Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 18 n° 1Comptes rendusRobert Pichler, Hannes Grandits, ...

Comptes rendus

Robert Pichler, Hannes Grandits, Ruža Fotiadis, Kosovo in the Yugoslav 1980s

Special Issue of Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021
Julia Nietsch
Référence(s) :

Pichler, Robert, Grandits, Hannes, Fotiadis, Ruža, 2021, Kosovo in the Yugoslav 1980s, Special Issue of Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, ISSN 2701-8199.

Texte intégral

  • 1 Pichler Robert, Grandits Hannes, Fotiadis Ruža, « Kosovo in the 1980s – Yugoslav Perspectives and I (...)
  • 2 L’atelier « Kosovo 1989 – Inner-Yugoslav Perspectives and Interpretations » (7-8.11.2019) a bénéfic (...)
  • 3 Pichler, Grandits, Fotiadis, « Kosovo in the 1980s », art. cité, p. 173.
  • 4 Cf. parmi tant d’autres Ramet Sabrina P., Balkan babel: The disintegration of Yugoslavia from the d (...)
  • 5 Cette compilation d’articles publiée en 1996, en plein conflit kosovo-serbe, est une exception qui (...)

1Dix articles et deux témoignages sont rassemblés dans ce numéro spécial de la revue Comparative Southeast European Studies portant sur le Kosovo dans les années 1980 et, plus précisément, sur « comment la détérioration de la situation au Kosovo pendant le socialisme tardif a affecté le développement politique, l’opinion publique et la production de savoirs au sein de la Yougoslavie1 ». Ce numéro spécial, édité suite à un atelier organisé par l’Université Humboldt et la Südosteuropa-Gesellschaft à Berlin en 20192, rassemble des chercheur·euse·s d’Europe du Sud-Est, d’Allemagne et d’Autriche, et ouvre un dialogue encore peu courant entre chercheur·euse·s d’Europe du Sud-Est sur le Kosovo à la fin des années 19803. Certes, le Kosovo est abordé par des monographies historiques sur le démantèlement de la Yougoslavie4, mais il est rare que le Kosovo des années 1980 soit mis au centre d’une publication en tant qu’objet d’étude principal5.

  • 6 Cf. Pichler, Grandits, Fotiadis, « Kosovo in the 1980s », art. cité, p. 171, 173‑176, 179.

2Le recueil d’articles se caractérise par (1) une contribution à l’histoire intellectuelle de production des discours et des savoirs sur le Kosovo ; (2) la prise en compte de la multi-dimensionalité des conflits, ainsi que du contexte politique, intellectuel, culturel, social et économique des années 1980 ; et (3) une approche régionale, yougoslave : en prêtant attention aux relations et circulations entre entités de la République fédérative socialiste de Yougoslavie, le recueil évite de se focaliser sur les relations Kosovo-Serbie comme le font habituellement les publications sur le Kosovo6.

3Méthodologiquement, les auteur·e·s, majoritairement historien·ne·s, mobilisent surtout l’analyse des discours, du positionnement et de l’auto-perception des acteurs, ainsi que la critique de l’idéologie et des rapports de domination. Leurs sources primaires couvrent des publications des années 1980 (académiques, encyclopédiques, journalistiques, biographiques), la presse de cette époque, des productions musicales et cinématographiques, des entretiens avec des témoins des années 1980, et des documents provenant des archives de la Ligue des communistes dans différentes entités yougoslaves, d’autres partis (comme les partis marxistes-léninistes au Kosovo), d’associations et d’archives personnelles de responsables politiques.

4Ce compte-rendu se focalise sur deux apports de l’édition spéciale, deux grands thèmes qui ressortent dans les contributions : le rôle politique de la production des savoirs sur le Kosovo et la nécessité de repenser la montée des nationalismes face à un débat pluriel et divergeant.

  • 7 Janković Branimir, « Croatia’s Knowledge Production on Kosovo around 1989 », Comparative Southeast (...)
  • 8 Vučetić Radina, « Kosovo 1989: The (Ab)use of the Kosovo Myth in Media and Popular Culture », Compa (...)
  • 9 Kamberović Husnija, « The Discourse about Kosovo in Bosnia-Herzegovina, 1981-1989 », Comparative So (...)

