itinéraire fait donc apparaître les formes spécifiques que prend l’expansion d’un empire, et c’est dans un tel espace intermédiaire qu’il convient de replacer la production du premier dictionnaire hongrois-albanais7.

Impérialisme hongrois et recherches sur l’Orient

  • 8 Vásáry István, « “Nemzeti” és/vagy “nemzetközi”. A magyar orientalisztika dilemmái a 19. században  (...)

4Les représentations impérialistes hongroises sont en partie issues de la longue histoire des recherches hongroises sur l’Orient, dont un nouveau chapitre commence au xviiie siècle, après les guerres contre l’Empire ottoman. Apparurent alors, d’une part, les premiers savants hongrois dont les travaux contribuèrent au développement de l’orientalisme. János Uri (1724-1796) établit le premier catalogue scientifique de la prestigieuse collection de manuscrits de la bibliothèque Bodléienne d’Oxford. Un diplomate habsbourgeois, le comte Károly Revisnyei Reviczky (1736-1793), se rendit célèbre par ses traductions de certaines œuvres du poète classique persan Hafez (xive siècle), alors que Ferenc Dombay (1758-1810), qui avait étudié à l’Académie des langues orientales de Vienne et devint un interprète envoyé auprès de la cour du Maroc, s’est fait un nom dans l’histoire des sciences, au-delà de sa patrie hongroise, grâce à sa grammaire de l’arabe maghrébin8.

  • 9 Voir ses mémoires, ultérieurement traduites et régulièrement rééditées : Benyowsky Maurice-Auguste, (...)
  • 10 Son destin a inspiré le romancier Jean-Christophe Ruffin pour son roman Le tour du monde du roi Zib (...)
  • 11 László Berzenczey est probablement le premier Hongrois à avoir fait le tour du monde et le premier (...)
  • 12 Gábor Bálint parcourut l’espace mongol, à la suite de Kőrösi Csoma, entre 1871 et 1874. Son expédit (...)
  • 13 Róna-Tas András, « Belső-Ázsia magyar felfedezői. A kezdetektől az első világháborúig » [Les explor (...)

5D’autre part, aventuriers, voyageurs et savants se firent connaître dans le monde entier, sans l’avoir vraiment cherché du reste, pour leurs contributions à la connaissance d’un continent asiatique encore très imparfaitement exploré. Tel fut le destin du comte Móric Benyovszky (1741-1786), un officier au service de Marie-Thérèse, qui se retrouva par une suite de hasards sur la presqu’île du Kamtchatka en Russie. L’aristocrate aux idées libérales, d’ascendance hongroise et polonaise, hungarus au sens d’un patriotisme incluant tous les peuples vivant sur le territoire du royaume de Hongrie, prit part à un soulèvement polonais et fut fait prisonnier par les Russes. Grâce à son intelligence et une imagination fertile, il put s’enfuir du Kamtchatka, puis il parcourut la moitié du globe à bord du navire qu’il avait subtilisé et se mit enfin au service des Français. Après avoir résumé ses expériences dans des publications9, il finit sa vie d’aventurier à Madagascar, après s’en être proclamé souverain10. Parmi les exilés partis à la suite de la guerre d’indépendance hongroise de 1848-1849, plusieurs devinrent des explorateurs de l’Asie centrale et des voyageurs qui firent le tour du monde. Ce fut le cas du commissaire au gouvernement László Berzenczey (1820-1884)11, du spécialiste des langues mongole et turque Gábor Bálint (1844-1913)12 et de Vilmos Leitner (1840-1899). Ce dernier fut interprète pour l’armée britannique et enseigna le turc, l’arabe, le grec moderne et le droit islamique au King’s College de Londres et dirigea entre 1865 et 1870 des expéditions en Asie centrale et en Inde13.

  • 14 Vásáry, « “Nemzeti és/vagy nemzetközi », art. cit., p. 146-148 ; Róna-Tas, « Belső-Ázsia magyar (...)

6Il importe de souligner que le point de départ de ces premières recherches orientalistes hongroises ne se trouvait pas dans une situation historique donnée ou dans l’intérêt personnel de tel chercheur en particulier. Les savants hongrois étaient surtout motivés par l’exploration de la protohistoire hongroise, soit celle des tribus hongroises d’Asie dans la période précédant leur installation dans le bassion des Carpates à la fin du ixe siècle. La plupart des orientalistes hongrois, notamment Sándor Kőrösi Csoma (1784-1842), l’un des fondateurs de la tibétologie moderne et membre de la Société asiatique britannique des Indes, étaient à la recherche de la patrie primitive des Hongrois et de leurs descendants demeurés en Asie14.

  • 15 Csorba György, « Az 1848-49-es törökországi magyar emigráció története » [L’histoire de l’émigratio (...)
  • 16 Karpat Kemal H., « Kossuth in Turkey: The Impact of Hungarian Refugees in the Ottoman Empire, 1849- (...)

7Il importe également de signaler que l’intérêt de l’orientalisme classique hongrois se portait sur le monde islamique (et turcique antéislamique). Cela s’explique par le fait que les sultans ottomans accueillirent, à partir du xviiie siècle, des réfugiés hongrois à l’issue d’épisodes insurrectionnels anti-habsbourgeois, comme ce fut notamment le cas en 1849 lorsque, suite à la défaite hongroise dans la guerre d’indépendance, quelque 4 000 personnes quittèrent le pays15. Les officiers de l’armée hongroise [Honvéd] et les simples soldats qui, en 1848-1849, trouvèrent refuge dans l’Empire ottoman fondèrent avec leurs familles des colonies, surtout à Constantinople, Brousse, Šumen (en Bulgarie), en Égypte (au Caire et à Alexandrie) et en Syrie (Alep)16. Certains parmi eux se convertirent à l’islam et devinrent des fonctionnaires formés à l’européenne ou bien des officiers de l’État ottoman à l’époque des réformes de Tanzimat. Leurs connaissances linguistiques et leurs contacts leur permirent d’effectuer des recherches ethnographiques, anthropologiques et linguistiques auprès des peuples turcs.

  • 17 Hajdú Zoltán, Az intézményes Balkán-kutatás kialakulásának és fejlődésének problémái Magyarországon (...)
  • 18 Sur l’histoire du touranisme hongrois, voir Ablonczy Balázs, Vers l’est, Magyar ! Histoire du toura (...)

8La transformation qualitative de l’orientalisme hongrois est liée au Compromis austro-hongrois de 1867. La mise sur pied du système dualiste créa les conditions nécessaires à l’édification d’un État hongrois moderne, dont le moteur était désormais la bourgeoisie. Au tournant du siècle, les institutions hongroises s’étaient consolidées et les gouvernements étaient prêts à investir des sommes conséquentes dans la science. Les gouvernements de Budapest soutinrent les recherches sur l’Orient essentiellement parce que des positions économiques pouvaient y être gagnées. Ce faisant, le cadre dualiste était respecté, sans sacrifier pour autant les intérêts spécifiquement hongrois dans les affaires étrangères17. Vu depuis la capitale hongroise, le concept d’Orient englobait la péninsule balkanique, l’Anatolie, le Proche-Orient actuel et le continent asiatique. Afin de rallier à ces ambitions des pans plus larges de la société hongroise, les groupements politiques et économiques de Budapest impliqués soutinrent au tournant du siècle l’idée du touranisme, qui avait pris corps plus tôt dans les cercles orientalistes hongrois. Ce soutien à la fois intellectuel et financier permit au touranisme de devenir une idéologie et un mouvement qui s’employèrent à souligner et à (sur)évaluer l’origine orientale (asiatique) des Hongrois. Censément liés à l’origine avec les peuples touraniens, à savoir turciques et finno-ougriens d’Asie, les Hongrois se devaient de jouer un rôle d’intermédiaires dans les domaines politique, économique et culturel entre l’Ouest européen et l’Orient asiatique18.

  • 19 Bertényi Iván ifj., « A “magyar birodalmi gondolatról” – az I. világháború előtt » [La « pensée imp (...)

9Que l’élite politique, économique, scientifique et culturelle hongroise ait pu concevoir des projets de grande ampleur pour l’Orient peut sembler étonnant de nos jours mais, à l’époque, ces projections ne semblaient pas infondées. D’une part, l’idée d’organiser un empire (in)formel s’insérait parfaitement dans les tendances générales du temps. D’autre part, la Hongrie connaissait une modernisation économique couplée à un développement scientifique tellement rapides que l’élaboration de plans aussi ambitieux pouvait sembler justifiée, dans une certaine mesure, par les données fournies par les outils statistiques, eux-mêmes en plein essor, qui venaient nourrir une confiance des élites hongroises dans leurs propres forces : avec ses quelque 20,5 millions d’habitants (incluant des populations serbes et roumaines), le royaume de Hongrie comptait près de 4 millions d’habitants de plus que l’ensemble des pays balkaniques indépendants. Sa capitale avait, depuis au moins les célébrations du millénaire en 1896, acquis le statut de métropole, se hissant au neuvième rang européen. Des statistiques britanniques avaient en outre établi, en 1911, que les revenus de l’État hongrois représentaient environ le double de ceux de tous les États balkaniques réunis. Toutes ces informations avaient convergé dans un certain discours journalistique qui anticipait la naissance d’un espace impérial hongrois19.

