Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 17 n° 2ForumLa Yougoslavie socialiste et le m...

Forum

La Yougoslavie socialiste et le monde, la Yougoslavie socialiste dans le monde

Agustin Cosovschi

Texte intégral

  • 1 En Allemagne et au Royaume Uni, les cas sont nombreux, entre autres : le Center for Imperial and Gl (...)
  • 2 Le Global History Lab (2012), dirigé par Jeremy Adelman à l’Université Princeton et consacré à une (...)
  • 3 Entre autres, les revues Global Intellectual History et Journal of Global History. En France, la re (...)

1Depuis plusieurs années, dans un contexte d’intégration économique et technologique croissante, également marqué par une globalisation culturelle toujours plus forte, on assiste à la montée apparemment imparable des approches globales et transnationales dans la recherche en histoire. Malgré les critiques à l’encontre de la globalisation provenant de la droite et de la gauche du spectre politique, mis à part aussi les événements actuels indiquant un certain repli de la mondialisation économique et politique notamment dû à la pandémie du SARS-CoV-2 et à la guerre en cours en Ukraine, la globalisation est souvent vue comme un phénomène tout puissant et presque inévitable, qui a aussi laissé des marques profondes dans le champ de l’histoire. On remarque un intérêt toujours plus grand des chercheurs et chercheuses à aller au-delà des limites méthodologiques des approches traditionnelles en histoire, focalisées en particulier sur les États-nations vues comme des unités d’analyse privilégiées, un ensemble de perspectives que l’on regroupe souvent (et souvent de façon injuste, il faut le dire) sous l’étiquette de « nationalisme méthodologique ». Ainsi, en raison de leur popularité croissante et de leur institutionnalisation dans des centres de recherche1, des programmes d’études2 et des revues scientifiques spécialisées3, l’histoire globale et l’histoire transnationale, au départ perçues comme des approches particulières dans la discipline historique, sont aujourd’hui presque devenues un champ en soi.

  • 4 Saunier Pierre-Yves, Transnational History, Houndmills, Palgrave Macmillan, 2013.

2Comme l’affirment de nombreux auteurs analysant ces tendances, la distinction entre histoire globale et histoire transnationale n’est pas évidente. Selon Pierre-Yves Saunier, les approches « globales » visent à tracer l’histoire des formes anciennes ou embryonnaires de la globalisation et de l’intégration, tandis que les approches dites « transnationales » se consacrent plutôt à des formes d’enchevêtrement et des circulations de personnes, d’objets et d’idées qui vont au-delà des frontières de l’État-nation4. Les auteurs portent néanmoins peu d’attention à cette distinction et ils produisent généralement des travaux qui combinent les deux types d’approche. Cette combinaison, voire cet amalgame de l’histoire globale et de l’histoire transnationale a ainsi donné lieu à un courant ou tendance disciplinaire pas toujours entièrement cohérent, mais intellectuellement stimulant et qui se définit surtout par son intérêt à lier le local et le global et par son attention à analyser des relations et des connexions au-delà des cadres nationaux.

3Dans ce contexte, l’histoire du dit « tiers-monde » a traversé elle aussi un renouveau. Le concept inventé par le français Alfred Sauvy en 1952, qui avait perdu de sa puissance depuis les années 1980 en restant associé aux problèmes structurels des pays sous-développés ou « en voie de développement », a regagné en popularité dans le champ de l’histoire, en grande partie grâce à l’attrait des approches globales et transnationales, qui invitent précisément à poser de nouvelles questions de recherche, à remettre en question les récits historiques traditionnels et à relire l’histoire « à rebrousse-poil ». Ainsi, de nombreux chercheurs se sont lancés, ces dernières années, dans une course pour repenser l’histoire au-delà des grandes puissances, en replaçant les pays du dit « tiers-monde » au centre de l’analyse. Des auteurs comme Erez Manela, Odd Arne Westad, Michael Goebbel et Christop Kalter, entre autres, ont proposé des analyses fascinantes sur la formation du « tiers-monde » à différents lieux et moments de l’histoire du xxe siècle. Ainsi, le « tiers-monde » et ses principales manifestations, comme le mouvement des pays non-alignés (MNA), la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et la Conférence tricontinentale, sont devenus l’objet d’une nouvelle littérature qui a contribué à déconstruire les biais en grande partie eurocentristes caractérisant l’historiographie précédente.