5Comme le souligne B. Janković, la question du Kosovo démontre l’importance de se pencher sur le rôle des intellectuels et sur la production et la gestion des savoirs qui font l’objet d’une « politisation croissante » dans les années 1980 dans un contexte de débats autour de la constitution yougoslave de 1974, débouchant sur des processus de (dé)constructions étatiques7. Cette politisation s’accompagne de la construction d’un « mythe » autour du Kosovo. Si les institutions académiques et les intellectuels serbes ont joué un rôle clé dans la construction et la promotion de ce « mythe », avec le soutien de l’Église orthodoxe serbe, il a ensuite été propagé par les médias proches du gouvernement de S. Milošević, et aussi par l’art et la culture populaire, comme le souligne R. Vučetić8. Le prisme religieux de ce « mythe », dépeignant le peuple serbe comme le peuple choisi pour se sacrifier pour le Royaume céleste, se retrouve dans les médias serbes. Comme le montre H. Kamberović, les médias serbes accusent les représentants de la Ligue des communistes en Bosnie-Herzégovine d’être trop « mous » avec les « nationalistes musulmans », c’est-à-dire les manifestants kosovo-albanais en 1981, soupçonnés de vouloir « islamiser » la Yougoslavie9.

  • 10 Stefanov Nenad, « Producing and Cracking Kosovo Myths. The Serbian Academy of Sciences and Arts and (...)
  • 11 Ibid., p. 352-353.
  • 12 Krasniqi Elife, « Same Goal, Different Paths, Different Class: Women’s Feminist Political Engagemen (...)

6Des publications clés comme le Livre sur le Kosovo (Knjiga o Kosovu, 1985) par D. Bogdanović et le Memorandum (1986) de l’Académie serbe des sciences et des arts, analysées en détails par N. Stefanov, diffusent un nouveau discours ethno-nationaliste avec comme thème central le Kosovo, et déplacent les limites discursives de ce qui est socialement acceptable. L’histoire est décontextualisée et « le Kosovo réellement existant disparaît derrière une métaphore de sacrifice permanent du peuple serbe […]10 ». La xénophobie et la déshumanisation des Albanais (du Kosovo), « “scientifiquement” expliquée et justifiée » par l’Académie des sciences et des arts11, ne sont néanmoins pas un phénomène nouveau : comme le note E. Krasniqi, le racisme social et culturel anti-albanais en Yougoslavie – qui associait les Albanais au droit coutumier, à la vengeance du sang, à la main-d’œuvre non qualifiée, à l’isolement des femmes, à une natalité élevée et à un manque d’éducation – était basé sur « des épistémologies et savoirs coloniaux produits depuis au moins le milieu du xixe siècle12 ».

  • 13 Mehmeti Arban, « Relations Between the Writers’ Associations of Kosova and Serbia in the Second Hal (...)
  • 14 Kelmendi Adriatik, « Segregation – Growing Up in Kosovo. Living Memories », Comparative Southeast E (...)

7Du côté albanais, l’essor d’institutions comme l’Université de Prishtinë/Priština, l’Académie des arts et des sciences, l’Institut d’albanologie, l’Institut d’histoire du Kosovo et l’Association des écrivains du Kosovo dans les années 1970-1980, « [aide] à nourrir le désir intellectuel des Albanais en Yougoslavie d’en savoir plus sur leur passé et de faire sens de leur situation actuelle », comme l’explique A. Mehmeti, et participe à l’élaboration d’un « récit originel » historique albanais, qui sera plus largement relayé par la maison d’édition Rilindja et la Radio-Télévision de Prishtinë/Priština13. C’est d’ailleurs lorsque Radio Prishtinë/Priština et TV Prishtinë/Priština cessent d’émettre pendant plusieurs heures le 5 juillet 1990, suite au licenciement de la plupart des employés kosovo-albanais, qu’A. Kelmendi et ses proches comprennent que « rien ne serait plus jamais pareil14 ».