10Les gouvernements hongrois avaient développé plusieurs projets visant à renforcer leurs positions en Orient. Dans les années 1870, ils commencèrent par poser la pierre angulaire d’un corps diplomatique hongrois indépendant (et secret). Sous l’égide du ministère hongrois du Commerce, un réseau de « correspondants commerciaux » fut établi, dont les membres avaient suivi des formations diversifiées et ne s’occupaient pas uniquement d’affaires économiques, mais aussi d’espionnage, de la mise sur pied d’un réseau de contacts étrangers, de l’établissement et du maintien de liens culturels, ainsi que de recherches historiques. Assurément, le plus talentueux parmi ces « correspondants » d’un corps diplomatique hongrois qui, à ce stade, n’était encore qu’une potentialité était Lajos Thallóczy (1857-1916). Ce haut fonctionnaire, expert en affaires balkaniques et historien de cet espace, exerça des fonctions importantes au sein du ministère commun des Finances, notamment dans l’administration de la Bosnie-Herzégovine.

  • 20 Erdélyi Mátyás, « A Keleti Kereskedelmi Akadémia és az orientalisták: tudomány, a gazdaság és a pol (...)

11Certains de ces correspondants devinrent en effet des experts qualifiés qui, soit en tant que personnes privées ou en tant qu’enseignants universitaires, entamèrent des carrières scientifiques à l’Académie orientale financée par le gouvernement hongrois. Cette Académie royale hongroise orientale pour le commerce avait été fondée en 1899, à l’initiative précisément de Thallóczy, en tant qu’établissement d’élite, dont le but était de développer les relations entre la Hongrie et l’Orient. Les meilleurs enseignants en langues de Hongrie y étaient affiliés20.

  • 21 Róna-Tas, « Belső-Ázsia magyar felfedezői », art. cit., p. 40, 42.

12De même, les grandes expéditions géographiques servirent au positionnement hongrois en Orient. Les expéditions géologiques et géographiques organisées par la Société hongroise de géographie [Magyar Földrajzi Társaság], l’Académie hongroise des sciences [Magyar Tudományos Akadémia] et l’Institut géographique hongrois [Magyar Földrajzi Intézet] permirent à de nombreux géographes hongrois d’atteindre une renommée internationale. Ainsi, le comte Béla Széchenyi (1837-1918) et Lajos Lóczy sen. (1849-1920) prirent, dans les années 1880, la direction d’expéditions en Asie centrale, en Chine occidentale, en Inde du Nord et dans la région de Java, alors que des groupes d’explorateurs hongrois faisaient également leur apparition, avant le tournant du siècle, dans l’Empire ottoman et le Caucase russe. Outre les données géographiques, les membres de ces expéditions collectaient également des matériaux ethnographiques, qui se trouvent aujourd’hui intégrés aux collections du Musée ethnographique hongrois de Budapest. Le comte Ágost Zichy (1852-1925) mena une expédition en Mongolie dans les années 1875-1876 et Károly Ujfalvy (1842-1904), enseignant par ailleurs à l’École des langues orientales vivantes de Paris, fut à la tête d’une expédition en Asie centrale, dans le Pamir et en Inde du Nord (1876-1881). György Almássy (1867-1933), docteur en droit et zoologiste (et par ailleurs père de l’explorateur du Sahara, László Almássy [1895-1951], rendu célèbre par une biographie romancée comme le « patient anglais »), visita entre 1900 et 1906 l’Asie centrale et le Nord de la Chine21.

13Des représentants de grandes entreprises et banques hongroises firent leur apparition dès le tournant du siècle dans l’espace balkanique et en Anatolie. Ces dernières, à l’instar de la Banque commerciale de Pest [Pesti Magyar Kereskedelmi Bank], signèrent à la demande du Ballhausplatz des arrangements de prêt conséquents, garantis par l’État, avec des gouvernements du Sud-Est européen. De plus, de grandes banques hongroises, sans faire partie des protagonistes les plus importants sur le marché, étaient néanmoins activement impliquées dans la vie économique de la région en tant qu’investisseurs dans le réseau ferré et l’industrie, et comme actionnaires dans des bourses et des banques. Ce furent également de tels agents qui participèrent volontairement à la mise sur pied d’une série de liens informels dans le Sud-Est de l’Europe.

  • 22 Archives nationales de Hongrie [Magyar Nemzeti Levéltár Magyar Országos Levéltára], Banque hongrois (...)

14L’idée d’un empire hongrois, de nature éminemment informelle, ne remettait pas en cause l’existence même du système austro-hongrois né du Compromis de 1867. Cette pensée impériale hongroise avait pour but un partage des intérêts dans le monde, au-delà des frontières de la Monarchie, certains espaces devant plutôt être considérés comme relevant de la sphère hongroise, alors que d’autres devaient servir à assouvir les besoins de l’impérialisme autrichien. Différents groupes d’intérêt basés à Budapest considéraient que le Sud-Est européen devait faire partie d’une potentielle sphère d’influence hongroise. La péninsule balkanique, cet « Orient de l’Europe », était en effet considérée comme un marché prometteur pour faire valoir les intérêts politiques, économiques et culturels de l’élite hongroise22.

Caractéristiques de l’albanologie hongroise avant 1918

  • 23 Musil Robert, L’Homme sans qualités, trad. Philippe Jaccottet, Paris, Seuil, 2004, p. 239 (première (...)

15Le fait peut sembler étonnant, mais ce sont bien deux écoles d’albanologie qui se sont développées sur le territoire austro-hongrois. L’œuvre maîtresse de Robert Musil L’Homme sans qualités donne à saisir la complexité des relations et des identifications à l’intérieur de l’empire des Habsbourg23. Ainsi, l’existence de deux entités politiques enchevêtrées mais distinctes, l’une austro-hongroise et l’autre hongroise, explique la genèse parallèle d’une branche hongroise autonome des études albanaises face à l’albanologie austro-hongroise. Ces deux écoles se ressemblent en ce qu’il s’agissait, pour l’essentiel, de l’émanation de politiques extérieures impériales (l’une hongroise, l’autre austro-hongroise) et que toutes deux avaient deux facettes, l’une économique et l’autre scientifique. La différence résidait dans le fait que les résultats de l’albanologie austro-hongroise, ou bien les acteurs de la discipline, étaient intégrés aux planifications de l’état-major de l’armée commune, alors que l’albanologie hongroise n’avait pas de liens avec l’armée. L’autre différence est que la première école recevait depuis 1896 un soutien matériel de la part du Ballhausplatz, alors que la seconde ne reçut l’appui du gouvernement hongrois qu’en 1913, comme conséquence de la Première Guerre balkanique. Un autre élément distinguait encore les deux écoles : la première était incomparablement plus importante, et pour la Monarchie et pour les Albanais, que la seconde.

16Or les efforts de chacune de ces écoles d’albanologie à l’intérieur de la Monarchie, soulignons-le à nouveau, étaient compatibles, les deux écoles n’étant pas rivales l’une de l’autre. Le but de l’albanologie hongroise résidait uniquement dans le soutien aux visées extérieures hongroises, sans pour autant mettre en difficulté les intérêts économiques et diplomatiques austro-hongrois. Elle développait son programme de recherche scientifique dans le cadre politique du dualisme. Les relations entre les deux écoles ne pouvaient du reste pas être plus pacifiques, Lajos Thallóczy jouant un rôle central dans chacune d’entre elles.

  • 24 Gostentschnigg Kurt, Wissenschaft im Spannungsfeld von Politik und Militär. Die österreichisch-unga (...)

17Deux autres éléments différencient l’albanologie hongroise de l’albanologie austro-hongroise. Cette dernière était soutenue à la fois par les ministères communs et le système institutionnel autrichien dans le domaine politique et scientifique. L’albanologie hongroise, en revanche, n’avait derrière elle que des ministères et des groupements exclusivement hongrois. Un autre élément discriminant apparaît dans le fait que l’albanalogie hongroise ne visait pas le soutien au développement de la nation et d’un État albanais, alors que cela devint progressivement une préoccupation majeure de l’albanologie austro-hongroise. La réflexion de Kurt Gostentschnigg selon laquelle la politique impérialiste joua un rôle explicite dans l’émergence de l’albanologie et son développement au cours de la première décennie du xxe siècle semble néanmoins davantage pertinente pour sa branche hongroise qu’austro-hongroise24. Alors que les débuts de l’albanologie autrichienne, dans la seconde moitié du xixe siècle, se placent sous le signe d’un programme essentiellement scientifique (du moins jusqu’en 1896), l’albanologie hongroise est en effet quant à elle pensée dès le début dans une articulation avec un projet politique d’expansion de la sphère d’influence impériale hongroise.

Tableau récapitulatif des ressemblances et différences entre l’albanologie hongroise et austro-hongroise

Albanologie austro-hongroise

Albanologie hongroise

Ressemblances

1. Dimensions à la fois politique, économique et scientifique.

2. L’albanologie comme élément d’une politique extérieure impériale.

Différences

1. La politique impériale est progressivement mise en œuvre par la Double Monarchie, en lien avec ses ambitions de grande puissance.

1. La politique impériale est mise en œuvre exclusivement au niveau national de l’État hongrois.

2. L’état-major de l’armée commune est un soutien actif de l’albanologie austro-hongroise.

2. Pas de liens avec l’armée.

3. Soutien du Ballhausplatz à partir de 1896.

3. Soutien du gouvernement hongrois à partir de 1913.

4. L’albanologie austro-hongroise est soutenue non seulement par les ministères communs, mais aussi par le réseau institutionnel politique, économique et scientifique autrichien.

