Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 17 n° 1DossierLes Guerres balkaniques dans l’hi...

Dossier

Les Guerres balkaniques dans l’historiographie yougoslave (1945-1992), entre refoulement et relégation

The Balkan Wars in Yugoslav Historiography (1945-1992): Repressed and Unprocessed
Edvin Pezo
Traduction de Daniel Baric

Résumés

Dans le contexte de la Yougoslavie socialiste soucieuse d’intégrer ses diverses populations dans un récit historique consensuel, les Guerres balkaniques eurent un statut problématique du fait qu’elles revêtaient une importance diamétralement opposée pour les historiens albanais et serbes. Dans l’imaginaire national serbe, elles symbolisaient l’accomplissement d’une libération de l’Empire ottoman ; dans celui des Albanais hors d’Albanie, elles signifiaient en revanche une construction étatique inachevée, une migration forcée et un nombre important de victimes. Les narrations et modèles interprétatifs développés de part et d’autre dans le cadre de la Yougoslavie socialiste furent confrontés à des propositions de consensus acceptable. Cette controverse historiographique serbo-albanaise révèle dans sa complexité le lien entre politique, historiographie et culture du (non-)souvenir.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand par Daniel Baric.

Texte intégral

1Les Guerres balkaniques ont eu pour conséquence l’éviction de l’Empire ottoman du Sud-Est européen au profit d’une extension territoriale de la Serbie, du Monténégro, de la Grèce, de la Bulgarie et de la Roumanie. Les trames de la narration historique des années 1912-1913 concernent donc de nombreux protagonistes. L’une de ces trames narratives traite de l’interaction entre acteurs albanophones et slavophones dans les Balkans, dans le contexte d’une érosion croissante de l’État au sein de l’Empire ottoman jusqu’en 1912 et de l’influence grandissante de la Serbie et du Monténégro sur les événements dans l’espace méridional des Balkans, en l’occurrence leur participation aux Guerres balkaniques en 1912-1913. Ce ressort narratif est en même temps associé à la formation de nouvelles entités étatiques, la naissance de l’Albanie en 1912 et « l’intégration » de la population non slave dans les territoires nouvellement acquis des royaumes de Serbie et du Monténégro. Dans le cadre d’une recherche historique, cet ensemble d’événements historiques exige de ne pas prendre uniquement en compte des acteurs politiques et militaires. Le défi consiste plutôt à situer, au sein d’une histoire moderne de la violence, celle qui s’est exercée avant, pendant et après les guerres, ainsi que leurs conséquences à long terme sur les sociétés balkaniques.

  • 1 D’après une publication académique officielle, quelque 25 000 Albanais seraient morts durant les se (...)

2Cela veut dire concrètement, eu égard à l’histoire mouvementée des relations albano-slaves1 et au pic de violence dans la période considérée, qu’outre l’histoire diplomatique et proprement militaire, ainsi que celle des souffrances endurées par les populations, il convient de prendre en considération les événements suivants : les dernières années du pouvoir ottoman exercé sur les Balkans, y compris les révoltes albanaises, qui débutent en 1909, et leurs revendications visant à davantage d’autonomie dans les années 1911-1912 ; la fondation sous contrainte de l’État albanais le 28 novembre 1912 ; l’intégration de force, par les troupes serbes, de territoires jusqu’alors ottomans aux royaumes de Serbie et du Monténégro ; ainsi que la révolte albanaise de septembre 1913 (dans les territoires actuels du Kosovo et de la Macédoine du Nord), qui a mené à la crise internationale d’octobre 1913, lorsque l’armée serbe s’est emparée de territoires situés dans le nord de l’Albanie.

3Le traitement de ces événements, en particulier des Guerres balkaniques, représente, hier comme aujourd’hui, un défi pour l’historien qui, en posant son regard sur l’ensemble des Balkans, se confronte à des protagonistes militaires et politiques dont les intérêts sont, partiellement du moins, en concurrence les uns avec les autres. Les lacunes sont par ailleurs évidentes, notamment dans l’historiographie de la violence.

4L’historien, lui-même un produit de son temps, n’est pas seulement confronté à une situation parfois difficile quant à l’état des sources, il s’inscrit dans des tendances de la recherche et dans un discours national spécifiques. Le traitement des Guerres balkaniques représente donc un défi pour tout historien, dès lors qu’il délaisse le cadre historique purement national. L’historiographie ne se développe en effet pas dans quelque boîte noire, isolée de la société. Étroitement liée aux processus socio-politiques, elle est aussi le reflet de son temps – l’histoire étant, par essence, toujours contemporaine, au sens de Benedetto Croce (1866-1952). Il est par conséquent loisible d’interpréter les résultats de l’historiographie comme un biais permettant de comprendre comment les sociétés se perçoivent elles-mêmes, en analysant les inflexions des discours nationaux dans les différentes historiographies, ainsi que les modèles explicatifs développés au cours du temps. Il peut ainsi se révéler instructif d’examiner les traces laissées par les Guerres balkaniques au sein de l’historiographie (multiethnique) de la Yougoslavie socialiste et plurinationale, qui promeut officiellement l’égalité des peuples [narodi] et des minorités nationales [narodnosti], en lien avec une série de questions : comment les Guerres balkaniques ont-elles été intégrées dans l’histoire du premier xxe siècle, qui se caractérise précisément par une forte empreinte de la violence ? De quelle manière l’élite politique dominante d’une Yougoslavie plurinationale a-t-elle fait usage de cette historiographie à des fins politiques ? Concernant de manière spécifique les Guerres balkaniques, une perspective dominante est-elle détectable, une sorte d’histoire consensuelle, à fonction intégrative, acceptable à la fois pour les Albanais et les Serbes ? De quelle façon une politique de l’histoire et de la culture du (non-)souvenir imposée par l’État au sujet des liens entre une majorité et un groupe minoritaire au sein de la société influence-t-elle leurs interactions ?

  • 2 Sur la marginalisation politique des minorités non slaves dans la première Yougoslavie, voir Nielse (...)
  • 3 Pezo Edvin, Zwangsmigration in Friedenszeiten? Jugoslawische Migrationspolitik und die Auswanderung (...)

5Les relations, au sein de l’État plurinational yougoslave, entre la direction politique slavophone et la population albanophone, de même que plus généralement entre Albanais et Serbes, s’étaient heurtées, dès avant 1945, à de sérieuses difficultés. Les Albanais étaient méfiants à l’égard de la seconde Yougoslavie, non seulement en raison de leur intégration forcée dans les royaumes de Serbie et du Monténégro durant les Guerres balkaniques et de leur expérience de l’exclusion imposée dans le cadre de la première Yougoslavie2, qui s’est traduite dans la seconde moitié des années 1930 par la signature d’une convention entre la Yougoslavie et la Turquie qui prévoyait (et ne réussit finalement pas à imposer) le déplacement de quelque 200 000 « Turcs », ce qui aurait dû permettre à l’État yougoslave de vider d’une grande partie de sa population albanaise la région limitrophe de l’Albanie3. La position marginale des Albanais de Yougoslavie fut ensuite renforcée au sein du mouvement antifasciste durant la Seconde Guerre mondiale, dominé par les Slaves.

6Ce n’est pas uniquement la direction communiste, mais également les historiens en tant que groupe qui furent confrontés à la question de savoir comment traiter les Guerres balkaniques après 1945. Cette question se posait dans une société déchirée par la Seconde Guerre mondiale, aux prises avec les blessures encore fraîches de la guerre civile entre mouvements politiques de nature multinationale (partisans communistes) et nationalistes (oustachi et tchetnik). Or, à la sortie de la guerre, l’État devait être refondé sur des principes idéologiques, comme le proclamait le slogan « fraternité et unité » [bratstvo i jedinstvo] forgé durant la « Guerre de libération nationale » [narodnooslobodilački rat]. L’intention étatique proclamée consistait à vouloir intégrer tous les groupes ethniques, dont les expériences historiques durant la première moitié du xxe siècle avaient été pour partie diamétralement opposées. Les élites communistes au pouvoir ont esquissé le cadre interprétatif de ce qu’il convenait de remémorer, d’oublier, voire aussi de rendre tabou. Il s’agissait d’une forme de gestion des expériences passées, chargées de violence extrême et qui ne passaient pas, telles qu’elles se sont si souvent produites au cours de la Seconde Guerre mondiale.

  • 4 Meier Christian, Das Gebot zu vergessen und die Unabweisbarkeit des Erinnerns. Vom öffentlichen Umg (...)
  • 5 Ibid., p. 45. Sur la politique mémorielle de la Yougoslavie socialiste, voir Karge Heike, Steinerne (...)
  • 6 Stanković Đorđe, Dimić Ljubodrag, Istoriografija pod nadzorom. Prilozi istoriji istoriografije [L’h (...)
  • 7 Piper Ernst Reinhard (dir.), “Historikerstreit”. Die Dokumentation der Kontroverse um die Einzigart (...)
  • 8 Banac Ivo, « Historiography in the Countries of Eastern Europe: Yugoslavia », The American Historic (...)
  • 9 Un ouvrage élaboré à l’Institut historique de l’Armée populaire yougoslave, paru en trois volumes, (...)

