Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 18 n° 1Comptes rendusHannes Grandits, The End of the O...

Comptes rendus

Hannes Grandits, The End of the Ottoman Rule in Bosnia. Conflicting Agencies and Imperial Appropriations

Londres, Routledge, 2022
Xavier Bougarel
Référence(s) :

Grandits, Hannes, 2022, The End of the Ottoman Rule in Bosnia. Conflicting Agencies and Imperial Appropriations, Londres, Routledge, 358 p., ISBN : 9780367109370.

Texte intégral

1Dans son ouvrage The End of the Ottoman Rule in Bosnia, Hannes Grandits s’intéresse à la période allant de l’insurrection herzégovinienne en 1875 à l’occupation militaire de la Bosnie par l’armée austro-hongroise en 1878. Cette période est non seulement cruciale pour la Bosnie, mais est aussi marquée par un bouleversement beaucoup plus large de l’ordre géopolitique en Europe du Sud-Est, avec la guerre entre l’Empire ottoman d’une part, la Serbie et le Monténégro d’autre part (1876), puis la dévastatrice guerre russo-ottomane (1877-1878), et enfin les accords de San Stefano (mars 1878) et le Congrès de Berlin (juin-juillet 1878). Tous ces évènements sont souvent placés sous le terme vague et nullement innocent de « question d’Orient ».

2Pour offrir une nouvelle interprétation des dernières années de la période ottomane en Bosnie, Hannes Grandits, professeur d’histoire de l’Europe du Sud-Est à l’Université Humboldt à Berlin, a utilisé un nombre impressionnant d’archives et s’appuie en outre sur une connaissance exhaustive des recueils de sources publiées et de la littérature secondaire. Cette maîtrise magistrale d’un large corpus permet à Grandits de développer une analyse située à différentes échelles et d’en reconstituer avec clarté les interactions complexes. Dans sa conclusion, l’auteur distingue en effet cinq facteurs pertinents pour comprendre la période 1875-1878 : les acteurs locaux, les acteurs non étatiques, les États balkaniques et les Empires dans leurs rivalités d’une part, dans leur coopération d’autre part.

3Concernant les acteurs locaux, l’auteur s’intéresse en particulier aux flux de réfugiés provoqués par l’insurrection herzégovinienne, un aspect de la crise peu traité par la littérature existante et pourtant essentiel pour comprendre les rapports entre autorités ottomanes, austro-hongroises et monténégrines. Concernant les acteurs non étatiques, il décrit de manière extrêmement précise leur enchevêtrement dans le contexte de l’insurrection herzégovinienne : pillards venus du Monténégro voisin, défenseurs de la cause sud-slave naissante ou garibaldistes italiens en quête de nouveaux combats, journalistes, trafiquants, aventuriers (et aventurières). Chacun a son propre agenda et rend la situation sur le terrain d’autant plus difficile à gérer par les États directement concernés (Empire ottoman, Empire austro-hongrois, principauté du Monténégro).

4Loin de se limiter au contexte bosnien, Hannes Grandits s’intéresse aussi aux transformations sociales et politiques de l’Empire ottoman, aux troubles que celui-ci connaît à la même époque dans ses provinces bulgares, aux équilibres internes et aux dilemmes stratégiques propres aux différents acteurs étatiques de la région, ainsi qu’au jeu des Grandes puissances. Il apparaît ainsi que les Empires tentent à plusieurs reprises de coopérer pour rétablir l’ordre en Herzégovine et pour favoriser le retour des réfugiés. Longtemps, ils cherchent à éviter la guerre. Une fois celle-ci engagée entre les Empires ottoman et tsariste, les autres Grandes puissances s’emploient à prévenir son extension à tout le continent européen, et les appétits territoriaux austro-hongrois ne se réveillent que tardivement. Grandits fait donc ressortir avec talent les « conflicting agencies » engagées dans la crise des années 1875-1878 et la manière dont elles alimentent, volontairement ou non, les « imperial appropriations ».