4. L’albanologie hongroise ne bénéficie que du soutien des ministères et des groupements scientifiques hongrois.

5. L’un des buts essentiels de l’albanologie austro-hongroise est le soutien au développement d’une nation et d’un État albanais.

5. L’albanologie hongroise ne participe pas à la construction de la nation et de l’État albanais.

Qui a besoin d’un dictionnaire hongrois-albanais en 1913 ?

  • 25 Tömöry Márta, « Bosznia-Hercegovina annektálásának történetéből. Részletek Thallóczy Lajos naplóibó (...)
  • 26 Archives du synode des calvinistes de Hongrie [Református Zsinati Levéltár (RZSL)], Fonds 45/10.43  (...)

18Quelques jours avant l’annexion de la Bosnie-Herzégovine, le 1er octobre 1908, Lajos Thallóczy avait déjà rédigé, en tant que fonctionnaire du ministère commun des Finances, un mémorandum à l’attention du gouvernement hongrois. Il suggérait au gouvernement de Budapest de réagir face au rattachement définitif de la province balkanique, dans la mesure où la Hongrie aussi pourrait profiter de cette nouvelle situation politique et économique. L’historien et fonctionnaire était d’avis qu’il était important de faire particulièrement attention aux relations avec les populations sud-slaves (Bosniaques et Croates), dans le but d’améliorer la communication avec elles, tant quotidienne que sur le long terme25. La condition la plus importante à remplir pour l’expansion économique et politique envisagée, ainsi que pour une communication satisfaisante, était une connaissance parfaite des langues locales. Certes l’Académie orientale de Budapest employait les meilleurs spécialistes des langues mais, afin de pouvoir progresser, Thallóczy était d’avis qu’il fallait pouvoir disposer de nouveaux outils, tels que des dictionnaires. La Première Guerre balkanique donna l’occasion d’élaborer un plan précis qui prévoyait la confection de dictionnaires modernes pour certaines langues balkaniques et proche-orientales. Thallóczy établit ainsi, à la fin de l’automne 1912, un plan complet qui avait pour but de faciliter la réalisation des intérêts hongrois dans les Balkans, y compris dans les régions albanophones. Ce programme comprenait non seulement des visées politiques et économiques, mais aussi des efforts à fournir dans les domaines de la culture et de la formation26.

  • 27 Le Collège Eötvös, fondé en 1895 sur le modèle de l’École normale supérieure de Paris, avait pour b (...)
  • 28 RZSL, Fonds 45/10.43 ; Thallóczy, A Balkán-félszigeten, op. cit., p. 11.

19Le mémorandum fut rédigé immédiatement après l’éclatement de la Première Guerre balkanique, tiré à un nombre limité d’exemplaires et diffusé au sein d’un cercle restreint. D’après Thallóczy, une nouvelle période s’ouvrait désormais dans les Balkans car, d’après lui, l’évolution de la situation avait eu pour conséquence « une amputation intervenue sur le corps de l’Empire ottoman ». L’Autriche-Hongrie, et en particulier la Hongrie, devaient tirer avantage d’un changement aussi conséquent, aux retombées politiques et économiques considérables, surtout si l’Empire commun voulait à l’avenir maintenir sa position de grande puissance. Cela impliquait que la Hongrie devait tirer profit de toutes les données géopolitiques afin de développer des connaissances générales sur les Balkans, promouvoir ses relations avec des interlocuteurs sur place et finalement gagner en influence dans l’économie et le commerce. Les établissements d’enseignement supérieur et de recherche (à savoir l’Académie hongroise des sciences, les universités, la Bibliothèque nationale et le Collège Eötvös27) devaient fournir aux utilisateurs potentiels des dictionnaires des langues balkaniques, en format de poche comme en grand format. Des encyclopédies devaient en outre être publiées en Hongrie sur ces zones méridionales entrant dans la sphère d’intérêt hongroise. Enfin, des projets de recherche ambitieux sur l’histoire de la péninsule balkanique devaient être menés (notamment l’édition de sources historiques)28.

  • 29 « Kisebb Közlemények: Keleti Bizottság, előzetes jelentés » [Nouvelles brèves : le Comité oriental, (...)

20Les objectifs scientifiques et culturels, tels que décrits par Thallóczy, furent avalisés par l’Académie des sciences, qui procéda à leur mise en œuvre. Au cours de l’hiver 1912-1913, un groupe d’experts fut formé et placé sous la direction du géographe de renom et futur ministre-président, le comte Pál Teleki (1879-1941). Le comité fit plusieurs propositions que le secrétaire général de l’Académie, Gusztáv Heinrich, transmit le 31 mars 1913. Le plénum de l’Académie approuva le projet, soutint la constitution d’un comité ad hoc, qui ne put cependant voir le jour sous le nom de « Comité oriental » qu’au début de l’année 1914. Son programme reprenait les points développés dans le mémorandum de Thallóczy. Lors de l’assemblée générale de l’Académie, le 6 mai 1914, la constitution du comité fut annoncée et bientôt furent publiées les annonces de premiers prix. Des études préliminaires pour une grande encyclopédie des Balkans étaient sollicitées, ainsi que la constitution d’une série de dictionnaires : albanais-hongrois, bulgare-hongrois et turc-hongrois29.

Le dictionnaire hongrois-albanais de Zoltán László

  • 30 Demeter Gábor, « The Balkan Wars (1912-1913) in the Hungarian Press, Military Literature and Person (...)

21Zoltán László (1881-1961), le rédacteur du premier dictionnaire hongrois-albanais, était le descendant d’une famille de la noblesse sicule, une branche transylvaine du groupe magyar. Grâce à l’entregent de son père, l’homme politique et député influent Mihály László (1849-1932), il poursuivit une scolarité dans les meilleurs établissements d’enseignement de la Monarchie : le lycée jésuite de Kalksburg en Autriche et le lycée piariste de Budapest. Après des études de droit à Budapest, il devint expert financier, journaliste, auteur d’œuvres littéraires et s’autorisait à se présenter comme un scientifique. Assurément, il avait développé une attirance profonde pour l’Orient et disposait d’un talent inné de linguiste. Outre sa langue maternelle, il parlait couramment l’allemand, l’anglais, le français, le russe, le « serbo-croate » – dénomination qu’il employait –, mais aussi le turc et il pouvait également lire l’arabe. Il avait appris les langues européennes occidentales au cours de sa formation scolaire et les langues orientales en autodidacte. Après le tournant du siècle, il voyagea non seulement à travers l’Europe occidentale et la Russie, mais aussi dans les Balkans, en Anatolie et Afrique du Nord (Algérie, Tunisie), ainsi qu’au Proche-Orient (Égypte). À partir de 1908, il était en lien étroit avec les groupes d’intérêt politiques, économiques et scientifiques qui étaient les adeptes et les soutiens les plus importants des projets impérialistes hongrois. De 1908 à 1911, Zoltán László servit les ambitions austro-hongroises et hongroises en tant qu’administrateur en Bosnie-Herzégovine : à Travnik puis à Sarajevo, il fut en poste dans l’administration municipale puis provinciale, au sein des services financiers. À son retour en Hongrie, il exerça des fonctions dans l’administration fiscale, avant de se consacrer à une carrière de journaliste qu’il avait entamée avant son séjour en Bosnie. Il écrivait, principalement pour des quotidiens budapestois influents, des articles en faveur des intérêts hongrois dans les Balkans. Durant la Première Guerre balkanique, il fut correspondant de guerre et envoya quotidiennement des articles depuis le front bulgaro-turc au Pesti Hírlap [Journal de Pest]. D’une manière générale, les journaux hongrois ne disposaient pas d’un réseau important de relais suffisamment versés dans les affaires balkaniques. Les journaux (et l’opinion publique) n’accordaient, il est vrai, aux événements balkaniques qu’une attention brève et superficielle, l’essentiel de l’intérêt se portant sur les affaires hongroises. Seuls quelques organes de presse pouvaient compter sur les compétences d’un correspondant sur place, qui n’était pas forcément un journaliste professionnel, ni du reste un expert de la région. Les nouvelles pouvaient être reprises directement des sources officielles balkaniques, sans expertise ni vérification, et être livrées telles quelles au lectorat. La plupart des nouvelles concernant les Guerres balkaniques provenaient par conséquent soit de la presse viennoise à gros tirage, soit d’autres titres de la presse étrangère, ou bien étaient reprises de reportages bulgares, serbes ou roumains. Rares étaient les experts des Balkans et de l’Orient à livrer régulièrement des publications et des interprétations en Hongrie et en hongrois, l’une des rares exceptions étant, là encore, le baron Franz Nopsca30.

  • 31 Krücken Oskar, Parlagi Imre (dir.), Das geistige Ungarn: Biographisches Lexikon [La Hongrie intelle (...)

22Les journaux hongrois accueillaient volontiers les papiers de journalistes se déclarant prêts à livrer des reportages depuis la ligne de front. Les correspondants officiels, quant à eux, se cantonnaient à envoyer leurs articles depuis les capitales balkaniques : Belgrade, Bucarest ou Sofia. Ces journalistes entretenaient des liens avec leur employeur à Budapest par le truchement des consulats austro-hongrois ou bien ils faisaient parvenir leurs rapports, notes et reportages par la Bosnie-Herzégovine ou Belgrade par l’intermédiaire des bureaux de Zimony/Zemun ou Temesvár/Timişoara. Zoltán László faisait partie de ce groupe et il envoya de cette manière ses articles sur le front bulgaro-turc31. Mais il s’avère difficile de déterminer sur quel front il s’est rendu et quels sont exactement les articles qu’il a rédigés, car ses écrits sur cette période (octobre-décembre 1912) ont paru dans les colonnes du Pesti Hírlap [Journal de Pest] sans signature, comme ce fut du reste le cas pour les autres reporters basés sur le front.