7L’historien de l’Antiquité Christian Meier propose, en se référant au concept d’« amnestie » chez les anciens Grecs, de mettre au jour l’essence même d’une communauté « lorsque des groupes entiers se souvenaient activement d’une injustice commise à leur encontre4 ». Les communistes quant à eux n’étaient pas favorables à ce type d’approche, eux qui dans les premières décennies d’après-guerre se sont efforcés de dissimuler le plus possible dans l’espace public, sous le sceau du silence, les tensions entre nationalités. Ils disposaient de cette faculté, formulée par Meier, de mettre un point final, ce par quoi ils souhaitaient garantir la paix, au prix de l’abandon de sanctions à prendre à la suite de nombre d’injustices avérées5. Par ailleurs, les historiens yougoslaves, dans ces années d’après-guerre fortement marquées jusqu’à la fin des années 1950 par l’idéologie et la politisation à outrance, n’ont guère eu envie de traiter de thèmes liés à l’actualité politique brûlante et, du reste, les conditions politiques et sociales n’étaient pas réunies6. Ces dernières n’ont changé que progressivement, dans les années 1960, puis singulièrement dans les années 1980. Cela s’est manifesté par une « querelle des historiens », concomitante de celle qui se déroula en Allemagne fédérale7, lorsque ont été examinés des thèmes jusqu’alors demeurés tabous, parce que liés aux identités nationales par le biais des catégories politiques et administratives de narodi et narodnosti constitutives des républiques fédérées yougoslaves, en particulier concernant la Seconde Guerre mondiale. Ce débat fut accompagné d’un repli sur les historiographies développées dans chacune des entités fédérées8. D’une manière générale, les Guerres balkaniques se trouvaient encore et toujours à l’ombre de la Première et plus encore de la Seconde Guerre mondiale. Si le thème était abordé dans l’historiographie, c’était surtout dans le cadre d’une histoire militaire (serbe), qui évacuait les champs minés par les conflits : l’usage de la violence, le « nettoyage ethnique », les atrocités commises9. Une approche discursive lucide et objective sur les horreurs de la guerre, prenant en considération les différentes visions des groupes ethniques impliqués, ne s’est du reste pas encore imposée jusqu’à ce jour, même si elle a pu progressivement s’exprimer, tout en demeurant à la marge des historiographies tant serbe qu’albanaise et de leurs relais, que sont les instituts d’histoire et leurs publications périodiques considérées comme des références.

  • 10 Les Albanais n’ont pas adopté une position unique durant la Première Guerre balkanique et un certai (...)

8Quelques remarques préliminaires s’imposent à cet endroit sur les caractéristiques spécifiques du discours sur les Guerres balkaniques. Tout d’abord, celles-ci ne faisaient pas partie, à proprement parler, de l’histoire de la Yougoslavie, ni de l’histoire de l’unification des peuples sud-slaves. Dans la Yougoslavie socialiste, il n’était par conséquent pas possible de les intégrer au paradigme historiographique yougoslave dominant. En deuxième lieu, il s’était agi, durant les Guerres balkaniques, du point culminant d’une confrontation entre divers projets nationaux et étatiques (notamment serbes et monténégrins) et l’Empire ottoman multiethnique. Ce dernier n’a pas été en mesure de satisfaire durablement la population albanophone, ni de s’affirmer comme une puissance protectrice face aux États balkaniques. C’est la raison pour laquelle les acteurs du mouvement albaniste ont estimé qu’il leur fallait proclamer l’indépendance de l’Albanie dans le sillage de la désagrégation impériale ottomane marquée par la violence guerrière. La Serbie et le Monténégro, en revanche, visaient à étendre leur territoire aux dépens de l’Empire ottoman. Ces projets se trouvaient en compétition les uns avec les autres, qu’il s’agisse de fonder un État (l’Albanie) ou de l’étendre (Serbie, Monténégro), alors que l’Empire ottoman s’écroulait. Cette confrontation (révolte albanaise du printemps et de l’été 1912, lorsque des meneurs albanais ont réussi à imposer leurs revendications dans un Empire ottoman de plus en plus touché par des crises politiques internes) s’est concentrée sur des événements violents qui se sont produits dans la même séquence chronologique que la Première Guerre balkanique10, car c’est dans ce contexte, le 28 novembre 1912, qu’a été signé le document proclamant l’indépendance de l’Albanie. En troisième lieu enfin, les populations albanaise et serbe de Yougoslavie étaient affectées à différents degrés par ces conflits. Alors que presque tous les Albanais de Yougoslavie avaient vécu, d’une manière ou d’une autre, des expériences personnelles liées aux Guerres balkaniques, seule une minorité de l’ensemble de la population serbe de Yougoslavie avait été touchée. Si la population chrétienne a perçu la prise du Sandjak de Novi Pazar, du Kosovo et de la Macédoine par des troupes serbes ou monténégrines comme une « libération » au sens large, cela n’a guère été le cas pour la population musulmane. La culture du souvenir (personnel) de ce qui s’est produit dans le contexte des Guerres balkaniques a donc reçu une signification diamétralement opposée selon l’appartenance à différents groupes ethniques.

  • 11 Voir sur les années 1980 au Kosovo, déterminantes dans la phase finale de la Yougoslavie, le discou (...)

9Le triple lien entre historiographie, politique et culture du non(-souvenir) est au cœur de la réflexion menée ici. On portera d’abord notre attention sur la signification des Guerres balkaniques dans les narrations yougoslaves (albanaise et serbe) dans la Yougoslavie socialiste (entre 1942 et 1992), ainsi qu’aux modèles interprétatifs décelables à l’époque. Par conséquent, il s’agit autant d’examiner des contenus controversés que des éléments possibles d’intégration, des moments ou des personnalités des Guerres balkaniques, supports consensuels pour toutes les parties, tout en considérant l’aliénation croissante et l’éloignement progressif entre Priština/Prishtina et Belgrade dans les années 1970 et 198011. Enfin, restera à examiner la question des échanges académiques dans le domaine de la recherche sur les Guerres balkaniques entre historiens albanais et serbes, en d’autres termes le degré d’ethnocentrisme repérable au sein de ces historiographies.

10Une approche comparative sera adoptée pour l’analyse du discours au sein des historiographies albanophone et serbophone de Yougoslavie, tel qu’il se présente dans les périodiques et publications de référence, à savoir dans trois des revues savantes les plus importantes dans leur domaine : Jugoslovenski istorijski časopis (JIČ) [La revue historique yougoslave], voix de l’historiographie officielle au niveau fédéral, Istorijski glasnik (IG) [Le messager historique] de Belgrade pour le point de vue de l’historiographie officielle de l’État de Serbie et Gjurmime albanologjike. Seria e shkencave historike (GjA) [Études d’albanologie. Série des sciences historiques] de Prishtina pour le pendant historiographique albanais. De plus, des articles tirés d’une entreprise éditoriale officielle et de prestige, l’Enciklopedija Jugoslavije [Encyclopédie yougoslave], de même que certaines publications sur les Guerres balkaniques et le Kosovo éditées jusqu’en 1992 seront pris en considération. Enfin, la figure de Dimitrije Tucović (1881-1914), un social-démocrate serbe en vue, vétéran des Guerres balkaniques et figure unificatrice pendant un long moment, acceptée tant par les Serbes que par les Albanais, sera examinée dans sa fonction supposément intégrative.

Le contexte : la fabrique de l’historiographie en Yougoslavie

  • 12 Raphael Lutz, Geschichtswissenschaft im Zeitalter der Extreme. Theorien, Methoden, Tendenzen von 19 (...)
  • 13 Brunnbauer Ulf, « Historical Writing in the Balkans », dans Axel Schneider, Daniel Woolf (dir.), Th (...)
  • 14 Ibid., p. 356 et 359.
  • 15 Höpken Wolfgang, « Vergangenheitspolitik im sozialistischen Vielvölkerstaat: Jugoslawien 1944 bis 1 (...)
  • 16 Brunnbauer, « Historical Writing », art. cit., p. 364.

11L’historien allemand Lutz Raphael a souligné combien l’historiographie, n’étant généralement pas une science autonome, a pu devenir un élément important de la culture politique au xxe siècle, voire central dans certains pays. L’influence de l’idéologie politique sur la communauté scientifique a par conséquent été très forte12. Après 1945, il était évident que les communistes avaient pour projet de modifier radicalement la manière d’écrire l’histoire dans les Balkans, de manière à construire un passé plus adapté du point de vue idéologique13. Les partis communistes cherchaient à réaliser un virage radical par rapport aux paradigmes dominants de l’avant-guerre et ont pris des mesures pratiques afin de modifier les institutions en charge de l’historiographie. En Yougoslavie cependant, seuls ont perdu leur emploi les historiens ouvertement anticommunistes, alors que les représentants éminents d’une histoire « bourgeoise » ont pu maintenir leurs positions et demeurer les enseignants les plus influents14. À l’intérieur de ce cadre idéologique, dans l’immédiat après-guerre, les communistes ont fait la promotion d’une identité et d’une histoire communes yougoslaves, mettant l’accent sur la lutte commune durant la Seconde Guerre mondiale, non seulement en tant qu’élément constitutif de l’identité politique de la Yougoslavie, mais aussi en tant qu’instrument de légitimation du nouveau régime. Ces efforts déployés pour établir une narration historique consensuelle et cohérente pour l’ensemble de la communauté yougoslave ont néanmoins échoué. À partir des années 1960, et plus encore avec la décentralisation du pays, les tendances à la fragmentation qui préexistaient au sein de l’historiographie yougoslave n’ont fait que se renforcer. Les historiens des diverses républiques ont essentiellement travaillé sur des matières historiques différentes, acceptant tacitement le principe de non-intervention dans l’histoire des autres républiques et de leurs populations15. Les communistes au pouvoir n’étaient pas satisfaits des développements dans le champ historiographique, mais leur influence dans ce domaine n’a fait que diminuer avec le temps. À la fin du régime, dans la seconde moitié des années 1980, le Parti n’exerçait qu’un contrôle limité sur les historiens et la perspective nationale, liée à une entité fédérée et à sa population majoritaire, est devenue centrale16. Dans un espace public toujours plus saturé de nationalisme, ce discours s’est affirmé de manière de plus en plus assumée, comme en témoigne l’historienne serbe Dubravka Stojanović :

  • 17 Stojanović Dubravka, « Being a Trainee Historian in Belgrade, 1989 », Comparative Southeast Europea (...)

As historians, we watched, virtually as in a live broadcast, how our discipline was abused, how it was being exploited for dangerous propaganda, how facts were distorted, how everything was suddenly possible. Facts were twisted, some were “forgotten”, others overemphasized, interpretations were changing, those that did not fit the desired image of the past were left out. And this desired image of the past was one of continuity of conflict between the Yugoslav nations, which portrayed their history as a series of conflicts from the time before the Balkans were settled in the seventh century17.

