Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 18 n° 1ForumJean Gottmann et les Balkans

Forum

Jean Gottmann et les Balkans

Georges Prévélakis

Texte intégral

  • 1 Gottmann Jean, « De la méthode d’analyse en géographie humaine », Annales de géographie, no 307, 19 (...)

1Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la Géographie est à la recherche de sa théorie. Après l’explosion de la bombe atomique, la vision possibiliste et, encore plus, la vision déterministe ne pouvaient pas faire face aux nouveaux défis. La technologie avait offert au facteur humain une puissance de transformation des milieux inimaginable dans le passé. L’influence de « la Nature » sur « l’Homme » ne pouvait plus constituer la question structurante de la théorie géographique. Dans cette quête de théorie, les tentatives de s’inspirer de l’économétrie ou du marxisme n’ont pas pu apporter le renouveau recherché. Pourtant, au milieu du xxe siècle, un cadre théorique capable d’assurer la synthèse entre la riche tradition géographique et les nouvelles tendances avait été formulé par Jean Gottmann1. Malheureusement, cette tentative d’innovation de la Géographie, par évolution plutôt que par imitation, n’a pas trouvé d’écho.

2Le cadre théorique gottmannien est étroitement lié aux Balkans. D’une part, la géographie et l’histoire de cet espace ont été une source d’inspiration pour Jean Gottmann. De l’autre, ses idées ont suscité l’intérêt de plusieurs chercheurs s’intéressant aux questions balkaniques, comme Michel Bruneau, Michel Foucher ou Nano Ruzin. L’approche gottmannienne permet aussi d’aborder de manière systématique la notion de « Balkans connectés ». Envisager les Balkans à travers la connectivité est certes en opposition avec l’image courante d’un espace enclavé, isolé des influences économiques et culturelles, enfermé dans de vieilles querelles. Cette perception stéréotypée ne peut être dépassée que par une approche fondée sur une réflexion théorique. C’est la raison pour laquelle il est essentiel d’évoquer les grandes lignes de la vision gottmannienne.

  • 2 Prévélakis Georges, « Circulation/Iconographie contre Homme/Nature : Jean Gottmann et la “délicates (...)

3Jean Gottmann définit deux grandes catégories, dont le jeu conditionne l’organisation de l’espace géographique : la circulation et l’iconographie2. La circulation est la première. Il s’agit de toute forme de mouvement : de personnes, de marchandises, de capitaux, d’idées et d’informations. La diversité physique et humaine qui caractérise l’espace géographique induit les échanges. Ceux-ci sont facilités ou rendus difficiles par les conditions naturelles, par la géographie physique. La technologie permet de dépasser les obstacles physiques mais la politique peut créer des entraves supplémentaires. La mondialisation n’est autre que la généralisation de la circulation grâce au développement de la technologie et au dépassement des obstacles politiques.

4Quelle est la place des Balkans par rapport à la question de la circulation ? Les Balkans constituent un carrefour, donc un élément fondamental dans la vie de la circulation. Entre l’Europe centrale et orientale et la Méditerranée, traversés par des axes nord-sud, comme le double couloir Morava-Vardar, et par des axes ouest-est, comme la Via Egnatia, les Balkans ont toujours servi d’articulation entre des mondes différents. Cette fonction de connexion influe sur les comportements des populations. Pour échapper aux difficultés d’une nature exiguë, les populations des Balkans ont animé des mouvements migratoires et constitué de puissants réseaux de diasporas. Les Balkans ont été connectés tout d’abord par la géographie des populations. Pourtant, la circulation exerce aussi une influence négative. La situation des Balkans a attiré les invasions et les dominations par des pouvoirs externes. Les populations ont senti le besoin de se défendre et de se protéger.

5Ce besoin de protection ne se limite par ailleurs pas aux atteintes à la sécurité et à la liberté. La circulation est un facteur de changement dans un sens général. Le changement déstabilise les personnes, les familles, les communautés. Il est nécessaire d’inventer des moyens pour réguler la circulation, de manière à profiter de ses bienfaits sans dépasser le degré de changement que la société peut tolérer. Les iconographies sont appelées à jouer ce rôle.