5Sur la base de cette analyse multi-située, Hannes Grandits propose une interprétation nouvelle des dernières années de la présence ottomane en Bosnie et s’oppose en particulier à l’idée d’un passage direct et inévitable de l’insurrection herzégovinienne à l’occupation militaire austro-hongroise. En premier lieu, il montre que l’insurrection est pratiquement éteinte dès 1876 et que l’ordre social et politique impérial reste relativement stable dans cette province située aux confins de l’Empire ottoman. Non seulement les élites musulmanes locales jouent le jeu des réformes impériales et restent loyales à Istanbul, mais aussi une grande partie des élites chrétiennes et juives. En 1878, les troupes austro-hongroises ne sont pas accueillies en libératrices et la résistance armée à leur progression dure plusieurs mois. De même, nous dit l’auteur, il serait faux de croire que la Bosnie-Herzégovine occupe une place centrale dans les négociations de San Stefano et de Berlin en 1878 : la décision de placer la Bosnie sous occupation militaire austro-hongroise apparaît au contraire comme secondaire. Elle n’est acceptée par l’Empire austro-hongrois lui-même qu’à cause de la prédominance d’un « parti militaire » sur des diplomates beaucoup plus réticents. La sortie de la Bosnie du giron ottoman et son passage dans la sphère d’influence austro-hongroise résultent donc d’une combinaison de facteurs contingents, et non d’une marche inexorable du Progrès ou de l’Histoire.

6L’analyse proposée par Hannes Grandits associe acteurs étatiques et non étatiques, mais ne dissimule pas le fait que les premiers disposent de ressources incomparablement plus importantes que les seconds, comme l’atteste en particulier l’ampleur des troupes engagées et des pertes subies pendant la guerre russo-ottomane. Par contre, l’auteur évite soigneusement de raisonner en termes de mobilisation ou de libération nationale, considérant à raison que, dans les années 1870, les catégories nationales ne sont pas pertinentes en Bosnie et que seuls quelques individus engagés dans l’insurrection herzégovinienne, tels que Vaso Pelagić ou Mićo Ljubibratić, peuvent être qualifiés de nationalistes. Le cas de la Serbie mériterait sans doute une exploration plus poussée, pour savoir s’il existe déjà à cette époque un projet national serbe ou si l’armée serbe peut s’appuyer sur un sentiment national déjà constitué. À ce propos, Grandits mentionne à plusieurs reprises les difficultés que les États de la région connaissent pour mobiliser leurs armées et en maintenir la combativité, mais il ne semble pas percevoir l’importance de ce fait, souvent passé sous silence, pour offrir une nouvelle lecture de la construction de l’État et de la nation en Europe du Sud-Est.

  • 1 Grandits Hannes, Herrschaft und Loyalität in der spätosmanishen Gesellschaft. Das Beispiel der mult (...)

7De manière plus surprenante, l’auteur accorde peu d’attention au facteur confessionnel, contrairement à ce qu’il avait fait dans un précédent ouvrage portant sur la même période1. Pourtant, l’importance de ce facteur transparaît dans la manière dont sont choisis les députés bosniens participant au premier Parlement ottoman, avec un respect strict des équilibres confessionnels. De même, les institutions religieuses n’apparaissent quasiment pas, sauf peut-être dans le cas de la résistance armée aux troupes austro-hongroises.

  • 2 Okey Robin, Taming Balkan Nationalism. The Habsburg “Civilizing Mission” in Bosnia 1878-1914, Oxfor (...)

8Plus généralement, l’ouvrage de Hannes Grandits représente une reconstitution magistrale de la fin de la période ottomane en Bosnie et, plus largement, de la « question d’Orient » entre 1875 et 1878. Il remet en cause des certitudes bien établies et propose des pistes nouvelles pour la compréhension des réalités sociales et politiques de l’Europe du Sud-Est avant et après la césure de 1878. Sa description de la société bosnienne à la fin de la période ottomane et des circonstances de l’occupation austro-hongroise incite aussi à remettre en cause certaines lectures de la période austro-hongroise de 1878 à 1918 : en effet, la politique austro-hongroise en Bosnie-Herzégovine a-t-elle consisté à « domestiquer » le nationalisme comme le suggère Robin Okey2, ou a-t-elle contribué, directement ou indirectement, à son apparition ? L’ouvrage d’Hannes Grandits nous oblige à prendre cette question au sérieux.

Haut de page

Notes

1 Grandits Hannes, Herrschaft und Loyalität in der spätosmanishen Gesellschaft. Das Beispiel der multikonfessionnelllen Herzegowina [Domination et loyauté dans la société ottomane tardive. L’exemple de l’Herzégovine multiconfessionnelle], Vienne, Böhlau, 2008.

2 Okey Robin, Taming Balkan Nationalism. The Habsburg “Civilizing Mission” in Bosnia 1878-1914, Oxford, Oxford University Press, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Bougarel, « Hannes Grandits, The End of the Ottoman Rule in Bosnia. Conflicting Agencies and Imperial Appropriations »Balkanologie [En ligne], Vol. 18 n° 1 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/4686 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.4686

Haut de page

Auteur

Xavier Bougarel

CNRS, CETOBaC
xavier.bougarel[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search