  • 18 Jovanović Miroslav, « Istoriografija i kriza » [Historiographie et crise], dans Miroslav Jovanović, (...)
  • 19 Voir les esquisses biographiques de trois des plus importants chercheurs de la première génération (...)
  • 20 Voir notamment Höpken, « Vergangenheitspolitik », art. cit., p. 230.

12La fragmentation d’une historiographie dite « yougoslave » était devenue une évidence. Il est à noter qu’entre les années 1960 et 1970, une institutionnalisation et une professionnalisation croissantes de l’historiographie s’étaient produites et il en est résulté ce que Miroslav Jovanović appelle un « âge d’or » de l’historiographie en Serbie18. Des développements similaires peuvent être observés au Kosovo, qui, en tant que province autonome, fut lui-même doté dans sa capitale Priština/Prishtina d’établissements scientifiques propres : un Institut pour l’histoire du Kosovo [Zavod za istoriju Kosova/Enti i historisë së Kosovës] en 1967, une université en 1970 ainsi qu’une Académie des sciences et des arts du Kosovo en 1975. La Faculté des lettres, avec son Département d’histoire, avait été installée quelques années auparavant, en 1963. Par rapport à Belgrade, le point de départ était bien plus difficile cependant, car il n’existait pas, à Prishtina, de tradition historiographique bien établie. Les premiers historiens albanais de Yougoslavie ont soutenu leurs thèses dans les années 1960 et leur nombre était réduit19. De plus l’Albanie, « pays protecteur » des Albanais yougoslaves, tentait d’influencer l’historiographie albanaise de Yougoslavie avec ses propres instituts historiques, de sorte que la situation générale pour une évaluation historique des Guerres balkaniques n’était guère favorable, avec un paysage historiographique fragmenté et, en outre, un nombre de plus en plus limité d’historiens professionnels travaillant sur cette question. Ainsi, une sorte de coexistence entre historiographies développées au sein des différentes entités fédérées « s’était installée, sans toutefois qu’un discours scientifique pluraliste ait pu réellement voir le jour20 ».

Les Guerres balkaniques dans les revues yougoslaves

  • 21 Le premier numéro a paru en 1962, le dernier a encore été publié à l’époque de la Yougoslavie socia (...)
  • 22 Babić Branko, « Migracije u novooslobođenim krajevima Crne Gore 1912-1915 » [Les migrations dans le (...)
  • 23 Rahimi Šukri, « Albanci u borbi za nacionalnu emancipaciju posle mladoturske revolucije » [Les Alba (...)
  • 24 Ibid., p. 86.

13Les périodiques historiques reflètent le niveau scientifique de la recherche menée ; ils en révèlent aussi les courants. Ainsi, l’examen de l’ensemble des numéros de la période 1962-1989 de Jugoslovenski istorijski časopis [La revue historique yougoslave], plateforme et périodique de l’association des historiens de Yougoslavie21, montre de manière caractéristique que la thématique des Guerres balkaniques n’a été traitée que par deux auteurs, et encore de manière secondaire : Branko Babić et Shukri Rahimi. Babić publia sa contribution au Vcongrès des historiens de Yougoslavie en 1973. Il s’agit d’une vue d’ensemble sur une question importante, à savoir les processus de migration dans les régions conquises par le Monténégro sur l’Empire ottoman durant les Guerres balkaniques22. Shukri Rahimi, devenu rédacteur en chef du périodique dans les années 1980, avait déjà à son actif une contribution sur la lutte des Albanais pour l’émancipation nationale de l’Empire ottoman après la Révolution jeune-turque de 190823. Il y traite des Guerres balkaniques d’une manière typique pour l’époque, sur un mode indirect puisque ces guerres n’étaient pas considérées comme centrales mais comme un appendice à la « grande histoire », celle de l’émancipation albanaise en l’occurrence. La question des Guerres balkaniques est abordée dans les dernières phrases de l’article, où il est mentionné que, si les Albanais avaient pris les armes, ce n’était certes pas pour défendre les Ottomans mais bien « leur pays » et qu’un groupe d’Albanais en vue a déclaré l’indépendance de l’Albanie à un moment où leur existence et les résultats de leur lutte (l’autonomie qui leur avait été concédée par le pouvoir ottoman début septembre 1912) se trouvaient menacés24. Cet élément narratif révèle quelques points importants et constants : une homogénéité politique postulée au sein des Albanais, en opposition supposément unanime à l’Empire ottoman, et, point plus important encore, la perception des Guerres balkaniques comme représentant une menace existentielle pour les Albanais.

  • 25 Istorijski glasnik [Le messager historique], no 1, 1948, p. 3.
  • 26 Mikić Đorđe, « Albanci i Srbija u balkanskim ratovima 1912-1913. godine » [Les Albanais et la Serbi (...)
  • 27 Mikić Djordje, « The Albanians and Serbia during the Balkan Wars », dans Béla K. Király, Dimitrije (...)
  • 28 Voir aussi la contribution d’un homme de lettres (dramaturge et publiciste) davantage qu’un histori (...)

14Alors que Jugoslovenski istorijski časopis [La revue historique yougoslave] propose, comme son titre l’indique, une base commune pour l’ensemble des thématiques relevant de l’histoire de l’État yougoslave dans sa globalité, Istorijski glasnik [Le messager historique] est l’organe de la Société historique de la République populaire de Serbie [Istorijsko društvo Narodne Republike Srbije]. Comme le précisait le comité éditorial dans le premier numéro, en 1948, l’attention serait portée sur l’histoire de la majorité de la population de la République, soit les Serbes25. Il peut sembler étonnant que même dans cette dernière revue, Istorijski glasnik [Le messager historique], les Guerres balkaniques n’apparaissent que comme quantité négligeable dans l’histoire de la Serbie et des Serbes. Les Guerres balkaniques n’ont en effet pas été traitées dans cette revue centrale de l’historiographie serbe jusqu’au milieu des années 1980, où la question des rapports entre Albanais et Serbes est finalement abordée par Đorđe Mikić 26, à un moment de fragmentation déjà avancée de l’historiographie en Yougoslavie. L’article de Mikić, plus connu dans sa version anglaise, publiée dans l’important volume East Central European Society and the Balkan Wars27, présente la description la plus complète et détaillée de cette thématique dans une publication en serbo-croate. Ensuite, un seul article a traité des Guerres balkaniques sur l’ensemble des numéros parus entre 1948 et 1992, alors que des dossiers commémoratifs ont été consacrés à la Première insurrection serbe de 1804, à la Première et à la Seconde Guerre mondiale. Outre l’article de Mikić, l’IG ne négligea pourtant pas l’histoire des Albanais du Kosovo. Dans les années 1960 en particulier, à un moment où les aspects communs étaient soulignés par les historiens tant albanais que serbes, un petit nombre d’articles ont abordé l’histoire du Kosovo28. Les Guerres balkaniques n’étaient pas oubliées à proprement parler, mais reléguées à la marge de l’historiographie serbe.

  • 29 Shala Xheladin, « Shpallja e pavarësisë së Shqipërisë dhe disa momente të qëndrimit të qeverisë ser (...)
  • 30 Ibid., p. 129-130.

15À l’instar de l’IG, Gjurmime albanologjike. Seria e shkencave historike [Études d’albanologie. Série des sciences historiques] avait pour objet principal l’histoire du peuple majoritaire dans une province, en l’occurrence celle des Albanais au Kosovo. Les Guerres balkaniques y furent traitées, mais à une date étonnamment tardive. Ce n’est que trois quarts de siècle après les faits, au milieu des années 1980, que cela s’est produit, mais sans insistance particulière, en les insérant dans le processus de construction de l’État albanais. De plus, les Guerres balkaniques se trouvaient désormais sous l’ombre portée par les controverses et débats autour de la Seconde Guerre mondiale qui avaient lieu dans tout le pays. Le nom de Xheladin Shala, membre du comité éditorial, se détache quant à la place accordée aux Guerres balkaniques dans les GjA. Shala publia, en 1986, une étude consacrée à la réaction du gouvernement serbe face à la déclaration d’indépendance de l’Albanie en 1912 et, dans l’édition de 1991, une contribution sur la question albanaise à la Conférence des ambassadeurs de Londres (17 décembre 1912-12 août 1913)29. Dans le premier article, centré sur la question de l’indépendance, il se montre réservé quant à la caractérisation du régime serbe et les Guerres balkaniques ne sont évoquées qu’à la marge. L’article de 1991 aborde également en quelques mots seulement les Guerres balkaniques, mais la terminologie est notablement plus sévère. Dans le résumé de l’article, il évoque le 20 mars 1913 comme « un jour de peine indescriptible pour tous les Albanais des territoires du nord et du nord-est », « la date la plus triste pour les Albanais des vilayets de Kosovo, Shkodër et Manastir », lorsque « une ligne de frontière artificielle » fut conjointement tracée par les six ambassadeurs avec des « panslavistes rapaces »30. À la fin des années 1980 et au début des années 1990, dans une période de crise politique et de nationalisme triomphant au sein de la Yougoslavie socialiste, la présence des Guerres balkaniques dans les GjA est devenue plus visible, ce qui transparaît dans le nombre de publications sur le sujet. En 1992, soit quatre-vingts ans après la Première Guerre balkanique, quatre articles (sur 14) étaient en lien avec les Guerres balkaniques ou l’une d’entre elles. Mais ils étaient – ce qui est symptomatique pour l’époque – centrés sur la construction de l’État albanais en 1912-1913, dans le contexte spécifique de la Première Guerre balkanique. Par ailleurs, ces articles font entendre le rejet de l’État yougoslave, dans une lecture tant littérale que figurée, à une époque où les Albanais sont marginalisés socialement et politiquement et où la Yougoslavie sombre dans la guerre.

16Si l’on considère les revues spécialisées en histoire comme cadre de référence pour mesurer la présence des Guerres balkaniques, on peut en conclure que celle-ci a été d’une importance marginale dans les présentations historiques concernant l’État yougoslave dans son ensemble. Au niveau des républiques fédérées, ce n’est que (trop) tardivement qu’elles ont été abordées, précisément alors que l’État et le liant idéologique de la « fraternité et unité » [bratstvo i jedinstvo] avaient perdu de leur crédibilité à la fin des années 1980 et que les guerres yougoslaves qui ont éclaté au début des années 1990 ont rendu caduc tout discours approfondi sur les rapports interethniques.