6Les iconographies sont composées d’éléments hérités, comme la religion, l’histoire, le sens d’un passé commun, les coutumes, la danse et la musique, la gastronomie, une certaine relation avec le paysage, etc., mais pas uniquement. Des éléments empruntés peuvent aussi être employés. Ainsi, dans le cas de l’iconographie nationale grecque, le néoclassicisme, élément importé, a été combiné avec l’élément religieux, qui était autochtone. Tous ces éléments sont organisés en système par des « entrepreneurs iconographiques », les « intellectuels organiques » d’Antonio Gramsci. Les chefs militaires, politiques ou religieux ainsi que les historiens ou les philologues sont les pionniers de la composition iconographique. Kemal Atatürk et Recep Tayyip Erdoğan ont été deux grands « entrepreneurs iconographiques », certes avec deux visions très différentes. Plusieurs projets iconographiques peuvent être en compétition dans une société. Doit-on mettre l’accent sur la religion ou l’histoire ? Qui, parmi nos voisins, est « l’ennemi ancestral », celui de l’ouest ou celui de l’est ?

  • 3 Gottmann Jean, The Significance of Territory, Charlottesville, The University Press of Virginia, 19 (...)

7Les iconographies sont certes conservatrices, mais elles ne sont pas figées. Leur existence est soumise à la présence d’éléments enracinés, mais le choix et la hiérarchisation de ces éléments sont modifiés sous l’influence de divers facteurs, dont une grande partie sont liés à la circulation. Il ne faut donc pas envisager le couple circulation/iconographie de manière binaire, comme si la victoire de l’un comportait la défaite de l’autre. Le carrefour, croisement des voies et foyer d’iconographie, autre grand concept gottmannien, symbolise la rencontre des deux catégories. Contrairement à une lecture superficielle de la pensée gottmannienne, la notion d’iconographie ne relève pas de l’essentialisme. L’immobilisme des iconographies n’est qu’apparence. Cette apparence est indispensable puisque les populations ne seraient pas disposées à faire des sacrifices, y compris de sang, pour une notion relative et mouvante. L’efficacité des iconographies exige, en même temps, la capacité de changement et l’illusion de la constance. Les iconographies sont à la base de tout régionalisme : local, régional, national, impérial. Derrière chaque territorialité se dissimule une iconographie. À côté des territoires3, l’autre grande catégorie d’organisation spatiale, les réseaux, sont aussi fondés sur les iconographies. Ainsi, les iconographies constituent l’un des plus importants enjeux géopolitiques. Elles conditionnent, en compétition et en complémentarité avec la circulation, l’organisation de l’espace géographique. Cette organisation peut devenir plus ou moins ouverte sous l’influence d’événements externes qui provoquent des modifications iconographiques. L’iconographie fonctionne comme une articulation entre les impulsions de l’environnement et la régulation des flux.

  • 4 Bruneau Michel, « De l’icône à l’iconographie, réflexions sur l’origine byzantine d’un concept gott (...)

8L’inspiration du terme même d’iconographie vient du monde balkanique4. Jean Gottmann s’était penché sur l’histoire des Balkans pendant ses études de géographie à la Sorbonne. Il avait été très intéressé par le processus par lequel, à la fin du xviie siècle, les paysans chrétiens orthodoxes de la frontière ottomane occidentale s’étaient installés dans les territoires autrichiens pour servir de paysans-soldats. Les habitants de chaque village partaient en une procession ayant à sa tête le pope du village, qui tenait l’icône de l’église. En arrivant aux terres cédées par le pouvoir autrichien, ils construisaient une église pour abriter l’icône. Leur nouveau village s’organisait autour de cette église. Ce rituel permettait de préserver le lien social et de maintenir ainsi la cohésion du groupe à travers l’épreuve de la migration et de l’installation dans un empire catholique. L’icône fonctionnait comme un résumé du territoire abandonné. Ainsi la territorialité, principale ressource politique, n’était pas perdue ; elle était simplement transférée. Le même processus symbolique avait été utilisé pendant la colonisation grecque antique. Dans les Balkans, l’icône avait pris la place de la statue du dieu ou de la déesse de la métropole antique. Jean Gottmann, originaire d’Ukraine, connaissait bien la signification de l’icône dans la tradition byzantine. Dans sa recherche d’un concept spécifique pour évoquer les forces de résistance à la circulation, il a saisi le potentiel de cette référence. Il n’est pas étonnant que le concept d’iconographie ait beaucoup intéressé les spécialistes des Balkans et du monde orthodoxe.