  • 15 Mujadžević, Voß, « Sub-Yugoslav Identity Building », art. cité, p. 384, 394.

8Dans les années 1980, pour la première fois, des chercheurs kosovo-albanais, co-fondateurs des institutions académiques kosovares, participent à l’Enciklopedija Jugoslavije, un projet monumental dirigé par l’Institut lexicographique yougoslave à Zagreb. Selon D. Mujadžević et C. Voß, la deuxième édition (1980-1987/1991) de l’Enciklopedija contient « une pleine affirmation de la culture albanaise » et se transforme ainsi en « un projet phare de plaidoyer, d’affirmation et d’orientation via l’histoire et la culture pour des entités fédérales contestées et/ou marginalisées et pour les identités ethno-nationales associées15 ».

  • 16 Mehmeti, « Writers’ Associations », art. cité, p. 357.
  • 17 Limani Myrtaj Mrika, « The Ideology and Agency of Kosovar Albanian Marxist Groups in the Demonstrat (...)

9Dans les années 1970 et 1980, les liens avec Belgrade se réduisent tandis que, suite à la normalisation des relations entre l’Albanie et la Yougoslavie, les relations du Kosovo avec l’Albanie se développent fortement16, conduisant à une circulation d’idées nationalistes et de théories de la révolution sociale marxistes-léninistes, explorées en détails par M. Limani Myrtaj17.

  • 18 Kamberović, « Discourse about Kosovo in BiH », art. cite ; Janković, « Croatia’s Knowledge Producti (...)
  • 19 Pichler, « Divergent National Pathways », art. cité, p. 307.
  • 20 Limani Myrtaj, « Kosovar Albanian Marxist Groups », art. cité, p. 185, 188.

10Les auteur·e·s du volume collectif invitent à repenser la montée des nationalismes. Les contributions de H. Kamberović, B. Janković, G. Pichler et J. Ramšak invitent à décentrer le regard sur le conflit Serbie-Kosovo en prenant en compte les points de vue bosnien, croate, macédonien et slovène18. G. Pichler propose d’appréhender les nationalismes dans un contexte plus large, historique, politique, culturel, social et économique : il analyse les différentes trajectoires de développement socio-économique et d’intégration politique des communautés albanaises et macédoniennes dans la République socialiste de Macédoine19. M. Limani Myrtaj brosse un tableau détaillé des développements historiques, sociaux, politiques, culturels et économiques depuis 1945 pour expliquer comment l’autoperception des Albanais comme sous-classe marginalisée en Yougoslavie a donné naissance à des mouvements marxistes-léninistes, soutenus par l’Albanie d’E. Hoxha20.

  • 21 Ramšak, « “Kosovo, My Land”? », art. cité.

11Par ailleurs, les auteur·e·s soulignent le pluralisme des débats entre conceptions idéologiques socialistes, marxistes-léninistes, national(ist)es ou libérales qui parfois s’entremêlent et se superposent. J. Ramšak montre les dynamiques complexes et parfois contradictoires des prises de position de différents acteurs : si globalement les dirigeants politiques et les intellectuels ont soutenu les Kosovars albanais dans les années 1980, les motivations de ce soutien diffèrent entre les communistes slovènes loyaux au modèle yougoslave, les intellectuels radicaux néo-marxistes et les activistes dans des associations de défense des droits de l’homme21.

  • 22 Krasniqi, « Women’s Feminist Political Engagements », art. cité, p. 322, 324-325, 328-329.

12E. Krasniqi discute la façon dont les femmes « négocient avec différentes couches d’oppression » et comment les différences d’appartenance idéologiques, régionales, de classe et même de genre sont progressivement gommées dans la seconde moitié des années 1980 pour mettre l’accent sur une identité commune albanaise22.

  • 23 Pichler, Grandits, Fotiadis, « Kosovo in the 1980s », art. cité, p. 173 ; voir aussi Stojanović Dub (...)
  • 24 Janković, « Croatia’s Knowledge Production on Kosovo », art. cité, p. 269, 273, 282-284.
  • 25 Kamberović, « Discourse about Kosovo in Bosnia-Herzegovina », art. cité, p. 247-250, 253-255; Janko (...)
  • 26 Mujadžević, Voß, « Sub-Yugoslav Identity Building », art. cité, p. 377, 390.