23Zoltán László, qui s’était fréquemment rendu dans les Balkans avant 1912, était fortement influencé par les recherches orientalistes menées à son époque en Hongrie. Dans le domaine de la géographie, les grands découvreurs hongrois de la seconde moitié du xixe siècle étaient issus du milieu social auquel s’était associée sa famille au tournant du siècle. Sa vie durant, Zoltán László garda des liens d’amitié avec de nombreux géographes qui furent aussi de grands voyageurs, notamment avec les familles Lóczy et Cholnoky, avec lesquelles des liens avérés d’amitié s’étaient noués. Il peut donc être admis qu’il était familier des expériences vécues au sein de ces familles de découvreurs. Si l’on ne sait en revanche pas précisément comment ni pourquoi le goût du voyage vint à Zoltán László, il ne fait aucun doute qu’il visita nombre de pays dont la description avait notamment été le fait de naturalistes hongrois.

  • 32 Gyáni Gábor, « Kulturális nacionalizmus és a tudományok: a történetírás példája. A történetiség fog (...)
  • 33 László Zoltán, A Jehóva földjén. Úti rajzok [Au pays de Jéhova. Croquis de voyage], Budapest, Singe (...)

24L’un des apogées des recherches orientalistes hongroises fut précisément atteint durant les années d’enfance et de jeunesse de Zoltán László. Des décennies durant, la presse avait informé l’opinion publique des événements qui jalonnaient le parcours d’expéditions géographiques et d’explorations diverses. Les festivités du millénaire hongrois de 1896 contribuèrent à renforcer le mythe d’une origine orientale et le sentiment d’un lien particulier avec l’Orient et à en tirer des réflexions dans une sorte de système32. Zoltán László grandit dans la fascination de telles conceptions. Ses œuvres littéraires, en particulier certaines nouvelles, furent composées dans le style orientalisant de l’écrivain allemand Karl May (1842-1912)33, mais elles reposaient pour sa part sur des expériences de voyage dans les Balkans, en Afrique du Nord et au Proche-Orient, et il se sentait appelé à prendre part aux études orientales hongroises. Les productions les plus importantes de László dans le domaine scientifique restent ses travaux lexicographiques. Bien qu’influencé par Karl May dans ses œuvres littéraires, l’inspiration principale pour la confection de dictionnaires et d’une manière générale pour les ambitions scientifiques de Zoltán László était la figure d’Ármin Vámbéry (1832-1913), un explorateur qui s’était aussi fait connaître en Europe occidentale.

  • 34 László Zoltán, Turcizmusok és arabizmusok. A balkáni szerb-horvát nyelvben előforduló idegen, de sz (...)
  • 35 Ibid., p. 5-8.

25L’une des publications qui conserve la mémoire du passage de Zoltán László par la Bosnie-Herzégovine est son dictionnaire compilant les turcismes et arabismes dans les dialectes sud-slaves de la province annexée par l’Autriche-Hongrie34. Bien qu’il ne fût qu’un savant autodidacte, le dictionnaire était le résultat d’une collecte importante, quoique largement méconnue à l’étranger, des usages linguistiques des musulmans de Bosnie au tournant du siècle. Ce dictionnaire comportait en effet surtout des entrées qui n’étaient pas consignées dans les dictionnaires croates et serbes de cette époque, reflétant les usages de la langue telle qu’elle était couramment pratiquée dans la vie quotidienne en Bosnie. Face aux mots et expressions d’origine étrangère, l’auteur a non seulement donné la signification en hongrois, mais aussi dans le parler sud-slave du corpus. Le dictionnaire des turcismes de Zoltán László apporta assurément une aide appréciable aux touristes, commerçants ou fonctionnaires dans leurs contacts avec la population musulmane et d’une manière générale avec les Slaves balkaniques, les militaires disposant quant à eux de manuels de conversation rédigés à leur usage. Le dictionnaire pouvait faire office de manuel de langue, dans la mesure où il reprenait les formes langagières spécifiques que les musulmans de Bosnie-Herzégovine employaient dans leurs adresses, demandes et doléances officielles. Zoltán László dédia son premier dictionnaire à Ármin Vámbéry, « le Nestor des orientalistes »35.

  • 36 Malësor/malissor (en albanais) : habitant des montagnes. Ainsi étaient désignées les sociétés clani (...)

26Le dictionnaire hongrois-albanais de Zoltán László, publié en 1913 (très probablement en début d’année, comme l’indique la préface datée de janvier de cette même année), est quant à lui un dictionnaire qui reflète l’usage dialectal de l’Albanie du Nord36. Le volume était surtout inspiré des ambitions impérialistes hongroises dans les Balkans, dont Zoltán László se faisait volontiers l’agent. Ceux qui fréquentaient la table du père de Zoltán László à l’hôtel « Zum Erzherzog Stephan » de Budapest se retrouvaient dans un environnement apprécié de l’élite aristocratique, mais aussi de celui à qui le mémoire était destiné à l’origine, le ministre-président hongrois Sándor Wekerle sen. (1848-1921), ainsi que du ministre des ressorts communs des Finances puis des Affaires étrangères István Burián (1851-1922), tout comme d’un autre ministre-président, István Tisza (1861-1918). De plus, c’est là que dînaient les scientifiques de l’Académie des sciences hongroise, notamment le comte Pál Teleki. Les visions impériales et le besoin exprimé aux plus hauts échelons administratifs de publier de nouveaux dictionnaires ont certainement pu être discutés au cours de tels repas.

  • 37 Waktor Andrea, « “Kegyelmes Büzérnagy!... Én ábrándozom a bécsi szép napokról”. Thallóczy Lajos és (...)

27Zoltán László a également pu accéder à d’importantes informations par son propre réseau de connaissances. À travers la famille Lóczy par exemple, qui comptait parmi les siens des théoriciens et des praticiens des plans impérialistes hongrois. László a aussi pu entendre parler du contenu du mémorandum secret, rédigé à usage interne par Thallóczy, par l’intermédiaire d’István Bárczy (1866-1943), le puissant maire de Budapest, un ami proche et un cousin au deuxième degré de László, qui était également un membre de la société invitée à la table de Lajos Thallóczy37.

  • 38 László Zoltán, « Érdekeltségünk Albániában » [Nos intérêts en Albanie], Pesti Hírlap [Journal de Pe (...)
  • 39 Le lobby balkaniste hongrois publia à partir de 1914 une série de brochures au titre significatif : (...)

28Une autre source possible est Sándor Wekerle jun. (1878-1963), un bon ami de Zoltán László – et futur ministre des Finances hongrois dans l’entre-deux-guerres –, lié à Thallóczy par des liens d’amitié et qui, depuis 1906, enseignait à l’Académie orientale de Budapest. Bien que Zoltán László n’ait probablement jamais étudié à l’Académie orientale, il a pu, tant par ses fonctions de journaliste que de scientifique, être en contact avec certains groupes d’étudiants ou d’enseignants liés à cette institution38. De fait, les étudiants et enseignants de l’Académie orientale restaient en contact étroit les uns avec les autres, même après avoir achevé leurs cursus. Ils se rencontraient régulièrement et étaient toujours prêts à échanger des informations entre eux, constituant ainsi une sorte de groupe d’intérêt. Cela n’était en rien dû au hasard, car les étudiants étaient précisément formés à cette fin. Ces hommes étaient attachés à leur patrie (austro-)hongroise et s’identifiaient pleinement aux principaux buts qui leur étaient assignés. Il s’agissait en l’occurrence d’assurer l’avenir de la Hongrie, tant économique que culturel, dans le cadre dualiste de l’Autriche-Hongrie39.

29Dans tous les cas, la naissance du premier dictionnaire hongrois-albanais s’inscrivait bien politiquement, économiquement et culturellement dans les projets impériaux hongrois. Cela est du reste confirmé dans la préface du dictionnaire :

  • 40 László Zoltán, Az albán nyelv szótára (észak-albán, maljiszór tájszólás) [Dictionnaire de la langue (...)

Ce pays mystérieux s’est enfin ouvert et nous intéresse au premier chef en tant que grande puissance protectrice. Ainsi s’est offert un terrain nouveau pour notre commerce, pour notre industrie et pour notre tourisme, où nous pouvons et devons faire valoir nos intérêts.
En tout premier lieu cependant, il faut désarmer la méfiance des Albanais par la connaissance de leur langue, afin qu’ils voient en nous de bons amis et non des ennemis. […] Je fus porté à rédiger ce volume pour des raisons pratiques, par la compréhension, ou plutôt l’espoir, que bientôt des commerçants, des industriels, des touristes, des soldats, des diplomates, des journalistes etc. hongrois pourront voyager dans ce nouveau pays, qu’ils y circuleront, qu’ils entreront en contact avec la population. Ce lexique a pour but de rassembler tous les mots les plus indispensables dans la vie quotidienne et ainsi d’apporter de l’aide à tous ceux qui se rendront en territoire albanais pour y vaquer à leurs travaux et qui seront en contact avec la population qui y réside40.