Les Guerres balkaniques dans l’Encyclopédie yougoslave (et autres publications)

  • 31 Roksandić Drago, « Krležina Enciklopedija Jugoslavije između euroskepticizma i euronormativizma: pr (...)
  • 32 Voir en ce qui concerne la seconde édition de l’Enciklopedija Jugoslavije, publiée dans les années  (...)
  • 33 Rajović Radošin, Autonomija Kosova. Istorijsko-pravna studija [L’autonomie du Kosovo. Étude d’histo (...)
  • 34 Bogdanović Dimitrije, Knjiga o Kosovu. The Kosovo Question Past and Present, Belgrade, Srpska knjiž (...)
  • 35 Mitrović Andrej (dir.), Srbi i Albanci u XX veku: ciklus predavanja 7.-10. maj 1990. [Serbes et Alb (...)

17Contrairement aux revues évoquées précédemment, qui s’adressaient prioritairement à un public d’historiens professionnels, l’Enciklopedija Jugoslavije avait un autre caractère. Projet phare de l’Institut lexicographique yougoslave [Leksikografski zavod FNRJ] fondé à Zagreb en 1950, il s’adressait à l’ensemble de la population et devait en même temps satisfaire aux exigences politiques et idéologiques, dans la mesure où il était le vecteur des valeurs dominantes de l’élite politique. À l’instar d’autres grands projets encyclopédiques portés par des États et des nations, il était l’expression d’efforts déployés en vue d’atteindre une cohésion nationale31. Mais ce projet était rendu plus complexe que s’il s’était agi d’une configuration politique relativement homogène, en raison de l’histoire complexe de cet État et des nombreux groupes qu’il s’agissait prendre en considération. Il n’est donc pas étonnant que des thèmes historiques controversés aient donné lieu à des discussions polémiques dans le contexte de la genèse du projet encyclopédique yougoslave32. Les articles qui ont fait débat dans l’Enciklopedija Jugoslavije révèlent, comme d’autres publications du reste, les problèmes restés en suspens dans l’historiographie : depuis l’entrée « Albanais » et « Relations albano-yougoslaves », en passant par la question de la langue commune (« Serbo-croate »), l’ethnogenèse et l’identité des peuples constitutifs du pays, jusqu’à des questions de présentation dans certaines contributions sur les républiques ou les provinces autonomes. Le rôle du Kosovo et des Albanais dans l’histoire yougoslave sont particulièrement emblématiques de ces frictions, qui ont entraîné de vives discussions. Cela apparaît à travers les publications traitant de l’histoire du Kosovo et des Albanais en lien avec les Guerres balkaniques, qui ont rencontré un certain succès public dans la dernière décennie de la Yougoslavie. Les ouvrages de Radošin Rajović33 et Dimitrije Bogdanović34 ainsi que le volume consacré aux Serbes et aux Albanais au xxe siècle35 sont représentatifs à cet égard.

  • 36 Perović Dušan, « Balkanski ratovi » [Les Guerres balkaniques], Enciklopedija Jugoslavije, vol. 1, Z (...)
  • 37 Perović, « Balkanski ratovi » [Les Guerres balkaniques], art. cit., p. 306-307.
  • 38 Đurišić, « Balkanski ratovi » [Les Guerres balkaniques], art. cit., p. 460 ; Perović, « Balkanski r (...)
  • 39 Mujadžević, Voß, « Sub-Yugoslav Identity Building in the Enciklopedija Jugoslavije », art. cit., p. (...)

18L’analyse comparée de la première et de la seconde édition de l’Enciklopedija Jugoslavije révèle les inflexions à l’œuvre entre les éditions de 1955 et 1980. Deux entrées, l’une consacrée aux Guerres balkaniques (« Balkanski ratovi »), l’autre aux Albanais (« Albanci ») méritent une attention particulière. La première est rédigée par Dušan Perović, enseignant à l’université, la seconde par Mitar Đurišić, colonel de l’armée yougoslave36. Les deux auteurs décrivent les Guerres balkaniques de manière assez complète et relativement détaillée, dans une perspective d’histoire plus particulièrement politique et diplomatique. Ils ne divergent pas quant à leur caractérisation de la Première Guerre balkanique comme étape finale dans la lutte de libération des peuples balkaniques face au féodalisme ottoman. Peu de place est accordée à l’Albanie et aux Albanais, qui sont simplement mentionnés. Perović met en relation les conséquences de la révolte albanaise de mai à août 1912 avec une période plus intense d’anarchie et de détérioration de la situation de la population chrétienne en butte à des mesures de répression sanglantes lorsqu’apparurent des signes de résistance. D’une manière générale, il associe la formation de l’Albanie aux aspirations austro-hongroises dans les Balkans, la création de cet État n’étant à ses yeux que la tentative de créer un bastion des intérêts austro-hongrois dans les Balkans37. L’article de Mitar Đurišić (datant de 1980) consacre moins d’espace au processus de construction étatique albanais et aux Albanais dans le contexte des Guerres balkaniques. Il conclut néanmoins dans son dernier paragraphe à propos des Guerres balkaniques, de même que Perović l’avait fait un quart de siècle plus tôt, que cette guerre représentait l’accomplissement d’une très ancienne lutte de libération des peuples balkaniques de la Turquie. Il ajoute, dans une phraséologie toute communiste, que la Première Guerre balkanique était aussi l’expression des efforts de la « bourgeoisie balkanique » visant une expansion territoriale mais, contrairement à Perović, il souligne la position désavantageuse dans laquelle se trouvaient les peuples albanais et macédonien38. Une sensibilité accrue à l’égard des Albanais se fait jour ici. Dans les entrées sur les Albanais (« Albanci ») et les relations albano-yougoslaves (« Albansko-jugoslovenski odnosi »), qui n’apparaissent du reste que dans la seconde édition de l’Enciklopedija Jugoslavije, la narration historique prend plus fermement en charge un point de vue censément albanais. Le contraste avec la première édition de l’Encyclopédie est symptomatique : comme l’explicite la préface, il s’agissait au départ de « refléter la culture et la civilisation de tous les peuples sud-slaves » [« da bude odraz kulture i civilizacije svih južnoslovjenskih naroda »], c’est-à-dire les populations sud-slaves constitutives de la Yougoslavie [narodi], tout en maniant un vague concept d’« identité yougoslave ». La seconde édition, qui commence à paraître à partir de 1980, est le reflet d’une compréhension profondément modifiée de ce que sont l’État et la société yougoslaves39. Dans le sillage des efforts de décentralisation des années 1970, davantage d’attention avait été accordée à chacune des républiques et des provinces autonomes (Kosovo et Voïvodine) ; les minorités ethniques, désormais reconnues et valorisées en tant que minorités nationales [narodnosti], étaient logiquement intégrées en tant qu’entrées à part entière dans l’ouvrage. De plus, dans les années 1980, parallèlement aux éditions en variantes linguistiques sud-slaves, l’Encyclopédie (du moins les premiers volumes) paraissait aussi en albanais et en hongrois.

  • 40 Voir sur la vie et l’action d’Ali Hadri le volume collectif : Bajraktari Jusuf (dir.), « Akademik A (...)
  • 41 Hadri Ali, « Albanci. Postanak i razvoj » [Les Albanais. Genèse et développement], Enciklopedija Ju (...)
  • 42 Enciklopedija Jugoslavije, supplément, Zagreb, Jugoslavenski leksikografski zavod, 1984.
  • 43 Voir sur ce point, dans une perspective serbe : NIKOLIĆ, « “Jugoslavika” », art. cit., p. 179-186 ; (...)
  • 44 Hadri, « Albanci », art. cit., p. 77.
  • 45 Enciklopedija Jugoslavije, supplément, op. cit., p. 4.

19Ali Hadri (1928-1987), sans doute le spécialiste albanais kosovar le plus influent dans le domaine de l’histoire du xxe siècle (dont le parrainage est revendiqué dans la dénomination actuelle de l’Institut d’histoire du Kosovo), a contribué à ce projet par un premier article proposant un survol historique sur le peuple albanais. Au début des années 1980, il s’est vu reprocher par le Parti, dans certains cercles belgradois, d’être le représentant d’un « romantisme national » rampant au sein de l’historiographie albanaise et d’être un tenant du « nationalisme grand-albanais »40. Ce premier article a été publié en 198041 ; une version actualisée a été publiée en 1984 par les éditions de l’Enciklopedija Jugoslavije42 (dans un supplément, donc non intégrée à l’Encyclopédie proprement dite), car les deux articles concernant les Albanais (« Albanci » et « Albansko-jugoslovenski odnosi ») avaient soulevé un vent de protestation au sein du département en charge de la Serbie43. La comparaison entre les deux versions de cet article fait apparaître les lignes de partage dans un conflit devenu ouvert au sein des historiographies albanaise et serbe sur les Guerres balkaniques. Pour commencer, la caractérisation de la révolte des Albanais en 1912 par Hadri, qui, selon sa terminologie, ont « libéré » tout le territoire kosovar, a posé problème. Dans ses brèves remarques sur la Première Guerre balkanique (il ne mentionne pas la Seconde), il note que les relations interethniques au Kosovo n’ont fait qu’empirer en raison de la fréquente survenue d’actes de terreur à l’encontre des Albanais, inspirés par les cercles au pouvoir en Serbie et au Monténégro, ce qui avait contribué à décider une partie des Albanais et des Turcs à émigrer en Albanie et en Turquie44. Quatre ans plus tard, un changement terminologique s’est fait jour concernant les événements de l’année 1912 au Kosovo. Le département éditorial a alors choisi la formulation selon laquelle les insurgés albanais ont « occupé » (du verbe zauzimati) le Kosovo en 1912, mais que le Kosovo a été « libéré » de l’Empire ottoman au cours de la Première Guerre balkanique (sous-entendu par la Serbie et le Monténégro). Les raisons de l’émigration des Albanais et des Turcs étaient désormais décrites non seulement en termes politiques, mais notamment aussi économiques et religieux45.

