Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 18 n° 1Comptes rendusGoran Musić, Making and Breaking ...

Comptes rendus

Goran Musić, Making and Breaking the Yugoslav Working Class. The Story of Two Self-Managed Factories

Budapest, Central European University Press, 2021
Xavier Bougarel
Référence(s) :

Musić, Goran, Making and Breaking the Yugoslav Working Class. The Story of Two Self-Managed Factories, Budapest, Central European University Press, 2021, ISBN : 978-963-386-339-8.

Texte intégral

  • 1 Archer Rory, Duda Igor, Stubbs Paul (dir.), Social Inequalities and Discontent in Yugoslav Socialis (...)
  • 2 Vladisavljević Nebojša, Serbia’s Anti-Bureaucratic Revolution: Milošević, the Fall of Communism and (...)

1L’autogestion yougoslave a été, dans les années 1960 et 1970, un modèle pour toute une partie de la gauche française et européenne. Suite à la grave crise économique qui a affecté la Yougoslavie dans les années 1980, puis à son éclatement violent dans les années 1990, ce sujet a disparu des analyses du cas yougoslave, focalisées sur les questions de violence, d’identité nationale ou de renouveau religieux. Le travail de Goran Musić sur l’autogestion dans deux entreprises yougoslaves participe donc d’un regain d’intérêt pour les spécificités du socialisme yougoslave et les dimensions socio-économiques de sa crise, qui se retrouve dans des ouvrages tels que Social Inequalities and Discontent in Yugoslav Socialism dirigé par Rory Archer, Igor Duda et Paul Stubbs1, ou Serbia’s Anti-Bureaucratic Revolution : Milošević, the Fall of Communism and Nationalist Mobilization de Nebojša Vladisavljević2. C’est dans ce contexte qu’il faut resituer l’ouvrage de Goran Musić.

2L’auteur s’intéresse à deux entreprises, l’Industrie de moteur de Rakovica (Industrija motora Rakovica – IMR) à Belgrade et l’Industrie automobile de Maribor (Tovarna avtomobilov Maribor – TAM) en Slovénie, et décrit en parallèle leur évolution dans la Yougoslavie socialiste et autogestionnaire. L’ouvrage suit un plan chronologique, en insistant particulièrement sur les années 1980. Le premier chapitre reconstitue l’histoire des deux entreprises et la manière dont elles s’insèrent dans l’autogestion naissante des années 1950 et 1960. Le second chapitre présente le système autogestionnaire élargi mis en place par la loi de 1976 sur le « travail associé » et sa traduction dans le domaine industriel. Le chapitre trois se concentre sur la diversité interne de la classe ouvrière selon les origines rurales ou urbaines, le niveau de qualification, les identités de genre ou générationnelles. Le quatrième chapitre reprend un fil chronologique en traitant de la crise économique et des réformes libérales des années 1980, et en présentant leurs répercussions au sein des entreprises. Le cinquième chapitre poursuit cette analyse, mais sort du domaine du monde du travail pour décrire la naissance des discours nationalistes en Serbie et en Slovénie. Le sixième chapitre traite des grèves qui affectent les deux entreprises dans les années 1986-1988, qui possèdent une forte dimension de classe. Enfin, le chapitre six montre comment les travailleurs sortent des usines en 1988 pour descendre dans la rue, et comment leur mécontentement est alors capté par Slobodan Milošević en Serbie et, de manière moins flagrante, par les dirigeants slovènes en Slovénie.

3Pour élaborer son analyse, Goran Musić s’appuie sur deux sources principales, à savoir la presse d’entreprise d’une part, et des entretiens avec différents acteurs propres aux deux entreprises d’autre part. Sur cette base, il offre une analyse particulièrement riche et nuancée de leurs évolutions internes. Ainsi, il montre bien l’identité complexe d’une classe ouvrière encore en partie influencée par ses origines rurales, divisée entre travailleurs qualifiés et non qualifiés, et affaiblie par la crise économique et les réformes libérales. Il montre aussi comment cette classe rentre en conflit ou s’allie, selon les contextes, avec l’encadrement, la direction de l’entreprise, les organisations sociopolitiques que sont les syndicats et le parti, ou fait appel à l’homme providentiel que représentent Tito et, plus tardivement, Slobodan Milošević. Goran Musić analyse également de manière particulièrement subtile le fonctionnement des structures autogestionnaires dans chacune des deux entreprises, leur captation par le management et les cols blancs, le mécontentement engendré parmi les ouvriers, leur égalitarisme radical (« uravnilovka »), leur corporatisme d’entreprise ou leurs pratiques illicites (absentéisme, petits larcins, etc.). Enfin, il analyse de manière novatrice les mobilisations des années 1980, en insistant sur une autonomie ouvrière persistante dans un contexte de contestations tous azimuts, et reconstitue avec minutie les manifestations de 1988 à Belgrade et à Maribor.