30László considérait donc les Albanais du point de vue du protectorat installé de facto par l’Autriche-Hongrie et il voyait la Monarchie non comme la puissance protectrice des seuls catholiques, mais de tous les Albanais, indépendamment d’une réalité plus complexe, reposant sur un patronage exercé en concurrence avec l’Italie et qui ne s’étendait guère en dehors du nouvel État ni sur les orthodoxes tournés vers la Grèce. Il indiquait également que, derrière la compilation en vue de constituer un dictionnaire, se trouvait la question plus vaste de l’affirmation des intérêts hongrois. À l’orée d’une époque promettant un rapprochement entre Hongrois et Albanais, la première conséquence d’une telle affirmation consistait précisément à produire un dictionnaire.

31Zoltán László n’a finalement pas proposé son dictionnaire hongrois-albanais au prix organisé par l’Académie des sciences en 1914. Toutes les bibliothèques hongroises ont en revanche reçu un exemplaire de l’ouvrage paru un an auparavant. De toutes les publications de László, ce dictionnaire est donc celle qui, jusqu’à aujourd’hui, se retrouve en plus grand nombre dans les fonds hongrois d’imprimés, malgré l’absence de comptes rendus à sa sortie, en hongrois comme en allemand.

Le premier dictionnaire hongrois-albanais au prisme de l’historien

  • 41 Steinmetz Karl, Albanische Grammatik. Nordalbanische Mundart [Grammaire de l’albanais. Dialecte de (...)

32Quel fut le modèle suivi par Zoltán László pour la confection de son dictionnaire ? Avait-il lu les ouvrages traitant de linguistique de ses contemporains albanologues (autrichiens) ? Avait-il eu recours à des dictionnaires albanais qui préexistaient à son projet ? La réponse à presque toutes ces questions est relativement simple et négative. László a repris la méthode de travail de Vámbéry. Il ne s’est pas intéressé aux travaux scientifiques préliminaires, ni n’a jamais étudié les publications dans son domaine. Il n’avait du reste pas été formé à cela, ni n’en avait le goût. László a lui-même collecté le lexique et les expressions en albanais à partir de 1908 au plus tard, dans un premier temps pour son seul usage personnel. Plusieurs raisons expliquent qu’il se soit décidé à publier par la suite sa collecte lexicale. D’une part, le dictionnaire des turcismes avait rencontré une large approbation dans les cercles spécialisés, ce qui ne pouvait être interprété que comme un encouragement. Les choses sont allées vite en l’occurrence, car les deux dictionnaires ont paru à quelque six mois d’intervalle. D’autre part, le début de la Première Guerre balkanique et la politique albanaise de la Monarchie offraient un nouveau marché pour une publication qui, de fait, allait combler une lacune avérée. Enfin, en 1912 avait paru à Sarajevo une grammaire de l’albanais du Nord et un dictionnaire allemand-albanais (malissor), ouvrages que signait Karl Steinmetz. Tout cela a pu susciter l’impulsion immédiate qui a précédé le projet éditorial41.

  • 42 Elsie Robert, A Biographical Dictionary of Albanian History, Londres, I. B. Tauris, 2013, p. 427.
  • 43 Steinmetz Karl, Eine Reise durch die Hochländergaue Oberalbaniens [Un voyage à travers les district (...)

33Karl Steinmetz (dont les dates de naissance et de décès ne sont pas connues)42, un ingénieur autrichien, écrivain voyageur, était une figure connue de l’albanologie austro-hongroise et de plus un agent du Ballhausplatz et de l’état-major de l’armée commune. Il sillonnait l’Albanie depuis 1903 et la Bosnie-Herzégovine constituait l’arrière-pays naturel de ses voyages exploratoires. Il publiait, depuis 1908, des ouvrages sur l’Albanie, notamment à Sarajevo43. László doit avoir eu connaissance de ces écrits car, dans ces années, il était fonctionnaire dans la province. Bien que le journaliste et fonctionnaire fût retourné en Hongrie en 1911, il poursuivait ses fréquents voyages en Bosnie-Herzégovine et entretenait un contact étroit avec un cercle d’amis dans la province. Par ailleurs, il apparaît que le dictionnaire de Steinmetz présente une grande ressemblance structurelle et méthodologique avec celui de László.

34Quand, où et comment Zoltán László fit-il la collecte des mots et expressions en albanais pour la publication ? Il est certain qu’il se trouvait depuis 1908 en contact direct avec des territoires habités par des populations albanaises. Outre le Sandjak de Novi Pazar, il pouvait s’agir en premier lieu des territoires situés dans l’axe Peja/Peć-Gjakova/Đakovica-Prizren, de ceux couverts par le massif de la Šar-Planina (là où convergent les frontières actuelles de l’Albanie, du Kosovo et de la Macédoine du Nord), ainsi que de la ville de Tetova/Tetovo. Cela veut dire qu’il rassembla sa documentation sur le territoire des quatre États actuels suivants : Monténégro, Serbie (l’ancien Sandjak), Kosovo et Macédoine du Nord. L’essentiel de la collecte se déroula entre 1908 et 1912. Il semble certain, à l’examen des ouvrages littéraires et journalistiques de László, qu’il ne maîtrisait pas parfaitement l’albanais, mais qu’il en avait de bonnes connaissances passives. Avec les personnes de sa connaissance d’origine albanaise, il communiquait par l’intermédiaire d’un parler sud-slave.

  • 44 László Zoltán, « Miriditák között. Levél Boszniából (Trawnik, 1909. február) » [Parmi les Mirdites. (...)

35Qui étaient les connaissances les plus proches de László ? Devait-il recourir à l’aide d’interprètes ? Oui, probablement, ce genre de recherche de terrain étant la méthode suivie par Ármin Vámbéry, à savoir communiquer avec la population locale, poser des questions et de cette manière collecter des mots et des expressions. Bien que les œuvres littéraires de László traitant de l’Albanie semblent éloignées du terrain44, elles n’en contiennent pas moins quelques éléments en lien avec une certaine réalité. La manière de représenter les amis et les compagnons de route albanais dans ses récits pourrait avoir été inspirée par des personnalités réelles.

  • 45 László Zoltán, « Emlékek » [Souvenirs], Veszprémi Hírlap [Journal de Veszprém], 24.10.1909, p. 2 ; (...)

36Le premier Albanais dont László fit connaissance, auquel il se lia et qui apparaît dans plusieurs de ses écrits journalistiques et littéraires, était Mustafa Batanović. Ce dernier était un membre du clan des Rugova, établi dans un territoire du Nord-Ouest du Kosovo actuel ; en tant que subaša, il fut une sorte d’administrateur qui géra les affaires domestiques du fonctionnaire hongrois László à Travnik et à Sarajevo (1908-1911). Batanović entretenait des rapports réguliers non seulement avec les membres du clan des Rugova, mais aussi avec le Sandjak et le Nord-Ouest du Kosovo. Il est fort vraisemblable que les premières connaissances de László dans ces contrées faisaient partie du cercle de Batanović, notamment Ibrahim Avdar, originaire de Peja/Peć45, autre informateur kosovar dont le nom est connu.

  • 46 Scheer Tamara, „Minimale Kosten, absolut kein Blut!”. Österreich-Ungarns Präsenz im Sandžak von Nov (...)

37Les montagnards, interprètes et guides albanais rencontrés ou fréquentés par László ne sont pas tous identifiés. Il pouvait compter sur nombre d’amis prêts à pourvoir le voyageur hongrois de personnes de confiance, qui pouvaient à leur tour lui être utiles dans sa collecte de mots et d’expressions. Dans ces années, la politique albanaise de la Monarchie avait commencé à porter ses fruits jusque parmi les plus modestes Albanais46. Quel que fût l’endroit où il se trouvait, les Albanais engageaient volontiers la conversation et Zoltán László put collecter, de la sorte, du lexique provenant de territoires où il ne s’était lui-même pas encore rendu. Ce n’est pas avant 1914 qu’il visita le territoire de l’actuelle Albanie.

  • 47 Dans cet article, les entrées du dictionnaire sont données en hongrois entre crochets et dans l’ort (...)

38L’examen du dictionnaire permet de reconstruire des détails supplémentaires sur les lieux de la collecte et la collecte elle-même. Parmi les mots répertoriés se trouve une grande proportion de concepts liés au milieu montagnard. L’un des lieux de la collecte se trouvait donc certainement dans les montagnes, loin des espaces densément habités. C’est là que l’on peut situer non seulement le vocabulaire des formes géologiques et des dénivelés (montagne47 [hegy] : mal-i ; sommet [hegycsúcs] : maje-maja ; crête [hegygerinc] : perpijete-ras ; estive [rendu par « peuple montagnard » : hegyi nép] : bjeskva ; gorge [hegyzúg] : grűk-a), mais aussi celui de la dynamique du mouvement (en avant, allez [hajrá] : hajd ; vers [felé] : n’, m’, mi ; vers le haut [hegynek fölfelé] : perpjét ; vers le bas [le onnét] ti post !), ainsi que des moyens de transport (cheval [ló] : kal-i ; bateau, bac ([hajó, komp] trap-i). Les mots recueillis auprès des montagnards constituent également un ensemble identifiable sur la base des relations familiales et du fonctionnement social du village (lieu habité [helység] : katún-i) : clans (clan [törzs (néptörsz, clan)] : fis-i ; chef de clan [törzsfőnök] : meftar-i) et droit coutumier (code de Skanderbeg [albán törzsek törvényeinek gyűjteménye : ensemble des lois des clans albanais] : Kanuni Skanderbeut ; ancien, sage [vén] : plak).