4La diffusion de ces approches et de ces nouveaux courants historiographiques a inévitablement eu un impact sur les travaux sur l’Europe du Sud-Est, et plus spécifiquement sur ceux traitant de l’histoire de la Yougoslavie socialiste. En raison de son histoire et notamment de sa politique étrangère, celle-ci se prête bien à ce type d’analyse. À la suite de leur expulsion du Kominform en 1948, les Yougoslaves ont rapidement reconnu l’importance des pays africains, asiatiques et latino-américains dans le monde de l’après-guerre et ils ont compris le besoin de participer activement à la construction de ce « tiers-monde » naissant. Cette stratégie a permis au régime communiste yougoslave d’entériner sa propre position de neutralité dans la Guerre froide et de renforcer également sa légitimité à l’intérieur du pays, en assurant une place de prestige pour la Yougoslavie sur la scène globale. Ainsi, le pays fut non seulement l’un des membres fondateurs du MNA, mais aussi l’un des promoteurs les plus actifs des campagnes de non-prolifération nucléaire, un soutien pour de nombreux mouvements de libération nationale en Afrique et en Asie et, enfin, l’instigateur de nombreuses initiatives visant à réformer les structures de l’économie globale afin de favoriser les pays sous-développés ou en voie de développement. Le rôle très actif de Belgrade dans la formation de ce « Sud global » transnational et contre-hégémonique fait de la Yougoslavie un objet d’étude particulièrement adéquat pour l’histoire globale et transnationale. La littérature la plus récente traitant de la politique étrangère yougoslave souligne l’importance des interventions de la Yougoslavie dans l’histoire de la « Guerre froide globale » qui se déroule entre la fin des années 1940 et les années 1980. Elle met également en évidence l’importance des archives yougoslaves en tant que source offrant de nouvelles pistes pour réinterpréter cette période.

5En suivant ces tendances et dans l’intention de présenter ces débats au public francophone, ce « Forum » de Balkanologie offre quatre contributions traitant des connexions transnationales de la Yougoslavie socialiste et de sa place sur la scène globale durant la période de la Guerre froide. Très actifs dans les débats actuels sur l’histoire de l’Europe du Sud-Est, les quatre contributeurs et contributrices puisent ici dans leurs propres recherches et réfléchissent à la manière dont les approches globales et transnationales ont influencé l’historiographie actuelle sur la Yougoslavie socialiste, en cherchant surtout à ouvrir de nouvelles questions pour la recherche future.

6Nemanja Radonjić propose une réflexion sur la littérature concernant les relations entre la Yougoslavie et le « tiers-monde ». Il souligne ainsi certaines questions fondamentales que pose encore l’étude de ces rapports, entre autres à propos de la position jamais très claire de la Yougoslavie à mi-chemin entre l’Europe et le « tiers-monde », mais aussi concernant l’impact du non-alignement au-delà de la haute politique et des institutions étatiques, dans la société yougoslave elle-même. Paul Stubbs, pour sa part, offre une réflexion sur les travaux concernant le mouvement des pays non-alignés à travers le prisme des études postcoloniales. Il propose d’aller au-delà de « l’exceptionnalisme yougoslave » dans l’étude de ce mouvement, qui a été trop souvent analysé essentiellement du point de vue de Belgrade, et de repenser ainsi les rapports de la Yougoslavie vis-à-vis du « tiers-monde ». Ana Antić, de son côté, apporte une réflexion originale et une manière certainement novatrice d’aborder les rapports de la Yougoslavie à la scène globale, en montrant le rôle des Yougoslaves dans le développement de la « psychiatrie interculturelle », une discipline développée à partir des années 1950 et appliquée dans les pays du « tiers-monde », dans laquelle les psychiatres yougoslaves ont joué un rôle essentiel. Enfin, Una Blagojević s’intéresse à ces questions à travers le prisme de l’histoire intellectuelle globale : en se focalisant sur le cas du groupe d’intellectuels réunis autour de la revue Praxis et des écoles d’été qu’ils organisaient à Korčula, elle souligne, entre autres, l’absence de dialogue avec des traditions intellectuelles provenant du « Sud global » et interroge ainsi les limites de leur internationalisme.

Haut de page

Notes

1 En Allemagne et au Royaume Uni, les cas sont nombreux, entre autres : le Center for Imperial and Global History de l’Université de Exeter (2013), le Center for Global History de l’Université Oxford (2011), le Munich Center for Global History ou le Centre for Atlantic and Global Studies de l’Université de Hannover (2015).

2 Le Global History Lab (2012), dirigé par Jeremy Adelman à l’Université Princeton et consacré à une formation en histoire non seulement aux États-Unis mais aussi à l’étranger à travers des programmes internationaux, est sans doute un cas paradigmatique. En Europe, le Master en histoire globale dirigé par Sebastian Conrad à l’Université libre de Berlin (2013) a eu un impact considérable sur la jeune génération des chercheurs et chercheuses en histoire.

3 Entre autres, les revues Global Intellectual History et Journal of Global History. En France, la revue Monde(s) joue sans doute un rôle essentiel dans la diffusion de ces approches.

4 Saunier Pierre-Yves, Transnational History, Houndmills, Palgrave Macmillan, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agustin Cosovschi, « La Yougoslavie socialiste et le monde, la Yougoslavie socialiste dans le monde »Balkanologie [En ligne], Vol. 17 n° 2 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 10 juin 2023. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/4296 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.4296

Haut de page

Auteur

Agustin Cosovschi

École française d’Athènes et CETOBaC
agustin.cosovschi[at]efa.gr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search