9Les Balkans ont constitué un terrain de créativité et d’expérimentation iconographiques. L’espace balkanique peut apparaître comme une mosaïque folklorique ; il est en fait un réservoir de ressources iconographiques. Cette richesse n’est pas sans rapport avec ses spécificités géographiques. Les invasions successives introduisaient de nouveaux éléments culturels, sans éliminer les éléments anciens. Les montagnes servaient de refuge pour les populations opprimées, qui préservaient ainsi leurs spécificités culturelles. À travers les millénaires, l’espace balkanique s’est ainsi constitué en palimpseste culturel.

10L’organisation géopolitique de l’Empire ottoman était très éloignée du modèle westphalien fondé sur la coïncidence de l’État, de l’identité et du territoire. Les iconographies locales, les iconographies réticulaires (diasporas religieuses) et l’iconographie impériale s’entrelaçaient, assurant la stabilité d’un ensemble au sein duquel la mixité des populations était favorisée et entretenue. À partir du xviiie siècle pourtant, de nouveaux projets iconographiques ont vu le jour sous l’influence de la pénétration russe et des guerres napoléoniennes. En étudiant l’histoire des nationalismes balkaniques, on constate l’ingénuité des intellectuels organiques balkaniques à exploiter la matière iconographique pour faire émerger les nouvelles iconographies nationales. La configuration de la carte politique et de la catégorisation d’identités qui lui est associée étaient loin d’être prédéterminées. Elles ont été fortement influencées par l’imaginaire iconographique et par les guerres. La malléabilité iconographique allait de pair avec les incertitudes concernant les frontières.

11Des luttes pour l’appropriation de telle ou telle ressource iconographique caractérisent toute la période de la mise en place du modèle westphalien. À qui appartiennent Cyrille et Méthode ? Et Alexandre le Grand ? Les touristes qui voyagent dans la région sont bien perplexes en écoutant les récits des différents guides touristiques à travers les frontières. L’extrême fragmentation géopolitique dans un espace plutôt réduit s’explique par la double richesse balkanique : la diversité des éléments culturels et la créativité de ses entrepreneurs iconographiques. La phrase attribuée à Churchill selon laquelle les Balkans produisent plus d’histoire qu’ils ne peuvent consommer reflète ces conditions.

12La transition vers la logique westphalienne, processus nommé « européanisation » ou « modernisation », est presque achevée, même de manière souvent imparfaite. Après la mise en place de frontières étatiques modernes, il a fallu homogénéiser les populations en éliminant la mixité et l’interpénétration des identités linguistiques et même religieuses. Par les échanges de populations et les autres formes de « nettoyage ethnique », on a départagé les populations pour lesquelles on pouvait définir un critère plus ou moins « objectif » d’appartenance. Ainsi l’échange des populations entre la Grèce et la Turquie a été effectué selon la religion, puisqu’il était difficile de déterminer autrement qui était « grec » et qui était « turc ». Les populations résiduelles par rapport à ces processus de nettoyage ethnique ont subi des violences symboliques, d’ordre spirituel et émotionnel, comme la modification de leurs noms, les discriminations linguistiques et religieuses ou diverses entraves administratives.