  • 48 La traduction de ces deux derniers termes aurait en l’occurrence dû être inversée.

39Par ailleurs, le vocabulaire urbain est très bien représenté dans le dictionnaire : épouse ([nő (úri)], vajsze), demoiselle ([kisasszony] zonja)48, horloger ([órás] szahatcsii-ja), barbier ([borbély] berber-i), batelier ([(komp)vezető] sztremdzsí-ja), marchand ([boltos] tüdzsár-i), banquier ([bankár] sarafa), médecin ([orvos] hecsim-i), timbre ([bélyeg] pul-a), auberge ([vendéglő (korcsma)] mejháne – mejhánja), mais aussi le vocabulaire de la culture du café (le café comme endroit [kávéház] : kafa-han-a, le café comme boisson [ká] : káfe-káfja, la tasse [kávéscsésze] : fildzsán-i).

  • 49 Le fleuve Buna/Bojana qui traverse le lac et la ville de Shkodër/Skadar avant de rejoindre la mer A (...)

40Pour seconder les buts de l’expansion économique hongroise, la connaissance des termes en lien avec le commerce et la vie économique étaient indispensables : commerce, magasin ([kereskedés, bolt (üzlet)] dugâj-a), commercer ([kereskedni, venni (meg)] me blee, à Prizren et Gjakova : me bualis-veris), commerçant ([kereskedő] tüdzsár-i, mesit-i), combien coûte cela ? ([kerülni (mibe kerül ?)] me kustúe), artisan ([kézműves] zanatlíi-ja), gratuit ([ingyen (gratis)] bedihava), encaisser ([inkasszálni] mim-zer-bogjin), argent ([pénz] pare). Les investisseurs devaient aussi connaître les expressions propres à la fiscalité, l’administration de l’État et la hiérarchie sociale locale (impôt [adó] : vergien-a ; paiement de l’impôt [adót fizetni] : vergien me-la ; recouvrement de l’impôt [adót behajtani] : menzer-borgjin ; officier [katonatiszt] : zabít-i ; prince [fejedelem] : mali katúnit ; roi [király] : mret-i ; empereur [császár] : kralj-i). Il n’est pas sans intérêt de s’arrêter sur les appellations en usage parmi les Albanais pour désigner certains toponymes : mer Adriatique ([Adria] Búna49), Autriche ([Ausztria] Nemcia [en fait : Allemagne]), Hongrie ([Magyarország] Madjarisztán), France ([Franciaország] Francusz), Allemagne ([Németország] Veni nemcses [soit : le pays des Allemands]), Monténégro ([Montenegró] Malizii, Karadak-u), Grèce ([Görögország] Jonan), Bulgarie ([Bulgária] Bugares), Turquie ([Törökország] Turkiija), Russie ([Oroszország] Miszkovi), Angleterre ([Anglia] Hinglisz), Espagne ([Spanyolország] Kudusz), Égypte ([Egyptom] Katumet) et Arabie ([Arábia] Arapisztán). Les Albanais désignaient leur pays [Albániá] du nom de Scsüpniija. Il est intéressant de relever que, d’après László, la désignation de la Macédoine [Macedónia], l’un des enjeux majeurs des Guerres balkaniques, était Sipnij-a : les deux termes, l’un se rapportant à la Macédoine, l’autre à l’Albanie, étaient de fait identiques (sous deux formes linguistiques cependant, dont une variante dialectale kosovare sans le son « tch » ), ce qui s’explique par le fait qu’il s’agit de territoires perçus par les locuteurs comme albanophones, indépendamment d’un cadre étatique qui n’existait pas au moment où la collecte lexicale a été réalisée.

Importance du premier dictionnaire hongrois-albanais

  • 50 Said Edward W., L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, trad. Catherine Malamoud, Paris, Seui (...)

41La réalisation de ce dictionnaire de l’albanais à la veille de la Première Guerre mondiale, au moment des Guerres balkaniques, ne peut être disjointe de son arrière-plan d’expansion impériale, dont elle représente une forme culturelle spécifique. Si l’on reprend une approche développée par Edward Said, le dictionnaire fut un instrument50 qui servit à prendre possession des langues locales, à les soumettre à la langue impériale, et qui seconda l’Empire dans sa prise de pouvoir au niveau de la communication et dans l’imposition de ses propres valeurs culturelles face à la langue des colonisés. Le dictionnaire représente une porte ouverte sur la connaissance de la culture locale, la saisie de la langue et de la littérature locales dans un cadre philosophique et de pensée dont l’origine est impériale. Il s’agit donc aussi d’une forme d’exercice du pouvoir.

  • 51 Yule Henry, Burnell Arthur Coke, Hobson-Jobson: The Anglo-Indian Dictionary, Ware, Wordsworth Refer (...)

42Mais un dictionnaire fait aussi partie d’une infrastructure, à l’instar d’une voie ferrée ou d’un télégraphe, qui relie la périphérie au centre. Un instrument à l’aide duquel les acteurs impliqués dans son emploi, qui se meuvent dans les espaces intermédiaires entre centre et périphérie, peuvent communiquer de manière ininterrompue. Dans la mesure où la communication se déroule toujours dans deux directions, le dictionnaire est aussi un instrument culturel à travers lequel la langue de la périphérie agit sur la langue de l’Empire. À travers lui, la périphérie enseigne au centre de nouvelles expressions et enrichit sa compétence lexicale dans le domaine du quotidien, influant ainsi sur les manières de voir du centre. Ainsi, grâce au dictionnaire, la langue de la périphérie peut-elle aussi, bien entendu jusqu’à un certain point seulement et uniquement dans des conditions particulières, exercer un certain pouvoir sur le centre. L’exemple le plus saillant de ce raisonnement est le Dictionnaire Hobson-Jobson (1886) qui, grâce à ses 1 022 entrées regorgeant de trésors linguistiques indiens, a durablement influencé l’anglais britannique moderne51. Mais alors que ce dictionnaire témoigne d’interactions sur une durée séculaire, les efforts de László visant à acclimater l’albanais en Hongrie n’ont quant à eux pas pu se déployer après la chute de l’Empire austro-hongrois, qui sonna aussi le glas des ambitions impériales hongroises.

  • 52 Baernreither Josef M., Handelspolitische Ausblicke. Vortrag im Industriellen Club am 20.2.1913 [Per (...)

43L’analyse de la genèse des dictionnaires de László montre que ces deux ouvrages lexicographiques avaient pour but de soutenir l’imposition d’intérêts impérialistes hongrois dans le cadre de la Monarchie austro-hongroise. Les efforts hongrois dirigés vers l’extérieur n’entraient pas en concurrence avec ceux, de nature comparable, de la politique austro-hongroise, mais s’y agrégeaient plutôt. Après l’annexion de la Bosnie-Herzégovine en 1908, ils finirent par se confondre. Mais ce n’est que face à l’ampleur des conséquences des Guerres balkaniques que les groupes d’intérêt économique impliqués, tant en Cis- qu’en Transleithanie, en vinrent à la conviction que la Monarchie n’aurait de chance de développer un espace économique et une sphère d’intérêt propres dans le Sud-Est européen et en Asie Mineure que si les deux parties de l’Empire coopéraient plus étroitement52.

  • 53 Tamás Lajos, Albán-magyar szótár, Budapest, Akadémiai Kiadó, 1953 ; Nagy Levente, « Un studioso ung (...)

44Le dictionnaire de László ne préluda donc pas à une expansion commerciale, politique ou culturelle hongroise dans les territoires albanophones. Alors qu’il marque le coup d’envoi de l’albanologie hongroise, l’ouvrage sombre très vite dans l’oubli, sans véritable réception, mais non sans une large diffusion dans le réseau des bibliothèques hongroises. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale qu’une coopération hungaro-albanaise fut de nouveau envisagée, cette fois dans le contexte de monopole du pouvoir exercé par les partis communistes. En 1953, à la demande des autorités communistes, un dictionnaire albanais-hongrois fut publié53. István Schütz (1923-2010), originaire comme László de Transylvanie, l’un des collaborateurs à ce second projet lexicographique hungaro-albanais, entreprit de continuer en Hongrie les recherches en albanologie, matière qu’il enseigna à l’Université ELTE de Budapest. Son propre dictionnaire hongrois-albanais, achevé peu avant sa mort, est inédit à ce jour.

Haut de page

Notes

1 Sur le contexte et les réalisations de ces programmes liant impérialisme et archéologie, voir Baric Daniel (dir.), « Archéologies méditerranéennes », Revue germanique internationale, vol. 16, 2012, en ligne : doi.org/10.4000/rgi.1330.

2 Archives nationales autrichiennes [Österreichisches Staatsarchiv], Archives de la maison régnante, de la cour et de l’État [Haus-, Hof- und Staatsarchiv], ministère des Affaires étrangères [Ministerium des Äußern], Archives politiques [Politisches Archiv], dossier XIV/21 comportant une prise de position à propos de l’aide à la publication pour l’édition de sources historiques sur l’histoire albanaise (Vienne, 25.10.1911) publiées ultérieurement : Ludovicus de Thallóczy, Constantinus Jireček, Emilianus de Šufflay (éd.), Acta et diplomata res Albaniae mediae aetatis illustrantia, Vienne, Holzhausen, 2 vol., 1913-1918. CsaplÁr-Degovics Krisztián, « Lajos Thallóczy und die Historiographie Albaniens », Südost-Forschungen, vol. 68, 2009, p. 205-246 (242).