  • 46 R.[edakcija] [Le comité de rédaction], « Albansko-jugoslavenski odnosi. Politički i privredni odnos (...)
  • 47 Ibid.
  • 48 Enciklopedija Jugoslavije, supplément, op. cit., p. 3.

20Les deux articles sur les relations albano-yougoslaves ont été publiés en 1980 et 1984 par le département éditorial, avec une insistance, dans le contexte des Guerres balkaniques, sur la formation de l’Albanie et de son appareil d’État. La situation au Kosovo durant les Guerres balkaniques n’était évoquée, dans la première édition de 1980, qu’au détour d’une unique phrase. Il est mentionné que « les forces progressives du peuple serbe », et singulièrement le Parti social-démocrate serbe, avaient condamné « la terreur que faisait subir la bourgeoisie serbe au peuple albanais du Kosovo durant les Guerres balkaniques46 ». Mais cette mention du Kosovo a disparu du supplément. Un consensus général était maintenu concernant Dimitrije Tucović. Dans l’édition de 1980, il était décrit comme un « grand avocat de l’amitié et de la coopération entre les peuples albanais et serbe47 ». En outre, le supplément soulignait que la condamnation par Tucović de l’expansion serbe en Albanie durant les Guerres balkaniques était un élément constitutif de l’héritage yougoslave, « l’expression de cette pensée progressiste serbe profondément ancrée dans les fondements des relations albano-yougoslaves48 ».

21Les points critiques de fixation historiographique concernant les Guerres balkaniques devenaient clairs. Bien que la situation institutionnelle des Albanais fût renforcée, la dichotomie albano-serbe devenait visible dans ces articles de l’Encyclopédie. Cela était également perceptible dans la manière de présenter, d’une part, l’émergence de l’État albanais à travers la révolte albanaise et, de l’autre, les Guerres balkaniques comme des « guerres de libération ». Les auteurs de langue serbe ignoraient généralement (soigneusement et à dessein) les discussions sur des questions critiques concernant les atrocités commises, tout particulièrement à l’égard des populations musulmanes, ou bien la migration forcée durant les Guerres balkaniques, brièvement mentionnée par Ali Hadri.

  • 49 Voir l’interview dans Grafenauer Bogo, Šidak Jaroslav, Tadić Jorjo (dir.), Historiographie yougosla (...)
  • 50 « Dok su srpske i crnogorske trupe trijumfalno ulazile u oblasti Kosovo i Metohiju, donoseći slobod (...)
  • 51 Ibid., p. 58-59.
  • 52 Ibid., p. 64.

22D’autres publications sur les Guerres balkaniques combinaient histoire politique et diplomatique, comme ce fut le cas pour les quelques contributions publiées les années précédentes49. Radošin Rajović, membre de la Cour constitutionnelle serbe, avait publié une histoire du Kosovo au xxe siècle. Dans cette dernière, il se montrait très prudent dans son traitement des Guerres balkaniques, en particulier s’agissant de la terminologie utilisée pour qualifier « qui » a été libéré par « qui », et décrivait en détails le soulèvement albanais de 1912 et ses suites. Sur ce point, il mentionne par exemple que « lorsque les troupes serbes et monténégrines ont fait leur entrée triomphale au Kosovo et dans la Metohija, apportant la liberté à leurs compatriotes, une grande partie des Albanais (en particulier les musulmans) s’est considérés comme attaquée, ou plus précisément ne s’est pas considérée comme libérée50 ». Les seules remarques positives étaient adressées aux sociaux-démocrates serbes et, nommément, à Dimitrije Tucović pour s’être opposé aux Guerres balkaniques et à l’approche adoptée par les autorités serbes dans l’occupation de l’Albanie du Nord à la fin de l’année 191251. La question des atrocités était abordée, mais pour être aussitôt évacuée en deux phrases dans des termes assez généraux52.

  • 53 Pavlović Momčilo, « Jugoslovenska-srpska istoriografija o Kosovu » [L’historiographie yougoslave et (...)
  • 54 Bogdanović, Knjiga o Kosovu, op. cit., d’après la publication en ligne Projekt Rastko : www.rastko. (...)
  • 55 Ibid., www.rastko.rs/kosovo/istorija/knjiga_o_kosovu/bogdanovic-kosovo_4_c.html#4_II_1 (consulté en (...)
  • 56 Dedijer Vladimir, « The Balkans in 20th-century Politics », dans Mitrović (dir.), Srbi i Albanci u (...)
  • 57 Introduction, dans Mitrović (dir.), Srbi i Albanci u XX veku, op. cit., p. 6.
  • 58 Bataković, « Srpska vlada i Esad-paša Toptani » [Le gouvernement serbe et Essad Pacha Toptani], dan (...)

23En comparaison avec l’ouvrage spécialisé de Rajović, la monographie de Dimitrije Bogdanović (Knjiga o Kosovu. The Kosovo Question Past and Present), publiée en 1986 dans une collection en vue de l’Académie serbe des sciences et des arts (hors-série [Posebno izdanje], collection de la présidence [Predsedništvo]), fut bien davantage promue, auprès d’un plus large public. D’après l’historien serbe Momčilo Pavlović, l’auteur « fait une avancée décisive en brisant le silence » des historiens serbes sur les thématiques liées à l’histoire du Kosovo53. Dans un sous-chapitre spécifiquement consacré aux Guerres balkaniques, rédigé d’un point de vue ethnocentrique autour de la « question serbe » et figurant dans un chapitre intitulé, dans une perspective programmatique, « La libération du Kosovo », les atrocités apparaissent comme ayant été pour l’essentiel perpétrées contre les Serbes. Les violences subies par les Serbes, leur islamisation ainsi que leur émigration, principalement au xixe siècle, y sont centrales. Pour Bogdanović, il s’agit là, précisément, de l’une des raisons pour lesquelles les Guerres balkaniques ont éclaté. Il aborde également les atrocités commises par l’armée serbe contre les populations musulmanes et albanaises durant les Guerres balkaniques, mais elles ne sont, d’après lui, pour l’essentiel que le résultat de la propagande austro-hongroise dirigée contre la Serbie54. Il est intéressant de noter que ni Dimitrije Tucović, ni le Parti social-démocrate ne sont intégrés dans ce chapitre, mais dans celui consacré aux liens entre le Parti communiste de Yougoslavie et la question albanaise, dans lequel Bogdanović questionne de manière critique l’expression « hégémonie grand-serbe » et reproche à Tucović un préjugé favorable au nationalisme albanais55. Par ses critiques, Bogdanović prenait position contre la doxa établie à l’issue de la Seconde Guerre mondiale sur le rôle de la Serbie à l’égard de son voisinage dans la première partie du xxe siècle, un point de vue qualifié comme étant celui de la « bourgeoisie grand-serbe ». Mais Bogdanović a également été critiqué par des intellectuels serbes. Son point de vue a notamment été rejeté par Vladimir Dedijer (1914-1990) dans la publication éditée sous la direction d’Andrej Mitrović en 1991 consacrée aux Serbes et aux Albanais au xxe siècle. Dedijer a pris la défense des témoignages recueillis par Dimitrije Tucović dans son ouvrage consacré à la Serbie et à l’Albanie, dans lequel il argumentait, comme l’avait fait Tucović avant lui, que l’armée royale de Serbie avait commis d’odieux méfaits à l’encontre des Albanais au Kosovo et en Albanie du Nord56. Andrej Mitrović, dans ses remarques introductives à la publication sur les Serbes et les Albanais au xxe siècle, retrace les circonstances difficiles dans lesquelles s’est développée l’analyse des relations serbo-albanaises : celles-ci n’ont « pas été étudiées de manière continue et approfondie, ni dans l’entre-deux-guerres, ni après la Seconde Guerre mondiale. Dans la dynamique des années 1980 cependant, l’intention de répondre aux besoins quotidiens d’activités de propagande, mais parfois aussi la volonté d’apporter de plus amples informations, ont souvent, mais pas toujours, été reconnues en tant que telles57 ». Le résultat est pourtant maigre : aucun article n’est consacré aux Guerres balkaniques. Celles-ci ne sont abordées que dans l’article de Dušan Bataković sur la coopération entre le gouvernement serbe et Essad Pasha Toptani (1863-1920), qui a remis Scutari aux Monténégrins en avril 1913. Quelques remarques s’y trouvent consignées sur la situation interne du nouvel État albanais, qualifié par Bogdanović de « patte de chat dans les mains de Vienne58 ».

  • 59 Stojančević Vladimir (dir.), « Prvi balkanski rat. Okrugli sto povodom 75. godišnjice 1912-1987 » [ (...)

24Il est à noter que l’Académie serbe des sciences et des arts a organisé une table ronde en octobre 1987 à l’occasion du 75e anniversaire de la Première Guerre balkanique, ainsi qu’une série de conférences sur la Serbie et les Albanais aux xixe et au début du xxe siècle, également en octobre 198759. Mais il est remarquable qu’aucun historien albanais n’y ait participé, peut-être en raison d’un manque évident ou plutôt d’une détérioration des échanges scientifiques entre historiens albanais et serbes dans les années 1980, si bien que le sujet controversé des relations serbo-albanaises durant les Guerres balkaniques n’a pas été discuté. Tous ces exemples montrent l’effacement des schémas narratifs préexistants. Les approches explicatives qui avaient prévalu ont été remises en cause au cours des années 1980 et le schéma narratif général applicable aux Guerres balkaniques a disparu. Même au sein de l’historiographie serbe, des thématiques historiques et politiques sensibles, longtemps taboues, ont créé des lignes de fracture, surtout au sujet de la Seconde Guerre mondiale, ce qui a rendu plus difficile l’élaboration d’un discours scientifique. Des échanges d’idées ouverts et constructifs entre historiens albanais et serbes ne subsistaient certes plus que de manière rudimentaire au regard de la question difficile que représentaient les Guerres balkaniques et des relations qu’entretenaient ces interlocuteurs entre eux. Mais au lieu de renforcer leur collaboration, ceux-ci se sont encore plus éloignés les uns des autres.