13Le débat des années 1980 n’a pas été gagné d’avance par les nationalistes : les auteur·e·s se positionnent à l’encontre d’une « téléologie historique de l’échec23 » et mettent en lumière la vivacité et la diversité des débats. Ceux-ci se traduisent par une véritable « guerre des livres » à la fin des années 1980 en Yougoslavie autour de la question du Kosovo24, et l’on pourrait aussi parler d’une guerre des médias : les médias serbes, soutenus par les élites au pouvoir, accusent la Bosnie-Herzégovine, la Croatie et la Slovénie de soutenir le Kosovo25 et critiquent vivement la deuxième édition de l’Enciklopedija Jugoslavije, qui se transforme « en un genre de champ de bataille culturel » selon D. Mujadžević et C. Voß26.

  • 27 Janković, « Croatia’s Knowledge Production on Kosovo », art. cité, p. 281. Voir aussi Mehmeti, « Wr (...)
  • 28 Mehmeti, « Writers’ Associations », art. cité.
  • 29 Janković, « Croatia’s Knowledge Production on Kosovo », art. cité, p. 280 ; Stefanov, « Producing a (...)
  • 30 Stojanović, « Being a Trainee Historian in Belgrade, 1989 », art. cité, p. 401.

14Néanmoins, certains canaux de communication restent ouverts entre institutions culturelles et/ou entre intellectuels au-delà des frontières nationales et républicaines, « préservant un espace yougoslave intellectuel et culturel27 » : comme le montre A. Mehmeti, les associations d’écrivains de Serbie et du Kosovo continuent, malgré leurs différends, à se rencontrer et à parler de la situation au Kosovo, tout du moins jusqu’en 198828. Des associations et mouvements politiques pro-démocratiques voient le jour dans les grandes villes yougoslaves, à l’image de l’Association pour l’initiative démocrate yougoslave (Udruženje za jugoslavensku demokratsku inicijativu)29 et, même à Belgrade, des voix s’élèvent contre le « monolithisme » nationaliste, comme en témoigne D. Stojanović30.

  • 31 Stefanov, « Producing and Cracking Kosovo Myths », art. cité, p. 348.
  • 32 Ibid., p. 336, 339.
  • 33 Vučetić, « Kosovo 1989 », art. cité, p. 225, 234-237.

15Les nationalistes n’eurent donc « pas de victoire facile31 » et le fait que le Memorandum ait « fait scandale » lors de sa publication montre, selon N. Stefanov, « combien de violence a été finalement nécessaire pour imposer le nouvel autoritarisme enveloppé de mythes32 ». De la violence, mais aussi une propagande « habilement mise en place avec l’objectif de mobiliser les masses pour de futures guerres ». À celle-ci s’ajoute une logistique sans faille pour les rassemblements « spontanés » qui témoignent leur soutien à S. Milošević, ainsi que pour les commémorations du 600e anniversaire de la bataille du Kosovo le 28 juin 1989, comme le démontre R. Vučetić33.

16Le recueil se distingue par la mise en dialogue de chercheur·euse·s de différentes parties d’Europe du Sud-Est (notamment serbes et kosovar·e·s albanais), d’Allemagne et d’Autriche. La plupart d’entre eux·elles sont historien·ne·s, avec des ouvertures sur l’anthropologie (historique), la linguistique, les études sur la paix et la résolution des conflits. Les sources mobilisées par les auteur·e·s sont riches et variées, mais présentent un biais favorable aux publications académiques et « savantes ». Il pourrait être intéressant de poursuivre le travail très pertinent engagé par ce recueil avec une équipe de chercheur·euse·s encore plus pluridisciplinaire, en s’appuyant plus fortement sur des entretiens avec des témoins des années 1980.

  • 34 Pichler, Grandits, Fotiadis, « Kosovo in the 1980s », art. cité, p. 173.