3 Le baron Franz/Ferenc Nopsca (1877-1933), un noble Hongrois de Transylvanie qui joua un rôle notable dans les premiers développements de l’albanologie, représente un cas de figure particulier. Ses écrits sur l’Albanie furent publiés pour l’essentiel en allemand, ce qui correspondait à son positionnement clairement en faveur d’une identité impériale austro-hongroise, fait rare à une époque où l’idée nationale hongroise était largement dominante dans son milieu d’origine. Aussi chercha-t-il sciemment à mettre ses compétences scientifiques et politiques en tant qu’agent au service de la Double Monarchie et en l’occurrence du Ballhausplatz, et non du royaume de Hongrie. Csaplár-Degovics Krisztián, « Nopcsa Ferenc, az osztrák–magyar gyarmatosítás önkéntes ügynöke » [Ferenc Nopsca, agent volontaire du colonialisme austro-hongrois] dans Krisztián Csaplár-Degovics, „Nekünk nincsenek gyarmataink és hódítási szándékaink.” Magyar részvétel a Monarchia gyarmatosítási törekvéseiben a Balkánon (1867–1914) [« Nous n’avons ni colonies, ni projets de conquêtes ». La participation hongroise aux projets coloniaux de la Monarchie des Habsbourg dans les Balkans (1867-1914)], Budapest, MTA BTK Történettudományi Intézet, 2022, p. 55.

4 Csaplár-Degovics Krisztián, Jusufi Lumnije, Das ungarisch-albanische Wörterbuch von Zoltán László (1913). Imperialismus und Sprachwissenschaft [Le dictionnaire hongrois-albanais de Zoltán László (1913). Impérialisme et linguistique], Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften, 2020.

5 Wilson Kathleen, « Introduction. Histories, Empires, Modernities », dans Kathleen Wilson (dir.), A New Imperial History. Culture, Identity and Modernity in Britain and the Empire, 1660-1840, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 1-21.

6 Hirschhausen Ulrike, « A New Imperial History? Programm, Potenzial, Perspektiven (Diskussionsforum) » [A New Imperial History ? Programme, potentiel, perspectives (forum de discussion)], Geschichte und Gesellschaft, vol. 41, no 4, 2015, p. 718-757 (719 sq.).

7 Ibid., p. 725-729.

8 Vásáry István, « “Nemzeti” és/vagy “nemzetközi”. A magyar orientalisztika dilemmái a 19. században » [« Nationales » et/ou « internationales ». Dilemmes des recherches hongroises sur l’Orient au xixe siècle], dans Adrienn Szilágyi, Ádám Bollók (dir.), Nemzet és tudomány Magyarországon a 19. században [Nation et science dans la Hongrie du xixe siècle], Budapest, MTA BTK Történettudományi Intézet, 2017, p. 141-154 (145).

9 Voir ses mémoires, ultérieurement traduites et régulièrement rééditées : Benyowsky Maurice-Auguste, Voyages et mémoires, Paris, Buisson, 1791.

10 Son destin a inspiré le romancier Jean-Christophe Ruffin pour son roman Le tour du monde du roi Zibeline (Paris, Gallimard, 2017).

11 László Berzenczey est probablement le premier Hongrois à avoir fait le tour du monde et le premier homme occidental à avoir atteint l’Himalaya indien en partant de Sibérie. Le grand-père de Berzenczey avait été l’un des financeurs du voyage en Orient de Sándor Kőrösi Csoma.

12 Gábor Bálint parcourut l’espace mongol, à la suite de Kőrösi Csoma, entre 1871 et 1874. Son expédition fut financée par l’Académie hongroise des sciences selon des termes qui lui demandaient de rendre accessibles la culture écrite aussi bien qu’orale, ainsi que la civilisation de ce peuple. En 1876, il publia le dictionnaire de la langue tatare de Kazan. Birtalan Ágnes, « “Dzsingisz kán nyíltszívű népének nyelve” – Szentkatolnai Bálint Gábor kalmük és halha nyelvi és népköltészeti anyagairól » [« La langue du peuple au grand cœur de Gengis Khan ». Documents de Bálint Gábor de Szentkatolna sur les langues et la poésie populaire kalmouke et halha], Keletkutatás [Recherches sur l’Orient], vol. 30, automne 2015, p. 5-30 (8-9) ; Vásáry István, « Szentkatolnai Bálint Gábor orientalista és utazó (1844-1913) » [Bálint Gábor de Szentkatolna, orientaliste et voyageur (1844-1913)], Keletkutatás [Recherches sur l’Orient], ibid., p. 31-40.

13 Róna-Tas András, « Belső-Ázsia magyar felfedezői. A kezdetektől az első világháborúig » [Les explorateurs hongrois de l’Asie centrale. Des débuts à la Première Guerre mondiale], Keletkutatás [Recherches sur l’Orient], vol. 1, automne 1986, p. 33-44 (39) ; Demeter Gábor, « Hungarian Travellers’ and Emigrants’ Images of Turkey from the 16th to the 19th Centuries », dans Guðmundur Hálfdanarson, Hatice Sofu (dir.), Developing EU-Turkey Dialogue. A CLIOHWORLD Reader, Pise, Plus-Pisa University Press, 2011, p. 37-57.

14 Vásáry, « “Nemzeti és/vagy nemzetközi », art. cit., p. 146-148 ; Róna-Tas, « Belső-Ázsia magyar felfedezői », art. cit., p. 39 ; Kőrösi Csoma Sándor, A Grammar of the Tibetan Language in English, Calcutta, Baptist Mission Press, 1834 ; Id., Sanskrit-Tibetan-English Vocabulary, vol. I-III, Calcutta, Asiatic Society, 1910 ; Id., Tibetan Studies, Calcutta, Asiatic Society, 1912 ; Vásáry István, « Csoma és a magyar őshazakutatás » [Csoma et les recherches hongroises sur la patrie primitive], Magyar Tudomány [Science hongroise], vol. 171, nº 1, 2010, p. 7-13.

15 Csorba György, « Az 1848-49-es törökországi magyar emigráció története » [L’histoire de l’émigration hongroise en Turquie des années 1848-1849], Hadtörténelmi Közlemények [Publications d’histoire militaire], vol. 112, 1999, p. 352-396.

16 Karpat Kemal H., « Kossuth in Turkey: The Impact of Hungarian Refugees in the Ottoman Empire, 1849-1851 », Hungarian Heritage Review, vol. 19, mars 1990, p. 131-153 ; Veress Sándor, A magyar emigráció a Keleten [L’émigration hongroise en Orient], volI-II, Budapest, Athenaeum, 1878.

17 Hajdú Zoltán, Az intézményes Balkán-kutatás kialakulásának és fejlődésének problémái Magyarországon 1948-ig, különös tekintettel a földrajzi kutatásokra [Les problèmes dans l’émergence et le développement de la recherche institutionnelle sur les Balkans en Hongrie jusqu’en 1948, en particulier dans les recherches en géographie], Pécs, PTE TTK FI Kelet-Mediterrán és Balkán Tanulmányok Központja, 2003, p. 9.

18 Sur l’histoire du touranisme hongrois, voir Ablonczy Balázs, Vers l’est, Magyar ! Histoire du touranisme hongrois, trad. Benoît Grévin, Paris, Éditions de l’EHESS, 2021 [2016].

19 Bertényi Iván ifj., « A “magyar birodalmi gondolatról” – az I. világháború előtt » [La « pensée impériale hongroise » à la veille de la Première Guerre mondiale], Kommentár, vol. 2, no 4, 2007, p. 40-56 (47 sq.).

20 Erdélyi Mátyás, « A Keleti Kereskedelmi Akadémia és az orientalisták: tudomány, a gazdaság és a politika interakciója » [L’Académie orientale du commerce et les orientalistes : interaction entre savoir, économie et politique], Korall [Corail], vol. 21, nº 80, 2020, p. 32-53.

21 Róna-Tas, « Belső-Ázsia magyar felfedezői », art. cit., p. 40, 42.

22 Archives nationales de Hongrie [Magyar Nemzeti Levéltár Magyar Országos Levéltára], Banque hongroise du commerce de Pest [Pesti Magyar Kereskedelmi Bank], Z 33, dossiers 11-12 ; ibid. Z 34, dossier 50 ; Bertényi Iván ifj., « A “magyar birodalmi gondolatról” », art. cit.

23 Musil Robert, L’Homme sans qualités, trad. Philippe Jaccottet, Paris, Seuil, 2004, p. 239 (première partie, chapitre 42) [Der Mann ohne Eigenschaften, Hambourg, Rohwolt, 2014 [1978], p. 170].

24 Gostentschnigg Kurt, Wissenschaft im Spannungsfeld von Politik und Militär. Die österreichisch-ungarische Albanologie 1867-1918 [Une science sous tension, entre enjeux politiques et militaires. L’albanologie austro-hongroise 1867-1918], Wiesbaden, Springer, 2018, p. 137-142.

25 Tömöry Márta, « Bosznia-Hercegovina annektálásának történetéből. Részletek Thallóczy Lajos naplóiból » [À propos de l’histoire de l’annexion de la Bosnie-Herzégovine. Détails tirés du journal de Lajos Thallóczy], Századok [Les siècles], vol. 100, nº 4-5, 1966, p. 878-923 (895) ; Bibliothèque nationale de Hongrie [Országos Széchényi Könyvtár], Département des manuscrits [Kézirattár], Quart. Hung. 2459, Journaux de Lajos Thallóczy, vol. 11, p. 79 sq.