Dimitrije Tucović, une figure intégrative

  • 60 Voir l’édition en cyrillique, éditée à 15 000 exemplaires : Tucović D.[imitrije], Srbija i Arbanija (...)
  • 61 Tucoviq Dimitrije, Sërbija dhe Shqipnija. Nji shtesë kritikës së politikës zaptuese të borgjezis së (...)
  • 62 Voir par exemple Đilas Milovan, « O nacionalnoj istoriji kao vaspitnom predmetu » [L’histoire natio (...)
  • 63 Préface de Đilas Milovan dans Tucović, Srbija i Arbanija, op. cit., p. 7.
  • 64 Hadri Ali, « Dimitrije Tucović o albanskom pitanju » [Dimitrije Tucović et la question albanaise], (...)
  • 65 Dedijer, The Balkans, op. cit., p. 31.

25Entre les historiographies divergentes en albanais, en serbe et d’orientation pro-yougoslave, Dimitrije Tucović (1881-1914) a joué un rôle de liant, qui se reflète dans les références relativement fréquentes dont il a fait l’objet dans les entrées encyclopédiques sur des thématiques albano-yougoslaves. Personnage de premier plan, non seulement en tant que témoin (il participa à la Première Guerre balkanique comme soldat dans l’armée serbe), mais aussi en tant que fondateur et leader du Parti social-démocrate, Dimitrije Tucović s’est par ailleurs prononcé en faveur d’une fédération balkanique. Il est donc hautement signifiant que les autorités communistes aient republié dès 1945 et 1946, dans des éditions à grand tirage, l’ouvrage le plus connu de Tucović, Serbie et Albanie. Une contribution à la critique de la politique de conquête de la bourgeoisie serbe60. L’essai fut rapidement traduit en albanais61. Tucović s’opposait aux voix anti-albanaises en Serbie et dénonçait l’expansionnisme serbe d’un point de vue socialiste, tout en faisant également des observations ethnographiques et historiques au sujet des Albanais. La publication de 1945 comportait une note en guise de préface signée de Milovan Đilas (1911-1995), l’un des leaders du Parti communiste yougoslave jusqu’à sa chute en 1954, qui avait essayé, dans les premières années de l’après-guerre, d’influer sur l’historiographie dans le sens d’une approche marxiste62. Il notait que cette publication était « d’une importance particulière aujourd’hui. Elle renforcera la fraternité entre les peuples de Yougoslavie et albanais dans leur lutte contre l’impérialisme ». Cette citation démontre que, même dans les temps les plus difficiles, lorsque, comme l’écrit Đilas, la « soldatesque » de Pašić a encore accru le fossé entre peuples albanais et serbe, la fraction progressive du peuple serbe s’est opposée à cette politique63. C’est en ce sens qu’au début des années 1970 Ali Hadri a accordé à Tucović le mérite d’avoir contribué à ce que « le noyau révolutionnaire du mouvement ouvrier serbe sût adopter un avis correct au sujet des questions balkanique et albanaise64 ». Mais l’importance sociale et politique de Tucović en tant que figure symbolique consensuelle (durant la Seconde Guerre mondiale, des unités de partisans puis des écoles, des bibliothèques et des rues portaient déjà son nom et, en 1974, une série télévisée lui a été consacrée) a visiblement diminué, à mesure que se renforçait le nationalisme dans les années 1980. Ainsi en 1990, Vladimir Dedijer, ancien partisan, biographe de Tito et chroniqueur de la Yougoslavie socialiste, dans une période de discorde entre historiens albanais et serbes, s’est vu contraint de défendre Tucović contre des attaques semblables à celle de Bogdanović, mentionnée plus haut : « Tucović a levé l’hypothèque qui pesait sur le peuple serbe et que les cercles du pouvoir en Serbie essayaient d’imposer65 ».

  • 66 Voir sur l’importance de Tucović et les évolutions dans le discours à son égard les études réunies (...)

26D’une manière générale, Tucović représente un bon exemple de connexion entre politique et mémoire, en particulier en ce qui concerne la culture du (non-)souvenir imposée par l’État. D’une part, Tucović faisait figure de modèle pour les communistes, ses idéaux et son action le légitimant comme incarnation du slogan « fraternité et unité ». D’autre part, la mémoire de Tucović fut intimement liée aux horreurs des Guerres balkaniques, devenues, pour une grande part, taboues et non remémorées. L’œuvre de Tucović qui reçut la réception la plus large (Srbija i Arbanija) était consacrée aux poussées expansionnistes serbes et à l’entrée de l’armée royale en Albanie à l’époque des Guerres balkaniques. Mais les allégations de Tucović contre le gouvernement serbe et sa politique durant les Guerres balkaniques n’ont pas fait l’objet de recherches approfondies en Yougoslavie socialiste66.

Conclusion

  • 67 Voir sur ce point les publications suivantes de l’Académie des sciences serbes et de l’Institut d’h (...)

27D’une manière générale, dans le cadre de la Yougoslavie socialiste, les dimensions sociales et politiques des Guerres balkaniques, notamment la violence qui s’y exprima et les conséquences démographiques et institutionnelles qui ont accompagné ces conflits, ont été largement ignorées. Elles ne furent que tardivement et fragmentairement abordées dans certaines publications, à la veille de l’éclatement de la guerre en Yougoslavie. Toutes ces questions demeurent ouvertes et restent un champ d’étude à explorer. Le fait que les Guerres balkaniques soient longtemps demeurées taboues n’était du reste en rien une exception, puisque le silence sur des sujets délicats, comme de nombreuses autres thématiques liées aux conflits entre les peuples était une pratique courante dans le pays. Un des buts de la politique yougoslave des nationalités a consisté à évacuer les sujets controversés issus du passé et potentiellement incontrôlables, ou bien à les interpréter en termes marxistes. Dans le cas des guerres du xxe siècle au Kosovo, la recherche s’est focalisée sur la Première et la Seconde Guerre mondiale et ce n’est que plus tardivement qu’une discussion a été amorcée sur les révoltes albanaises advenues en 1910-1912 et durant la Première Guerre balkanique. Même dans ce dernier cas, le débat n’était que fragmentaire. Jamais un dialogue sur le long terme entre historiens albanais et serbes n’a réellement existé à propos des Guerres balkaniques en tant que sujet conflictuel intéressant les Albanais comme les Serbes. Cette situation a été aggravée par les changements sociaux et politiques qui ont affecté le Kosovo et toute la Yougoslavie durant les années 1980, lorsque les approches explicatives dominantes ont été remises en question, qu’une narration consensuelle sur ce passé a cessé d’exister et que les différends entre historiens albanais et serbes n’ont fait que s’accroître sensiblement. Le discours scientifique dominant dans les institutions de recherche historique les plus prestigieuses n’a guère varié depuis lors. Il n’existe toujours pas d’échange solide au-delà des frontières nationales67.

  • 68 Voir dans le domaine des sciences sociales le projet « Figuring Out the Enemy », dont les résultats (...)

28À l’époque socialiste, Dimitrije Tucović est longtemps demeuré le seul lien entre politique, historiographie et culture du (non-)souvenir des Guerres balkaniques. Mais lui aussi a été remis en question dans les années 1980, lorsque l’État et la société sont entrés dans une phase de crise aiguë. Dès lors, les approches ethnocentriques qui préexistaient ont été renforcées et les liens entre Guerres balkaniques et sociétés qui y avaient pris part ont été, une fois de plus, consciemment mis de côté. Une discussion sérieuse, posée et critique sur les atrocités commises durant ces guerres, sur les migrations forcées et leurs dynamiques, sujets longtemps tabous, n’a jamais pu voir le jour. Les conditions préalables ne sont toujours pas réunies, en raison des relations politiques durablement tendues entre Belgrade et Prishtina. D’autant qu’un échange scientifique entre historiens butte sur l’absence de volonté assez générale de se confronter aux méfaits commis par « son propre camp ». Les prémices pourraient en être une étude de cas régionale abordée dans le cadre d’approches interdisciplinaires, qui, idéalement, pourrait être publiée à la fois à Belgrade et Prishtina68. Une telle recherche, qui prendrait en compte les avancées des études internationales sur l’histoire des violences de guerre tout en se centrant sur les dynamiques propres aux Guerres balkaniques, leurs acteurs et les éléments les plus violents du conflit, aurait pourtant le potentiel, non seulement de contribuer à la recherche internationale sur la violence, mais aussi de rapprocher les historiographies serbe et albanaise, désormais engagées dans des voies de plus en plus divergentes.

Haut de page

Notes

1 D’après une publication académique officielle, quelque 25 000 Albanais seraient morts durant les seuls deux premiers mois de la Première Guerre balkanique, durant laquelle 150 000 Albanais auraient été expulsés. Ces chiffres sont à considérer avec précaution en raison de l’état lacunaire des ressources statistiques et du manque de recherches fondamentales en la matière, mais ils sont du moins les indices d’une violence de haute intensité. Voir Historia e popullit shqiptar [Histoire du peuple albanais], vol. 2, Rilindja kombëtare. Vitet 30 të shek. XIX-1912 [La Renaissance nationale. Depuis les années 1830 à 1912], Tirana, Botimet Toena, 2002, p. 507-508.

2 Sur la marginalisation politique des minorités non slaves dans la première Yougoslavie, voir Nielsen Christian Axboe, Making Yugoslavs: Identity in King Aleksandar’s Yugoslavia, Toronto, University of Toronto Press, 2014, p. 38-39.

3 Pezo Edvin, Zwangsmigration in Friedenszeiten? Jugoslawische Migrationspolitik und die Auswanderung von Muslimen in die Türkei (1918 bis 1966) [Des migrations forcées en temps de paix ? La politique migratoire yougoslave et l’émigration de musulmans en Turquie (1918-1966)], Munich, Oldenbourg, 2013.