17La lecture de ce numéro spécial, qui explore les « chemins non empruntés et opportunités manquées34 » de l’histoire des années 1980, présente un grand intérêt non seulement pour les spécialistes du Kosovo, mais aussi pour tous les chercheur·euse·s qui s’intéressent au démantèlement de la Yougoslavie, à la presse, aux partis politiques, aux mouvements sociaux et aux associations des années 1980 et 1990, ou plus largement à l’histoire des idées et à l’analyse des discours dans des situations de crise politique, sociale et économique.

Haut de page

Notes

1 Pichler Robert, Grandits Hannes, Fotiadis Ruža, « Kosovo in the 1980s – Yugoslav Perspectives and Interpretations », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, p. 171-182 (179).

2 L’atelier « Kosovo 1989 – Inner-Yugoslav Perspectives and Interpretations » (7-8.11.2019) a bénéficié du soutien du Deutscher Akademischer Austauschdienst (DAAD). Voir le programme : https://www.sogde.org/de/events/kosovo-1989--inner-yugoslav-perspectives-and-interpretations/, et le rapport : https://www.sogde.org/site/assets/files/13449/kosovo_1989.pdf (consultés en janvier 2023).

3 Pichler, Grandits, Fotiadis, « Kosovo in the 1980s », art. cité, p. 173.

4 Cf. parmi tant d’autres Ramet Sabrina P., Balkan babel: The disintegration of Yugoslavia from the death of Tito to the fall of Milošević, Boulder (Colorado), Westview Press, 2002 (4e éd.) ; Meier Viktor, Yugoslavia: A history of its demise, Londres-New York, Routledge, 1999 ; Cohen Lenard J., Dragović-Soso Jasna (dir.), State collapse in South-Eastern Europe: New perspectives on Yugoslavia’s disintegration, West Lafayette (Indiana), Purdue University Press, 2008.

5 Cette compilation d’articles publiée en 1996, en plein conflit kosovo-serbe, est une exception qui présente d’ailleurs certaines similitudes avec le numéro special : Duijzings Ger, Janjić Dušan, Maliqi Shkëlzen (dir.), Kosovo - Kosova: Confrontation or Coexistence, Nijmegen (Pays-Bas), University of Nijmegen Peace Research Centre, 1996. Les années 1980 au Kosovo sont également thématisées dans : Hetemi Atdhe, Student Movements for the Republic of Kosovo: 1968, 1981 and 1997, Cham (CH), Palgrave Macmillan, 2020 ; Ströhle Isabel, « Of social inequalities in a socialist society: The creation of a rural underclass in Yugoslav Kosovo », dans Rory Archer, Igor Duda, Paul Stubbs (dir.), Social inequalities and discontent in Yugoslav socialism, Londres-New York, Routledge, 2016, p. 112-131, en ligne : https://www.taylorfrancis.com/books/e/9781317053958 (consulté en septembre 2020).

6 Cf. Pichler, Grandits, Fotiadis, « Kosovo in the 1980s », art. cité, p. 171, 173‑176, 179.

7 Janković Branimir, « Croatia’s Knowledge Production on Kosovo around 1989 », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, p. 267-287 (272, 285). Voir aussi Mujadžević Dino, Voß Christian, « Sub-Yugoslav Identity Building in the Enciklopedija Jugoslavije (1955-1990): The Case of the Albanian Question », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2‑3, 2021, p. 375-397 (378) ; Pichler, Grandits, Fotiadis, « Kosovo in the 1980s », art. cité, p. 175.

8 Vučetić Radina, « Kosovo 1989: The (Ab)use of the Kosovo Myth in Media and Popular Culture », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, p. 223-243 (225-228).

9 Kamberović Husnija, « The Discourse about Kosovo in Bosnia-Herzegovina, 1981-1989 », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, p. 245-265 (246‑248).

10 Stefanov Nenad, « Producing and Cracking Kosovo Myths. The Serbian Academy of Sciences and Arts and the Emergence and Critique of a New Ethnonationalism, 1984-1990 », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, p. 335-354 (340‑344, 346).