26 Archives du synode des calvinistes de Hongrie [Református Zsinati Levéltár (RZSL)], Fonds 45/10.43 ; Thallóczy Lajos, A Balkán-félszigeten beállott változásokkal szemben Magyarország részéről követendő eljárás kulturális és gazdaságpolitikai téren. Emlékirat [Marche à suivre pour la Hongrie dans le domaine de la politique culturelle et économique face aux changements intervenus dans les Balkans. Mémorandum], Budapest, Magyar Királyi Nyomda, 1912.

27 Le Collège Eötvös, fondé en 1895 sur le modèle de l’École normale supérieure de Paris, avait pour but de former l’élite intellectuelle hongroise dans un établissement d’excellence scientifique. L’établissement existe encore de nos jours.

28 RZSL, Fonds 45/10.43 ; Thallóczy, A Balkán-félszigeten, op. cit., p. 11.

29 « Kisebb Közlemények: Keleti Bizottság, előzetes jelentés » [Nouvelles brèves : le Comité oriental, rapport préliminaire], Akadémiai Értesítő [Bulletin de l’Académie], vol. 25, no 2, 1914, p. 127 ; « LXXIV. nagygyűlés » [74e plénum], Akadémiai Értesítő [Bulletin de l’Académie], vol. 25, nº 6-7, 1914, p. 45 ; HajdÚ, Az intézményes Balkán-kutatás kialakulásának, op. cit., p. 14-16.

30 Demeter Gábor, « The Balkan Wars (1912-1913) in the Hungarian Press, Military Literature and Personal Memoirs », dans Gábor Demeter, Penka Peykovska (dir.), Bulgaria and Hungary at War (1912-1918), Sofia-Budapest, BAN-MTA, 2013, p. 55-68 (64, 68).

31 Krücken Oskar, Parlagi Imre (dir.), Das geistige Ungarn: Biographisches Lexikon [La Hongrie intellectuelle : lexique biographique], t. 2, Vienne-Leipzig, Braumüller, 1918, p. 136.

32 Gyáni Gábor, « Kulturális nacionalizmus és a tudományok: a történetírás példája. A történetiség fogalma a nacionalizmuselméletek tükrében » [Nationalisme culturel et sciences : l’exemple de l’historiographie. Le concept d’historisme au miroir des théories du nationalisme], dans Adrienn Szilágyi, Ádám Bollók (dir.), Nemzet és tudomány, op. cit., p. 11-26 (12).

33 László Zoltán, A Jehóva földjén. Úti rajzok [Au pays de Jéhova. Croquis de voyage], Budapest, Singer és Wolfner, 1914 ; Id., A vérvád átka alatt [Sous la malédiction de l’accusation de meurtre rituel], Budapest, Magyar Kiadó Társulat, 1914.

34 László Zoltán, Turcizmusok és arabizmusok. A balkáni szerb-horvát nyelvben előforduló idegen, de szlavizált szavak gyűjteménye [Turcismes et arabismes. Recueil de mots étrangers mais slavisés dans la langue serbo-croate des Balkans], Budapest, Lampel, 1912.

35 Ibid., p. 5-8.

36 Malësor/malissor (en albanais) : habitant des montagnes. Ainsi étaient désignées les sociétés claniques du nord de l’Albanie et des Alpes albanaises.

37 Waktor Andrea, « “Kegyelmes Büzérnagy!... Én ábrándozom a bécsi szép napokról”. Thallóczy Lajos és köre Bécsben » [« Votre excellence ! Je rêve du bon vieux temps à Vienne ». Lajos Thallóczy et son cercle viennois], Budapesti Negyed [Quartier de Budapest], vol. 12, nº 4, 2004, p. 435-456.

38 László Zoltán, « Érdekeltségünk Albániában » [Nos intérêts en Albanie], Pesti Hírlap [Journal de Pest], 28.02.1913, p. 34.

39 Le lobby balkaniste hongrois publia à partir de 1914 une série de brochures au titre significatif : Balkáni piacok a háború után [Les marchés balkaniques d’après-guerre], vol. I-XX, Budapest, Magyar Királyi Kereskedelmi Múzeum, 1914. Certains numéros contiennent des photographies, cartes, statistiques et de brèves descriptions géographiques et économiques de villes et de paysages. Les vol. II-IV sont consacrés à l’Albanie (Shkodër, Durrës et Vlora).

40 László Zoltán, Az albán nyelv szótára (észak-albán, maljiszór tájszólás) [Dictionnaire de la langue albanaise (albanais du Nord, dialecte malissor)], Budapest, Lampel, 1913, p. 3.

41 Steinmetz Karl, Albanische Grammatik. Nordalbanische Mundart [Grammaire de l’albanais. Dialecte de l’albanais du Nord], Sarajevo, Studnička, 1912 ; Id., Albanisches Not-Wörterbuch (Nordalbanischer Dialekt) [Petit dictionnaire albanais (dialecte de l’albanais du Nord)], Sarajevo, Studnička, 1912.

42 Elsie Robert, A Biographical Dictionary of Albanian History, Londres, I. B. Tauris, 2013, p. 427.

43 Steinmetz Karl, Eine Reise durch die Hochländergaue Oberalbaniens [Un voyage à travers les districts montagneux de Haute Albanie], Vienne-Leipzig, Hartleben, 1904 ; Id., Ein Vorstoß in die nordalbanischen Alpen [Une avancée dans les Alpes de l’Albanie du Nord], Vienne-Leipzig, Hartleben, 1905 ; Id., Von der Adria zum Schwarzen Drin [De l’Adriatique au Drin Noir], Sarajevo, Kajon, 1908.

44 László Zoltán, « Miriditák között. Levél Boszniából (Trawnik, 1909. február) » [Parmi les Mirdites. Lettre de Bosnie (Travnik, février 1909)], Élet. Szépirodalmi és Kritikai Hetilap [La vie. Hebdomadaire de littérature et de critique], 7.03.1909, p. 313-315 ; Id., « Kiszlár-Hirszisz » [terme anatolien désignant les marchands de jeunes femmes], dans Zoltán László, A vérvád átka alatt, op. cit., p. 196-210 ; Id., « Iza Boljetinac. Útirajz » [Iza Boljetinac. Croquis de voyage], Pesti Hírlap [Journal de Pest], no 178, 28.06.1912, p. 69-70 ; Pesti Hírlap, no 184, 4.08.1912, p. 70-71 ; Pesti Hírlap, no 190, 11.08.1912, p. 70-71.

45 László Zoltán, « Emlékek » [Souvenirs], Veszprémi Hírlap [Journal de Veszprém], 24.10.1909, p. 2 ; Id., « Ed d’em, bed d’em » [Sang pour sang], dans Zoltán László, A vérvád átka alatt, op. cit., p. 124-126.

46 Scheer Tamara, „Minimale Kosten, absolut kein Blut!”. Österreich-Ungarns Präsenz im Sandžak von Novipazar (1879-1908) [« Coûts minimaux, absolument sans effusion de sang ! » : la présence austro-hongroise dans le Sandjak de Novi Pazar (1879-1908)], Francfort/Main, Peter Lang, 2013, p. 55-66 ; Vlora Ekrem Bey, Lebenserinnerungen [Mémoires], t. 2, Munich, Oldenbourg, 1973, p. 9.

47 Dans cet article, les entrées du dictionnaire sont données en hongrois entre crochets et dans l’orthographe de l’ouvrage original, c’est-à-dire dans une transcription qui correspond à la prononciation hongroise des termes albanais. Les termes en français sont traduits d’après les entrées en hongrois (NdT).

48 La traduction de ces deux derniers termes aurait en l’occurrence dû être inversée.

49 Le fleuve Buna/Bojana qui traverse le lac et la ville de Shkodër/Skadar avant de rejoindre la mer Adriatique est confondu avec cette dernière.

50 Said Edward W., L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, trad. Catherine Malamoud, Paris, Seuil, 1980 [1978].

51 Yule Henry, Burnell Arthur Coke, Hobson-Jobson: The Anglo-Indian Dictionary, Ware, Wordsworth Reference, 1996 [1886, 1903].

52 Baernreither Josef M., Handelspolitische Ausblicke. Vortrag im Industriellen Club am 20.2.1913 [Perspectives sur le commerce extérieur. Conférence au Club de l’industrie le 20.2.1913], Vienne, Manz’sche k.u.k. Hof-Verlags- und Universitäts-Buchhandlung, 1913, p. 1-44.

53 Tamás Lajos, Albán-magyar szótár, Budapest, Akadémiai Kiadó, 1953 ; Nagy Levente, « Un studioso ungherese di albanologia: Lajos Tamás », Studime. Revistë për studime filologjike, vol. 21, 2014, p. 249-262.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Krisztián Csaplár-Degovics, « Entre philologie et politique, genèse et édition du premier dictionnaire hongrois-albanais (1913) »Balkanologie [En ligne], Vol. 17 n° 1 | 2022, mis en ligne le 30 septembre 2022, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/3843 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.3843

Haut de page

Auteur

Krisztián Csaplár-Degovics

ELKH (Réseau de recherche Eötvös-Loránd), Budapest
csaplar-degovics.krisztian[at]abtk.hu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search