4 Meier Christian, Das Gebot zu vergessen und die Unabweisbarkeit des Erinnerns. Vom öffentlichen Umgang mit schlimmer Vergangenheit [La nécessité de l’oubli et l’impossible déni de mémoire. Du traitement public d’un passé douloureux], Bonn, Bpb, 2010, p. 23.

5 Ibid., p. 45. Sur la politique mémorielle de la Yougoslavie socialiste, voir Karge Heike, Steinerne Erinnerung –versteinerte Erinnerung? Kriegsgedenken in Jugoslawien (1947-1970) [Mémoire de pierre – mémoire pétrifiée ? Commémorer la guerre en Yougoslavie (1947-1970)], Wiesbaden, Harrassowitz, 2010.

6 Stanković Đorđe, Dimić Ljubodrag, Istoriografija pod nadzorom. Prilozi istoriji istoriografije [L’historiographie sous contrôle. Contributions à une histoire de l’historiographie], Belgrade, Službeni List, 1996, p. 165, 167.

7 Piper Ernst Reinhard (dir.), “Historikerstreit”. Die Dokumentation der Kontroverse um die Einzigartigkeit der nationalsozialistischen Judenvernichtung [La « Querelle des historiens ». Documents sur la controverse au sujet de l’unicité de la destruction des Juifs par la politique nationale-socialiste], Munich-Zurich, Piper, 1987.

8 Banac Ivo, « Historiography in the Countries of Eastern Europe: Yugoslavia », The American Historical Review, vol. 97, no 4, 1992, p. 1084-1104 ; REPE Božo, « Jugoslovanska historiografija po drugi svetovni vojni » [L’historiographie yougoslave après la Seconde Guerre mondiale], Tokovi istorije [Courants historiques], no 1-4, 1999, p. 312-325.

9 Un ouvrage élaboré à l’Institut historique de l’Armée populaire yougoslave, paru en trois volumes, est paradigmatique à cet égard : Prvi balkanski rat 1912-1913 [La Première Guerre balkanique], Belgrade, Vojnoistorijski institut Jugoslovenske narodne armije, 1959-1975. Dans les années 1980, les travaux biographiques sur les chefs militaires de l’historien des armées Savo Skoko (1923-1913) touchèrent un large public.

10 Les Albanais n’ont pas adopté une position unique durant la Première Guerre balkanique et un certain nombre de leurs leaders coopérèrent avec l’armée serbe ou monténégrine. Sur cette question, voir pour plus de détails : Kadria Sali, « Aspekte të qëndrimit të mbajtur nga shqiptarët gjatë Luftës së Parë Ballkanike » [Aspects de l’attitude des Albanais pendant la Première Guerre mondiale], Studime historike [Études historiques], vol. 1-2, 2017, p. 125-146 ; ainsi que le volume de Prifti Kristaq (dir.), Historia e popullit shqiptar [Histoire du peuple albanais], vol. 2, Rilindja kombëtare, op. cit., p. 507. Quand bien même le chiffrage des victimes devrait faire l’objet d’une analyse critique, il n’en demeure pas moins que la population civile a subi une expérience de la violence à grande échelle.

11 Voir sur les années 1980 au Kosovo, déterminantes dans la phase finale de la Yougoslavie, le discours tenu tant à l’échelle fédérale que dans les différentes républiques : « Kosovo in the Yugoslav 1980s », numéro thématique de la revue Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, en ligne : https://www.degruyter.com/journal/key/soeu/69/2-3/html (consulté en juin 2022).

12 Raphael Lutz, Geschichtswissenschaft im Zeitalter der Extreme. Theorien, Methoden, Tendenzen von 1900 bis zur Gegenwart [L’historiographie dans l’âge des extrêmes. Théories, méthodes et tendances de 1900 à nos jours], Munich, Beck, 2003, p. 19.

13 Brunnbauer Ulf, « Historical Writing in the Balkans », dans Axel Schneider, Daniel Woolf (dir.), The Oxford History of Historical Writing. Vol. 5. Historical Writing since 1945, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 353-374 (355).

14 Ibid., p. 356 et 359.

15 Höpken Wolfgang, « Vergangenheitspolitik im sozialistischen Vielvölkerstaat: Jugoslawien 1944 bis 1991 » [La politique de la mémoire dans un État socialiste multinational : la Yougoslavie de 1944 à 1991], dans Petra Bock, Edgar Wolfrum (dir.), Geschichtsbilder, Erinnerung und Vergangenheitspolitik im internationalen Vergleich [Représentations de l’histoire, mémoire et politique de la mémoire en perspective comparée internationale], Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1999, p. 210-243 (229-230).

16 Brunnbauer, « Historical Writing », art. cit., p. 364.

17 Stojanović Dubravka, « Being a Trainee Historian in Belgrade, 1989 », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, p. 399-411 (404).doi.org/10.1515/soeu-2021-0019

18 Jovanović Miroslav, « Istoriografija i kriza » [Historiographie et crise], dans Miroslav Jovanović, Radivoj Radić (dir.), Kriza istorije: srpska istoriografija i društveni izazovi kraja 20. i početka 21. veka [Crise de l’histoire : l’historiographie serbe et les défis sociétaux de la fin du xxe et du début du xxie siècle], Belgrade, Udruženje za društvenu istoriju, 2009, p. 11-132 (49-50).

19 Voir les esquisses biographiques de trois des plus importants chercheurs de la première génération d’historiens albanais du Kosovo : Skender Rizaj (doctorat soutenu en 1960 en études ottomanes), l’orientaliste Hasan Kaleshi (doctorat en 1965) et Ali Hadri (doctorat en 1970 en histoire contemporaine) dans NURIDIN Ahmeti, « Kontributi i historianëve nga Kosova për afirmimin e historiografisë kombëtare shqiptare në Ballkan dhe më gjerë gjatë viteve 50-80 të shek. XX » [Les contributions des historiens du Kosovo pour l’affirmation de l’historiographie nationale albanaise dans les Balkans et au-delà dans les années 1950-1980], Gjurmime albanologjike. Seria e shkencave historike [Recherches en albanologie. Série des sciences historiques], vol. 39, 2009, p. 65-75.

20 Voir notamment Höpken, « Vergangenheitspolitik », art. cit., p. 230.

21 Le premier numéro a paru en 1962, le dernier a encore été publié à l’époque de la Yougoslavie socialiste, en 1989, mais avec une interruption entre 1982 et 1985. Les numéros paraissaient trois fois par an (mais souvent avec la numérotation 1/2 et 3/4).

22 Babić Branko, « Migracije u novooslobođenim krajevima Crne Gore 1912-1915 » [Les migrations dans les régions nouvellement libérées du Monténégro en 1912-1915], Jugoslovenski istorijski časopis [La revue historique yougoslave], no 3-4, 1973, p. 163-170.

23 Rahimi Šukri, « Albanci u borbi za nacionalnu emancipaciju posle mladoturske revolucije » [Les Albanais dans la lutte pour l’émancipation nationale après la révolution des Jeunes-Turcs], Jugoslovenski istorijski časopis [La revue historique yougoslave], no 1-2, 1970, p. 71-87 (Referat na V. Kongresu istoričara Jugoslavije [Contribution au Ve congrès des historiens de Yougoslavie]).

24 Ibid., p. 86.

25 Istorijski glasnik [Le messager historique], no 1, 1948, p. 3.

26 Mikić Đorđe, « Albanci i Srbija u balkanskim ratovima 1912-1913. godine » [Les Albanais et la Serbie dans les Guerres balkaniques], Istorijski glasnik, no 1-2, 1985, p. 55-80.

27 Mikić Djordje, « The Albanians and Serbia during the Balkan Wars », dans Béla K. Király, Dimitrije Djordjević (dir.), East Central European Society and the Balkan Wars, New York, Columbia University Press, 1987, p. 165-196.

28 Voir aussi la contribution d’un homme de lettres (dramaturge et publiciste) davantage qu’un historien au sens classique, publiée chez un éditeur en marge, proche des circuits oppositionnels (Samizdat Free B 92) : Imami Petrit, Srbi i Albanci kroz vekove [Serbes et Albanais à travers les siècles], Belgrade, K.V.S., 2000 [1998], p. 431.

29 Shala Xheladin, « Shpallja e pavarësisë së Shqipërisë dhe disa momente të qëndrimit të qeverisë serbe (nëntor 1912–prill 1913) » [La déclaration d’indépendance de l’Albanie et quelques aspects de la position du gouvernement serbe (novembre 1912-avril 1913)], GjA, vol. 16, 1986, p. 153-178 ; voir aussi Shala, « Çështja shqiptare në Konferencën e Ambasadorëve në Londër (17.12.1912-12.8.1913) » [La question albanaise à la Conférence des ambassadeurs de Londres], GjA, vol. 21, 1991, p. 121-130.

30 Ibid., p. 129-130.

31 Roksandić Drago, « Krležina Enciklopedija Jugoslavije između euroskepticizma i euronormativizma: prilog poznavanju početaka Krležina projekta Enciklopedije Jugoslavije » [L’Encyclopédie yougoslave de Krleža entre euroscepticisme et normativité européenne : contribution à la connaissance des prémices du projet d’Encyclopédie yougoslave de Krleža], Studia lexicographica, vol. 8, no 2(15), 2014, p. 15- 22. Mujadžević Dino, Voß Christian, « Sub-Yugoslav Identity Building in the Enciklopedija Jugoslavije (1955-1990): The Case of the Albanian Question », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, p. 375-397 (376), en ligne : doi.org/10.1515/soeu-2021-0037.

32 Voir en ce qui concerne la seconde édition de l’Enciklopedija Jugoslavije, publiée dans les années 1980, la vue d’ensemble de Nikolić Kosta, « “Jugoslavika” – prošlost i sadašnjost. Polemike o istoriji u drugom izdanju ‘Enciklopedije Jugoslavije’ 1981-1989 » [« Jugoslavika », passé et présent. Les polémiques sur l’histoire dans la seconde édition de l’Encyclopédie yougoslave], Istorija 20. veka [L’histoire du xxe siècle], no 2, 2003, p. 177-202.