13L’imposition de la norme westphalienne dans les Balkans a été l’expression d’une logique iconographique extrême. Le besoin de protection l’a emporté sur la volonté d’ouverture. Des espaces connectés auparavant ont été séparés. Des villes-carrefours, comme Salonique ou Smyrne, ont été privées de leur avant- ou arrière-pays et ont perdu leur cosmopolitisme. La Deuxième Guerre mondiale, avec l’extermination des juifs, ainsi que la guerre froide, a accentué le cloisonnement. C’est ainsi qu’ont succédé aux Balkans ottomans connectés les Balkans des États-nations introvertis. Pour se libérer des angoisses liées aux excès de la circulation pendant l’ère ottomane, les peuples balkaniques ont payé un lourd tribut. Aux souffrances matérielles des nettoyages ethniques, à l’interruption des échanges commerciaux, au déclin des régions et des villes privées de leurs espaces économiques, il faut ajouter la fermeture intellectuelle dans les cadres d’une identité nationale unidimensionnelle.

14Avec la fin de la guerre froide, les conditions changent à nouveau. La circulation a repris ses droits. Les échanges interbalkaniques ainsi que les rapports avec le reste du monde ont connu un développement spectaculaire. Les migrations ont joué un rôle important dans la connexion des Balkans avec le monde externe, ainsi qu’à l’intérieur, comme entre l’Albanie et la Grèce. En même temps, l’iconographie yougoslave a été incapable de résister à la concurrence d’iconographies mieux enracinées. Ainsi, le processus de westphalisation a repris en ex-Yougoslavie.

15Aujourd’hui, deux temporalités opposées coïncident. Les iconographies nationales continuent à gagner du terrain, tandis que les forces de la mondialisation et de l’européanisation tentent de diminuer leur virulence. En même temps, le facteur démographique introduit des dimensions nouvelles. Sous l’influence de la transition démographique, une grande partie de l’espace balkanique connaît le vieillissement. Cet affaiblissement est accentué par l’émigration. La circulation est encore une fois facteur de déstabilisation.

16La géographie a offert aux Balkans de grands avantages en ce qui concerne la circulation. Pourtant, ce sont les facteurs politiques et géopolitiques qui sont déterminants. Entre la fin de la période ottomane, caractérisée par la richesse des échanges mais aussi par l’instabilité, la période des nationalismes, pendant laquelle la fermeture est devenue la norme, et un avenir incertain, notre époque présente un paysage mélangé, dans lequel les forces de l’ouverture et les forces de l’isolement coexistent. Le cadre théorique de Jean Gottmann permet de s’orienter à travers ce brouillard balkanique.

Haut de page

Notes

1 Gottmann Jean, « De la méthode d’analyse en géographie humaine », Annales de géographie, no 307, 1947, p. 1-12 ; Id., La politique des États et leur géographie, Paris, Armand Colin, 1952 ; Id., Éléments de géographie politique, Paris, Les Cours de droit, 1955.

2 Prévélakis Georges, « Circulation/Iconographie contre Homme/Nature : Jean Gottmann et la “délicatesse de la causalité” », dans Pierre-Jean Thumerelle (dir.), Explications en géographie. Démarches, stratégies et modèles, Paris, DIEM/SEDES, 2001, p. 40-55.

3 Gottmann Jean, The Significance of Territory, Charlottesville, The University Press of Virginia, 1973 ; Prévélakis Georges, « La notion de territoire dans la pensée de Jean Gottmann », Géographie et Cultures, no 20, 1996, p. 81-92.

4 Bruneau Michel, « De l’icône à l’iconographie, réflexions sur l’origine byzantine d’un concept gottmanien », Annales de géographie, no 616, 2000, p. 563-579.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Prévélakis, « Jean Gottmann et les Balkans »Balkanologie [En ligne], Vol. 18 n° 1 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/4719 ; DOI : https://doi.org/10.4000/balkanologie.4719

Haut de page

Auteur

Georges Prévélakis

Professeur émérite, Université Panthéon-Sorbonne
prevelakis[at]mac.com

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search