  • 3 Schult Ulrike, Zwischen Stechuhr und Selbstverwaltung: eine Mikrogeschichte sozialer Konflikte in d (...)
  • 4 Bonfiglioli Chiara, Women and Industry in the Balkans. The Rise and Fall of the Yugoslav Textile Se (...)
  • 5 Minović Živorad, Politička palanka : opštinske borbe u Srbiji [La bourgade politique : conflits mun (...)
  • 6 Barić Nikica, Split 1980-tih. Društveni sukobi u sutonu samoupravnoga socijalizma [Split dans les a (...)

4L’ouvrage de Goran Musić constitue donc une contribution importante à la compréhension de l’autogestion yougoslave dans l’entreprise, de son fonctionnement et de ses dysfonctionnements. Il prolonge ainsi les travaux des sociologues Josip Županov et Veljko Rus dans les années 1970 et 1980 et recoupe ceux, plus récents, d’Ulrike Schult sur l’industrie automobile3 et de Chiara Bonfiglioli sur l’industrie textile4. Si l’étude de l’autogestion au prisme de l’entreprise a donc une certaine tradition, il convient de noter que cela n’est pas le cas pour d’autres aspects de l’autogestion yougoslave. Ainsi, le fonctionnement des municipalités reste peu étudié, malgré l’ouvrage Politička palanka dirigé en 1972 par Živorad Minović5, ou celui de Nikica Barić sur la crise de l’autogestion locale à Split dans les années 19806. Quant aux communautés autogestionnaires d’intérêt (samoupravne interesne zajednice – SIZ) qui géraient des services publics tels que l’éducation ou la santé, elles n’ont à ma connaissance fait l’objet d’aucune étude sociologique ou historique.

5Plus largement, le bilan de l’autogestion yougoslave reste à faire. A-t-elle souffert de la persistance de pratiques hiérarchiques et bureaucratiques, ou de ses propres excès et contradictions ? On a vu un sociologue tel que Josip Županov passer de la première position dans la période socialiste à la seconde à la fin des années 1980. L’ouvrage de Goran Musić reste, sur ce point, ambigu ou prudent. Il montre la persistance du pouvoir des directeurs d’entreprise et des cols blancs, ou l’éloignement des conseillers élus de leur base ouvrière. Mais il insiste aussi sur la manière dont l’autogestion dissout l’unité de la classe ouvrière et favorise les corporatismes d’entreprise, qui peuvent alimenter à leur tour des récriminations de type nationaliste. C’est ainsi que les travailleurs de l’industrie automobile de Maribor rejettent sur les autres républiques – et plus incidemment sur leurs homologues de Rakovica – la responsabilité de la crise économique. Le débat reste donc ouvert et n’attend que d’être enrichi par un travail sur les autres aspects de l’autogestion, sur la base d’archives nouvelles ou d’une histoire orale à mener pendant qu’il en est encore temps.

Haut de page

Notes

1 Archer Rory, Duda Igor, Stubbs Paul (dir.), Social Inequalities and Discontent in Yugoslav Socialism, Farnham, Ashgate, 2016.

2 Vladisavljević Nebojša, Serbia’s Anti-Bureaucratic Revolution: Milošević, the Fall of Communism and Nationalist Mobilization, New York, Palgrave, 2008.

3 Schult Ulrike, Zwischen Stechuhr und Selbstverwaltung: eine Mikrogeschichte sozialer Konflikte in der jugoslawischen Fahrzeugindustrie 1965-1985 [Entre la pointeuse et l’autogestion : une micro-histoire des conflits sociaux dans l’industrie automobile yougoslave 1965-1985], Münster, LIT, 2017.

4 Bonfiglioli Chiara, Women and Industry in the Balkans. The Rise and Fall of the Yugoslav Textile Sector, Londres, I. B. Tauris, 2019. Voir une recension de cet ouvrage publié dans la revue : https://journals.openedition.org/balkanologie/4489.

5 Minović Živorad, Politička palanka : opštinske borbe u Srbiji [La bourgade politique : conflits municipaux en Serbie], Belgrade, Fakultet političkih nauka, 1972.

6 Barić Nikica, Split 1980-tih. Društveni sukobi u sutonu samoupravnoga socijalizma [Split dans les années 1980 : les conflits sociaux au crépuscule du socialisme autogestionnaire], Zagreb, Hrvatski institut za povijest, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Bougarel, « Goran Musić, Making and Breaking the Yugoslav Working Class. The Story of Two Self-Managed Factories »Balkanologie [En ligne], Vol. 18 n° 1 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/4694 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.4694

Haut de page

Auteur

Xavier Bougarel

CNRS-CETOBaC
xavier.bougarel[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search