33 Rajović Radošin, Autonomija Kosova. Istorijsko-pravna studija [L’autonomie du Kosovo. Étude d’histoire du droit], Belgrade, Ekonomika, 1985.

34 Bogdanović Dimitrije, Knjiga o Kosovu. The Kosovo Question Past and Present, Belgrade, Srpska književna zadruga, 1986.

35 Mitrović Andrej (dir.), Srbi i Albanci u XX veku: ciklus predavanja 7.-10. maj 1990. [Serbes et Albanais au xxe siècle : un cycle de conférences, 7-10 mai 1991], Belgrade, SANU, 1991.

36 Perović Dušan, « Balkanski ratovi » [Les Guerres balkaniques], Enciklopedija Jugoslavije, vol. 1, Zagreb, Leksikografski zavod, 1955, p. 305-309 ; ĐuriŠIć Mitar, « Balkanski ratovi » [Les Guerres balkaniques], Enciklopedija Jugoslavije, vol. 1, Zagreb, Jugoslavenski leksikografski zavod, 1980, p. 458-461.

37 Perović, « Balkanski ratovi » [Les Guerres balkaniques], art. cit., p. 306-307.

38 Đurišić, « Balkanski ratovi » [Les Guerres balkaniques], art. cit., p. 460 ; Perović, « Balkanski ratovi » [Les Guerres balkaniques], art. cit., p. 309.

39 Mujadžević, Voß, « Sub-Yugoslav Identity Building in the Enciklopedija Jugoslavije », art. cit., p. 380-383 ; voir les préfaces des deux éditions : https://www.lzmk.hr/izdanja/enciklopedije/56-enciklopedija-jugoslavije-i-izdanje / ; https://www.lzmk.hr/izdanja/enciklopedije/57-enciklopedija-jugoslavije-ii-izdanje (consulté en juin 2022).

40 Voir sur la vie et l’action d’Ali Hadri le volume collectif : Bajraktari Jusuf (dir.), « Akademik Ali Hadri. Jeta dhe vepra » [L’académicien Ali Hadri. Vie et œuvre], Prishtinë, Instituti i historisë, 2009. Voir sur les reproches formulés par Mišović Miloš, « Istorija po Hadriju » [L’histoire d’après Hadri], NIN, 2.08.1981, p. 33-34.

41 Hadri Ali, « Albanci. Postanak i razvoj » [Les Albanais. Genèse et développement], Enciklopedija Jugoslavije, vol. 1, Zagreb, Jugoslavenski leksikografski zavod, 1980, p. 75-79.

42 Enciklopedija Jugoslavije, supplément, Zagreb, Jugoslavenski leksikografski zavod, 1984.

43 Voir sur ce point, dans une perspective serbe : NIKOLIĆ, « “Jugoslavika” », art. cit., p. 179-186 ; ainsi que Mujadžević, Voß, « Sub-Yugoslav Identity Building in the Enciklopedija Jugoslavije », art. cit., p. 390-392.

44 Hadri, « Albanci », art. cit., p. 77.

45 Enciklopedija Jugoslavije, supplément, op. cit., p. 4.

46 R.[edakcija] [Le comité de rédaction], « Albansko-jugoslavenski odnosi. Politički i privredni odnosi » [Les rapports albano-yougoslaves. Rapports politiques et économiques], Enciklopedija Jugoslavije, vol. 1, Zagreb, Jugoslavenski leksikografski zavod, 1980, p. 86-93 (87).

47 Ibid.

48 Enciklopedija Jugoslavije, supplément, op. cit., p. 3.

49 Voir l’interview dans Grafenauer Bogo, Šidak Jaroslav, Tadić Jorjo (dir.), Historiographie yougoslave 1955-1965, Belgrade, Fédération des sociétés historiques de Yougoslavie, 1965, p. 265-266 ; Ćirković Sima, Grafenauer Bogo, Gross Mirjana, Janković Dragoslav, Strugar Vlado (dir.), The Historiography of Yugoslavia 1965-1975, Belgrade, The Association of Yugoslav Historical Societies, 1975, p. 217-220.

50 « Dok su srpske i crnogorske trupe trijumfalno ulazile u oblasti Kosovo i Metohiju, donoseći slobodu svojim sunarodnicima, veliki deo Arbanasa (naročito muslimana) smatrao se pogođenim, tačnije, nije se smatrao oslobođenim. » Rajović, Autonomija Kosova, op. cit., p. 64.

51 Ibid., p. 58-59.

52 Ibid., p. 64.

53 Pavlović Momčilo, « Jugoslovenska-srpska istoriografija o Kosovu » [L’historiographie yougoslave et serbe sur le Kosovo], Istorija 20. veka [Histoire du xxe siècle], no 2, 2004, p. 179-189 (181).

54 Bogdanović, Knjiga o Kosovu, op. cit., d’après la publication en ligne Projekt Rastko : www.rastko.rs/kosovo/istorija/knjiga_o_kosovu/bogdanovic-kosovo_3_c.html#3_I (consulté en juin 2022).

55 Ibid., www.rastko.rs/kosovo/istorija/knjiga_o_kosovu/bogdanovic-kosovo_4_c.html#4_II_1 (consulté en juin 2022).

56 Dedijer Vladimir, « The Balkans in 20th-century Politics », dans Mitrović (dir.), Srbi i Albanci u XX veku, op. cit., p. 21-31 (30-31).

57 Introduction, dans Mitrović (dir.), Srbi i Albanci u XX veku, op. cit., p. 6.

58 Bataković, « Srpska vlada i Esad-paša Toptani » [Le gouvernement serbe et Essad Pacha Toptani], dans Mitrović (dir.), Srbi i Albanci u XX veku, op. cit., p. 57-78 (59). L’expression « cat’s-paw in the hands of Vienna », formulée à l’origine par Bogdanović, apparaît également dans une publication immédiatement postérieure : Bataković Dušan, The Kosovo Chronicles, trad. Dragana Vulićević, Belgrade, Plato, 1992, en ligne : https://www.rastko.rs/kosovo/istorija/kosovo_chronicles/kc_part2e.html (consulté en juin 2022).

59 Stojančević Vladimir (dir.), « Prvi balkanski rat. Okrugli sto povodom 75. godišnjice 1912-1987 » [La Première Guerre balkanique. Table ronde à l’occasion du 75e anniversaire, 1912-1987], Belgrade, SANU, 1991 ; Stojančević Vladimir (dir.), Srbija i Albanci u XIX i početkom XX veka. Ciklus predavanja 10-25. novembar 1987 [La Serbie et les Albanais au xixe et au début du xxe siècle. Cycle de conférences, 10-15 novembre 1987], Belgrade, SANU, 1990.

60 Voir l’édition en cyrillique, éditée à 15 000 exemplaires : Tucović D.[imitrije], Srbija i Arbanija. Jedan prilog kritici zavojevačke politike srpske buržoazije [Serbie et Albanie. Une contribution à la critique de la politique de conquête de la bourgeoisie serbe], Belgrade, Kultura, 1945, en ligne : https://sr.wikisource.org/wiki/Србија_и_Арбанија (consulté en juin 2022).

61 Tucoviq Dimitrije, Sërbija dhe Shqipnija. Nji shtesë kritikës së politikës zaptuese të borgjezis sërbe [Serbie et Albanie. Une contribution à la critique de la politique de conquête de la bourgeoisie serbe], [Belgrade], Shtëpija Botuese Shtetnore e Kosmet-it, 1946.

62 Voir par exemple Đilas Milovan, « O nacionalnoj istoriji kao vaspitnom predmetu » [L’histoire nationale comme matière d’enseignement], Komunist, no 3, 1949, p. 57-82.

63 Préface de Đilas Milovan dans Tucović, Srbija i Arbanija, op. cit., p. 7.

64 Hadri Ali, « Dimitrije Tucović o albanskom pitanju » [Dimitrije Tucović et la question albanaise], Glas SANU: Odeljenje društvenih nauka [Bulletin de l’Académie serbe des sciences et des arts. Section des sciences sociales], no 16, 1973, p. 153-161 (153).

65 Dedijer, The Balkans, op. cit., p. 31.

66 Voir sur l’importance de Tucović et les évolutions dans le discours à son égard les études réunies par Samardžić Momir, Bešlin Milivoj (dir.), Novo čitanje Dimitrija Tucovića - sto godina posle [Une nouvelle lecture de Dimitrije Tucović, cent ans après], Novi Sad, AKO, 2015.

67 Voir sur ce point les publications suivantes de l’Académie des sciences serbes et de l’Institut d’histoire de Tirana, symptomatiques d’un discours réduit au paysage national de la recherche : Vojvodić Mihailo (dir.), Prvi balkanski rat 1912-1913. Istorijski procesi i problemi u svetlosti stogodišnjeg iskustva [La Première Guerre balkanique 1912-1913. Processus historiques et problèmes à la lumière d’une expérience centenaire], Belgrade, SANU, 2015 et Meta Beqir, Marleka Ilir (dir.), 100 Years of Independence. Speeches of the International Scientific Conference. Tirana, 26-27 novembre 2012, 2 vol., Tirana, Botimet Albanologjike, 2014.

68 Voir dans le domaine des sciences sociales le projet « Figuring Out the Enemy », dont les résultats ont été publiés à Belgrade et Prishtina, mais aussi en anglais : Pavlović Aleksandar, Pudar Draško Gazela, Halili Rigels (dir.), Rethinking Serbian-Albanian Relations. Figuring Out the Enemy, Londres-New York, Routledge, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edvin Pezo, « Les Guerres balkaniques dans l’historiographie yougoslave (1945-1992), entre refoulement et relégation »Balkanologie [En ligne], Vol. 17 n° 1 | 2022, mis en ligne le 30 septembre 2022, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/3893 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.3893

Haut de page

Auteur

Edvin Pezo

Leibniz-Institut für Ost- und Südosteuropaforschung (IOS), Ratisbonne (Allemagne)
pezo[at]ios-regensburg.de

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search