11 Ibid., p. 352-353.

12 Krasniqi Elife, « Same Goal, Different Paths, Different Class: Women’s Feminist Political Engagements in Kosovo from the Mid-1970s until the Mid-1990s », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, p. 313-334 (324).

13 Mehmeti Arban, « Relations Between the Writers’ Associations of Kosova and Serbia in the Second Half of the 1980s », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, p. 355-373 (356, 363) ; voir aussi Pichler Robert, « In the Shadow of Kosovo. Divergent National Pathways and the Politics of Differentiation in the Socialist Republic of Macedonia », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, p. 289-311 (301-302).

14 Kelmendi Adriatik, « Segregation – Growing Up in Kosovo. Living Memories », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, p. 413-419 (414).

15 Mujadžević, Voß, « Sub-Yugoslav Identity Building », art. cité, p. 384, 394.

16 Mehmeti, « Writers’ Associations », art. cité, p. 357.

17 Limani Myrtaj Mrika, « The Ideology and Agency of Kosovar Albanian Marxist Groups in the Demonstrations of 1981 », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, p. 183-203 ; voir aussi Krasniqi, « Women’s Feminist Political Engagements », art. cité.

18 Kamberović, « Discourse about Kosovo in BiH », art. cite ; Janković, « Croatia’s Knowledge Production on Kosovo », art. cite ; Pichler, « Divergent National Pathways », art. cite ; Ramšak Jure, « “Kosovo, My Land”? Slovenians, Albanians, and the Limits of Yugoslav Social Cohesion », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, p. 205-222.

19 Pichler, « Divergent National Pathways », art. cité, p. 307.

20 Limani Myrtaj, « Kosovar Albanian Marxist Groups », art. cité, p. 185, 188.

21 Ramšak, « “Kosovo, My Land”? », art. cité.

22 Krasniqi, « Women’s Feminist Political Engagements », art. cité, p. 322, 324-325, 328-329.

23 Pichler, Grandits, Fotiadis, « Kosovo in the 1980s », art. cité, p. 173 ; voir aussi Stojanović Dubravka, « Being a Trainee Historian in Belgrade, 1989. Living Memories », Comparative Southeast European Studies, vol. 69, no 2-3, 2021, p. 399-411 (404).

24 Janković, « Croatia’s Knowledge Production on Kosovo », art. cité, p. 269, 273, 282-284.

25 Kamberović, « Discourse about Kosovo in Bosnia-Herzegovina », art. cité, p. 247-250, 253-255; Janković, « Croatia’s Knowledge Production on Kosovo », art. cité, p. 271.

26 Mujadžević, Voß, « Sub-Yugoslav Identity Building », art. cité, p. 377, 390.

27 Janković, « Croatia’s Knowledge Production on Kosovo », art. cité, p. 281. Voir aussi Mehmeti, « Writers’ Associations », art. cité, p. 356.

28 Mehmeti, « Writers’ Associations », art. cité.

29 Janković, « Croatia’s Knowledge Production on Kosovo », art. cité, p. 280 ; Stefanov, « Producing and Cracking Kosovo Myths », art. cité, p. 349-350 ; Mehmeti, « Writers’ Associations », art. cité, p. 355, 359-360 ; voir aussi Ramšak, « “Kosovo, My Land”? », art. cité, p. 213-219.

30 Stojanović, « Being a Trainee Historian in Belgrade, 1989 », art. cité, p. 401.

31 Stefanov, « Producing and Cracking Kosovo Myths », art. cité, p. 348.

32 Ibid., p. 336, 339.

33 Vučetić, « Kosovo 1989 », art. cité, p. 225, 234-237.

34 Pichler, Grandits, Fotiadis, « Kosovo in the 1980s », art. cité, p. 173.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Nietsch, « Robert Pichler, Hannes Grandits, Ruža Fotiadis, Kosovo in the Yugoslav 1980s »Balkanologie [En ligne], Vol. 18 n° 1 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/4701 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.4701

Haut de page

Auteur

Julia Nietsch

EHESS, CETOBaC
j.nietsch[at]gmx.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search